Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Vladimir Poutine, homme providentiel

Vétché et mir ont longtemps su conjuguer leur tropisme égalitaire agraire avec les desseins autocrates des royaumes et Tsars de Russie. Mais cette insolite alchimie entre régimes princiers et systèmes démocratiques engendra fatalement quelques révolutions qui accouchèrent ensuite d’un communisme travesti. Ce bolchevisme aux velléités dictatoriales n’est ainsi pas tombé des cieux marxiens. L’Histoire est plus complexe que certains catéchismes l’affirment. Difficile de pénétrer la maïeutique slave.

Le peuple russe a toujours témoigné d’une singulière virilité d’âme. Il n’y a que notre ignorance gavée de Far West pour désavouer ce que, un siècle durant, il a pu endurer. Un « siècle rouge sang » se consumant entre conflagrations, famines et purges outrancières – à commencer par leur Grande Guerre patriotique, occasionnant plus de victimes que dans toutes les autres nations, soit vingt-cinq-millions. Un cycle mortifère donc, gangrenant un pays et un pouvoir jusqu’à les rendre récemment vulnérables au pire des capitalismes. Ou comment la déchéance d’un communisme frelaté s’est échouée dans les marécages du libéralisme. Dans les années 90, l’État fut ainsi vendu aux plus offrants, autrement dit à quelques affairistes n’ayant que faire de patrimoine, de culture ou d’identité, au point que près de cinq-millions de km² de territoire et cinquante-millions de citoyens se sont disséminés en indépendances occidentales. Cette Russie en pâture s’est ensuite effondrée jusqu’à produire plus de cercueils que de berceaux. Qui pour se soucier d’une telle agonie ?

Notre Occident exalté par ses philanthropies libérales et ivre de ses arrogances capitaleuses minaudait alors dans une insolente indifférence. Faut dire que notre Europe, pourtant contiguë aux terres russes, a toujours préféré se westerniser que se soviétiser. L’absolue antithèse d’un Cuba.

Qui donc pour croire encore que le plus vaste pays au monde puisse saillir d’une telle hécatombe ? Souveraineté souillée, hégémonie décomposée, économie débridée, église moribonde et armée ruinée ; toute une civilisation semblant s’achever au bout de son millénaire...

Un homme cependant refusa d’entendre sonner le glas de sa patrie. Vladimir Poutine. Cet homme envisagea même un audacieux projet pour replacer son pays au centre de l’échiquier mondial…

 

Quinze années passées à des postes subalternes

 

Néanmoins, rien ne semblait présager cette ambition prométhéenne. En effet, il évolua d’abord, dans les années 80, au sein du KGB comme petit lieutenant-colonel affecté à des rapports n’intéressant presque personne ; puis, la décennie suivante, après avoir été l’assistant du nouveau maire de Leningrad, Anatoly Sobchak, et celui de l’économiste Anatoli Tchoubaïs au Kremlin et, avant d’être promu par Boris Eltsine Premier ministre – d’un gouvernement en décrépitude –, il devint l’éphémère directeur d’un FSB (service fédéral de sécurité) tournant alors à vide. Ainsi, en 1999, Poutine possède peu d’expérience politique et seulement trois ans de métier au sein de la haute administration. Il n’a aucun parti derrière lui.

Il rédige malgré tout une synthèse politique particulièrement avisée, intitulée « Sur la Russie au tournant du millénaire », dans laquelle il cherche résolument à en finir avec cet État mafieux détruisant son pays depuis plus de dix ans. Il y constate, dans un premier temps, l’abondante recrudescence de marchés noirs, de crimes organisés, d’alcoolisme, de toxicomanie et de prostitution ; il y souligne ensuite la banqueroute de son économie obnubilée par le développement de matières premières et de défense, n’intéressant de la sorte plus aucuns investisseurs étrangers, et reléguant la production de biens de consommation et de services au rang des superflus.

« Les problèmes sont le résultat de nos propres erreurs », insiste-t-il. « Le communisme a démontré avec éclat son incapacité à générer un développement autonome et sain, en condamnant notre pays à être toujours à la traîne des pays économiquement développés. […] Faut-il une nouvelle révolution dans ce pays qui en a tant connu ? Seuls des fanatiques ou des forces politiques indifférentes à la Russie et à son peuple peuvent appeler à une nouvelle révolution. […] Notre avenir dépend de notre capacité à combiner les principes universels de l’économie de marché et de la démocratie avec les réalités russes. »

Poutine prône une voie nationale pour relancer la croissance économique. Excluant tout recours à la force et s’appuyant sur la cohésion sociale d’un peuple ne demandant qu’à recouvrer stabilité, confiance et fierté, il considère qu’un État fort mais pas totalitaire serait l’outil adéquat pour coordonner le rétablissement de la Russie. Il parle alors de « consensus social volontaire ». En outre, il souhaite unifier les valeurs traditionnelles russes aux valeurs humanistes universelles et créer ainsi un climat approprié pour les investisseurs étrangers.

Mais, il a beau avoir échafaudé un programme salvateur pour son pays, il n’est alors qu’un énième premier ministre de Boris Eltsine (le cinquième en dix-sept mois), et la population russe n’a que faire de lui : en août 1999, seulement 1% des citoyens accordent du crédit à cet austère inconnu.

 

« Nous irons buter les terroristes jusque dans les chiottes »

 

Toutefois la donne va être brutalement bouleversée par une série d’attentats faisant plus de trois-cent morts et un millier de blessés. En effet, le terrorisme islamiste répand cet été-là un climat de peur sans commune mesure. Cela débute le 04 août à Bouïnaksk, dans le Daghestan, une voiture piégée terrasse 64 personnes et en mutile plus de 130 ; cinq jours plus tard, dans un immeuble de Moscou, 400 kg d’explosifs déciment 94 Russes et laissent 249 blessés ; le 13 août un autre immeuble de la capitale engloutit 118 résidents et en meurtrit 200 ; le 16 septembre c’est cette fois-ci un camion piégé à Volgodonsk qui exterminera 17 piétons et en estropiera 69.

Rappelons qu’en juin 1995, l’effroyable prise d’otages dans l’hôpital de Boudionnovsk s’acheva en véritable boucherie avec des centaines de victimes, ce qui avait alors passablement traumatisé une population déjà démoralisée par la dureté des conditions économiques du moment. Autant dire que les émanations de terreur dans lesquelles baigne la Russie en 1999 furent quasi providentielles pour un homme résolu et vigilant comme Poutine. Certains, comme Hélène Blanc, iront même jusqu’à prétendre que l’ancien chef du FSB orchestra ces attentats pour entamer sa guerre dans le Nord-Caucase. Le complotisme avait déjà vocation universelle…

La Tchétchénie a toujours été un virulent ennemi travaillé par le ferment islamiste ; et la laisser ainsi exprimer son antagonisme révoquait indiscutablement la souveraineté russe.

« Lorsque le pouvoir fait preuve d’indécision, le peuple ne lui pardonne pas. » Poutine l’a très bien compris et va apporter sa solution. Elle est radicale. Les citoyens découvrent alors un homme à la politesse à la fois racée et virile, qui dit ce qu’il va faire et fait ce qu’il a dit. Dès la fin de l’été l’armée russe empiète sur le Daghestan avant de pénétrer en Tchétchénie…

C’est une guerre impitoyable, rassurant d’autant plus les Russes qu’elle propulse en à peine quatre mois Poutine au sommet du Kremlin. C’est certainement dans cette détermination drastique que le peuple slave a trouvé un écho à sa force d’âme constitutive. Comme une colère à la fois exacerbée et contrôlée…

Le 26 mars 2000, Poutine est élu président au premier tour avec 52,52% des suffrages.

Lire la suite de l’article sur diktacratie.com

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1269088
    le 15/09/2015 par bourdieusien
    Vladimir Poutine, homme providentiel

    Vladimir "jusque dans les chiotte" Poutine c’est l’Homme politique de ce début de millénaire....

    Les autres (Bush, Sarko, Merkel, etc) ne sont que des agents... c’est à dire remplaceable.

    Poutine est authentiquement irremplacable.


  • #1269094

    Il va être la clé de sortie en Syrie et de tout ce qui en découle le plus vite sera le mieux


  • #1269111
    le 15/09/2015 par nini
    Vladimir Poutine, homme providentiel

    "Souveraineté souillée, hégémonie décomposée, économie débridée, église moribonde et armée ruinée". J’ai cru un instant que l’auteur parlait de la France actuelle...


  • #1269143

    Attention à ne pas tomber dans le "pro-poutinisme" aveugle. Poutine est un allié de circonstance. C’est un redoutable dirigeant avec lequel nous partageons des intérêts communs, mais pas complètement.

     

    • #1269254
      le 15/09/2015 par francky
      Vladimir Poutine, homme providentiel

      Comme disait Churchill : "L’Angleterre n’a ni ami, ni ennemi, elle n’a que des intérêts..."
      C’est exactement ce que doit penser Poutine pour la Russie et qu’un président digne de ce nom devrait penser pour la France... Mais ça c’était avant !!! (ben oui la pub de tps en tps ça sert, qd on ne sait pas comment terminer sa phrase... Lol)


    • #1269657
      le 15/09/2015 par Michael B.
      Vladimir Poutine, homme providentiel

      Voilà pourquoi il vous faut un équivalent Français à M. Poutine.
      On ne peut pas en vouloir à celui-ci de jouer les intérêts de son pays. Ce que je pense en tout cas, c’est qu’il ne fera pas autant de mal que les Etats-Unis...


  • #1269168
    le 15/09/2015 par oemer
    Vladimir Poutine, homme providentiel

    un ami croate m’a répondu une fois sur la question : qu’est-ce l’âme slave :
    "Tu sais, slawa veut dire Gloire, alors l’être slave croit que la vie c’est gloire et grandeur.
    Et puis il réalise que l’homme n’est pas un oiseau. Et cela le rend très triste."

    ... alors que l’être far west avancé (americain...) pense : on fera semblant d’être grand et glorieux en foutant partout du brillant et du scintillant qu’on vendra cher, mais pas trop cher pour les nuls (sans-dents) et très très cher pour les paranoiaques et les pervers narcissiques. Tu verras : tout le monde va aller à la recherche de l’or...

    Que l’homme n’est pas un oiseau : on s’en fout ! Ils y croiront, tu verras !


  • #1269252
    le 15/09/2015 par Mate
    Vladimir Poutine, homme providentiel

    Mouais.

    J’apprécie globalement Poutine.
    Mais l’article me fait un peu grincer des dents.
    Première erreur : prendre Cuba comme un contre exemple mélioratif à l’UE.
    J’en ai un peu marre des gens qui parlent du régime Castriste de manière émerveillée alors qu’ils n’y sont allés que pendant 3 semaines de vacances, dans les lieux touristiques.
    Castro a transformé sa Révolution (au bout de 60 ans, faut arrêter de parler de Révolution mec et appeler un taudis un taudis) en régime autocratique inefficient et Cuba en lupanars (Prostitution infantile à tous les étages avec l’Etat en chaperon).
    Et Poutine, s’il a sorti la Russie de l’ornière, ne marque pas de réelle volonté à la faire progresser.
    Beaucoup d’esbrouffe, de mise en scène, de culture de son image.
    Aucun développement réel mis à part le redressement militaire... Une économie toujours aussi dépendante des matières premières.
    Une corruption tout aussi infernale. Les mafieux sont toujours là et les oligarches aussi : on leur a juste appris à courber l’échine et à rouler pour qui vous savez.
    Moi je vous le dis, la Russie reproduis les tares Soviétiques.

