Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Vers un scénario catastrophe en Syrie ?

Avec l’aide politique et militaire de l’Arabie saoudite et d’Israël, le scénario catastrophe d’une victoire d’Al-Qaïda et/ou de l’État islamique en Syrie pourrait bien se réaliser tandis que l’armée du gouvernement syrien, plus laïc, bat en retraite et que le président Obama paraît figé dans l’indécision. C’est ce que rapporte Robert Parry.

 

L’alliance entre Israël et l’Arabie Saoudite, coalisés avec d’autres pays sunnites radicaux, est en train de mener les groupes affiliés à Al-Qaïda vers la victoire ou du moins de leur assurer la sécurité en Syrie et au Yémen. Ce qui ne fait que souligner les contradictions non résolues de la politique de Barack Obama au Moyen Orient.

Le Front Al-Nosra et l’État islamique – branche hyper-brutale d’Al-Qaïda – tous deux soutenus par l’Arabie Saoudite, le Qatar et la Turquie, gagnent de plus en plus de terrain en Syrie, tandis qu’Israël frappe les alliés du gouvernement syrien. Certains analystes prédisent à présent l’effondrement probable du gouvernement du président Bachar al-Assad, plutôt laïc.

Au cours des dernières années, Israël et l’Arabie Saoudite ont bien fait comprendre qu’ils considéraient le renversement du gouvernement d’Assad, soutenu par l’Iran, comme une priorité géopolitique même si le résultat en est la victoire d’Al-Qaïda ou de l’État islamique. Mais Obama, qui s’est montré incapable – ou peu décidé – de brider l’alliance Israël-Arabie Saoudite, aurait alors à décider de ce qu’il doit faire face à la domination par des terroristes d’une importante nation du Moyen Orient.

Certains de ces radicaux sunnites ont montré qu’ils sont déterminés à assassiner des minorités qu’ils considèrent infidèles, y compris les Chrétiens, les Alaouites et les Chiites. Les terroristes pourraient transformer en véritable boucherie les rues des grandes villes syriennes et donner à Al-Qaïda une solide base d’où lancer des attaques terroristes contre l’Occident.

La réponse qu’Obama et son successeur apporteront à cette situation est incertaine. Mais il serait difficile pour n’importe quel président américain de rester assis et de ne rien faire. Néanmoins, envoyer un autre corps expéditionnaire en Syrie pour déloger Al-Qaïda ou l’État islamique de Damas et les repousser hors de Syrie serait une folie qui causerait des pertes humaines massives, coûterait des milliards de dollars sans grande promesse de succès.

Pendant ce temps, les principaux médias américains, dominés par les néoconservateurs, racontent déjà que l’échec d’Obama, c’est de ne pas être intervenu plus tôt pour renverser le régime d’Assad, ce qui aurait permis à des rebelles « plus modérés » de prendre le pouvoir. Or l’existence d’une importante armée rebelle « modérée » a toujours été une fiction. Obama a lui-même dit – dans une interview réalisée en août 2014 par le chroniqueur du New York Times, Thomas L. Friedman – que c’était un pur fantasme que de penser qu’armer les rebelles aurait changé le cour des choses. Obama a déclaré :

« L’idée que nous pourrions fournir des armes légères ou même des armes plus sophistiquées à une opposition formée de docteurs, de cultivateurs, de pharmaciens, etc, et qu’ils allaient être capables de se battre contre un État non seulement bien armé mais aussi soutenu par la Russie, l’Iran et un Hezbollah endurci au combat, cette idée n’a jamais été vraiment envisagée. »

Obama a ajouté que son administration avait du mal à trouver, à entraîner et armer suffisamment de rebelles syriens laïcs pour changer les choses : « Il n’y a pas autant de possibilités que nous l’aurions souhaité. »

En fait, une grande partie de l’Armée syrienne libre , soutenue et armée par les États-Unis, s’est mise du côté du Front Al-Nosra ou de l’État islamique en 2013. Après cela, le seul choix réaliste d’Obama a été de conclure un accord politique pragmatique avec Assad et de coopérer avec l’Iran et la Russie pour récupérer les territoires conquis par Al-Qaïda et l’État islamique.

 

Se débarrasser d’Assad

Mais ce choix s’est avéré politiquement impossible parce que le lobby israélien et néoconservateur américain a continué à faire pression pour qu’Assad soit renversé. Ils ont été aidés par le refus d’Obama de donner des renseignements qui auraient permis de réfuter certains des arguments anti-Assad diffusés par les médias américains. Par exemple, les services secrets américains nourrissaient des doutes à propos de l’attaque au gaz sarin par le régime d’Assad près de Damas le 21 août 2013. Obama aurait pu révéler ces doutes.

Un argument important dans le discours des néoconservateurs qui a empêché toute détente avec Assad fut de rendre celui-ci responsable de l’attaque au gaz sarin, qui tua des centaines de civils. Et même alors que de nombreuses preuves arrivaient, montrant que l’attaque était probablement une provocation des rebelles extrémistes, Obama rechignait à revenir sur le jugement hâtif du début, neuf jours après les événements.

Pas plus tard que ce mois-ci, l’administration d’Obama relançait ses premières accusations dans 60 Minutes sur CBS et d’autres médias, qui se contentent de régurgiter des renseignements périmés plutôt que d’examiner des preuves nouvelles. Or celles-ci font état d’une opération « sous fausse bannière » conçue pour pousser l’armée américaine à rejoindre les rebelles dans la guerre syrienne [1].

Bien qu’en 2013 Obama ait refusé de bombarder l’armée syrienne, ce qui aurait ouvert les portes de Damas à Al-Qaïda et/ou à l’État islamique, il n’a pas souhaité passer outre les désirs de « changement de régime » de son Département d’État, qui reste sous l’influence des néoconservateurs et de leurs sous-fifres, les interventionnistes libéraux.

À présent, malgré le risque grandissant d’une victoire d’Al-Qaïda ou de l’État islamique en Syrie, Obama semble figé dans l’indécision, cerné par le lobby israélien, les Saoudiens et leur pétrole, les politiciens néoconservateurs et les leaders d’opinion à Washington.

Lire la suite de l’article sur arretsurinfo.ch

Notes

[1] Voir Consortiumnews.com’s “A Fact-Resistant ‘Group Think’ on Syria.”

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1177011
    le 04/05/2015 par Theurgie.com
    Vers un scénario catastrophe en Syrie ?

    La question qui se pose c’est que feront l’Iran et la Russie... Quoi qu’il en soit, si la Syrie tombe certaines portes (débouchant sur une intensification régionale voire au-delà) s’ouvriront : certains livres religieux ne disent d’ailleurs pas le contraire...


  • #1177020

    Un peu de courage Barack, avant ta retraite..... !


  • #1177024
    le 04/05/2015 par Albuquerque
    Vers un scénario catastrophe en Syrie ?

    Mais pourquoi la Russie n’intervient-elle pas ? Crainte de provoquer une guerre mondiale ?

     

    • #1177075

      Pourtant ils ont tout intérêt à le faire. Qui leur reprochera une intervention alors que tout le monde est d’accord (à priori) pour, enfin, reconnaitre que les belligérants sont des "terroristes" (mais les vrais, ceux qui mange le coeur de soldat mort).


    • #1177106
      le 04/05/2015 par VORONINE.
      Vers un scénario catastrophe en Syrie ?

      Je crois que l’intérèt de la RUSSIE est de ne pas intervenir : le souvenir des échecs subis en AFGHANISTAN à l’époque soviétique a vacciné les russes contre les guerres exotiques , ensuite l’entrée dans cet engrenage risque de déstabiliser les confins sud de la fédération , ou la paix est fragile , et depuis des siècles , ne constitue que des moments courts entre des guerres meurtrières . Et, contrairement aux français , dont c’est la spécialité, les russes n’aiment pas trop "faire la guerre pour le roi de Prusse"


    • #1177109
      le 04/05/2015 par poitevin79
      Vers un scénario catastrophe en Syrie ?

      Je crois qu’elle à peur de répercussion dans la Nord Caucase avec une potentielle manipulation de certaines musulmans par les Turques et les Saoudiens. C’est un facteur parmi d’autres. Rappelons également que la doctrine Russo-chinoise est la non intervention.


    • #1177125

      La Russie ne veut pas prendre le risque de se mettre une parties des sunnite à dos.Ceux qui sont gavés à Al Jazeera et autres organes de propagandes.De plus le territoire Russe n’est pas sécurisé car une intervention officielle donnerait un prétexte aux occidentaux pour commettre des attentats sous drapeau Isis pour destabiliser le pays.
      Elle veut éviter de paraître comme un agresseur.


    • #1177138

      Parce que cela couterait énormément d’argent, qu’ils sont sous sanctions économiques, qu’ils doivent encore régler le problème de l’Ukraine, lutter contre les tentatives de déstabilisation de leurs anciens territoires soviétiques (Ossétie du sud, Tchétchénie) et qu’ils comptent désormais se tourner vers l’Asie et les BRICS. Ils vont donc laisser les états atlantistes se démerder avec les "extrémistes" musulmans au Moyen Orient et en Afrique (l’Afghanistan leur a suffit). Ils fournissent déjà la Syrie en moyens logistiques, mais intervenir militairement pourrait effectivement entrainer une 3ème GM.


    • #1177393
      le 05/05/2015 par goy pride
      Vers un scénario catastrophe en Syrie ?

      Il est encore trop tôt et nous manquons d’information pour savoir exactement où en est la Russie dans cette affaire. Nous ne pouvons même pas nous assurer si la Syrie n’est pas actuellement entrain de préparer quelque chose et que les supposées victoires de terroristes font peut être parti d’une stratégie de guerre syrienne en laissant l’ennemi s’enhardir par des victoires qu’on lui consent afin que cet ennemi s’expose avant de lui donner le coup de grâce final.
      Moi c’est plutôt l’Iran qui m’intéresse ! Le voisin et allié très proche de la Syrie ! Que sont-ils entrain de préparer maintenant ?


    • #1177669

      Je me demande la même chose, pourquoi pas une intérvention conjointe de la russie, l’iran et même la chine, qui leur reprochera ça ?


  • #1177035
    le 04/05/2015 par La voix du nord
    Vers un scénario catastrophe en Syrie ?

    Il suffit de regarder la carte de la region , il ne reste plus que ce pays qui ne soit sous influence atlantiste ; Tous les autres sont inféodés ou " satellisés " . C’est une histoire de quelques mois .
    la Russie a retiré ses " billes" et renoncé à son influence sur la " région " . ( bon , après on est pas dans le secret des arcanes des décideurs géopolitique , mais z’ont dû trouver des accords pour le partage et influences d’autres parties du monde ) . C’est là qu’on voit l’importance accordée aux populations souffrantes et suppliciées par le désir des élites ! C’est vrai que c’est pas nouveau , mais au moins par le passé , on ne tenait pas des discours récurrents droitdel’hommard, ou sur le droit des peuples à disposer d’eux même , ou de dignité humaine , enfin , tout le blabla fin de 20ème siècle , qui a bien plus , mis à feux et à sang la planète, sous la houlette des élites criminels !

     

    • #1177105
      le 04/05/2015 par Jojo l’Afreux
      Vers un scénario catastrophe en Syrie ?

      La Russie n’a plus besoin de la Syrie si elle passe un accorde avec la Turquie ou avec la Grèce et la Bulgarie : son problème c’est d’empêcher la construction du gazoduc. Cela dit, aucun officiel Russe n’a annoncé quoique ce soit qui permette de dire que la Russie va se retirer, tout au plus ils ont annoncé installer une base à Chypre et être en discussion avec les Grecs sur ce sujet...
      Assad par contre a déclaré dans ses multiples récentes interview que les frappes américaines étaient inefficaces contre des bandes armés mobiles comme celles de l’EI et que son armée, ainsi que les hommes du Hezbollah, faisaient du bien meilleur travail parce qu’ils intervenaient au sol. Il a déclaré également que les Kurdes étaient mal formés et qu’ils avaient du mal à faire le job et que son régime était toujours solide et pas prêt de tomber même si il avait cédé du terrain aux djihadistes par endroit (ce que de fait on constate vu qu’il n’y a pas plus de combat à Damas ou sur la cote méditerranéenne qu’auparavant)...
      N’oubliez pas que cet article alarmiste a été publié par un quotidien américain et qu’il explique en substance que si les choses continuent comme ça, le baas va tomber, qu’il y aura la charia pour tous et un génocide en Syrie et qu’ensuite les fous de Dieu s’en prendront aux Européens (et à ces malheureux juifs en Israël). Question : est-il possible que le changement de politique d’Obama s’appuie sur ce type d’article catastrophique pour formater l’opinion Américaine en vu d’une intervention au sol par la Turquie ?


    • #1177123
      le 04/05/2015 par Une offre qui ne peut pas refuser.
      Vers un scénario catastrophe en Syrie ?

      Tout à fait surtout que la Syrie est très stratégique pour eux puisque c’est par ce pays qu’ils envisagent de faire acheminer les gazoducs de pétrole Saoudiens en direction de l’ Europe, ce que refuse Bachar el Assad afin que l’ Europe soit toujours dépendante de la Russie et qu’elle refuse éventuellement, un jour d’ entrer en guerre contre elle. D’ où toutes ces morts, tout ce sang versé... C’est pour cela que la question religieuse est en arrière plan, c’est d’ ailleurs pour cela qu’ on fait bien exprès de la mettre en avant, afin que la masse ne comprennent rien .


  • #1177055

    Le conflit en Syrie entre dans une phase finale. Pour saboter l’accord nucléaire avec l’Iran, il convient de liquider Assad et de faire tomber l’Iran dans un traquenard.

     

    • #1177659

      on a beau le répéter, mais je pense que tant que la Russie sera derrière Bachar la Syrie ne tombera pas, où alors à petits feu... mais si Bachar tombe, Poutine est vraiment très très lié à lui, alors là je pense que ça ne rigolera plus du tout et que L’"OURS" sortira les crocs, car Bachar est un homme droit comparé à toutes les marionnettes, attendons voir, l’été sera chaud voire même bouillant je pense, attention à la manipulation ... de tout côté !! quant à L’IRAN attention au piège attention à la provocation, mais l’IRAN est malin mais on va les pousser à bout (false flag) en les accusant de crime pour leur balancer un bon bombardement et ça partira comme ça
      la situation est explosive de part et d’autre dans le monde, je ne vois pas d’autre issue que des massacres ... tristesse, l’avenir nous le dira attention à cet été ....


    • #1177850
      le 05/05/2015 par poison mind
      Vers un scénario catastrophe en Syrie ?

      Il les a déjà sorti depuis longtemps, les BRICS...


  • #1177148
    le 04/05/2015 par gunsbourg
    Vers un scénario catastrophe en Syrie ?

    C’est bizarre ça ne correspond pas aux infos reçues "d’ailleurs" , la Syrie semblant prendre régulièrement le dessus ! C’est curieux , on pourrait croire que la pourriture des décideurs occidentaux a besoin de faire croire à la victoire ... hypothétique pour justifier leurs actions crapuleuses et obtenir appuis, financements et espérer la désolations chez les défenseurs de la Syrie démocratique .

     

    • #1177295
      le 04/05/2015 par Cromwell22
      Vers un scénario catastrophe en Syrie ?

      Excusez-moi de jouer au Caron, mais quelles sont vos sources ? Ça m’intéresse.


    • #1177390
      le 05/05/2015 par ZINOVIEV
      Vers un scénario catastrophe en Syrie ?

      La situation de l’armée syrienne est en effet périlleuse et alarmante dans la mesure où la Syrie nationaliste, aidée des milices civiles diverses, du Liban et autres (arméniens, assyriens, etc) se bat depuis plus de 4 ans maintenant et que la politique sournoise de l’anti-occident sioniste est arrivée à un niveau terrible.
      D’ailleurs, on devrait plutôt etre surpris de la capacité des faction de Daesh à conserver une force de frappe aussi constante.
      Je conseille de suivre les pages FB de la Syrie loyaliste (Christian Syria, Syria news, etc.) pour vous tenir au courant jour après jour de l’avancée de l’armée arabe syrienne et prendre la mesure de la bravoure presque surnaturelle de ce peuple...

      Comme l’a très bien dit Assad je ne sais plus où, contrairement à la France qui a perdu en moins de 8 mois en 1940 et qui donne des leçons de résistance aujourd’hui, cela fait quatre ans que l’armée syrienne et les milices citoyennes loyalistes résistent seuls face aux rebelles islamistes, face à DAESH, face aux embargos économiques, face à l’ingérence turque, face à l’ingérence des services américains, d’ISrael, de l’Arabie saoudite et du Qatar. Prenez juste la mesure de ce fait et constatez à quel point la France est devenu un pays de mauviettes en comparaison.

      En effet, la Russie a des risques géopolitiques directs si elle intervenait. En vérité, il n’y a qu’une seule nation qui a la mission de rétablir la justice de Dieu en Orient : la France...hélas, elle est encore empoisonnée et profondément asservie par un ordre mondial. C’est un fait grave, moins pour la France que pour la République, qui ne s’en sortira pas sans chatiment.


  • #1177486
    le 05/05/2015 par Pierre Ghi
    Vers un scénario catastrophe en Syrie ?

    Vers un passage en force à la Valls.


  • #1179044
    le 06/05/2015 par idrissi ali
    Vers un scénario catastrophe en Syrie ?

    1- la Syrie est alliée de l’Iran, de la Russie et probablement de la Chine. 2- la Russie est l’un des pourvoyeurs en armement avec l’Iran pour Al Assad. 3- IL Y a 3 mois l’Iran n’avait pas encore jugé nécessaire une intervention armée auprès de la Syrie contre les oppresseurs de ce pays qu’elle juge suffisamment capable de contrer les envahisseurs (Daesh, AlQaida et armées libres,....).4- La Russie , elle aussi, n’a pas encore dit son dernier mot bien que certains grands bâtiments de guerre ne sont pas loin des eaux syriennes pour annihiler toute intervention armée contre la Syrie. 5 - Tout le monde est au faîte des balivernes médiatiques de l’Occident visant à détourner la vérité du terrain en ridicule en claironnant la chute très prochaine du régime d’Al Assad. 6- La Chine est pour le clan d’Al Assad.