Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Venezuela : Emmanuel Macron reconnaît Guaido comme président par intérim

Et Maduro rejette l’ultimatum européen

Le couperet, attendu, est tombé. Après que le chef de l’État vénézuélien, Nicolas Maduro, a rejeté dimanche soir l’ultimatum de sept pays européens pour l’organisation d’une nouvelle élection présidentielle, plusieurs d’entre eux ont décidé de reconnaître le président du parlement tenu par l’opposition, Juan Guaido, comme président par intérim du pays dès lundi. C’est le cas de la France, du Royaume-Uni, de l’Espagne, mais aussi du Danemark et de la Suède.

 

« Les Vénézuéliens ont le droit de s’exprimer librement et démocratiquement. La France reconnaît @jguaido comme “président en charge” pour mettre en œuvre un processus électoral. Nous soutenons le Groupe de contact, créé avec l’UE, dans cette période de transition », a tweeté le président Emmanuel Macron, en français et en espagnol.

 

Dans un entretien avec la chaîne de télévision espagnole La Sexta, Nicolas Maduro a déclaré qu’il ne ferait pas preuve de « lâcheté face aux pressions » de ceux qui réclament son départ. L’Espagne, la France, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, le Portugal, rejoints dimanche par l’Autriche, exigeaient de Nicolas Maduro qu’il annonce la convocation d’une présidentielle anticipée, faute de quoi ils reconnaîtraient à partir de lundi Juan Guaido, 35 ans, comme président.

« Pourquoi faut-il que l’Union européenne dise à un pays du monde qui a déjà organisé des élections qu’il doit refaire son élection présidentielle, parce que ce ne sont pas ses alliés de droite qui l’ont gagnée ? », s’est interrogé Nicolas Maduro, qui s’exprimait depuis Caracas.

Nicolas Maduro a remporté avec 68% des voix l’élection présidentielle de décembre dernier, mais celle-ci a été jugée irrégulière par une partie de l’opposition qui a refusé d’y participer.

Quelques heures après l’expiration de cet ultimatum, Ottawa doit accueillir lundi matin une réunion de crise des ministres des affaires étrangères du Groupe de Lima, qui regroupe le Canada et une dizaine de pays latino-américains. Des « participants de l’ensemble de la communauté internationale » devraient également se joindre aux discussions, selon le ministère canadien des Affaires étrangères. Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo y participera par vidéoconférence, a indiqué le département d’État. Et l’Union européenne pourrait aussi y prendre part.

 

« Trois piliers de la crise »

Cette réunion, censée débuter à partir de 9h00 locales (14h00 GMT), vise à discuter des « trois piliers de la crise vénézuélienne », selon l’expression de la diplomatie canadienne : humanitaire, économique et politique. Dimanche, le Premier ministre Justin Trudeau, qui s’est impliqué personnellement dans cette crise, a d’ailleurs téléphoné à Juan Guaido. Les deux hommes ont appelé à l’organisation d’une présidentielle « libre et juste » et réaffirmé « l’illégitimité » de Nicolas Maduro.

Si Nicolas Maduro n’organisait pas de présidentielle, avait prévenu dimanche le ministre français des Affaires européennes Nathalie Loiseau,

« nous considérerons que Juan Guaido est légitime pour les organiser à sa place et nous le considérerons comme le président par intérim jusqu’à des élections légitimes ». « Ce que répond jusqu’à présent M. Maduro, c’est “je vais organiser des élections législatives”, sous-entendu “je veux me débarrasser du président du Parlement (où l’opposition est actuellement majoritaire, ndlr), M. Guaido”, qui est justement soutenu par les manifestants. Là encore, cette réponse est une farce, une farce tragique », ajoutait-elle.

Jeudi, le Parlement européen a reconnu l’autorité de Juan Guaido et a appelé l’ensemble des pays de l’Union européenne à faire de même. Les États-Unis, le Canada et de nombreux pays d’Amérique latine, dont la Colombie et le Brésil, ont déjà reconnu Juan Guaido, mais l’immense majorité des 193 États membres de l’ONU reconnaissent quant à eux Nicolas Maduro.

Lire l’article entier sur lefigaro.fr

La déstabilisation du Venezuela par l’Empire et ses vassaux, sur E&R :

 

Comprendre la situation au Venezuela avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

53 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Commentaires suivants