Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Simone Veil, la mère de l’avortement, est morte

Auschwitz, CSM, immigration, avortement, Europe : une vie

L’ancienne ministre de la Santé s’est éteinte ce vendredi 30 juin 2017 à l’âge de 89 ans. Une pluie d’hommages s’est abattue de toute la classe politico-médiatique. À entendre Christian Estrosi, « Nice et la France viennent de perdre l’une des plus grandes dames de leur histoire », car Simone était née à Nice en 1927.

Simone Veil répond à un auditeur de RMC à propos du procès de Klaus Barbie : « Écoutez, très sincèrement, je crois que je n’aurais pas été choquée par une exécution sommaire. Au fond, je me suis toujours étonnée et j’ai trouvé extraordinaire qu’il n’y ait pas des gens, victimes de cette abominable extermination qui s’est produite entre 40 et 45, et même avant 40, puisque pour nous Français c’est 40, mais pour les Allemands, pour les Polonais, ça a été avant, eh bien je trouve extraordinaire qu’il n’y ait jamais eu de recherche de vengeance individuelle. » (Le Monde du 24 décembre 1985).

La vie bien remplie de Simone est tellement connue qu’on ne va pas s’y étendre, plutôt s’intéresser à son succès médiatique, relativement disproportionné par rapport à son apport politique. Rescapée d’Auschwitz, Simone entre en politique par la petite porte de la magistrature. Cette prisonnière des camps nazis se retrouve haut fonctionnaire dans l’administration pénitentiaire. En 1970, elle devient même secrétaire générale du CSM, une obédience de gauche qui fera couler beaucoup d’encre avec son « mur des cons » 40 ans plus tard.

Femme de paradoxes, Simone, alors en poste au conseil d’administration de l’ORTF (ancêtre de France Télévisions), s’oppose à la diffusion en 1971 du film très antifrançais Le Chagrin et la pitié de Max Ophüls. Dans les années 70, elle est nommée ministre de la Santé et portera la réforme du droit à l’IVG en 1975, qui déchaînera les passions et débouchera sur 200 000 naissances en moins par an. Que Giscard compensera par 200 000 immigrés, « grâce » au regroupement familial.

 

 

 

À ce propos, c’est elle qui s’oppose à la politique d’aide au retour de 100 000 Algériens par an prônée par Giscard. Cette femme, qui n’était que ministre, avait donc le pouvoir de faire plier un président de la République. Une telle chose n’est possible que si la Simone était portée par un puissant réseau. Toujours à la pointe du progressisme, elle fera la promo de l’Europe à la fin des années 70. Les Français, qui l’adorent, la croient. Ils s’en mordront les doigts lors de la brutale flambée des prix due au remplacement du franc par l’euro en 2002. Et on ne parle pas du chômage de masse et de la casse sociale qui en découlent.

 

 

Après une longue carrière politique à droite teintée de gauchisme sociétal, elle atterrit à la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, un truc qui n’est pas qu’une simple fondation, mais un incroyable levier d’influence à lui tout seul. Cependant, là aussi, elle fait preuve de mesure en s’opposant en 2008 à la proposition absurde de Nicolas Sarkozy d’imposer la mémoire d’un enfant juif mort à chaque élève de CM2. Une mesure totalement délirante sortie de l’imagination d’un président qui se voulait plus juif que le roi des juifs. Le poids moral de Simone dans les grands débats de la nation a compté, on le voit.

 

JPEG - 1.3 Mo
Sur la main du bas de son épée, sont marquées les flammes des fours crématoires, et sur l’autre côté de la garde, le nom du camp d’extermination de Birkenau.

 

Octogénaire, elle est reçue en grande pompe à l’Académie française, où la nation case les plus méritants de ses enfants. Sur son épée est gravé son numéro de matricule d’Auschwitz.

 

Les hommages pleuvent de partout

Du minable François Hollande, dernier président déchu :

« Simone Veil a traversé l’Histoire et a fait l’Histoire. Pour avoir connu l’enfer, elle s’était engagée pour faire avancer le droit et construire l’Europe. Elle fut d’ailleurs la première présidente élue du Parlement Européen. La France perd une de ses grandes consciences ».

