Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Venezuela, Iran : Trump et l’État profond

Les événements qui se sont déroulés au Venezuela et la montée de la tension entre Washington et Téhéran sont présentés de manière fallacieuse par la presse US. On ne peut rien y comprendre au vu des déclarations contradictoires de chaque camp. Il importe d’approfondir l’analyse après avoir vérifié les faits et en intégrant l’opposition entre les différents courants politiques de ces pays.

 

La nouvelle donne de la Maison-Blanche et du Pentagone

Les élections parlementaires du 6 novembre 2018 ont privé le président Trump de sa majorité à la Chambre des représentants. Le Parti démocrate considérait alors sa destitution inévitable.

Bien sûr, il n’avait rien commis qui la justifie, mais une ambiance hystérique opposait les deux composantes des États-Unis exactement comme lors de la guerre de sécession [1]. Depuis deux ans, les partisans de la globalisation économique poursuivaient la piste russe et attendaient que le procureur Robert Mueller prouve la haute trahison du président Trump.

Robert Mueller avait toujours fait passer l’intérêt de l’État fédéral devant la Vérité et le Droit. C’est lui qui, lors de l’attentat de Lockerbie, avait inventé la piste libyenne sur la base d’une preuve qui fut plus tard invalidée par la Justice écossaise [2]. C’est encore lui qui affirma, après les attentats du 11 septembre 2001, que trois avions avaient été détournés par 19 pirates de l’air musulmans dont aucun ne figurait sur les listes d’embarquement [3]. Ses conclusions sur l’enquête russe étaient connues avant d’avoir commencé.

Donald Trump négocia donc sa survie politique avec l’État profond [4]. Il n’avait pas le choix. Il fut convenu que le plan Rumsfeld/Cebrowski [5] serait mis en œuvre à condition de ne pas embarquer le pays dans une grande guerre. En échange de quoi, le procureur Robert Mueller tourna casaque et déclara le président Trump exempt de trahison [6].

Dans la foulée, les faucons imposèrent le retour des néo-conservateurs. Ce groupuscule trotskiste new-yorkais, constitué autour de l’American Jewish Committee (AJC), avait été recruté par Ronald Reagan. Il avait transformé l’idéal de la « révolution mondiale » en celui de l’« impérialisme US mondial ». Depuis lors, il a participé à toutes les administrations, un jour Républicain, le lendemain Démocrate, selon la couleur du président au pouvoir. La seule exception était jusqu’ici l’administration Trump, qui ne l’avait toutefois pas renvoyé de ses agences réservées, la NED (National Endowment for Democracy) et l’USIP (United States Intitute of Peace).

C’est ainsi que le 25 janvier 2019, Elliott Abrams s’est vu confier le dossier vénézuélien au secrétariat d’État. Son nom est associé à toutes sortes de mensonges d’État et de manipulations [7]. Ce personnage fut un des architectes de l’opération Iran-Contras, en 1981-85, et de la guerre contre l’Iraq, en 2003. Dès sa nomination, il a travaillé avec le Commandement militaire US pour l’Amérique du Sud (SouthCom) à renverser le président élu Nicolás Maduro.

Il se trouve que nous connaissons à la fois la stratégie Rumsfeld/Cebrowski – que nous avons vu déployer durant quinze ans au Grand Moyen-Orient – et la déclinaison du SouthCom [8], rédigée le 23 février 2018 par l’amiral Kurt Tidd, et que Stella Calloni a révélé dans nos colonnes en mai dernier [9]. Ce qui se passe aujourd’hui en est l’application évidente.

 

Le fiasco vénézuélien

L’échec de l’opération US, avec la découverte de la trahison du directeur du SEBIN, le général Manuel Figuera, et le coup d’État qu’il improvisa, le 30 avril, dans la précipitation avant son arrestation, atteste l’impréparation du SouthCom ou plutôt sa méconnaissance de la société vénézuélienne. L’appareil d’État US, qui a disposé d’un semestre, n’a pas été capable de faire travailler ensemble ses différentes agences et ses hommes sur le terrain. Tandis que malgré la désorganisation du pays, l’armée bolivarienne était prête à le défendre.

La reconnaissance anticipée, par Washington, par le Groupe de Lima (sauf le Mexique) et par ses alliés, de Juan Guaidó en lieu et place de Nicolás Maduro comme président du Venezuela plonge le camp US dans d’insolubles problèmes.

Lire la suite de l’article sur voltairenet.org

Notes

[1] « Les États-Unis vont-ils se réformer ou se déchirer ? », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 25 octobre 2016.

[2] « Lockerbie : vers une réouverture de l’enquête », « L’AFP réécrit l’affaire de Lockerbie », Réseau Voltaire, 29 août 2005 et 20 mai 2012.

[3] « Listes des passagers et membres d’équipage des quatre avions détournés le 11 septembre 2001 », Réseau Voltaire, 12 septembre 2001.

[4] The American Deep State : Big Money, Big Oil, and the Struggle for U.S. Democracy, Peter Dale Scott, Rowman & Littlefield (2017). Version française : L’État profond américain : La finance, le pétrole et la guerre perpétuelle, Demi-Lune, 2019.

[5] « Le projet militaire des États-Unis pour le monde », par Thierry Meyssan, Haïti Liberté (Haïti) , Réseau Voltaire, 2017.

[6] Report On The Investigation Into Russian Interference In The 2016 Presidential Election, Special Counsel Robert S. Mueller III, March 2019.

[7] « Elliott Abrams, le "gladiateur" converti à la "théopolitique" », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 14 février 2005.

[8] “Plan to overthrow the Venezuelan Dictatorship – “Masterstroke””, Admiral Kurt W. Tidd, Voltaire Network, 23 February 2018.

[9] « Le « Coup de Maître » des États-Unis contre le Venezuela », par Stella Calloni, Traduction Maria Poumier, Réseau Voltaire, 11 mai 2018.

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2202898
    le 21/05/2019 par crachetonvenin2
    Venezuela, Iran : Trump et l’État profond

    L’état profond aux Etats-Unis se limite t il aux favoris de la Présidence ? Donc ... toute une clique de plus en plus inepte comme auparavant aussi mais avec une prise de conscience surtout populaire et américaine justement avant d’être médiatique et américaine aussi.
    Donc la vie politique américaine qui souffre d’un manque d’intelligence de façon de plus en plus visible. L’appui d’ailleurs (la France avec ses difficultés actuelles ?) manque t il tout d’un coup pour permettre à Barack Obama par exemple de faire un ou deux discours intelligibles ? Avec les exclamations et bouches ouvertes américaines de rigueur mais seulement là possible ainsi c’est à dire aux Etats-Unis avec un état "profond" un peu paumé et complétement pas informé et surtout formé pour comprendre Donald Trump qui est lui même absolument pas cohérent.
    Mais l’armée US ? Toujours si fringante ?

     

    • #2202954

      L’État profond est toujours une chose complexe. toute définition qu’on peut lui donner ne peut être qu’une approche simpliste. Le pouvoir profond a toujours existé et est source, compagnon et fin de toute civilisation et le système qui la caractérise, qui la soutient et qui la fait.
      Comme il n’existe pas de système parfait, non seulement dans l’absolu, mais aussi dans sa relativité surtout, parce qu’il finit par modeler les consciences de ses promoteurs pour les faire passer du statut de ses promoteurs au statut de ses obligés, ce qui revient à dire que le système finit toujours par échapper à ses initiateurs. Ils se font ses maitres pour ensuite devenir ses esclaves, tout en croyant qu’ils restent ses maitres. C’est l’allégorie de Satan ou du Diable qui échappe à son créateur. C’est la raison pour laquelle, je ne crois pas à l’intelligence humaine car si, sur le plan individuel, elle peut marquer des points, sur le plan collectif, elle a tendance à stagner.

      Du fait que toute la vie repose sur l’économie qu’on le veuille ou non, qu’on transcende cette réalité ou qu’on l’admette, qu’on fasse avec en se laissant entrainer à son gré ou en essayant de la dompter pour l’intérêt collectif ou pour l’intérêt d’une caste qui est la pire des formes acceptables par ce qu’elle peut générer comme gaspillage et fuite en avant, il reste que la vie dépend de l’économie et de son fonctionnement. Depuis qu’on avait décidé ou qu’on avait été entrainé d’extraire notre sort aux aléas de la nature et de le remettre à nos efforts ou à notre travail intellectuel et manuel, rien ne peut fonctionner sans un minimum de justice. Et quand l’injustice est inscrite dans le système lui-même, il faut s’attendre à tout, au pire comme au meilleur dans une moindre mesure.


  • #2202903

    L’impréparation US est une chose, mais l’anticipation de Cuba, la Chine et la Russie en est une autre. 15.000 soldats cubains grenouillent, combien de Chinois et combien de Spetznaz ? En outre, les 2 TU-160 chargés de missiles à têtes nucléaires multiples, en alerte sur Isla de Orchila incitent les timbrés de Washington au plus grand respect !


  • #2202971

    Partie 1/2 :
    Mr Meyssan toujours érudit et pertinent sur le fonctionnement des ressorts de l’oligarchie mafieuse mondialiste à l’intérieur des Etats-Unis mêmes,au sein des États occidentaux,satellites des USA,et,enfin,à l’échelle planétaire.
    Mr Meyssan,sait,aussi, et fait connaître aux citoyens comment se trame les plans secrets pour traiter le cas des pays qui tentent de désobéir aux injonctions de l’empire,même si ces pays s’appellent Russie,ou Chine. D’ailleurs,ces deux ex-puissances communistes ont grandement simplifié la tâche à l’oligarchie mondialiste en basculant dans le système de"l’économie de marché". La Chine,est en train de découvrir le pot aux roses.
    Revenons aux fonctionnement des agissements de l’oligarchie. Les grands cerveaux,en Occident,et un peu partout dans le monde,ont expliqué dans de longs essais et études,très fouillés,brillamment documentés et structurés et mis au grand jour les idéologies qui orientent et guident la stratégie de cette implacable caste. Ces recherches ont démarré après 1789,et pris une grosse envergure après la deuxième guerre mondiale et poursuivi,sous les deux grands chocs : de la dislocation du bloc socialiste en 1991 et les événements du 11 septembre,lesquels événements ont eu des corollaires immédiats : la destruction de l’Irak,de la Libye,la guerre en Syrie,la répartition du Soudan,etc...Ce qui se passe avec le Venezuela et l’Iran est à placer dans ce vaste contexte.
    S’agissant des proportions de la stratégie de la caste prédatrice,on peut parler,d’un véritable bloc de granite,constitué de conglomérats qui s’emboîtent,presque à la perfection,les uns dans les autres. Rien n’y manque. De la finalité et objectifs retenus pour la stratégie,le plan d’action à très long terme,en passant par les opérations quotidiennes et les leviers,jusqu’aux ressources qui facilitent l’exécution et qui maintiennent en mouvement de cette incroyable machination,totalement inédite dans la globalité de l’Histoire de l’humanité.Rien n’est laissé aux aléas du hasard.
    ( à suivre sur Partie 2/2 )


  • #2202973

    Partie 2/2 ( suite de Partie 1/2 ) :
    De véritables"bureaux d’études"spécialisés,où travaillent des équipes en temps plein,ou selon les spécificités des"experts"sont mis à profit. Citons en quelques unes de ces structures"techniques" : Bidelberg,la Trilatérale,Institut Tavistock,Hollywood,etc...Ajouter à cet arsenal,les grands organes étatiques,chargés des stratégies civils,ou militaires,à l’intérieur de l’empire oligarchique qui fonctionnent avec des réflexes pavloviens les conduisant à intégrer systématiquement le travail des structures supranationales,citées ci-haut,et mis hors de tout contrôle populaire.
    Et toute cette effrayante armada est devenue connue du grand public,à des degrés divers,grâce au formidable développement de l’Internet ces vingt dernières années. Et la diffusion de ces informations,estampillées jusqu’à une date récente,top secret, à l’échelle mondiale et à cette vertigineuse vitesse ultras sensible,a provoqué un choc sérieux qui a heurté fortement l’oligarchie. Pour tenter de contrer ce tsunami d’informations,l’oligarchie recourt comme à son habitude,aux méthodes d’intimidation et de chantage. Les armes mobilisées : "le complotisme","appel à la haine". Les médias mainstream,et autres institutions étatiques,sont jetés dans la bataille comme vecteurs porteurs de ces armes de chantage massif.
    Ceci dit,la vraie et grande question : Et maintenant que faire ?
    Comme vient d’être dit,l’essentiel des informations sur le fonctionnement des machines de l’oligarchie est accessible à l’échelle planétaire. Ce qui manque,c’est la stratégie de riposte proportionnée à la menace destructrice universelle. Deux éléments centraux sont au cœur de toute riposte :
    1)L’implication des peuples dans cette riposte est un élément central qui,s’il manque,ou s’il est omis,le tout ira dans le mur.
    2)Le deuxième élément,lié dialectiquement au premier,est d’expliquer intelligemment aux nations qui les menace et comment il les menace et les conséquences apocalyptiques de ces menaces au quotidien et à long terme.
    Terminons ces lignes,en paraphrasant le grand Shakespeare : Une chute profonde mène souvent,si elle est soutenue par une inébranlable volonté,vers le plus grand Salut. ( Fin ).


  • #2202978

    Depuis la stabilisation de la Syrie, nous vivons un statu quo mondial qui n’est prêt de changer à moins d’une troisième guerre mondiale.
    Donbas, Vénézuela, Corée du Nord, Chine, Russie et Iran ont bloqué l’avidité des Etats unis pour longtemps.
    Les tensions liées à ces pays ne sont que des illusions pour faire passer le temps à la géopolitique mondiale et occuper les journalistes.
    La déstabilisation des nations pour les infiltrer ou pour préserver leur hégémonie économique est le seul but des états-Unis alors que la Russie leur offre une certaine stabilisation.
    Le réveil des peuples est au coeur de cet état des choses.
    En effet tout est en place pour que l’humanité s’élève moralement, évite la troisième guerre mondiale, accueille le retour de Jésus et retrouve elle-même l’Éden terrestre, image du futur paradis céleste éternel, mais pour ça les véritables chrétiens doivent se lever pour purifier pacifiquement l’Occident et les véritables musulmans doivent se lever pour purifier pacifiquement le moyen orient...