Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Une Fête de l’Huma 2020 sous le signe de Soros

Cherchez l’erreur

Quand on est journaliste, on regarde, on écoute, on lit tout. Même quand ça nous plaît pas. On lit bien Le Monde ! On n’est pas là pour se boucher le nez, censurer, préjuger, cloisonner. Notre fond social nous a donc conduits à nous intéresser à la Fête de l’Huma 2020, une fête un peu spéciale puisque le grand raout coco a lieu sur neuf sites différents (comme les 9 têtes de l’hydre ?) et principalement dans la salle dite de la Bellevilloise à Paris.

 

Pour ceux qui auraient (malgré son extinction) extrêmement peur du virus oligarchique de la bande Lévy-Buzyn-Salomon-Hirsch-Véran-Delfraissy-Cymes-Lacombe, par ordre d’importance, il y a une télé internet qui permet de suivre les concerts et les débats. Nous avons suivi plusieurs débats et le moins qu’on puisse dire, c’est que le communisme est passé sous la bannière du financier milliardaire George Soros. Relire cette phrase plusieurs fois si on est militant communiste.

« C’est le grand rendez-vous de la gauche », nous dit une journaliste de L’Huma, journal aux 30 000 ventes et aux gros déficits, sauvé comme ses confrères mainstream par la prébende publique. Sauf que nous, on n’appelle pas ça la gauche. L’adjonction des minorités soi-disant souffrantes n’a jamais fait un peuple, au contraire. On le voit aux États-Unis : les ouvriers et les chômeurs ont beaucoup voté pour Trump en novembre 2016, parce que lui leur promettait des jobs, tout simplement, pas la parité, la dictature LGBT ou la reconnaissance de l’immense souffrance des trans qui se trompent d’opération et qui se réveillent avec le même sexe que la veille.

 

« Pour concilier justice climatique et justice sociale »

Ça, cet étrange attelage, c’est sorti de la bouche de Latifa, la journaliste de L’Huma qui présente la journée de débats politiques. Sérieusement, malgré notre culture, on n’arrive pas à comprendre non seulement le rapport, mais la conciliation entre les deux « justices ». En plus, la justice climatique, ça veut dire quoi ?

 

JPEG - 48.5 ko
Fatima

 

Quand on réfléchit un minimum, ça ne veut rien dire. Le Christ a dit que le soleil brillait sur les justes et les injustes. La phrase est donc idiote. Ou alors ça veut dire autre chose. Selon nous, c’est un piège à « cons », c’est-à-dire à jeunes, ceux qu’on a vus défiler en 2019 avec Greta contre le climat (ou pour, on sait pas trop), au moment où les gens sérieux manifestaient en France pour la justice sociale, soit les Gilets jaunes.

Or, on ne peut manifester pour la justice climatique et pour la justice sociale en même temps (le samedi) puisque la première est une ingénierie de l’oligarchie fabriquée de toutes pièces contre la seconde. Alors soit Fatima nous ment, soit elle dit n’importe quoi pour choper du militant de 17 ans. Ce qui est pardonnable d’un point de vue politique, mais pas très sympa pour les mômes.

 

 

George Soros n’était pas invité, mais c’était tout comme

Vient ensuite, toujours le samedi après-midi, vers 14h, Lionel, un journaliste homme cis qui vient nous expliquer ce que c’est qu’« être de gauche ». Or, si la gauche se pose la question, c’est bien parce qu’elle ne sait plus ce que c’est ! Avant, dans les années 70, on ne se posait pas la question, on l’était, voilà tout. Aujourd’hui, la gauche (communiste, la seule authentique) a été pourrie par le gauchisme, c’est-à-dire l’idéologie Soros, du coup elle doute. Évidemment qu’elle doute, avec une telle injection de poison !

 

 

C’est le moment de parler du débat des femmes (aucun homme n’était admis en plateau). Il a pour thème « Après #MeToo, une nouvelle génération à l’offensive ? ». Ça cause parité, souffrance (des femmes, pas des hommes, faut pas rêver les gars), égalité salariale, viol, salauds de mecs, police qui prend pas les plaintes ou qui n’est pas formée pour ça, violences conjugales, hommes cis (un mec qui se sent mec, tout bêtement, nous on dira hommes-saucisse), trans et lesbiennes. On sent que là aussi, le féminisme va être violemment de gauche, pas du tout à droite, alors que ça pourrait. Bref, que du gros sociétal bien lourd, un panzer rose chargé de pleurnicheuses qui écrabouille, fait fuir ou évacue la question sociale, la seule qui vaille. La marque – et le naufrage – du nouveau PCF.

 

Quelques phrases chopées au vol

L’animatrice : « Si les femmes doivent prendre la moitié de tout, comme dit Christiane Taubira, eh bien il faudra leur laisser, cette moitié ! »

La femme au centre, un peu grosse, qui appartient à une assoce antimecs, déclare : « Je veux que la honte change de camp. »

Cette même personne assez forte mais habillée en noir comme toutes les autres (le dress code ?) applaudit la nouvelle génération qui s’est mobilisée contre le réchauffement climatique. On ne voit pas le rapport avec le combat des femmes, sauf si c’est pour avoir plus de soleil ou moins de pluie. Il y a aussi une femme qui apparemment a écrit un livre, et qui dit beaucoup « en tant » :

« en tant que femme, en tant que femme des classes populaires, en tant que lesbienne, en tant que femme racisée... »

À la fin du débat (mais toute le monde étaite d’accorde sur toute donc elle n’y a pas vraimente eu de débate) on a pu entendre ça :

« Elle le quitte, il la poignarde, six ans après, il est toujours dehors. Je pense à cette femme victime, qui est survivante… Et c’est pour ces minorités de genre que je combats »

On n’est pas absolument sûrs du verbe « combats » car il n’y a pas d’enregistrement de cette séquence mais en substance, c’est ce que la dame a voulu dire.

Et comme l’animatrice a cité Taubira, on va envoyer la perfidie guyanaise du jour :

 

 

Une fête « antilibérale » qui fait la promo de la fragmentation néolibérale du social...

C’est drôle, on n’est ni anti-Noirs ni anti-femmes, mais on sent que cette femme exsude quelque chose de l’ordre de la haine. Elle répondait à Marine Le Pen qui l’avait comparée à Dupond-Moretti, ce qui n’est effectivement pas flatteur. Au fait, , le taubirisme, c’est quoi ? On va vous le dire : son programme, à Christiane, c’est être noire et femme. Et ça cadre parfaitement avec les penseuses de la Fête de l’Huma 2020, une fête qu’on a connue plus populaire, plus sociale, plus grandiose, plus révolutionnaire. C’est pas qu’on regrette les bolcheviques qui décapitaient les bourgeois en 1917, mais le communisme des années 60 avait une autre gueule que ces plateaux d’intellectuelles phagocytées par Soros.

À 14h32, il y avait exactement 818 abonnés et 12 personnes qui suivaient le débat sur la gauche en direct... Peut-être qu’il est temps de repenser la stratégie, au PCF. Par exemple injecter un peu de souverainisme, réunir les hommes et les femmes au lieu de les opposer, arrêter de faire la promo des dingos de la théorie du genre, dégager de l’Union européenne, et venir à la fête de la Réconciliation, où personne n’était masqué, tout le monde était en liberté, avec de vrais concerts, de vrais débats de fonds, contre le néolibéralisme, Soros, la Banque, tout ça...
On dit ça on dit rien !

 

 

L’INA, avec ses effectifs pléthoriques, qui est pourtant financé par notre argent (la redevance), a bloqué les images de manière incompréhensible, mais il y a longtemps que le service public audiovisuel trahit les Français. Voici donc le débat d’après #MeToo :

 

 

Et le débat sur la mort de la gauche, assassinée par le gauchisme (c’est pas le titre offficiel) :

 

 

Si ces deux vidéos ne sont pas lisibles, c’est vraiment que les post-communistes ne veulent pas qu’on diffuse leurs échanges. Ce qui est politiquement étonnant. De notre côté, on aura fait le maximum. Les plus persévérants tenteront ce lien.

Le communisme version E&R

 






Alerter

36 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2545452
    Le 13 septembre à 11:00 par Pépé le Mokod
    Une Fête de l’Huma 2020 sous le signe de Soros

    Y’a pas " erreur " ...

    Ce mec , c’est un virus , et il fait son boulot de virus ...

     

    Répondre à ce message

  • #2545458
    Le 13 septembre à 11:09 par anonyme
    Une Fête de l’Huma 2020 sous le signe de Soros

    Je fais courte t je vous demande de bien vous rappeler de ce que je vais dire : quand on est communiste, donc marxiste, on est :
    1) contre la propriété privée des moyens de production
    2) pour la dictature du prolétariat.
    Et je ne parle même pas de l’anti-impérialisme de rigueur qui va avec l’idéologie communiste. Or, quand on sait que le Parti communiste français était pour une "Algérie française", que l’Humanité est subventionnée par le capital, etc., on comprend de suite que ni le PCF ni la CGT excellent "partenaire social" du capital) ne sont communistes.
    La "gauche" actuelle est aussi capitaliste que Soros. Allez savoir pourquoi ?! J’ai même parfois l’impression qu’elle joue à être de gauche ... contre l’argent de ce Monsieur. Lui, au moins, ne ment pas !

     

    Répondre à ce message

  • #2545479
    Le 13 septembre à 11:46 par Kal
    Une Fête de l’Huma 2020 sous le signe de Soros

    Elle est très balaise. Ses commentaires sur Marine Le Pen se résument à 4 "voilà". Du lourd !

     

    Répondre à ce message

  • #2545491
    Le 13 septembre à 12:12 par Isa du sud
    Une Fête de l’Huma 2020 sous le signe de Soros

    ’’ Liliane, fais les valises , on rentre à Paris ’’ !
    Georges Marchais

     

    Répondre à ce message

  • #2545615
    Le 13 septembre à 16:20 par FETE DE LA MERGUEZ ET DU COCA
    Une Fête de l’Huma 2020 sous le signe de Soros

    Si les gilets jaune n’arrivent plus a manifesté, que cette vraie gauche est mise au rencard : quand je parle de vraie gauche, j’entend par gauche patriote, qui pourrait etre aussi bien de droite patiote : etant donné que le mouvement des gilets jaune est devenu un foutoir : causé par melenchon et ses sbires de la france insoumise et anti-france.
    La fete de l’humanité est devenu une poubelle a cerveau creux : bobos, intermondialistes, anti-raciste de tout poil venant manger des merguez et regarder un concert de rap de merde.
    LES cocos sont mort et entérré : il faut une renaissance patriote pour faire basculer tout ca.

     

    Répondre à ce message

  • #2545775
    Le 13 septembre à 20:15 par kader
    Une Fête de l’Huma 2020 sous le signe de Soros

    La parité...
    ou sont les hommes dans ce monde la ?
    il n’y a pas d’égalité pas de parité : c’est un monde ou les hommes sont exclus... naturellement.
    les hommes sont suspects parce qu’ils sont des hommes ;

     

    Répondre à ce message

  • #2545936
    Le 13 septembre à 23:49 par Scipion
    Une Fête de l’Huma 2020 sous le signe de Soros

    Je me rappelle, vers 2010, l’Huma avait invité un canadien parler de la hausse des frais de scolarité au Canada. Et il disait que les jeunes avaient vécu 20 ans de domination du parti libéral donc ils ne connaissaient rien d’autre.

    Aucun francais dans la salle n’a compris que le parti libéral au Canada, c’est le parti de gauche.

    Des débiles finis.

     

    Répondre à ce message

  • #2545997
    Le 14 septembre à 04:51 par antoun
    Une Fête de l’Huma 2020 sous le signe de Soros

    l,achevement de l,evolution du parti du proletariat en NPA bis eue lieu quand le nouveau leader du PCF francois roussel decretas le 13 mai 2019 que toute acte ou parole considerer comme sexiste homophobe transphobe grossophobe proferer par un adherant du parti communiste seras exclue d,office !manque plus que leur drapeau rouge vire au rose !!

     

    Répondre à ce message

  • #2546003
    Le 14 septembre à 05:37 par En passant
    Une Fête de l’Huma 2020 sous le signe de Soros

    L’auteur de cet article décrète une différence entre le communisme, pour lequel il a les yeux de Chimene malgré les abominations qu’il a engendrées, et le gauchisme alors que c’est la même idéologie perverse, inventée par les mêmes, au service des mêmes.

     

    Répondre à ce message

  • #2546050
    Le 14 septembre à 08:57 par p’tit gars
    Une Fête de l’Huma 2020 sous le signe de Soros

    Les vieux militants ou les vieux ouvriers à la retraite, si jamais ils se rendent à cette mascarade grotesque de l’entre-soi gaucho bo-bo, doivent avoir bien du mal à reconnaître leurs fêtes de l’Huma d’autrefois... où il y avait vraiment le peuple de gauche, qui se sentait encore français, qui acceptait le travailleur étranger et qui l’aidait aussi à s’intégrer dans la société française ! Bon, d’accord, ça marchait pas à tous les coups...

    Cette gauche qui est aux antipodes des codes communistes traditionnels vit sur sa petite planète, tout là-bas au fond de la galaxie, et elle se croit malheureusement le centre du monde parcequ’elle monopolise les merdias !

    J’espère vivre encore assez longtemps pour assister à sa chute...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents