Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Alain Escada : "Il faut retrouver la volonté de justice sociale"

Rappel historique sur le catholicisme social

Alain Escada a accordé à MPI-TV un entretien dans lequel il fait l’analyse de la situation sociale en Europe. Selon lui, les mêmes troubles apparaissent dans les différents pays d’Europe, alors que les gouvernements sont soi-disant de bords opposés. Il prône ainsi une troisième voie, garante du bien commun, celle du catholicisme social.

 

 

Retrouvez Alain Escada, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

46 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • " L’extrême gauche " antifa s’entraîne et fait ses gammes en France avant de s’attaquer à son véritable objectif : le FN pendant la campagne des présidentielles . Et la majorité des Français-Charlie sera enchantée de les voir dérouiller "les fachos" .

     

    • Il me semble qu’il ne réserve pas leur violence extrême uniquement au FN... Je pense qu’ils agiraient de même avec les monarchistes, par exemple. Enfin, avec tous les gens qui cherchent une solution pour sortir de ce cercle infernal et apaiser le Pays.
      Si j’ai bien compris, leur moyen d’action est la destruction, le chaos permanent, la lutte et les rapports de force.
      La question que l’on se pose devant cette extrême violence est : A qui profite tout çà ?! Certainement pas aux gens du quotidien qui doivent travailler, élever leurs enfants, ou sont retraités, etc.
      Que fait le gouvernement ?! Il contraint chaque jour d’avantage les "honnêtes gens."
      Nous sommes comme pris en otage entre ces deux expressions de la violence ; institutionnelle et sociale.
      Je vais pour ma part, aller voir du côté de ces auteurs dont parlent M. Escada... tant il est vrai que nous sommes désinformés et que nous n’avons pas eu accès à la totalité de notre Histoire... du fait de la censure et du formatage officiel ; l’endoctrinement des F.M. et associés.
      Le but étant de modeler "l’Homme Nouveau" dans un monde de cauchemard.


    • #1492415

      @Patricia
      C’est une très bonne & sage idée que tu as là !
      Si je peux me permettre , les tenants et aboutissants sont dans la culture et la transmission de la tradition Catholique...nos anciens & ancetres nous ont donnés les clefs !
      Donc je ne sais si cela est déjà fait mais je te conseille quelques autres livres et auteurs de plus :
      Mgr Delassus (La conjuration antichrétienne sur KontreKulture) & Mgr Marcel Lefebvre, La Franquerie (La mission divine de la France aux éditions Saint-Remi ), Louis de Bonald, C.Maurras (librairie de Flore & KontreKulture), Joseph de Maistre, Saint Thomas d’Aquin (livre De Regno sur le site Civitas),Padre Pio, plus récent M. François-Xavier Peron (Le Synode sur la famille-La révolution du pape François idem sur Civitas), Catéchisme Saint Pie X, les Évangiles abbé Crampon (sur KontreKulture) , Léon de Poncin, Mgr Jean-Joseph Gaume, Jacques Ploncard d’Assac (éditions Clovis), Roberto de Mattei (Apologie de la Tradition & La dictature du relativisme), R.P. Edouard Hugon (Hors de l’Eglise point de salut ?), Johan Livernette (Le complot contre Dieu) , Jean-Marie Vianney (Saint curé d’Ars) & pour finir Alain Escada, président de CIVITAS, a publié un ouvrage, véritable réquisitoire implacable contre la théorie du genre & Mariage homosexuel, homoparentalité,...Décryptage d’une révolution sexuelle (les deux sur le site Civitas) etc...
      Bien des choses nous sont cachés, et il suffit de lire tout est écrit !
      Bien à vous Patricia en espérant ne pas avoir été désobligeant de part mes conseils..
      Le savoir nous permet d’atteindre le Ciel et le Salut !
      Que Dieu vous protège....


    • Merci à vous Chevalier Lefèbvriste pour tous ces conseils de lecture. Je vais noter tout çà ; il y a de quoi approfondir. J’ai 65 ans. Je suis veuve et j’ai, de fait, du temps à disposition maintenant.
      Il n’y a pas très longtemps que j’ai compris tout ce qui se passe autour de nous. Je savais que quelque chose n’allait pas du tout depuis très longtemps mais je n’avais pas les clés pour le comprendre, ni non plus les références. J’étais un peu isolée, je veux dire dans un environnement hostile à la réalité ; à la vraie vie... ma belle famille était "cathos de gauche." Je n’y étais pas du tout à ma place. Mon défunt époux non plus du reste. Il en a beaucoup souffert.
      Bref, je remercie le Seigneur de m’avoir donné, depuis mon veuvage, toutes ces réponses qui font sens !
      Je peux vous dire que je suis allée à Noël assister à une Messe Traditionnelle, un peu par curiosité et parce que je voulais en avoir le cœur net. J’ai eu la surprise de retrouver La Messe de mon enfance et de ma Communion Solennelle... J’ai été surprise par la ferveur des gens, leur simplicité et leur gentillesse. Depuis, j’ai commencé à lire Mgr. Lefèbvre qui est vraiment un Saint homme et un véritable guide spirituel. Un gardien de La Tradition.
      J’ai cherché pendant très longtemps une spiritualité vivante et, en vérité, tout était encore disponible dans notre Héritage catholique qui ne nous a pas été transmis depuis le milieu des années soixante.
      Je peux dire que nous sommes trahi de tous les côtés : par les soient-disant politiques tous F.M. Ils n’ont aucune morale et méprisent les gens du Peuple. Il y a aussi tous ces ecclésiastiques actuels qui, eux aussi, nous ont trompé. Ils ont fait écran. Ils ont barré, en quelque sorte, du fait de leur orgueil et de leur manque de conscience, le chemin qui mène au Ciel.
      En vérité, il y a 2 religions : la vraie religion catholique de toujours et une fausse religion de bric et de broc dite "catholique" depuis Vatican II... Je l’ai compris il n’y a pas si longtemps et il a fallut la mort de mon époux pour que le voile se déchire. C’était devenu évident.
      Je pense aussi à toutes ces personnes dont j’ai croisé le chemin et qui étaient en errance ; dans la désespérance et sans repère pérenne et traditionnel... La vie que l’on nous proposait était absurde.
      A vue humaine, nous ne pouvons plus nous en sortir sans l’intervention du bon-Dieu... mais nous avons aussi notre part à accomplir : faire circuler la Vérité.
      Il n’y a pas de fatalité.


    • A moins que si ça ne pète vraiment (ce qui malheureusement se réalisera tôt ou tard) un jour dans ce pays ce ne soit les "fachos’" qui les dérouillent,et peut-être en plus de façon définitive...
      Qui vivra verra comme dit la maxime,et Dieu reconnaitra les siens !!!


    • #1492569

      @Patricia
      Ma chère je vous envoie un lien pour trouver les Eglises, les prieurés, retraites, autour de chez vous !
      Vous pourrez ainsi rencontrer nos abbés et prieurs...toute une vie très active et saine, pieuse entoure la FSSPX (Fraternité Sacerdotale Saint Pie X)
      Vous trouverez un nouveau chemin et des amis vous pouvez me croire bien à vous chère amie et que NS Jésus Christ-Roi vous bénisse !



      La porte latine...
      http://laportelatine.org/district/l...
      Ainsi que Civitas et MPI & MCI
      http://www.civitas-institut.com/
      http://medias-catholique.info/
      http://www.medias-presse.info/




      Nous avons besoin toujours de l’exemple de Notre Seigneur dans toutes les conditions dans lesquelles nous sommes. Tous les fidèles, tous ceux qui sont chrétiens, qui s’honorent de ce nom de chrétien, qui sont donc les disciples de Notre Seigneur Jésus-Christ, doivent Le suivre. (18 avril 1976)
      Mgr Lefebvre



    • A Chevalier Lefèbvriste :
      Je vous remercie pour toutes ces précieuses informations.
      Je sais maintenant que je suis sur le bon chemin de la vraie vie. Et plus rien ne pourra m’en éloigner. D’autant que : plus je découvre cet héritage légitime qui nous a été volé, plus je trouve une cohérence évidente entre notre cher vieux Pays, sa splendeur passée et notre vraie religion catholique.
      Il est évident que c’est l’un des piliers fondateur.
      Sans lui, La France se vide de son essence et devient un assemblage laid et stérile, fait de bric et de broc. De fait, s’exprime cette construction abstraite et absurde qu’est l’idéologie dominante... ce qui induit tous les germes de violences et de destruction que nous constatons.
      La Loi Naturelle est absente. La Transcendance est en voie d’être éradiquée. Le Bon-Dieu est remisé au placard.
      De plus, nous le voyons bien : le système avec ses serviteurs FM et associés tente de remplacer notre population par des "migrants..." La plupart sont des jeunes hommes agressifs et conquérants. Par ce mélange, la Chrétienté de France, d’Occident sera anéantie.
      Ces envahisseurs et autres parasites sont eux aussi manipulés ; au bout du compte, ils seront les nouveaux esclaves de ce système... De toutes façons, dans cette éventualité, ils seront les nouveaux "perdants" et eux aussi trompés.
      La France, dans ces conditions, ne sera plus qu’une coquille vide ; stérile.
      Toutes les actions des "puissants" qui occupent de force le pouvoir et méprisent la volonté des gens, prouvent, quand on sait observer que :
      - C’est la vraie religion catholique qui est menacée d’éradication.
      Au début, je peux dire que ce constat est surprenant... mais ensuite tout s’éclaire et s’explique ; notre situation actuelle, notre Histoire qui n’est pas notre véritable Histoire, etc.
      Leur haine et leur capacité à fabriquer des leurres et des mensonges est grande et réelle.
      Oui, ce qui s’est vécu en France est au moins à l’égal des faits historiques de l’Union Soviétique, sauf que cela n’a duré que 75 ans... tandis que pour nous, cela fait plusieurs siècles que ce plan est en marche ; nous broie de génération en génération.
      Je souhaite que beaucoup de personnes se réveillent et se libèrent, comme je l’ai fait. C’est une illusion mortifère qui nous maintien dans la posture de victime.
      Nous allons revivre avec l’aide de La Très Sainte-Vierge ; Notre-Dame de France.
      Que Le Bon-Dieu vous garde !


    • #1495912

      @Patricia
      https://www.youtube.com/watch?v=Qd-...
      Film d’une grande beauté pour tous !
      (sauf l’introduction)


  • " L’extrême gauche " antifa s’entraîne et fait ses gammes en France avant de s’attaquer à son véritable objectif : le FN pendant la campagne des présidentielles . Et la majorité des Français-Charlie sera enchantée de les voir dérouiller "les fachos" .


  • " C’est emmerdant les philanthropes " (Céline, Mort à crédit) .


  • #1492201

    En l’occurrence, ce ne sont pas les évêques de 1945 qui obtinrent aux Français la Sécurité sociale. Je suis catholique, et même "tradi", mais je voudrais aussi rester honnête. Léon Bloy plutôt qu’Escada.

     

    • Les catholiques refusent délibérément de s’intéresser aux modes de production d’un point de vue théorico-pratique. Ils préfèrent à l’instar de Louis Hubert Rémy disserter pendant toute une vie sur la couleur d’une bannière pour un saint mort il y a près de 1000 ans ou à quel point la royauté française fut fabuleuse. Ce même homme a même déclaré dans une de ses consférences qu’il faudrait une "conférence entière sur l’argent" : il pense donc traiter le problème en deux heures...
      Que dire de plus...


    • La sécurité sociale est de la petite bière par rapport à la protection que les corporations assuraient aux travailleurs quand la France était catholique et royale.
      Les travailleurs étaient assurés contre le chômage, l’invalidité, la vieillesse et les accidents de la vie, et leurs veuves l’étaient également.
      Les corporations ont été abolies le 4 août 1789 (abolition des « privilèges »), interdites le 1er avril 1791 (décret d’Allarde), et il a été interdit d’en créer de nouvelles le 14 juin suivant (loi Le Chapelier).
      La déchristianisation de la France a suivi le même calendrier : on a commencé par taper au portefeuille (confiscation des biens du clergé) puis on a soumis l’Eglise au bon vouloir de l’assemblée (constitution civile) et enfin on a organisé la persécution des récalcitrants, de l’interdiction à l’extermination en passant par la déportation.
      Le grand vainqueur de ce chaos a été incontestablement un certain mode de production que d’aucuns trouvent intelligent et qui n’a semé que le malheur.


    • @RD
      Pour tirer publiquement sur Louis-Hubert Rémy, dont on ne voit pas bien ce que la critique fait ici, vous pourriez avoir la décence de ne pas vous cacher derrière un pseudonyme.


    • @Marion Sigaut.
      Auriez-vous svp des infos sur quelle était la part de la population qui était protégée par le régime des corporations ?

      Concernant les deux intervenants cités plus haut, ils ont décidé de s’exposer publiquement et en recueillent donc à la fois louanges et parfois aussi quelques critiques. C’est pareil sur ce forum, on peut même être traité de matérialiste (c’est du vécu !), quelle insulte !


    • #1492814

      @ Marion Sigaut

      Qualifier la sécurité sociale de "petite bière", pour le coup c’est pas très honnête intellectuellement.
      A vous lire, les corporations sont le nec plus ultra de l’organisation sociale. Je soumets quand même à votre sagacité le fait que, sans corporations, le travailleur est également aujourd’hui protégé du chômage, de la maladie, de la vieillesse, etc... grâce aux mouvements sociaux et syndicaux des dernières décennies.

      Sinon, entièrement d’accord avec vous sur le fait que les années suivant la révolution française ont marqué un recul pour la condition ouvrière.


    • @RD
      Les personnes concernées par le régime es corporations étaient les ouvriers. Je ne sais pas quelle proportion de la population globale ils représentaient, mais on ne pouvait exercer un métier sans être incorporé. Il n’y a sans doute que les métiers spécifiques au monde rural qui y ont échappé. En ville, personne.
      Les Lumières ont tiré à boulets rouges contre ce système qui est tombé à la révolution. La prolétarisation du monde ouvrier date de là.
      Je ne vois pas en quoi le fait que Louis-Hubert Rémy et Alain Escada s’expriment publiquement et nommément vous interdit d’en faire autant.
      Quelque chose doit m’échapper.


    • Vous avez raison, je n’aurais pas du nommément citer de noms précis.
      Mea culpa.


  • Tout est sous contrôle, la morale chrétienne peut contrer l’idéologie dominante, merci E&R de m’avoir fait comprendre l’importance de notre culture et de pointer du doigt les manipulations du système.

     

    • Le Christ peut-être, la morale chrétienne est à géométrie variable : entre Thomas Münzer et le tradi de base, il y a souvent un abîme...


    • #1492592

      @RD
      Heureusement d’ailleurs, qu’il y a une abîme, ton commentaire est stupide, quel rapport entre Thomas Müntzer et le traditionaliste ou la tradition ?
      Je ne comprends pas bien ton intervention !


    • Qu’est-ce que "à géométrie variable" vient faire ici ? Voulez-vous dire qu’un chef protestant et un catholique traditionnel devraient être d’accord, et que le fait qu’ils ne le soient pas montre que le christianisme est à géométrie variable, c’est-à-dire en quelque sorte à la gueule du client ?
      L’opposition entre catholiques et protestants était grave, irréconciliable car relevant d’une vision du monde qu’on voit aujourd’hui exacerbée. La vision protestante, vétérotestamentaire, est au pouvoir aujourd’hui. La vision catholique est ce qui s’y oppose.


    • Je dis que désormais même dans ces "milieux" les principes cardinaux de l’économie bourgeoise sont désormais admis comme la gravité, ils ne sont jamais remis en question. Ils sont soient relégués à de vulgaires question subalternes d’intendance, soit décrits comme manquant juste de tempérance ou comme un mal nécessaire qu’il conviendrait de dompter à la marge (oui à la spéculation immobilière, non à la spéculation des traders à haut fréquence à wall street).

      PS : je m’inclus dans le "tradi de base".


  • Faut arrêter cet anti syndicalisme primaire. Vous avez la mémoire courte M. Escada, vous avez oublié l’histoire de la chemise d’Air France et d’autres prise en otage de patrons d’entreprises. Les gens qui défilent sont aussi des français(le peuple), sans pour autant les assimiler à des crétins utiles, les antifa. Votre authentique progrès social avait un prix, le résultat d’un pétrole gratuit,
    notamment les trente glorieuses ou les progrès sociaux était réels, ce n’était pas le cas au dix huitième. Rassurez vous, il n’y a plus de combats entre les classes, les oligarques nous poussent à des affrontements ethnique ou religieux. Pour finir, il existe une classe dominante arrogante et vorace, arrêtez de ne pas la voir. Vous me persuaderez lorsque vous aurez convaincu les tenants des pouvoirs médiatique, économique, culturel, je n’ose même pas parler de politique à les partager avec plus de justice mais sans aucun égalitarisme, vous faites la leçon à ceux qui subissent les oppressions !

     

    • Il doit confondre le militant de la base avec les responsables syndicaux, forces contre-révolutionnaires s’il en est.
      Un peu comme laguiller qui assimilait le patron de base à bill gates !



    • les progrès sociaux était réels, ce n’était pas le cas au dix huitième




      De quoi parlez-vous ?


    • @ Marion Sigaut
      Je parle des acquis sociaux de la classe ouvrière, il est bien plus agréable d’être prolo après guerre qu’au dix huitième. Vous devez certainement en savoir bien plus que moi.


    • @Demy
      C’est parce que j’en sais plus que vous que je me permets, sans animosité je vous l’assure, de vous signaler qu’au dix-huitième siècle il n’y avait pas de prolétaires, et que les travailleurs étaient tous incorporés donc protégés. Il est certain qu’il valait mieux être prolétaire en 1950 qu’en 1850. Et qu’il valait mieux être ouvrier en 1750 qu’en 1850. C’est comme ça.


    • Je confirme qu’il est de plus en plus difficile d’être prolo dans le 18ème...

      Quant au XVIIIème siècle, lire ce qu’écrit Marion Sigaut plus haut. Sachez cependant que près de 4 français sur 5 étaient paysans, dont la plupart étaient propriétaires de leurs moyens de production et de leur capital... soit tout l’opposé de la définition de "prolétaire" selon Marx, que je vous invite à lire avant d’utiliser des mots que vous ne connaissez pas.

      P.S. pour rire un peu, lire le tissu d’âneries et de poncifs historiques contenus dans l’article "paysan" de wikipédia :
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Paysan


    • @Demy
      Il faut me semble t il distinguer le paysan de base non protégé par un statut corporatif des "artisans de luxe" comparable aux cadres mondialisés d’aujourd’hui.


    • #1492787

      @ Demy

      Il semble que vous forgiez votre raisonnement sur des données historiques erronées.

      Le XIXeme siècle fut une horreur absolue pour ce qui concerne les conditions de travail, et c’est le fruit de la Révolution française. Le prolétariat est une invention du XIX, grâce aux lois Le chapelier et Dallarde, mettant fin à toutes les protections sociales d’ Ancien régime, votées durant la Révolution Française.
      Mais qui sont les premiers à essayer d’enrayer la logique bourgeoise et marchande qui a mit en esclavage les populations ? Les monarchistes catholiques. Et ce, bien avant les marxistes socialistes et communistes :
      Le 22 décembre 1841, Le Vicomte Alban de Villeneuve-Bargemont prononce une allocution acide à la chambre des députés sur les conditions ouvrières, et notamment le travail des enfants qui le scandalise. Il obtient gain de cause. En 1850, c’est un autre monarchiste catholique, le vicomte Armand de Melun qui réussi à faire passer des lois sociales, contre les logements insalubres, autorise la création de caisse de retraite, d’assistance judiciaire et hospitalière etc. Je ne citerai pas nom plus le comte de Chambord et La Tour du Pin.
      Tout les républicains libéraux étaient contre. Monsieur Waldeck-Rousseau qui légiféra sur les syndicats et encadra donc leurs créations en 1894, le fit pour contrer la re-création des corporations voulu par le comte de Chambord notamment ( demande éminemment populaire également). Quand on sait que ce Waldeck-Rousseau est à l’origine de la loi de 1901, qui ouvrit un boulevard à la Franc-Maçonnerie, qu’il purgea l’armée au moment de l’affaire Dreyfus, en limogeant les anti-dreyfusards et qu’il était un colonialiste acharné, envoyant même les tirailleurs tirer sur une foule en Algérie en 1901, on se demande ou est le social la dedans…
      Avec la peur du communisme une partie des catholiques français ont, au XX siècle, laissé tomber les questions sociales, mais c’est faux pour le XIX.

      La seule chose qui fait véritablement peur au capital c’est la communauté paysanne et la corporation, une entente verticale et hiérarchique qui donne un sens au travail, et une dignité à un homme qui redevient artisan et non pas prolétaire qui fait tourner la machine…


    • @Paysan breton
      Si les paysans du 18ème étaient de bons petits capitalistes agraires, pourquoi diable beaucoup d’entre eux ont ils finis au siècle suivant dans le kolkhoze usinier des périphéries urbaines ?

      D’après Henri Sée, surtout au nord du pays, près des deux tiers des exploitations faisaient moins de 1 hectare, soit trop petites pour survivre. Il y avait un certain nombre de taxes en outre qui leur incombaient notamment lors des successions. Pour info il y a des passages sur la transformation du mode de production agricole dans les manuscrits de 1844 de marx.


    • @Paysan Breton
      Malgré sa connaissance approfondie du sujet, je vois que Madame Sigaut est bien plus humble que vous, votre façon de vous adresser aux gens avec des leçons en arrière plan est d’une arrogance sans nom.Merci pour la paysannerie, on parle de classe ouvrière, votre prétention vous aveugle.


  • J’aime bien le sourire franc du collier affiché de manière naturellement décontractée par Alain Escada dont la bonhomie, l’aisance orale et la prestance le rangent parmi la noblesse intellectuelle et charismatique de la France élégante et profondément déiste.

    L’humanité et la théorie des classes sociales appartiennent à des catégories politiques intrinsèquement opposables car la première obéit aux instincts grégaires de conservation (sécurité) et de reconnaissance (sociale) alors que la seconde perpétue le règne de la grandeur du lion en y ajoutant la force (domination) et le pouvoir du logos.

    Vous avez compris que je ne partage pas l’opinion émise par notre éminent frère de luttes, Alain ESCADA, au sens où le considère que la Révolution "sociale et politique" passe inéluctablement par le chemin ardu et besogneux de la lutte des classes.

     

    • La lutte des classes et le prolétariat, comme le capitalisme, sont issus de la Révolution française, c’est-à-dire du renversement de l’ordre économique et social catholique.


    • Non, le truc a été "conceptualisé" mais on peut penser qu’il existe depuis la disparition des communautés et l’apparition des sociétés. Entre les patriciens romains et l’esclave d’une latifundia, il n’y avait pas vraiment convergence d’intérêts si l’on peut dire.


    • @ Titus

      La lutte des classes est un concept qui a été imaginé au XIXième siècle. Karl Marx l’a utilisé à la suite de quelques historiens libéraux de la restauration. Ce n’est pas à coups de bobards qu’on renverse la table en y assurant le succès.


  • La troisième voie c’est le national socialisme.
    Mais personne n’ose y penser même en rêve.

    C’est une théorie économique qui n’a rien à voir avec le nazisme, soyons claire.
    Pour s’en convaincre, il suffit de lire "la révolution Européenne" de Delaisi.
    Et en plus cela à été expérimenté dans le monde du réel avec succès.

    Troisième voie, cela veut dire avant tout sortir de l’esclave Bancaire international par la dette.


  • #1492435

    Justesse , etc. Bon sens , lucidité et bienveillance ...
    Merci Mr Escada.


  • Ne s’agit-il pas là de ce proudhonisme dont parle Francis Cousin, ce vœux pieux de réformer et de contraindre à la décence un système par essence destructeur de l’être ? Alain Escada croit-il vraiment qu’après avoir chassé les marchands du temple, le Christ leur demanderait d’être raisonnables et d’œuvrer sans relâche au bien commun et au bonheur universel ?


  • quand on entend et qu’on voit ce type, on sent qu’il en a...


  • Intelligence vs. Spiritualité
    L’analyse politique et économique a été en grande partie faite par un certain A. Soral dans notamment “Comprendre l’Empire”. Ressasser le grognement des conséquences de la marchandisation de notre société est une chose, la décision de choisir le type de société est l’étape suivante. La vision sociale et son application politique ne sera jamais suffisamment pérenne, puisque variant au gré de la morale et des intérêts de chacun (« vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà »). Par le libre arbitre, les hommes ont pris par la voie post-1789 de mener la politique des gouvernés par la raison dont les logiques varient au cours du temps. Par exemple,
    - sous Saint Louis : nous sommes passer de l’équivalent de 3 jours / semaine de travail à 5 voir 6 jours ; la protections paysans par les seigneurs fut remplacée par la totale non protection des ouvriers et de leurs enfants quelques siècles plus tard.
    - J-M Le Pen installe sa fille au pouvoir, qui le vire quelques années plus tard.
    Le choix politique basé uniquement sur l’intelligence et la compréhension du monde à l’instant t des hommes seuls est donc insuffisant. Ceci est prouvé systématiquement et historiquement. Le peuple de France veut-il oui ou non être guidé par le catholicisme c’est-à-dire que le Christ reprenne la place première dans le coeur des hommes ? Oui ou non, la société veut-elle se baser incontestablement sur une politique appliquée directement des principes christiques et catholiques ? Seuls les français peuvent y répondre. Les conséquences pratiques d’un tel choix n’est malheureusement que bien peu discuté entre français qu’ils soient chrétiens, athées, juifs ou musulmans ou de bords politiques différents (« Gauche de travail, droite des valeurs »).


  • Ce doit etre une plaisanterie cynique de mauvais gout...

    Qui a cree les bagnes industriels decrits par Hugo, Zola, Dostoiesky et Dickens.... Et qui les maintient aujourd hui ici et ailleurs...

    Ou etait l Eglise alors que cette incroyable regression anthropologique avait lieu sous son nez...

    Allons, donc. Mon devoir de catholique tradi est de souligner la realite, aussi sordide soit elle. Quand Monsieur Estrada nie le triste passe d une Eglise faillible, composee d etres humains qui le sont tout autant, nous sombrons tous avec lui dans les bas-fonds de la haine et des pieges que nous tend le demon pour nous affaiblir un peu plus tous les jours.

     

    • Je ne sache pas que les bagnes industriels aient existé dans la France catholique et royale. Ils ont été l’aboutissement de la destruction de tout le tissu social d’ancien régime et son remplacement par l’économie de marché chère au cœur des Lumières.
      La condition de cette destruction a été la mise au pas de l’Eglise, que les révolutionnaires ont attaquée dès les début de la Révolution. La politique antireligieuse de la Révolution a mené à la déportation et au massacre de dizaines de milliers de prêtres, ce qui a mené à la guerre civile.
      Jamais l’Eglise n’a retrouvé son autonomie d’antan, l’Eglise du XIXe siècle était totalement sous tutelle, on l’a bien vu en 1905 quand on a opéré la séparation de l’Eglise et de l’Etat.
      L’Eglise n’a pas à porter la responsabilité des crimes commis par ses ennemis.


  • La politique du bon sens tout simplement voila ce qu’il nous faut


  • Intervention de bon sens,
    Cette ligne mériterait d’être promue, construite et défendue davantage.
    Et pas que par les catholiques.
    Où est l’église ?!?
    Ou sont ses représentants ?


Commentaires suivants