Même Marine Le Pen y a été de sa déclaration solennelle :

« Je présente à sa famille et à ses proches mes condoléances les plus sincères. J’ai aussi une pensée pour sa famille politique, avec qui Simone Veil a défendu ses convictions avec constance. Je salue enfin le combat pour la Mémoire qui fut celui de toute sa vie »

 

On dirait la mort du banquier Warburg, que Céline avait décrite dans un de ses pamphlets. Une personnalité s’en va, et on devine que son poids politique est sans commune mesure avec sa fonction officielle.

Au dernier socialiste Benoît Hamon le mot de la fin, avec un résumé brutal mais clair de la grande dame : « survivante de la Shoah, ministre de la loi IVG, inlassable européenne ».

Un trident idéologique qui avait 40 ans d’avance car c’est exactement la coupe sous laquelle les Français vivent aujourd’hui, comme les trois pieds de l’oligarchie régnante. À ce titre, Simone était une visionnaire, ou à tout le moins la diseuse de prophéties autoréalisatrices.

 

Simone Veil en 20 dates par Le Figaro

- 13 juillet 1927 - Naissance à Nice de Simone Jacob.
- Mars 1944-avril 1945 - Déportation à Auschwitz et Bergen-Belsen.
- 1945 - Études à la faculté de droit et à Sciences Po.
- 1946 - Mariage avec Antoine Veil.
- 1957-1964 - Magistrate, détachée à l’Administration pénitentiaire.
- 1964 - Direction des affaires civiles du ministère de la Justice.1969Conseillère technique au cabinet du garde des Sceaux, René Pleven.
- 1970-1974 - Première femme à être nommée secrétaire général du Conseil supérieur de la magistrature.
- 1974-1976 - Ministre de la Santé (gouvernement Chirac) et loi sur l’interruption volontaire de grossesse.
- 1976-1979 - Ministre de la Santé, chargée de la Sécurité sociale (gouvernement Barre).
- Juin 1979 - Députée européenne (réélue en 1984 et en 1989).
- 1979-1982 - Présidente du Parlement européen.
- 1984-1989 - Présidente du groupe libéral au Parlement européen.
- 1993-1995 - Ministre des Affaires sociales, de la Santé et de la Ville (gouvernement Balladur).
- 1998 - Membre du Conseil constitutionnel (pour neuf ans).
- 2007 - Publication de son autobiographie intitulée Une vie.
- 2008 - Le président Nicolas Sarkozy la charge d’une mission sur le Préambule de la Constitution et la « diversité ».
- 2010 - Un sondage Ifop la présente comme « femme préférée des Français ».
- 2010 - Entrée à l’Académie française.
- 2012 - Le 10 septembre, François Hollande, président de la République, lui remet les insignes de grand-croix de la Légion d’honneur.

 

 

Immigrationnisme, Shoah et avortement, pour tout comprendre
de l’influence de Simone Veil,
lire sur Kontre Kulture

 

Simone Veil, à ne pas confondre avec la philosophe devenue chrétienne Simone Weil, sur E&R :

 






Alerter

183 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1757726
    Le 1er juillet à 13:11 par Jean
    Simone Veil, la mère de l’avortement, est morte

    Première, deuxième, troisième génération !! Nous sommes tous rescapés d’l’avortement !!

     

    Répondre à ce message

  • #1757737
    Le 1er juillet à 13:32 par Rémi O. Lobry
    Simone Veil, la mère de l’avortement, est morte

    Durant WW II Simone Veil était contre le vilain Nazi Walter Hallstein qui voulait faire ein gross Eupora.

    Walter Hallstein est resté sous les radars durant une bonne grosse décennie pour réapparaître à Rome en 1957 nous refaire le coup d’une grande Europe.

    Et là Simone Veil était pour !

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Walte...

    En hommage à Simone Veil (la leur) et non pas Simone Weil (la nôtre) nous n’entonnerons pas l’Hymne à la Joie. Ce serait déplacé .

    Therefore :

    https://youtu.be/tt20dkb3y2I

     

    Répondre à ce message

  • #1757757
    Le 1er juillet à 14:09 par Boude
    Simone Veil, la mère de l’avortement, est morte

    A la télé, les présentateurs (trices) d’info ont la mine grave, le regard triste, certains prêts à chialer en annonçant la mort de Simone...un peu comme en Corée du Nord quand le Kim d’avant est mort...en tous cas le ton est donné, les français doivent être tristes, il y’a deuil national...

    Et puis, c’est une rescapée du crime de lumière, la Shoha(répété 3 fois sur un sujet de 3 minutes sur France2, la mention "famille de juifs non-pratiquant" également), autant dire une sainte, si ce n’est une prophètesse...peut être même une déesse...en espérant que ce ne soit le Crif de l’époque, l’Ugif(qui faisait le tri entre "bon juifs" et "mauvais juifs") , qui ne l’est dénoncé à la Gestapo...

    Il serait intéressant de connaître les audiences des différents documentaires en hommage à Sainte Simone...car comme pour beaucoup de chose, il semble qu’il y’ai un décalage important entre ce que pensent les médias et la population lambda...

    En deux jours, dans la vraie vie, je n’ai pas encore rencontré quelqu’un d’attristé par la disparition de la sainte en devenir...les gens s’en foutent comme de leur première vérrue, pire, ils trouvent que les médias en font trop !!!

    Marianne sera-t-elle rebaptisée Simone ?!!! Va t-on inscrire son nom sur l’Arc de Triomphe ? Sur la Tour Eiffel ? Déclarer le 30 juin férié ? Construire un monument dédié à sa mémoire ? Coulera t-on un bronze à son éffigie ? Sa tronche sera-t-elle un jour sur des pièces de monnaie, des billets de banque ?

     

    Répondre à ce message

  • #1757926
    Le 1er juillet à 18:25 par Gloria Lasso
    Simone Veil, la mère de l’avortement, est morte

    Simone entrant au Panthéon c’est un peu comme Mac Donald entrant à La Pyramides (Le restaurant, pas les ruines)

     

    Répondre à ce message

  • #1758345
    Le 2 juillet à 09:56 par Mister Mayo
    Simone Veil, la mère de l’avortement, est morte

    http://virtusvirtus.wixsite.com/jim...

    "La loi sur l’avortement visait aussi à abolir cette France catholique dont nous ne voulions plus. Lorsque l’on brandit le nombre d’avortements réalisés en France, je ressens toujours en moi une mystérieuse jubilation" - Simone Veil.

    Un commentaire ? Une réaction ?

     

    Répondre à ce message

  • #1758407
    Le 2 juillet à 11:48 par lisa
    Simone Veil, la mère de l’avortement, est morte

    Je souhaite apporter un peu de contradiction aux commentaires. Qu’il est facile de jeter la pierre sur cette femme "qui a banalisé l’avortement, a tué des milliers de fœtus". Encore une fois, il faut contextualiser le sujet. L’avortement clandestin existait déjà, se pratiquait et mettait en danger la vie de nombreuses femmes en détresse. La question est : pourquoi avortent-elles ? Par inconscience, parce que "leur corps leur appartient" ? ou peut-être aussi parce qu’elles ont été lâchement abandonnées par leur compagnon ?
    J’ai la trentaine, je suis donc un produit de la génération de la pilule ( que j’ai très vite refusé), je suis contre l’avortement, j’ai toujours voulu fonder une famille ( j’ai bientôt 3 enfants et suis mère au foyer). Mais je me rappelle très bien l’hypocrisie de nombreux garçons, qui souhaitaient "s’impliquer" dans une relation sérieuse, mais qui insistaient pour que la fille prenne la pilule, au cas où... Il y a les filles fières de prendre la pilule, celles qui finissent par la prendre pour faire plaisir à monsieur, et celles qui résistent. Ce que je veux dire par là, c’est que dans la question de l’avortement, la place de l’homme est très importante et déterminante à mes yeux, mais cet aspect là est trop peu souvent abordé. Comme si cela ne relevait que de la responsabilité de la femme et de cette loi Veil. Combien d’hommes sont prêts, quand ils se mettent en couple, à prendre le risque de fonder une famille ? Combien de femmes se retrouvent seules, ou attendent trop longtemps, car monsieur, à 30 piges "n’est pas encore prêt" pour fonder une famille ? Donc, il y a aussi des femmes qui avortent par peur que leur conjoint ne les quitte, trop conscientes de leur égoïsme. Je trouve donc la position de nombreux commentaires trop faciles et confortables intellectuellement. Autre chose : aujourd’hui, la gauche bobo a récupéré la loi Veil, en nous faisant croire qu’elle souhaitait faire la promotion de l’avortement, ce qui est absolument faux, mme Veil souhaitait endiguer les avortements clandestins et dissuader les femmes d’avorter. Sa position est beaucoup complexe que ce qui est énoncé dans les médias. Je vous prie de ne pas tomber dans le pièges du manichéisme. Voilà ; j’espère que mon propos sera bien compris.

