Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Venezuela : Leopoldo Lopez en détention, "l’opposition" groggy à l’issue du scrutin

Les appels à manifester ne sont pas suivis. En résidence surveillée, Leopoldo Lopez a été placé en détention.

Tout se passe au Venezuela comme si l’opposition avait été prise de court. Peut-être dopée par l’écho démesuré fait par les médias internationaux aux manifestations organisées depuis plusieurs mois contre le pouvoir, la droite n’a pas pensé un seul instant que plus de 8 millions de Vénézuéliens allaient se déplacer pour participer à l’élection de l’Assemblée nationale constituante (ANC). 41,5 %, alors que l’opposition appelait au boycott, c’est, dans n’importe quel pays du monde, une légitimité.

Même Michael Shifter, président du cercle de réflexion Dialogue inter-américain, basé à Washington, abondamment cité par l’Agence France Presse (AFP) ces dernières semaines comme une voix autorisée, est inquiet. C’est dire  ! Il a assuré que certains secteurs de l’opposition «  sont démoralisés  » après le vote et que le principal défi de ses dirigeants «  sera de maintenir les protestations  ». Lundi, bien qu’un appel ait été lancé, Caracas était effectivement calme. Même les quartiers est de la ville, à Miranda, avaient retrouvé une certaine sérénité.

Lire la suite de l’article sur humanite.fr

 

PNG - 601.3 ko
Un « manifestant démocrate » de l’« opposition modérée » au Venezuela
(Source : les-crises.fr)

 


 

Leopoldo Lopez, un délinquant de première, soutenu par Washington

 

C’est l’une des figures de l’opposition et l’homme clé de la stratégie américaine. Son parcours  : violence, détournement et tentative de coup d’État.

Caracas (Venezuela), envoyé spécial.

À la veille du scrutin vénézuélien, le vice-président américain, Mike Pence, s’est fendu d’un appel téléphonique à Leopoldo Lopez, l’une des figures de l’opposition, pour le féliciter de «  son courage et sa défense de la démocratie vénézuélienne  ». Mais qui est Lopez  ? Une gueule de Brad Pitt latino ou un Delon aux traits gras, comme on voudra, genre voyou beau gosse. Ce qu’il semble effectivement être, son CV comportant des accusations de corruption, de coups, d’incitation à la violence, et même de tentative de coup d’État.

Déclaré coupable par la procureure générale de l’époque, Luisa Ortega, en 2014, il a écopé, en 2015, d’une condamnation à treize ans et neuf mois de détention, et se trouve actuellement en résidence surveillée, extrait de sa prison récemment pour raisons de santé. Il a reçu le soutien de «  démocrates  » aussi célèbres que le Mexicain Felipe Calderon, dont la guerre de la drogue a fait 100 000 morts, ou le milliardaire chilien proche de Pinochet, Sebastian Pinera.

De droite, Leopoldo Lopez l’a toujours été. Et il aime l’argent. Né en 1971, diplômé aux États-Unis, il est rentré au Venezuela pour travailler, de 1996 à 1999, dans la compagnie pétrolière PDVSA, où il va se faire remarquer  : une enquête conclut que Lopez a «  volé de l’argent et a pratiqué le trafic d’influence  ».

Lire la suite de l’article sur humanite.fr

Comprendre l’acharnement de l’empire contre le Venezuela
avec Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Tiens ! L’Huma reprend ce qu’on trouve dans E&R depuis des mois ?

    A la différence que l’article de l’Huma n’est pas complotiste (ni "nauséabond", ni toussatoussa), lui ...

     

    • Mais alors, ici on aime bien SuperTrump ... Pourtant il est du côté des (vrais) méchants si je comprends la position d’E&R sur cette actualité ?
      Est-ce seulement car il serait "obligé par son entourage méchant qui le contrôle" ou est-ce qu’il est réellement comme ses prédécesseurs ?
      Peut-on soutenir Et Maduro, Et Trump ?

      "En réponse au président américain qui a déclaré dès avant le scrutin qu’il ne reconnaîtrait pas le vote des Vénézuéliens – l’éloge du vice à la vertu de la part d’un président élu malgré un nombre d’électeurs plus faible que sa concurrente faut-il le rappeler, Maduro a déclaré ” nous n’avons rien à faire de ce que Trump peut dire, nous nous soucions uniquement de ce que notre peuple dit”. “Cette élection va marquer les prochaines années pour l’indépendance de l’Amérique LatineÉvidemment les gouvernements vassaux de Washington dans la région se sont alignés sur les États-Unis pour condamner cette élection"


  • Qu’attend Maduro pour envoyer ses forces spéciales et éradiquer cette mouvance atlanto-sioniste qui pousse de jeunes écervelés dans la rue et l’affrontement ? Quoi qu’il fasse et dise, ses ennemis ne lui feront aucun cadeau. Alors, pourquoi ne pas faire comme eux ?

     

  • L’opposition (ou ce qui est présenté comme tel) est vraiment débile. Et Maduro a bien joué en lançant l’élection d’une constituante, vu le blocage institutionnel des derniers mois. Ces cons de l’"opposition" ne sont pas allés voter ? Tant pis pour eux ! Abstention piège à cons.


  • "Game is over" comme disait un certain Bush avant d’attaquer l’Irak !!!...