Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

"Wagner explique en quoi la musique des compositeurs juifs de son époque manque d’âme"

Une note de lecture issue du numéro 68 de la revue Réfléchir & Agir.

 

Dans nos milieux, Richard Wagner et son œuvre jouissent d’une popularité certaine. Les plus mélomanes d’entre nous apprécient ses opéras, son approche de la musique et des grands mythes européens comme ceux de Parzifal ou des Nibelungen. D’autres se tournent davantage vers sa pensée et son antisémitisme.

 

 

 

Kontre Kulture réédite une brochure traitant justement de ces deux thèmes.

Dans Le Judaïsme dans la musique, Richard Wagner explique en quoi la musique des compositeurs juifs de son époque manque d’âme. Une fois n’est pas coutume, c’est le caractère apatride, leur incapacité (ou leur refus ?) à se fondre dans une nation – en l’occurrence la nation allemande – qui s’exprime dans leur musique.

Wagner ne tombe pas dans le pamphlet grossier ou la caricature : il s’exprime ici en amoureux de la musique et non pas en polémiste.

Il changerait sans doute le ton de son propos vis-à-vis de l’Entartete Kunst de notre époque !

 

Le Judaïsme dans la musique de Richard Wagner,
à lire chez Kontre Kulture !

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

47 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Je suis collectionneur des enregistrements wagnériens, avec une tendresse particulière pour Furtwängler, Keilberth (Götterdämmerung en 1955) et Krauss, mais j’adore aussi Mahler, ses premières symphonies*. Ce que les gens doivent savoir, c’est que la majorité des fidèles de la musique de Wagner furent, classe sociale oblige, des Juifs, et cela perturbait Wagner.
    * N° 2, "Résurrection", Bruno Walter en 1958.

     

  • L’Entartete Kunst de notre époque ,

    Pan ! Et l’empire si laid et sans âme se disloque !


  • Si vous ne connaissez pas ça de Wagner https://www.youtube.com/watch?v=Cp8... vous avez de la chance : grand frisson métaphysique garanti, le meilleur morceau jamais écrit, avec une mélodie extraordinaire et unique qui semble tourner autour d’une autre mélodie sans jamais la rejoindre...

    Cette version sonne bien mais toutes les versions sont trop compressées sur YT, le niveau de la première partie au violons est trop fort.

     

  • L’Occident(Russie comprise) possède la musique la plus riche au monde...et de loin la plus belle,la plus complexe,la plus complète,à tous points de vues.
    Elle s’est créée par des siècles de civilisation.Elle traduit ses philosophies,ses époques,ses travaux,ses inventivités.
    Certes,pour un néophyte,l’aborder par Wagner,n’est pas des plus facile,il faut déjà posséder une petite culture musicale.Aimer l’art dramatique,l’opéra par ex.,ce qui ne se fait pas du jour au lendemain.
    Les plus grands compositeurs juifs sont Malher,et Mendelsohnn .
    A défaut d’être les plus grands compositeurs de musique classique que nous ayons en Occident,ils sont souvent de très bons musiciens (et de très bons acteurs)

     

    • Ces quoi cet ethno-centrisme à deux balles ! Il faut un peu sortir le dimanche ! As-tu déjà savouré toutes la subtile complexité des mélodies du djembé ? Et le divin et voluptueux crissement si doux aux oreilles des instruments à cordes chinois ? ;-)


    • On pourrait rajouter les mélodies bouleversantes des pow wow indiens...


    • @goypride : c’est pas de l’ethno-centrisme à deux balles, mais un fait bien connu. Et ça n’est pas pour rien que tous les pays asiatiques, chinois, coréens et japonais en tête, aujourd’hui sont mordus à fond dans la musique classique CHRETIENNE occidentale, jouent et chantent des oeuvres européennes en orchestre ou en choeur, que des solistes de renommée mondiale prennent les places alors que l’occident se perd dans les bas-fonds de la modernité sataniste anti-chrétienne.


    • Sacré @Goy Pride,va,
      j’écoute de la musique classique depuis toujours,depuis que mes souvenirs existent et elle est à mon oreille ce que l’air est à votre respiration...
      Aussi raffinée et mélodieuse que soit la musique asiatique,elle n’est basée que sur 5 sons,aussi y-a-t-il beaucoup de musiciens asiatiques qui viennent en Occident:pourquoi y faire donc à votre avis ?
      Quant’à la composition musicale,elle n’est pas de la même dimension que la nôtre:partitions pour 50 musiciens,instruments à vent,à cordes...etc sans compter que bon nombres d’entre eux n’existent pas chez eux,mais celà n’enlève pas l’originalité de leur musique,seulement c’est autre chose,à chacun ses préférences @Goy Pride,pas la peine de jouer les effarouchés...


    • #2651187
      le 25/01/2021 par câlinous lutte contre ses côtés obscures
      "Wagner explique en quoi la musique des compositeurs juifs de son époque (...)

      il y a différent types de musique pour différents style d’époque et de cérémonies... Je constate quand même que pour la publicité du nouvel ordre mondial depuis au moins 20 ans c’est du classique qui est privilégié ... Pour moi les plus grand thème du classique évoque l’apocalypse et la rébellion générale envers Dieu. Prend Carmina Burana, c’est magnifique pourtant quand je l’écoute j’ai en image de fond les armées du malin dévastant des terres en flammes, les paroles font d’ailleurs clairement en ce sens. Images que j’ai beaucoup moins si j’écoute du djembe ou des youyouyou... Le thème phare qui m’a fait aimé la musique classique depuis ma jeunesse reste quand même celui là. Et celui là il est toujours pas utilisé dans les pubs https://youtu.be/eb2zuegwcwk


  • Questions pour les passionnés de musique classique.
    Étant néophyte (je m’y suis mis il y a quelques mois), auriez-vous des conseils à me prodiguer pour structurer mon apprentissage ? Quelles sont les bases à acquérir afin d’apprécier pleinement cette musique ?
    Concernant l’écoute de cette musique, le passage au tourne-disque est-il une condition nécessaire afin de l’apprécier à sa juste valeur ?

    Merci d’avance pour vos conseils, et j’en profite pour remercier SOCRADE pour ce magnifique partage.

     

    • Bonjour, Pour bien comprendre la musique, il faut une bonne culture générale pour pouvoir la replacer dans son contexte. Et connaître les dates et la vie des compositeurs. J’ai commencé à quatorze ans, en achetant dans l’ordre, au rayon Disques d’un Hypermarché, tous les disques de Vivaldi, Bach, Beethoven, Mozart, Chopin, Liszt, Berlioz etc. jusqu’aux oeuvres de la première moitié du 20e siècle, et tous les concertos pour violon ou piano. En même temps j’allais au concert. J’ai également beaucoup écouté France Musique et une autre chaîne de musique classique, pendant de longues années, et j’ai enregistré énormément de musique sur des cassettes audio à l’aide des programmes publiés dans Télérama. À dix-huit ans, j’ai découvert les spectacles à l’Opéra et en étais complètement accroc. Certaines places situées en-dessous du poulailler étaient vendues au même prix que celles du poulailler. Un régal. J’ai continué à aller au concert où j’ai eu le bonheur d’entendre les plus grands. Grâce à YouTube, vous devriez pouvoir vous initier assez facilement à la musique. L’écoute de disques est également recommandée. Pour pouvoir apprécier vraiment une oeuvre, il faut l’écouter à plusieurs reprises et l’enregistrer dans sa tête. Pour comprendre et aimer Wagner, il faut connaitre l’évolution de la musique jusqu’à son époque. "Le Vaisseau Fantôme" est très beau et certainement à votre portée. En ce moment, vous ne risquez pas trop d’assister à des spectacles. Bonne chance tout de même dans votre initiation !


    • Suite. La pensée de Wagner m’intéresse peu. Seule son oeuvre m’intéresse. Meyerbeer n’est pas très connu. C’est peut-être dommage. J’adore en tout cas le concerto pour violon de Mendelssohn. Magnifique !