     

    Répondre à ce message

    • #1758619
      Le 2 juillet à 17:33 par Caro
      Simone Veil, la mère de l’avortement, est morte

      Quand on veut "s’impliquer dans une relation sérieuse"... On commence par se marier ! Ca évite, déjà, les enfants dits illégitimes, et par cette idée même, certainement, un paquet d’avortements.

       
  • #1758925
    Le 3 juillet à 07:21 par Joseph Gobelet d’urine chef de la propagande & Maurice Pimpon
    Simone Veil, la mère de l’avortement, est morte

    Peine de mort pour les assassins non, mais peine de mort pour les nouveaux nés, oui !


     

    Répondre à ce message

  • #1759003
    Le 3 juillet à 10:46 par nairod
    Simone Veil, la mère de l’avortement, est morte

    Il faudrait savoir si cette grande dame a fait don de ses organes ou si elle s’est inscrite sur le fichier conformément à sa religion juive qui le lui interdit.

    En tout cas, elle aura bien servi israHELL.

     

    Répondre à ce message

  • #1760282
    Le 5 juillet à 10:58 par Jacques Lantier
    Simone Veil, la mère de l’avortement, est morte

    Il y a une erreur grossière dans cet article : on confond le SM (syndicat de la magistrature, classé à gauche) et le CSM (conseil supérieur de la magistrature qui est la structure administrative chargée notamment des affectations des magistrats, de leur avancement et éventuellement des sanctions). Donc Simone Veil n’a jamais été une syndicaliste gauchiste...

     

    Répondre à ce message

  • #1760581
    Le 5 juillet à 16:56 par azerty
    Simone Veil, la mère de l’avortement, est morte

    Les lois issues de la France catholique n’étaient pas si mal et protégeaient les enfants de ce genre de situation difficile. on se marie avant de consommer, c’est peut etre moins amusant de ne pas pouvoir jouir sans entrave comme les 68attardés, mais un enfant c’est pas un jouet.
    C’est vrai qu’il est facile pour l’homme de critiquer, c’est pas lui qui tombe enceinte et doit accoucher, d’une part.
    Il n’est pas tenu non plus d’élever l’enfant, d’autre part.
    d’où abstinence jusqu’au mariage.

    Les chiffres d’avortements clandestins étaient forcément énormément sur-évalués, en parlant de millions. puisqu’avec 200.000 bébés avortés, la natalité à considérablement chuté.
    Ces bébés assassinés n’étaient déjà pas comptabilisés. Seul la méthode de mise à mort a changé, donc la natalité n’aurait pas du changer. Hors elle a considérablement chuté.
    Non seulement le problème de ces avortements clandestins mortels a été résolu,
    mais cela veut dire aussi que la loi a incité des femmes qui auraient gardé leur enfant et l’auraient élevé à avorter aussi.

    Cette loi avait d’autres buts, parce qu’il était possible de faire autrement,
    en faisant une loi qui responsabilise le père, déjà, même si à l’époque la paternité ne pouvait être démontrée. même supposée on pouvait faire quelque chose,
    par plus de prévention, on en fait bien pour le tabac ou les dangers de la route,
    en assistant les mères en difficulté.
    en encourageant l’adoption et en déculpabilisant les femmes qui accoucheraient sous x pour préserver la vie de l’enfant.
    en favorisant la recherche sur la contraception. depuis la pilule, stérilet et le préservatif, rien depuis 40ans.

    alors que par exemple il y a des méthodes naturelles qui permettent déjà de réduire grandement les risques de grossesses non désirées, mais elles ne sont pas enseignées.
    Les amazoniens connaissent des plantes qui empêchent les femmes de tomber enceinte, ils sont effrayés de constater ce que nous sommes capables de faire.

    On peut espérer que dans un futur proche des méthodes nouvelles apparaissent, on n’aurait alors plus besoin de recourir à une telle barbarie obscurantiste, une telle décadence morale.

    Cette loi n’a eu aucun autre but que d’avilir l’homme, affaiblir notre pays et notre peuple, de promouvoir la décadence morale, d’attaquer les valeurs chrétiennes pour faire avancer les valeurs satanistes judéo-maçonniques.

    Et pas besoin d’être catholique intégriste, je suis plutot agnostique et catholique culturel.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents