Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Ukraine–Russie : la guerre des chiffres

 

 

Si l’on écoute l’OTAN, ou le Pentagone, ou la presse française, ce qui est égal, la Russie aurait perdu 55 000 hommes depuis le début des hostilités (24 février 2022). Du côté russe, on admet 6 000 morts militaires. Pour Libération, qui coupe la poire en deux, s’appuyant sur les recherches de deux Français, les pertes russes seraient comprises entre 20 000 et 30 000 hommes. C’est moins que ce qu’affirment les responsables américains de l’armée et du renseignement. Selon eux, c’est carrément la moitié des effectifs russes qui ont été mis hors de combat !

Le 21 juillet, les services secrets américains et britanniques avançaient le chiffre de 15 000 soldats russes tués. Le bilan se situe « autour de 15 000 tués et peut-être trois fois plus de blessés, déclarait ainsi Bill Burns, chef de la CIA. Ce sont des pertes importantes. Les Ukrainiens ont essuyé des pertes aussi, probablement un peu moins, mais des pertes importantes. » Le lendemain, son homologue du MI6, Richard Moore, reprenait ce nombre, tout en évoquant « une estimation prudente ». Dernière estimation américaine, le 8 août, par la voix du numéro trois du Pentagone  : « 70 000 à 80 000 » tués ou blessés, sur les quelque 150 000 militaires russes engagés en février. (Libération)

Les chercheurs français basent leur calcul sur le nombre d’officiers russes morts, et extrapolent ensuite sur la troupe.

 

 

Le ministre russe de la Défense a donné à ce propos une interview au média RT :

« Nos pertes sont de 5 937 morts. Les pertes de l’Ukraine sont de 61 207 morts et 49 368 blessés. »

 

Toujours dans les chiffres, et nous n’oublions pas que derrière ces chiffres il y a des morts, et derrière ces morts des familles éplorées, que ce soit du côté russe ou du côté ukrainien, car il s’agit avant tout d’une guerre civile entre orthodoxes provoquée par les Américains, nous avons l’affaire des engagés volontaires de Tchétchénie. C’est le nouveau point de friction entre les deux communications en conflit.

 

 

Aussitôt après l’allocution historique de Poutine, qui annonçait la levée de 300 000 réservistes, on a appris que 10 000 recrues tchétchènes auraient spontanément désiré rejoindre les bataillons pro-russes. On connaît le sens du combat de ces hommes.

 

 

Que cette annonce soit authentique ou pas, des chiffres plus globaux donnent une idée de l’engagement des Russes et du fantasme des Occidentaux.

 

 

Nous finirons sur deux images, la première tragique, la seconde grotesque. Deux images pourtant liées en profondeur...

L’Histoire, sur E&R :

 






Alerter

37 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #3035085
    Le 23 septembre à 15:26 par kéwin ladinde
    Ukraine–Russie : la guerre des chiffres

    Bilan sans doute plausible, les Ukrainiens ont un déficit en matériel considérable pour l’aviation et les véhicules.
    La plupart des morts russes l’ont été au début de la guerre.

     

    Répondre à ce message

  • #3035086
    Le 23 septembre à 15:27 par daktari
    Ukraine–Russie : la guerre des chiffres

    Bonjour. Apparamment les anglo americains sont mieux renseignes sur les pertes russes que les pertes ukrainiennes.
    De toute manieres une fois la guerre declaree l objectif justifie les pertes sinon on ne fait pas la guerre ou les gars sont mort pour rien.

     

    Répondre à ce message

  • #3035115
    Le 23 septembre à 16:41 par spirou
    Ukraine–Russie : la guerre des chiffres

    La BBC a fait un calcul il y a un mois intéressant en vérifiant les nouveaux avis de décès en Russie. Ils sont arrivés au même chiffre que le ministère russe de la défense. Les russes sont présents à hauteur de 20% sur le front. Pour ceux qui ne ’comprennent’ pas l’appel des réservistes c’est parce qu’ils doivent remplaces les forces d’active qui partent sur le front.
    Pour éviter toute branlette intellectuelle, c’est au mieux un stand off en 2023 avec les russes contrôlant le dombass, les polonais l’ouest et les roumains le sud ouest. Probabilité ? 55% Sinon ? C’est le nucléaire.
    Bonsoir

     

    Répondre à ce message

  • #3035166
    Le 23 septembre à 18:29 par SR.F
    Ukraine–Russie : la guerre des chiffres

    Il se trouve que l’Otan fait la guerre contre la Russie jusqu’au dernier ukrainien
    Et il se trouve que Poutine fait la guerre contre l’Otan jusqu’au dernier russe.

