Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Travail détaché : Macron vit dans le fantasme de "l’esprit européen"

Et accuse la Pologne de se "mettre en marge"

La tournée d’Emmanuel Macron auprès des pays du groupe de Visegrad pour obtenir une réforme de la directive sur le travail détaché n’est pas aussi triomphale qu’il ne voudrait le faire croire. Elle donne lieu à une très belle invocation de l’esprit européen, le fantasme des élites françaises...

 

C’est l’histoire d’un pays qui participe à la fondation de la Communauté européenne en 1957 et qui, 70 ans plus tard, a laissé filer tous ses comptes publics et ses comptes sociaux. Pour y travailler, il faut verser un euro de cotisation sociale chaque fois qu’on y verse un euro de salaire. Ce même pays vit dans la croyance extravagante selon laquelle il pourrait former un marché unique avec tous les pays européens, y compris les plus pauvres, leur ouvrir ses frontières, sans souffrir du coût de sa protection sociale.

Et le jour où il découvrirait qu’un travailleur roumain ou bulgare coûte moins cher qu’un travailleur français, il jouerait une comédie de boulevard où l’esprit européen de 1957 serait brutalement rendu cocu par les volages bulgares, roumains, polonais, hongrois et autres membres du groupe de Visegrad.

On n’est pas bien sûr que la pièce soit très drôle, mais les acteurs (en l’espèce Emmanuel Macron) donnent tout ce qu’ils peuvent pour la rendre crédible.

 

Quand les élites françaises vivent dans le fantasme de « l’esprit européen »

Il faudrait un bon divan de psychanalyste pour faire accoucher Emmanuel Macron de toutes les croyances naïves sur l’Europe qu’il porte encore, comme si, derrière son masque d’adulte, demeuraient des impressions d’enfance jamais digérées.

Par exemple, Emmanuel Macron croit que l’élargissement de l’Europe aux pays de l’ancien bloc communiste n’altère pas le sens originel du Traité de Rome. Appartenir à l’Europe, c’est toujours plus de protection pour les salariés. Et plus de protection pour les salariés, c’est forcément une augmentation constante du coût du travail et la mise en place d’un système public d’assurance sociale appelé sécurité sociale. Tous ceux qui ne tendent pas vers cet objectif n’ont pas l’esprit européen.

Voilà ce qu’on pourrait appeler une belle croyance naïve : imaginer qu’un Polonais ou un Bulgare entre dans l’Europe pour bénéficier, enfin, des lumières françaises et pour espérer, enfin, disposer d’une sécurité sociale comme la nôtre. Pas un instant, Emmanuel Macron n’a la lucidité suffisante pour comprendre que la France, la grande malade de l’Europe, et son modèle social qui crève sous ses charges et ses dépenses publiques, constituent de véritables repoussoirs pour les autres.

En réalité, la Pologne et la Roumanie rêvent peut-être d’Europe, mais ils ne rêvent plus de ressembler à la France.

Lire la suite de l’article sur atlantico.fr

Derrière la rêverie Macron, la triste réalité des réseaux capitalistes,
lire chez Kontre Kulture :

À ne pas manquer, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • C’est facile à comprendre Mr macron ,mettez 10 commerçants les uns à coté des autres et que chacun paye des charges différentes ,et attendez de voir ce qui va se passer.Moi je sais, mais apparemment pas vous. Parce que vous vivez dans un autre monde ,mais pas dans un monde réel .

     

  • ’’ ils ne rêvent plus de ressembler à la France’’...
    Comme les Français eux-même d’ailleurs puisqu’ils sont les premiers à ne plus reconnaîtrent leur pays qui n’est plus la FRANCE mais une entité institutionnelle qui porte ce nom, avec son appareil d’état, son appareil administratif, ses sbires armés pour les défendre ; qui sont en tout et pour tout la ’’france’’. Le reste de la population ayant pour unique vocation de leur fournir les moyens (et quels moyens.. !) de perdurer.


  • Macron à tout à perdre dans cette histoire. Cela met en lumière le système des travailleurs détachés qui est un scandale possible uniquement à cause de l’europe, mais surtout cela va montrer de manière éclatante à quelle point le président français n’a plus aucun pouvoir étant entendu qu’il ne va absolument rien obtenir. Je ne comprends pas comment lui et ses conseillers peuvent faire une aussi grosse faute politique. Ça dégringolade dans les sondages doit vraiment les faire paniquer.

     

    • C’est un homme de paille, invente’ de toute piece par des vieux (et vielle) cynique qui le pousse a faire ce genre de travail. J’aurais toujours du respect pour mes aieux et la sagesses des generations precedentes. La France toute entiere merite beaucoup mieux q que la situation actuelle... Macron n’est pas a la hauteur. On gere pas 65 millions d’etre humains... on les inspire, on les aide, on les protege.


  • L’U.E est encore moins réformable que la France.
    Pour la France, c’est dû au fait que les Français s’accrochent et c’est normal, à leurs acquis sociaux, mais pour l’U.E, c’est dû à ses traités qui ont été consciencieusement élaborés pour entraver les pays européens afin qu’ils ne viennent pas nuire à l’économie américaine.
    Si le Young Leader qu’est Macron ne le sait pas, c’est que ses maîtres se sont foutus de sa tronche, s’il le sait, c’est qu’il se fout de la notre en voulant nous faire croire qu’il va changer la situation.


  • Imaginez-vous un seul instant l’inverse : La France pauvre et les pays de l’est richesur. Croyez-vous une seule seconde que ces pays nous auraient donné un euro ?
    Le français est bien naïf. Et s’il se tiersmondise ben c’est avant tout de sa faute....


  • Il ne pourrait pas le fermer un peu ce Cher Monsieur Macron, au lieu de donner des leçons à tout le monde ?

    Il prend le risque de se faire envoyer sur les roses, et c’est ce qui s’est passé avec la Pologne.


  • « "En même temps", notre Président est pour le libre-échange ET pour le protectionnisme. »
    J’ai plié de rire !!!


  • "Pour y travailler, il faut verser un euro de cotisation sociale chaque fois qu’on y verse un euro de salaire."
    Au-delà même de ce qui est évoqué au déroulé de l’article, c’est même pire que cela au regard de l’affirmation ci-dessus, surtout en matière de retraite où l’on rencontre le parfait "Ponzi" légalisé : car en versant 1 euro de cotisation retraite, non seulement on paye 1 euro pour le retraité du moment mais par dessus le marché on s’ouvre un droit à en toucher une (le 1 euro - supposé - étant même revalorisé)
    L’on comprend la nécessaire et toujours plus vorace, alimentation de la base (de la pyramide) : d’autant plus que les dividendes sortent par le haut...(tout en n’effrayant pas plus que de mesure, les actifs du milieu de la pyramide)


  • La naïve débutante emmanuelle Micron s’assoit sans vaseline sur la souveraineté de la Pologne. Emmanuelle finira par sentir la différence entre la souveraineté de la Pologne et le plug du PS en marche.

     

  • Pourquoi faire venir un plombier polonais ? ils ont détruit le droit du travail , un français fera l’affaire désormais .

     

    • Pas si sûr, Schroeder a démoli le droit du travail allemand mais cela ne l’a pas empêché de faire venir de la main d’oeuvre des quatres coins d’Europe, dans tout les cas le polonais restera plus compétitif que le français.

      De toutes manières cette polémique au sujet des travailleurs détachés est un écran de fumé ainsi qu’une vaste blague, ces travailleurs n’étant qu’au nombre de 200 000 environ dans toute la France ils ne représentent rien en terme de masse salariale.


    • " ces travailleurs n’étant qu’au nombre de 200 000 environ dans toute la France ils ne représentent rien en terme de masse salariale. "
      D’une part, ce n’est pas rien (d’autant qu’ils sont certainement concentrés dans des secteurs d’activité en particulier, comme le bâtiment par exemple), et d’autre part quand bien même cela ne devrait tout simplement pas être.