Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Trump critiqué pour avoir condamné toutes les violences, pas seulement celle de "l’extrême droite"

Le refus du président américain Donald Trump de condamner spécifiquement les groupes d’extrême droite après les violences qui ont émaillé samedi un rassemblement de l’extrême droite américaine à Charlottesville (Virginie) a été critiqué par ses adversaires démocrates, mais aussi par certains républicains. Son ancienne rivale à la présidentielle Hillary Clinton l’a ainsi critiqué sans le nommer et plusieurs Républicains ont pointé du doigt l’attitude du milliardaire. Les événements ont même fait sortir de son mutisme l’ancien président Barack Obama.

Le rassemblement controversé de groupuscules de l’extrême droite américaine, qui avait déjà provoqué des heurts durant la journée, a viré au drame quand une voiture a foncé sur la foule des contre-manifestants antiracistes, faisant un mort et 19 blessés. Deux policiers sont décédés également dans le crash de leur hélicoptère.

Le président américain a condamné ces violences sans se prononcer sur la responsabilité de l’un ou l’autre des camps en présence. « Nous devons TOUS nous unir et condamner tout ce qui représente la haine. Il n’y a pas de place en Amérique pour ce type de violences », a-t-il écrit sur Twitter.

 

Trump refuse de condamner les mouvements d’extrême droite

Donald Trump a ensuite donné une conférence de presse improvisée sur son lieu de vacances à Bedminster (New Jersey). « Nous condamnons dans les termes les plus forts possibles cette énorme démonstration de haine, de sectarisme et de violence venant de diverses parties », a-t-il déclaré. « La haine et la division doivent cesser, et elles doivent cesser immédiatement », a lancé le président.

Interpellé par des journalistes, il a refusé de condamner spécifiquement les mouvements d’extrême droite. Une attitude qui a suscité de nombreuses critiques, tant dans les camps démocrate que républicain.

 

Pour Hillary Clinton, c’est « une honte »

Hillary Clinton, battue à l’élection présidentielle de 2016, a ainsi critiqué le milliardaire sans le nommer. « Chaque minute où nous permettons à cela de se poursuivre par un encouragement tacite ou par inaction est une honte et un danger pour nos valeurs », a-t-elle tweeté.

Le sénateur républicain John McCain a, pour sa part, réagi dans un communiqué de presse dont le titre évoque « l’attaque de suprémacistes blancs ». D’après l’ancien candidat à la présidentielle, ce n’est « pas moins » que l’héritage des pères fondateurs des États-Unis, stipulant que tous les hommes sont égaux, qui est « mis en danger » par « l’attaque violente à Charlottesville où au moins une personne a perdu la vie... durant une confrontation entre nos meilleurs anges et nos pires démons ».

« Les suprémacistes blancs et les néonazis vont, par définition, à l’encontre du patriotisme américain et des idéaux qui nous rendent si spéciaux en tant qu’hommes et en tant que nation », dit encore M. McCain.

Le sénateur républicain de Floride Marco Rubio est lui aussi intervenu sur Twitter. « Très important pour la nation d’entendre le président décrire les événements de Charlottesville pour ce qu’ils sont, une attaque terroriste menée par des suprémacistes blancs. »

Depuis lors, le président Trump a exprimé ses condoléances aux proches de la personne décédée.

Obama tweete pour la première fois depuis le 20 juillet

Les événements de samedi ont poussé Barack Obama, prédécesseur de M. Trump à la Maison Blanche, a sortir de son mutisme. Il a en effet tweeté pour la première fois depuis le 20 juillet, partageant une citation de l’ancien président sud-africain Nelson Mandela : « Personne n’est né avec la haine pour l’autre du fait de la couleur de sa peau, ou de son origine, ou de sa religion. Les gens doivent avoir appris à haïr, et s’ils peuvent apprendre à haïr, ils peuvent apprendre à aimer car l’amour jaillit plus naturellement du cœur humain que son opposé. »

Voir aussi, sur E&R :

 

Comprendre le rôle objectif de « l’antifascisme »
avec Kontre Kulture :

 

La violence antifasciste, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Pendant ce temps nous on se fiche complètement de leurs polémiques... Mais je suis prêt à parier que nos journalistes chéries viendront nous abreuver de ces débats ineptes


  • En France , il n’y a que des violents d’extrême droite et non
    d’extrême gauche..... ?

    Pour Clinton et Obama c’est la même chose......normal puisque
    ce sont ce genre de pensée aux USA ainsi qu’en France qui excite
    les anti racistes , c’est leurs élections et leur gagne pain qui se jouent ,
    évidemment.....tant pis pour les natifs et leur pays....il faut toujours
    plus d’immigration....

     

  • La haine c est comme le mepris ca s apprend
    Merci a Obama de le rappeler
    Il faut valoriser tous les supremacismes sauf celui des blancs
    J ai des amis Juifs supremacistes qui le vivent tres bien
    et sont bien acceptes socialement, je ne comprend pas pourquoi ces supremacistes americains sont mal acceptes je pense qu il faut un epouvantail
    Aux supremacistes sociaux riches Americains pour se faire passer pour des gens biens
    Hillary666 et ObamaKKK peuvent ainsi donner des lecons de tolerance a pas cher tout en suggerant que taper sur des blancs fiers d eux meme c est bien.
    C est comme chez les rats un meneur un suiveur et un souffre douleur


  • Ha, toujours l’amour entre les hommes et les valeurs...C’est pas parce qu’on a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule comme disait l’autre...
    Si faible soit-il, notons quand meme la détermination des américains à défendre leur patrimoine culturel. On ne peut malheureusement pas en dire autant de nous qui avons pourtant encore des ruines immenses de notre patrimoine à défendre et que nous regardons tranquillement s’écrouler une bière à la main gauche et un cigare à la main droite.


  • Les petis poèmes à trois balles de Mandela... On l’a pas entendu souvent réciter des vers sur les méthodes du parti qu’il a dirigé pendant des décennies du fond de sa cellule : un pneu ou deux autour d’un opposant, un peu d’essence et en avant le barbecue. Et ça, des centaines de fois.
    Tout ceci nous permet de mesurer si besoin était l’importance de "l’extrème-droite", des "suprémacistes", des "racistes"... ce sont les notions clefs qui ne doivent pas changer de nature. D’où la montée au créneau de Kunta Kinté, heu... Obama et de Frau Clinton.
    Trump et son équipe font du bon boulot. Il faut travailler les masses au niveau culturel...


  • Bein oui Donald, il y a les bons suprémacistes et les mauvais suprémacistes...


  • "car l’amour jaillit plus naturellement du cœur humain que son opposé."

    Faux et archi-faux.
    Il est tellement plus humain de constater des différences, d’en tirer des conclusions par rapport à une "normalité" subjective bien entendu et de la critiquer pour séparer puis opposer.
    Aimer est bien plus difficile car il faut apprendre à s’aimer soit même avant d’aimer les autres. Aimer les autres c’est aller au dehors de soi avec comme véhicule ce qu’il y a de plus incompréhensible pour les Hommes, leur coeur.

     

    • On en revient à la question fondamentale : est-ce que l’humain est naturellement bon ou mauvais ?


    • L’homme est libre de faire le Bien ou le Mal.


    • Vous parlez comme un livre ouvert mais pas comme un gestionnaire de son pays
      qui doit des comptes à ses administrés , pleurer sur la misère du monde n’est
      qu’une hypocrisie inventée par ceux qui ne souffre de rien.....

      Se protéger ne veut pas dire détester , en pensant cela vous tombez dans le
      panneau des manipulateurs de l’esprit , qui , en vérité sont loin d’être un esprit
      saint , ne soyez pas dupe , ni irresponsable face à ce problème voulu par
      les autres , qui ne sont autres que les mêmes manipulateurs


    • "On en revient à la question fondamentale : est-ce que l’humain est naturellement bon ou mauvais ?"

      Il nait en dehors du bien et du mal. C’est au fur et à mesure de ses expériences infantiles qu’il va rencontrer la peur, la colère, la jalousie, le mensonge... Dès lors il prendra conscience du bien et du mal et dans la mesure de son ouverture de conscience. Ensuite, s’il le souhaite, il va devoir parcourir un long chemin intérieur pour s’émanciper des poisons. Ce n’est évidement pas le chemin choisi par nos "élites" et pas non plus par une majorité de nos contemporains, malheureusement.

      Vous pardonnerez le texte un peu court, le format de ce forum l’impose.


  • L’hilarpie et l’oblablague qui parlent de leurs "valeurs" (en fait, celles des banquiers et grands patrons, c’est à dire tuer ceux qui ne sont pas d’accord pour être volés et réduits en esclavage) et carrément de la honte d’être blanc !


  • "Personne n’est né avec la haine pour l’autre du fait de la couleur de sa peau, ou de son origine, ou de sa religion. Les gens doivent avoir appris à haïr"

    Pour une fois, Obama a parfaitement raison.

    Des années de multiculturalisme, bombardements et immigration forcée, à l’encontre des volontées populaires, ont crée cette haine.

     

  • La grande saucisse Obama : « Personne n’est né avec la haine pour l’autre du fait de la couleur de sa peau, ou de son origine, ou de sa religion. Les gens doivent avoir appris à haïr, et s’ils peuvent apprendre à haïr, ils peuvent apprendre à aimer car l’amour jaillit plus naturellement du cœur humain que son opposé. »

    Juste rappeler que ce philanthrope ex-président-marionnette de la plus grande nation criminelle que la terre ai porté, doit être responsable d’un bon million de mort en 8 années de présidence...c’était "l’amour" qui "jaillissait"...

     

  • « Personne n’est né avec la haine pour l’autre du fait de la couleur de sa peau, ou de son origine, ou de sa religion. Les gens doivent avoir appris à haïr, et s’ils peuvent apprendre à haïr, ils peuvent apprendre à aimer car l’amour jaillit plus naturellement du cœur humain que son opposé. »

    Faut appeler Enrico. Il sait mettre ces niaiseries morales en musique, lui !


  • Si les valeurs de Killary Clinton sont en danger, c’est un grand espoir pour la paix sur la planète.


  • Obama... Celui qui a laissé mourir des Noirs sous ses 2 mandats par la police. C’est de ce polichinelle dont il est question ?


  • Le fait que Trump ne condamne pas ce fou qui a foncé dans la foule est plus que douteux !

     

  • Il ferme jamais sa gueule le barack ? Depuis quand un ex-président se permet de donner son petit avis de criminel contre le président régnant ?

     

  • La réaction neutre de Trump s’explique mais évidemment, pour les médias mainstream systématiquement complices des organisations d’extrême-gauche et autres antifa, elle est "inacceptable". Sans la violente contre-manifestation destinée à empêcher que se tienne pacifiquement le rassemblement d’extrême-droite qui visait à manifester contre le projet de retrait de la statue d’un général confédéré, tous ces drames ne se seraient évidemment pas produits.

    Il se passe exactement la même chose en France où la moindre réunion de la droite nationale est systématiquement menacée par des antifas évidemment complices du Système qui en profite immédiatement pour interdire la réunion ou la manifestation au motif de "risque de troubles à l’ordre public" au lieu de faire donner les forces de l’ordre contre les antifas. En revanche, les manifestations de gauche qui, pourtant, dérapent souvent _ sinon toujours _ ne sont jamais interdites. C’est pourquoi ce qui s’est passé à Charlottesville ne nous est pas si étranger.


Commentaires suivants