    Si l’ukrainien pousse d’un coté du mur et si le russe pousse de l’autre coté.....
    Même avec toute les forces du monde ,les deux seront toujours au même point

     

    Répondre à ce message

  • #3035216
    Le 23 septembre à 19:46 par Laflippe
    Ukraine–Russie : la guerre des chiffres

    J’arrive encore à être surpris par la cuistrerie et le ridicule de BHL, à tel point que je n’avais pas vu que le tireur embusqué était une femme.

     

    Répondre à ce message

    • #3035291
      Le 23 septembre à 23:54 par fajs
      Ukraine–Russie : la guerre des chiffres

      C’est censé représenter une femme Kurde de la brigade féminine kurde YPJ en Syrie.

       
    • #3035373
      Le 24 septembre à 08:29 par Kal
      Ukraine–Russie : la guerre des chiffres

      De plus, la femme est soldat, BHL est en réalité planqué. Sauf pour le photographe comme il se doit. Si le ridicule devait tuer, je ne vous fais pas de dessein !

       
    • #3035404
      Le 24 septembre à 09:51 par james
      Ukraine–Russie : la guerre des chiffres

      On remarquera que la femme est en basket, sans casque et que BHL matte son cul. ca ressemble pas vraiment a une scene de guerre

       
  • #3035289
    Le 23 septembre à 23:30 par moi-même
    Ukraine–Russie : la guerre des chiffres

    Dans la même situation que la gonzesse, mon arme pointerai l’ennemi, le vrai !

     

    Répondre à ce message

  • #3035409
    Le 24 septembre à 10:15 par géopolix
    Ukraine–Russie : la guerre des chiffres

    ce que l’on sait, c’est que le niveau de victimes est déja trop important de chaque coté, pour accepter des discussions de paix et donc de reddition . Il faut continuer la guerre pour la vengeance ou l’honneur des soldats morts sur le front . Cette guerre ressemble beaucoup à 14-18, nous allons vers une guerre d’usure qui durera plusieurs années.
    Je l’avais dit dès le mois de mars : il valait bien mieux pour les ukrainiens de perdre une guerre de 6 jours, que de prétendre gagner une guerre de 6 ans .
    Mais l’équipe de Zelinski est partie sur un concept dépassé, l’idée qu’au final les américains viendront les sauver, directement sur le front .
    Or bien avant février, un général français disait ( Desportes, selon ma mémoire ?) "c’est fini le temps où le soldat Ryan viendra mourir en Europe sur la terre de ses ancêtres, car aujourd’hui il s’appelle Soldat Gomez et ses ancêtres sont mexicains ....ce qui m’empèche pas ce général de faire aujourd’hui de la propagande pro atlantiste et pro Zelensky sur les plateaux de télé

     

    Répondre à ce message

  • #3035448
    Le 24 septembre à 11:47 par Mennazza
    Ukraine–Russie : la guerre des chiffres

    Bonjour à tous que la paix soit sur vous tous . la guerre est déjà gagné par le tout puissant à vous de savourer la victoire mais cela n’annule pas le jugement de chaque individu est ce qu’il à contribuer a l’ordre de dieu par n’importe quel moyen donner par lui-même de l’infiniment petit à l’infiniment grand soyez sincères dans votre combats ni pour l’argent ni pour le plaisir de détruire mais pour l’ordre instaurer par le tout puissant

     

    Répondre à ce message

  • #3035499
    Le 24 septembre à 13:42 par géopolix
    Ukraine–Russie : la guerre des chiffres

    j’aime beaucoup la superposition des 2 photos : la 1ère est très émouvante, même sans le portrait du mort, on devine que c’est un jeune homme d’une vingtaine d’années et l’on voit comment tous retiennent dignement leurs larmes .
    La 2ème montre tout le grotesque de l’ignoble BHL, dans certainement une de ses habituelles mises en scène. Car je n’imagine pas l’armée ukrainienne envoyer des femmes sur le front en baskets, juste de quoi se fouler une cheville dès le 1er jour et je ne les imagine pas non plus être envoyées en 1ère ligne pour affronter l’infanterie russe.
    Si seulement celui dans la boite en bois pouvait être ce BHL, le monde ne s’en porterait que mieux et serait certainement plus en paix .

     

    Répondre à ce message

  • #3036527
    Le 26 septembre à 12:04 par Gopfdami
    Ukraine–Russie : la guerre des chiffres

    Après les simulations informatiques pour calculer les victimes du covid, les simulations informatiques pour calculer les morts russes en Ukraine. L’occident est formidable !

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents