Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un universitaire accuse les auteurs jeunesse d’abrutir les enfants

Les auteurs jeunesse participent-ils volontairement à rendre les enfants idiots ? Oui, clame un universitaire britannique, particulièrement remonté – et données sociologiques sous le bras. Une enquête diffusée ce jour indiquerait en effet une régression dans les goûts littéraires des adolescents. Et plus encore, dans leurs compétences de lecture...

 

Des auteurs de premiers plans comme Jeff Kinney, l’auteur des multiples Journal d’un dégonflé (au Seuil, traduit par Natalie Zimmermann), ou encore David Walliams et bien d’autres – JK Rowling est heureusement épargnée ! – sont mis au ban des accusés. Passant en revue les habitudes de lecture d’un million d’enfants au Royaume-Uni, Keith Topping, de l’université de Dundee, estime qu’il y a urgence.

Selon ses conclusions, les jeunes élèves se passionnent pour des livres qui ne les tireraient pas vers le haut. Le chercheur spécialisé dans l’éducation et la recherche sociale a en effet établi une liste des livres favoris des enfants.

[...]

Et le problème reste bien de ne pas retrouver des ouvrages que l’universitaire considère comme plus stimulants et éducatifs, dans les listes de lectures scolaires, et les listes d’ouvrages préférés des élèves.

Des enfants qui s’épanouiraient dans le « moyen »

[...]

L’universitaire accuse tout bonnement les auteurs de niveler par le bas, écrivant des livres qui jouent toujours avec le même registre de langue. De ce fait, ils s’installent dans un certain confort intellectuel – et créent une zone de confort d’où les lecteurs ne s’extraient pas.

[...]

Non seulement les adolescents ne lisent donc pas assez, mais surtout, ils liraient des livres qui les maintiennent dans une sorte de médiocrité dorée – une stagnation qui finira par les tirer vers le bas, assure l’universitaire dans What Kids are Reading, commandée par l’organisation britannique Renaissance.

Lire l’article entier sur actualitte.com

Pour les jeunes (et les autres) chez Kontre Kulture !

 

La lecture, fondement de la culture, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

30 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Il n’est pas rare de trouver des adultes de plus de 30 ans avec les mêmes loisirs et les mêmes goûts qu’un enfant de 8 ans.
    Dans le bâtiment, lorsqu’on travaille chez les gens, il est devenu assez courant de trouver dans les foyers des classes populaires qui n’ont pas d’enfant : jeux vidéo, figurines en plastok en vitrine du genre batman, mangas et livres harry potter sur les étagères...

     

    • Exactement ! Même constat ! Très révélateur en effet. Tout comme les tenues vestimentaires, et pas que les trentenaires. A mon boulot les têtes grises viennent en trottinette et sont habillées en djeun’s couleurs fluo et baskets sans lacets, ridicule ! Fonction publique d’Etat pourtant, mais repaire de gauchistes. Génération post-68 dans toute sa splendeur. Le "réfugié" somalien doit bien se marrer...


    • Je pense que ça n’est pas forcément lié à la classe (même si ça restera toujours le principal marqueur) mais plus à l’âge comme dit l’universitaire. J’ai pu échanger avec un panel de personne assez grand pour me rendre compte que la culture ne s’acquière pas avec le fric : beaucoup de gens aisés en ont aucune. Que demande-t-on à un cadre ? De s’y connaître à fond dans son taf, le reste c’est du domaine personnel car il aura plutôt tendance à parler boulot que d’Hemingway s’il veut évoluer ou se faire du réseau. Le peu de temps qui lui reste étant fait pour se divertir/se reposer. C’est le système anglo-saxon : ne pas parler d’autre chose que du business. Pour ça qu’ils se spécialisent dès le secondaire, contrairement à nos filières qui sont bien plus générales. Le but inavoué étant de priver les gens d’une vision globale des choses afin qu’ils ne fassent pas de liens entre les évènements.
      Niveau politique c’est encore pire. Ils sont certes "cultivés" à la grande messe médiatique, mais sans aucun effort de réflexion personnel. Demandez à certains ouvriers : vous verrez un discours bien moins technique, mais bien plus sensé ("l’immigration aggrave les chômage et la dette", "les banquiers volent l’argent du peuple", "l’Europe c’est les délocalisations" etc.). Pour faire une comparaison avec l’informatique, un CSP+ aura plus de mémoire (= culture), un CSP- un meilleur programme (= analyse de la situation). La culture n’est pas une arme si elle est déformée/orientée/raccourcie.
      C’est juste qu’à force de mettre la pression sur les travailleurs, ils n’ont pas la force/l’envie/la motivation pour se cultiver, et ne l’enseignent plus à leurs gosses (livres/musées/voyages culturels/...). Ajoutez à ça qu’on leur vend du plomb comme étant de l’or, qu’on baisse le niveau général de tout le monde (politiques/journalistes/écrivains/philosophes/scientifiques etc), hé bien les conversations de machine à café porteront plus sur la coupe du monde 2018/Hanouna/Netflix que sur le conflit israélo-palestinien/la relativité générale/le softpower du NOM. On encourage les gens à la médiocrité donc c’est sûr que les premiers atteints sont les plus démunis. Mais ça reste une tendance générales : les élites sont également moins dotées qu’avant.


    • Bouh les vilains prolo qui lisent des mangas et jouent aux jeux vidéo !

      Non mais vous êtes sérieux ?!


    • Pas d’accord avec le mépris à l’égard de Harry Potter. J’ai 55 ans, je suis trilingue et grand lecteur. Il y a quelques années, ne sachant plus quoi me mettre sous la dent, j’ai décidé d’aller voir du côté de ce phénomène d’édition. Pure curiosité : qu’est-ce que ça vaut ?
      Mes conclusions sur la version originale, en anglais, donc : remarquable. Succès amplement mérité. Rowland, l’auteur, a toute mon admiration. Complexité, imagination, suspense bien mené, emprunts intelligents ( Bilbo le Hobbit, Communauté de l’anneau, tout ça ) et bien digérés, dimensions très respectables ( 5 ou 6000 pages, si je me souviens bien ), etc.
      Les gamins qui ont lu ça n’ont vraiment pas perdu leur temps, quoi qu’il en soit des messages idéologiques qui peuvent sous-tendre l’ensemble de l’oeuvre (antiracisme et politiquement
      correct de principe).


  • Pas étonnant, depuis une cinquantaine d’année, chaque génération est un peu plus bête que la précédente, entre une éducation nationale de plus en plus fourvoyée par le libéralisme libertaire, des technologies qui engourdissent la cervelle plutôt que de la développer, et un individualisme plus exacerbé que jamais, constat dramatique mais logique... Jusqu’où peut-on descendre ? Ça donne pas envie de fonder un foyer....

     

    • Bien au contraire ! Fondez un foyer pour qu’il reste encore des îlots de qualité dans ce monde !
      Personnellement, j’ai vu arriver petit à petit tous ces livres pour enfants de plus en plus bêtes et aussi de plus en plus moches, alors j’ai "sauvé" les meilleurs livres que je lisais à mes enfants et j’ai fait des cartons à garder pour la génération suivante, pour avoir autre chose à lui proposer que la m.... ambiante. Éloignez les petits enfants des écrans et lisez-leur de belles histoires bien écrites. Ça leur donne le sens de la langue, ça leur donne accès au langage symbolique et ça participe à une saine structuration psychique.


  • #1906256

    Dans un Occident en pleine décadence, c’est parfaitement logique.


  • #1906276

    Ah ? IL faut étre Universitaire pour s’en rendre compte ?
    Marie Cachet /UT éduque ses 5 Vikings à la maison ,loin de l’endoctrinement
    libtard —gochtard débilitant . Ils sont super intelligents et super beaux ce qui ne gache rien .

     

    • Et papa leur apprend à jouer avec des allumettes ?


    • @ Pifou
      .J’espère bien ! car il leur apprend surtout à se défendre et à défendre leur identité ,leur culture et leur race méme par la violence s’il le faut
      Car on ne se bat pas avec des fleurs contre un Adversaire qui souhaite notre disparition .
      L’époque des hippies dégénérés est OUT . Seuls ceux qui se seront préparés survivront et des allumettes peuvent s’avérer très utiles .
      Bien que je ne trouve pas malin la destruction de bâtiments magnifiques du Moyen Age , je pense que la France ne se soucie guère plus de son patrimoine Historique religieux et j’ai vu des églises et des chapelles du 10 eme et 12 eme siècles tomber en ruine sans que personne ne s’en émeuve .


  • La crétinisation organisée, on a la même chose en France où l’éducation nationale fait des ravages en toute connaissance de cause. Faudrait quand même pas que la plèbe se mette à réfléchir, elle finirait par comprendre l’arnaque.