     

    • #1269481
      le 15/09/2015 par Poutinegrad
      Vladimir Poutine, homme providentiel

      1 - Les lupanars de Castro... Et çà ne va pas s’améliorer avec le renouveau américain en marche là bas. Un bordel à ciel ouvert ont dit des "anciens" dans un reportage que j’ai vu.
      2 - Poutine... Je partage votre accroche : "J’apprécie globalement Poutine". Mais, si vous permettez, ne doit-il pas "faire avec", parce qu’en fait la Russie "de base" est restée "très soviétique" ? Et puis, n’oublions pas que le fringant Président est un ancien du KGB, formé "solide". Toujours est-il que, - dans le contexte d’aujourd’hui -, par rapport à d’autres Présidents... (intérêt pour son "sanctuaire"...).
      Merci pour cet intéressant point de vue sur les deux sujets,
      Bonne soirée.


    • #1269592
      le 15/09/2015 par fred89
      Vladimir Poutine, homme providentiel

      @Mate

      "Et Poutine, s’il a sorti la Russie de l’ornière, ne marque pas de réelle volonté à la faire progresser"

      Il me semble que déjà avoir sorti la Russie de l’ornière est une progression remarquable.
      Progression qui lui a valu une certaine hostilité de la part des USA et de l’U.E qui ne se gênent pas pour lui mettre des bâtons dans les roues pour l’arrêter.

      Et puis si vous connaissez des pays qui n’ont pas leurs mafieux et leurs "oligarques" tapis dans les couloirs du pouvoir, j’en veux bien la liste.
      Et chez nous, ils n’ont même pas appris à courber l’échine, ils nous crachent leur mépris en pleine gueule.


    • #1269654
      le 15/09/2015 par balbec
      Vladimir Poutine, homme providentiel

      Et moi j’en ai marre d’entendre répéter cette antienne à tue-tête : ’l’économie russe repose sur les matières premières"..

      C’est faux et archi-faux. La Russie produit de tout aujourd’hui (bcp de ses usines sont d’ailleurs sous pavillon étranger).
      Le défi des 15 prochaines années, c’est surtout le développement des petites entreprises encore bien trop rares, et celui de l’agriculture, qui a quasiment disparu de Sibérie après l’effondrement de 1991.


    • #1269678
      le 15/09/2015 par tjoursplus
      Vladimir Poutine, homme providentiel

      Moi ce qui me fait grincer des dents c’est cette difficulté que certains ont à comprendre qu’en l’absence de democratie (ce qui est le cas chez nous autant qu’en Russie ou partout), la seule chose qui resiste aux marchés c’est un homme fort avec un grand pouvoir, mais non à la place ces gens vous dressent la liste des trucs negatifs qu’ils ont retenu(d’ailleurs on peut en discuter, qu’en est-il de notre redressement militaire, si redressement il y a... ? Qu’en est-il de notre dependance aux matieres premieres... ? Qu’en est-il de notre corruption politique... ?)

      De Gaulle vous aurait-il fait grincer des dents ? Auriez-vous ete un soixanthuitard ? Que pensez-vous du systeme de santé cubain ? Americain ? bon alors c’est quoi le probleme ? Vous avez bu du coca ? Ca fait grincer les dents il parait...


  • #1269791
    le 16/09/2015 par Français
    Vladimir Poutine, homme providentiel

    "Merde" Avant de lire cet article en toute sincérité . La civilisation russe nous donnera les clefs pour un avenir prospère, par leur dévotion, pour une humanité , par leur tragédie. A la transformation étatique de l’occident" manipulé avec toutes nos élites(noyé dans le matérialiste ( et oui même les plus cultivé succombe à la déviance), par l’impérialisme AMERICAIN ( nos parents sont en éffervecence devant leur libérateur, se ne serais reconnaître l’histoire de la 2 guerre mondiale. Vous avez vaincu l’Allemagne Facsiste . Mr Poutine vous pouvez êtres fier de vôtre Nation et de plus en vous même( nul n’ai parfait ) . Nombre de français ne sachant quel partis intégré, se solidarise de vôtre politique souverainiste . Vous êtes un personnage de haut rend , rendez la dignité aux peuples,et de plus vôtre devoir en temps homme le plus puissant du monde, et nous le savons tous" est de rétablir les tenant est les aboutissant . En allégence, moi issue des plus basse couche du peuple de France , je vous demande de travailler pour la prospérité des nations vivant sur cette planète. Je ne suis pas utopiste . Mais travailler avec vos collaborateur en se sens . Vous êtes l’Homme de la situation , et L’Europe tous entière vous soutiendra.


  • #1269794
    le 16/09/2015 par Mich
    Vladimir Poutine, homme providentiel

    Beau résumé, même si il y a un peu d’idolatrie. L’ennui avec les grands hommes c’est l’après.


  • #1269887
    le 16/09/2015 par la pythie
    Vladimir Poutine, homme providentiel

    Si les nationalistes français sont gaga de Poutine, c’est parce qu’ils sentent qu’ils n’ont pas en eux la force ni le projet pour sortir la France du marasme...s’en remettre à l’Etranger est une sale habitude française qui remonte à au moins 150 ans.

     

    • #1270050
      le 16/09/2015 par fred89
      Vladimir Poutine, homme providentiel

      Et si les européistes et autre mondialistes sont soumis aux USA, c’est que depuis longtemps, ils ont jeté leur fierté aux orties, ont adopté le léchage de bottes et se contentent de bouffer les miettes que leur jette leur "protecteur".
      C’est tellement plus valorisant...


  • #1270040
    le 16/09/2015 par Damien M.A
    Vladimir Poutine, homme providentiel

    Poutine a été un homme providentiel pour la Russie , mais il en est à son 3ième mandat. Est-ce que la relève sera à la hauteur ?


  • #1270894
    le 17/09/2015 par Claudedsj
    Vladimir Poutine, homme providentiel

    Syrie : Poutine est l’homme de la situation, Il faut aider le Président syrien et non le détruire, la Syrie est un grand pays qui ne demande qu’à vivre en harmonie avec ses voisins mais il faut éliminer ceux qui l’en empêche : à savoir, les rebelles internes et Daesh, Nôtre Président voudrait être le 3° dans le tiercé de ceux qui ont fait avancer l’E.I.et succéder à celui qui a détruit la Libye. Nous connaissons la suite, Mr. Poutine aussi, en 2011, la Russie n’était pas prête pour intervenir militairement et ceci lui a servi de leçon, il ne se fera pas avoir une 2° fois, l’occident veut la peau du Président syrien, tous les prétextes sont bons, pourquoi ? : Ordres du Qatar ou de l’Arabie Saoudite ? Il faut le soutien militaire russe pour remettre ce pays à flots, que mes voeux soient exaucés, merci.

     

    • #1271075
      le 17/09/2015 par goyband
      Vladimir Poutine, homme providentiel

      Poutine est la clé de voute au même titre que l’Iran, la Turquie, l’Arabie Saoudite et les US.

      C’est un jeu de dupes avec Daesh comme variable d’ajustement, le fondamentaliste sunnite étant au départ une création du djihadisme chiite, largement initié par l’Iran en plein conflit avec l’Oncle Sam, à savoir créer un fondamentalisme religieux en Irak et en Syrie pour déstabiliser à terme la ligue Arabe et comme les atlantistes ne comprennent pas grand chose à la région, ils ont financé indirectement les salafistes radicaux qui sont rentrés en Syrie, via la bénédiction de la Turquie, pour renverser Assad, dans une réédition du scenario des soutiens occidentaux aux populations du printemps arabe qui n’aura servi qu’à déboulonner les dictateurs pour laisser place ensuite au chaos, on soulignera d’ailleurs l’influence de BHL sous Sarko dans cette frénésie à faire tomber les régimes, ce qui ne déplait pas aux US, toujours enclins à organiser le boxon près de l’Europe, ni à l’Iran, qui mise à terme sur le djihadisme sunnite pour gangréner le sunnisme même si dans les faits, Assad l’alaouite est soutenu, plus pour faire plaisir à Poutine d’ailleurs, qui a besoin de lui pour raison géostratégique, l’Iran et la Russie ayant comme dénominateur commun dans l’intérêt de son maintien, la continuité de la mise sous pression d’ Israel via Nasrallah.

      On comprend bien alors que l’Europe est la victime de ce jeu de dupes, soit elle s’aligne bêtement sur la politique US, alors elle bouffera du terrorisme salafiste sur ses terres en plus des migrants fuyants les conflits armés, soit elle se rapproche de Poutine afin de sauver Assad, auquel cas elle se met à dos l’axe Atlantico-sioniste qui ne veut donner aucun crédit ni à l’Iran ni au Hezbollah et encore moins à Poutine.

      C’est l’heure du choix pour l’Europe et le moins que l’on puisse dire, c’est que nos élus ne sont pas à la hauteur des enjeux, ce qui est plus qu’inquiétant pour l’avenir.


  • #1272221
    le 18/09/2015 par anonyme
    Vladimir Poutine, homme providentiel

    Bonjours a tous :

    Le personnage Politique le plus charismatique, puissant, diplomate actuellement dans se monde.
    Sûrement un des seul présidants qui mériterez de rester 40-50 ans au pouvoir pour faire c’est preuvent, mais la vie est bien courte ...


  • #1272767
    le 19/09/2015 par anonyme
    Vladimir Poutine, homme providentiel

    Cet article,est l’un des plus fondamentaux publiés ces derniers mois par
    E&R, eu égard à la thématique qu’il traite ; à savoir Poutine et la résurrection
    de La Russie.
    Toutefois, il est de première importance de noter que l’article est truffé de
    vocabulaire qui relève, de la langue de coton .Celle-ci,est définie par l’élite
    honnête comme suit :
    C’est le langage de renoncer au sens, de prétendre que l’invraisemblable a valeur d’expérience, que le"n’importe quoi" convient mieux que le rien qu’il recouvre.
    Après ce prologue, revenons à l’article, et faisons le point, brièvement, sous
    cet angle de"la langue de coton". 
    Le préliminaire du texte, parle de :
    - l’Occident minaudait une insolente indifférence,devant le martyre de La Russie. Comme si cet Occident est étranger à la grande trahison de
    gorbatchev . Bien sûr,il serait conforme à la réalité, de dire que l’occident
    affichait un air de triomphe,comme jamais vu dans l’histoire.
    L’article, et sur le diagnostic fait par Poutine,sur le désastre qui frappe
    La Russie,on peut se limiter à trois affirmations poutiniennes :
    - les problèmes sont les résultats de nos propres erreurs . Là encore,ni
    Poutine,ni l’article ne nous disent pas quelles sont ces erreurs,et qui en sont
    responsables. Or, le simple citoyen,de par le monde,sait que gorbarchev ,
    eltsine et leurs cliques sont directement responsables de cette tragédie. Pire,
    et c’est du jamais vu dans l’histoire, le traitre gorbatchev ne s’est jamais
    inquiété de quoi que se soit. L’empire etats unien,pour beaucoup moins que
    ça l’aurait passé par la chaise électrique .
    - le communisme a démontré avec éclat son incapacité à générer un
    développement autonome et sain . La démarche raisonnable,aurait d’abord
    expliquer, le contenu d’un développement"sain et autonome". Ensuite, de
    faire un rappel sur l’état de La Russie,avant et après, l’avènement du communisme.
    Churchill,loin d’être soupçonné d’une quelconque sympathie envers le
    communisme, a fait ce rappel . Il a dit,à propos de Staline : il a trouvé un pays
    à la charrue,il l’a laissé avec la bombe atomique . Inutile de commenter plus.
    - enfin, Poutine dit : notre avenir dépend de notre capacité à combiner les
    principes de l’économie de marché. . .
    Si une telle combinaison aurait une infime chance de réussite,l’empire usa,
    l’aurait fait depuis longtemps .
    Quand on condamne sans preuve,et promettre sans argument,on finit par
    se glorifier soi même,c’est à dire sombrer dans les illusions...


Afficher les commentaires suivants