    • Avant de vous lancer dans l’achat des oeuvres des grands musiciens,essayez de trouver "le dictionnaire des musiciens" de Roland de Candé,(Microcosme,Seuil)qui donne un aperçu des plus belles interprétations d’une oeuvre par un artiste.En effet,selon l’interprète,on peut ou non aimer un compositeur.Ce petit dictionnaire retrace la vie des compositeurs et suggère les interprètes selon les oeuvres ou compositions.Il existe d’autres dictionnaires de ce genre,mais celui-là est vraiment excellent.Vous pouvez faire aussi l’expérience d’écouter diverses interprétations d’une même oeuvre afin d’exercer votre oreille et vos préférences.


    • La musique classique ne se comprend qu’avec un QI supérieur à 135....Faites le test avant de vous lancer.


    • #2650939

      Je comprends le point de vue de Mélomane, même si perso j’apprécie le classique avec mon oreille sûrement beaucoup moins subtile que la sienne car sans être un grand connaisseur, mais pour ça il faut avoir un bon système audio voir un bon casque si on est pas assez passionné ou trop fainéant ou associal pour assister à un concert, ou aussi être tombé à son insu dans une marmite de lsd pour se déboucher les oreilles et la conscience avant de passer l’arme à gauche. Même si ça n’aurait jamais fait le boulot à notre place, il est bon de reconnaître que nous ne sommes souvent au mieux que d’humbles profiteurs du travail ou du génie d’autres avant nous qui essayaient de se mettre à notre portée pour survivre à leur époque eux aussi. L’avantage c’est qu’aujourd’hui on a peut être du temps en plus d’avoir internet...
      Après ce postulat de crado un peu casse couille de départ, Je dirais pour essayer de rejoindre Mélomane et les autres que l’on peut être amoureux du langage sous toutes ses formes "musicales" bien nées, donc forcément bien travaillées et donc bien inspiréee et inspirantes. Une musique est belle à nos oreilles si on y entend une inspiration "Divine" du compositeur, consciencieusement ou non. Il y aurait donc un élitisme dans beaucoup de productions humaines, pas uniquement dans le Classique.
      La beauté sous jacente est que cela nous permet aussi de faire le lien avec une humanité "supérieure" qui nous a précédé ,et pas seulement de s’extraire de celle que l’on subit... même si s’en extraire devient de plus en plus urgent et nécessaire , surtout pour nos yeux et nos oreilles... merci donc aux Mélo-man tel que Wagner et ceux qui ont appris à se mettre en retrait afin de voyager plus loin en eux même à ses côtés.


    • Merci à vous pour vos réponses et vos pertinents conseils !


    • A Souvseteluc : Ne le découragez pas.
      Qu’il écoute déjà les émissions de Stéphane Blet qui fait concurrence à France Musique.
      S’il souhaite s’initier à l’opéra, qu’il commence par lire le résumé de l’intrigue de l’opéra en question pour gagner du temps. Il le trouvera forcément sur le Net. Sinon dans "Tout l’opéra" de Kobbe, il pourra lire les résumés détaillés des oeuvres depuis Monteverdi. Qu’il commence par Mozart ("La flûte enchantée" de Bergman). Puis ses opéras italiens ("Don Giovanni" en version filmée). Ensuite Verdi ("La Traviata").
      Il peut également commencer avec "Orphée et Eurydice" de Gluck, splendide. J’ai eu aussi dans le passé un coup de coeur pour "Fidelio" de Beethoven que j’ai vu au cinéma mais je ne le retrouve malheureusement nulle part. J’avais l’impression que le choeur des prisonniers était de la musique maçonnique ("O Freiheit ! O Freiheit !").


    • Alors une sélection toute personnelle :
      commencer par les symphonies 40+41 de Mozart ; ensuite les 5,6,7 et bien sûr la 9ème de Beethoven. Après, les grandes symphonies "romantiques", en particulier la symphonie fantastique de Berlioz, la "Nouveau Monde" de Dvorak, et la "Pathétique" de Tchaikovsky. Au piano, les préludes de Chopin. un quatuor à cordes : l’"américain" de Dvorak, ou "la jeune fille et la mort" de Schubert. la musique symphonique de Ravel (Boléro, Ma mère l’Oye...). de la musique chorale : le requiem de Mozart et la Création de Haydn (1h30 de bonheur !). Enfin quelques grandes partitions du 20ème siècle : L’oiseau de feu et le sacre du printemps de Stravinsky, La mer de Debussy, Les planètes de Holst (du easy listening...), la 5ème symphonie de Sibelius, et un must absolu, la "musique pour cordes, percussion et célesta" de Bartok... Bonne écoute !... :)


    • #2651355

      "La musique classique ne se comprend qu’avec un QI supérieur à 135"

      ah ! bin c’est ballot, tu ne vas donc pas pouvoir en profiter, de ta jolie musique...

      c’est marrant, je croyais que c’était si puissant que ça s’adressait directement à l’âme...
      et que même, ce sont les simples d’esprits -dénués de préjugés- le parfait réceptacle

      lol, j’ai toujours eu horreur des tocards qui voient dans l’Art un outil pour faire bien socialement, pour tenter de valoriser leur misérable personne, et écraser les autres, dont ils ne savent rien


    • A Guerric, Merci pour votre sélection. Concernant Mozart et Beethoven, j’aurais conseillé les mêmes oeuvres, incontournables. Le reste est également très judicieux. J’aurais ajouté tout au début "Les quatre saisons" de Vivaldi (mon premier achat à l’âge de quatorze ans lorsqu’on m’a offert un tourne-disques qui a changé ma vie). Et du Bach.


    • @Melomane2 : Merci Mélomane2 pour tes encouragements ! Cela fait plaisir de voir les commentaires de connaisseurs, et aussi de voir que je ne dis pas que des conneries !... :) Ah oui bien sûr les quatre saisons comment ai-je pu oublier ?... Peut-être quelques concertos aussi, comme "l’Empereur"...


    • @Mélomane 2
      "le concerto pour violon de Mendelssohn. Magnifique !"
      Vous avez tout à fait raison, Mendelssohn est un des très grands romantiques allemands.


    • @Palm Beach Post : "Cult !"

      Simples d’esprit ..parfait réceptacle ? Tu ne croyais pas si bien dire ... :))


  • je ne suis ni musicien ni mélomane ( alors que j’ai don pour le dessin et la peinture ) mais quand j’écoute ou simplement entends de la grande musique , sans savoir de qui elle est cela me plait , et entre en moi au plus profond et me procure une réelle détente et jamais cela ne m’importune alors que je suis complétement ignare en musique

    par contre le jazz ou le blues cela me donne la migraine ( réellement ) mon corps rejette cette musique elle me perturbe et me gêne au point de quitter l’endroit ou j’en entends c’est la seule musique qui me procure ces désagréments

    c’est d’autant plus bizarre que des percutions ou certains autres bruits nommés musique moderne ni même les gling gling glang tik tok des musiques japonaises que je n’apprécie pas mais que parfois j’entends ne me font pas cet effet de migraine quasis instantanées que me donne le jazz et le blues

    et sans êtres ni érudit ni philosophe ou autres beaux parleurs je crois que c’est en cela que les musique classique européennes sont bien supérieurs à toutes les autres, elle nous caressent les oreilles , nous bercent ,nous font vibrer ou même nous bouleversent par moment , toujours harmonieusement mais jamais ne nous bousculent ou nous agressent

     

  • Le nationalisme exacerbé sera peut-être bien la dernière cause de la plus grande hécatombe de l’humanité.
    Quand j’écoute Zemmour, il ne donne aucun signe d’incapacité ou refus de se fondre dans une nation.
    Quand j’écoute n’importe quel maghrébin éduqué , aucun ne me donne l’impression d’un nationalisme exacerbé non plus. Au mieux un amour de leur patrie d’accueil, mais pas plus pas moins que de nombreux juifs.
    D’autre part même Enrico Macias ne faisait que chanter l’amour de l’Algérie dans ses chansons qui si elles n’etaient pas de la grande musique, n’étaient pas pire qu’une autre de cette époque. Mike Brant ou Dalida, tout les deux juifs, étaient tout deux considèrés comme de grand interprètes populaires, a une époque ou la grande musique wagnerienne n’aurait jamais pu être aussi populaire que le fut à son époque. Sans parler de Barbara dont la profondeur des textes est toujours aussi touchante est la voix irremplaçable.
    Wagner était un très grand compositeur, mais je trouve un peu abusé de l’utiliser pour unir par son anti semitisme plus que par la qualité de son œuvre. Mais cela n’engage que moi.
    https://youtu.be/XoLcVzxwgvQ


  • Le dernier grand compositeur d’opéra, si ce n’est le meilleur, à mes yeux...


  • Richard Wagner avait vu juste. Les compositeurs juifs ayant produit des œuvres musicales (musique classique) dans le même bain culturel que leurs semblables non-juifs ne font, à quelques exceptions près, que de l’imitation. Richard Wagner mais aussi le célèbre chef d’orchestre Ernest Ansermet l’expliquent très bien.

    J’admets une exception avec Mendelssohn car sa famille a réellement joué la carte de l’assimilation. Mais ce n’est que quelques œuvres qui sortent du lot (symphonies, concerto pour violon).

    Dans la musique en général, je classe donc les compositeurs juifs dans quatre catégories :
    - Musique juive authentique : très efficace
    - Musique commerciale (ou hollywoodienne), très efficace
    - Musique en général (s’il y a imitation), très mauvais
    - Musique en général (s’il y a assimilation), acceptable

    Les champions de cette catégorie sont Giacomo Meyerbeer (ce n’est même pas son vrai nom, première arnaque) et Gustav Mahler. Giacomo Meyerbeer a eu au 19ème siècle de grands succès avec ses opéras. Pourtant, ils ont aujourd’hui disparu du répertoire. Quant à Gustav Mahler, c’est plus un intello de la musique qu’un vrai compositeur. On pourrait appeler ça de la musique de chef d’orchestre. Il avait en autre la prétention de réorchestrer les œuvres d’autres compositeurs géniaux (Beethoven, Schumann, Bruckner). Il y a bien sûr dans ses symphonies quelques belles mélodies mais aucune profondeur, des mouvements assez banals et beaucoup d’emphase.

    Pour les amoureux de Mahler, je vous recommande d’écouter l’unique symphonie de son contemporain HANS ROTT, compositeur autrichien mort à 25 ans (le Nick Drake de la musique classique). Vous verrez qu’il aurait dû être Mahler à la place de Mahler. Ce que ce dernier avait bien compris puisqu’il réutilisa des thèmes de la symphonie de Rott directement dans ses 1ère et 2ème symphonies.

     

    • C’ est vrai, le père de Mendelssohn, banquier ,avait converti sa famille au luthéranisme . Même si ce type de conversion est toujours suspect ( Maranes, Relapses...), il peut aussi être sincère. Je connais personnellement un ancien juif qui s’est fait baptiser, il a donc changé de prénom , et dans son cas c’est une démarche personnelle et spirituelle parfaitement sincère, il n’a strictement aucun intérêt à devenir catholique (ça lui a même créé des problèmes avec sa famille).


    • Ce qui peut faire sourire, c’est la position de Nietzsche sur la musique de Wagner.
      Il préférait, semble t-il, celle d’Offenbach.


  • #2650829

    je me suis toujours demandé pourquoi ils avaient besoin d’autant d’instruments

    peut-être pour démouler un truc complètement artificiel et chiant
    c’est lourdingue dans la musique de film

    les éditions vidéo d’aujourd’hui devraient proposer dans le menu une version débarrassée de toutes ces merdes symphoniques plombantes
    surtout lorsque c’est illustratif, c’est insupportable

     

    • Ah ça c’est sûr, vous vous n’aimerez pas la symphonie "des Mille" !


    • Amateur de toutes les musiques(presque),je puis vous affirmer qu’écouter une symphonie de Beethoven à l’orée d’un bois,en plein air,est absolument ,oui absolument,fabuleux,et résonne bien mieux qu’un rock pourtant chéri.
      Sa puissance est phénoménale,c’est une ode à la nature !
      Avec une bonne oreille,vous vous apercevrez que la partition des cuivres n’est pas la même que celle des cordes ou des autres instruments à vent,mais que le tout est symbiose.
      De plus il y a un thème à la musique que les différentes partitions instrumentales mettent en valeur.
      Enfin,@Palm Beach,faites donc un effort,vous avez des oreilles,que diable !


    • #2651358

      @ le moine vengeur

      ah ! bin si en plus il faut se mettre à l’orée d’un bois pour apprécier ton crincrin,
      désolé, mais pour moi, c’est plié

      lol, au bois de Boubou, les pieds dans les capotes...

      et si on rentre dans le bois, dans son obscurité,
      on passe plutôt au black metal ou au dark ambient, non ?
      comme on cause de Wagner, là, avec toute la mythologie germanique de la forêt ...


  • Wagner était surtout jaloux de Mendelssohn (cf échange entre Wagner et Schumann), qui avait eu l’impolitesse d’exposer à travers ses propres compositions des thèmes wagnériens célèbres, avant même que Wagner ne les compose. Wagner a écrit des pages somptueuses, il va sans dire, mais c’est l’un des compositeurs les plus laborieux du répertoire, et le génie précoce d’un Mendelssohn a dû le blesser, d’où cette mauvaise foi manifeste. (Si en plus, il est tombé par mégarde sur le concerto pour violon de Mendelssohn qui est un monument de finesse romantique, on comprend mieux cette p.l.s. imprimée sur papier.)


  • Le documentaire Wagner’s Jews montre que des juifs ont eu accès à une compréhension profonde du mystère du Christ grâce à leur amitié avec Wagner et à la puissance de ses opéra (en particulier Parsifal), alors que le seul christianisme d’Église, trop repoussant, les empêchaient d’y accéder. Ce qui a de quoi surprendre, considérant les positions de Wagner contre le judaïsme. Rendre à l’art sa dimension religieuse est bien plus qu’un service à la communauté embellissant le monde, ou qu’un service religieux vivifiant le sentiment du divin, cela peut aussi susciter des transformations profondes chez les individus plus réceptifs mais qui ne fréquentent pas les milieux religieux ou qui en sont plus ou moins exclus par leur marginalité.


  • Ne pas oublier qu’il y a une trentaine d’années environ les médias sionistes ont tout fait pour essayer de salir la mémoire de Wagner en lui cherchant une parenté juive et tout ça avec l’aide de Gottfried Wagner arrière-petit-fils de Richard Wagner, qui dans plusieurs interviews de l’époque prétendait avoir des origines juives comme son arrière-grand-père.


  • Je ne pense pas que Mendelssohn soit visé ici, car Wagner appréciait en général la musique de son contemporain, notamment la symphonie "Ecossaise". De plus, n’oublions pas que Mendelssohn était converti au christianisme et a d’ailleurs composé des oeuvres en lien avec la religion chrétienne (symphonies "Lobgesang" et "Réformation") ; ce compositeur est aussi mort trop jeune (38 ans en 1847), et en réalité aurait sérieusement pu "concurrencer" Wagner s’il avait vécu aussi longtemps que lui - cette remarque s’applique aussi à Robert Schumann. Pour les autres compositeurs "juifs" célèbres postérieurs à Wagner, Mahler s’était converti également, Alban Berg a composé des oeuvres extrêmement dramatiques et expressives ("Wozzeck", "Lulu", le concerto pour violon) ; reste le cas très particulier d’Arnold Schoenberg, un compositeur "multi-facettes", extrêmement original même si sa musique est peu gratifiante à écouter (opéra "Moise et Aaron"), et qui lui s’était converti au christianisme avant de se reconvertir au judaïsme dans les années 30 au moment de son émigration vers la France puis les US...


Commentaires suivants