Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Santé : comment la France est devenue dépendante de l’étranger

La pandémie de coronavirus a soulevé la question de la souveraineté sanitaire pour plusieurs pays. C’est le cas de la France, qui a découvert sa dépendance vis-à-vis de l’extérieur, notamment de la Chine. Cette dépendance est la même pour les médicaments, les masques de protection et les respirateurs artificiels.

 

 


 

Le « principal fabricant » de masques de protection en France fermé en 2018 par un propriétaire US

 

L’usine de masques respiratoires jetables Honeywell, établie près de Saint-Brieuc, a été fermée il y a deux ans par son propriétaire américain. Le syndicat Solidaires des Côtes d’Armor dénonce une « décision irresponsable ».

 

Alors que la pénurie de masques de protection en pleine pandémie de Covid-19 agace le personnel médical ainsi que des gens ordinaires à travers le monde, l’union syndicale Solidaires des Côtes d’Armor rappelle que l’une des principales entreprises françaises spécialisées dans leur fabrication a fermé il y a deux ans, rapporte franceinfo.

L’usine de masques respiratoires jetables Honeywell était installée à Plaintel près de Saint-Brieuc, mais son propriétaire américain a décidé d’en baisser le rideau en 2018. Les ex-salariés affirment que le site était pourtant rentable, mais pas suffisamment sans doute.

Pourtant, c’est à l’usine Honeywell que l’État français avait passé commande de 200 millions de masques sous la menace du virus H1N1 en 2009, rappelle franceinfo.

 

« Principal fabriquant pour la France »

« On était le principal fabriquant pour la France, et on vendait partout dans le monde : Japon, Corée, États-Unis » se souvient Jean-Jacques Fuan, directeur du site de 1991 à 2006. Qui plus est, c’est à Plaintel qu’a été créé le masque FFP2 pliable, qui manque aujourd’hui à la France ainsi qu’à d’autres pays européens.

L’ex-directeur souligne en outre qu’au moment de la grippe H1N1, l’entreprise avait bénéficié de subventions importantes, mais qu’en 2018, l’État n’a pas vraiment tenté de sauver l’entreprise.

Toujours selon lui, il est toujours possible de relancer l’activité de l’usine, mais « il faudra un soutien financier important ». Le syndicat Solidaires a pour sa part demandé à plusieurs parlementaires de la région d’interpeller le gouvernement à ce sujet.

Source : fr.sputniknews.com

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

39 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Et j’ajoute en train de le devenir au niveau alimentaire. Il est grand temps d’acheter en priorité Français, et ensuite si besoin compléter avec les produits étrangers...Ainsi conservons et améliorons l’état de nos paysans et assurons notre indépendance.

     

    • #2423795

      Ça va surtout engraisser les grandes surfaces et les intermédiaires, augmenter les prix au consommateur final tout en continuant à couler les producteurs pour leur acheter toujours plus bas et faire des marges maximum ! Ça ne profitera jamais au petit producteur sans un rigoureux contrôle des prix et un prix minimum garanti pour l’agriculteur !


    • Pourquoi pas, mais vraiment, tout le monde ne peut pas acheter des produits qui coûte le triple voir quadruple. Le kilo d’oignons est montée ya pas longtemps à 4euros, ce serait une idée saine, mais il faudrait trouver le moyen de la rendre accessible pour les gens et en même temps rentable pour le producteur.


    • @Yjack. Il n’y a pas que les oignons. Regardez quels prix ont atteint de simples tomates (même pas bio), de banales pommes, les concombres etc. Même les fruits et légumes dits de saison sont désormais à des prix incroyables. On arrive à trouver de la viande (poulet et porc) moins chère que les fruits et légumes.


    • Faites l’effort de trouver les petits producteurs et acheter leur en direct...Il y en a partout. déjà sur les marchés et ensuite BOUGEZ-VOUS !!!


    • J’adhère à ce que dit yjack, j’aimerai acheter made un France , mais ça coûte cher ; alors parfois il est possible car le tarif est raisonnable mais c’est rare. Faut que les tarifs baissent, et tout le monde achètera , ce qui freine c’est le prix !


    • #2424080

      Oui ben heureusement que dans ce pays il y a la concurrence étrangère, sinon tout serait hors de prix ! Merci notamment, à nos amis chinois et espagnols !


  • A part la médiocrité de nos représentants, dites moi en quels domaines la France n’est dépendante de l’étranger ??!!

     

  • Le plus important c’est que les brevets restent français . L’intelligence en Occident, les bras en Chine .

     

    • Les étrangers sont aussi dépendants des brevets français .


    • La France est N°4 mondial en ce qui concerne le dépôt des brevets . C’est la matière grise qui fait la richesse, pas les muscles .



