Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Urbanisme et civilisation : James Howard Kunstler dissèque la "banlieue"

Dans cette allocution prononcée en 2004 à la conférence TED (Technology, Entertainment and Design) à destination de ses compatriotes américains, James Howard Kunstler délivre une petite leçon d’urbanisme pouvant s’appliquer à toutes les sociétés post-industrielles. Articulant les notions d’espace, d’identité et de bien commun, le journaliste et essayiste pointe les défaillances de l’urbanisme depuis la Seconde Guerre mondiale et fustige les conséquences dramatiques d’agencements qui, à rebours de l’effort de civilisation, ont détruit le sens de la vie collective.

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le Corbusier, Mies Van der Rohe ou bien Frank Lloyd Wright ont eu une épouvantable influence en terme mondiaux, en plus du conformisme corrodé qu’ont les Maires surtout ceux qui pratiquent le dessous de table avec le monde de l’immobilier....Si nous pouvions recultiver un art vernaculaire d’architecture, le plus éloigné possible des standards actuels, on respirerait un peu plus, on retrouverait le plaisir de flâner dans les rues et de porter notre regard sur des perspectives, des équilibres de volumes, bref cultiver d’immondes visions réacs et nauséabondes !

     

    • Frank Lloyd Wright etait l’un des plus grands créateurs du 20eme siècles.
      Il avait toujours à l’esprit le confort et la practibilite de ses habitations ou de ses bâtiments.
      Non lui il faut vraiment le mettre à part. Aucune personne vivant dans une de ses maisons ou immeuble ne s’est jamais plaint...

      Il a remarqué tres tot dans sa carriere que jusqu ici les maisons étaient essentiellement des cubes refermés sur eux memes et il a cherché à faire des maisons qui ne soient pas nécessairement des cubes et qui soient ouvertes sur l’extérieur. ..Et avec quel sens esthétique. ..c’était en plus un très grand philosophe de l architecture.même son chef d’oeuvre le plus révolutionnaire (la maison sur le cascade), bien que déroutant à première vue, est une maison à vivre comme aucune autre.

      Tout les autres architectes n’ont finalement rien fait d autre que de travailler encore et encore sur la notion de cubes... faire des cubes autrement. En particulier en les entassant comme un le Corbusier. Ou alors copier les autres en se disant qu il fallait toujours plus de béton pour ressembler aux autres...Comme un mauvais élève qui copie le style mais n’a rien à apporter...


    • Je ne pense pas que le problème a la base soit une question de choix architectural, cela arrivera plus tard.
      le problème primordial, c’est les changements de mode de vie sociale, impose par les corporates comme Wall Mart qui ont impose la culture du Mall.
      il ne peux plus exister de lieux de vie avec de rapports sociaux et civiques normaux dans des villages qui n’on’t plus de commerces, de bars, de restaurants, de places du marche etc..ces lieux ou les gens se retrouvent et tissent les liens sociaux.
      il n’y a plus que des lotissements, des endroits ou les gens dorment, ne se connaissent plus, n’ont plus de projets en commun sur l’esthétique de ces lieux qu’ils sont censes partager.
      l’enfermement dans la solitude, la depression et donc l’impossibilité d’ avoir le recul nécessaire pour constater l’horreur ridicule de tel buisson, l’état délabre d’un trottoir, la non existence d’une volonté quelconque d’architecture urbaine, et pour certains quartier a New York le fait d’être habitue a se partager la rue avec des rats omniprésents.
      C’est comme une chambre de junky, ou le gars accro a la drogue ne vois plus rien autour de lui , perd tout sens de respect de lui meme et de son environnement, avec autour de son lit des assiettes empilées depuis une semaine avec de la bouffe deja moisie. La tu sais que le gars ne va pas bien du tout, il y a de fortes chances qu’il ne s’en sorte pas, voila c’est le meme process de notre société accro a la consommation, mais va t’on se réveiller et gueuler pour au moins imposer a nos dirigeants élus de nous défendre contre ces abus néfastes des corporates sur notre vie.Est on capable de se réveiller ??


    • J’habite à côté de la Cité Radieuse de Le Corbusier à Marseille.
      Cet immeuble, que les marseillais appellent "la maison du fada", est un haut-lieu du génie architectural français. En vérité, cette "citée radieuse" est aussi élégante qu’un blockhaus allemand, et aussi radieuse qu’une usine de traitement des déchets.


  • Super ce monsieur !
    Par contre, il y a un mot qui semble banni de son vocabulaire...Europe.

    On a droit à " others cultures" et "ancients cultures" pour parler des pays où l’urbanisme et l’architecture ont produit des lieux beaux et vivables !

    Il parle de réinventer un urbanisme américain potable, et comme exemple photo, on a droit a une terrasse de café qui pourrait être en France, Italie, Espagne...
    Il faudra mettre un jour les américains (blancs) au courant qu’ils descendent d’immigrants européens !


  • Une video interessante car elle met des mots sur des impressions vécues tous les jours dans nos villes devenues invivables par la faute des spéculations en tous genres...

    J’en profite pour dire qu’après une - difficile - période d’adaptation, je commence à apprécier la nouvelle maquette mobile du site E&R.


  • Si je le pouvais je raserais tout pour refaire. Il est grand temps qu’on parle d’urbanisme ! Car si l’avenir de nos villes, le reflet de notre civilisation, sa devient des villes comme Bussy st George... ville en kit moche standardisée économique et encore du fric ils en ont là bas. Et il suffit de voir nos villes depuis le ciel pour faire une analogie simple avec des cellules cancereuses sous un microscope. Tout pousse au gré de l’économie de façon erratique, on ronge de plus en plus le territoire au lieu d’investir intelligement l’espace qu’on a déjà utbanisé. Quand je regarde le paysage en région parisienne du haut d’une colonie sa me rend triste.
    M’enfin... Meilleurs voeux à tous ici présent ! Faut simplement se barrer des villes, y a rien à attendre de la part de la "République moderne du capitalisme libertaire"... c’est comme demandé à un toxico de se mettre aux légumes, tant qu’il a pas au moins frôler la mort, il le fera pas.

     

    • C’est en effet tout à fait explicite de regarder les villes depuis le ciel (google earth par exemple). On se rend compte que les villes jusqu’avant la seconde guerre mondiale étaient concentriques, et le centre était l’église. Le spirituel au centre de la vie, et les gens vivaient proches les uns des autres. Après la seconde guerre, tout change, et aujourd’hui les quartiers se succèdent sans cohérences architecturales ni humaine, un désastre.
      D’accord avec toi, je pense qu’il vaut mieux aller vers les villes de plus petites tailles (moins de 100 milles habitants)


    • même les villages de 5000 habitants deviennent dégueulasse, lotissements empilés, constructions autorisées n’importe où, couleurs des habitations a chier, vis a vis sur les voisins, le seul point positif est que les constructions se dégradent a vitesse grand V.


  • Passionnant. Il y aurait tant à développer. Quelques points :
    - L’Amérique a toujours voulu se construire en opposition à la vieille Europe, expliquant beaucoup de prises de positions ne reposant que sur la détestation/opposition stérile. Pas très intéressant comme concept...
    - Le capitalisme ne pouvait pas produire autre chose. La société américaine, basée sur le transport, la superficialité (un décor de cinéma comme le dit Kunstler et comme je l’ai souvent fait remarquer) ne peut créer que des fous, des socio-psychopathes et autres zombies errants, caddies aux mains.
    - La France, toujours en retard d’une guerre, est actuellement lancée à fond vers ce modèle obsolète. Il y a urgence à stopper cette folie. Les cabinets d’architectes, promoteurs immobiliers sont à exclure, le fric étant leur seul moteur avec la caution des politiques. Les paysages et villages français n’ont pas eu besoin de ces gens-là pour exister. La démocratie locale commence par non seulement se réaproprier la parole, mais également le territoire (cf. le cancer actuel favorisé par qui on sait), donc l’espace.
    Voilà un sujet essentiel, plutôt que celui de la déchéance de la nationalité de bi-nationaux, évidemment ressassé par les merdias et les réac’ et dont on ne voit vraiment pas ce que ça va changer au quotidien.


  • quand je vois toutes ces places publiques dans nos villes transformées en jardinieres ou des especes d’arbrisseaux minables sont ceinturés de granit froid , ou personne ne vient poser leurs fesses,je suis sur la meme longueur d’onde que ce monsieur,qui au passage m’a bien fait marrer.


  • Très intéressant, très lucide.
    Merci É&R et Bonne Année 2016 à votre équipe (ainsi qu’à ceux qui me liront).


  • Le progrès serait de se diriger vers une ville type Illichville, vous savez elle est du m^me cas qui à fait surgir dans les consciences le concept de monopole radical.
    Regardez autour de nous en France, dans ces grands espaces en banlieue (au banc du lieu) prévu pour lacher le pognon, rien n’est prévu pour le pieton, juste pour l’automobile et cela commence à s’entendre aussi dans les lieu d’habitation.


  • Voici des arguments que l’on peut sans aucun doute appliquer à l’ensauvagement des banlieues. Il y’a la des outils pour sortir de la vision uniquement ethnique, anthropologique ou culturelle des problèmes en banlieues.
    Je pense directement à Adrien Abauzit ou Eric Zemmour qui bien que intéressants sur bcp de points sont très décevants lorsqu’il s’agit de cette question..
    Merci à E&R


  • Toutes ces babylones en miniatures et à l’identique que sont devenues nos villes en disent long sur la Babylone qu’est devenue la cité Terre !

    Les oligarques multimilliardaires quant à eux vivent dans de jolies propriétés crées sur mesure avec de splendides jardins !

    Ils ne vivront jamais dans ces espaces urbains déprimants. C’est comme l’art contemporain : à chier .....

    Cette pourriture d’architecture anticivilisationnelle ne tiendra pas : elle est appelée à disparaître dans un prochain déluge et ne reviendra plus jamais !


  • En Fait, l’exposé de ce personnage s’appliquerait aux banlieues pavillonnaires. Architecture, gaspillage de l’espace et des ressources, psychologie de ses habitants. Pas une copie carbone, mais c’est assez similaire.
    http://www.lefigaro.fr/vox/culture/...


  • D’accord avec lui sur tout, sauf sur sa prédiction d’un pétrole cher : déjà ce n’est pas le cas actuellement, alors qu’on a eu du 140 dollars le baril il n’y pas si longtemps, mais surtout ceux qui étudient la question avec lucidité et ouverture d’esprit (voir William Engdahl par exemple) savent qu’on risque au contraire d’aller vers une abondance pétrolière.

    Ce qui n’est pas forcément une bonne nouvelle pour inciter à aller dans la direction qu’il indique (et qui est bien sûr la bonne d’un point de vue humain) ; raison de plus pour diffuser ce genre de conférence qui moque avec talent les absurdités du non-urbanisme moderne.

     

    • Commentaire à ma propre remarque histoire de modérer ma critique : la conférence était donnée en 2004, à une époque où le cours du pétrole était à peu près au même niveau qu’aujourd’hui... mais avec une tendance haussière et qui allait exploser par la suite jusqu’à 140 dollars le baril.

      Et moi-même, savant ce que je savais à l’époque, j’aurais dit la même chose que lui...


  • #1359423
    le 02/01/2016 par Charles Ignace de FRONTIGNAC
    Urbanisme et civilisation : James Howard Kunstler dissèque la (...)

    En tant qu’architecte, ça me fait plaisir de voir que E&R se met au chapitre de l’Urbanisme et de la construction.


  • Marrant et instructif. Il y a aussi le très bon film The End Of Suburbia, directement sur le pétrole et ses conséquences. dispo sur Utube Q3uvzcY2Xug
    " Nous somme litteralement plantés dans un cul de sac avec un 4x4 en ciment, sans pompe à essence. " - James Howard Kunstler.


  • C’est bien d’avoir mis le mot " banlieue " entre guillemets, car le mot anglais suburbia défini plutôt un concept de vie qu’un lieu. On pourrait dire que l’amérique c’est banlieuser dans sa gestion architecturale et sociale. Est-ce une influence ou une résultante de l’un sur l’autre ? Par deux fois le présentateur déplore que l’amérique a été forcée de changer sa façon de vivre après la seconde guerre mondiale. Mais qui est responsable de l’enfermement, du déracinement et de la séparation des américains. Qui a conçu ce pays comme une autoroute, un centre commercial et un hôtel ?


Commentaires suivants