Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Vive le télétravail ?

Trouvez votre curseur entre sécurité et liberté

 

Le télétravail se développe dans notre société, c’est un fait, et la pandémie de coronavirus va accélérer la tendance. Ceux qui le pratiquent savent ses avantages, qui sont listés dans ce sujet (gain de temps, de concentration, de productivité, baisse du stress), mais aussi ses inconvénients : on se déconnecte d’une entreprise, d’un groupe, on crée une distance qui peut donner lieu à des interprétations négatives dans la relation employé/employeur. On s’éloigne aussi, pour ceux que ça intéresse, du lieu à la fois symbolique et physique du pouvoir. Il est nécessaire de conserver malgré tout un lien organique, pas seulement électronique, avec ses employeurs ou clients.

 

Mais ça, ça vaut pour les salariés en télétravail. La plupart des télétravailleurs aujourd’hui sont des indépendants ou des autoentrepreneurs. Ils travaillent pour des gens qu’ils peuvent « avoir » par téléphone ou par chat, mais pas forcément – voire jamais – de visu. La presse écrite connaît depuis longtemps ce système qui permet de réduire les équipes à un noyau dur incompressible, et de faire tourner autour des travailleurs en orbite qui ne font pas partie de la société mais qui appartiennent à son aire d’activité. On les appelle les pigistes, et ce sont les premiers télétravailleurs. L’accès physique au journal leur est généralement interdit.
Ainsi, les problèmes d’effectifs ou de syndicats sont réduits (on prend ici la position de l’employeur qui veut minimiser les risques dits sociaux). Ils servent quand l’activité est en hausse, et ne servent plus quand elle baisse. On peut dire qu’il s’agit d’une petite armée de réserve du Capital (les chômeurs), ou de variables d’ajustement.

Les télétravailleurs, même en activité, savent que leur activité ne tient qu’à un fil, à l’inverse des travailleurs salariés qui sont sur leur lieu de travail, qu’on pourrait appeler des territoriaux : ils peuvent défendre leur territoire. Il est plus facile de couper ce fil, surtout quand il n’y a pas de protection sociale (les autoentrepreneurs n’en ont quasiment pas), que de virer quelqu’un en CDI de son bureau physique.

 

 

Cette élasticité dont beaucoup rêvent a donc un sérieux revers de la médaille. On gagne en tranquillité de travail ce qu’on perd en sécurité. C’est la loi classique de la relation étrange qui unit sécurité et liberté, que l’on pourrait représenter par un yin/yang ou (n/1-n). Plus de sécurité, moins de liberté ; moins de sécurité, plus de liberté. Chaque individu placé devant la possibilité d’un télétravail doit donc savoir où il se situe sur le curseur sécurité-liberté. S’il veut la sécurité avant tout, alors il devra se diriger – si possible – vers un job en CDI dans la fonction publique. Il sera alors protégé quasiment à 100 % par les lois du travail, malgré le détricotage des néolibéraux au pouvoir depuis presque 20 ans en France (Sarkozy-Hollande-Macron). En revanche, s’il a besoin de liberté à tous points de vue, et surtout s’il supporte cette liberté, alors il pourra opter pour un job à risques... psychosociaux.

Aujourd’hui, il y a deux types de télétravailleurs : ceux qui l’ont choisi (ou qui n’ont pas eu le choix du fait de leur profession par comme les autres), et ceux qui ne l’ont pas choisi, car c’est l’employeur qui l’a décidé. Le système capitaliste actuel, qui a muté depuis Marx, détruit les collectifs sociaux mais aussi les collectifs d’entreprise, c’est-à-dire qu’il privilégie un travailleur isolé dans une structure très hiérarchisée. L’entreprise libérée, pour ceux qui y croient, n’est pas encore la norme, elle reste une utopie. La souplesse (on dit aussi la flexisécurité) est le maître-mot de ce système qui dégraisse à mort les humains jugés en trop, et il est probable que de plus en plus de gens bosseront de chez eux. L’Internet le permet.

 

 

Ce sera alors aux télétravailleurs (de tous les pays) de recréer des collectifs de résistance aux risques psychosociaux qui se présenteront et qui se présentent déjà. Pour exemple, les travailleurs à vélo, ces livreurs qui sillonnent nos villes pour nous apporter des plats chauds, se pensent libres mais ne disposent pas de droits : ils sont libres de travailler 7 jours sur 7 pour gagner leur croûte, libres d’acheter eux-mêmes leur outil de travail, libres de l’entretenir, ainsi que leur corps, libres de ne pas chuter, libres de ne pas se blesser et de ne pas se faire poisser par les flics quand ils roulent à contre-sens ou grillent un feu (les feux leur faisant perdre 30 % de vitesse en moyenne).

Le travailleur de demain, le télétravailleur, devra donc recréer les collectifs éclatés selon de nouvelles horizontalités, contre des employeurs qui ont eux-mêmes disparu ou qui sont en passe de disparaître : les plateformes électroniques qui dictent leur loi aux cyclistes ou aux chauffeurs d’Uber, par exemple, sont l’image même de la dépersonnification de l’employeur, du donneur d’ordres. Il n’y a même plus personne contre qui gueuler !

Dans ce contexte assez inhumain, ou déshumanisé, beaucoup d’individus devront apprendre à travailler dans la solitude (surtout en cas de confinement), dans la précarité, et il sera plus difficile de faire des plans sur la comète (achats de longue durée du type voiture, appartement). De plus, les frileuses banques françaises, pourtant parmi les plus riches du monde (elles possèdent une bonne partie de « notre » dette !), ne prêteront jamais le moindre radis à un télétravailleur, à un précaire, à un autoentrepreneur.

On le dit donc ici : télétravailleurs de tous les secteurs, unissez-vous !

 

 

Et comme par hasard...

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

53 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2407740
    le 14/03/2020 par Meilleur des mondes
    Vive le télétravail ?

    C’est pour le salarié la destruction de la barrière entre le boulot et le privé. A quand des caméras chez soi pour voir si on fait bien le boulot ?

     

    • #2407779
      le 14/03/2020 par mon avis
      Vive le télétravail ?

      Ça marche pas comme ça : vous pointez le matin et le soir, le temps passé entre, est répertorié, et si le travail est bon le client ne se plaint pas, dans le cas contraire...
      Dans la fonction publique, ils vous prêtent un ordinateur qui est donc leur propriété sur lequel vous vous connectez, et vous devez faire vos 8h quotidiennes et pas 7h30.
      Un entrepreneur immobilier m’avait dit "demain tout le monde travaillera chez lui", c’était il y a dix ans, sans bien comprendre alors...
      La question que je me pose aujourd’hui c’est plutôt... pour quel travail ?! Si c’est pour vendre des trucs ou gérer de la paperasse, c’est la mort quoi...
      Mais d’un autre côté, supprimer les 2-3h de voyage quotidiennes, c’est pas rien !


    • #2407797
      le 14/03/2020 par pas dupe
      Vive le télétravail ?

      ça existe déjà !


    • #2407839
      le 14/03/2020 par VIVACHAVEZ
      Vive le télétravail ?

      "Mais d’un autre côté, supprimer les 2-3h de voyage quotidiennes, c’est pas rien !".

      Question trajets, ne nous plaignons pas. Ils se sont énormément raccourcis à certains endroits grâce au progrès. Dans le 93, par exemple, vous faites 10 mètres hors de votre domicile et vous êtes déjà arrivé en Afrique et ceci, sans avoir à payer une agence de voyage ou consommer du carburant à outrance. Il ne faut pas trop en demander quand même.......


    • #2407858
      le 14/03/2020 par mon avis
      Vive le télétravail ?

      Merci pour votre humour noir VIVACHAVEZ...


    • #2408634
      le 15/03/2020 par Paysan
      Vive le télétravail ?

      C est la que je me dis ,certes je suis pas riche, mais j’ai le privilège de faire ce que je veux sur ma ferme agricole
      C est un avantage non négligeable
      Je fais les heures que je veux et basta , C est moi qui gère mon temps et mon travail


    • #2408666
      le 16/03/2020 par Pifou
      Vive le télétravail ?

      Pas besoin. J’ai une position en télétravail (je suis programmeur) et je fais mon boulot, mon employeur est content et continue a me payer.

      Je pointe a la meme heure tous les jours et je quitte presque toujours a la meme heure, quoi que des fois je fasse quelques heures sup pour completer une tache compliquée et que j’ai un bon entrain. Il m’arrive de quitter plus tot le vendredi soir, par exemple parce que j’ai decidé de partir en weekend et mon boss est d’accord.

      Pas besoin de camera, mon boss me fait confiance, je fais mon boulot et je donne le coup de collier quand il faut. Il y a d’autres moyens de jauger de mon activité, comme au niveau de la gestion de versions de mon code.

      Bref, si je commence a glander tous les jours ca se verra et on me demandera des comptes.


  • #2407745
    le 14/03/2020 par torpille
    Vive le télétravail ?

    Quand on vit pour son travail et qu’on a pas d’ami comme moi. Je peux vous dire que je suis bien content de voir du monde au bureau.
    Tant que je peux aller au bureau, j’y vais.

     

    • #2407766
      le 14/03/2020 par frédéric
      Vive le télétravail ?

      Je suis plutôt d’accord avec vous. Gérant d’un eurl je travaille à domicile. J’ai un site internet et les clients me contact par l’intermédiaire de mon site qui "rank" bien sur google. Ensuite ils me font parvenir le travail par la poste, ou le dépose à mon siège social à Paris (une domiciliation).

      Effectivement je fais mes horaires et je "travaille en slip". Mais le contact humain me manque beaucoup.

      Le gros avantage en revanche c’est la suppression totale du stress des transports. Je ne supporte plus les embouteillages, ca me fait littéralement "péter les plombs". J’en suis à me demander comment j’ai supporter ca pendant autant d’années.


    • #2407786
      le 14/03/2020 par Sedetiam
      Vive le télétravail ?

      « Quand on vit pour son travail et qu’on a pas d’ami comme moi. »




      Voilà une phrase qui m’a torpillé...


    • #2407815
      le 14/03/2020 par Sedetiam
      Vive le télétravail ?

      @ frédéric,

      Le contact humain... en slip ? ;-)


    • #2407921
      le 14/03/2020 par VIVACHAVEZ
      Vive le télétravail ?

      "Quand on vit pour son travail et qu’on a pas d’ami comme moi."

      C’est là que l’on voit la richesse de la langue française où une simple virgule peut changer le sens de la phrase. "Qu’on n’a pas d’ami, comme moi" ou "qu’on n’a pas d’ami comme moi" ne signifie pas du tout la même chose. C’est un tort de ne pas s’intéresser plus à cette belle langue. Parfois, le tort tue, et parfois, le tort pille........

      Il y a aussi : "je n’ai pas d’ami comme toi".....

      https://www.google.com/search?clien...


    • #2408014
      le 15/03/2020 par louisette
      Vive le télétravail ?

      Le (télé)travail a bon dos !
      Si vous n’avez pas d’amis c’est que vous ne faites pas l’effort d’en avoir !
      Il faut au moins avoir l’honnêté de le reconnaitre.

      C’est pas facile d’avoir des amis, ca demande de la patiençe,de l’indulgençe : pour supporter leur médiocrité...si possible avec la même désinvolture que vous supportez votre propre médiocrité !
      On parle d’isolement social, mais c’est plutôt de l’égoisme ;du repli sur soi.... il n’y a pas de fatalité dans ce domaine qu’est les relations sociales.


    • #2408113
      le 15/03/2020 par torpille
      Vive le télétravail ?

      @lousiette,
      Je n’ai janais dit le contraire. Je suis égoiste (et pervers narcissique). Je n’aime pas sortir, je ne bois pas, je ne fume pas. Je ne sais pas ou me faire des amis honnêtement.

      Mais ne te méprends pas sur mon méssage. Je ne suis pas à plaindre. Je ne suis simplement pas assez fort pour vivre sans jamais voir personne. C’est pourquoi j’affirme ma préférence pour venir au boulot. Donc nan, le télétravail n’est pas une excuse. C’est pareil pour le chômage (j’en ai fait l’expérience pendant longtemps.)

      @Vivachavez,
      Désolé pour ce petit oubli. Heureusement, tu n’es pas un robot borné et tu as compris le sens voulu. Quel talent !!! bravo.


    • #2408145
      le 15/03/2020 par nonyme
      Vive le télétravail ?

      louisette, le Christ dit "ne jugez pas" : c’est le jugement d’autrui qui est source de repli sur soi, d’égocentrisme... il faut simplement donner, continuellement, par pure générosité, sans juger... pas facile ! Mais c’est là que même les esprits les plus "simples" reconnaissent une certaine valeur et vous écouteront. L’humilité c’est surtout de ne pas se croire au-dessus.

      Robert Nesta, plus connu sous le nom de Bob Marley, qui était très croyant (église anglicane car la Jamaïque est une ancienne colonie britannique, à laquelle il se rendait tout jeune avec sa mère tous les dimanches), chantait son premier single "JUDGE NOT", c’était en 1962 (trois avant l’indépendance de l’île) à l’âge de 17 ans (dans le style "ska" de l’époque) :
      - https://www.youtube.com/watch?v=p9M...


    • #2408175
      le 15/03/2020 par ben voyons
      Vive le télétravail ?

      louisette, tout à fait, il n’y a pas de délitement du lien social en France. :) Quand on veut on peut :)
      De même pour trouver du travail, il suffit juste de traverser la rue :)


  • #2407748
    le 14/03/2020 par Sedetiam
    Vive le télétravail ?

    Il est plus facile de couper ce fil, surtout quand il n’y a pas de protection sociale (les autoentrepreneurs n’en ont quasiment pas), que de virer quelqu’un en CDI de son bureau physique.



    Je connais un gonze, chef d’atelier depuis des lustres, 35 ans de boîte depuis les postes subalternes, qui a été convoqué suite à une restructuration de la hiérarchie, qui est parti de l’usine, avec ses clous, sur le champ, sans même pouvoir dire au revoir à son équipe : pour faute (x). Vous me direz,que titulaire d’un CDI de longue, il va se rendre au conseil de prud’hommes.
    La holding en question qui a l’habitude de l’opération, si tant est que soit demandés (pour l’exemple) 70 000€, va se pointer avec son chéquier avant même le début des hostilités et le gars va repartir avec 45 000€* : ni bonjour, ni au revoir, ni merde, ni flûte, ni zut, sept minutes chrono ; suivant...
    C’est tous les jours, ici et là, en haut en bas, à droite comme à gauche.
    Il n’y a qu’à voir comment ils ont « étouffé » Édouard Martin, syndicaliste (à priori intouchable donc) : "No pasarán !"
    Ah ouais ? Et une petite place de député européen, cela ira pour faire le Bernardo ?
    Fin du ban.

    * plutôt que de courir le risque de perdre.


  • #2407760
    le 14/03/2020 par Ted
    Vive le télétravail ?

    Le télétravail a aussi un inconvénient négatif sur la santé dont on ne parle jamais : l’aggravation de la sédentarité. Parce que mine de rien, le fait de se rendre au boulot implique des efforts physiques (marche pour accéder aux moyens de transports ou en revenir, marche dans les locaux de l’entreprise pour accéder à notre bureau, marche jusqu’à la cantine/machine à café/photocopieuse/salle de réunion ou pour aller voir un collègue dans un autre bureau...), alors que les télétravailleurs ne feront que quelques mètres par jour dans leurs appart’/maison, en gros pour aller faire à manger dans leur cuisine ou satisfaire un besoin naturel.

    C’était bien la peine que la société me critique depuis tout petit pour mon goût des jeux vidéos en utilisant ce même argument de sédentarité pour au final promouvoir le télétravail pour tous. Du coup, je me fais plaisir en vous rebalançant ce qu’on m’a toujours dit (et qui n’est pas faux) : "si vous restez toute la journée le cul sur votre siège, devant un écran et sans jamais sortir de chez vous, vous allez devenir des loques humaines". Sans parler des conséquences sur le moral du cocktail explosif absence d’effort physique + isolement social : gros risque de dépression en perspective.

    Moi j’ai calculé que je marchais en moyenne 5km par jour travaillé (en additionnant trajet-aller, marche dans les locaux pour aller voir des collèges ou pour aller déjeuner, trajet-retour) et pour rien au monde je n’accepterai le télétravail et ses 5 mètres par jour seul chez soi.

     

    • #2407805
      le 14/03/2020 par Sedetiam
      Vive le télétravail ?

      Vous avez raison sur ce point qui relève de la discipline personnelle, lorsqu’il échappe à l’obligation (de trajet) : rien n’empêche les télétravailleurs de s’octroyer un instant de « détente » avec une bonne musique ou un film afin de l’appliquer à ce temps de pause pour parfaire les leçons du major Gérald, du 1er RE, à Aubagne. Le gaillard - comme d’autres encore - préconise 20 minutes la séance (dans votre salon, sur votre balcon ou dans votre jardin) lorsque les transports parisiens vous offrent deux à trois heures de trajet de misère par jour, en pleine promiscuité aux heures de pointe, lorsque vous habitez en banlieue : plus la coupure du repas ? Sans parler des grèves et retards... Nous voici à quatre heures dans le vent, à des heures indues sous des climats de chiens, parfois.

      L’avantage d’être chez soi est de pouvoir de surcroît, vous imposer le régime alimentaire que vous souhaitez plutôt que de subir celui de la cantine ou du resto du coin.
      Sans parler de la petite sieste de 20 minutes (crapuleuse ?)
      Et là, au moins, pas de Coronavirus et tutti quanti !
      Mais c’est, je le crois, le point faible du salarié qui vaut paradoxe : que de devoir se discipliner tout seul ; auquel cas contraire il ne le serait (peut-être) pas...
      Mais il est sûr qu’en pareil cas, à contrario de @torpille, mieux vaut aussi avoir des potes, des voisins de qualité ou des amis : voire une famille nucléaire qui tienne la route et dont les cercles concentriques ne soient pas trop éloignés et agréables. Car comme le caricaturait à merveille Fernand Raynaud : « Vous, la belle-mère... »


    • #2407843
      le 14/03/2020 par VIVACHAVEZ
      Vive le télétravail ?

      "pour rien au monde je n’accepterai le télétravail et ses 5 mètres par jour seul chez soi."

      Ce doit être terrible de vivre dans un logement aussi petit.....


  • #2407767
    le 14/03/2020 par JLD
    Vive le télétravail ?

    J’ai été salarié, mais j’ai aussi été travailleur indépendant... C’est vrai qu’en tant qu’indépendant, il est beaucoup plus difficile de demander un prêt bancaire. Mais, est-ce une mauvaise chose que de ne pas avoir de crédit à rembourser et donc vivre selon ses moyens ? C’est la question.

     

    • #2407832
      le 14/03/2020 par mon avis II
      Vive le télétravail ?

      Si tu veux être proprio faut passer par un crédit, sauf gros héritage ! Et si on veut des gosses vaut mieux être proprio ! Même pour trouver une location vaut mieux un CDI !

      Ce que je vois c’est qu’on est de plus en plus livré à nous-mêmes, chacun pour soi, pour beaucoup système D, la démerde, la précarité... à défaut de vraie politique économique qui on l’a compris n’est pas à l’ordre du jour.

      La seule condition d’avoir un ordi et une connexion risquent de ne pas suffire au besoin de SENS de toute une nation, c’est ça le problème.
      Tout est virtualisé de plus en plus, fragmenté, et jouer la démerde c’est marrant quand t’es jeune, mais on va pas pouvoir faire livreur Deliveroo à 65 balais.

      On assiste à une déliquescence de la valeur travail, de la qualité même du travail en ce qu’il apporte en terme d’épanouissement aux personnes - question laissée totalement de côté -,
      sous couvert de "progrès", de "liberté"... Liberté de s’enfoncer oui !

