Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un an après, 85 % des Grecs mécontents de leur gouvernement

Pris au piège de l’allégeance, Tsípras n’incarne plus l’espoir

Le Premier ministre, naguère porté aux nues, découvre brutalement les affres de l’impopularité.

Un drapeau orné du sigle du parti au pouvoir déchiré et brûlé en pleine rue dans le nord de la Grèce. Un ministre cloîtré mercredi dans un bureau préfectoral pendant douze heures, empêché de sortir par une foule déchaînée. Et des députés coincés à leur arrivée à l’aéroport de Kastoria sommés de se justifier sur des mesures qu’ils vont examiner la semaine prochaine. Ce lundi, Aléxis Tsípras souffle, dans une ambiance relativement explosive, sa première bougie depuis sa victoire électorale du 25 janvier 2015. Car de manière inattendue après des mois d’apathie, le vent de la colère s’est soudain levé la semaine dernière, suscitant une vague de contestations inédites pour son gouvernement qui découvre brutalement la violence de l’impopularité, celle qui avait déjà frappé la classe politique dite « traditionnelle ». Qu’il semble loin le temps où le jeune héros de la gauche grecque promettait de « renouer avec l’espoir » !

 

Fronde

Malgré sept mois de négociations difficiles avec les créanciers, en dépit également de sa capitulation face à Bruxelles le 13 juillet, Tsípras a longtemps réussi à préserver l’image du « bon garçon » qui « fait ce qu’il peut ». Plébiscité lors du référendum du 5 juillet, vainqueur une fois de plus des élections anticipées de septembre, Tsípras bénéficiait – et bénéficie encore en partie – d’apparaître comme « le moindre mal » dans un pays où droite et centre gauche s’étaient disqualifiés par leur gestion du pouvoir. Mais il aura suffi d’un projet de loi sur la réforme du système des retraites et de l’assurance sociale pour déclencher une fronde tous azimuts face à cette « forokatagida » : néologisme qu’on pourrait traduire par « avalanche d’impôts », qui s’accompagne d’une forte hausse de cotisations sociales.

Les agriculteurs qui ont sorti leurs tracteurs dans la rue et agressent les députés ou les permanences de Syriza ne sont pas les seuls à manifester leur colère. Avocats, médecins, artistes, commerçants, retraités et même handicapés sont tous descendus dans la rue depuis une semaine. Et même si la mobilisation n’atteint pas (encore) les niveaux de 2012-2013, les avocats en colère ont su jouer du symbole, en accrochant jeudi leurs cravates aux bosquets qui ornent les abords du Parlement à Athènes, pour marquer la naissance du « mouvement des cravates ». Comme un clin d’œil douloureux à ce qui fut l’une des marques de fabrique du premier gouvernement Tsípras il y a tout juste un an : des ministres sans cravates, justement, incarnant autant une autre façon de gouverner que la fin de l’austérité.

Lire la suite de l’article sur liberation.fr

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.