Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Trump remet en question la fonction anti-russe de l’OTAN

Le Conseiller de sécurité nationale US, John Bolton, aurait présenté au président Poutine un possible accord de cessation des manœuvres militaires sur le flanc Est de l’OTAN.

 

L’Alliance atlantique n’organiserait plus de jeux de guerre en Pologne et dans les États baltes, tandis que la Russie s’abstiendrait également d’en faire de l’autre côté de la frontière.

Le président Trump, qui devrait rencontrer prochainement son homologue russe en territoire neutre (Helsinki), avait annoncé durant sa campagne électorale vouloir disloquer l’OTAN.

 

***

Le département d’État refuse un visa à un ex-secrétaire général de l’OTAN

 

L’ancien secrétaire général de l’OTAN (1995-99), Javier Solana, s’est vu refuser l’entrée des États-Unis où il devait participer à un colloque sur le retrait US de l’accord avec l’Iran.

 

Durant la guerre contre la Serbie, Monsieur Solana participa à convertir la gauche européenne aux bienfaits de l’OTAN. Plus récemment, il participa aux négociations 5+1 avec l’Iran et à la rédaction du JCPoA.

(Source : voltairenet.org)

Voir aussi, sur E&R :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 






Alerter

26 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1995042

    La politique de Trump se confirme avec sa volonté de retirer les soldats US des bases extérieures. Si l’OTAN disparaît, l’UE aussi. On peut donc faire confiance à la mafia de Bruxelles pour substituer son financement actuel par celui des état-membres pour conserver une force d’occupation et de protection (des intérêts des banksters, bien sûr).

     

    Répondre à ce message

  • #1995053

    La fonction anti russe de l’Otan est sa raison d’être ! Autant dissoudre l’Otan...

     

    Répondre à ce message

  • #1995087

    si on dissout l’otan et qu’erdogan hausse le ton avec un pays europeen voisin,qu’est ce qu’on va rigoler...
    encore plus si poutine vend des s400 aux turcs...
    qui qui va defendre la grece ou l’italie si les turcs menacent ? les allemands ? nous ?

     

    Répondre à ce message

  • #1995113

    Dissolution à 100% de l’otan.

     

    Répondre à ce message

  • #1995173
    Le 28 juin à 21:09 par Rat Caille
    Trump remet en question la fonction anti-russe de l’OTAN

    Si Trump disloque l’OTAN, le gouvernement français sera le seul à s’obstiner de le conserver (sous injonction allemande cachée) et vouloir à tout prix chercher les tensions où il n’y en a pas. Ainsi Macron croiera se sentir le maître du monde et flatter son égo. Et la facture va nous faire disparaître de l’échiquier pour de nombreuses décennies.

     

    Répondre à ce message

    • #1996226

      Faux ! L’Etat profond français est bien plus atlantiste que l’Etat profond allemand. Macron n’a pas besoin de l’injonction allemande pour soutenir l’Otan. D’ailleurs si l’UE venait à disparaître, nous verrions sans doute un rapprochement de la France avec le bloc atlantique et un éloignement de l’Allemagne de ce même bloc. La France est atlantiste depuis plus d’un siècle, c’était déjà le cas avec Clemenceau, c’est dire à quel point cette tendance est structurelle pour l’Etat profond français... Il n’y a que la parenthèse gaulliste qui a changé cet état de fait. Et qui a d’ailleurs rapproché l’Allemagne des USA pour l’equilibre des forces en Europe.

      L’Allemagne est moins atlantiste depuis toujours car elle est la nation la plus puissante d’Europe depuis longtemps et le jeu d’équilibre des puissances l’amène à avoir une diplomatie un peu différente (souvent en sous marin car Bruxelles et Washington surveillent de près).

      Il faut bien comprendre que la France et l’Allemagne se disputent le leadership européen depuis 2 siècles et la perfidie de la sphère anglo-saxonne a toujours été de les opposer pour éviter d’unifier le continent européen sous l’une de ces 2 puissances qui remettrait alors en cause son influence et son leadership commercial mondial. Voici d’où vient, il me semble l’appelation de perfide Albion !

      Si vous ne comprenez pas ça, vous ne comprendrez jamais la diplomatie européenne car c’est la tendance de fond la plus structurante depuis la révolution française.

       
  • #1995229

    En contrepartie sous-jacente la Russie lâcherait l’Iran et aussi la Syrie.... ????
    Pas forcément un bon deal pour la Russie.

     

    Répondre à ce message

  • #1995287

    Il n’y aura pas de "dislocation" de l’OTAN.

    Simplement, c’est Bolton qui négocie, c’est pas les américano-non-sionistes, Mattis ou Kelly, qui sont sur le départ.

    Poutine a donc obtenu le retrait US de la Baltique. Il a aussi obtenu carte blanche des US pour liquider les takfiristes dans le Sud-Ouest de la Syrie.

    En échange, Bolton a obtenu de Poutine pour les États-Unis d’Amérique une concession vitale pour leur sécurité : leur zone frontalière du Golan ne sera plus menacée par le Hezbollah ou autre force chiite, qui devront s’en éloigner beaucoup. Cela est devenu évident, d’une part vu la pénétration du dernier raid aérien Israélien, et d’autre part vu que Poutine est revenu (ainsi que je l’avais pressenti) sur son projet de fourniture de S-300 à la Syrie,.

     

    Répondre à ce message

    • #1995320
      Le 29 juin à 04:59 par Michelly58
      Trump remet en question la fonction anti-russe de l’OTAN

      Le Golan est déjà sous occupation israélienne alors qu’est-ce que cela change concrètement ?

       
    • #1995408

      @JP
      J’entends bien vos arguments. D’où tenez-vous ces informations ? Elles sont contradictoires avec la volonté de Bachar de récupérer l’intégralité de la Syrie (Golan y compris) ainsi qu’il l’avait annoncé lors de la réunion des Ambassadeurs il y a quelques mois.
      Le monde entier en a assez des extravagances d’Israël. Le NOM et le projet Oded Ynion ont plus que du plomb dans les ailes. Trump manoeuvre par touche pour offrir un flanc juridique découvert aux anti-sionistes (Ambassade US à Jérusalem, retrait CDDH, non-intervention de l’OTAN, Plan Jared Kushner, etc...). Avec le limogeage des Congressmen corrompue à la cause d’Israël, le lobby juif américain a perdu de sa superbe. L’argent va couler de moins en moins pour l’escroquerie sioniste.
      Autrement dit, le moment serait bien choisi pour trouver une solution (finale) au conflit israélo-palestinien. Les Russes y joueront certainement un rôle majeur.

       
    • #1995699

      @ Michelly58
      Je vois un changement quand même, c’est que les possibilités pour Assad de récupérer le Golan sont mainteant très diminuées par rapport à ce qu’elles semblaient être. Si Israel a perdu cette guerre de Syrie, il a quand même réussi à gagner la paix, in extremis. Et l’Iran pourrait bien se retrouver à subir la situation inverse.

      @ Syzygy
      Les informations concernant les départs de kelly et mattis :
      - kelly, anooncé hier dans le wall street journal, serait parti avant la fin de l’été
      - mattis, départ annoncé il y a déjà quatre jours par NBC. Vous trouverez différentes analyses sur le Net, en anglais.
      Quant à la non-livraison des S-300 par la Russie à la Syrie, elle est facilement vérifiable.

      La volonté de Poutine de contraindre les forces chiites à un recul, elle se constate dans les faits. Après, le texte suivant "Russian envoy : Deal reached to remove Iranian forces from Golan" ressemble certes à de l’intox israélienne, mais les faits l’ont corroboré depuis sa publication.
      Quant au lien avec le retrait US de la Baltique, il s’impose quelque peu dans la mesure ou l’on doit rechercher quelle contrepartie Poutine reçoit après avoir pris en compte la plus importante des peurs Israéliennes, la présence chiite à sa frontière.
      Je suis pas seul à imaginer que Poutine et Bibi ont cherchéé à monetr un deal de cet ordre là. Voir l’analyse intitulée "Russia censures Iran, expects Israel to help restore ties with US" sur le site du journal "Asia Times".

      Vous me semblez penser que Trump pratiquerait les échecs tridimensionnels. Moi je vois que, depuis toujours (voir son ascension fulgurante au pourvoir), c’est l’ex-KGBiste Poutine qui est un Grand Maître de ce sport. Trump est d’abord un showman, avec bien sur des "opinions" politiques, mais pas de colonne vertébrale intellectuelle. Sans objectif précisément défini, il ne peut pas avoir de stratégie "tridimesionelle". Il finit souvent par écouter celui qui sait comment gratouiller son narcissisme ; Et dans ce jeu là, les américano-non-sionistes de la maison Blanche (surtout des Marines) ont montré que la flatterie, c’était absolument pas leur métier, pas leur culture.

      Il ne leur reste plus que le coup d’Etat. Ils pourraient compter sur la Navy, les Marines évidemment, la NSA, plus de la moitié de la CIA. Le problème c’est l’Air Force, cette institution qui était étrangement inerte, un jour de Septembre, il y a 17 années....
      Sinon, ils ont aussi les élections à venir....

       
    • #1996119
      Le 30 juin à 10:57 par Michelly58
      Trump remet en question la fonction anti-russe de l’OTAN

      @JP En gros la moitié de l’armée est anti-sioniste, toutes l’armée est derrière Trump, donc Trump va casser la barraque.

       
    • #1996278
      Le 30 juin à 15:01 par Révolutionnaire khoméiniste
      Trump remet en question la fonction anti-russe de l’OTAN

      ou l’on doit rechercher quelle contrepartie Poutine reçoit après avoir pris en compte la plus importante des peurs Israéliennes, la présence chiite à sa frontière.




      Et dans ce jeu là, les américano-non-sionistes de la maison Blanche (surtout des Marines) ont montré que la flatterie, c’était absolument pas leur métier, pas leur culture.




      N’y a-t-il pas comme une légère contradiction dans votre raisonnement ? Si ces responsables étasuniens étaient non-sionistes, pourquoi leur priorité dans les négociations avec la Russie consiste avant tout à demander la prise en compte par Poutine de la "peur la plus importante des peurs "israëliennes"" ?

      La réalité est qu’un retrait iranien de Syrie servirait en première instance l’entité sioniste. Si Washington fait tout pour l’obtenir, et serait en cela disposé à accorder des concessions de taille à la Russie sur d’autres dossiers, c’est bien que Tel Aviv continue à dicter la politique des Etats-Unis dans les régions Asie de l’Ouest et Afrique du Nord. Où se situe le non-sionisme dans tout ça ?

       
    • #1996502

      @ Révolutionnaire khoméiniste

      Je déduis de votre réponse que vous passez plus de temps à écouter les discours de Nasrallah qu’à éplucher le Washington Post.
      Car il y a un gros malentendu que je ne m’explique qu’en supposant que vous n’avez pas fait la traduction (qui est pour moi évidente, mais pas pour vous apparemment) de ce que je disais en annoncant le départ de Mattis et Kelly. Ce sont eux les Marines anti-sionistes. Ils partent parce qu’ils ont perdu l’influence sur Trump. Ce ne sont évidemment pas eux qui ont cherché à faire reculer les forces chiites (au contraire, il y a eu des déclarations, de leur part, et de celle de Mac Master (déjà parti, lui) disant à Netanyahu, que la présence chiite ne les dérangeait pas tant que cela). C’est évidemment Bolton, pro-Israélien, qui organise le deal avec Poutine que j’ai exposé.
      De même, les Marines n’étaient pas d’avis de lâcher aussi légèrement sur la Corée. Mais Bolton s’en fout naturellement de la Corée ou de la Chine, et Trump a lâché.
      De même, les Marines voulaient conserver le JCPOA avec l’Iran, et Trump en est sorti pourtant.
      Bref, ils ont perdu tout pouvoir d’influence sur Trump, au profit de Bolton depuis son arrivée à la Maison Blanche.

      Je pense qu’il faut être circonspect lorsqu’on utilise des concepts comme "Washington", ou "deep state", On leur attribue des choses qui ne concernent en réalité qu’une des factions qui font partie de "Washington" ou du "deep state". Suivant les périodes, suivant les questions, la faction concernée peut être remplacée par une autre. Si on n’y prend garde, si on confond les factions, alors automatiquement la politique réellement suivie par "Washington" apparait absurde. Et donc, vous refuserez de voir ce qui est pourtant la réalité

       
    • #1996513

      @ Michelly58
      Trois précisions, qui seront des mauvaises nouvelles :
      - 1 Trump ne va pas casser la baraque. C’est vrai qu’il détruit l’Empire, mais c’est l’effet de son incompétence et son irresponsabilité. Donc il est pas garanti que cela finisse bien.
      - 2 L’armée n’est pas derrière Trump. Elle a réussi à le contrôler plus ou moins jusqu’à ce que Bolton soit nommé. Et maintenant Trump est derrière Bolton. L’armée, il ne lui reste plus que le coup d’etat ou les élections (ou parvenir à éjecter Bolton, mais comment ?)
      - 3 Il est très difficile de faire un coup d’etat si on n’a pas la complicité ou au moins la neutralité des forces aériennes.
      Et de toutes les façons, même si on peut créditer cette armée de n’avoir pas de haine pour l’Iran, ce ne sont pas des humanistes. Je ne crois pas qu’ils hésiteraient à faire des millions de mort pour que l’empire US conserve sa suprématie.
      Dans ces conditions, ce n’est pas forcément le pire de tous les scénarios possibles, lorsque Trump choisit (consciemment ?) d’affaiblir l’empire pour le bénéfice d’Israel.

       
  • #1995321
    Le 29 juin à 05:01 par Michelly58
    Trump remet en question la fonction anti-russe de l’OTAN

    Le jour de libération est proche et avec lui l’effondrement de régime sionisto-nazis.

     

    Répondre à ce message

  • #1995413

    l’OTAN fut créé en 1949 : c’est une alliance défensive face à l’URSS . 6 ans plus tard (pourquoi si tard ?) l’URSS créa le Pacte de Varsovie en 1955, symétrique de l’Otan . Seulement le 1er juillet 1991 l’URSS dissout ce pacte alors qu’à l’ouest il n’était pas question de dissoudre l’Otan qui n’avait pourtant plus de raison d’être puisque fin 1991 l’URSS cessa d’exister . On voit quel est le camp qui reste potentiellement agresseur .

     

    Répondre à ce message

  • #1995506
    Le 29 juin à 12:28 par Dmitri Orlov
    Trump remet en question la fonction anti-russe de l’OTAN

    Voici un excellent article de Dmitry Orlov donnant un vision d’ensemble très pertinente puisqu’il fut témoin direct de l’effondrement de l’URSS. E&R devrait le publier en première page.

    http://lesakerfrancophone.fr/marque...

    Bonne lecture !

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents