Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un conseiller régional proche de Benoît Hamon soupçonné de viol et d’abus sexuels

Un conseiller régional d’Ile-de-France, Gilbert Cuzou, ancien membre de l’équipe de candidature à l’élection présidentielle de Benoît Hamon, est en garde à vue, selon le journal Libération, et visé par cinq plaintes pour des abus sexuels, dont une pour viol.

 

[...]

Les proches de Benoît Hamon et lui-même sont mis au courant dès septembre par les deux premières plaignantes, deux militantes très impliquées dans la campagne. Gilbert Cuzou est un proche de Pascal Cherki, proche de Benoît Hamon. On est alors encore bien avant le déclenchement de l’affaire Harvey Weinstein.

Libération raconte qu’elles n’ont pas souhaité le faire plus tôt, conscientes du fait que de telles informations induisaient trop de risques à être rendues publiques pendant une campagne électorale.

Tout de suite, Benoît Hamon et son mouvement excluent Gilbert Cuzou. En interne, le mouvement politique réagit très vite. Il est décidé, entre autres, de créer un fond de soutien financier pour aider les victimes à payer les frais d’avocats ou les soutiens psychologiques. Dans le parti, on devine déjà que le nombre de femmes concernées ne s’arrête pas aux deux plaignantes.

Lire l’intégralité de l’article sur france3-regions.francetvinfo.fr

Voir aussi, sur E&R :

Les bourgeois de gauche ne connaissent pas l’amour,
voir chez Kontre Kulture :

 






Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article