Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Revue de presse économique de Pierre Jovanovic avec Claude Reichman

Août 2015

Pierre Jovanovic reçoit Claude Reichman pour présenter le mouvement qu’il préside contre le RSI. Ils analysent également les derniers rebondissements de la crise grecque, le « Mouvement du 14 juillet », ainsi que les difficultés budgétaires croissantes rencontrées par les collectivités locales.

 

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

46 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • J’adore l’intro musicale, quelqu’un pourrait-il me renseigner ? merci


  • Mes parents étant fonctionnaires, je trouve que la distinction entre travailleurs et "pilleurs" est mal venue. Certes certains fonctionnaires participent à la destruction de la France, via leur travail. Mais un bon prof est-il un pilleur ? J’en doute.

    Ensuite un "travailleur" du type auto-entrepreneur en remplissage de valise comme on a pu en voir une dans le dernier zapping ertv, perso ça ne me parle pas.

    Et un mec qui bosse pour une multinationale ? Il participe à la grandeur de la France ? Un publicitaire de chez Carrefour, c’est un productif ?

    Donc je ne suis pas convaincu par cette distinction et cette expression d’"armée d’occupation".

     

    • @ gau

      En effet, mettre en cause les fonctionnaires comme étant une armée d’occupation, c’est osé ! Et c’est Reichman qui s’y colle...

      Diviser pour régner, c’est pratique.

      Il y a des complices des traitres au pouvoir et oui, les "hauts" cadres de cette ploutocratie, formés (formatés) dans les "grandes" écoles ne l’administration, sont pour certains, voire pour beaucoup, des capots de la dictature en formation, mais les fonctionnaires d’en bas ne partagent pas de telles valeurs, pour l’essentiel, et s’ils peuvent faire de la résistance, ils ont tout de même des directives qu’ils sont sommés d’appliquer. En effet ils sont privilégiés par leur status par rapport aux indépendants ou au salariés du privé, ce qui n’implique pas qu’il ont choisi d’enfoncer les autres, mais plutôt qu’ils ont, au cas par cas :

      - choisi une voie plus stable, moins exposée aux fluctuations du marché capitaliste ;
      - choisi une voie par vocation ;
      - choisi une voie pour pantoufler ;
      - etc.

      Donc l’armée d’occupation, c’est les fonctionnaires, pas la haute finance et tous les relais des pouvoirs de ces derniers ? Il est con, celui-là, ou bien il se fout de notre gueule ?


    • Je suis moi même "prof", et n’en suis pas fier du tout. L’éducation nationale fait du sale boulot. N’être qu’un petit maillon de la chaîne ne nous excuse que partiellement et j’ai souvent honte de ne pouvoir donner à nos jeunes gens ce que j’ai eu la chance de recevoir.


    • Il faut rappeler que toutes ces professions libérales ne sont libérales que de nom. Entre les quotas d’installation et le fait qu’ils appliquent des barèmes réglementés, payés par la sécu donc nos impôts. Je ne sais pas où est l’entrepreneur chez cet homme mais surement pas dans son ancienne activité. Ils se sont affublés de cette appellation "libérale" pour se flatter. J’ajouterai que recevoir des leçons de ces médecins et autres avocats, quand on voit que 80% des élus au moins sont soit d’un bord soit de l’autre, qui comme il le dit, dictent leur vision du monde aux fonctionnaires qui subissent leurs humeurs. C’est eux qui nous ont mis dans le mur alors il devrait retenir ces mots, avoir de l’humilité pour ce que les gens de sa profession ont laissés comme carnage et admettre qu’ils doivent laisser leur place aux véritables travailleurs. Merci à M.Jovanovic pour cette super revue de presse et à ER pour l’avoir relayer. PS : M.Jovanovic invité M.Cousin SVP.


  • Chapeau bas, ça c’est de la réinformation. Je ne connaissais pas Claude Reichman, quelqu’un connaît-il son parcours ? Merci à tous deux.

     

    • Réponse rapide : C. Reichmann est un chirurgien dentiste à la retraite qui dit que le monopole de la sécu a été aboli par les directives européennes de 1992. Et que tout le monde peut s’affilier ailleurs. Le débat fait rage. Il a organisé des manifestations dans Paris dites de "la révolution bleue" sans résultat. Il animait une émission sur Radio Courtoisie avec Jean Christophe Mounicq et a été viré par De Lesquen en 2006.


    • Ouais enfin il dit que le problème de la France c’est de ne pas être comme l’Allemagne. Hors le problème en France c’est justement l’UE qui nous oblige à devenir l’Allemagne. Et le problème ce n’est pas l’État mais l’oligarchie bancaire. Bref certainement pas un type à suivre.


  • Claude Reichman c’est le gars qui a dit sur Radio Ici et Maintenant qu’il était tout à fait normal que les gens travaillent jusqu’à 67 ans et cela en cumulant plusieurs boulot si nécessaire ?

    Parmi ceux qui critiquent le RSI, il faut bien différencier ceux qui critiquent ses dysfonctionnements et ceux qui critiquent en fait le principe même de sécurité sociale. Méfiance avec ces derniers. C’est le même genre de zozos attaliens qui vont critiquer les monopoles de la SNCF ou d’EDF (pour le plus grand plaisir de la commission européenne). Les ennemis de nos ennemis sont peut-être des ennemis encore pire. D’ailleurs les médias grand public (M6 par exemple) font aussi des reportages à charge contre le RSI.

     

    • Je plussoie. Totalement ! Monsieur est impressionné par les réformes libérales la loi Macro ?
      Que les choses soit claires, je connais très intimement des médecins de tout types, y compris des libéraux aux RSI : c’est bien les derniers en France à pouvoir critiquer l’esprit de caste, même celui qui animerait ces foutus énarques car ils sont eux-mêmes une des castes les plus puissantes et les mieux loties de France. Et les chirurgiens dentistes en sont l’avant-garde. Un chirurgien-dentistes déconventionné a largement les moyens de payer le RSI, c’est ça de moins à payer à l’ISF, croyez moi.
      Je ne nie pas que le RSI soit un racket mis en place pour financer le système social Français malgré le chômage endémique provoqué par les dogmes européistes, néanmoins la solution que propose ce monsieur médecin chirurgien-dentiste, ça n’est n’y plus plus ni moins que la mise à mort de la sécu qui indirectement lui a permis de vivre plus que décemment et directement à permis à 66 millions de Français d’être soigner à peu prêt correctement quelque soit leur niveau de revenu. Sa solution c’est de laisser les pauvres crever soignez en conscient.
      Je connais personnellement les médecins Français, c’est une caste, pendant 150 ans, jusqu’à la création de l’ordre en 1945, la France a eu la meilleure médecine du monde, la plus innovante et la plus performante, mais c’est finit. La recherche médicale Française ne trouve plus rien, sur la fabrication de matériel nécessaire à l’activité ont est inexistant, et pour soigner les Français il faut désormais importer des médecins béninois et tunisiens au détriment des pays d’origine, nos jeunes doivent aller se former en Roumanie, en Belgique pour faire vétérinaire. Le dernier truc qui fait qu’on existe sur la scène médicale mondiale c’est Sanofi, avec les dérives que l’on sait, autrement on a Bétancourt et L’Oréal. Et c’est la caste qui est responsable de ça.
      Si vous voulez mon avis, c’est une très mauvaise idée de laisser à la caste des responsabilités en politique, tout du moins pas avant qu’elle est fait son mea culpa sur la gestion égocentrique catastrophique de la médecine Française ces 70 dernières années.


  • #1240350

    Les Républicains ne défendent ni un Religion, ni une Race, ni une Patrie, ni une Civilisation.

    Ils défendent les intérêts économiques d’une Coterie.

    Donc les citoyens des Républiques doivent cesser de croire que les prélèvements obligatoires
    qu’ils payent servent à développer leur patrie.

    "Un pays est un hôtel" - Jacques Attali.

    Etant donné que ce n’est pas nous qui définissons les "règles du jeu", la seule chose que nous pouvons faire c’est de comparer les prélèvements obligatoires des Républiques et de nous établir dans celle qui est la moins prédatrice pour essayer de SURVIVRE.

    Bien entendu, vous trouverez toujours des gens qui préfèrent vivre dans un cage à lapin et passer leur temps à militer dans un parti politique en croyant, naïvement, que leur parti politique va créer un monde sans esclave.

     

    • « Etant donné que ce n’est pas nous qui définissons les "règles du jeu", la seule chose que nous pouvons faire c’est de comparer les prélèvements obligatoires des Républiques et de nous établir dans celle qui est la moins prédatrice pour essayer de SURVIVRE ».

      Si ce n’est pas ironique, mène cette étude et fais tes valises. Je préfère mourir sur place qu’abandonner mon pays à la dictature américano-sioniste. Pour l’instant je mange des patates, pour l’essentiel. Quand je n’aurai plus rien, j’aviserai, mais déserter, non.

      Race d’aiglons, jamais vassale.


    • @SamWang Merci ! J’ai le cœur qui saigne chaque fois un peu plus quand j’entend ou lis quelqu’un qui dit qu’il va "s’exiler" car la situation est trop pénible en France, surtout quand c’est sur E&R. J’aime ce pays, je l’aime tellement que je ne pourrais jamais concevoir de l’abandonner à des griffes étrangères, pour ceux qui étaient là avant nous, et ceux qui seront là après, j’estime de mon devoir de rester au cas où un début de commencement d’espoir de révolte viendrait à naître.

      Du coup je vous remercie de votre commentaire qui m’amène un peu de miel après une rude journée.


  • Je stoppe un instant la vidéo sur la description injuste et dangereuse de M. Claude Reichmann logeant à la même enseigne tous les fonctionnaires ! Non, nous sommes quelques fonctionnaires de l’Etat toujours animés du service public et tout aussi révoltés et même victimes du pillage du peuple !

    Par contre, je confirme en tant que fonctionnaire de l’Etat spolié sur mon salaire par le fisc des bras cassés que malgré mes compétences en droit pourtant acquises par des formations internes, je n’obtiens pas raison devant les juges des abus manifestes et scandaleux que je subis !

    Dans une guerre, il est important d’identifier son véritable ennemi et ne pas en inventer d’autres pour ne pas avoir à l’affronter de face ! Il n’y a que des larves rampantes parmi nous. Les traîtres sont ailleurs et ont des noms !

    Soyez tous certains de ma loyauté nationale et de ma solidarité personnelle avec vous tous !

     

    • En te lisant entièrement, j’observe que tu as oublié le mot "pas", sans quoi le sens est l’inverse de ce que tu as voulu dire, je le rajoute en gras pour toi : « Il n’y a pas que des larves rampantes parmi nous ». De rien, c’est du service public :)


  • A chaque fois que je vois un costume qui arbore au revers le symbole de la légion d’honneur, je m’interroge immédiatement sur le manque de probité possible de l’individu caché derrière.
    On sait tous que cette décoration est complètement dévoyée et ne sert plus, depuis au moins 30 ans, qu’à flatter l’ego des collabos du pouvoir et des courtisans.
    Donc je m’interroge d’emblée sur le crédit à accorder à ce monsieur et sur les buts qu’il cherche (réellement) à atteindre.

     

  • Mon Dieu, dire que j’ai eu la chance de crapahuter dans les centres de vacances de Cocherel et de Yerre...
    Une pensée pour monsieur Louis Bayeurte, grand maire communiste qui a fait le bonheur de générations entières de Fontenaysiens...


  • pas sûr que ce type soit de la "gauche du travail". Il semble plus à même de défendre la bourgeoisie que les travailleurs pauvres.

     

    • #1240591

      C’est ce que veulent vous faire croire vos bourreaux afin que vous continuez à voter pour eux.

      La bourgeoisie exploiteuse ça date de Zola et de Dickens : depuis que la France a perdu son industrie, il n’ya plus les classes sociales qui la représentait, ni prolétariat ouvrier ni bourgeoisie propriétaire de l’outil de production.

      Il n’y a plus qu’un lumpenprolétariat : les toujours pauvres encore plus pauvres et les nouveaux pauvres de plus en plus pauvres


  • Dans un débat face à Bernard Friot, le fondateur du Réseau Salariat, Claude Reichman serait battu à plate couture. Dire que ce monsieur veut démanteler la Sécurité sociale, ce qui plongerait des millions de Français dans une misère noire ! Evidemment que le RSI est une aberration, mais le remède qu’il préconise est encore plus aberrant : souscrire à des sécurités sociales privées !

    La cotisation sociale est la seule arme économique qui puisse détruire le capitalisme en finançant les caisses de salaire pour verser des salaires à vie et une caisse économique pour financer l’investissement des entreprises. Il faut donc augmenter les taux de cotisation en récupérant les 40 % du PIB dont se sont accaparés les propriétaires et créditeurs lucratifs. Curieusement, M. Reichman ne dénonce pas ces parasites de l’économie française et a le culot de dire que ce sont les fonctionnaires !

     

    • @Eric.........en effet, c’est çà qui cloche à plusieurs reprises dans le discours...comme si l’ennemi, le prédateur suprême du peuple de France était à chercher chez les fonctionnaires ( Sarko a déjà fait le coup de ce " diviser " là ) !...celui qui prône autre chose que la souveraineté retrouvée ou arrachée de la France, vis à vis de ces prédateurs parasites et clients d’hôtel...hhmmm, méfiance !!


    • Merci Eric.

      Loué soit Bernard Friot et ceux qui vantent ses mérites. Bernard Friot, c’est des décennies de recherche universitaire sans concession. Du pain béni pour les esprits en recherche de vérité, de précision et de clarté. Que s’épanouissent toutes les démarches sincères visant à l’aider à synthétiser ses propos et les rendre accessibles aux plus humbles !

      Simplifier, synthétiser. La démarche Friot a besoin d’un coup de ventilateur à la façon dont TEDx a permis de promouvoir le travail d’Etienne Chouard (cf. cette leçon de Chouard, pour l’exemplarité : « Chercher la cause des causes - TEDxRepubliquesquare »).


  • Faut virer tous les fonctionnaires ,c’est bien connu ,c’est les fonctionnaires qui ont fait sauté le système pas les banquiers .
    Qui paye le chirurgien dentiste ?,c’est pas la sécurité sociale , donc l’état .
    C’est comique ces gens qui critiquent les fonctionnaires et qui grace au système d’état de la sécurité sociale peuvent avoir encore des patients même en temps de crise ,car c’est l’état qui paye pour les assurés sociaux et cmu.
    Une entreprise qui a besoin de clients solvables sera tout de suite en difficulté car l’état n’est pas derrière pour les rendre solvables.
    Tout les ROMS les réfugies par milliers qui faut nourrir et loger, les crédits toxiques de la DEXIA ,la loi du 3 janvier ,l’euro ,la vente des usines stratégique etc etc .cela rapporte de l’argent peut être.
    Ce monsieur est une baudruche

     

    • @ speed1050

      Réduis ta vitesse d’exécution s’il te plait, car tu perds des billes en route. Tu écris « Qui paye le chirurgien dentiste ?,c’est pas la sécurité sociale , donc l’état . »... Bien sûr que si, c’est la sécurité sociale, donc l’état, qui pour une bonne part paye les chirurgiens dentistes, en dernier ressort. Conclusion : il manque un deuxième point d’interrogation après "l’état" (avec une majuscule pour commencer cette phrase, plutôt qu’une virgule suivie d’une minuscule...), ou bien il eut fallu déplacer le premier point d’interrogation à la fin de la phrase. Merci d’essayer de respecter pleinement les lecteurs.

      Pour la question de la loi du 3 janvier (1973, c’est important à préciser sinon on ne sait plus de quoi on parle), il apparaît aujourd’hui que cette loi n’a fait qu’accompagner un changement déjà amorcé en amont (le mouvement vers les emprunts d’état avec intérêt sur les marchés financiers était déjà amorcé avant cette loi et il y a d’autres aspects que je n’ai plus en mémoire), cf. par exemple "Le Dîner du Cercle #5 – Union Européenne et création monétaire" avec Gabriel Rabhi et Gérard Foucher, qui s’expriment sur le sujet de la création monétaire, dans la deuxième moitié. C’est long mais très très instructif et bien pédagogique. La question de la loi du 3 janvier 1973 y est traitée, entre autres — c’est plus subtil qu’il n’y paraît.


    • [suite]

      Je développe le point de la loi du 3 janvier 1973 dans ce commentaire plus bas en citant la source.

      Si le commentaire ne s’affiche pas, assurez-vous d’abord d’afficher tous les commentaires en cliquant sur le bouton adéquat.


  • Je crois que le plus gros probleme est que les fonctionnaires gagnant plus que le prive desormais, ne cotisent pas pour leurs retraites. J’avais lu il y a quelques annees ces chiffres sur les instituteurs : 26 ans en fonction, 55 ans retraite, longevite moyenne 90 ans.


  • Soit Reichmann ne sait pas ce qu’il dit soit il est au service des banques.
    La crise vient du fait que les banques lient tout investissement à la génération maximale d’intérêts. Ceci a pour effet d’asphyxier l’entreprise, l’emploi et cela crée et augmente les taxes sur les entreprises qui survivent.
    Les instruments d’investissement sans intérêt sont
    -  Les subventions. Pourquoi ne pas subventionner les petites entreprises pour créer de la richesse en leur permettant de travailler ? Encore faudrait-il pouvoir battre monnaie et ne pas avoir les mains liées par des accords de libre concurrence pour le profit mas du capital.
    -  Le salaire des fonctionnaires (le travail des fonctionnaires produit des richesses, plus que l’ingénieur qui crée de l’obsolescence programmée, le vendeur de choses inutiles, l’assureur ou le spéculateur…)
    -  La retraite par répartition (toujours moins chère que de payer en plus des intérêts)
    Bref tout sur quoi crache Reichmann et qui sont les derniers fils qui font que nous n’avons pas encore complètement sombré dans le règne de Mammon. Je ne vois pas en quoi cracher sur les fonctionnaires fait avancer les choses sur E&R. De plus Reichmann parle de la nécessité « d’inventer des Homme et des femmes qui seront dans une logique de mission » Mis à part que c’est un peu du style « yaka », on peut lui poser la question si de tels hommes et femmes seront les employés d’investisseurs ou des fonctionnaires de la nation ?

     

    • @ Bromélia

      Merci pour ta critique intéressante !

      Avis aux lecteurs : pour lever toute ambiguïté et vous aider à ne pas tomber dans la même compréhension erronée que moi, il importe de comprendre que Bromélia a utilisé le mot "intérêt" (dans les 3 occurrences de ce mot dans son texte) au sens spécifique de la somme que le débiteur paie au créancier en rémunération de l’usage de l’argent prêté et non pas au sens de ce qui importe, convient, est avantageux. Je vous passe tous les détails, mais comprenant « Les instruments d’investissement sans intérêt sont » avec la deuxième acception du mot intérêt que j’ai cité au-dessus, il m’a pris de rédiger un premier long commentaire critique et du coup caduque, dans lequel je commençais en proposant une correction de cette expression, pour préciser que les trois points clés (les subventions / le salaire des fonctionnaires / la retraite par répartition) cités dans la liste étaient sans intérêt (2e acception) selon les vues de Claude Reichman. Bref, j’avais mal compris. Je précise cela pour vous éviter la même perte de temps qu’à moi :)

      Un petit détail annexe : la formulation ramassée « pour le profit mais du capital » est un peu maladroite à mon avis, car difficile à interpréter. Une reformulation possible serait « pour le profit, mais le profit du capital » ou encore « pour le profit, mais celui du capital », voire carrément : il y a « des accords de libre concurrence [mais] pour le profit [prioritairement] des apporteurs de capitaux ».


  • Moi se qe je veut savoir c’est COMMENT Pierre Joanovic stock sont argent en france , vu qu’il casse toutes les banques du monde ? Il est normalement Personna non grata ! est-il toujours payé en espèce dans ses divers activités ? Donne t-il des solutions dans ces livres ? donne t-il sa stratégie pour de pas dépendre des banques lorsqu’il recois des virements bancaires ou Paypal ou des chèques ? comment s’organise t-il ? C’est sa qu’il doit donner comme INFOS maintenant !!!

     

    • Pour avoir suivi Jovanovic depuis 2008 maintenant, les solutions pour échapper au maximum à la toute puissance des banques sont claires :

      Sauvegarder ses économies dans :
      - les métaux précieux (or, argent, en pièces ou lingots)
      - la seule monnaie solide car reposant sur une dette publique quasi nulle : couronne norvégienne
      - maison à la campagne avec point d’eau (puits) et nourriture

      Éviter des banques comme la Banque Postale (engagée dans les cds de la Dexia), privilégier les banques à rayonnement international (Bnp, HSBC, etc)car plus solides et agences plus nombreuses.

      Quant à l’hégémonie des banques pour tous virements (salaires ou autres) la dépendance aux banques est totale, donc ce qu’il explique c’est qu’il faut éviter tous placements en assurance vie, éviter le marché action, éviter des stocker ses bijoux, devises ou métaux dans les coffres de la banque (car elle peut fermer ses portes du jour au lendemain, comme à Chypre ou en Grèce), éviter les placements sur livret Épargne (car taux 0,75% largement inférieur au taux d’inflation, donc perte sèche argent),
      Et profiter que la monnaie possède encore quelconque valeur pour dépenser en se faisant plaisir, car l’épargne des Français est promise à être siphonnée, tôt ou tard (plus tôt que tard)

      J’espère avoir répondu clairement à vos interrogations.

      Cordialement


  • samwang
    Pourquoi préciser pour la loi du 3 janvier, tout le monde connait ses effets.
    On sait qui sont les traites et ceux qui en bénéficient ,et surtout combien cela côute .

     

    • @ speed1050

      J’ai réécouté la séquence que je référençais dans ce commentaire plus haut (1).

      La partie 2, titrée "la création monétaire", commence à 1h25’41" (2).

      À 2h13’31", la question suivante est posée : « comment ça se fait qu’on en soit arrivé à un système comme ça [NDR : le système actuel de création monétaire avec l’argent-dette]  ? En première partie d’émission, on a évoqué un peu le nom de Rothschild (...) est-ce que vous avez étudié un peu l’histoire de la banque ? »

      À propos de cet historique de la création monétaire, Gabriel Rabhi explique (entre autres) à 2h14’49" :

      « (...) Ce qu’on peut dire c’est qu’il y a eu un certain nombre de tractations et que, finalement, dans la période historique où on est, il y a eu un... L’état effectivement... On parlait de la loi de 73 tout à l’heure [NDR : en partie 1, moins approfondi], c’est une loi qui n’a pas vraiment acté la fin de la possibilité de l’état de produire sa propre monnaie comme à l’époque des princes, mais qui a été une régularisation, finalement, de pratiques, et qui a été ensuite reprise dans d’autres traités, dans d’autres lois.

      Ça ma marqué une tendance et la tendance, c’est effectivement à partir du 15e / 16e siècle, au moment de la montée du capitalisme, de cette volonté de partager les affaires financières avec l’état... [de la part] d’un certain nombre d’intérêts privés, capitalistes, de riches marchands, qui voulaient faire fructifier leurs avoirs et qui donc voulaient partager et avoir la part du gâteau, finalement, quelque part, de la gestion financière des états.

      Et l’état, aussi, lui, y trouvait un intérêt, parce que plus il y avait d’échanges et plus de capitaux étaient valorisés au travers de prêts, de crédits, etc., et plus l’état pouvait lever d’impôts puisqu’il y avait d’avantage d’activité économique. Donc, il y a eu quand même une convergence d’intérêts à un moment, mais aujourd’hui on a vu que, effectivement, dans les années 70, la finance a pris le dessus (...) ».

      — 

      (1) ce lien pointe un commentaire plus haut dans la même page, il est fonctionnel ou pas selon que vous avez tous les commentaires affichés.

      (2) exemples de questions qui sont développées :

      - Qui créer l’argent ? (1h27’38")
      - À qui appartient notre argent ?
      - Quelles sont les conséquences de la privatisation de la création monétaire ? (1h43’55")


  • Intéressant, merci Mrs. Mais présenter les fonctionnaires comme les bourreaux de la France ... tout cela ne bénéficierait il pas plutôt aux banquiers ? ... les impôts servent maintenant à financer en grande partie de la dette, de l’usure, sur de l’argent prêté et virtuel qui n’existe pas, nous connaissons tous la loi de 1973 dite Pompidou ... alors ? La collecte des impôts, des taxes est aujourd’hui concrètement un racket légal qui tombe dans la poche des banquiers, le reste c’est de la littérature. J’ajouterais que je suis un indépendant et que je considère que beaucoup de fonctionnaires sont d’honnêtes gens qui contribuent à maintenir ce qu’il reste encore de la France ... ils sont contraints d’appliquer ce qui est décidé par de "hauts fonctionnaires" qui eux sont aux ordres des lobbys ... il en est de même pour ce que Mr Soral appelle les corps constitués. La question pour moi est : quand la désobéissance civile devient elle nécessaire pour ces corps constitués (entre autre) ? Le moment n’est il pas venu pour le peuple de reprendre la main tant qu’il en est encore temps ?


  • l’appareil d’état français ne livre pas les portes avions à la russie ,mais se laisse paillassoner par les sponsors de daesh.
    http://www.20minutes.fr/societe/166...

    et aprés ça geins que ça va faire la guerre aux injustiiiceuh..


  • Très intéressante comme toujours la revue de presse mais aussi très flippante !!!


  • samwang
    Je connais bien le sujet (voir le livre de PIERRE YVES ROUGEYRON).
    samwang en chinois veut dire’’ petit animal qui pète au dessus de son cul’’.

     

    • En tibétain, c’est la contraction de Samten Wangchen qui se traduit par "puissance de l’absorption méditative". Je suis orienté vers le bien des êtres, du moins je fais ce que je peux, à mon niveau, comme un colibris :) Je te félicite d’avoir lu le livre de P-Y Rougeyron, ce que je n’ai pas fait. Plutôt que de chercher à me rabaisser, je t’invite à essayer de m’élever, ce qui profitera à tous les chercheurs de vérité. Puissé-je m’abstenir la prochaine fois de te faire (ou de te donner à percevoir) ce que je n’apprécie pas que l’on me fasse.


  • Le grand gagnant est David Zaslav, président de Discovery (Eurosport, RMC Découverte avec Alain Weill et Patrick Drahi) , dont la rémunération atteint 137 millions d’euros, soit 800 fois le salaire moyen.
    http://www.ledevoir.com/economie/ac...


Afficher les commentaires suivants