Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Turquie : Erdoğan réélu président dès le premier tour

Au grand dam de ses anciens thuriféraires mondialistes

Le président turc Recep Tayyip Erdoğan pourrait être réélu dès le premier tour, selon les premiers résultats partiels diffusés dimanche soir.

 

Le président turc Recep Tayyip Erdoğan était dimanche en tête de premiers résultats partiels publiés après des élections présidentielle et législatives âprement disputées, face à une opposition farouche déterminée à stopper sa course vers davantage de pouvoirs. Recep Tayyip Erdoğan menait la course dans le scrutin présidentiel, avec environ 55 % des voix après dépouillement de plus de 68 % des bulletins, devançant son principal concurrent, le social-démocrate Muharrem Ince, qui récolte 28,4 % des voix. Aux législatives, l’alliance dominée par le parti islamo-conservateur de Recep Tayyip Erdoğan, l’AKP, mène aussi dans le décompte partiel avec quelque 45 % des voix après dépouillement d’environ 56 % des bulletins.

Recep Tayyip Erdoğan a besoin de recueillir plus de 50 % des voix pour éviter un second tour. En comptant les Turcs de la diaspora, quelque 59 millions d’électeurs étaient appelés à voter pour ce double scrutin présidentiel et législatif qui marquera le passage du système parlementaire en vigueur à un régime hyper-présidentiel voulu par Recep Tayyip Erdoğan, mais décrié par ses opposants.

Lire la suite de l’article sur lejdd.fr

 

***

Faire entrer la Turquie dans l’Europe ? Rappelez-vous...

 

Depuis son élection de 2014, Recep Tayyip Erdoğan n’a fait que s’éloigner de l’orbite atlanto-sioniste. Conséquence quasi automatique : la classe politico-médiatique française diabolise le régime turc qu’elle plébiscitait jadis (Recep Tayyip Erdoğan est Premier ministre depuis 2003). Petit rappel.

 

- Guy Sorman, Le Figaro du 19 novembre 2004 :

« Nous sommes des adeptes d’une citoyenneté européenne sans discrimination de race ni de religion… [Nous militons pour] l’entrée de la Turquie en Europe, pour commencer… Les Israéliens juifs pourraient aussi rejoindre l’Europe. »

- Pierre Moscovici, Le Parisien du 15 septembre 2004 :

« L’adhésion de la Turquie peut être une protection contre le terrorisme et un facteur de renforcement de notre sécurité. Le caractère musulman de la Turquie est un enrichissement. L’Europe doit être multiculturelle et multireligieuse. Elle doit être ouverte et reconnaître de nombreux héritages. »

- Pierre Lellouche, député de la droite libérale et président de l’Assemblée de l’OTAN, dans Le Parisien du 15 septembre 2004 :

« Il faut tout faire, pour que la rivière de l’islam se noie dans l’océan de la démocratie et des droits de l’homme ».

Et dans Actualités juives du 23 décembre 2004 :

« Parce que la Turquie est un pays musulman, je souhaite qu’elle entre dans l’Union. »

- Dans son livre Europe(s), en 1994, Jacques Attali avait déjà prévenu :

« Il faudrait que l’Europe s’accepte non plus comme un club chrétien, mais comme un espace sans frontière, depuis l’Irlande jusqu’à la Turquie, du Portugal à la Russie, de l’Albanie à la Suède ; qu’elle privilégie culturellement le nomade par rapport au sédentaire, la générosité par rapport au repli sur soi, la tolérance par rapport à l’identité, bref la multi-appartenance par rapport à l’exclusion. Les débats récemment ouverts sur le droit de vote des étrangers, sur la citoyenneté et sur le droit d’asile ouvrent la voie à ces mutations. »

- Alexandre Adler militait bien sûr lui aussi dans ce sens. Dans son article du Figaro du 13 octobre 2004, il sait faire preuve d’un peu d’égard envers ceux qu’il veut circonvenir :

« La Turquie a des élections libres, une presse libre, des intellectuels qui n’ont rien à envier aux nôtres, des universités admirables ouvertes sur le monde. Elle représente une chance inespérée. Sachons aujourd’hui déchiffrer ce signe pour assurer la liberté de notre continent demain. »

- Daniel Cohn-Bendit, Une Envie de politique, La Découverte, 1998, p. 224.

« Sur la Turquie, je crois que l’argument selon lequel l’Europe serait un club chrétien est complètement aberrant… Intégrer la Turquie à l’Europe, ce serait justement jeter une passerelle de modernité vers toute l’Asie centrale et le Moyen-Orient, refuser le clivage entre pays islamiques et pays chrétiens. Toute une partie de la Turquie est déjà européenne. »

- Dans l’hebdomadaire Le Point du 29 septembre 2005, le philosophe milliardaire Bernard-Henri Lévy abonde dans ce sens et paraît entièrement d’accord avec l’ancien gauchiste Cohn-Bendit. Pour lui, l’Europe est essentiellement une idée, un concept. Puisqu’elle n’a, selon lui :

« pas de limite, pas de frontière vraiment prescrite… il n’y a plus, dans cette perspective, aucune espèce d’objection à ce qu’un pays d’ancienne culture musulmane comme la Turquie puisse, dès lors qu’il s’inscrit dans le fil de l’héroïsme de la raison, adhérer à la constitution de l’Europe… »

- Dans le livre Quand tu seras président, Robert Laffont, 2004 pp. 367, 174-177, Daniel Cohn-Bendit affirme aussi la « légitimité de la Turquie à intégrer l’Union européenne ». Et Bernard Kouchner acquiesce :

« On ne peut pas laisser l’Europe comme un club chrétien et l’arrêter où s’arrêtent les croix. »

Cohn-Bendit nous livre ensuite le fond de sa pensée, qui reflète ici un vieux ressentiment :

« L’Europe de demain réconciliera chrétiens et athées, juifs et musulmans. Ainsi se refermera lentement la page terrible que l’Église catholique ouvrit à Cordoue au XVIe siècle en chassant les juifs et les musulmans. »

C’est ainsi que l’Europe fédérale, selon leurs vœux, constituera « une étape fondamentale vers la pacification du monde. » Et l’on imagine alors que tout sera prêt pour l’arrivée du Messie...

Erdoğan ne joue plus le jeu atlanto-sioniste, voir sur E&R :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 






Alerter

41 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1992076

    IL nous faut un Erdogan en France !!!

     

    Répondre à ce message

  • #1992090

    Réélection d’Erdogan qui avait appelé les immigrés turques présents en Europe de faire non pas deux enfants mais cinq enfants.

    Je ne comprends pas pourquoi E&R se réjouit de la victoire d’Erdogan. Parce qu’il s’opposerait à Israël ? Mais sa politique est la même qu’Israël puisqu’il soutien la colonisation de l’Europe par l’immigration et même à Chypre. Sans oublier son soutien à l’Etat islamique.

     

    Répondre à ce message

    • #1992150
      Le 25 juin à 02:01 par Michelly58
      Turquie : Erdoğan réélu président dès le premier tour

      Faut arrêter d’écouter la merde des chaînes mainstream, Erdogan est essentiel afin que la Turquie ne tombe pas dans chaos. C’est normal qu’il leur dise procréer, si les blanches en faisait autant l’Europe ne serait pas submergé d’immigrés. Il était sensé contenir le flux migratoire, mais Merkel ne lui ayant pas payé son du il laisse les vannes ouvertes. Quant à son soutien de l’EI il s’en détachera avec le temps.

       
    • #1992156

      @ Machin, Erdoğan n’a jamais dit une telle chose sur le nombre d’enfants à la diaspora Turque d’Europe, il a part contre effectivement demandé aux "locaux" de faire 3 enfants (et non pas 5) pour maintenir une croissance démographique stable, une population jeune et aussi pour, à moyen / long terme, ne pas être dépassé en nombre par la population Kurde qui fait, en moyenne, beaucoup plus d’enfants et qui représente déja environ 20% de la population du pays. Concernant Chypre, l’île a appartenu jusqu’en 1566 aux Vénitiens, année lors de laquelle elle a été prise par l’empereur Soliman Le Magnifique, sur les conseils de son ministre Marrane Joseph Nassi (lire Pierre Hillard qui en parle très bien), les Turcs ont, durant des siècles rechignés à s’installer sur l’île faute d’investissement et de perspectives économiques. Les Anglais alors "alliés" de l’empire Ottoman ont voulu développer l’île et, pour se faire ont fait venir des colons Grecs (ceux que vous appelez aujourd’hui des Chypriotes) à partir de 1800. Leur nombre augmentant au fur et à mesure, les Grecs ont voulu faire "l’Enossis" en se rattachant à la Grèce sous l’impulsion de l’eveque Makarios et l’opération Turque de 1974 a visé à contre carrer ce plan, sans quoi Chypre serait aujourd’hui ni plus ni moins qu’une île Grecque comme Rhodes ou La Crète. Si, à vos yeux la présence Turque n’est pas légitime à Chypre que dire de la présence Grecque ? Le bon sens serait de rendre l’île à ses habitants authentiques, les Vénitiens mais il n’y en a plus sur l’île. L’enjeu aujourd’hui de la présence à Chypre, c’est encore et toujours le contrôle des énergies en méditérranée et si vous trouvez que la Turquie fait comme Israel, vous ne comprenez vraiment rien à rien la Turquie étant en plein dans la zone du "Grand Israel" (voir le "plan Oded Yinon") un simple coup d’oeil à la carte permet de comprendre que, s’il y a un "Grand Israel" c’est au détriment d’autres qui, eux, deviennent petits et, c’est fort de cette maturité politique et géopolitique que 87% des Turcs ont voté et ont accordé 52,5% de leurs voix à Erdogan car il ne joue plus le jeu du Sionisme, c’est pourquoi, comme indiqué dans cet article, ceux qui l’encensaient hier lui crachent dessus aujourd’hui. Quand ils l’encensaient vous pouviez avoir des doutes, le détester, lui cracher dessus mais s’il y a encore une Syrie, un Irak, un Iran et une Turquie c’est parce qu’il ne collabore plus alors il ne fait surement pas comme Israel. Bonne soirée à vous

       
    • #1992188

      Erdogan n’est pas l’instigateur de la politique migratoire de l’Europe, il soutient naturellement sa diaspora qui dite en passant est un sacré apport de devises pour l’économie turque, vous feriez comment à sa place ? Une autre diaspora israelienne bien éclairée qui ne se l’avoue pas est bien plus nuisible, y a qu’à relire les citations de l’article de ces fervents français de la 25ème heure.
      Autre chose, la Turquie est obligé de se positionner à l’international en fonction de ses frontières, regardez une carte et vous comprendrez vite pourquoi on le traite trop facilement à mon gout de girouette, il agit avec les intérêts de la Turquie comme la priorité avant toute considération. Il est mégalo, les démocrates du genre Mac1er le sont bien plus, sous couver de soi disant démocratie.

       
    • #1992210
      Le 25 juin à 08:09 par Vengeur13
      Turquie : Erdoğan réélu président dès le premier tour

      Je rappelle que le mec a fricoté avec l’EI mais ça, tout le monde l’oubli.
      Et la Turquie n’a pas besoin d’un homme qui répète les mêmes erreurs économiques que l’Espagne.
      L’économie Turque est tributaire d’investisseurs étrangers. Sa croissance a été soutenue par une politique de crédits à la construction. La majorité des Turcs ont un salaire miserable... Enfin bref... Il faut arrêter de focaliser sur l’arbre qui cache la forêt.

       
  • #1992224

    Erdogan est certes l’homme de la situation dans la poudrière proche -orientale .mais jamais je n’oublierai sa monstrueuse collaboration(et trahison) dans la destruction de la Syrie.Si Erdogan est l’homme providentiel en ces temps de grands désordres alors qu’en est-il de Assad ? Si Erdogan avait de l’honneur il demanderait au peuple syrien et à son président de lui pardonner ses égarements pro coalition occidentale ! Parce qu’au final Erdogan Assad même combat désormais..
    Deux grands leaders arabes ont été assassinés auparavant Hussein et Qaddhafi.. par les hyènes du NOM !
    L’homme par excellence qui a évité l’embrasement général au proche-orient :Poutine ! Que Dieu le protège !

     

    Répondre à ce message

  • #1992233
    Le 25 juin à 09:02 par Rat Caille
    Turquie : Erdoğan réélu président dès le premier tour

    Vous oubliez bien vite le soutien d’Erdogan à Daesh... que les élites retournent leur veste, c’est habituel, Erdogan le fait aussi.

     

    Répondre à ce message

  • #1992289

    Je n ai pas d’avis concernant Erdogan, même si j ecoute Stephan Blet en parlé, cependant qd je lis certain commentaire je me dis que le travail de rééducation en géopolitique va être encore long. D’ailleurs à ce sujet il serait bon que AS fasse de temps en temps une piqure de rappel.
    Bon pour certain commentaire je vais répondre :
    Erdogan n est ni sympas, ni pas sympas, il n est ni méchant, ni gentils CE N EST PAS SON ROLE....
    Il n a pas à demander pardon au syriens, ni à qui que ce soit, il dirige la Turquie (bien ou mal c’est selon la position de chacun) et en conséquence il va (en tout cas je l espere) là ou est l’interet de son pays. Il est donc logique qu’en fonction des evenements (auxquels il peut jouer un rôle) il change de cap. La réal politique est un jeu de dupe, d’alliance factuelle et non éternelle, mais c est surtout un jeu d’intelligence stratégique et à ce jeu Erdogan n’est pas mauvais du tout, bien au contraire, surtout qu’il n est qu’un second couteau derriere Poutine, Trump et Xi...
    Le pb est qu’en France on a des presidents (depuis de Gaulle) qui se preocupe plus de l’intérêt d’une certaine "nation" plutot que de la nôtre, ce qui fausse notre jugement d’analyse en emotionelle au lieu de rester rationnelle...

     

    Répondre à ce message

    • #1992648

      Quel intérêt pour la Turquie et le peuple turc d’avoir foutu le chaos en Syrie ? C’est un traitre qui a retourrné sa veste ni plus ni moins ! Il accuse la main étrangère qui veut destabiliser son pays mais lui -même a participé à la poudrière syrienne en s’acoquinant avec l’entité sioniste et la coalition occidentale .C’est l’hôpital qui se moque de la charité.

       
  • #1992346
    Le 25 juin à 12:17 par ERDOGAN-POUTINE-BASHAR
    Turquie : Erdoğan réélu président dès le premier tour

    Dans ces elections turcs, comme celle de trump ou Poutine, les merdias ont balancé leur purin de mensonges et de manip. Avec ces merdias, il suffit de lire le titre, ça prend une seconde, on est fixé. C’est ce que j’ai fait , et j’étais certain qu’Erdogan ferait autant que Poutine et tant mieux. Tout ce qui peut faire chier le systeme est bon pour l’humanité.

     

    Répondre à ce message

  • #1992494
    Le 25 juin à 14:41 par Mort de rire
    Turquie : Erdoğan réélu président dès le premier tour

    Personnellement je n’ai pas d’avis sur la victoire d’Erdogan, c’est un ennemi de l’Europe, ancien ami d’Israël et de l’Etat islamique, qui a appelé à plusieurs reprises à la lutte du croissant contre la croix et à la prolifération massive (5 enfants par femmes) de la diaspora turc en Europe pour prendre le pouvoir dans ces pays... Bref il n’est absolument pas de notre côté, il nous est même parfaitement hostile depuis le début, ce qui n’a jamais empêché nos amis de la communauté de lumière de le soutenir à chaque occasion il y a encore quelques années.

    Pourtant sa victoire était prévisible, il défend son peuple et il est populaire alors il était impossible pour lui de perdre ces élections malgré la propagande mondialiste.

    Alors oui Erdogan est un opposant à l’antlantisme et s’est beaucoup rapproché de la Russie mais il n’est pas notre ami pour autant, la logique de "l’ennemi de mon ennemi est mon ami" ne peut fonctionner qu’à court terme et ne serait être autre chose qu’une erreur si elle devait servir de ligne directrice, beaucoup de natios font cette erreur en pensant qu’Israël serait un allié contre l’invasion de l’Europe sur la base de quelques déclaration, l’inverse est tout autant vrai un ennemi du sionisme n’est pas forcément un allié, et ceci fonctionne aussi dans le cadre de la Russie, Poutine n’est pas forcément notre allié et les pays qui se rapproche de lui encore moi, d’autant plus que Poutine et Erdogan ne sont même pas réellement alliés l’un à l’autre.