  • J’ai rejoins ER entre autre parce que j’ai trouvé mon éducation pitoyable de la maternelle aux études supérieures, marrant que quelqu’un s’en indigne maintenant, j’estime faire partie d’une jeunesse sacrifiée au nom du capital (destruction et affaiblissement de l’Europe pour pouvoir y reprendre des parts de marché).

     

  • #1906453

    Le problème est assez simple :

    Quelle maison d’édition accepte encore aujourd’hui de publier du contenu intelligent ?
    On peut la faire aussi sous un autre angle : quelle maison d’édition a encore aujourd’hui les moyens financiers de publier du contenu intelligent ?
    Ou encore : quelle maison d’édition voit encore aujourd’hui un intérêt à publier du contenu intelligent ?

    Origine du mal donc (toujours la même) :
    - économie de marché et dette qui paralyse les entreprises et institutions d’un pays
    - idéologie mondialiste qui dénie en permanence la logique, les lois mathématiques et la réalité, or, l’intelligence a besoin de vérité pour s’éveiller, et non de falsifications en tout genre et de mensonges distribués à la pelle

    A noter que ce constat vaut également pour les universités, qui sont loin d’être les dernières en matière d’endoctrinement de masse, notamment, les concernant, des jeunes adultes.

     

    • #1906635
      le 23/02/2018 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Un universitaire accuse les auteurs jeunesse d’abrutir les enfants

      Si on considère l’édition de films en vidéo DVD/ Blu-ray, il y a des éditeurs proposant du contenu de qualité qui ont fait faillite, parce que les ventes ne suivaient pas : le public n’est pas extensible.

      Il y a de très bons réalisateurs/ films pas ou peu ou mal édités.


    • Pour ce qui est des livres, il faut recycler auprès des jeunes générations les livres bouquins des parents et grands parents, pour ceux qui n’en ont pas, on trouve de très bons livres d’autrefois chez les bouquinistes, Emaus . Quand je feuillette les ouvrages destinés à la jeunesse en librairie, la seule vue des illustrations suffit à donner le niveau de la littérature, c’est laid , et peu propice à accrocher les gamins .Maintenant ...Qu’un universitaire mette cette situation sur le dos des éditeurs , c’est plutot cocasse , vu que depuis cinquante ans, nombre d’enseignants collaborent activement à la crétinisation des jeunes générations .


    • Il reste, ou plutôt, il apparaît de nombreuses échappatoires : les sites participatifs qui permettent que vous (s’adressant à la seconde personne du pluriel) éditiez tout ce que bon vous semble et qui plairait au lecteur ou à l’admirateur contemplatif.
      Suivent Youtube et consors d’ouest en est pour publier du contenu instructif et pédagogique. Et même la possibilité d’éditer votre ouvrage sur Kindle et autres pour peanuts : et si le talent était au rendez-vous, de se faire quatre sous. Parce que même une bricole instructive et fédératrice vendue à 1 000 000 d’exemplaires pour 20 centimes le bout, ça laise de quoi voir venir...
      Vous pourriez même, si l’axe de réflexion était orienté, demander à être publier par ici ; qui sait ?


  • #1906482

    Je suis régulièrement des cours au cnam par plaisir, je valide des ue pour parfaire mon cv et assouvir des pulsions d’envie de comprendre assez chroniques depuis 15 ans. Tout ça aussi bien dans l’electromagnetisme, la chimie, le social, l’économie ou encore l’acoustique. Et bien je peux vous dire qu’au prix des cours (60 euros le semestre) et surtout pour leur qualité, il n’y a pas grand monde. Le français est médiocre.


  • Les enfants et les jeunes essaient rarement d’eux-mêmes de lire des ouvrages littéraires. Ce qui poussait à le faire, c’est l’exigence scolaire. Or, elle a disparu, préférant des lectures ludiques, faciles ou utilitaires.
    Même les parents qui essaient d’offrir à leur progéniture des lectures qui édifient ont un mal fou.
    Tout ceci est organisé en vue d’une crétinisation des citoyens...

     

  • Il parait que grace à la future réforme du bac, les matières scientifiques ne feront plus parti du tronc commun en première. En gros, en 2020 les jeunes les plus talentueux pourront se gratifier d’avoir obtenu un bac "culture numérique", option "jeux vidéo" (pour les garçon) ou un bac "histoire de l’art" option "twerk" (pour les filles). Bref, c’est la mise en place des filières "garderies". Ca ne peut donner que du bon !


  • Hélas ! Il n’y a pas qu’un large éventail de manuels pour enfants qui
    participe à l’abrutissement des gamins en Angleterre,et partout dans le monde.
    A ce propos,soulignons,avec force,que tout ce qui tire le niveau de la population - ou une large frange de celle-ci - d’un pays,quel qu’il soit,vers le bas rentre - n’en déplaise aux"anti-complotistes"- dans le vaste complot diabolique de la domination du monde. Sans cette vision satanique globale et intégrée,nous les analystes,quel que soit leur talent,restent enfermés dans une vision fragmentaire,et forcément peu pertinente.
    En effet,l’abrutissement des enfants s’étend à toutes les catégories des populations au niveau planétaire,et cela de la conception du fétus,jusqu’à la vieillesse la plus reculée. Toute tranche d’âge a"droit"à sa"part"du venin mortel. Le fétus est exposé à l’élimination par l’avortement,les bébés sont aiguillés vers la case dela"vaccination"et son cortège de ses conséquences dévastatrices à long terme,les enfants à l’école sont"servis"par"la théorie du genre"et"l’éducation sexuelle",les adultes,eux,sont poussés dans l’univers des"plaisirs"avilissants : sexe"libre", drogues,musiques bas de gamme,le sport - transformé en véritable opium des peuples - a balayé tous les divertissements d’épanouissement. Le futile,et l’infantilisation de la société sont devenus les seuls repères proposés aux citoyens aux quatre coins du monde.... Bref ! La pyramide des valeurs séculaires,qui différencient l’Homme de la bête,est inversée et défigurée. La tragédie grecque de cette terrible époque ,c’est que l’humanité souffre le martyr et sans connaître les auteurs du crime. Et le comble du malheur,est que les diables,fossoyeurs des peuples,participent aux"débats". Ils occupent tous les espaces des échanges, on ne voit qu’eux. C’est horrible de souffrir dans l’ignorance...
    L’oligarchie,dans son fou délire,a compris une chose essentielle : tout son complot n’aurait aucune chance de prendre racine,si on ne balaye pas les religions célestes.
    Sans immortalité,aucune vertu n’est possible.
    Nous,peuples de la terre,ouvrons les yeux : nous sommes à la croisée des chemins...


  • Moi, quand j’étais petit, je regardais Ken le survivant à la télé et maintenant voyez, je suis un génie !


  • Le but d’une maison d’édition n’est pas de faire grandir nos enfants...

     

    • Nous sommes la génération charnière.
      Celle issue de l’ancienne mentalité mais à cheval avec le modernisme naissant, l’idéologie prenant forme lentement.
      Nous sommes la meilleure génération. Ayant connu l’ancienne mentalité et pas assez lobotomisés par le progressisme idéologique.
      Malheureusement, difficile de faire son trou lorsqu’on a cet état d’esprit rebelle, non conformiste.


  • Ouvrez les greniers des grand-parents !
    Avez vous remarqué , au passage , que les enfants d’aujourd’hui ne savent plus ce qu’est un grenier ?
    Explorez les malles et retrouvez ces bons vieux livres qui sentent la poussière, l’encre séchée, le foin ...
    Et là , miracle !
    Les voilà plongés dans un livre de la comtesse de Segur, émerveillés , envolés par les ’’malheurs de Sophie ’’ , captivés par les aventures d’Henri Bosco dans ’’ l’enfant et la rivière ’’, presque étonnés de n’avoir eu à se mettre sous la dent que les ternes mièvreries habituelles ! Ah ! Jubilatoire , en vérité !


  • On fait un marché : t’abandonnes le vrai savoir de paysan et d’artisan qui permet de vivre et jt’e donne des gadgets et des chimères sur les trous noirs et l’univers qui ne servent à rien. L’arnaque des franc poissons, planqués dans l’anonymat des académies loin du terrain, qui ont remplacé les cours de découverte de la nature par la sexualité lgbt, bien évidemment, à des fins de domination.
    Une idée révolutionnaire jamais pensée, toute neuve, jamais mise en oeuvre par les anciens : des cours qui répondraient à des questions de 1ère nécessité, des cours utiles. Et si on faisait des cours sur la vraie vie : cuisine, forêt, ferme, atelier bois, bricolage avec, en plus, des renseignements sur les produits industriels apparus il y a 100ans et qui n’étaient pas traités dans les cours de nos (arrière-) grand-parents. Redécouvrir l’eau chaude, c’est pas terrible mais en ces temps de bise glaciale franc poissonne, même réchauffer un plat déjà préparé par nos aïeux est une performance.

     

Commentaires suivants