Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Tribunal correctionnel de Marseille : Salim Laïbi condamné pour "diffamation" contre Said Sadi

Le tribunal correctionnel de Marseille a rendu son verdict vendredi 13 mai 2022, dans l’affaire opposant Said Sadi à Salim Laïbi, condamnant ce dernier pour « propos diffamatoire » à une amende de 12 000 €, et pour « préjudice moral » et « atteinte à la réputation », à 15 000 € et 10 000 € au titre de l’article 475-1 CPP.

 

Par ailleurs, le parquet « s’est saisi du dossier pour envisager d’instruire l’affaire au pénal », a indiqué Docteur Said Sadi dans un post sur sa page Facebook.

Ce dernier explique en effet que son détracteur Salim Laïbi a été condamné au maximum des peines prévues par la loi pour « 17 passages (visés dans la citation) contenus dans le livre intitulé “Algérie : de la théorie à la pratique du complot” le 22 janvier 2020 ; pour « 33 passages (visés dans la citation) dans une vidéo intitulée “l’imposture Saïd SADI démasquée par Salim LAIBI” diffusée sur Youtube le 27 janvier 2020 ; et pour « 3 passages (visés dans la citation) dans une vidéo intitulée “les secrets les mieux gardés de l’Algérie” diffusée sur Youtube le 24 février 2020 ».

« Par ces trois modes de communication, il a voulu, délibérément, discréditer M. Saïd SADI, homme politique algérien et ancien député, pour mettre en doute son intégrité morale et son engagement politique en lui prêtant des alliances opposées à ses valeurs politiques afin de le présenter comme un imposteur », indique le texte du jugement en question.

« Aucune excuse de bonne foi ne pourra être retenue pour exclure la responsabilité de M. LAIBI qui a pris pour cible M. Saïd SADI en tenant son endroit des affirmations mensongères sous couvert de la liberté d’information et en participant ainsi dangereusement à la diffusion de fausses informations », poursuit-on.

Lire l’article entier sur lavantgarde-algerie.com

Ci-joint l’article de La Provence, qui a repris l’information une semaine plus tard :

Le cas Laïbi, sur E&R :

 






Alerter

26 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Pas très malin de se faire condamner en France pour des affaires strictement algériennes !

     

    Répondre à ce message

  • Je ne sais pas qui est Laibi.
    Par contre Saidi est un intime de BHL.

     

    Répondre à ce message

    • Il est encore plus intime avec les généraux criminels de la junte militaire qui dirige l’Algérie depuis l’interruption du processus électoral de 1992, au cours duquel il a obtenu un suffrage humiliant dans sa localité en Kabylie.
      Mr Laibi est le neveux de l’ancien patron des services algériens assassiné spectaculairement en pleine rue avec son fils. Traumatisé par l’évènement, il s’est exilé en France où il a versé dans une pseudo discidence aux autorités de son pays d’accueil et leurs complices algériennes. Son narcissisme aggravé sans doute par son traumatisme, a facilité sa pernicieuse récupération en France, contre les authentiques opposants tels Alain Soral et Dieudonné.

       
    • On comprend mieux pourquoi il n’a toujours pas lâché Blanrue et Fauré. Qui se ressemble s’assemble.

       
    • Les motifs du jugement (du moins, ceux qui sont rapportés dans les médias) invitent une réflexion supplémentaire.

      Il a été reconnu que Laïbi a, dans le but de nuire à l’engagement politique de Saidi, prêté à ce dernier de fausses alliances politiques.

      Or, même s’il n’y a pas de doute quant à la piètre valeur morale et intellectuelle de Laïbi, imputer à ses adversaires idéologiques ou politiques des alliances inexistantes fait parti du discours politique depuis toujours, et ce pour une raison assez simple : une part importante de l’action politique se joue derrière les rideaux, notamment par le biais d’alliances de toutes sortes, dont certaines peuvent unir, sur certains sujets, des acteurs politiques que tout oppose par ailleurs.

      Le concept d’alliance peut également désigner une alliances à des idées, laquelle peut être volontaire ou non (cette dernière étant le fait de ceux qu’ on désigne souvent comme des "idiots utiles").

      L’analyse politique exige de se poser des questions sur les alliances cachées, dont nul ne peut nier de l’existence, et c’est pourquoi le discours politique laisse une grande marge de manoeuvre à des propos qui, dans le contexte des rapports privés, seraient diffamatoires. Ces propos sont sujets à une autre forme de sanction : la perte de crédibilité de leur auteur.

      Il est donc souhaitable que tel ou tel journaliste, tombé depuis dans l’oubli, ait eu la liberté d’écrire que Dieudo et Soral soient alliés à l’Iran, car ça permet également
      à Dieudo et à Soral de se tromper une fois de temps en temps lorsqu’ils prêtent certaines alliances à leurs adversaires, et ça leur permet de faire ce genre d’affirmation uniquement sur la base de raisonements. Quand on fait un bilan sur la durée, on peut ensuite conclure, comme dit le slogan, que "Soral à (souvent) raison".

      Ce qui est raporté dans cette nouvelle au sujet de Laïbi laisse donc croire qu’on lui a intenté un mauvais procès, qui en plus n’a pas connu l’issue qu’il aurait dû connautre, même si Laïbi est un sale con.

       
  • Salim file un mauvais coton... C’est vraiment "insensé" comme il dirait...

     

    Répondre à ce message

  • Je trouve ça dommage de pas voir plus de soutien dans les commentaires pour Salim Laïbi sachant qu’il mettait là le doigt sur quelque chose d’important sur ce qu’il se passe en Algerie en sous marin.
    tant que les Algérien n’auront pas une prise de conscience et arrêterons d’être étouffer par leur fierté ils ne pourront pas avancer
    d’autant plus que ce Said Sadi est un proche de BHL

     

    Répondre à ce message

    • Sauf que la tendance du régime actuel n’est absolument pas d’aller vers la tartufferie que représente Sadi (qui continue dans le "boycott" des élections parce que c’est "une méchante dictature" aujourd’hui l’Algérie). D’ailleurs pour l’anecdote le RCD (qui est une giga dictature en interne) comptes quelque-uns de ses membres (y compris des anciens députés ayant acheté leurs place, vive la démocratie) en prison.

      Laïbi nous prend pour des imbéciles alors qu’il est très proche de Rachad (ancien FIS) donc les frères-musulmans sionisés pro-Israel.

      Donc bon nous prenez pas pour des Salim Laïbi merci bien.

       
    • Tu dois débarquer de ton bled, toi, pour oser tenir ce genre de propos ici !
      Laïbi est une saloperie intégrale, un traitre, un vendu et un indic.
      AS.

       
    • Tu peux faire les mêmes reproches à tous les peuples, à commencer par le peuple français ! Crois-tu que les gens s’intéressent à leurs geôliers ? Pas le moins du monde ; sinon, nous ne serions pas ici à vouloir les libérer !

       
  • "M. Saïd SADI, homme politique algérien et ancien député, pour mettre en doute son intégrité morale et son engagement politique en lui prêtant des alliances opposées à ses valeurs politiques afin de le présenter comme un imposteur"

    Quand je vois dans la même phrase "homme politique" et "intégrité morale", la présomption d’innocence en prend un coup dans mon esprit.

     

    Répondre à ce message

  • Salim Laïbi ne cesse d’être condamné, mais comme il a organisé son insolvabilité d’un côté et qu’il fait payer tous ses frais d’avocats de l’autre par une association fantoche appelée (on ne rigole pas) ADSL (Association de Défense de Salim Laïbi), il peut à la fois ne pas payer ses amendes tout en continuant de gérer ses procès.

    La justice devrait surtout le condamner à une peine de prison pour organisation d’insolvabilité et pour son association fantoche !

     

    Répondre à ce message

  • Donc la justice décrète qui est un politicien honorable, et qui est corrompu sur la base de l’opinion personnelle de la juge ?
    "Salope fascisante" pour Marine c’est ok. Mais dire "Macron n’est pas très gentil", c’est la taule ?

    Injure pourquoi pas, mais diffamation ? C’est pas un scoop que le RCD mange dans la main du FLN.

     

    Répondre à ce message

  • Ah ! C’est l’heure de faire les comptes, on dirait !
    Je pense que beaucoup auraient préféré que les personnes qui se donnent pour mission de dénoncer des projets globaux malveillants se réunissent dans ce but, mais, bon, l’être humain est complexe.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents