Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Trump limoge John Bolton, conseiller à la sécurité nationale et homme de main d’Israël

Le Président a évoqué des divergences sur des dossiers majeurs comme l’Iran, la Corée du Nord et l’Afghanistan.

 

Le Président s’est lassé. Après une énième divergence, cette fois-ci sur le dossier afghan, le président des Etats-Unis a décidé de mettre fin à sa collaboration avec son conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, mardi 10 septembre.

Dans un message inhabituellement brutal publié sur son compte Twitter, comme c’est désormais la coutume pour annoncer les départs de la Maison-Blanche, Donald Trump a indiqué juste avant midi avoir informé l’intéressé qu’il n’avait « plus besoin de ses services à la Maison-Blanche ». « J’étais en désaccord avec nombre de ses suggestions, comme d’autres au sein de cette administration », a ajouté le Président.

En avril, après un coup de force manqué au Venezuela activement soutenu par son conseiller à la sécurité nationale, un Donald Trump manifestement excédé par cette impasse avait souligné que sa présence à ses côtés n’excluait pas de nombreuses différences. « John est très bon. John a une vision très dure des choses, mais ça va. En fait, c’est moi qui modère John, ce qui est assez incroyable. J’ai John et j’ai d’autres gens qui sont davantage des colombes que lui. Et, in fine, je prends les décisions », avait-il affirmé.

(...)

L’Iran a fourni un autre sujet de contentieux. John Bolton a plaidé publiquement pour des bombardements préventifs sur les sites nucléaires supposés du pays et soutenu officiellement des opposants en exil, les moudjahidines du peuple, qui appellent à un changement de régime à Téhéran. Donald Trump a exclu une telle perspective fermement et il évoque au contraire régulièrement la possibilité d’un « marché » avec un pays dont il loue régulièrement « l’énorme potentiel » économique. « Ils veulent parler, ils veulent un marché », a-t-il répété le 4 septembre, refusant d’écarter la perspective d’une rencontre avec son homologue iranien, lors de l’Assemblée générale des Nations unies, fin septembre.

Lire l’intégralité de l’article sur lemonde.fr

À lire sur E&R :

 






Alerter

38 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Cette planète a de tous temps été entre les griffes d’êtres profondément malfaisants. Il semble que cet état de fait atteigne son acmé au travers de ce que ’’l’évolution technologique’’ leur apporte en terme de pouvoir de nuisance, de portée, de moyens de nuire. Ils sont, c’est indéniable, affligés de profils psychocomportementaux spécifiques qui s’apparentent et même souvent sont d’ordres pathologiques. Ils s’organisent autour du service de leur/s névrose/s et convoquent le plus de participants possible tout en aménageant leur impunité par divers moyens. Le jour viendra peut-être où leurs toutes premières velléités de prise de pouvoir et/ou d’influence seront les déclencheurs de réactions salvatrices de la part de leurs victimes potentielles, mais ils faudrait pour cela qu’elles aient pleinement conscience de ce à quoi elles sont réellement confrontées...

     

    Répondre à ce message

  • Quand Trump sera réélu et ne devra plus se soucier de la prochaine échéance électorale, il pourra davantage se permettre ce genre de chose mais puissance 10 ! J’ai hâte .

     

    Répondre à ce message

  • La question n est plus de savoir si Trump veut se débarrasser du poids d Israel dans sa patrie, même à sa manière, dont les chacals d en face ne sont pas dupes, non. C’est jusqu’à quel niveau de purge ils le laisseront continuer son autonomie de décision et là je suis bien obligé de reconnaître historiquement les malfaisants dans leurs besognes, je crains pour Trump, souvent en hélicoptère.

     

    Répondre à ce message

  • Heureusement que les catholiques americains conseillent Trump, il les ecoute et comprend que c est bien mieux le dialogue avec l Iran plutot que d envoyer des missiles pour créer encore des conflits interminables

     

    Répondre à ce message

  • John Bolton : le "faucon" de bureau, le va-t-en guerre du pentagone qui veux bombarder la terre entière, mais qui dans sa jeunesse s’est débrouiller pour pas aller au Vietnam, le "patriote" poltron quoi. C’est un peu le BHL américain qui vient d’être viré.

     

    Répondre à ce message

  • John Bolton sera donc resté 17 mois à la maison Blanche. La période des vacances estivales lui aura donné par chance un gros mois de répit depuis que j’avais rêvé de son renvoi par Trump.
    Le pauvre Bolton ne savait pas que je suis le Centre de l’Univers réel, et par conséquent, la réalité est obligée de se conformer à mes rêves.

    Ainsi, le pauvre Bolton ne s’était pas inquiété lorsque fin Juin, j’avais rêvé ceci dans les commentaires de
    https://www.egaliteetreconciliation... :
    "En étant dans la même situation, en Mai de l’année précédant celle de sa réélection, Obama avait réalisé une action qui paraissait historique à l’époque, la liquidation de Ben Laden.
    Pareillement, en ce mois de Mai de l’année précédant celle de la réélection de Trump, Bolton lui a promis qu’il accrocherait bientôt la tête empaillée de Maduro au dessus du bureau présidentiel. Aujourd’hui Bolton fait croire à Trump que son indispensable trophée sera l’Iran.
    [...]
    Quand Trump comprendra que ça ne marche pas et qu’il ne sera probablement pas réélu (les sondages actuels sont pessimistes), la tapisserie du Bureau Ovale sera redécorée par Bolton. Soyons techniquement précis : la tapisserie sera redécorée par tous les petits morceaux sanguinolents de Bolton qui y resteront collés. Et puis faudra changer la moquette aussi."
    Mon rêve s’est répété le 30 juin, com #2229792 https://www.egaliteetreconciliation...
    "Peut-être arrivent-ils encore à faire espérer à Trump la réussite du dernier "Grand Accord Israel/Palestine). Lorsque l’échec sera patent, Bolton&Pompeo seront virés. C’est mon pronostic."

    Et encore en Juillet, com #2244708 https://www.egaliteetreconciliation...

    Or donc, le plan de paix israelo-palestinien n’ayant connu aucune avancée, et son négociateur, Jason Greenblatt, ayant donc démissionné de l’administration Trump Jeudi dernier,
    https://www.lepoint.fr/monde/jason-... , le moment du renvoi de Bolton était donc, ainsi que je l’avais décidé, arrivé.

     

    Répondre à ce message

    • #2275933
      Le 11 septembre à 22:40 par Le changeur de moquette
      Trump limoge John Bolton, conseiller à la sécurité nationale et homme de main (...)

      En voulant faire du pseudo second degré, tu as rendu ton commentaire lourd et indigeste. Se citer soi même n’est jamais synonyme de hauteur de vue... Tout le monde spécule sur le devenir des usa et de Trump. Moi, je m’en tape. Je suis fan de l’homme d’affaire qu’il est et qu’il était mais l’avenir de la France ne dépend pas de lui et, au quotidien, il ne va pas au boulot à ma place. Combien de narcissiques ici qui ne sont là que pour faire un bon mot et qui ont eu le culot de voter Macron ? Combien d’experts auto proclamés qui ne sont jamais sortis du confort de leur canapé ? Je suis Soral depuis sociologie du dragueur et, lors d’une rencontre il y a quelques mois, je l’ai trouvé très fatigué (même si il ne fait pas son âge, c’est vrai). Son avocat/conseil (très courtois et gentil au demeurant), ne prendra certainement pas la relève, ou en tous les cas, pas tout seul. Une chose est sûre, il n’est pas éternel, il y a urgence de l’épauler et de porter haut ses opinions/analyses, de devenir autonomes intellectuellement et plus efficaces. En face, ils (les1%) nous proposent une lutte à mort et dans nos rangs certains ne sont là que pour faire des bons mots et de la comparaison d’ego. Lourd....et gonflant... Il ne faudra pas venir pleurer...

       
    • #2275952

      Le pauvre Bolton ne savait pas que je suis le Centre de l’Univers réel, et par conséquent, la réalité est obligée de se conformer à mes rêves.



      Et ça se dit psy ! Par contre, niveau argumentaire sur l’anti-trumpisme primaire, on attend encore.

       
    • @changeur de moquette.

      Je n’avais pas spéculé, mais fait une prédiction précise, et j’avais ainsi pris le risque d’être contredit parr la réalité. C’est le risque qu’évite prudemment tous les bavards....
      Cette prédiction précise (il n’y aura eu que 3 jours ouvrés entre l’abandon du plan israelo-palestinien, acté par la démission de Greenblatt, et le renvoi de Bolton) avait fort peu de chance de se vérifier par le pur effet du hasard. Par conséquent, sa réalisation valide l’hypothèse qui fondait ma prédiction : Trump n’a aucun programme politique réellement sérieux, en dehors de travailler à sa réélection.
      Et comme vous aimez Trump, mon diagnostic sur lui vous déplait fortement, raison pour laquelle vous m’inventez un problème d’ego. Bof. Figurez vous que lorsque j’ai l’occasion, comme maintenant, de voir une de mes analyses confirmée par les évènements, alors mon ego se porte très bien et les critiques des bavards augmentent encore ma bonne humeur...

      @TSM
      Je ne peux que vous redire de chercher dans la vie réelle le CV qui conviendra, et j’ajoute une précision utile : vous en trouverez certains qui ne seront nullement dérangés par votre trumpisme. Donc, vous pouvez le faire.

       
    • #2276206

      @TSM

      Accuser l’autre d’une "dérive idéologique" qu’il n’a pas et qui n’en est pas une d’ailleurs (à l’heure actuelle : l’antitrumpisme forcené est plus vecteur de névrose que le trumpisme qui, lui, se base sur des réussites concrètes) afin de ne pas répondre à la question soulevée, ce n’est pas une réponse de fiabilité ! Mais bon, après tout, quand on ment sur son véritable travail dans la vie réelle, il ne faut pas s’attendre à ce que l’on dise la vérité sur la géopolitique.

       
  • La presse marocaine s’en réjouit a demi-mots.Pour le régime algérien, c’est encore un échec.Cela confirme les dires d’el kino.



    Finalement, John Bolton n’a tenu avec Trump qu’un an et demi, sachant que sa nomination à ce poste était annoncée le 23 mars 2018. Ce départ est plutôt une bonne nouvelle, surtout que le néo-conservateur n’a jamais caché sa proximité avec l’Algérie et le Polisario



    https://www.yabiladi.com/articles/d...

     

    Répondre à ce message

  • Après eptsein.....Monsieur le Président Trump, liquide un autre maillon de la chaîne du Mal.... et ça c’est bon pour les goys !

    En attendant que la guerre entre juif et non-juif qui a lieu au gouvernement Américain fasse de Kushner la prochaine victime.

     

    Répondre à ce message

  • Juste la veille de la commémoration du 9/11 et des suites, véritable Grand oeuvre des faucons néo cons. Quelle ironie ! M.trump , merci pour ce brin d’humour et cette manipulation des symboles toujours aussi jouissive. Du grand art. Savoureux de voir la presse democrate et autres traîtres soutenir la moustache. La stratégie fine portée à son plus haut degré et pour une fois, pour la première fois depuis que je suis née, le camp du bien est en contrôle. Nous redressons la tête. La guerre n’est plus la seule voie. Des couilles en titane vont commencer à nous pousser. Merci Trump.

     

    Répondre à ce message

  • Au delà des insultes,expression légitime d’une rage et d’une indignation parfaitement justifiées envers un monstre et ses semblables qui ont les mains dégoulinant de sang,il est fondamentalement plus important de traiter l’événement,au moins sous ces angles :
    - comment des monstres pareils,arrivent à accéder aux places les plus en vue du pouvoir suprême. On peut prendre appui sur cette créature ,à faciès de diable,pour tracer son itinéraire et mettre en exergue quels servies avait bien pu rendre au peuple américain. Passer en revue, à titre d’information et de rappel,les itinéraires de ses semblables,tels ceux qui ont détruit l’Irak,la Syrie,la Libye et ceux,comme celui dont parle l’article,qui vise actuellement la destruction de l’Iran. En analysant ces profils,les mécanismes secrets qui les poussent à s’emparer des commandes du pouvoir suprême,on finit par éclairer le peuple américain,et tous les peuples de la terre sur la nature et l’échelle du Mal.
    - comment de tels monstres arrivent à bénéficier d’une impunité infaillible,alors que pour beaucoup moins que ça,un citoyen lambda se trouve en taule sans la moindre miséricorde.
    - Mr Trump,par le nombre important de ses collaborateurs qu’il a mis à la porte exprime,en fait,sauf quelques exceptions,que les gens chargés d’aider le président à servir le peuple,se révèlent préoccupés à se mettre au service d’une cause,qui loin d’intéresser les américains laborieux,se retournera contre le pays,et entraîne son effondrement.
    Peut-être que par ces gestes audacieux,Mr Trump veut émettre des signaux à ses compatriotes qui ont compris l’ampleur du Mal,pour provoquer une lame de fond salvatrice. Mais aussi,et au delà de ses compatriotes,le président murmure à tous les humains intelligents pour les engager à impulser un ouragan pour balayer la bête féroce.
    Évidemment,ni Mr Trump,ni les sages de ce bas monde,n’ignorent que la lutte,par sa dimension biblique,peut prendre plusieurs formes et un temps d’une échelle géologique pour aboutir à l’anéantissement de la tragédie,mais l’Histoire,nous apprend qu’un passage obligé est,et sera incontournable,est celui de nommer le Mal par son nom. Sans cela,la lutte ne bougera pas d’un iota.
    Camus a dit : Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents