Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Roland Dumas emportera-t-il avec lui les secrets de la République ?

François Mitterrand en octobre 1984 : « Alors Roland, tu vas voir tes Frères ? »

E&R est le premier site politique de France et, à ce titre, nous nous intéressons à la vie politique intérieure et extérieure de manière sérieuse. Roland Dumas incarne plus de trois décennies de vie politique extérieure et intérieure en tant que ministre des Affaires étrangères de François Mitterrand, président du Conseil constitutionnel et diplomate éclairé. Après avoir lu et annoté son riche ouvrage Politiquement incorrect paru en 2014, nous lui avons posé un nombre invraisemblable de questions. Peut-être trop, au vu de son grand âge : 97 ans !
Roland, si tu nous écoutes...

 

Récemment, il a été aperçu dans son village de Sablons :

 

 

Nous avons alors espéré qu’il répondrait à nos interrogations, car cet homme est l’un des coffres-forts à secrets de la République. Après un mois d’attente, nous avons décidé de publier les notes qui nous paraissent intéressantes pour l’édification de nos lecteurs. Les voici, brut de décoffrage, sachant que la plupart du temps, les réponses figurent entre les lignes des citations de Roland Dumas et de François Mitterrand. Nous voulions juste lui faire avouer certaines tendances... politiquement incorrectes !

 

Février 1984 – Vous rencontrez Yasser Arafat (exfiltré du Liban en 1982 à Tunis par un commando français de la DGSE – le 2e REP en fait –, une « affaire pilotée par Mitterrand au grand dam de la communauté juive ») et vous ajoutez « un des plus éminents représentants de la communauté juive en France fulmine : nous l’avions au bout de l’épée et vous l’avez aidé à fuir ».
Question  : Qui était cet éminent représentant qui souhaitait la mort d’un dirigeant politique de premier plan ?

 

Mars 1984 – François Mitterrand souffre outre-Atlantique d’une mauvaise image colportée par Henry Kissinger. Selon lui Mitterrand trahira les Américains à la moindre occasion. Kissinger quitte la politique en 1977 mais « son influence reste grande ».
Question  : En vertu de quel pouvoir ? De manière plus générale, qu’est-ce qui justifie l’influence des États-Unis dans la politique française ?

 

Mai 1984 – « Il est juridiquement impossible qu’un État membre quitte la CEE [qui deviendra l’Union européenne, NDLR] de son propre chef, et encore moins qu’il en soit exclus par ses partenaires. »
Question  : Sommes-nous pieds et poings liés à l’UE ? Avez-vous vu venir la perversion de la CE des débuts ?

 

10 septembre 1985 – La CIA pousse à des frappes en prétextant des armes chimiques en Libye. Vous répliquez qu’il y a des milliers de ressortissants américains qui y travaillent dans le pétrole et sans visa…
Question  : Libye, Irak… Quand les Américains accusent un pays de détenir des armes chimiques, est-ce le prélude à sa destruction ? L’arme chimique est-elle la bombe atomique du pauvre ?

 

Avril 1988 – Michel Rocard a eu pour maîtresse une psychanalyste prétendument liée au Mossad.
Question  : Les leaders politiques français intéressent-ils à ce point Israël ? Avez-vous personnellement été approché – au vu de votre goût des femmes – par une Mata Hari, sioniste ou pas ?

 

14 septembre 1988 – Mitterrand craint les réactions de la communauté juive à propos de la venue d’Arafat à Paris (le 2 mai 1989). Le 21 septembre il critique « les agents d’Israël qui entendent faire la loi à Paris ».
Question  : Quels sont ces « agents » ? Pourquoi un président français aurait-il peur de la communauté juive en France ? Subissiez-vous des pressions de la part de Shimon Pérès ?
2 mai 1989 – Attali est présent avec Védrine pour recevoir Arafat à l’Élysée : « Il (Attali) sait qu’il va devoir affronter les insultes de ses amis ».
Question  : Attali était-il la passerelle entre Mitterrand et la communauté juive organisée ?