    • Le plus important c’est que les brevets restent français . L’intelligence en Occident, les bras en Chine .




      Et l’argent aux USA


    • Des brevets français ? Probablement mais pas pour la bouffe, les produits de consommation courante.


    • Les brevets ça fait un moment

      qu’ils ont quitté la France.

      La carte à puce est passé dans les mains

      des US avec à la manoeuvre le frère Attali.

      Les brevets d’Alsthom sont aujourd’hui dans les

      mains des US. Quand c’est pas les Chinois.

      Alors déposer pleins de brevets c’est bien ,
      Les garder c’est mieux.


    • #2423875
      le 01/04/2020 par Condamné, confisqué et confiné.
      Santé : comment la France est devenue dépendante de l’étranger

      Pour des sociétés belliqueuses tel les USA ou l’entité sioniste mais une nation souveraine maintient l’équilibre entre l’intelligence permet le développement de la société et l’industrialisation permet l’autonomie (sanitaire, alimentaire, ...) donc notre indépendance.


    • @Tournesol. Pour grimper dans l’arbre et attraper la banane pour la manger et ne pas crever de faim, il faut avoir des muscles, pas seulement l’idée de grimper dans l’arbre ! Votre raisonnement est typique des gens qui ont pris l’habitude de se faire servir, jusqu’au jour où les serviteurs ne veulent plus obéir. Encore heureux que la Chine veuillent bien nous vendre des masques (même s’ils devaient être de la contrefaçons) et bien d’autres choses encore.
      Actuellement pour combattre cette crise, la Chine fabrique des masques, la France des attestations (et accessoirement des brevets si ça peut vous faire plaisir).


    • ERREUR !
      Le brevet appartient à l’entreprise qui fabrique et distribue le produit, sinon aucun financement extérieur (public ou privé).
      Quand l’entreprise est vendue à un étranger, l’inventeur est toujours français mais le brevet (droit de propriété intellectuelle) part avec l’entreprise.
      Alors quand l’entreprise fait faillite... Tout est perdu.
      un inventeur indépendant


  • J’ai grandi à Bourges. Entre 1965 et 1980, il y a de nombreuses fleurons de l’industrie française et, bien sûr, les usines d’armement militaire bien établies depuis la Seconde guerre mondiale (chars AMX, Exocet, etc.). Mon père travaillait chez Rosières, le plus important fabricant de cuisinières à bois (puis électriques). Il y avait Michelin, également qui employait plus de 2000 personnes). Aujourd’hui, Bourges est une ville qui ne produit plus rien : elle vit du tourisme, du Festival, du commerce régional, de l’artisanat local et des entreprises du tertiaire (logistique et hôtelier-restauration qui l’accompagne sur l’autoroute A71) ... Le seul fleuron de la ville est aujourd’hui l’équipe de basketball féminin ! Je crois que ce scénario a dû se produire dans toutes les villes petites et moyennes de France et de Navarre. A qui la faute ? Aux patrons "Français", bien de souche, qui n’aiment pas leur pays et lui préfèrent l’argent. J’en veux pour preuve les patrons allemands, qui aiment autant l’argent, mais qui ne produisent pas à l’étranger (Siemens, Krupp et al.). L’immigration et le mondialisme ont bon dos, mais les patrons français sont les premiers responsables. J’ai étudié à Clermont Ferrand dans les années 70 à 80. Michelin y exploitait la main-d’oeuvre locale issue des petites communautés agricoles (des bus allaient cherches les fils de paysans jusqu’à 40 kilomètres à la ronde !). Payée au SMIC pendant toute leur vie (j’ai vu les bulletins de salaire de certains d’entre eux !). Michelin et ses sous-traitants donnaient du travail à plus de 200 000 personnes, disait-on. Puis un jour, il annonce que les syndicats lui cassent les pieds. Alors il commence une "restructuration". Il va chercher des Portugais, puis des Marocains puis des Turcs en centaines d’autobus pendant 20 ans, une main-d’oeuvre qui ne se syndique pas, qui ne revendique pas. Et non content de cela, il ouvre des usines dans le monde. Dans le monde non syndiqué, comme au Canada, à Bridgewater (Nouvelle Ecosse), où j’ai eu l’occasion de faire un tournoi de football vétérans quand je résidais à Halifax. Bref, tout cela pour vous dire, Chers Français que j’aime de tout coeur, qu’il est temps de vous réveiller. Moi, marxiste de naissance, je rêve d’un retour du capitalisme contrôlé par l’Etat, comme ce fut le cas dans les 30 glorieuses. Car la révolution prolétarienne, je n’y crois plus. Les patrons Français (pas les patrons artisans !) méritent tous d’être jugés pour trahison !

     

    • toute les bonnes maisons creusoises ou berrichonnes on une cuisinière a bois rosière
      robuste facile a démonter réparable a souhait une super marque française


    • C’est si beau une usine, dommage qu’on n’en voit plus dans le paysage... Les concepteurs en France, la main d’oeuvre composée de claque-dents ultra-marins, ne serait-ce pas l’idéal ma chère ?...


    • Les patrons ont été forcé de délocaliser . Le premier équimentier sportif qui a délocalisé en Chine a forcé tous les autres à faire de même : s’ils étaient restés dans l’hexagone ils auraient disparu : trop chers .


    • C’est tellement merveilleux de travailler en usine... Le Rêve... Je préfère que mes enfants soient dans le tertiaire . Je préfère que ce soit une chinoise qui pique à la machine 9 heures par jour 6 jours sur 7 plutôt que ma fille . Désolé .


    • #2423866

      J’ ai un doute ! Je suis restaurateur depuis 40ans, ç est une vraie passion, mais cela reste toujours le même travail, avec toujours les mêmes clients, mon ex femme à travaillé dix années avec moi ,et elle l’a vécu comme du stress, et me disait toujours qu’ elle préférait la chaîne a l’ usine, pas de pression, pas de responsabilité, juste son devoir. Et les ouvriers qui étaient une grande part de la France, parents de mon père, n’ ont jamais pensé que l’ usine était un mal ,il pensait tout simplement a la famille , leurs vies entière étaient pour ce que l’ on appelait la France, la famille. Les suicides sont dans le tertiaire, France Télécom, police ,poste, etcetc dans l’ agriculture aussi. C est cette perte de toute valeurs travail, que les robots vont nous remplacer, et que nous acceptons tout. Ce sera même mieux un revenu universel inconditionnel pour ne pas coudre pendant 7 heures ?


    • @ awrassi

      Saviez-vous que les syndicats sont subventionnés par l’UE ?
      L’UE est une construction US. Les USA "contrôlent" leurs colonies pour qu’elles ne puissent être des concurrents.
      Les dirigeants des syndicats (qui vivent très bien) en ont des choses à raconter sur la faillite de la France ...

      Ceci explique cela !


    • Les patrons de souches aiment autant leur pays que les patrons rhénans. Mais les patrons de souches sont deux fois plus taxés que les patrons rhénans. La petite ville de Bourges a sûrement voté Mitterrand tout azimut, était fière de vaincre le capitalisme. Et elle a réussi.
      Ce qui étouffe les entreprises, c’est l’Etat. Le fonctionnaire fera toujours moins bien que l’entrepreneur du privé, car le fonctionnaire a intérêt à ce que les choses soient mal faîtes et à ce que les innovations soient freinées. Mitterrand raisonnait exactement comme vous. Il se disait - avec sa ribambelle de ministres communistes et socialistes - " peu importe si on taxe jusqu’à tuer des entreprises, d’autres viendront occuper le marché". Et bien non, d’autres ne viendront pas occuper le marché quand il y a 60% de taxes et charges sur les salaires plus l’impôt sur les entreprises plus la TVA plus la taxe foncière plus la taxe d’apprentissage plus la taxe de ci et plus la taxe de mi.

      L’Etat est incapable de construire l’innovation, et l’obsession des fonctionnaires français pour les taxes et les impôts est ce qui mené à la désindustrialisation du pays. Le fameux capitalisme d’Etat que vous fantasmez lâchait la bride aux entrepreneurs : les impôts et les cotisations étaient en moyenne deux fois moins élevés, le Code du Travail ne faisait pas 4000 pages et il n’y avait pas des centaine de millier de réglementations gérées par des comités Théodule (il y a même un comité qui surveille la courbure des concombres).

      Les patrons français ne sont pas moins patriotes que les patrons allemands, dans l’histoire industrielle française c’est même l’inverse qui s’est observé. Les patrons français payaient mieux que les patrons allemands. Mais en 1945 le funeste De Gaulle a décidé de tuer toute l’industrie privée du pays et de laisser le pouvoir aux fonctionnaires. On a vu ce qu’il en est advenu. Et à la place de prendre acte de cet échec vous voulez encore plus de fonctionnaires, de taxes et moins d’entrepreneuriat ?


  • Par la vertu magique de l’ultra-libéralisme individualiste ?


  • Les belles PME françaises, créées au départ par des Français, bien gérées et rentables sont vendues à des firmes étrangères qui s’empressent de rembourser leurs investissements et dont les actionnaires se goinfrent de dividendes au point de mettre l’entreprise en liquidation, cela devrait être interdît, une forme de droit de préemption devrait s’appliquer... Pour cela, il faudrait retrouver notre souveraineté, espérons que cette crise sanitaire serve de détonateur...

     

    • On l’espère mais cela semble compliqué, les premières victimes sont les PME qui vont faire faillites en masse.. au profit des grosses multinationales. Tout cela est sans doute programmé avec la complicité des médias qui n’en diront pas un mot..


    • Comment une PME est vendue ? Il faut bien l’accord des associés fondateurs non ? Si les associés fondateurs décident de vendre, c’est qu’ils ne voient pas de belles perspectives de croissance et que l’Enfer fiscal français empêche de se projeter vers l’avenir.
      Pour multiplier les PME et aussi permettre leur transformation en grande entreprise, je ne vois qu’un moyen : diviser par deux les impôts, brûler le Code du Travail, arrêter de subventionner les syndicats et supprimer les réglementations.


  • La méthode du docteur Maury pour soigner le coronavirus !


  • #2423802
    le 01/04/2020 par Montpellierein Maurassien
    Santé : comment la France est devenue dépendante de l’étranger

    N’en déplaise aux libéraux & aux gauchistes tous les deux acharnés dans leurs idées,seul le nationalisme intelligent et bien pensé sauvera ce pays


  • En fouinant un peu, on s aperçoit que les principaux actionnaires de Honeywell sont vanguard gr, et Black Rock, entre autres, ceux là même qui ont fait fermer l usine d oxygène ! Les mêmes qui sont aussi actionnaires du groupe altice, (BFM TV), où l on démonte allègrement le Pr Raoult...
    Actionnaires également du laboratoire Israélien qui va fabriquer pour les USA la chloroquine par millions de doses...
    Et ceux là même qui voulaient empocher les retraites des Français, et qui ont été reçus à l Elysée par Macron.
    Nous devons savoir les noms de ces actionnaires...surtout lorsque black rock semble avoir mis la main sur la Fed...entre autres choses...


  • On a surtout perdu toute souverainete dans la gouvernance du pays. Etre dependant d’un autre pays pour la fabrication d’un produit n’est pas dramatique en soit si l’on a etablit des relations commerciales avec ce pays que nous controlons. Apres c’est une question de strategie, quelles est la production que nous delocalisons et quelle est celle que nous gardons sur le sol francais.
    La question de la penibilite du travail est a relativiser car les chaines de production ne sont plus celles d’il y a 40 /50 ans. Les machines sont automatises et il y aura toujours besoin de main d’oeuvre technique.
    Produire chez soi ne me semble pas un probleme. Et si la societe s’organise pour promouvoir l’ascenceur social. Il faut permettre a des ouvriers qualifies d’evoluer naturellement vers l’encadrement, voir meme, l’entrepreneuriat.
    Reprendre la maitrise d’une certaine production permettrait de mieux equilibrer l’environement local, sur le plan des infrastructures, du social, de l’ecologie
    Bientot la France, si on peut l’appeler encore comme ca, ne sera plus qu’un grand parc d’attraction. Avec Hanouna en tete de gondole.
    Enfin, c’est juste mon opinion


  • La preuve par neuf, qu’il est urgent de se défaire de l’ultra libéralisme cosmopolite, et des puissances étrangères qui occupent les nations européennes dont la France en particulier.


  • Je n’arrive toujours pas à comprendre tous ces gens qui pensent que Macron et les autres sont bêtes, irresponsables, incompétents et j’en passe. Pourquoi n’arrivent-ils pas à avoir le déclic qui leur ferait comprendre que tout est calculé et prévu depuis des lustres et qu’il ne s’agit pas d’incompétence mais de sabotage économique et financier.


  • Merci d’avoir eu l’honnêteté de rappeler la réaction du syndicat Sud solidaires, qui a prêché dans le désert à l’époque, quand il n’a pas été traité avec mépris par ceux-là même qui payent cher aujourd’hui leur abrutissement idéologique ; à qui on a fait croire que le syndicalisme c’est ringard et archaïque, alors qu’il constitue leur dernier rempard contre la prédation néolibérale quand les partis qui sont censés les défendre les ont jetés aux chiens mondialistes du dedans et du dehors.


  • Pendant ce temps, Sputnik nous apprend que les ricains achètent tous les masques produits en Chine, en payant cash et le double du prix proposé à d’autres acquéreurs. Ce qui fait que les quelques millions de masques commandés par la France n’arriveront pas à bon port. Le contenu de l’avion en question a été racheté sur le tarmac et dérouté vers les US. Ça rappelle un dialogue du regretté Audiard : "je paye le double... et cash".


Commentaires suivants