Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Aimez-vous les uns les autres... OK, mais quand les autres ne veulent pas ?

L’édito de Germain Gaiffe, directeur de la publication d’E&R

Non parce que, tenez, regardez par exemple ce qui s’est passé hier à Saint-Étienne-de-Rouvray.

Je ne sais pas si vous êtes au courant, mais Jacques Hamel, un prêtre de 86 ans, a été sauvagement assassiné, à l’intérieur même de l’église, pendant l’office, par deux jeunes extrémistes. Des musulmans très très beaucoup radicalisés, il faut le répéter, c’est important : pas d’amalgame ! Ces deux terroristes l’ont égorgé au prétexte que, si j’en crois Alfredo Straniéri, les hosties n’étaient pas casher.

 

Bon, c’est vrai que le prêtre en question, travaillait là seulement par intermittence. Mais morbleu : c’était malgré tout un professionnel ! Sœur Danielle, la religieuse qui a donné l’alerte, a dit, à propos du Père Hamel, qu’il voulait travailler jusqu’à son dernier souffle.

Ah bin ça, de ce côté là, on peut dire qu’il a été exaucé, pépère : son tout dernier acte sur Terre aura été de procéder en personne à la célébration de ses propres obsèques. Plus totale que la sienne, de dévotion, tu meurs. Chapeau l’artiste !

Et « Toute sa vie il a aimé », elle a ajouté, Sœur Danielle. Donc si même un professionnel aguerri, totalement rompu, lui, au « Aimez-vous les uns les autres », il y arrive pas, comment on va faire, nous, les amateurs et les néophytes ? Non, c’est pas possible : on ne va jamais s’en sortir.

Alors c’est vrai aussi que, dès son arrivée sur le lieu du drame, François Hollande a déclaré, je cite, « que tout sera mis en œuvre pour assurer la sécurité de nos églises et de nos lieux de culte ».

Ça fait plaisir, c’est sûr. Si-si : c’est sympa. Cependant, s’il s’agit là des mêmes mesures qu’il a prises, François Hollande, juste après les attentats du 13 novembre, pour assurer la sécurité des citoyens, on peut s’interroger.

Demandez aux Niçois, par exemple. Ah bin, il y en a qui ont des doutes !

Bon, ok : il y en a 84, des Niçois, qui n’en auront plus jamais, des doutes. Mais posez la question aux survivants, à ceux qui ont perdu un proche dans l’attentat ou aux blessés. Soumettez-leur l’idée que les mesures qui ont été prises par François Hollande pour assurer la sécurité des citoyens, ne sont peut-être pas efficaces à 100 pour 100 : ça m’étonnerait qu’ils vous contredisent.

Mais hé : ATTENTION !

N’allez pas en déduire pour autant, que je tiens François Hollande pour seul et unique responsable. Non. Il y a aussi Manuel Valls et Bernard Cazeneuve. Ainsi que tous les gouvernements précédents, qui, tous sans exception, ont œuvré pour amener le terrorisme en France, en rendant impossible l’intégration de ceux des musulmans qui, au contraire de la majorité, l’extrême majorité des citoyens français de confession musulmane, pour qui l’intégration s’est faite naturellement (ou se serait faite si tous nos dirigeants depuis 1981 n’avaient pas officié de concert pour que cela n’intervienne pas), ces musulmans-là, ces faux musulmans-là, les terroristes souffrent eux d’une carence et d’un défaut d’éducation, combinés derechef, la plupart du temps, à une pauvreté intellectuelle apocalyptique et à une précarité économique hostile, qui les rendent moins enclins à vouloir s’intégrer.

« Nettement moins enclins à vouloir s’intégrer », même, si j’en crois cette fois le Père Jacques Hamel, qui vient tout juste d’arriver dans nos studios. Bonjour Monsieur. Oui-oui : c’est ici le purgatoire !

Et force est hélas de constater que ce sont là des paroles d’évangile, concernant ses 2 agresseurs, Adel Kermiche et son complice, un complice dont ici je ne révélerai pas l’identité [1], bien évidemment, afin de ne pas déroger à cette règle constitutionnelle fondamentale qu’est la présomption d’innocence.

Non, parce que, oui. Ah si ! Il l’a dit, François Hollande : « Déroger à nos règles constitutionnelles serait le pire scénario possible. »

Ça c’était hier soir [le 25 juillet 2016], ça, à 20 heures, lors de son intervention télévisée. Ah il en a sorti des bonnes, le père François ! Je vous en ai sélectionnées deux. Vous connaissant, elles devraient vous plaire :

« La démocratie doit être la seule réponse au terrorisme. Elle sera notre bouclier. »

« Et je vous dois aussi cette vérité : cette guerre sera longue. Mais je vous l’assure : nous la gagnerons. »

Néanmoins, la meilleure, ça reste celle que je vous ai citée juste avant :

«  Déroger à nos règles constitutionnelles serait le pire scénario possible. »

Bon, d’une certaine façon, il a raison, François Hollande. Je veux dire, si on suit sa logique. En effet, sa logique, c’est qu’à chaque nouvel attentat, ce qu’il décide de faire, François Hollande, ce n’est pas de mener la vie dure aux terroristes. Non. C’est pourrir la vie des honnêtes citoyens, ceux qui bossent, qui votent, qui ferment leurs gueules et qui crèvent : les sans-dents.

Bin si. C’est quoi, les soi-disant « mesures de sécurité  » qu’il a mises en place depuis les attentats ? Multiplier les contrôles. Mais les contrôles de qui ? Qui c’est qui se fait fouiller ses affaires désormais à tous les coins de rues ? Et qui subit les fouilles à corps systématiques à chaque fois qu’ils viennent assister à un événement soi-disant « sécurisé  » ? Les honnêtes citoyens, ceux qui n’ont rien à voir avec le terrorisme. Les pauvres cons comme vous et moi, quoi. Et encore !

Dorénavant, on est moins contrôlés, fouillés et palpés, nous en prison, que vous qui êtes dehors, soi-disant « en liberté ». Avouez que c’est quand même un comble.

Non zut à la fin !

Alors, oui, sous prétexte, au faux prétexte (puisqu’il les a déjà lourdement et inutilement réduites) qu’il ne veut pas réduire les libertés des citoyens, il préfère, François Hollande, il l’a dit, il préfère accorder en temps de guerre, aux terroristes, les droits qui sont garantis aux citoyens en temps de paix.

Donc si on l’écoute, ce qu’ils ont fait, en 40, les Alliés et les Résistants, pour débarrasser la France des nazis, des SS, c’est mal. Il ne fallait pas leur tirer dessus, les tuer, les exécuter, les pourchasser partout où ils se trouvaient, et les exterminer tous jusqu’au dernier. Non. Ce qu’il aurait fallu faire, toujours d’après François Hollande, c’est leur faire des bisous. C’est ça, histoire de ne pas choquer les Français d’origine allemande. Mais malgré cela, il aurait affirmé que la France serait implacable avec les terroristes. Et comme le Maréchal Pétain l’a fait naguère sur Radio Paris, il a dit ceci, hier, François Hollande, aux Français, au sujet des mesures qu’il a prises pour assurer leur sécurité :

« Le Gouvernement fait preuve d’une détermination absolue. Il appliquera avec une extrême fermeté les lois qui ont été votées pour lutter contre les terroristes. »

Bon, le problème, c’est qu’en 40, les terroristes officiels, c’était les Résistants. Voilà. Et il y avait aussi, ça non plus il ne faut pas l’oublier, il y avait aussi que le gouvernement de Vichy avait fait voter des lois, qui permettaient autant que possible aux nazis, de se sentir comme chez eux, en France.
Ah bin allez savoir : c’est peut-être ça, en fait, le problème qu’on a, aujourd’hui, avec les terroristes ?

Le gouvernement nous dit que nous sommes en guerre contre les terroristes, mais il refuse d’utiliser contre eux, les seules méthodes qui sont véritablement efficaces quand on est en guerre, à savoir,
- Règle n° 1 : tue l’ennemi avant qu’il ne te tue.
- Règle n° 2 : utilise tous les moyens pouvant permettre d’identifier et localiser les soldats et dirigeants de l’ennemi.
- Règle n° 3 : cela fait, extermine-les tous.
- Et règle n° 4 : n’accorde aucun droit à l’ennemi, autre que celui d’avoir une mort digne s’il se rend.

En dépit de cela, Hollande et son gouvernement préfèrent accorder aux terroristes revendiqués, l’entièreté des droits fondamentaux que la Constitution garantit à tous les citoyens en temps de paix.

Bon, c’est vrai qu’en théorie, il a raison, François Hollande. Vu que justement c’est le texte de base, la Constitution, normalement elle doit rester immuable. On ne doit pas la modifier, comme ça, là, simplement parce que des citoyens assassinent d’autres citoyens, en masse, et dans le but clairement affiché de renverser la République et de détruire la Nation, pour, au final, imposer au Peuple une nouvelle Constitution, la Charia en l’occurrence.

Cependant, si on y ajoute une virgule ou deux à la Constitution, d’abord il n’y a pas mort d’homme, et ensuite, sans doute que si c’est pour lutter contre les terroristes, l’immense majorité des citoyens n’y seraient pas viscéralement opposés.

Par exemple, si là maintenant on demandait au peuple, par référendum, s’il souhaite qu’on ajoute à l’article 1er de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen : « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit » les mots « sauf les terroristes », ça ne m’étonnerait pas que la réponse qu’il apporte à cette question soit un « oui » massif.

Non parce que, je ne sais pas si c’est la énième rediffusion, sur D8, le lundi qui a précédé le drame, de Don Camillo Monsignor, qui a à ce point exacerbé Adel Kermiche et son complice, qu’ils s’en sont pris au père Hamel dès le lendemain matin, mais je sais une chose.

Il a entièrement raison, Hubert Wulfranc, le Maire de Saint-Étienne-de-Rouvray, quand il dit ceci :

« Nous serons les derniers à être debout face à la barbarie. »

Absolument. Sauf que si on fait comme François Hollande l’a décidé, à savoir qu’en lieu et place de tuer tous les terroristes, c’est-à-dire tant les candidats officiels au djihad que ceux qui le prêchent, et pareil avec leurs simples sympathisants, vu que de « simples sympathisants » à « exécutants », il y a qu’un pas, un pas qui sera franchi inéluctablement : c’est juste une question de temps.

Si on fait comme François Hollande l’a décidé, à savoir qu’en lieu et place de tuer tous les terroristes, on les laisse tuer les citoyens, au faux prétexte que « déroger à nos règles constitutionnelles serait le pire scénario possible », ils ne vont pas se gêner, eux, les terroristes, pour nous tuer tous. Car déroger à nos règles constitutionnelles, les terroristes, eux, ils n’en ont rien à foutre.

Et attendez : c’est même pire que ça. Contrairement à ce que François Hollande a affirmé hier soir dans son allocution télévisée, quand on accorde aux terroristes les droits que la Constitution garantit à tous les citoyens, la démocratie n’est pas le bouclier qui protège les citoyens des terroristes. Non. La démocratie est le bouclier qui protège les terroristes, et qui leur permet de tuer les citoyens.

Voilà. Et dans ce domaine, la palme revient à Didier Guillaume, Président du groupe PS au Sénat. En effet, voici ce qu’il a déclaré, lui c’était cet après-midi, et de mémoire c’était sur BFMTV :

« Nous devons mener cette guerre, mais dans le cadre de la loi, de la démocratie, et dans le respect de l’État de droit, sinon s’en serait fini de l’Esprit des Lumières. »

Ah merde ! Non parce que, je ne sais pas si tu es au courant, Didier Guillaume, mais premièrement, pour les Pères Fondateurs de l’Esprit des Lumières, les Rousseau, les Voltaire et les Montesquieu, (pour ne citer que 3 des Mousquetaires), les droits de l’homme, qui portaient parfaitement leur nom à l’époque, puisque les femmes, elles, n’étaient pas concernées. Les droits de l’homme étaient l’apanage unique de l’homme blanc. Les Arabes et les Noirs, pour ces gugusses-là, c’était des singes :

Montesquieu : « On ne voit pas comment dieu, qui est un être sage, a pu mettre une âme bonne, dans un corps tout noir. »

Rousseau : « Le noir est autant singulier d’esprit que de couleur. »

Et Voltaire : « Mais qui c’est qui m’a collé ce fauteuil à la con ? On se casse le dos, là-dessus, bordel ! »

NOTA : l’une de ces 3 citations est moins connues que les 2 autres. Le premier d’entre vous qui trouve c’est laquelle, gagne un exemplaire original de Mein Kampf dédicacé par Alain Souchon.

Blague à part, excuse-moi Didier Guillaume, mais visiblement tu n’as rien compris au film.

Hé, avec des illuminés pareils, ce n’est pas en allumant 3 ou 4 bougies après chaque attentat, que tu vas leur apporter la lumière. Non.

Les terroristes, il n’y a qu’une façon d’éclairer leur lanterne : il faut leur mettre une balle dans la tête.

Ah promis-juré ! Si tu leur en colles une de 357 Magnum, à bout touchant et en plein milieu du front, avec le trou que ça va leur faire derrière, c’est carrément l’encyclopédie des droits de l’homme, qu’ils vont pouvoir ranger dedans. Et même aussi, tiens : la totalité de notre système juridique.

Et pourtant, crois-moi bien que ça prend de la place, tout ce merdier : j’en ai pour 173 gigas, dans mon ordinateur. Sans compter les films de cul.

Sacré Didier Guillaume, va !

Des fois, je me demande si ce qu’il veut, ça serait pas faire la première partie du prochain spectacle de Dieudonné. Non, sérieux : pour de vrai. Je dis ça, c’est rapport à ces deux autres super vannes qu’il a sorties, toujours ce mardi, et également en ce que, en plus, il est coutumier du fait.

Si-si : c’est un récidiviste. Et donc voilà c’est quoi, selon Didier Guillaume, la solution au terrorisme :

« Il faut davantage de barrages routiers et de fouilles. »
« Et tout terroriste qui a failli à la loi française doit être expulsé. »

Super ! Mais expulsé où ? En Syrie ?

Ah je vous jure : quel abruti !

Au fait... Dans le même style, l’archevêque de Rouen n’est pas mal non plus :

« Il faut que tous ensemble nous prions : c’est la meilleure réponse à apporter au terrorisme. »

Ah bin, si c’est ça la seule et unique solution qu’il a en magasin, le gars, pour protéger ces ouailles du terrorisme, elles ont intérêt à se mettre vite fait à jour question confession, et que Monseigneur leur délivre dès à présent les derniers sacrements. Non parce que si c’est Dieu qui décide de tout, comme c’est marqué dans le bouquin, l’assassinat du père Jacques Hamel, c’est lui le commanditaire.

Donc à mon avis, c’est mal barré. Bin si. Étant donné que c’est Dieu qui régit tout partout sur Terre, c’est Dieu qui a décidé que la France soit frappée par le terrorisme. Du coup Dieu ne va pas exaucer vos prières demandant que la France soit épargnée par le terrorisme. Bin non. Sinon c’est pas logique.

À moins... À moins que vous ne priiez pas le bon bon dieu, je veux dire celui qui est le vrai patron.

Ça je ne sais pas. Parce que qui est le seul et unique véritable dieu, en vérité ?

La réponse après une page de publicité :

Tu as 19 ans. Tu viens de décrocher ton bac pro, mais tu peines à obtenir un emploi stable et gratifiant.
Et en prime tu as un nom à la con. En tout cas un nom qui évoque plus un coupe-jarret de la Forêt de Sherwood, qu’un honnête citoyen de la cité balnéaire d’Aix-les-Bains.
Donc forcément tu te sens rejeté, exclu. Tu stresses.
Et bien rejoins Daesh !
Au sien de l’organisation État Islamique, si tout ce passe bien, et après une période d’essai de seulement quelques heures, tu bénéficieras d’un contrat à durée indéterminée [2] dans une branche qui est en pleine expansion actuellement.
En ce moment Daech propose un apprentissage gratuit en Seine-Maritime qui comporte, outre le forfait décapitation classique, une initiation à la théologie païenne occidentale traditionnelle, et des travaux pratiques sur mécréants qui garantissent l’exclusivité dans tous les médias français et étrangers pendant une semaine minimum.
Et pour chaque curé égorgé, une kalachnikov offerte.

 

Bon, et bien, non, je suis désolé. J’ai eu beau chercher et chercher pendant toute la durée de la pub, je n’ai pas la réponse à cette question : qui est le seul et unique véritable Dieu ?

Par contre, je sais pourquoi beaucoup de personnes préfèrent le « œil pour œil, dent pour dent », à ce « Si on te frappe sur la joue droite, tends la joue gauche », qui, ce n’est pas mentir de le dire, n’a servi le père Hamel que très modérément, voire funestement.

Voyez-vous, j’ai beau être un farouche partisan de la non-violence, l’expérience m’a appris ceci.

Lorsqu’on joue à ce petit jeu-là avec quelqu’un qui n’est pas totalement dans le délire, d’où d’ailleurs la torgnole originelle (celle qui donne le coup d’envoi du jeu), ce qu’il va faire à coup sûr, le gars, après t’avoir frappé sur la joue droite, si tu lui tends la joue gauche, c’est te frapper à nouveau, sur la joue gauche, donc. Voilà. Du coup, toi, fidèle à la règle que tu t’es toi-même fixé, tu vas lui tendre la joue droite, cette fois, une joue droite qu’il va prendre un malin plaisir à re-frapper.

En conséquence de quoi, eh bien, toi, tu vas lui tendre à nouveau la joue gauche, une joue gauche qu’il va re-frapper, elle aussi, en récidive, puis encore et encore, à l’infini : un coup la joue droite, un coup la joue gauche, étant donné que d’un côté il y a toi, chrétien convaincu qui préfère mourir que de renier sa foi et ses principes, et de l’autre il y a quoi ? Une brute sanguinaire assoiffée de sang, un accroc à l’hémoglobine qui prend son pied en tabassant à mort les culs-bénis soumis.

Alors pardonne-moi, mon frère, d’avoir l’air de me foutre de ta gueule, mais à force, hein, de tendre comme ça, un coup la joue droite, un coup la joue gauche, t’y coupes pas d’un torticolis.

D’ailleurs, au fait, tendre la joue gauche si on te frappe sur la joue droite, dans l’absolu, je veux bien. Néanmoins tu fais comment, si c’est à la gorge, qu’il te frappe, le mec ?

Non parce que la gorge, t’en as qu’une mon copain. Du coup, quand on te la coupe, t’es mal.

Ah si c’est la gorge qu’il te coupe, ton meurtrier, tout ce que tu peux lui tendre, c’est ton testament. Mais bon, il faut l’avoir sur toi. Ou alors, oui, tu peux tenter le bon mot, le mot historique qui tue, comme Louis XVI a fait, et avec succès, grand succès, un très grand succès le jour de son exécution.

Trop fort, le gonze ! Louis XVI ? Non pour moi il n’y a pas photo : c’est le roi de la blague.

Comment : vous ne connaissez pas l’histoire ? Le jour de son exécution, et alors qu’il était allongé sur la guillotine, que d’un instant à l’autre le couperet allait s’abattre, et sa tête tomber dans le panier, un coursier arrive et hurle : « Sire ! Sire ! J’ai ici pour vous une lettre de la plus haute importance ! » Comme la loi stipulait qu’il resterait le roi jusqu’à sa mort quoi qu’il arrive, le coursier fut autorisé à s’approcher. Une fois à sa hauteur, il tendit la lettre à Louis XVI, qui lui dit cela, extraordinaire, fabuleux de courage, de dignité, d’humour, de répartie et d’à-propos :

« Mettez-la dans le panier, mon ami : je la lirai tout à l’heure, à tête reposée. »

Voilà. Donc à ceux qui affirment que le décès du père Hamel est la conséquence malencontreuse d’un banal conflit inter ethnique qui a dégénéré, et qu’on aurait ensuite tenté très maladroitement de faire passer pour une tentative de suicide qui a réussi, je réponds sans hésiter ceci : « Flûte ! »

Quant à ceux – j’en suis scandalisé ! – qui, sous couvert d’un humour noir pour le moins douteux en de telles macabres circonstances, avancent en tant que mobile de l’assassinat du père Hamel, que ses agresseurs ont agi par vengeance, c’est-à-dire en réparation de quelques petites taquineries perpétrées jadis dans leur boite à chocolat, j’entends par là quand ils étaient enfants de cœur, sachez, langues de vipères immondes et sans âme, que je m’inscris en faux contre cet odieux blasphème.

Donc qu’ils aillent tous se faire enculer, les terroristes. Amen.

ET VIVE LA FRANCE !

Voir aussi :

10 novembre
Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
Hollande au dîner de cons, Belkacem chez les Gaulois, Faurisson au Bataclan !
4
28 octobre
Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
Juppé président !
15
14 octobre
Handicap Zéro : extraordinaire Théo Berlemont
L’édito des directeurs de la publication d’E&R
3
30 septembre
Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
La gauche, la droite... et Plaintecontrix
12
16 septembre
Un Rocard sinon rien !
L’édito des directeurs de la publication d’E&R
15
2 septembre
François Hollande, Nicolas Sarkozy et l’esprit olympique
Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
15
20 août
Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
Jean Moulin, le terrorisme et les fabricants de bougies
10
22 juillet
Belote, rebelote et dix d’Eder
L’édito des directeurs de la publication d’E&R
11
7 juillet
Le Sénat, Michael Jackson, Belmondo et les seins de Raquel Welch
Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
33
24 juin
À quand la fin de l’inaptocratie ?
Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
21
9 juin
Le malade imaginaire – Un vent de folie souffle sur la justice grenobloise
L’édito du directeur adjoint de la publication d’E&R
28
26 mai
Dieudonné expulsé du Canada : l’édito des directeurs de la publication d’E&R
En chanson !
15
23 avril
Panama Papers : à qui profite le crime ?
L’édito des directeurs de la publication d’E&R
17
10 mars
L’éditorial des directeurs de la publication d’E&R
Alfredo Stranieri et Germain Gaiffe-Cohen répondent aux persécutions dont est victime Alain Soral
29

Notes

[1] En effet, « Petitjean », d’accord : je dis pas. Mais hé, entre nous. « Abdel-Malik » et « Adel Kermiche » : ça m’a pas l’air très catholique tout ça.

[2] « éternelle », même, disent certains. Mais honnêtement, on n’en est pas tout à fait sûr. « Dieu est un mystère », c’est marqué, dans le Livre Saint. Et au tout début, en plus. Quelque part c’est un signe. Sans compter le passage, très important lui aussi, qu’on omet toutefois de mentionner, nous, dans nos prospectus, délibérément, car il n’est pas véritablement en adéquation avec notre politique commerciale : « Que celui qui veut, croit. Et que celui qui veut, mécroit. »

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

32 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Merci Germain ! La comparaison avec la Seconde Guerre mondiale ne souffre aucune contradiction !

     

  • c’est la troisieme citation qui prete a debat dans les cercles initiés !!! j adore Alain Souchon :)


  • Bonjour,
    "Aimez-vous les uns les autres... OK, mais quand les autres ne veulent pas ?".
    Voila une question que les premiers chrétiens ne se posaient pas.

     

    • Exactement...
      Comme quoi, même 2000 ans plus tard, le message a toujours du mal à passer...
      Certains, Chrétiens ou non (et c’est encore plus embêtant quand ce sont des Chrétiens...) tentent à tout prix de modeler/modérer les commandements du Christ à leur guise... :-(
      De cette manière, ils peuvent persévérer dans leur voie d’errance en toute tranquillité d’esprit.
      Pourtant, on ne peut pas être plus explicite que Jésus-Christ dans son Sermon sur la montagne... ses paroles furent claires comme de l’eau de roche !

      Un extrait :



      Eh bien ! moi je vous dis de ne pas tenir tête au méchant : au contraire, quelqu’un te donne-t-il un soufflet sur la joue droite, tends-lui encore l’autre ;
      Veut-il te faire un procès et prendre ta tunique, laisse-lui même ton manteau ;
      Te requiert-il pour une course d’un mille, fais-en deux avec lui.
      A qui te demande, donne ; à qui veut t’emprunter, ne tourne pas le dos.
      Vous avez entendu qu’il a été dit : Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi.
      Eh bien ! moi je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour vos persécuteurs,
      Afin de devenir fils de votre Père qui est aux cieux, car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et tomber la pluie sur les justes et sur les injustes.
      Car si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense aurez-vous ? Les publicains eux-mêmes n’en font-il pas autant ?
      Et si vous réservez vos saluts à vos frères, que faites-vous d’extraordinaire ? Les païens eux-mêmes n’en font-ils pas autant ?
      Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait.



      Le défense physique est anti-chrétienne. Un point c’est tout... celui qui ne comprend pas cela doit consulter un ophtalmologue ou bien devenir honnête avec lui-même. ;-)



    • Le défense physique est anti-chrétienne.




      N’importe quoi. Va dire ça à Saint Louis...


    • @kosmos
      il semblerait qu’un défaut de traduction existe
      Il y a 2 manières de traduire ennemi en latin :

      hostis , qui renvoie plutôt à l’ennemi public (étranger à la communauté : qui ne nécessite donc pas de haine pour être combattu)

      inimicus , qui renvoie cette fois à l’ennemi privé (interne à une communauté définie), c’est à dire celui qu’on déteste par un sentiment d’antipathie personnelle, mais qui ne représente pas l’ennemi absolu, l’Autre.

      Le texte latin prend la traduction inimicus car l’enseignement du Christ ici ne touche qu’à ce domaine de conflit.

      D’où l’utilité, pour ceux qui ne le sauraient pas encore, de conserver le latin comme forme liturgique, où toute la religiosité chrétienne a été pensée de manière cohérente. Aussi, les sermons pleins de confusion, encourageant à "aimer l’Autre"(public) jusqu’au mépris du Moi (privé) prennent l’exact contre-pied de la tradition chrétienne. Cette confusion est un autre signe de la décadence intellectuelle/morale opérée par l’Eglise actuelle

      c’est à dire qu’il faut savoir aimer les proches qui nous veulent du mal, et savoir surmonter ces sentiments hostiles qu’on peut éprouver momentanément contre un frère, un voisin, un compatriote. Mais dans le cas d’une adversité face à un agresseur étranger (guerre, invasion...) il y a toute légitimité à se défendre.

      Ces notions sont toutefois délicates car elles peuvent se superposer. Par exemple un opposant politique peut être de mon pays, voir de ma famille, mais il devient mon "ennemi public" du fait du champ d’opposition : dans ce cas, je ne dois pas combattre mon frère par rancœur, jalousie, ou ambition (inimitié privée) mais parce qu’il est un adversaire politique (c’est à dire qui ne recherche pas le bien public, à mon sens), aussi je ne vais pas m’empêcher de le combattre politiquement.


    • @ Kosmos

      Donc, si je vous ai bien compris, et puisque "la défense physique est anti-chrétienne", si un type force la porte de votre appartement et viole votre femme devant vous, non seulement vous le laissez faire mais vous allez aussi lui chercher votre fille pour appliquer le "tendre l’autre joue", puis vous lui dîtes "je te pardonne" avant de le laisser partir tranquillou ???

      Comme le dit Titus avec raison, c’est n’importe quoi. Et Sainte Jeanne d’Arc ? L’archange St Michel lui a demandé de chasser les anglais hors de France en leur lançant des fleurs ?


  • Bravo, bravo et merci Monsieur le directeur de la publication.


  • Contente de voir que le Directeur de publication a retrouvé l’usage de son ordi ...
    Depuis le temps ...
    Mo’Truckin’.


  • Y a pas : on ne devient pas Directeur de la Publication pour rien !

    Nous ne sommes plus au niveau du statut honorable de Maître Quenellier. C’est même bien plus haut que le titre vénérable de Fion de Hamster. Là, on s’approche à grand pas du Bâton (vibrant) de Maréchal Choron.

    Du grand art, Monsieur Gaiffe-Cohen. Je vous souhaite de cantiner comme un roi.


  • #1525755

    "Dorénavant, on est moins contrôlés, fouillés et palpés, nous en prison, que vous qui êtes dehors, soi-disant « en liberté ». Avouez que c’est quand même un comble."

    Pour avoir connu l’incarcération, et habitué des institutions muséales, je confirme, sans rire.

    Bon, et sinon, les éditos du directeur de la publication d’E&R, toujours un plaisir coupable.
    Merci, Germain !


  • La vidéo des Inconnus illustre assez bien ce qui est dit ici et répond aussi à la question de l’article à 3 min 10 :
    https://www.youtube.com/watch?v=-xS...

     

  • Monsieur Germain , Mr Audiard à dû rencontrer madame votre mère et lui présentait ses hommages , ça laisse des traces , respect et salutations distinguées. Vive la lucidité dont vous faîtes preuve , et je milite à partir d’aujourdhui pour votre entrée au gouvernement.


  • Un adage de l’Inde dit que si tu es honnête avec un gredin , tu risques ta vie.


  • De la part de Rousseau :

    ’’Voici le seul portrait d’homme, peint exactement d’après nature et dans toute sa vérité, qui existe et qui probablement existera jamais. Qui que vous soyez, que ma destinée ou ma confiance ont fait l’arbitre du sort de ce cahier, je vous conjure par mes malheurs, par vos entrailles, et au nom de toute l’espèce humaine, de ne pas anéantir un ouvrage unique et utile, lequel peut servir de première pièce de comparaison pour l’étude des hommes, qui certainement est encore à commencer, et de ne pas ôter à l’honneur de ma mémoire le seul monument sûr de mon caractère qui n’ait pas été défiguré par mes ennemis.’’ (Les Confessions)


  • Un peu d’humour ne fait jamais de mal.

    merci pour l’article !


  • « Aimez-vous les uns les autres » la suite c’est « comme je vous ai aimés !  »

    Tout est dans le « comme » !

    Comment Jésus nous a-t-il aimés ?

    Le « je » avec lequel il s’exprime n’est pas que son « je perso » mais le JE du JE SUIS auquel son prénom renvoie JESU(I)S.

    Le I médian est une lettre verticale, graphée du haut vers le bas exprimant la verticalité de la Croix par ailleurs en double courant, du haut vers le bas, et de bas en haut, c’est l’Échelle de Jacob !

    « JESUIS QUI SUIS » indéfinissable est le PÈRE en chacun la conscience devenue UNE par l’AMOUR du PÊRE (du JESUIS) grâce auquel chacun peut s’identifier en disant par exemple JE me lève ! Qui est ce JE qui lève moi ? sinon, l’ÊTRE impersonnel ? IL EST celui qui s’est retiré en chacun de nous en nous confiant une parcelle de l’âme divine entière* du monde dans un souffle particulier lequel maintient en vie les « je-moi personnels ».

    D’où l’expression populaire il a rendu l’âme ! À qui peut-il l’avoir rendue son âme ? Ne serait-ce pas parce qu’elle lui aura été prêtée, confiée ?

    « Aimez-vous les uns, les autres comme je vous ai aimés » signifie que nous cherchons à aimer et reconnaître l’ÊTRE impersonnel en chacun indépendamment de ses caractéristiques personnelles.

    Puis vient ensuite le jugement personnel. Pour aimer, apprécier, respecter l’autre sur le plan personnel, il convient de passer d’abord par l’Amour du PÈRE. Tout ceci est inconscient, bien sûr ! Et selon la Tradition chrétienne par le Fils que nous portons en nous puis par Sa Mère (la Manifestation, le Saint-Esprit) pour accéder au Père (l’ÊTRE non manifesté, invisible), une Co-naissance.

    Ainsi, nous disposons chacun d’une manière d’ÊTRE. La manière est personnelle. Il s’agit d’une signature particulière, singulière. Quant à l’ÊTRE, il est impersonnel.

    C’est lorsque le jugement personnel est suffisamment mûr que nous pouvons aimer sur le plan personnel à savoir créer des liens de sympathie, amicaux, fraternels, parentaux, conjugaux, ...

    Sans liens de consciences renouvelés, l’A-(a)mour dont il est question se noie dans le n’importe quoi à savoir le « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil », la sensiblerie, et cette fameuse injonction du « vivre ensemble » lequel sous-entend en fait, accepte n’importe qui chez toi et ferme ta gueule ! ...

    entière* ou holistique à savoir la partie dans le Tout et le Tout dans la partie d’où le terme catholique

     

    • Intéressant mais désolé ton histoire du "Je suis" ne tient qu’a toi car n’a aucunes racines étymologique.


    • à@
      Le 2 août à 14:40 par ras
      « Aimez-vous les uns les autres... OK, mais quand les autres ne veulent pas (...)
      Intéressant mais désolé ton histoire du "Je suis" ne tient qu’a toi car n’a aucunes racines étymologique
      . »

      Tu trouveras certainement un intérêt à consulter voire lire et approfondir l’ouvrage de Marc Adrien Rohrbach (un suisse) « l’éveil spirituel » édité aux Editions* LE COURRIER DU LIVRE (1969) et réédité aux Éditions de LA PENSÉE UNIVERSELLE, notamment le chapitre XXIV À propos de l’amour du prochain. Il y a des sources quant à l’étymologie des termes et s’apercevoir comment ils ont été galvaudés ou mal compris voire détournés.

      Ces textes ne délivrent pas leur mesage de vie en une simple lecture rapide, "zappée" et superficielle ; La graine ensemencée ne lève que si elle est entretenue, cultivée comme le laboureur envers ses semailles .....

      Un musicien n’entre pas dans l’orchestre sans savoir jouer sa partition ! Il doit donc faire effort pour apprendre la sienne.

      s’il n’est plus disponible recherchez en bibliothèques.


    • Cher @ noel,

      "Un musicien n’entre pas dans l’orchestre sans savoir jouer sa partition ! Il doit donc faire effort pour apprendre la sienne".

      Vous nous parlez de technique mécanique, tandis que le Directeur de la publication préconise sa foi selon sa psychologie.

      Doit-on, dans la jungle, user d’un revolver lorsqu’un fauve féroce affamé s’apprête à nous bouffer ? Là est la question !

      Fais effort, ça rappelle une injonction d’Analyse Transactionnelle (rappelons-le une injonction est un message inhibiteur non-verbal qui donc se communique de manière non consciente) ... Seriez-vous un pote à Cerise qui s’est intéressé à l’A.T. en surface ?

      Fais effort, c’est psychologiquement pas faux, seulement incomplet et si c’est incomplet c’est faux. Ce qui est vrai est entier.

      Tenez, pour illustration... Lorsqu’un homme rencontre une femme ; que voit-il dans l’immédiat ? Qu’il est incomplet, au sens où il n’est qu’un être à demi humain (selon Otto, le suicidé à 23 ans).

      Idem pour la femme ; a elle seule incarne t-elle l’ETRE HUMAIN !

      Normal... Dans l’immédiat elle voit que tous deux sont différents. Y en a un qu’à un p’tit tuyau d’arrosage à cause qui sait pas canaliser l’eau et l’autre un magnifique sourire.

      Voyant cela, ils perdent l’idée qu’ils étaient complets dans leurs incomplétudes et deviennent humbles ; à savoir qu’ils ont besoin l’un de l’autre (pas forcément pour perpétrer un schéma traditionnel, la déjante c’est autorisé).

      Ainsi chacun prend la richesse de l’autre (en l’occurrence la femme le pognon de l’homme, c’est dans l’ordre des choses... Sauf chez l’avare) et cela les fait grandir. Si elle pouvait pas se payer des pompes à talons, maintenant elle peut ! Ce qui en hauteur réduit l’écart qui les séparait.

      Grandir c’est le fait d’accueillir en soi l’inconnu, au sens de ce qui ne nous est pas connu, faisant fi de paraître ridicule. Seulement, cela réclame un abandon mutuel de ses absolues certitudes. C’est l’implicite réciprocité qui donne la mutuelle confirmation.


  • Merci pour cet article pertinent et bien documenté.
    Je dois dire que j’ai souris plus d’une fois !
    On peu être lucide et cultiver le sens de l’humour... dans le contexte actuel, c’est même nécessaire par moment, y compris s’il est un peu noir.
    La situation est tellement absurde.

     

    • Oui c’est absurde... Grâce à Dieu Monsieur Cohen est de ces hommes qui toujours placent sa vision personnelle et matérielle en dessous d’un plan spirituel et impersonnel, même quand les autres ne veulent pas s’aimer les uns les uns.

      C’est pour cette raison qu’aimablement il invite les autres dans la délicatesse à aller tous se faire Maître... Dire aller tous se faire "enculer" serait être de seconde main et s’attribuer ce qui n’est pas sien. Rendons à Caesar sa salade niçoise.

      Merci Monsieur Cohen


  • Ce qui est bien, c’est qu’on a tous gagné un exemplaire de Mein Kampf, pour le plus grand bonheur de Mélenchon. Et Souchon va pouvoir s’en donner à coeur joie.


  • On ne voit pas comment dieu, qui est un être sage, a pu mettre une âme bonne, dans un corps tout noir. Montesquieu pratiquait l’ironie, trop subtil pour toi ! t’as rien compris.

     

  • Jésus dit d’aimer aussi ses ennemis .. pour ça il faut demander l’Amour de Dieu afin de le recevoir dans son cœur, ou, obéir à son commandement "aime ton prochain comme toi même". Jésus à pardonné à ses bourreaux .. et a pardonné nos péchés, à nous de pardonner à ceux qui nous ont offensé, sinon le Seigneur ne nous pardonnera pas.
    Voir Matthieu 18:23 (le méchant serviteur).

     

    • cf mon commentaire plus haut sur ennemi public et privé.

      Jésus a pardonné à ses bourreaux... qui étaient juifs (ennemis privés).

      Il a demandé à son Père de pardonner à ceux "qui ne savent pas ce qu’ils font", c’est à dire qui cherchent à vivre selon la Loi mais qui pêchent par aveuglement, erreur, ou sous l’emprise du démon.
      Le monde dans lequel nous vivons dépasse allègrement ce cas de figure. Les hommes se disent ouvertement ennemis de Dieu et de la Foi, en toute conscience. Je ne sais pas quel sort leur est réservé, mais je pense que ça ne sent pas très bon pour eux. Il est absurde et sans doute schizophrénique de persister à croire que l’on doit prier pour nos ennemis publics (franc-maçon, sionistes...) qui poursuivent un projet frontalement opposé au Dieu chrétien. Ce n’est pas ce que Dieu nous demande.


  • Le 4 août à 02:20 par Existentiel #1527364

    Je ne t’ai pas parlé d’analyse transactionelle j’ignore d’ailleurs ce dont il s’agit !

    « Un musicien n’entre pas dans l’orchestre sans savoir jouer sa partition ! Il doit donc faire effort pour apprendre la sienne. »

    C’est un peu comme sur un ring ! Si tu montes dessus c’est que tu estimes être à la hauteur de ton adversaire ? non ?

    Sinon, tu t’entraînes jusqu’au jour où tu pourras ! Idem pour un musicien.

    Maintenant concernant les « nanas », je ne recherche pas ma moitié puisque je suis entier comme tout un chacun d’ailleurs. N’avons été créés complets à 100 % ? sauf que nous l’ignorons cette grande partie de nous même, cet autre côté (et non pas côte d’Adam) pour nous inciter à nous accomplir et donc à découvrir et actualiser notre potientiel intérieur lequel nous fait peur ! Il ne s’agit pas d’un manque mais, bien au contraire, d’un .... trop-plein !

    Une véritable et authentique femme est donc une initiatrice sur le plan de la vie intérieure et non pas une dévoreuse d’hommes, ni de pognon, ne dévorant d’ailleurs qu’elles même au travers l’énergie-information des autres qu’elles captent tel le coucou s’installant dans un nid qu’il n’a pas construit ! Et puis, ne dit-on pas « oiseau qui jacasse ne construit pas de nid ».

    Elle devra en rendre compte tôt ou tard, quitte à terminer avec un chien de compagnie.

    Idem pour les hommes accumulant les conquêtes féminines à souhait par faiblesse afin d’éviter l’effort intérieur pour découvrir l’ombre qui les suit. Cette dernière ne demande qu’â être éclairée. Ces gars pour certains fuient dans le boulot et n’arrêteront pas pour se reposer et donc se poser un jour ! Entre les cuisses d’une femme ou dans leur bras, ça ne changera rien !

    La femme éveille, c’est tout ! Elle ne dit rien quant au chemin à suivre : elle reste muette puisqu’elle est uniquement un catalyseur.

    Tout le “djihad” ou conquête du Soi (le personnage d’Hercule en est un exemple ainsi que Jésus), est celui du combat à l’intérieur afin qu’Eros (le Héros) soit honoré, éprouvé !

    Donc, ton analyse transactionnelle ???? Quant aux pouffiasses actuelles formatées par le mensonge du féminisme idem.

    Seules les femmes, « faisant oeuvre mâle en elles-même » - des soeurs pour moi - trouvent grâce à mes yeux !

    L’Erreur de l’erreur, c’est l’Ignorance.

    « Que celui qui cherche, ne s’arrête pas de chercher jusqu’à ce qu’il trouve » (Évangile de Thomas)

     

    • Euh... Je voudrais pas me mêler de ce qui ne me regarde pas sauf que... Ben sur le ring, y a des combats truqués, où le mec fait semblant de se coucher et l’autre de gagner parce que derrière y a des bookmakers et/ou d’autres intérêts.

      Bon, ensuite le reste de votre dialogue, @ noel et @ Existentiel, ne me concerne pas. Je voulais juste rappeler que c’est si facile de truquer un combat et que, hélas, le public est là parce qu’il a envie d’y être pour se divertir sans trop s’interroger sur un truque qui lui traverse même pas l’esprit ; en l’occurrence piper les dés.

      Le boxeur qu’à un appareil dentaire à payer à son gosse, vu les frais d’orthodontie... Entre la gloire et le confort de son mioche, ne va même pas hésiter. Y a qu’un Ducon pour faire passer son heure de gloire avant un enfant et toute sa vie à venir.

      Le public, lui, veut un gagnant et un perdant ; l’idée que les deux gagnent ça lui donnerait l’impression de s’être fait avoir en ayant acheté son ticket pour le spectacle de divertissement.

      Tu me diras, les intellos font pareil. Ils leur faut un qu’a raison et un qu’a tord, ça permet de jamais rien résoudre et sa structure le temps dans la reconnaissance ou la frustration de la récompense de prix et de titres à la con qui donnent la sensation d’être important pour quelqu’un ou d’être un pauvre con.

      L’idée de se dire :
      - Tiens... Je ne sais pas ! Si on en causait ensemble, je t’écoute, tu m’écoutes, on s’écoutent... pour essayer de comprendre pour avancer, vu qu’on a pas d’autre choix que d’avancer en même temps que le temps...

      pas plus ne leur traverse l’esprit.


  • @ Le 6 août à 02:15 par Cheveux sur la soupe #1528878

    « Euh... Je voudrais pas me mêler de ce qui ne me regarde pas sauf que... Ben sur le ring, y a des combats truqués, où le mec fait semblant de se coucher et l’autre de gagner parce que derrière y a des bookmakers et/ou d’autres intérêts. »

    Je vois ce que tu veux dire mais vois plus loin voire même au delà de la mort car s’il s’agit avant tout d’un combat spirituel donc des âmes et pour elles, reste à savoir de quel côté, on est, chacun, placé et si encore certains ont une âme ? Combat spirituel avec effets ici dans le temporel.

    Nous traversons ici bas, des épreuves pour l’âme et nos existences en sont affectées afin que notre coeur puisse ressentir l’affection sans bornes du Père au point d’entre être touché, ému !

    Pour le combat sur un ring, demande à Soral ce qu’il en pense !
    Joute oratoire et combat sur un ring ! Si tu es du niveau, combats dans sa catégorie, sinon vise moins haut ou alors, retourne t’entraîner jusqu’au jour où ! Partir du point où tu en es pour aller vers ce qui sera  !

    Voir aussi, « Nous avons gagné ce soir » (titre original : « The Set-Up ») est un film américain réalisé par Robert Wise (et par John Indrisano pour les séquences de boxe), sorti en 1949 avec Robert Ryan !

    Sans préparation mentale à l’éventuel chaos dans lequel nous sommes déja (rien qu’à voir l’état de la capitale ....), aucune parade possible !

    Car, il y en a marre des avertissements, y compris et surtout pour l’oligarchie et leurs sbires .....


Commentaires suivants