Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Vers la reconnaissance de la personnalité juridique des animaux ?

C’est un épais ouvrage bleu qui devrait de plus en plus accompagner les robes noires des prétoires. Un code de l’animal, rassemblant sur plus de 1 000 pages toutes les législations en vigueur concernant les animaux, sera publié jeudi 22 mars aux éditions LexisNexis, par une équipe de spécialistes du droit animalier et la Fondation 30 millions d’amis. Une première en France, mais aussi en Europe.

 

[...]

Personnalité juridique des animaux

Surtout, aux yeux du directeur de la revue semestrielle de droit animalier, cette réforme prépare la voie à une prochaine étape : la reconnaissance de la personnalité juridique des animaux, qui passerait par une nouvelle évolution du code civil. « Elle pourrait être calquée sur celle des personnes morales, comme les associations ou les syndicats, ce qui permettrait aux animaux d’être représentés en leur nom et démultiplierait l’efficacité de leur protection », détaille Jean-Pierre Marguénaud, qui rappelle que le tribunal de Mendoza, en Argentine, a reconnu le statut de personne juridique non humaine à un chimpanzé femelle, fin octobre.

« Ce basculement n’irait pas à l’encontre de leur exploitation, reconnaît-il, mais permettrait par exemple de respecter les droits édictés par la Convention européenne sur la protection des animaux dans les élevages, qui doivent leur éviter de souffrir inutilement. »

Protéger les animaux tout en les tuant : c’est le paradoxe « qui traverse tout le droit animalier », soulevé par la philosophe Florence Burgat dans sa préface du code animal. « Nous avons d’un côté une loi qui prévoit des peines très élevées contre la maltraitance animale, et de l’autre tout un ensemble de règles qui permettent la mise à mort des animaux pour la boucherie, la fourrure, la chasse ou l’expérimentation, grâce à la saignée, l’électrocution ou encore le gazage », relève-t-elle.

Pour la directrice de recherches à l’Institut national de la recherche agronomique, la reconnaissance des animaux au rang d’êtres sensibles participe d’un « changement de regard », mais il faudra d’autres évolutions, comme la sensibilisation des jeunes, l’apprentissage à l’école ou l’instauration d’un menu végétarien dans les lieux de restauration « pour arrêter de voir les animaux sous un angle commercial ».

Lire l’intégralité de l’article sur lemonde.fr

Voir aussi, sur E&R :

Droit et civilisation, lire chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

100 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Pour ceux que ca interessent, une etude de Pierre Lory sur "la différence entre hommes et animaux et éventuellement la supériorité des uns sur les autres" dans la mystique islamique et le rapport des uns aux autres.

    Il y a la lettre de la Loi et il y a aussi l’esprit de la Loi.


  • Personnellement et en tant que sympatisant +++ de ER je suis tout à fait pour ce genre d’initiative qui ne va pas manquer de diviser - encore une fois - la dissidence.
    D’ailleurs j ai toujours defendu l’hypothese qu’ER devait être - en quelque sorte - à l’avant garde du combat pour le protection et la bien traitance des animaux (de compagnie, de ferme ou sauvage, ne soyons pas "raciste"). Il ne s agit de faire dans l’emotivité mais dans l’émotion et le factuel ce qui n est pas la même chose...
    Pour faire taire nos adversaires la meilleure des parades est d’être en avance sur leur propre terrain, et leur "couper l’herbe sous le pied", ne l’oubliez jamais... 30 millions d’amis !!!!
    Et puis c est un combat louable comme pour tout être vivant. Attention cependant à ne pas sombrer dans l’animalisme comme on a sombré dans le droit de l’hommnisme...
    La meilleure defense etant l’attaque qu’attendons nous et peut importe les remarques du style, oui après le feminisme, l’animalisme... et alors ????...

     

    • #1929086

      Brigitte Bardot deviendrait présidente d’honneur !
      Je dis oui car vous avez totalement raison, le respect des animaux est l’avenir de l’homme, en tout cas il le faudrait.


    • #1929168

      Tout à fait d’accord pour la reconnaissance et la protection des animaux, tant que ce n’est pas l’étape qui précède leur intégration dans la folie du mariage pour tous.


    • Tonton Soral t’expliquera en quoi c’est une connerie puisque tu n’es pas capable de comprendre tout seul.
      T’as besoin d’une loi pour qu’on te dise de protéger les vieux et les enfants ? Si oui, c’est grave.


    • @ mediavengers

      Justement si ! lorsque les lois morales deviennent inexistantes dans le coeur humain, il faut y substituer des codes juridiques tout azimuts. C’est cela la décadence !
      Un esprit évolué spirituellement portera en son coeur l’attitude juste envers toute créature et n’aura plus besoin de code juridique. Les dix commandements ont été donné par Moïse pour servir de garde fou. La compassion pour toutes les créatures est une preuve d’élévation morale.


  • Le droit des animaux ou des robots n’a pas pour but le "progrès" mais, dans une inversion subtile, permettra de rabaisser les humains et de nous niveler vers le bas.

    D’où aussi la création des chimères, par les mêmes instituts qui bossent sur les hormones destinées aux enfants transgenres, par exemple... le but étant de détruire l’homme pour qu’il soit plus facilement contrôlable. Quelque chose à mi-chemin entre "Le Meilleur des mondes" (Aldous Huxley) et "L’Île du docteur Moreau" (H.G. Wells).

     

    • Dans l’abaissement , certains sont déjà "en marche", et en meme temps , auront donc peu de chemin à parcourir ....


    • Toi tu as bû un verre de "complotisme" de trop mon gaillard.
      Tout à fait pour la reconnaissance des animaux comme ayant droit à la protection de la loi puisqu’une souffrance ressentie est la même pour un animal que pour un homme et qu’on peut se pencher sur l’une et l’autre avec la même compassion.


    • C’est exactement le contraire. C’est en rapprochant l’animal du vegetal que vous desservez la cause des hommes. Doit on rappeler (oui il le faut encore) qu’il n’y a pas de difference fondamentale entre les hommes et les animaux. La sentience en est la pierre de touche. Je sais bien que ce mot est exécré par beaucoup, soit parce qu’ils désapprouvent son apparition dans le dico, comme si plus rien n’était à découvrir et que les avancées scientifiques s’étaient arrêtées au siecle dernier, soit parce que sa vérité donne la légitimité du droit à la vie et à ne pas être exploités.

      Nous sommes plus proches des animaux que des végétaux, et traiter les autres especes comme tels a conduit aux pires dérives que l’humanité a connu pour ses semblables. Bernanos avait écrit à ce sujet et je regrette de ne pas retrouver son paragraphe si pertinent et criant de verité (si quelqu’un peut me le redonner, j’en serais ravie).


    • @JEAN MAIRE

      Le "droit des animaux" n’existe pas. Le droit protège déjà les animaux contre "la souffrance", que vous envisagez malheureusement de manière complètement abstraite (comme quand les progressistes disent qu’il faut lutter pour les droits des femmes, les droits des homosexuels, etc.).

      Pour les chimères, renseignez-vous au lieu de crier au "complotisme" (on est sur ER, pas Le Monde ou Conspiracy Watch...).

      https://www.lexpress.fr/actualite/s...

      https://www.lexpress.fr/actualite/s...

      etc.

      Le but du système est de "génocider" l’espèce humaine normale au sens où elle serait abâtardie, sous couvert de progressisme. C’est également pour ça qu’on explique que l’homosexualité est "naturelle" sous prétexte que certains animaux pratiquent la sodomie (ce qui n’est pas entièrement faux, mais animaliser l’homosexuel est pourtant la pire des défenses).

      Et quand vous refuserez qu’on vous greffe un cœur ou un foi de porc, vous serez traité d’obscurantisme qui renie les progrès de la médecine... Mais vu comme vous êtes parti, vous êtes parti pour tomber dans le piège...

      Cette volonté de "détruire" l’intégrité de l’homme est très présente dans les cercles de pensée mondialistes, eugénistes, etc. D’où ma recommandation de lire Huxley et HG Wells.



    • Oui, l’extension des "droits de l’homme" aux animaux est en marche, cela arrivera. Les chiens ou les ânes, les poules même pourquoi pas ! seront en mesure de poursuivre leurs "maîtres" (via des associations toutes mignonnes capitalisant sur cette énième sentimentalité, comme cela existe déjà pour les humains). Cela arrivera, et c’est même peut-être déjà le cas, et sans doute les zoophiles (au sens chaste) s’en félicitent. C’est pourtant l’horreur et le dégoût que devrait nous inspirer cette immense machine juridique appelée à nous broyer tous ensembles, sans distinction. L’esprit ne peut pas survivre à un tel abaissement, il ne peut que régresser jusqu’au stade le plus avili, le plus dépossédé. Au profit de qui ? de ceux qui, encore une fois, comme sur tant d’autres sujets (métissage, démocratie...) ne jouent pas le jeu ?

      Encore une fois Jacob dérobera l’héritage d’Esaü qui aura préféré "jeter aux chiens" sa bénédiction et son droit d’aînesse, pour un vulgaire plat de lentille, càd pour la satisfaction animale de ses petits instincts. Dieu aime ceux qui ont faim de lui, et pas faim de papouilles avec des tigres domestiqués, dans un remake faussé de l’Eden.




      à quoi servirait tout ce remue-ménage ? à qui profite le crime ? et bien il y a peut-être en marche l’élaboration d’un programme d’extension des droits de l’homme (ou droits du goy) aux animaux, histoire que la hiérarchie des êtres pensée par le judaïsme talmudique (les gentils sont plus près des animaux que des juifs) soit confirmée par la loi civile (essentiel pour le peuple de la Loi). Bien sûr, au-delà du côté légaliste ou moral, c’est une porte juridique qui s’ouvre, avec tout plein de procès, d’associations, bref de pognon qui circule, c’est à dire de répression juridico-économique au nom toujours de la liberté et du progrès. Enfin on sait qui passe à la caisse, comme à chaque fois..



      J’avais écrit ça il y a quelques années, sur E&R également. Déjà à l’époque ça ne volait pas haut sur ces questions. Mais au vu des commentaires ici ou là, il semblerait que le niveau n’ait pas monté...A quoi bon, d’ailleurs, tous ces échanges ? Il y a des gens qui sentent, ;..et puis les autres, qui ne comprennent jamais rien (à leur époque), foncent dans tous les murs qui se présentent, et l’instruction n’y peut pas grand-chose...


    • @marianna



      Doit on rappeler (oui il le faut encore) qu’il n’y a pas de difference fondamentale entre les hommes et les animaux.




      Si, il y a une différence fondamentale et irréductible entre un homme et un animal : l’homme est doué de conscience, de langage articulé et de pensée, il est, par suite, libre et responsable de ses actes, c’est-à-dire un être moral et un sujet de droit.


    • @ Titus,
      L’animal est aussi doué de conscience, de langage et de pensée. Et peu importe leurs degrés, c’est ce qu’on appelle la sentience que vous le vouliez ou non. Le reste de ce que vous énoncez ne fait pas non plus partie des différences fondamentales. Les différences fondamentales sont entre les vegetaux et les animaux humains ou autres qu’humains.


    • Non, un animal n’est pas doué de conscience, ni de langage articulé ni de pensée. C’est un fait scientifiquement établi. Les animaux qui parlent n’existent que dans les contes, fables et dessins animés.


    • Titus, ce n’est pas parce que les animaux n’ont pas d’alphabet qu’ils ne communiquent pas. Ils ont leurs propres codes pour se comprendre et cela s’appelle un langage. Ils ont une conscience qui leur permet d’appréhender leur moi ainsi que le monde qui les entoure. Ils possèdent un cerveau, et comme leurs yeux sont fait pour voir, leurs oreilles pour entendre et leur nez pour sentir, leurs pattes pour marcher etc etc, devinez à quoi leur sert leur cerveau. Il va falloir revoir vos faits établis car vous avez plusieurs trains de retard.


    • @marianna

      Tu confonds langage et langage articulé ! Personne ne conteste que les animaux communiquent, mais ils ne parlent pas et donc ne pensent pas.
      Tu ignores aussi que tous les animaux n’ont pas de cerveau, ni tous des pattes.


    • Pour TITUS :

      "l’homme est doué de conscience, de langage articulé et de pensée"

      Mais les animaux aussi mon cher, à un degré bien moindre certes.


    • @pleinouest

      Bien sûr que non. Un escargot, une méduse ou une vache ne possède pas de langage articulé, donc pas de pensée.


    • Rabaisser les humains au rang des bêtes, c’est exactement ce que j’ai pensé. C’est typiquement satanique de se moquer de l’humain ainsi, lui qui a été conçu à l’image de Dieu. Mais bien entendu, 99% des gens ne s’en rendront pas compte.

      Par ailleurs, les humains étant omnivores, il est légitime qu’ils consomment de la viande, ça n’est pas une hérésie. Par contre on peut élever et tuer les animaux proprement, ce qui n’est pas toujours le cas, c’est vrai.


  • Le végétal est un être vivant il a des gènes....
    Je ne suis pas comme tout individu sain d’esprit pour protéger des personnes maltraitant des animaux mais tout de même une "reconnaissance d’animaux au rang d’êtres sensibles".
    Créer des lois à la con c’est le mot d’ordre !

     

  • #1929089
    le 25/03/2018 par Charlie tous les 30 février
    Vers la reconnaissance de la personnalité juridique des animaux (...)

    Et ce n’est qu’un début !
    J’ai hâte de voir Caroline de Haas s’impliquer dans ce combat et défendre le droit des chiennes opprimées depuis des millénaires par les chiens machistes et réactionnaires. Et Rokhaya Diallo prendre la défense inconditionnelle des chats noirs. Et Caroline Fourest s’indigner de la transphobie qui sévit chez les escargots.


  • La personnalité juridique pour les animaux ? Pourquoi pas ? J’en connais qui ne verraient pas d’un mauvais œil un rapprochement d’avec la "gent" animale, en vue de nouer des relations plus proches, plus... intimes.

    Foin de conformisme ! Soyons modernes et allons de l’avant ! Les animaux aussi, ont droit au... mariage ! Maintenant qu’on les a virés des cirques, auront-ils droit à Pôle emploi ?

     

    • Commentaire indigne et dégueulasse. Soyez sûr que tant qu’il y aura des défenseurs pour le respect des droits des animaux, les saloperies auxquelles vous faites allusions seront toujours combattues au même titre que les autres actes de torture et de barbarie.


    • @ Marianna
      La personnalité juridique des animaux, c’est ridicule.
      Ne montez pas sur vos grands chevaux pour les animaux. Ce serait de la maltraitance envers les canassons !
      La zoophilie, c’est ridicule. Le mariage gay, c’est ridicule, en tout cas c’est une impossibilité biologique.
      La pédomanie, c’est abject, par contre. Les lois pour l’empêcher et la punir existent ; on voudrait les voir appliquées.
      Les animaux sont sous notre empire, c’est comme ça. Leur protéine est très proche de la nôtre, c’est la meilleure pour nous. Et c’est bon, miam !
      Eh oui, la vie est cruelle. Etre cochon ou mouton, c’est pas drôle.
      Il va falloir faire des lois pour empêcher les chats de manger des souris. Pôv tites bêtes ! Prochain débat : la pâtée en conserve imitation poisson pour chats est-elle meilleure pour leur santé que la pâtée en conserve imitation foie de poulet ?
      Il y a un projet pour la terre surpeuplée : que les esclaves du projet mondialiste (presque tout le monde) se nourrissent d’insectes. Beuark ! Vive le bifteck !
      Mes excuses à tous les vegans.


    • @ pas vegan,

      Je ne sais pas si les proteines animales sont les plus proches de nous, mais si vous allez par là, les proteines humaines vous correspondent donc parfaitement. On fait un retour au cannibalisme alors ? En tout cas certains des plus sanguinaires parmi les viandards n’hesiteraient pas d’après leurs dire à passer à l’acte si la viande venait à manquer. Comme quoi c’est certainement pas des vegans qu’il faut craindre le pire.


  • Les animaux sont ils admis dans les tribunaux ?
    Un client canin qui chierait dans le tribunal pour exprimer sa colère contre la justice franc poissonne, est ce toléré ? Quid alors du droit de l’homme à chier dans le tribunal ?
    Le problème est la rémunération des avocats : j’attends le moment où ils seront payés en cacahuètes, en os ou avoine.
    hidalgo la merdesse de Paris, en prison pour maltraitance des pigeons et destruction de leur habitat. bouygues en prison à cause de son béton. Les pétroliers en prison. Les industriels en prison. Etc...
    Le droit du cochon risque de rendre illégal le judaisme et l’islam pour racisme animalier.
    Fin de l’ironie : les seuls qui pourront utiliser cet arsenal sont les riches, franc poissons ou sionistes pour s’assurer du monopole de la bouffe et harceler les petits éleveurs. Rien de positif ne peut sortir d’une telle absurdité, sauf à exposer encore une fois la débilité malveillante des politicards au service du capitalisme, 1er responsable de la souffrance animale.
    Reviens Biquette, on a besoin de toi.

     

  • L’Enfer est pavé de bonnes intentions.


  • Mais c’est quoi ce sketch ?! Y a pas autre chose à faire en France ? L’anti-spécisme commence vraiment à bien faire...


  • Les pauvres sont aussi des êtres sensibles.
    Vu que notre président pense qu’ils y a des gens qui ont réussi et des gens qui ne sont rien il y a beaucoup de chemin a faire pour respecter déjà les humains.

     

  • Ce code est plutôt une bonne nouvelle.
    N’oubliez pas que la communauté qui dirige la France est au premier rang question maltraitance animale.
    1) l’abattage rituel est une belle saloperie
    2) les goys sont des animaux

    Interdire l’abattage rituel en France dans sa forme actuelle augmenterait considérablement le départ vers des horizons plus accueillants de la part sûre d’elle et dominatrice de notre population

     

    • Perso j’ai beaucoup d’animaux, je conchie l’abattage rituel mais, je sens que leur connerie se retournera contre moi. Déjà, si vous n’abattez pas dans un abattoir européen, si vous avez par exemple une petite tuerie et un labo aux normes sur l’exploitation, vous n’avez pas le droit de vendre au delà d’un rayon de 80 km. Les gros abattoir, qui seuls peuvent se permettre les frais qu’engendrent les normes européennes, sont les seuls à avoir les moyens de faire du lobbying au niveau européen. Ils obtiennent gain de cause, écrivent les normes et les petits éleveurs disparaissent.
      Sans compter qu’un jours, ces fiottes de végan nous interdiront de manger de la viande, de porter du cuir....
      En grande bretagne, cette engeance a obtenu l’interdiction de consommer la viande de cheval.
      Et cette viande est selon moi parmi les meilleures.


    • #1929538

      "Sans compter qu’un jours, ces fiottes de végan nous interdiront de manger de la viande, de porter du cuir...."

      A Étienne : je partage votre analyse, d’autant que beaucoup de Vegan le souhaitent déjà en ce moment...

      Aussi, certains Vegan vont plus loin, les plus extrêmes, proposent le cannibalisme pour les gens comme nous (je suis sérieux).

      Alors certes, ceux-là sont minoritaires mais ils existent et font des petits...


  • Sacrée bande de tarés. Heureusement qu’en France, pays des droits de l’homme, la ou tout le monde veut venir, genre c’est les meilleurs... On voit a quel point l’endoctrinement par la puissance de l’image réduit la vision des pays étrangers sur la France. Une sacrée bande de tocards en réalité, qui diffuse une image erronée dans le monde pour se faire bien voir.

    On les vire quand ces tocards ?


  • Ces tarés vont-ils imposer un code du droit des mouches à la société des mésanges bleues ?

     

  • La VRAIE question à se poser est : est-ce que les animaux l’ont demandée ??

    Parce que là, on marche vraiment sur la tête, franchement ! Mettre la bête au même rang que l’humain c’est aussi ouvrir la voie pour mettre l’humain au même rang que la bête, ne l’oublions pas !!!

     

    • Vous pensez que si les animaux le pouvaient, ils ne demanderaient pas le droit à la vie, le droit de ne pas être torturé et tué ? Servez vous donc de votre tête pour réfléchir et de vos jambes pour marcher, ce sera plus efficace.


    • @marianna



      Vous pensez que si les animaux le pouvaient, ils ne demanderaient pas le droit à la vie




      Tu n’as pas l’impression de te contredire ?


    • Justement les animaux ne sont pas capables de se défendre ! et c’est aux humains (prétendument supérieurs) à faire entendre leurs souffrances ! Avez vous oublié le code de chevalerie ? Défendre le faible !
      Le Christ n’a t-il-pas dit : " Ce que vous faites au plus petit c’est à moi que vous le faites" !
      Des hommes remarquables comme le Dr Albert Schweitzer, Ghandi, Victor Hugo, Léonard de Vinci, Pythagore, Abraham Lincoln, Anatole France, Soljenitsyne, Kant, Lamartine et bien d’autres ont pris la défense des animaux et ont demandé respect et amour à leur encontre !

      "Moins une créature peut se défendre, plus elle a le droit à la protection de l’homme contre la cruauté humaine" Gandhi
      "La grandeur d’une nation et ses progrès moraux peuvent être jugés de la manière dont elle traite les animaux" Gandhi


    • @Arianne

      Oui, je suis d’accord pour protéger les animaux, mais pas pour leur accorder une personnalité juridique.


    • @ Ariane & Marianna : vous êtes l’exemple même de pourquoi la société va mal : vous ne savez plus faire la différence entre un humain et une bête !! Ca saute pourtant aux yeux qu’il y a un tas de GOUFFRES entre les deux !!

      Et pour ta gouverne, Ariane, Jésus (le seul que j’accepte comme référence, aussi reconnu soit Ghandi) parlait d’HUMAINS. Pour lui il était clair qu’humains et animaux n’étaient PAS sur un pied d’égalité, même s’il tenait pour évident qu’il fallait traiter les bêtes correctement.

      D’ailleurs, quand le Père et le Fils ont tout créé, c’est de l’homme - et seulement de l’homme - qu’il est dit qu’il a été créé à leur image. Ce qui le place d’emblée dans une catégorie de forme de vie supérieure à la bête.

      A vous écouter, on peut se poser la question : à quand la personnalité juridique pour les poireaux, carottes, ficus ??


  • Ahhhhh, depuis le temps que je rêve de me mettre sous tutelle avec mon chat comme tuteur !!!

    Dans 2 ou 3 ans cela sera possible..... Et alors, à moi la belle vie !!!

     

  • Dieudo a toujours une longueur d’avance !! Teddy le cochon et cocorica la poule, bientôt devant Mr le maire ! Ce qui en sortira fera un très bon président de la république ! Après Sarkozy , Hollande et Macron ce serai logique !


  • Moi aussi j’aime les animaux dans l’assiette tout autre usage étant évidemment à interdire.


  • Bien ca va dans le bons sens.
    La souffrance animale m’insupporte au plus au point, le sadisme excercée par les homme sur autres reste une histoire d’humain, mais emmerder et faire souffrir un etre vivant innofensif, je sais pas , il y a quelque chose qui me gene profondement,en tant qu’espece superieur et intelligente, ont se doit de ne pas faire de mal inutilement a ces etres inferieurs.
    Le gars dans un abatoir qui ecartele un agneau parce que ca le fait rigoler n’est pas digne d’etre l’espece dominante de la planete, c’est mon point de vue extreme, si javais pouvoir d’ordonner sa mort, je ne le ferai pas mais moralement, dans mon esprit il le mérite.
    Tout l’ecosysteme est par definition est un equilibre ou la moindre bestiole qui disparait ou apparait peut avoir des consequences etonnantes, si l’homme disparaissais demain, cet ecosysteme non seulement n’en souffrirai pas mais il en profiterai, parfois je me demande si ont a notre place sur cette planete.

     

    • Beau message... Ça ne devrait même pas venir à l’esprit d’un être humain "normal" de faire souffrir un être plus vulnérable que soi ! À défaut de partager la conscience,il faut donc bien la loi.


    • Le sadisme exercé sur des hommes est évidemment à combattre prioritairement.
      Mon frere avant mon cousin, mon cousin avant mon voisin, mon voisin avant l’étranger, l’étranger avant les animaux.
      Vous avez tourné fou avec votre cause animale.
      J’ai un pote en GB, son chien s’est fait presque arracher une patte par un molosse, une association de défense des animaux a levé des fonds pour une opération. Un homme qui se fait arracher une jambe n’aura aucune association pour l’aider, s’il n’a pas une mutuelle suffisante, c’est l’amputation. Et il n’aura plus qu’à marcher sur la tête comme vous.
      tout ça me donne envie de torturer un chaton !


    • Ne comprenez-vous pas qu’on instrumentalise vos sentiments (franchement, qui aime voir souffrir un animal ?) pour faire passer une loi dont les conséquences visent à abattre la différence homme-animal ?
      C’est exactement comme pour l’euthanasie, le mariage gay, la gpa etc... On vous manipule. Il faut être charitable avec les vieux, les homosexuels etc...


    • Kimi
      je trouve inadmissible qu’un être humain ait plus de compassion pour les animaux que pour les hommes. C’est un avant gout de l’enfer.
      Au passage, tous les animaux sont "spécistes".


  • Un lion aura t il encore le droit de tuer une gazelle ?

     

    • On ne peut pas demander à un animal autre qu’humain d’avoir le degré d’intelligence superieure dont l’humain est dôté, et donc de faire la distinction entre le bien et le mal, surtout à celui dont la vrai nature est d’etre carnivore. Vous comprenez ?


    • Oui il aura encore le droit je pense.
      Le type qui écorche vif jusqu’à la mort un chien en le grainant derrière sa voiture lui par contre risquera sans doutes quelques ennuis mais pourra toujours manger a sa faim.


    • le type qui écorche vif un chien risque déjà des ennuis


    • Le lion répond à la loi naturelle lorsqu’il tue une proie. D’ailleurs il est remarquable de constater, d’après ce que j’ai lu, que les grands prédateurs insensibilisent leur proie rien qu’avec leur magnétisme. Ce sont des humains qui l’ont vécu, lorsqu’ils se sont retrouvés dans les griffes d’un lion, ils regardaient le lion déchiqueter leur bras ou jambe et ne ressentaient rien.

      Les animaux ne sont pas cruels, ils obéissent aux lois de la nature.

      Seul l’humain a des comportements cruels et jouit même des tortures qu’il inflige.
      La corrida en est une preuve patente !


  • #1929307

    Au moins, la prochaine fois, le vote "biquette" sera pris en compte...

     

  • Je suis pour un statut juridique des êtres sensibles pourvus de l’instinct de survie et du droit à vivre sans souffrance inutile. Mais peu importe mon opinion, c’est le mien et j’ai changé mon mode de consommation en conséquence (qui m’a libéré des lobbies agroalimentaires et leur mensonge). Je suis néanmoins étonnée que ce type de réflexion ne soit pas abordée avec un peu de bon sens chez ER. Alors même qu’il est question de rejeter ce système qui pollue nos vies, nos corps et esprits, il serait temps de réaliser que manger un yaourt Danone ou un filet de poulet "le gaulois" participe à ce système (arrêtons de nous voiler les yeux, les français sont très peu nombreux à manger local). Ce système de la protéine animale en surabondance est unique dans notre histoire (j’y inclus les yaourts, les biscuits, les fromages bon marché et autres salo****), elle détruit notre santé (mais c’est tout bon pour Big pharma), elle dézingue la paysannerie, tue la famille (la préparation d’un bon repas aussi simple soit-il est un rituel familial ô combien nécessaire pour le lien, la communication, le partage, le plaisir...). On mange de la mer**, du transformé, des animaux malades et intoxiqués par les antibios (rares sont les français qui peuvent acheter local), du lait de vache à l’âge adulte bourré d’oestrogènes pour nos futures tumeurs du sein ou de la prostate, c’est ça le sommet de la chaîne alimentaire ??? le sommet de la pyramide Big Agro plutôt. Le jour où vous verrait une pub pour des brocolis ou une betterave cru ....faite moi signe !!!! Alors oui, le statut juridique peut prêter à sourire, allons bon. Moi ce qui me fait réfléchir, c’est le système agro derrière cette souffrance animale, la marchandise à bas prix pour des pizza Lidl ou des tranches de jambon rose bonbon, des centaines de milliards de bêtes tués pour nous les hommes par des opérateurs payés au smic et qui deviennent fous et malades. Car oui c’est devenu ça le chasseur cueilleur : un capitaliste qui paye le prolétaire pour tuer sa protéine animale vite, très vite pour que ce soit en quantité et pas cher....


  • #1929338

    Le droit des Ananas, c’est pour quand ?


  • Par déférence aux animaux, désormais pour les nommer on doit précéder les qualificatifs de leur genre par les formules de respect suivantes : Monsieur, Madame, Mademoiselle... (exemple : Madame la chienne, Monsieur le porc, Mademoiselle la colombe...).
    Ainsi sera la civilisation du futur.


  • L’homme (l’espèce humaine) est un mammifère ... et jusqu’à preuve du contraire, les mammifères sont des animaux.
    On peut pas faire plus simple.

     

  • Bon, d’accord je suis totalement contre la théorie du genre et la mouvance LGBT que je prends pour des monstruosités destinées à saper, pour la détruire, la famille. Là c’est un peu différent. Comme je suis VEGAN (végétarien depuis 45 ans), je n’y suis pas opposé si ce n’est pas idéologiquement dingue. Mais il vaudrait mieux arrêter de bouffer les bêtes que de leurs donner des droits humains.
    C’est encore une fois à coté de la plaque.

     

    • Une décision individuelle est une chose, et c’est la liberté de chacun.
      Autre chose est le sujet de cet article. On voit bien qu’il s’agit de gommer la frontière entre l’homme et l’animal. Cela fait partie du plan mondialiste qui consiste à brouiller tous les repères et à abattre la civilisation chrétienne, laquelle considère l’homme comme image de Dieu.
      Une fois ceci fait, on pourra traiter l’homme comme du bétail, ce qui correspond à la vision de l’élite.


  • Bon, du coup, si je comprends bien, un Homme qui se tapera une chatte ne sera donc plus considéré comme un zoophile mais comme un macho que les féministes combattront !?

    Très sincèrement, les Droits des Zanimaux est une connerie de plus : l’Égalité poussée à l’extrême... J’attends la suite...


  • On pourra continuer à reprendre deux fois des moules ?

     

  • Protéger l’asservissement. La société juridique à l’oeuvre.


  • Un grand pas en avant pour la prochaine légalisation du mariage entre un humain et un animal.Tant de progrès ! Que c’est émouvant !

    Ce qu’il y a d’extraordinaire ce que l’on veut accorder une personnalité juridique à l’animal non humain alors que nous sommes dans une société où l’on peut massacrer un fœtus humain dans le ventre de sa mère...et bientôt l’avortement post-natal sera légalisé...où l’on peut commander, vendre, acheter des nourrissons...louer son utérus...vendre son sperme...

    Amis de la campagne, préparez-vous à l’interdiction de posséder des poules, canards, chèvres...car à moins que cela soit dans le cadre d’un élevage industriel ultra-sophistiqué où s’entasseront dans des hangars des milliers d’animaux sous environnement "humanitaire" contrôlé par ordinateurs...pour ensuite être "humainement" et dans le plus parfait respect de leur personnalité juridique abattus à la chaîne...tout élevage artisanal d’animaux sera considéré comme une atroce abomination ! Toute décapitation de poulet sera passible de 20 ans de prison ferme ! Ne rigolez pas, dans 25 ans grand max on en sera là !


  • On voit bien là Satan à l’oeuvre, qui a corrompu les esprits les plus faibles et les moins droits.

    L’être humain - et seulement lui, pas la bête - a été créé à l’image de Dieu, instaurant d’emblée une distinction entre les deux types de forme de vie, l’humain étant supérieur car doué de raison et non régi par son seul instinct (et pour quantité d’autres raisons, qui sont autant de gouffres entre l’homme et l’animal).

    Or, ce genre de loi, ainsi que l’idéologie antispéciste de plus en plus dominante nourrie à grands coups de pathos bisounoursien, repose sur la négation de cette différence fondamentale instituée par Dieu. Comme le féminisme actuel nie les différences homme-femme.

    Il y a donc une tendance systématique à nier et vouloir abolir toutes les différences que le Créateur a mises en place et qui font la variété et la beauté de Sa création. Et ce dans tous les domaines de l’existence. Cela ne peut être que l’oeuvre de Satan.


  • En Suisse l’abatage hallal et casher sont interdits pour le respect des animaux, serait-ce possible en France ?


  • Les chattes vont enfin se voir reconnaître une personnalité juridique ! Finis ces atroces accouchements douloureux ! Césarienne ou péridurale obligatoire sous peine de prison ! Marre de ce monde de souffrance ! Il faut interdire la douleur !!!


  • Les méthodes de l’oligarchie mondialiste sont connues. Elles commencent comme ça,par de"petites réformes",apparemment bénignes,histoire de tester la réaction des peuples.Puis,en l’absence de toute riposte tranchante,on avance à grands pas vers la phase finale pour frapper le grand coup. L’histoire tumultueuse des"droits de la femme"est éloquente en la matière. Ces droits ont démarré avec des évidences,puis on a forcé,délicatement,la porte de"l’égalité des femmes avec les hommes".Là aussi on y allé prudemment par"petits pas". Et puis,le grand coup nous est asséné ;le passage en force pour nous mettre devant le fait accompli : "le mariage pour tous".
    Cette démarche diabolique,maintenant que son efficacité est prouvée et éprouvée,est mobilisée dans le règne animal. L’oligarchie,fidèle à ses
    méthodes biaisées,s’introduit dans la bergerie par l’interstice de"la défense des animaux contre la cruauté",défense incontestée et
    incontestable. Évidemment ce qui est visé par la suite,ce n’est pas
    l’amélioration de la condition ani,mais bien le rabaissement de l’être humain plus bas que le plus négligeable des bestiaux.
    Aujourd’hui que notre pauvre identité humaine est bafouée dans toutes
    ses composantes morales et physiques,et que notre système immunitaire contre toutes les formes d’humiliation est détruit,il ne reste plus qu’à nous donner le coup de grâce.


  • Vers la reconnaissance de la zoophilie ?
    Remarquez, on ne voit plus bien la différence entre un mouton et le peuple, donc... autant leurs conférer les mêmes "droits", et surtout devoirs, qu’à nous autres.


  • titus : " Non, un animal n’est pas doué de conscience, ni de langage articulé ni de pensée. C’est un fait scientifiquement établi. Les animaux qui parlent n’existent que dans les contes, fables et dessins animés. " Donc je vous rappelle que les scientifiques ont dit à une certaine époque de la voiture, que tout corps projeté à plus de 60 km/h se désintégrerait !!! Donc, oui les animaux sont doués de conscience, meilleure que la nôtre souvent, pas besoin de langage articulé, ils se comprennent, et évidemment qu’ils pensent. vous devriez les côtoyer plus souvent pour comprendre qu’ils sont tout à fait conscients des dangers, de la vie, de la mort, ils souffrent et contrairement à l’humain, ils ne sont pas cupides, et toute la panoplie de travers bien spécifiques à l’humain ! ils sont parfois tristes, gais, etc.... Et puis, quand on sait qu’il a fallu des années pour que des architectes arrivent à concevoir des maisons fraiches l’été et chaude l’hiver, alors que les termites par exemple savent faire ça depuis des siècles ! Moralité : un humain est plus c... qu’une termite.

     

    • Votre comparaison avec la voiture n’est pas pertinente. Le constat de Titus est d’ordre philosophique, rationnel. On ne détecte pas la conscience avec des expériences de laboratoire !

      Les animaux n’ont ni conscience, ni esprit, ni libre-arbitre.
      Il n’y a pas de culture animale. Même pas en germe. Pas de philosophes animaux, pas d’universitaires, d’avocats, de chirurgiens, de poètes, d’architectes, de prêtres, d’écoliers... tout cela ne se trouve que chez les hommes.

      N’étant pas libres et conscients, ce ne sont pas des personnes et par conséquent pas des êtres moraux.

      Car qui dit droits, dit devoirs.
      Va-t-on verbaliser le chien qui ne fait pas ses besoins au bon endroit ? Non bien sur, c’est le propriétaire qui va l’être, le chien ne saurait être tenu de respecter des conventions dont il n’a aucune conscience.
      Aucun lion ne sera jamais jugé pour meurtre de gazelle.

      L’animal est déterminé par ses instincts, il ne saurait en dévier volontairement puisqu’il n’a pas de volonté.

      Il est temps d’arrêter de tout confondre, notamment avec ces documentaires idiots sur "l’intelligence" animale, où l’on ne voit jamais rien d’autre que des animaux résolvant des problèmes d’ordre sensible (jamais intellectuel) pour récupérer une caresse ou une friandise (parce que seul un homme peut être motivé à résoudre un problème uniquement par attrait intellectuel).

      Qu’on ne m’oppose pas ces spectacles de chiens matheux, ce n’est que du dressage : le chien n’effectue aucune opération mathématique, il en est incapable car dénué de faculté d’abstraction : il associe des sons et des images, et donne la bonne réponse sans avoir rien compris au sens des signes.

      Pareil pour le cacatoès qui distingue formes et couleurs (clé verte, balle rouge...) et ramène l’objet correspondant : ce ne sont que des perceptions et associations de type sensible et non intellectuel.

      Les animaux ne sont pas et ne seront jamais des personnes, il est donc parfaitement absurde de vouloir leur conférer une personnalité juridique et des droits.


    • Votre analyse est d’une rare bêtise, @ Olivier !
      Qui penserait à comparer toutou à un avocat ou à un chirurgien ?
      Le problème n’est bien-sur pas la !
      Ce qu’on vous explique c’est que l’animal à une forme d’intelligence et de sensibilité différente, mais qui doit être prise en compte..
      Oui , l’animal est doué d’émotion, oui l’animal est capable de comprendre des situations complexes , oui l’animal est capable d’anticiper et .... en plus , l’animal est doté d’un 6ieme sens
      Et oui , ça vous sidére, hein !
      A propos , ce 6ieme sens , vous ne l’avez meme pas , vous qui résolvez des équations mathématiques !
      Ah , il vous en manque des choses , n’est ce pas ?
      Vous êtes finalement bien limité !
      Quand mon voisin de 86 ans est mort , sa vieille ’’zita’’ de 16 ans qui le suivait partout a disparu 2 jours . On l’a cherchée partout . Introuvable. Zita etait allee mourir sur la tombe de son vieux maître pour ne jamais etre separee de lui
      Inclinez vous devant la leçon.


    • titus : "Non, un animal n’est pas doué de conscience, ni de langage articulé ni de pensée. C’est un fait scientifiquement établi".

      Faux. Jane Goodall : "les chimpanzés sont capables d’apprendre un langage humain, notamment le langage des signes. Maintenant, nous devons redéfinir la notion d’homme, la notion d’outil, ou alors accepter le chimpanzé comme humain".

      Wikipédia : "Washoe est connue pour avoir été le premier primate non-humain à acquérir un langage humain (la langue des signes américaine) (...) Washoe utilisait environ 250 signes qui formaient son lexigramme (...) On peut démontrer grâce à des vidéos que, dans certains cas, elle initiait elle-même la conversation. Ainsi, en 1979, Washoe avait eu un bébé Sequoyah mais il mourut dans les semaines qui suivirent. Quand les éducateurs lui retirèrent son bébé des bras, Washoe signa et signa encore pour qu’on le lui rende. Elle ressentait un grand désarroi. Washoe fit même une dépression le jour où on lui apprit que son bébé était mort".


    • @pleinouest

      Non, on ne peut pas déduire de ces expériences que les chimpanzés pensent ou sont doués du langage articulé. Il s’agit d’apprentissage réflexe de type réflexe conditionné ou action-récompense avec un individu domestique soigneusement sélectionné pour ses habiletés extraordinaires. Ça ne veut pas dire qu’il comprend ce qu’il "dit" en langage des signes.

      Il va faire ce qu’il faut pour avoir sa banane, mais il ne va pas te parler du temps qu’il fait ou te demander de lui donner sa liberté ! lol.


    • @pleinouest, pour de la primatologie sérieuse, il faut lire Nicolas herenshimdt. Jane Goodal et Diane Fossey c’est de l’anthropomorphisme dégoulinant de bons sentiments, bref de la lecture pour adolescentes.



    • Ce qu’on vous explique c’est que l’animal à une forme d’intelligence et de sensibilité différente



      Ce qu’on vous explique à notre tour, c’est que le mot "intelligence" n’est pas approprié car il désigne la capacité de comprendre, de saisir le sens des choses, en formant des concepts abstraits à partir des expériences sensibles.

      Lorsque vous lisez ces mots, l’expérience sensible de vos yeux est analysée par votre esprit qui n’y voit pas que des taches noires sur fond blanc, mais y reconnait des signes porteurs de sens.

      L’animal, lui, ne voit que des taches.

      Si les animaux étaient capables d’abstraction, de former des concepts, cela se traduirait en œuvres intellectuelles et par suite, en culture.
      Or ce n’est pas le cas. Seuls les hommes montrent des signes d’activité intellectuelle.

      Dire cela, ce n’est pas diminuer l’animal. Je ne conteste pas qu’un chien est un être sensible, doué d’une mémoire, capable d’affection. Mais aucun n’est véritablement intelligent.

      Et à confondre intelligence authentique et "intelligence animale", vous vous privez d’une clé de compréhension essentielle quant à l’homme et sa place dans l’univers.


  • La souffrance animale est bien réelle et il ne faut pas prendre ce problème à la légère.Les éleveurs d’autrefois étaient très liés à leurs animaux et ce n’est pas de gaîté de cœur qu’ils les emmenaient à l’abattoir local ou qu’ils les tuaient eux-mêmes pour vendre leur viande au marché du village.Ils n’étaient ni des bourreaux et encore moins des sadiques.Ceux qui bossent aujourd’hui dans les abattoirs industriels ne sont pas non plus des sadiques à la base, mais leurs conditions de travail sont tellement insupportables qu’ils finissent par se construire une armure d’insensibilité.
    Oui, nous vivons dans un monde de merde, et ce depuis longtemps maintenant.Le diagnostic est fait et n’est plus à faire, le pronostic vital est engagé.


  • Tous en première année de droit pour suivre un sérieux apprentissage avec de vrais profs et juristes (dont les fils se touchent encore chez certains, Dieu merci) et recevoir un peu de lumière sur ce qu’est la personnalité morale (avec conditions et conséquences). Ca évitera de raconter n’importe quoi et d’imaginer que son chien/chat/cacatoès peut ester en justice...Certains commentaires, certes plein de bonne volonté et de bons sentiments, mélangent tout et n’importe quoi...

     

  • Y aura t’il un âge de consentement pour enculer une poule ?

     

    • Ce qui est sûr c’est que l’enculage de mouche est déjà inscrit dans la constitution, et que le consentement ne se pose même pas (pervers !!)


    • @Maarchk
      Tout dépend de la poule, si elle a du rouge au bec aguichant ou des talons haut , là oui ,même si c’est une poule naine de 11 ans
      Par-contre une poule pondeuse de 15 ans qui aurait fait cours Serges Gainsbourg à la Sorbonne , là tu peux avoir des problèmes, surtout si son coq de père est un magistrat de gauche du syndicat de la Magistrature
      Tu vois c’est un peu au cas par cas , n’oublie pas qu’on est en Poupoulecratie


  • ..."respecter les droits édictés par la Convention européenne sur la protection des animaux dans les élevages, qui doivent leur éviter de souffrir inutilement"

    La souffrance animale est bien réelle, ce serait un grand progrès que les animaux retrouvent la nature au lieu d’être parqués dans des espaces confinés. Peut être que cela ne changera pas grand chose mais il est positif à mon sens de se pencher sur leur cas. Stupide d’évoquer ici l’enculage et la zoophilie, ce n’est pas le propos.


  • Sans rentrer dans une discussion sans fin (et pour moi sans grand intérêt) sur ce que pense un animal ou autres billevesées, c’est une chose qui s’inscrit dans la grande marche du "progrès", avec l’IVG, le mariage gay, la GPA, la reconnaissance du genre neutre, l’écriture inclusive, le harcèlement sur les chasseurs, etc... Tout le logiciel mondialiste du "progrès" et de la religion des droits de l’homme. Encore une idée qui vise à déconstruire le monde de l’humanité enracinée, traditionnelle, aux valeurs saines. Dans 20 ans pourra-t-on encore manger une sardine ou un steak ? Bref ça pue.

     

    • Je ne sais pas si des milliers de poules entassées dans des cages, dans l’obscurité et pondant au milieu des cadavres de leurs copines, c’est sain.

      Après, oui, on a tous bien compris que la machinerie actuelle recycle ses propres excréments pour éliminer toute opposition. On l’a vu avec les "droits de l’homme" détournés pour tuer l’homme.

      Cependant, essayons de voir le bon côté des choses : chaque pas que fait l’adversaire reste une occasion de le faire trébucher. Le pire serait donc qu’il s’arrête.


  • Quel contraste.
    Nous, les humains, sommes à l’abattoir sur cette planète. Du bétail pour le 1 % obscène. Nous sommes de la viande élevée pour consommer (l’Occident + les franges aisées des BRICS), et/ou accomplir les basses tâches que les robots n’accomplissent pas encore (le monde entier). Les chômeurs inutiles, de plus en plus nombreux, sont tenus en laisse par des allocs (j’en suis un).
    Gazés par épandages secrets, mais manifestes, de haute altitude, nourris au fluor pour fabriquer plus de consentement si jamais les medias ne suffisaient pas.

    Il n’en reste pas moins que la planète n’est pas infinie.
    On compte tous les animaux d’élevage ; et les mammifères sauvages (une paille dans la quantité de la diversité du vivant) ; les cétacés et la famille des pieuvres, grands candidats au titre d’espèces sentientes et intelligentes (à égalité, mais différemment, avec les grands primates) ; les espèces sous-marines - toutes celles non découvertes - ; les insectes - et tous ceux non encore découverts - ; le règne végétal - oui, toi aussi petit brin d’herbe arrogant - ; et même nos poteaux extraterrestres, ni végétal, ni animal : les champignons, dont on se demande toujours ce qu’ils sont venus faire ici ?

    Alors oui, l’homme est incapable de protéger son semblable et l’exploite comme un esclave. Techniques de domination, torture, oppression, lavage de cerveau.

    Mais, il serait beau et utile à tous, justement pour freiner les prédateurs capitalistes privatisateurs de tout, de l’air et de l’eau, que tout le monde prenne conscience qu’ils sont dans la même galère que tout ce qui vit sur cette planète.
    Et qu’un poulpe mérite autant de respect qu’une belle Montbéliarde (mes regrets à Marlène Schiappa), une mouche auatnat qu’un chapon de l’Ain.
    Et je suis un défenseur de la blanquette de veau. Je voudrais juste que, puisque c’est désormais possible, il soit traité comme un animal, pas comme une paire de Nike.


  • #1930337

    Y’a-t-il des animaux transgenres ?

     

    • Vers la reconnaissance de la personnalité juridique des animaux ?
      Et est-ce que le nom du cochon, sera écrit sur le jambon sous-vide Herta ou sur le poulet Fleury Michon ??
      Ainsi les parents pourront dire à table , tiens fiston un peu de Régis et une aile de Jean-Luc
      Ca risque pas de donner de mauvaises intentions ?
      Parce-que le jour de rédaction écrite à l’école ,ça va un peu être schizophrénique pour nos gamins
      Aujourd’hui sortez vos copies, rédaction sur vos vacances



      Hier j’ai mangé avec mon parent 1 après la gay-pride un peu de Régis en tranche et des nuggets de Jean-Luc, puis ma frère-e-es transgenre Kévinette , m’a prêté-es son livre sur la sodomie d’allogènes de son cours de SVT et de vivre ensemble entre Charlie
      C’était une belle journée, j’étais déguisé en Poney et en Latex, bailloné et à 4 pattes et tenu en laisse, par les ami-e-es de mon parent 2
      Apres on a regarder des films la vie d’Adèle & comme un frère du réalisateur « Babar » puis on a lu la vilaine Lulu avec le bébé des ami-e-es de mon parent 2




      Je plains les profs ça va etre dur de suivre


Commentaires suivants