Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Salvini, Trump et la crise migratoire : l’OTAN contre le mondialisme ?

Le gouvernement populiste, qui vient d’arriver au pouvoir, a promis de traiter en priorité la crise des migrants, et il n’est donc pas surprenant qu’il ait déjà pris des mesures visant à apporter des résultats tangibles à ses électeurs. Matteo Salvini, dirigeant du parti euro-réaliste de la Ligue du Nord, et actuellement vice président du conseil et ministre de l’Intérieur, a déclaré :

« Je suis partisan de l’OTAN, mais nous sommes attaqués. Nous demanderons à l’OTAN de nous défendre. Nos préoccupations sont nombreuses quant à des infiltrations terroristes. L’Italie est attaquée par le sud, pas par l’est. »

Cette déclaration importante réaffirme l’engagement de son pays comme pilier de l’euro-atlantisme, mais réinterprète la finalité de cet engagement, le faisant basculer du sentiment anti-russe répandu dans l’establishment vers une utilisation plus pratique, en réponse aux réseaux de traite des personnes.

Se donnant les moyens de ses promesses, il a refusé l’accostage d’un bateau empli de centaines de migrants dans tout port italien, écrivant sur Facebook que « Malte n’accepte personne. La France renvoie les gens à la frontière, l’Espagne défend sa frontière les armes à la main. À compter d’aujourd’hui, l’Italie va également se mettre à refuser la traite humaine, et à refuser le commerce de l’immigration illégale. » Son projet anti-migrant se déploie donc en deux volets, la première partie s’occupant de sécurité extérieure en empêchant l’infiltration de nouveaux migrants illégaux en Italie, alors que la deuxième est intérieure, et prévoit de s’occuper de ceux qui sont déjà rentrés sur le sol italien. L’Italie demande l’aide de l’OTAN sur le premier volet, ce qui se justifie dans la mesure où l’Italie est bien membre de l’alliance, et paye une contribution annuelle pour en faire partie.

 

 

Mais le problème réside en ce que l’establishment euro-libéral de l’Union européenne s’oppose à voir un quelconque de ses membres s’élever contre les migrations illégales ; et c’est ici que les euro-réalistes de Rome peuvent tirer parti du déchirement transatlantique en cours entre Washington et Bruxelles. La sixième flotte américaine est ancrée à Naples, et porte la responsabilité de l’ensemble de la Méditerranée, et avec Trump sur la même longueur d’onde que Salvini, il est possible que le Pentagone prenne la main sur cette mission. L’action serait favorable aux intérêts américains, en ce qu’elle approfondirait les relations avec l’Italie dans l’organisation d’une mission de patrouille vers le sud, face à l’Afrique ; un équivalent aux actions organisées avec la Pologne face à la Russie, les États du sud et de l’est européen gagnant en importance stratégique face à des États plus centraux que sont le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne, qui voient dans le même temps leurs liens avec les USA se dégrader sur fond de différends commerciaux.

L’invocation de Salvini d’une assistance de l’OTAN aux fins de briser les réseaux de trafic de personnes, pourrait donc bien donner aux USA l’opportunité d’agir dans la division européenne, qui prendrait sa place dans le cadre de leur offensive multi-facettes contre l’UE.

Voir aussi, sur E&R :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 






Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • L’ Italie qui demande l’aide de l’OTAN... 50ans après l’attentat de la Pizza Fontana et 38ans après l’attentat de Bologne....
    Et puis ce serait donc pour de toute façon être dans le giron américain, que ce soit via l’OTAN ou via le Pentagone...

    Si on rajoute aussi le fait que si des millions de migrants entrent en Europe, j’ai du mal à croire que ce soit par quelques bateaux d’ONG... rien que matériellement ça pose question.

    Non franchement tout ça, en tout cas tel que c’est présenté me parait quelque peu ...étrange on va dire.
    Y a que moi dans ce cas ou pas ?

     

    Répondre à ce message

  • La faiblesse de Salvini, c’est que son peuple est farouchement europeiste ; alors en tant que chef du gouvernement, il parle de tout et de rien, tire à côté de la cible...alors que le problème de l’Italie, c’est son appartenance à l’Ue ..

     

    Répondre à ce message

  • #2000852

    Article bidon, trop naïf.
    Les US qui veulent attaquer l’UE ?
    Laissez-moi rire, c’est eux qui l’ont créée l’Union, afin de détruire les pays européens...
    Sinon, le petit raisonnement logique qui consiste à dire, ’’Salvini est génial, or il soutient l’OTAN, donc l’OTAN est gentille’’ ne tient pas au vu de la ’’jurisprudence’’.
    La seule chose que l’on peut dire, c’est que Salvini a baissé son froc, a retourné sa veste, comme bien d’autres l’ont fait avant lui, comme Marine Le Pen, ou dès le début, comme Wilders.

     

    Répondre à ce message

    • @ Frexit vite ! C’est trop tôt pour affirmer que Salvini a baissé son pantalon, en appelant l’Otan a régler le problème des migrants il fait 2 choses intelligentes :
      1 : il permet au peuple Italien (qui est globalement aussi peu mature politiquement que le peuple Français) de constater les contradictions de l’Otan, sachant pertinemment qu’ils ne peuvent être une solution au problème des migrants puisque l’Otan est la cause de ce problème.
      2 : Par ce levier, il marque des points politiquement en vue des élections à venir lors desquelles il aurait les coudées franches.

      Là, l’équilibre des forces est en sa défaveur et, si la ramification de l’Otan dite des réseaux "Gladio" (le glaive en Italien) a choisit ce nom ce n’est parce que dans une langue latine, ça faisait plus stylé, c’est parce que l’Italie était le 1er endroit ou ils ont sévis avant de s’étendre, l’emprise de l’Otan y est donc omniprésente.
      Salvini doit composer avec cette réalité et être patient, il n’y a qu’au cinéma que Troie est prise en une journée...

       
    • "Article bidon, trop naïf. "

      Bah, Errare humanum est.. Vous savez, j’ai vu aussi des raisonnements creux et simplets, qui croyaient que parce que les US avaient soutenu la création de l’Union Européenne des dizaines d’années auparavant, cela impliquait automatiquement qu’aujourd’hui, malgré que les circonstances n’aient plus rien à voir, les US ne pouvaient vouloir la destruction de l’Union.

       
    • " il permet au peuple Italien [....] de constater les contradictions de l’Otan"

      Intéressant.
      En commentant le précédent papier sur Salvini, j’avais remarqué qu’en mettant les autres pays dans l’obligation de se répartir les migrants actuellement reçus par l’Italie, Salvini plaçait l’Union devant ses contradictions internes.

      De même, en ne cédant rien sur le fond, il avait laissé le Président italien exhiber sa propre contradiction : ce soi-disant gardien de la constitution et de la démocratie, il devait imposer le gouvernement d’un technocrate non-élu , s’il voulait réussir à empêcher l’application du programme de Salvini.

      La suite des évènements le confirmera, ou pas, mais on est peut-être en train de découvrir un politique qui est aussi un tacticien très intelligent.

       
  • #2000861

    Au moins dans ce cas de figure l’OTAN pourrait servir un but plus utile que ce qu’elle a accompli jusqu’à présent...

     

    Répondre à ce message

  • Salvini veut empêcher les passeurs-négriers de s’enrichir sur le dos des migrants, où est le mal ? Sans pays d’accueil, plus de migrants, plus de "business" . Mais quel est donc l’identité "ethnico-religieuse" de ces fameux passeurs que l’on n’arrête jamais, comme on n’arrête jamais en France les gros trafiquants de drogue dont certains esprits chagrins prétendent qu’ils sont judéos-francos-marocains ? Entre le Maghreb et l’Europe, quel est le trafic qui rapporte le plus, celui de la drogue où celui des "migrants" ?

     

    Répondre à ce message

  • Il est peut-être francophone mais je sais pas dans quelle langue il pense … !!

     

    Répondre à ce message

  • #2002942

    Que l’OTAN serve à quelque chose pour une fois, c’est eux qui ont foutus le merdier en Libye alors qu’ils se débrouillent.

     

    Répondre à ce message