Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Trump contre le politiquement correct : Soral avait raison !

Dans l’émission Soral répond ! du 22 mai 2016 puis dans celle de l’automne, diffusée sur E&R il y a deux jours, Alain Soral évoquait le cas Donald Trump, la volonté des peuples de se débarrasser du politiquement correct et le train de l’histoire dans lequel le Front national doit monter pour ne pas perdre en 2017. Des propos que la victoire de Trump à l’élection présidentielle rendent une fois de plus prophétiques.

 

Visionner l’émission « Soral répond ! » de l’automne 2016 en intégralité :

 

Les analyses d’Alain Soral, à découvrir chez Kontre Kulture :

 

Soutenir Alain Soral via la boutique E&R :

 

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

24 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • D’où vient la musique du début illustrant Trump avec sa mèche flottante ?

     

  • #1597731
    le 10/11/2016 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Trump contre le politiquement correct : Soral avait raison !

    "Le symbolique pour cacher le réel" :

    C’est le gros problème de la zombification.

    Une peine de prison à vie, c’est pire que la peine de mort, suicide-toi, parce que nous, on est trop lâches, on est trop occupés à se draper d’"humanité".

    La peine de mort, c’est la dignité, c’est adulte.
    T’as joué, t’as perdu, c’est fini.

     

    • Et en cas d’erreur (errare humanum est, n’est ce pas ?) on exécute le jury et les juges ?

      Oui je sais on va me dire "petit con d’humaniste", et bien non...car l’histoire regorge de cas de condamnés pour l’exemple, des condamnés par erreur...juste écrire une ligne dans un journal ne suffit pas.

      A la rigueur je suis "pour" la peine de mort si en cas d’erreur la même peine s’applique en réparation à ceux qui ont rendu ce verdict, y compris aux magistrats et par voie de conséquence aux Président de la République qui a le droit de grâce...En cas de dérobade avis de recherche avec devoir de ramener mort ou vif chaque responsable de la décision.

      Et cela sans échappatoire possible d’un éventuel de convention de perlimpinpin de genève droit de l’hommiste ou d’asile politique. Quiconque aiderait un asile par exemple se rendrait coupable et s’exposerait à la même peine capitale.

      Qui aura les burnes de rester dans un jury et de ne pas délivrer le recours en grâce, à ce titre ?

      Engager sa vie si on s’est planté ? même 40 ans après.
      "j’ai voulu joué au jury, j’ai perdu, c’est fini" c’est noble et sain non ? La justice qui nous rattraperait à un moment de notre vie par une coïncidence et de manière violente ?

      Là d’un seul coup on comprendrait ce que peine de mort voudrait dire, ce que criminel veut dire et abolirai définitivement ce qu’on appelle le caractère "certitude absolue".

      A ceux qui me diront "purée tu poses tant de conditions que c’est infaisable !". Je leur répondrais : "vous connaissez toutes les contraintes de réflexions à l’implantation d’un ralentisseur à l’intersection où trois gamins se sont fait shootés ?" Et pourtant on le fait !


  • Un des bilans de cette affaire est aussi que le pouvoir change...par le pouvoir
    trump avait tous les moyens d’être libre
    ici, c’est qui ?


  • Attention tout de même à l’enflammade facile, Clinton a remporté le vote populaire et si Trump a effectué une meilleure campagne qu’elle, il aurait été probablement battu par Sanders voire Biden.

    C’est dire si ce fut serré, ce qui met en relief et de manière éclatante, la division de l’Amérique que la bien pensance de l’establishment a tenté de minimiser jusqu’à la dernière minute.

    Soral évoque la thématique de la racialisation du principe de la lutte de classes, mais contrairement à ce que je lis un peu partout, je pense que Trump ne s’est pas particulièrement appuyé dessus dans son discours, ou alors de manière instinctive, son point fort.
    Il a surtout formalisé les causes de la disparition de la communauté ouvrière, pèle mêle le passage à une économie numérique consubstantielle au libre échange et sa logique d’immigration massive peu qualifiée dans un dumping social et une ubérisation croissante de l’économie.
    Pour faire vite, Trump a adressé une sévère mise en garde aux forces économique participant à ce grand remplacement industriel et ethnique débridé, ce qui a été perçu, à tort, comme étant un discours uniquement discriminant quant à l’emploi sur fond de préférence nationale.

    En fait Trump a réussit le tour de force, outre de s’adresser aux whites, de s’être fait entendre à la fois par les latinos, les femmes et les blacks tout en fustigeant les effets de la globalisation sur leurs emplois ou leur condition souvent en déclassement croissant, alors que les mondialistes ont instrumentalisé cette même partie de la population à des fins électorales pour satisfaire l’oligarchie dominante.
    Alors certes, ces marionnettes encore majoritairement lobotomisées votent encore et en majorité pour une Clinton, mais elle n’a pas fait le plein escompté, car Trump a été habile sur ce sujet.

    Je pense que c’est le point départ, non pas d’une révolution ou d’un autre monde, mais plutôt d’une prise de conscience de la conséquence de la manipulation des élites basée sur des valeurs prétendument humanistes d’ouverture et droit de l’hommiste, mais encore faut-il que quelqu’un puisse la formaliser pour eux et qu’il ait les couilles de le faire sous procès perpétuel de la bien pensance pour flagrant délit de nazisme.

    Trump est un précurseur, certes, mais il peut s’avérer être le fossoyeur de cette révélation s’il échoue à la présidence, c’est dire s’il est urgent que d’autres Trump se révèlent pour reprendre le flambeau de son discours.

     

  • “Peut-être s’émanciper de la tutelle israélienne...” (24mn50)

    http://www.bvoltaire.fr/actu/netany...


    << « Le président élu est un véritable ami de l’Etat d’Israël et je suis impatient de travailler avec lui en faveur de la sécurité, la stabilité et la paix dans notre région », a déclaré Benjamin Netanyahu dans un communiqué.

    Le Premier ministre israëlien ne fait aucune référence explicite au conflit israélo-palestinien ni à la promesse controversée de Donald Trump de déplacer l’ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem. >>


  • Avec cette analyse J-M Lepen devrait être président depuis 20 ans maintenant... on attend toujours. Si Trump avait attaqué la sainte shoah frontalement, il n’aurait pas été élu ; à commencer par les primaires.
    Pour accéder au pouvoir en France, et ne pas être reléguer dans les marges de la politique, il faudra user d’un minimum de stratégie...
    Par ailleurs si l’on compare leurs programmes respectifs Marine est de loin beaucoup plus anti-système que Trump. Pas de panique, être à 30% au 1° tour de la présidentielle ce n’est pas catastrophique.


  • #1597840

    L’Empire prend les Africains pour des imbéciles :

    - L’Empire EXPLOITE économiquement et fiscalement les Africains.

    Si vous en doutez, regardez la couleur de peau des personnes qui font les boulots difficiles et mal payés, dans les grandes capitales européennes, au profit de bobos de gauche.

    - L’Empire prétend défendre les Africains en "luttant contre le racisme".

    Or, le racisme le plus VIOLENT envers les Africains, ce ne sont pas les PAROLES racistes mais les ACTES racistes :

    - les assassinats racistes ;

    - les exploitations économiques racistes.

     

    • "L’Empire" serait bien incapable d’exploiter fiscalement les Africains. J’aimerais bien savoir à quoi tu penses lorsque tu évoque cela.

      "Economiquement"... Mouais... Il faut en finir avec cette fable. "Les" Africains ne sont absolument pas exploités.
      Pas la faute des Blancs si les Africains, pris comme une totologie ont un taux d’échec scolaire dramatique... Quand tu ne respecte pas le professeur et que tu n’éduque pas tes enfants pour qu’ils le respectent, la vie ne peux pas te faire trop de cadeau...
      En dépit des campagnes de discrimination dont ils bénéficient pour farcir les

      On pourrait jouer aussi à une autre jeu et répondre à ces questions :
      - Qui, globalement, paye les allocations familiales et qui, gobalement, les consomment ?
      - Qui contribue à l’assurance chômage et qui, gobalement, vide les caisses avec le petit manège "6 mois de travail, 6 mois d’Assedics"
      - Qui finance l’assurance santé et qui squatte littéralement les hopitaux, en gueulant et en agressant les infirmiers et médecins ?


  • N’écoutez pas ce qu’ils disent, regardez ce qu’ils font.

    Henri Bergson

    Africains,

    - n’écoutez pas ce que disent les gauchistes : "nous luttons contre le racisme" ;

    - regardez ce qu’ils font : ils vous exploitent économiquement tous les jours.

    Réveillez-vous !

     

    • @ SORAL A RAISON et @Messager

      Le peuple noir a depuis l’époque sumérienne été considéré « comme de la marchandise », c’est là tout le problème.
      La traite de cette population existait toujours au Moyen-Age. C’est avec la colonisation de l’Amérique que le phénomène a pris de son ampleur.

      On en distingue trois types de traite : « la traite orientale », « la traite occidentale » et « la traite intra-africaine ».
      Face à ce constat, le peuple qui a le plus souffert sur cette terre, depuis les origines du monde, c’est le peuple noir.

      Question racisme, le bouchon a même été poussé à l’extrême en matière de sémantique, pour retirer toute dignité humaine à ce groupe de population, puisque pour insulter un noir, on ne dit pas « sale noir », mais « sale nègre ».

      C’est d’ailleurs l’écrivain et homme politique « Aymé Césaire » qui a souhaité que le mot « nègre » ne soit pas retiré des dictionnaires, dans un souci de mémoire.


  • J’avais entendu ces propos d’Alain Soral, concernant Donald Trump, il y a quelques mois et j’avais (comme toujours) admiré la finesse et la justesse de son analyse .....
    Mais je dois avouer que sur le moment je pensais que cela serait d’une difficulté extrême de battre madame Clinton, vu le soutien ahurissant dont elle bénéficiait de la part de l’ensemble du système et même d’Obama, qui a carrément fait une très grosse partie de la campagne à sa place .....
    J’avais au fil du temps noté avec plaisir diverses infos publiées par E&R, concernant le soutien à Donald Trump de personnalités afro-américaines notamment ainsi que le pronostic de ce professeur qui ne s’est jamais trompé dans ses pronostics électoraux .....
    C’est donc une victoire particulièrement éclatante, qu’il faut saluer, pour Trump, qui a réussi cet exploit avec des moyens humains et financiers extrêmement modestes, comparés à ceux de la partie adverse .....
    Espérons maintenant qu’il puisse concrétiser la politique qu’il préconise dans les domaines internationaux notamment !!!


  • Trump antisysteme, OK, mais
    Trump pro-sioniste et anti-islam. ....
    je ne vois pas trop la reconciliation avec Soral

     

    • #1598126

      Ni pro ni anti sioniste, il est non-interventionniste.

      Concernant l’Islam, Le New York Post vient d’annoncer que le projet d’interdiction d’entrée aux Musulmans sur le sol US vient d’être enlevé de son site internet.


  • #1597931
    le 10/11/2016 par sioniste un jour...
    Trump contre le politiquement correct : Soral avait raison !

    Le politiquement correct ne fait que servir les puissants, c’est l’évidence même.


  • JMLP a dit : la dédiabolisation est une foutaise après la victoire de Trump.

    Oui, sauf que les français ne sont pas les américains et qu’un personnage comme lui, ici, ne pourrait en aucun cas être élu... trop direct, trop "américain". C’est comme ça.
    Il y a des choses qu’ils acceptent là-bas qui ne passeraient pas ici dans la population même dans les classes dites populaires.

    Il faut des formes en France. Ce qui ne veut pas dire qu’il faut mentir ou ne pas dire ce qui ne va pas.

    On ne peut pas comparer JMLP et Trump... rien à voir.

    Notre révolution, si elle se fait, se fera autrement et il ne faut pas oublier qu’aux USA on peut dire pas mal de choses, des choses qu’ici, vous enverraient directement devant la 17ème ou pire.


  • La spécialiste des Etats Unis m’a bien fait rire en tout cas.


  • En même temps l’élection de donald trump était une évidence, c’est facile de sélectionner ses bonnes prévisions et de dire qu’il est un prophète, par contre quand il dit que manuel valls sera le prochain président français alors que se sera nicolas sarkozy, on entendra pas parler de cette erreur, bien entendu il peut se tromper, mais arrêter de lui sucer les boules et de dire que c’est un prophète.


  • Trump applique d’une certaine manière une gauche du travail droite des valeurs. Il a la possibilité d’offrir du travail https://en.wikipedia.org/wiki/The_T... ce n’est pas son politiquement incorrecte qui a joué en sa faveur pour son élection ,mais le travail qu’il a la possibilité d’offrir à beaucoup de monde, beaucoup. D’aucun présidents jusque maintenant n’a été en mesure d’offrir du travail. Est-ce qu’en France un prochain président serait en mesure de le faire ? Parce que les gens en somme ce qu’ils veulent en majorité, c’est travailler.


  • Oui, Alain Soral a vu juste sur le politiquement incorrect de Trump.
    Non, Alain Soral n’a pas vu juste sur les primaires/présidentielles 2017 françaises. (cf. 14 février)


Commentaires suivants