Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Trump trolle l’Amérique

Une réunion remarquable a eu lieu la semaine dernière, la première rencontre en face à face entre Trump et Poutine, et je serais négligent de ne pas la commenter.

 

En regardant les vidéos de la réunion (les quelques fragments tirés des brèves secondes lorsque les journalistes ont été autorisés dans la pièce, se pressant et se poussant) il est devenu clair pour moi que ces deux personnes se sont bien connectées, se trouvant intelligentes et de sympathiques interlocuteurs. Beaucoup de gens trouveraient cette caractéristique étrange. Il est fréquent de voir en Poutine une personne incontournable, crypto-menaçante, et en Trump un bouffon baratineur et chaotique. En un sens, ils ont raison, mais seulement en surface. Cette surface, dans le cas de Poutine et dans le cas de Trump, se compose d’une personnalité publique soigneusement synthétisée par plusieurs itérations et essais pratiques. Chacune d’elles a été conditionnée par les spécificités de la Russie et des États-Unis, respectivement : ce à quoi les gens répondent bien, ce à quoi ils s’attendent et ce dont ils sont capables. Les spécificités de leurs personnalités publiques et ce qui les conditionne sont intéressantes en soi. Mais ce qui est vraiment important, c’est ce qui se trouve sous les eaux...

En Russie, la vue de Trump et de Poutine se serrant la main, leur conversation et leurs rires ont suscité un grand soupir de soulagement. C’est parce qu’il existe une compréhension chez les Russes que ces deux hommes sont membres d’une sorte d’équipe de la bombe à l’échelle mondiale : leur travail consiste à éviter que la planète ne soit vaporisée et pour se faire, ils doivent pouvoir se parler efficacement. Ceci a été empêché par diverses forces aux États-Unis et c’est généralement perçu comme un symptôme de démence collective qui a pris les États-Unis et voir la réunion finalement se dérouler et la glace brisée, est considérée comme un bon signe. Je suis persuadé que beaucoup d’Américains ont exactement la même réaction, bien que beaucoup d’entre eux aient été manipulés dans un double piège émotif toxique, la haine de Trump et la haine de Poutine.

La personnalité publique de Poutine est conditionnée par l’exigence d’être considéré comme un dirigeant fort. Les Russes ont pour la plupart une vision peu développée de notions telles que les contrôles, les équilibres et la séparation des pouvoirs, comprenant que leur pays, tout au long de ses millénaires, n’a réussi qu’avec une main forte à la barre (Pierre le Grand, Catherine la Grande, Staline , Poutine), déclinant au contraire chaque fois que cette main était trop faible (le tsar Nicolas II, Gorbatchev, Boris Eltsine). Ainsi, Poutine fait tout ce qui est nécessaire pour nourrir l’égrégore du dirigeant russe : il est en forme et affuté physiquement, cool, calme et concentré et ridiculement bien informé sur une vaste gamme de sujets. Il parle avec des paragraphes bien construits et des phrases qui ne se traduisent pas nécessairement en anglais, en tout cas, qui dépassent la portée de l’attention de la plupart des Américains. Beaucoup de Russes détestent leur gouvernement, en particulier leur gouvernement local, qu’ils considèrent souvent comme un service usurpé, inefficace ou corrompu. Mais ils aiment Poutine et appuient ses efforts pour comprendre et réparer les choses à leur niveau.

La personnalité publique de Trump est conditionnée par l’exigence d’être perçu comme un outsider par les élites américaines sur les côtes Est et Ouest qui contrôlent le duopole politique à deux partis, les agences gouvernementales, les sociétés transnationales, les universités et les centres de recherche notamment en médecine et, enfin, et pas des moindres, les médias « officiels » tels que la presse écrite et la télévision par câble. Tout ces gens sont caractérisés par une tendance commune à mal parler de la population réelle, qui compose une grande partie des habitants des États-Unis, à l’extérieur d’une poignée de grandes villes comme New York et San Francisco, ignorant les personnes qui se prennent en main, renforçant ainsi le biais anti-intellectuel déjà fort observé aux États-Unis depuis très longtemps. De même, l’approche de Poutine consistant à répondre à chaque question de manière réfléchie, polie et soigneusement rédigée avec une verbalisation improvisée mais bien conçue, ne fonctionnerait pas aux États-Unis : cela semblerait étranger, impénétrable comme un message chiffré. En fait, c’est ce qui fait que Poutine est si facile à diaboliser pour les médias américains : dans un fabuleux exercice de mauvaise foi, ils peuvent projeter sur Poutine tout ce que la plupart des Américains détestent de leurs propres élites, l’exposer derrière le voile de leur hypocrisie et exiger hystériquement qu’il se conforme à leur double standard.

En ce qui concerne la personnalité publique de Trump, les ingrédients clés sont : les deux tiers des Américains ne font pas confiance aux médias de masse ; plus de la moitié d’entre eux se méfient des experts en général, préférant plutôt remplir leurs têtes avec toutes sortes de notions simples ; pratiquement aucun d’eux ne fait confiance aux politiciens ou aux fonctionnaires ; et aussi, ils sont presque impossibles à intéresser ou à capter par leur attention, ne souhaitant qu’être amusés par toutes sortes de spectacles de gladiateurs, idéalement ceux qui impliquent un peu de sang sur les murs. L’expérience de Trump en tant qu’homme de reality show s’adapte parfaitement à cette ambiance publique. Ses actions forcent ses adversaires à agir. À l’inverse, les gens de tout le pays voient que les élites des côtes Est et Ouest détestées détestent Trump et, par réflexe, se rangent du côté de Trump.

Essentiellement, la stratégie publique de Trump est de faire le troll. Puisque le trolling est un grand passe-temps américain, cela lui procure l’affection d’une grande partie de la population.

Lire la suite de l’article sur lesakerfrancophone.fr

Retrouvez Dmitry Orlov chez Kontre Kulture :

Lire également chez Kontre Kulture :

Dmitry Orlov, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1769967
    le 20/07/2017 par L’oracle
    Trump trolle l’Amérique

    Si Trump se rapproche de Poutine, c’est pour empêcher l’Europe de l’Ouest -et en particulier l’Allemagne- de devenir un partenaire incontournable de la Russie...


  • #1770011
    le 20/07/2017 par The Médiavengers
    Trump trolle l’Amérique

    "Peu importe que le changement climatique soit scientifiquement démontré".
    Désolé Orlov, mais le troll, c’est toi.

     

    • #1770380
      le 21/07/2017 par rectificateur
      Trump trolle l’Amérique

      Il semblerait bien que ce soit vous, au contraire. Voici la phrase complète d’Orlov :



      Peu importe que le changement climatique soit scientifiquement démontré parce que politiquement parlant c’est un canular international.



  • #1770021
    le 20/07/2017 par malorussia
    Trump trolle l’Amérique

    Il paraît que l’Ukraine va s’appeler Malorussia, avec pour capitale Donetsk et non plus Kiev ?
    La Russie en aurait récupéré le contrôle. La majorité des états ukrainiens serait d’accord, Poroshenko déclaré illégitime.
    Entente Trump-Poutine. Bravo ; Probablement au prix de l’abandon de la France à
    Trump. Vu ce qui nous tombe dessus.


  • #1770046
    le 20/07/2017 par VIVACHAVEZ
    Trump trolle l’Amérique

    Sans vouloir lui cirer les chaussures, A.S a raison lorsqu’il dit que les ennemis de Trump (et du peuple américain en général) sont sur la côte ouest et la côte est (tout le monde ici sait de qui parle le patron). En France, il en est de même des pseudos artistes de la chanson ou du cinéma ainsi que des pontes du "CAC qu’a rente". Une bande de traîtres qu’il est de bon ton d’éviter comme la peste.


  • #1770128
    le 21/07/2017 par Sherlock
    Trump trolle l’Amérique

    Ça allait à peu près, jusqu’à ce qu’il parle de tabula rasa et d’un sujet qu’il semble ignorer autant qu’un Inuite ignore ce qu’est un méchoui. Faut pas parler de ce qu’on ne connaît avec autant d’aplomb, ça vous flingue une crédibilité en deux coups les gros. Dommage, il partait plutôt bien avant de se vautrer dans le virage.


  • #1770206
    le 21/07/2017 par Fabien
    Trump trolle l’Amérique

    La lobotomisation de la jeunesse par le cannabis, l’alcool et la télé réalité, c’est aussi d’actualité en France...

     

    • #1770269
      le 21/07/2017 par sarah
      Trump trolle l’Amérique

      Bonjour Fabien,

      Pour appuyer vos dires, depuis avant-hier, en Urugay, vous pouvez acheter du cannabis en pharmacie. Les pharmacie qui acceptent, reçoivent de l’argent de l’état. 2 compagnies privées... ?? ont le monopole de cette vente publique.....
      Ici en france, on a le droit de se shooter avec et sous contrôle de l’état... ?? C’est la fête !!!

      Qui veut assoir une civilisation, s’attaque à ses enfants...