 

Octobre 1989 – « L’hypothétique réunification ne va-t-elle pas remettre en cause la relation franco-allemande moteur de la construction européenne ? Des rumeurs courent selon lesquelles, une fois réunifiée, la Grande Allemagne en sortirait pour conduire, les mains libres, une politique danubienne comme avant guerre. Info ou intox ? »
Question  : Vous vous êtes battu pour le couple franco-allemand. Les Allemands nous ont-ils doublés en ouvrant la CE et donc l’Allemagne à une expansion vers l’Europe danubienne ?
28 novembre 1989 – Kohl présente son programme de réunification en 10 points.
Thatcher : « L’Allemagne est en train de reconstituer son empire. Vous les avez réunifiés. Maintenant les nazis sont dans la Communauté. »
27 octobre 1990 – Thatcher : « Jamais je n’abandonnerai le privilège de battre monnaie ».
Question  : Marie-France Garaud était-elle notre Margaret Thatcher ?

 

14 mars 1991 – Rencontre Mitterrand/Bush (père) : Mitterrand explique qu’il n’a pas voulu reconstruire le réacteur Osirak détruit par Israël. Bush affirme que le Congrès est sous influence du lobby juif.
Question  : Bush a-t-il fait la guerre au Koweït pour Israël ?

1er juillet 1991 – Dissolution du Pacte de Varsovie, mais pas du Pacte Atlantique... comme il était prévu.
20 mars 2014 – L’établissement d’un cordon sanitaire de l’OTAN autour de la Russie pousse la Russie dans les bras de la Chine.
Question  : L’Europe depuis 1999 (l’avènement de Poutine) est-elle redevenue le terrain d’affrontement russo-américain (OTAN, Ukraine, gaz russe) ? Poutine peut-il résister à la poussée militaro-industrielle de l’OTAN et de l’Allemagne ?

 

14 juillet 1991 – Le président américain à Paris propose un deal « Territoires (palestiniens) contre la paix », mais il est déçu par l’intransigeance de Shamir. Bush : « Je me heurterai au poids de la protestation et de l’argent…. L’argent juif qui coule des deux côtés, chez les démocrates comme chez les républicains. »
Question  : Peut-on déjà parler de pouvoir profond aux États-Unis qui impose ses vues au POTUS (President of the United States) ?

 

27 février 1992 – Hassan II sur Israël : « Enfourcher le cheval palestinien est une chose, mais enfourcher le destroyer de l’Islam en est une autre ! »
4 août 2014 – Boutros-Ghali : « Ce qui se passe en Palestine c’est le ferment d’un génocide pour les 20 prochaines années. » 200 millions d’Arabes déchaînés et un milliard de musulmans…
20 août 2014 : « Les Israéliens ont les armes, mais les Palestiniens ont la foi. »
Question  : La prophétie d’Hassan II est-elle en train de se vérifier ? De quel « génocide » Boutros-Ghali parle-t-il ?

 

3 juin 1992 : Mitterrand décide le référendum de Maastricht.
14 septembre 1992 : Vous êtes en Syrie chez Hafez el-Assad, lucide sur Maastricht : « Alors dans quelques années la France n’aura plus de gouvernement, ce sera l’Europe qui décidera de tout ? »
17 septembre 1992 – Mitterrand : « Sans Maastricht, ce sera l’Europe des affrontements… Ce sera Maastricht ou la guerre. »
Question  : Mitterrand, qui pensait que Maastricht protégerait la patrie, s’est-il trompé sur les conséquences du traité ? Chevènement, Assad et Villiers avaient-il raison ?

 

14 juillet 1992 – Mitterrand : « La République n’a pas de comptes à rendre au régime de Vichy ». Sur 15 ans (1981-1996) on découvre un François Mitterrand sous la pression du lobby juif français et de la politique extérieure israélienne.
12 septembre 1994 – Mitterrand à Elkabbach : « Non je ne ferai pas d’excuses au nom de la République ni de la France. Vichy, ce n’était pas la France. »
Mai 2005 – Mitterrand : « La communauté juive de France a tort de soutenir, quoi qu’il arrive, Israël dans sa politique aveugle. »
Question  : Qu’est-ce qui justifie cette crainte, ces louvoiements et cette résistance (notamment sur le cas Bousquet) ? Un chantage électoral, médiatique ou plus personnel ?

 

Octobre 1992 – Question : Quel intérêt les Syriens avaient-ils à exécuter Michel Seurat ?

 

27 juin 1992 – Crise yougoslave, BHL est porteur d’un message de détresse d’Izetbegovic…
9 janvier 1993 – Vous avancez que « BHL se prend pour le ministre des Affaires étrangères ».
Avril 2014 – Vous révélez que BHL « venait visiter Mitterrand le matin de très bonne heure pour lui apporter les messages de tel ou tel avec lesquels il était entremis ».
Question  : En vertu de quoi Mitterrand le recevait-il ? En quoi consiste le « pouvoir de nuisance » de BHL ? Est-il à l’origine de l’opération « Sarajevo » ?

 

24 mars 1993 – Défaite du PS aux législatives, Mitterrand fait son mea culpa : « Des millions de citoyens nous ont abandonnés. Ils se sont tournés vers le populisme. »
Question  : La soumission au Marché – le passage de Mauroy à Fabius – était-elle inévitable ?

 

8 juin 1993 – Mitterrand de Bousquet : «  S’il n’y avait pas eu la guerre, il aurait été ministre, voire président du Conseil ».
22 février 1995 – Le professeur de droit constitutionnel Maurice Duverger, soupçonné de sympathies vichystes, est bloqué au Conseil constitutionnel par Badinter.
11 avril 1995 – Livre entre Elie Wiesel et Mitterrand, Wiesel : « Ce salaud de Bousquet ». Mitterrand de Bousquet : « Je suis en paix avec moi-même. »
17 mai 1995 – Mitterrand à d’Ormesson à propos de l’affaire Bousquet : « Vous constatez l’influence puissante et nocive du lobby juif en France », affirmation proférée à plusieurs reprises.
16 juin 2008 – Vous écrivez : « Encore une fois la France et l’Occident obéissent au changement d’humeur de Tel-Aviv. »
Question  : Quel est le poids réel du lobby juif dans la vie politique française intérieure et extérieure ? A-t-il évolué depuis Mitterrand ? Chirac ? Sarkozy ? Hollande ? Macron ?

 

19 mai 1995 – Rupture Mitterrand/Wiesel après Mémoires à deux voix, et Mitterrand fâché par le tome 3 de Verbatim : « François Mitterrand ne se reconnaît pas dans les citations qu’Attali lui prête. »
Vous écrivez : « Louis XIV avait son Saint-Simon et Napoléon son Chateaubriand. Mitterrand avait, comme hagiographes, son fou Hallier, rayé des cadres, puis son Attali, polygraphe, son Wiesel susceptible et son Benamou affabulateur. Il a conscience que ses auteurs ne sont pas à la hauteur. »
Question  : Pourquoi François Mitterrand s’est-il alors entouré de ces hommes « pas à la hauteur » ? Avait-il le choix ?

 

11 septembre 2001 – Vous évoquez « le mystère du 3e avion sur le Pentagone » et soulevé « la question [est] : pourquoi ont-ils laissé faire ? »
Question  : Un nouveau « Pearl Harbor » est-il possible dans le golfe Persique ?

 

26 février 2003 – Vous écrivez : « Le trio Colombani-Minc-Plenel partage les mêmes dénigrement et détestation de la France, ce que pensait François Mitterrand selon des infos de source sûre. »
Mitterrand : « Je sais qu’au Monde tout un groupe travaille contre les intérêts de la France. » Et de Plenel : « C’est un agent de l’étranger. »
Question  : Les gauchistes, dont Mitterrand pensait qu’ils trahissaient tous un jour, sont-ils des agents antifrançais inconscients ?

 

5 février 2007 – Malgré la frilosité du Quai (Douste est ministre des AE), vous êtes favorable à la bombe atomique pour l’Iran : « Cela rééquilibrerait les forces au Moyen-Orient et interdirait la guerre. »
Question  : Les Israéliens oseront-ils bombarder Natanz en Iran comme ils ont bombardé Osirak en Irak ?

 

4 avril 2009 – Avec Sarkozy la France rejoint le commandement intégré de l’OTAN.
12 avril 2011 – La France est complice de l’arrestation de Gbagbo au profit de Ouattara, issu du FMI – Vous jugez la France « à la solde de Washington ».
20 octobre 2011 – Vous accusez l’OTAN et Sarkozy d’avoir assassiné Kadhafi.
10 juillet 2014  : « François Hollande défend Israël et n’a pas la moindre compassion pour les Palestiniens. La politique traditionnelle de la France est bel et bien enterrée. »
Question : « À la solde de Washington », ne l’était-elle pas déjà dans les années 80, quand Mitterrand faisait « comme si » la France était non alignée ?

 

17 février 1993 – Vous fustigez l’idée de Michel Rocard d’une alliance centre + PS + PC réformateurs + Verts (« Si Fabius est un esprit faible, Rocard est un esprit faux »), mais c’est... Macron en 2017 !
6 mars 2014 – Giscard propose la même alliance « entre socialistes intelligents et progressistes de droite ».
Question : Pourquoi cette alliance n’est-elle pas souhaitable selon vous ?

 

10 juin 2014 : « Satan conduit le bal », écrivez-vous. C’est l’argent qui mène le monde, et vous citez le Faust de Gounod : « Le veau d’or est toujours debout. »
Question  : Peut-on en savoir plus sur ce « Satan » ?

 

Bonus

En mars 2015, Philippe Bilger interrogeait Roland Dumas sur son dernier livre :

 

Le chevalier Roland, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

31 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • pourrait t il aussi nous éclairé sur ;

    - le presbytère du père Glencross à Saint-Léger-des-Vignes (Nièvre) qui servait de domiciliation à Hubert Vedrine, porte-parole de l’Élysée

    - le soutien de quillès alors ministre de l’interieur à michel caignet

    - les charmes de la communes de Saint-Père, située dans la Nièvre

    merci


  • Roland Dumas en a énormément croqué, de cette 5ème République fondée sur l’escroquerie du scrutin majoritaire à deux tours, aux législatives et à la présidentielle . Il n’a donc aucune légitimité à faire la morale à qui que ce soit, à "balancer" sur ses anciens complices . Il a au moins la pudeur de se taire .

     

    • S ’il ne balance pas ( et la tentation est là : à l ’extrême bord du promontoire de se faire une dernière fois ( et peut -être une première fois ) vraiment plaisir , ça n ’a pas de prix ) c ’est par peur , non pour lui même mais pour ses proches , enfants . . . : ah ! s ’il était solitaire sans famille ce qu ’il ne dirait pas ! hélàs , hélas . . . ; ainsi ceux qui ont exercé le pouvoir n ’ont jamais dit la vérité cachée (à supposer d ’ailleurs qu ’ils l ’aient jamais vraiment sue ) , ils n ’ont jamais trahi la loi d ’airain du silence d ’ Etat ; d ’ou l ’absence d ’intérêt de leur Mémoires ( même et surtout des plus grands ) dans lesquelles finalement ils ne songent qu ’à se flatter , gonflant leur imprtance et rôle , tristesse !


  • Pour la première question, il suffit de voir qui dirigeait le crif en 1982, Alain de rothschild ou bien Théo Klein le suivant.


  • Au début des années 90, sa maîtresse, une aventurière nommée Christine Deviers-Joncourt, lui avait offert une paire de pompes Berlutti à 11 000 francs, mais avec la carte Bleue d’ Elf qui l’avait recruté, sans doute pour "mouiller" le ministre . Elf avait offert à cette pouffe un appart de 17 millions de francs ! Une sous Mata Hari qui n’a pas été fusillée...

     

    • Et si on marche du pied gauche dans la m...en Berlutti, ça fait quoi Roland ?


    • 11 000 francs de l’époque ce n’est qu’environ 1600 €...
      Rien comparé aux centaines de millions de la Françafrique par Chirac,Pasqua,Balladur,Juppé lorsqu’ils étaient aux affaires,rien n’on plus par rapport au centaines de milllions détournés aussi à l’époque par les clans Giscard ou Mitterrand...
      Finalement hormis De Gaulle c’est François Hollande qui fut le plus honnête des présidents de la Ve république,mou,faible,incompétent et soumis certes mais il n’a pas volé ne serait-ce que le centième qu’a volé Chirac et le vingtième de ce qu’a escamoté Sarkozy...


    • @ Lonewolf
      11 000 francs de l’époque correspondrait plus à 3500 euros d’aujourd’hui environ en pouvoir d’achat constant


  • Son livre est assez diffusé (voir sur worldcat).Cordialement.

    http://www.worldcat.org/oclc/903597647


  • En 1995 Roland Dumas, président du Conseil Constitutionnel, a validé l’élection de Chirac, en dépit de comptes de campagnes litigieux : renvoyant l’ascenseur, Chirac est intervenu pour qu’il soit blanchi dans l’affaire Elf . Deux coquins, un de "gauche", un de "droite" .

     

    • La France résumé en une phrase !


    • À la différence de Chirac qui n’était qu’un politicien, Dumas était un politique, certes pas parfait, mais quelqu’un avec de la substance qui en imposait. Normal qu’il ait été si proche de Mitterand, comparable à lui en cela.


    • #2334553

      Il n’y a pas de différence entre un mafieux et un politique en dehors des fringues et du phrasé.
      C’est cosmétique.
      Quant à Dumas, c’est surfait, survendu et grimpé au cric par les frangins de son ordre.

      On connaît la musique. Ne perds pas ton temps, c’est inutile.

      Y en a un qui dit "mangez des pommes" et l’autre "lisez des livres".

      Ça vaut pas un pet de lapin. Des puérils lobotomisés qui se la raconte. Voila ce qu’ils sont. Tellement indispensables qu’on s’en passerait tous volontiers.


  • Offrant sa bibliothèque personnelle, Dumas pourrait aussi y joindre sa paire de pompes Berlutti, offerte par sa pouffe Deviers-Joncourt et payée avec une carte Bleue offerte par Elf ! Elle ferait bien exposée dans une petite vitrine, au milieu de ses beaux livres...


  • Allez-y Roland, balancez tout ! Qu’est-ce que vous avez à perdre à présent, vous êtes presque centenaire ! La Famille vous déteste, elle ne se gêne pas, elle, pour vous le faire savoir. Qu’importe si elle possède contre vous quelques dossiers sexuels compromettants, on s’en fout, on connait les méthodes indignes de ces gens là. Après tout, il s’agit de la France et de ceux qui veulent lui faire la peau.



  • Sans doute béni par tous les dieux de l’Olympe, car celui de l’Église catholique m’est moins familier, j’ai eu une vie exceptionnelle, non exempte de coups et de blessures comme je l’ai déjà raconté. Je ne reviendrai pas sur ma trajectoire professionnelle et politique ni sur les avatars d’une vie publique mouvementée. Ou, si je les évoque, ce sera au travers des femmes et des hommes d’exception que j’ai croisés sur ma route.
    Rien ne me prédestinait à rencontrer le Minotaure jusqu’à ce que des hommes en uniformes noirs avec une tête de mort sur la casquette ne fassent claquer les balles d’un peloton d’exécution. J’avais vécu jusque-là une enfance heureuse, à Limoges, où je suis né en 1922 au sein d’une famille aimante. J’étais sans doute destiné à une vie paisible de fonctionnaire, comme l’était mon père, jusqu’à ce que la déflagration de la guerre 1939-1945 fasse voler en éclats mon insouciante adolescence.
    Quand ce dernier a été fusillé par les nazis en 1944, pour faits de résistance, mon destin a été bouleversé.




    Bon ! Un entretien Lepen/Dumas style "Le Souper d’Édouard Molinaro" c’est possible ?


  • Encore un tas de questions sans réponses !
    Comme disait Coluche , quand un mec n’en sait pas plus que ça , il à qu’a fermer sa gueule !


  • #2334331

    Des affirmations sous formes de questions = de la propagande en mode sournois.

     

  • M Roland Dumas n’a pas répondu parce que les réponses étaient induites dans les questions,non ?


  • - "François Mitterrand en octobre 1984 : « Alors Roland, tu vas voir tes Frères ? » "

    Avec une intro pareil, je m’attendais à ce que les questions portent sur la franc-maçonnerie. Je suis déçu.

    - "Roland Dumas emportera-t-il avec lui les secrets de la République ?"

    Monsieur Dumas ne risque d’emporter QUE les secrets de la république. J’eusse préféré qu’il emporta la république tout court. Double déception en ce lundi.


  • << Mai 1984 – « Il est juridiquement impossible qu’un État membre quitte la CEE [qui deviendra l’Union européenne, NDLR] de son propre chef, et encore moins qu’il en soit exclus par ses partenaires. »

    Question : Sommes-nous pieds et poings liés à l’UE ? Avez-vous vu venir la perversion de la CE des débuts ?>>

    En mai 1984 effectivement il n’était pas prévu de sortie possible de l’UE, depuis l’article 50 a été rajouté, celui qui justement prévoit la possibilité de sortie d’un Etat de l’Union européenne, même si les eurofacsistes font le maximum pour sabrer le Brexit


  • Dommage que son corps soit à ce point affaibli, car son visage et son esprit font encore très jeune !

     

  • Roland Dumas m’est devenu sympathique le jour où le nain catalan l’a traité de sale type. Quand on est détesté par une sous merde pareille on ne peut pas être un mauvais bougre


  • Je pense qu’ils sont plutôt entre les jambes de la putain de la république qu’il avait à sont service pour le déstresser du travail .. :)

     

    • La version de Christine Deviers-Joncour n’est pas sans intérêt. Voir l’émission de Tepa avec elle et un ancien membre des services secrets français. Il y est question d’une Eva Joly en lien avec la CIA dans le but de nuire à un grand groupe français...


  • Dumas a déjà tout dit.
    Dans son livre « Coups et blessures », cette phrase :
    « Les Israéliens en font à leur guise en France, et manipulent les services de renseignements français (DST) comme bon leur semble ».
    Il y dénonce aussi le fait que le Quai d’Orsay est noyauté jusqu’à la moelle et que Tel Aviv est au courant de certaines info avant le ministre ou l’Élysée.
    Pourtant, de passage chez Ruquier, on lui a posé la question de la baise, de son costard clair, de Hallier, de tout, en fait, sauf de ça. Pas une seule question sur ce que l’ancien ministre dénonce.
    Fabuleux.


  • Plutôt que d’attendre que ce vendu parle, ne serait-il pas plus simple de lui administrer quelques claques dans la gueule afin qu’il répondre à certaines questions.
    Désolé mais j’en ai marre de tout ce cirque.

     

  • Combien savent encore décoder "ce joli témoignage d’amitié..."

    La diplomatie, c’était aussi ça. L’art de mentir, en toute innocence...


Commentaires suivants