      Il faut aussi prendre en compte l’aspect "automatisation" qui va supprimer pas mal de jobs : ne resterons que les plus aguerris physiquement et/ou les mieux lôtis au niveau diplôme qui pourront apporter une vraie plue-value... Les tire-au-flancs qui prennent cette évolution à la légère seront vite écartés, par "sélection naturelle" comme on aime dire, avec la complicité silencieuse d’un État de plus en plus absent.

      Donc dans ces conditions de précariat généralisé - de "progrès" pour d’autres - la question va déjà être de survivre, alors que dans les Trente glorieuses, la question était plutôt "chérie, tu veux combien d’enfants ?"

      Pour moi, si on veut à la fois combiner valeurs, sens, liberté et sécurité : il faut s’occuper de nos vieux ! La France vieillit, beaucoup de nos personnes âgées galèrent, personne n’y fait attention (ils sont d’un autre temps), beaucoup sont contraints d’aller en Ehpad, sont un poids pour leur famille : donc on peut très bien imaginer servir d’alternative en quelque sorte.
      Et ils auront sans doute beaucoup à nous apprendre en retour.

      Bref, pour moi il faut s’occuper des plus faibles d’entre nous. Ça c’est un vrai travail social qui est reconnu et rémunéré, alors go !

      C’est ça ou servir le marché des "biens de consommation" si on y réfléchit bien, désincarné et non épanouissant.
      Retisser le lien générationnel et remettre le "vieux" à sa place de sage et de guide, en haut de la pyramide sociale, pourrait être bénéfique pour les deux parties dans une ÉCONOMIE DU DON !


    • #2408022
      le 15/03/2020 par KayaB
      Vive le télétravail ?

      Par quel miracle la personne agée serait-elle "un sage et un guide" ?
      Quasiment plus personne n’a d’expérience de vie valable à partager...ou de sagesse acquise à transmettre.
      La société actuelle n’a plus aucune commune mesure avec la société traditionelle.

      Il y a bien longtemps que nous avons abandonné l’empirisme pour la technique, le scientisme.
      Quand aux rapports sociaux, ils sont codifiés selon des normes et techniques qui n’existaient même pas il y a encore 20 ans.

      Vous devez connaitre la phrase, mais "si l’on devait appeler sage tout ce qui a une barbe blanche, on devrait alors aussi se fier aux chèvres. ".
      Il y a une réele injustice envers la vieilesse dans les sociétés dites "developpées" mais cette approche de l’ancien comme source de sagesse est obsolète dans la plupart des cas.

      En quoi un ouvrier qualifié, un employé de bureau ou autre retraité urbain ou peri-urbain de 70 ans+ est il sage ?
      Il n’a connu en gros que la société de consommation, la politique, la religion, et pour ainsi dire, nous en avons fait le tour de ces sujets.

      Quand à l’expérience ou à la tradition où sont elle ? Où sont les lectures, les paraboles,la sagesse populaire,mythes,légendes, et surtout la transmission orale chez nos nouveaux "anciens" ?!
      Qu’on t’il a raconter qu’une requête "google" ne vous procure de façon claire et concise en 3 min ?


    • #2408179
      le 15/03/2020 par mon avis III
      Vive le télétravail ?

      KayaB l’expérience de vie tout simplement. J’espère pour vous que vous apprenez un peu tous les jours... L’esprit français transcende le progressisme. On voit bien que cette réunion des Gilets jaunes s’est faite d’un commun accord, par l’esprit, et un jour ça a explosé : c’est ça l’expérience, délier la vérité du mensonge, l’esprit de l’idéologie, et ensuite pouvoir en avertir les jeunes générations pour leur faire gagner du temps, leur indiquer l’essentiel.
      On peut toujours apprendre de l’histoire d’un vécu à condition de renouer le dialogue.
      Le fait de mettre à la casse des vieux parce qu’ils sont seuls et isolés et qu’ils ne suivent pas le mouv c’est une société malade reconnaissez-le.


    • #2408982
      le 16/03/2020 par paramesh
      Vive le télétravail ?

      Qu’on t’il a raconter qu’une requête "google" ne vous procure de façon claire et concise en 3 min ?




      internet n’est pas la panacée, ce n’est qu’une encyclopédie. et l’expérience ça ne se raconte pas en 3minutes. je pourrais t’apprendre des milliers de choses qui ne sont pas sur internet ou d’une façon si détournée que je te défie de les y retrouver par toi même. internet n’apprend ni à vivre ni à éviter les conneries, les anciens le peuvent quand ils ont gardé toute leur tête (et ça , par les temps qui courent, je suis d’accord, c’est maintenant loin d’être gagné quand on pense que l’art d’être grand père (ou grand mère) n’est plus une vocation tout comme les femmes qui ne veulent plus faire de gosses etc...


  • #2407783
    le 14/03/2020 par FRANCE LIBERTE
    Vive le télétravail ?

    C’est la pire des choses qui puisse arriver ( sauf exception bien sûr : ecrivain, artiste peintre, sculpteur .... !...)
    Déjà que la société de consommation et la "libération" ( plutôt la mise à l’esclavage ) de la femme a fait éclater la famille traditionnelle avec ça c’est l’isolement total.
    Bonjour les suicides et les hôpitaux psychiatriques !


  • #2407787
    le 14/03/2020 par TeddyTed
    Vive le télétravail ?

    Au-delà du télétravail, le confinement à la maison des salariés peut avoir un effet salutaire (parmi d’autres) : celui d’en REVEILLER certains. Beaucoup de gens vont s’apercevoir - et notamment ceux qui font un travail "intellectuel" - qu’ils ont un job de merde (disons fumeux), et qu’ils sont finalement inutiles à la société...
    En effet plus les emplois de bureau (services, consulting, fonction publique...) sont nombreux dans un pays, mieux les économistes notent son « niveau de développement ». Paradoxal, tant le modèle semble atteindre ses limites ! Réfléchir au sens de la valeur travail devrait faire du bien à pas mal de monde :)

     

    • #2407813
      le 14/03/2020 par Sedetiam
      Vive le télétravail ?

      Pourriez-vous, s’il vous plaît et à l’occasion, spécifier ce que vous entendez particulièrement par travail « intellectuel » ?


  • #2407795
    le 14/03/2020 par Fais pas ton Dajana Pospiš
    Vive le télétravail ?

    Vivement la télédrague pour finir en télébaise et enfin en téléséparation, en télédépression , puis télésuicide
    La vie informatique c’est génial

     

    • #2407819
      le 14/03/2020 par Sedetiam
      Vive le télétravail ?

      ... pour commenter, ce n’est pas mal.
      _ ;-)


    • #2408090
      le 15/03/2020 par Fais pas ton Dajana Pospiš
      Vive le télétravail ?

      Exact camarade ,mais c’était pour faire un trait d’humour dans se monde hyper connecté
      Le Bistrot, la belote, le baby-foot, la partie de pétanque , la terrasse et le parasol , les repas entre potes ... c’était quand même mieux
      Cordialement


    • #2408109
      le 15/03/2020 par Espèce de guignol
      Vive le télétravail ?

      Moi j’me suis directement marié avec mon ordinateur, on a fait notre voyage de noce sur Google maps ,et on vit des jours heureux
      Et on a même adopté une souris , un disque dur et deux clefs USB non genré-e-s


  • #2407796
    le 14/03/2020 par abcd
    Vive le télétravail ?

    À l’heure où l’on entend parler de plus en plus de "burn out", de pression hiérarchique, à la recherche du "chiffre" et à la mise en place de la concurrence entre collègues, le télétravail représente pour moi l’esclavagisme salarial atteignant son apogée.
    Je ne parle pas du travailleur indépendant ou de l’écrivain par exemple.
    Mais le salarié, qui avait jusqu’à maintenant le droit de s’occuper de lui, de sa famille, de se reposer, de se déconnecter, en rentrant chez lui, tout ceci disparaît du moment où son chez soi devient son lieu de travail.
    Il y a déjà de graves problèmes concernant la famille, l’entraide, l’éducation, de rapport humain en France. La présence de la "machine à travail " au sein de son foyer n’est pas prêt d’arranger les choses, et permet de plus en plus l’aliénation des gens.
    Je trouve qu’il y a de plus en plus cette mode du "chez soi" dans divers domaines de la société.
    Dans ses cas là, c’est la disparition claire et nette de la société dite sociale, car dû moment où l’individualisme devient légion et balaye le collectif, l’idée même de maintenir en place une forme de société voir même d’État devient utopique.
    C’est le retour de la "bête sauvage", celle qui reste dans sa grotte et pointe le bout de son nez uniquement pour bouffé.
    Franchement je ne vois pas quelle union il peut y avoir dû moment où le "moi", "mon", devient un art de vivre.
    Je suis entièrement pour la liberté individuelle, mais je ne vois vraiment pas comment une société peut devenir forte sans collectif. C’est par le collectif que l’homme est passé du "chasseur cueilleur " à la vie en société.
    C’est un pas en avant vers la mondialisation.
    Après je suis peut être trop con pour comprendre, moi je dois pointer pour aller bosser. Et on nous rabâche constamment le sacrifice pour sauver notre boutique...
    N’oubliez jamais que derrière les écrans, il y a des milions d’hommes et de femmes qui transpirent, qui réalisent.
    Pour moi, le travail, c’est comme à l’armée : le terrain, rien que le terrain !
    Les théories et le virtuel : STOP.

     

    • #2408467
      le 15/03/2020 par Robin
      Vive le télétravail ?

      Là où c’est encore possible, tout est une question de discipline.
      Je bosse de chez moi depuis 6 ans, salarié d’une grande boite informatique et ayant des heures précises où je dois être joignable. En dehors de ça, je suis tranquille, ne dois rien à mon employeur et ne bossant que 45h par semaine j’ai plein de temps libre pour la maison, la cuisine et les enfants.
      Compartimenter est la clé pour éviter le stress, ne pas brouiller la frontière entre travail et vie privée, etc.
      J’ai bien conscience d’être mieux loti que beaucoup de "télétravailleurs" notamment ceux bossant à leur compte, mais tout n’est pas noir :)


    • #2408469
      le 15/03/2020 par Robin
      Vive le télétravail ?

      Là où c’est encore possible, tout est une question de discipline.
      Je bosse de chez moi depuis 6 ans, salarié d’une grande boite informatique et ayant des heures précises où je dois être joignable. En dehors de ça, je suis tranquille, ne dois rien à mon employeur et ne bossant que 45h par semaine j’ai plein de temps libre pour la maison, la cuisine et les enfants.
      Compartimenter est la clé pour éviter le stress, ne pas brouiller la frontière entre travail et vie privée, etc.
      J’ai bien conscience d’être mieux loti que beaucoup de "télétravailleurs" notamment ceux bossant à leur compte, mais tout n’est pas noir :)


  • #2407824
    le 14/03/2020 par Anonyme
    Vive le télétravail ?

    C’est super le télétravail.


  • #2407851
    le 14/03/2020 par Pierre hilaire
    Vive le télétravail ?

    C’est bien...
    Mon travail consiste à nettoyer les hottes de cuisine, je fais comment pour télé travailler au karcher ?
    Soulever des parpaings, soigner les gens, taper sur les gilets jaunes. Pas applicable.
    Pour ceux qui restent le cul vissé sur une chaise pendant 7h en guise de travail, ok, c’est ptete cool pour eux.
    J’avoue ne pas avoir les chiffres au moment ou j’ecris ceci, mais je doute que cela concerne 70% des français. Ni même 50, maos ci possible !

     

    • #2408121
      le 15/03/2020 par Agriculteur tranquille
      Vive le télétravail ?

      Moi j’attends l’application tracteur, semi, ramasse des œufs, élagage, et maraîchage
      Je vais pouvoir rester au chaud devant ma cheminée en slip


    • #2408363
      le 15/03/2020 par KNB
      Vive le télétravail ?

      @Agriculteur tranquille

      Le plus cocasse c’est que les programmes de guidage de tracteurs par satellite pour labours/semis/épandages existent déjà et ont peut-être été codés par des mecs en slip devant leur cheminée ...


    • #2408595
      le 15/03/2020 par Agriculteur tranquille
      Vive le télétravail ?

      @KNB
      Oui mais c’est des tracteurs que je n’aurais jamais,et qui coûte le prix de toute mon exploitation
      Si tu voyais le coût total de ce que l’on me propose pour mon exploit, hectares, bâtiments et ferme, j’ai honte de le dire, tellement c’est ridicule
      Alors que j’ai encore un crédit dessus
      Bon. il me reste l’humour, et ma femme et mes gosses (et mon crédit )
      Heureusement ...je suis plutôt heureux
      Y’a pire que moi


    • #2408668
      le 16/03/2020 par Pifou
      Vive le télétravail ?

      On parle de teletravail pour les emplois de bureau et meme l’enseignement.

      Dans ton type d’emploi, y’a pas le choix. Mais si tous ceux qui peuvent teletravailler le font, toi le prestataire de services verra que le trafic sur les routes diminue de facon spectactulaire. Tu verras aussi le prix de l’essence diminuer.

      Tu auras aussi la possibilité de travailler chez des particuliers qui pourront te recevoir chez eux a n’importe quelle heure et jour de la semaine au lieu de te rencarder le seul jour ou ils pourront.


  • #2407871
    le 14/03/2020 par Sermanu
    Vive le télétravail ?

    Oui, vive le télétravail... C’est un témoignage évidemment lié à mon caractère ainsi qu’à mes différents jobs. Ils ont tj partagés temps de rencontre avec les gens, et temps de préparation ou restitution...

    Bref, tout ce qui pouvait se faire coincé dans un bureau à 40km de chez moi se fait chez moi...

    Ça fait 35 ans que je télétravaille.

    Disons qu’au début de ma carrière je préparais mon taf sur papier, l’informatique n’étant pas encore un moyen d’organiser mon travail...

    Quand j’ai changé de métier, contraint, j’ai eu peur à un moment de devoir pointer dans la métropole quotiennement pour taffer. Je l’ai un temps expérimenté, et puis, je re-télétravaille dès que je le peux. Le télétravail c’est pas forcément tout face à l’écran.

    Je suis plus efficace puissance mille.
    Je suis plus décontracté.
    Mon temps autour du boulot est plus important et mon temps au boulot mieux valorisé.
    J’évite les gnangnan, les cancans les multiples pauses sucrerie, les regards multiples à travers les ouvertures multiples vers mon bureau...
    Je n’entends pas mon collègue parler au téléphone de sujets plus ou moins perso quand j’ai besoin de me concentrer.
    Je n’entends plus ni les talons des femmes taper le sol quand elles se rendent à la photocopieuse ou aux toilettes, ni les éclats de voix, ni les infos nécrologiques, ni les rires irritants...
    Je m’épargne aussi 1h30 à 2h de trajets entre routes départementales et bouchons sur périph. Fondamental....
    Je dépense moins en diesel...
    Je mange mieux et je sors pour marcher ou courir plus facilement.

    Heureusement, je croise des collègues en réunion ou des vrais gens lors des missions qui me sont assignées.

    Je suis comme le boucher, le boulanger qui dors au dessus de la boutique.

    J’en suis ravi...


  • #2407872
    le 14/03/2020 par Pitt68
    Vive le télétravail ?

    La preuve que la société française se dirige vers des marchés tertiaires, de service, et du sav...

     

    • #2408040
      le 15/03/2020 par fajs
      Vive le télétravail ?

      C’est un truisme ! Il ne reste plus rien de l’industrie française !
      Ils l’ont tué dans les années 80 en abandonnant la machine outils.
      [ il ne reste que des emplois de gonzesse pour les vapoteurs ou le BTP ]


  • #2407874
    le 14/03/2020 par GERARD R.
    Vive le télétravail ?

    Vieux dicton : les absents au travail ou ailleurs, ont toujours tort. À force de ne plus être vu par vos collègues, par la hiérarchie, vous finissez d’exister. À bon entendeur, salut !


  • #2407929
    le 14/03/2020 par Mandark
    Vive le télétravail ?

    N’oublions pas que certains personnes isolées socialement n’ont parfois que la compagnie de leurs collègues de travail...

     

    • #2409036
      le 16/03/2020 par Pifou
      Vive le télétravail ?

      Il y a d’autres moyens d’avoir une vie sociale : joindre un club, une assoce, prendre son telephone et appeler ses amis et sa famille, les rencarder pour une petite bouffe, etc... etc...


  • #2407968
    le 14/03/2020 par KNB
    Vive le télétravail ?

    Je réalise une grande partie de mon travail sur ordinateur, et personnellement le télétravail à été une véritable libération.
    Fini les horaires inflexibles, j’organise mon temps comme je le souhaite. Et du moment que les objectifs sont remplis, personne n’a rien à me dire si je décide de me lever à 11h parce que j’ai du sommeil en retard, que je décide d’aller me promener avec mon chien pendant 1h pour prendre l’air ou que je dois aller à la poste récupérer un colis.
    Plus besoin de quitter mon poste de travail et interrompre mes taches pour boire un café ou me griller une clope.
    Plus de bruits de couloirs parasites.
    Plus de réunions hebdomadaires inutiles où l’on perd 2h à écouter untel ou untel palabrer, quand c’est pas pour raconter ses dernières vacances ... On échange par mails, les mots sont mieux choisis et les idées mieux réfléchies.
    J’adore mon travail, mais j’ai compris qu’avoir des horaires, des obligations sociales vis à vis de lui, c’est en être esclave et être aliéné. En tant qu’individu, ma vie ne tourne pas autour du boulot, je n’y suis pas soumis et je ne me définis pas par rapport à lui. Il me permet avant tout de régler les factures et de me payer des moments de loisirs qui eux sont ma véritable source d’épanouissement.

     

  • #2408061
    le 15/03/2020 par paramesh
    Vive le télétravail ?

    le télétravail c’est comme la connexion internet, tant que ça marche tu ne vois pas le problème mais dès qu’il y a une couille et que tu essaies de joindre la hotline ou le service client tu t’aperçois vite que tu n’es qu’une merde sans intérêt dès que tu ne rentres plus dans le format standard. (pareil pour les impôts maintenant, ton seul interlocuteur est une machine qui ne répond que par oui ou non).


  • #2408117
    le 15/03/2020 par Macrona virus
    Vive le télétravail ?

    "Le télétravail rend libre", ça se dit comment en allemand ?


  • #2408911
    le 16/03/2020 par Rusty James
    Vive le télétravail ?

    Celui qui a ecrit cet article doit vivre dans le 19e siecle. La flexibilite du travail va se developper et c’est tres reducteur d’y voir la main de l’affreux capitaliste banquier assoife de sang derriere cette evolution. Il y a une raison naturelle en raison de l’evolution de la technologie et de la reduction d’impression de papier pour les metiers tertiaires. C’est idiot de dire que la seule motivation du patron a imposer le teletravail est de faciliter le licenciement d’une personne. Il est aussi facile de licencier une personne qu’elle travaille dans un bureau ou a son domicile.
    La flexibilite se developpe egalement parceque l’immobilier de bureau est une charge fixe qui augmente et pese dans les comptes d’une societe, surtout d’une PME avec tout son cortege de taxes
    La flexibilite peut etre une formule gagnante pour employeurs et employes dans la mesure ou un employe peut travailler 20/30 % de son temps a la maison. C’ette une organisation qu’il faut repenser et une communication a revoir. Cela implique que la societe a fait les bons choix en terme de systeme d’information et ERP. Si une societe travaille avec des systemes hybrides par departements. Le teletravail ne fonctionnera pas
    Si le teletravail donne l’opportunite aux personnes de travailler a leur compte, cela peut donner des moyens de creer des organisations alternatives et moyens de resistance au systeme plus important


  • #2409115
    le 16/03/2020 par PeriF
    Vive le télétravail ?

    Pour être en télétravail je ne trouve pas ça top, ça a beaucoup d’avantage c’est certain mais je ne sais pas...
    L’environnement compte beaucoup, et même si j’aime ce que je fais, je préfère avoir un "cadre" qui me rappelle le travail... là j’ai clairement moins de motivation à bosser de chez moi. Je rejoins un peu les commentaires qui parlent d’intrusion dans la vie privée.


Commentaires suivants