Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Yémen : la coalition saoudienne vit-elle ses derniers jours ?

Pierre de Brague sur la chaîne de télévision iranienne PressTV

La coalition saoudienne et ses alliés émiratis ne sont pas parvenus à s’emparer du port d’Hodeida. Malgré cette victoire des Comités populaires yéménites, le projet américano-israélien dans cette région sera-t-il entièrement contrarié ?

 

 

Voir aussi, sur E&R :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Israhell ne peut pas tomber tant que les Saoud sont au pouvoir. C’est une évidence.

     

  • #1998071

    Ben Salmane est-il toujours vivant ?
    Ca fait plus d’un mois et demi que personne ne l’a vu tout de même...

     

  • J’espère que l’enfoiré de commandant de Blackwater/Académia finira au bout d’une corde,et encore ce serait miséricordieux...
    Pas de pitié pour des hommes qui viennent semer la mort et la désolation à des dizaines de milliers de km de chez-eux !!!

     

  • Mme Sigaut, MBS a assisté au match de football Russie - Arabie Saoudite le 14 juin avec Vladimir Poutine.


  • Le projet américain sur le port d’Hodeida pourrait bien être entêté, car il ne motive pas qu’uniquement les américano-sionistes.

    On sait que l’appareil militaire américain a une branche dont la mission est de contrôler le Pacifique, afin de contenir la zone d’influence des pays de l’Organisation de Coopération de Shanghai.
    Or ces pays de l’OCS sont très désireux de pouvoir contrôler (cas de la Russie), ou utiliser (cas des autres pays, qui manquent tous de matières premières), les ressources du continent africain.
    Mais la géographie étant ce qu’elle est, cela suppose qu’ils contrôlent l’Océan Indien.
    Ce n’est donc pas par hasard si, tout récemment, l’Océan Indien a été ajouté aux responsabilités du commandement militaire US chargé de l’Océan Pacifique.
    En même temps, il y a tous ces ports et îles de l’Océan Indien, à propos desquels tous les acteurs s’activent -ou projettent de s’activer- pour y gagner, ou y conserver, des bases militaires. La liste en est trop longue pour être déroulée ici.
    En l’espèce, l’Inde vient de commencer des négociations avec Djibouti pour la concession de l’implantation d’une base militaire. Cette dernière serait la quatrième sur Djibouti, après la française, l’américaine et la chinoise (par ordre chronologique). Parallèlement, à portée de canon de Djibouti, juste de l’autre coté de sa frontière avec le Somaliland, la Russie va également construire une base navale à Zeida.
    Ça ressemble un peu à du n’importe quoi. Quoiqu’on puisse y comprendre, on imagine facilement que l’appareil US puisse être très motivé pour contrôler dans cette zone un autre port que Djibouti.

    Conclusion : au sujet du contrôle d’Hodeida, il y a convergence des objectifs des deux factions à Washington (la pro-israélienne et l’anti-OCS) qui sont d’habitude en opposition. De ce conflit des deux factions, il est souvent résulté une politique américaine sur la scène internationale qui paraissait manquer de clarté et de continuité, pour l’observateur extérieur ;
    Pour Hodeida, ça pourrait être bien différent.


  • Les saoudiens gagnent beaucoup de terrain face aux Houthis il faut le dire quand même. A Hodeida ils se sont retranchés comme ils peuvent en attendant l’offensive de la coalition. Autant dire que c’est la fin pour eux.