    En fin de compte nos alliés naturels se trouvent bel et bien en Europe, l’Italie, les pays de l’Est et probablement l’Allemagne d’ici quelques années, en attendant le réveil de l’Europe de l’Ouest de du reste du monde blanc.

    Nous ne sommes plus au 20eme siècle époque où nous avions constitué pas loin du tiers de la population du monde (Europe+population blanche des USA et des autres anciennes colonies) et que nous controlions l’Afrique et l’Asie ainsi que leurs ressources. Aujourd’hui l’Europe ne constitue plus que 10% de la population mondiale (et encore on c’est en incluant les fortes minorités allogènes) contre 25% il y a encore 60 ans, quant aux femmes blanches en âge de procréer elles ne constituent que 1% de la population mondiale... À côté de cela les africains prolifèrent de manière anarchiques et nous envahissent et les asiatiques dominent de plus en plus le monde économiquement.

    Alors au moment où le monde blanc risque l’extinction il faudrait mieux s’unir que de se diviser

     

    Répondre à ce message

  • #1992880
    Le 25 juin à 22:39 par nomologue
    Turquie : Erdoğan réélu président dès le premier tour

    Dans ce fil de commentaires on voit quelques uns, d’origine turque ou non, défendre Erdogan.

    Je pense que la question pour un anti-impérialiste, n’est pas là.
    La question c’est : quid de l’après-Erdogan ? Car Erdogan va léguer un pouvoir immense, une présidence monarchique, un Parlement soumis, une armée aux ordres, des médias aux ordres, un État moderne tutélaire, et une société désormais habituée à cette tutelle et au confort moderne.
    Alors les AKPistes et d’autres répondront : oui, et tant mieux, car c’est pour le bien, c’est pour la grandeur de la nation, la grandeur de l’islam et du combat antisioniste !

    Sauf que voilà, gagner une élection présidentielle, ça demande de l’argent, des soutiens dans les médias. Un jour ou l’autre, l’AKP ne gagnera plus (d’ailleurs elle vient de perdre sa majorité au Parlement).
    Et le pouvoir qui aujourd’hui s’accroit "au nom du petit peuple", demain pourra l’utiliser contre lui. L’islamisme et l’antisionisme n’auront été qu’un moment prétextuel à la croissance de l’État et du marché. Erdogan n’a-t-il pas fait campagne sur l’augmentation du PIB ? Et si, demain, il fallait abandonner l’islamisme et le nationalisme pour augmenter le PIB ?

    C’est là le sens de la phrase extraordinaire de Pierre Lellouche en 2004 : « que la rivière de l’islam se noie dans l’océan de la démocratie et des droits de l’homme ». Sous Erdogan, entre 2003 et 2023, les citoyens turcs n’ont pas cessé de s’entendre dire qu’ils devaient accepter le résultat des élections, et accepter les réformes. Francis Cousin l’avait très bien vu en comparant le "putsch raté" turc de juillet 2015 au "putsch raté" espagnol de février 1981.

    Voilà pourquoi l’OTAN s’est servie des Frères musulmans : pour les piéger dans la "démocratie" libérale.

     

    Répondre à ce message

  • #1992994
    Le 26 juin à 00:53 par anti mondialiste
    Turquie : Erdoğan réélu président dès le premier tour

    Mort de rire

    Je suis entièrement d’accord avec vous. Ce n’est pas parce que Erdogan s’est éloigné de l’OTAN et d’Israël qu’il faut le voir comme un ami. C’est un ennemi de notre civilisation. Il a appelé la diaspora turc à proliférer en Europe en faisant 5 enfants par femme et à ne surtout pas s’assimiler.

     

    Répondre à ce message

  • #1993844
    Le 27 juin à 08:51 par Starkamanda
    Turquie : Erdoğan réélu président dès le premier tour

    Le Turcs sont turcs avant d’être musulmans.

    Ils savent mettre l’Islam de côté pour dominer ses voisins parfois correligionnaire ...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents