Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Analphabétisme au Maroc et en Algérie : un constat d’échec

22% en Algérie et 32% au Maroc

La stratégie nationale d’alphabétisation tracée par le gouvernement en 2007 n’a pas atteint son objectif final, puisque l’illettrisme n’a pas été éradiqué en 2016 en Algérie. À présent, il faut faire le bilan de ces neuf ans et prévoir de nouvelles mesures. Ce constat a été révélé, jeudi à Oran, par le consultant-expert en éducation auprès de l’Unesco, Lakhdar Baghdad, qui intervenait lors d’une table ronde organisée par le Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (Crasc), en partenariat avec Unesco Algérie, à l’occasion de la Journée mondiale de la lutte contre l’analphabétisme.

 

D’après les chercheurs, l’analphabétisme touche encore la population, notamment les femmes, mais il n’existe pas de données actuelles pour cerner le phénomène, ce qui rend les réponses formulées par les différents acteurs, dont le gouvernement, inadaptées. « Il faut lancer une enquête nationale pour établir un état des lieux de l’analphabétisme en Algérie », ont plaidé unanimement les chercheurs. M. Baghdad a souligné que les statistiques les plus récentes datent de neuf ans et qu’elles ne permettent pas d’analyser la situation pour réagir et tracer une nouvelle stratégie, ou du moins évaluer avec précision celle lancée en 2007.

Il déclare :

« Les statistiques les plus récentes datent de 2008. Il s’agit de celles qui ont été faites dans le cadre du recensement de l’Office national des statistiques (ONS), qui nous avait révélé que le taux d’analphabétisme avoisinait les 22%. D’autres statistiques moins officielles disent que ce taux aurait baissé. Il s’agit des données de l’association Iqraa, qui estime que l’analphabétisme a baissé à 14% en 2015. »

Les données statistiques de l’ONS ou celles d’Iqraa ne sont pas suffisantes et ne peuvent pas être analysées, même si elles fournissent d’importants éléments de comparaison.

C’est une nouvelle enquête nationale et sur tout le territoire qui doit être lancée car, selon les chercheurs, les normes sont en train de changer et il y a aussi une grande différence entre les taux d’illettrisme d’une région à une autre. « L’analphabétisme est différemment répandu en Algérie. Vous avez des wilayas très touchées comme Djelfa qui comptait en 1998 plus de 47% d’analphabètes, et d’autres beaucoup moins comme Alger avec un taux de 1% seulement », explique Lakhdar Baghdad, qui ajoutera que cet état de fait nécessite d’étudier le phénomène d’une manière plus adaptée afin d’apporter des réponses appropriées.

Lire la suite de l’article sur elwatan.com

 


 

Un tiers des Marocains toujours analphabètes

L’année 2016 marque le 50e anniversaire de la Journée internationale de l’alphabétisation, proclamée en 1965, organisée annuellement le 8 septembre. Au Maroc, près de 6,8 millions de personnes analphabètes ont pu bénéficier de programmes d’alphabétisation durant les dix dernières années, indique l’Agence nationale de lutte contre l’analphabétisme (ANLCI) dans un communiqué.

 

[...]

À l’heure actuelle, 32 % de la population marocaine souffre encore de l’analphabétisme, soit l’incapacité ou la difficulté à lire, écrire et compter, selon le recensement général de la population et de l’habitat en 2014. Une lourde carence qui nécessite non seulement l’intensification des efforts et l’accélération des rythmes, mais aussi l’appropriation par tous les acteurs de cette problématique, note encore l’Agence.

La répartition de la population âgée de 25 ans et plus selon le niveau d’éducation montre qu’à l’échelle nationale, 45 % des Marocains ne disposaient d’aucun niveau d’instruction en 2014, d’après les données du Haut-Commissariat au plan. Dans le détail, 21,2 % disposaient d’un niveau d’enseignement primaire, contre 12,3 % du niveau collège, 10,2 % du niveau lycée et 8 % du supérieur.

Lire l’article entier sur yabiladi.com

 

Sur l’Afrique du Nord chez Kontre Kulture

Dernières nouvelles du Maghreb, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

49 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • D’un autre côté est-ce un mal ? Parce quand on voit à quoi sert l’alphabétisation de nos jours, c’est à dire à endoctriner la jeunesse...je crois qu’il vaut mieux des paysans analphabètes et donc relativement indemnes des idéologies morbides de la modernité que des abrutis salariés "lettrés" et endoctrinés...en vérité quand tu vas dans des parties du monde où subsistent des populations échappant à l’éducation obligatoire, cela fait comme l’effet d’une bouffée d’air frais ! Des humains non domestiqués, qui ont échappé à la modernité...

     

    • N’importe quoi... Les analphabètes font souvent un complexe d’infériorité face aux lettrés, ils se retrouvent donc à la merci du premier charlatan qui peut leur raconter tout et n’importe quoi et les manipuler. Le savoir est une arme, à double tranchant certes mais c’est toujours mieux que l’inculture et la superstition. Chez moi, en Kabylie, l’alphabétisation et l’accès au savoir à détruit le petit buiseness des marabouts, tolba et autres cheikhs escrocs qui prospéraient dans les zaouias, sans travailler, sur le dos de la paysannerie analphabète et inculte à qui ils faisaient croire tout et n’importe quoi pour que celle ci leur paye l’impôt et les nourrisse gratuitement. Aujourd’hui, c’est terminé leurs histoires de déscendants du prophète au supers pouvoirs capablent de soigner, de rendre fertile ou de faire tomber la pluie par la grâce d’Allah et bien sûr contre une juste rétribution. Soit ils travaillent comme nous, soit ils crèvent la dalle, il n’y a plus beaucoup d’idiots qui se pressent pour engraisser ces parasites contre quelques fausses bénédictions comme ils ont fait pendant un millénaire.


    • C’est une vision un peu romantique... L’analphabète en 2016 de cette région du monde a beaucoup plus de chances d’être un futur immigré prédateur (ex : Cologne, la Bretagne etc.) qu’un Paysan enraciné dans son histoire et son pays vivant tranquillement de sa production comme du temps de Hésiode ou Virgile.

      On ne peut pas échapper pas au déracinement créé par la modernité donc il vaut sans doute mieux essayer de s’adapter que de rester dans l’illettrisme qui ne peut que fabriquer des inadaptés et donc des futurs prédateurs.

      Après tout... Même au Pôle Nord, la modernité a fait voler en éclat l’ancien monde.


    • Absolument d’accord avec ce commentaire , j’ajouterai que Ananda k. Coomaraswamy a traité des méfaits de l’éducation moderne dans un texte appelé " l’illusion de l’instruction " en rappelant que la culture au sens véritable du terme peut être détruite par cette instruction obligatoire ( la distinction à faire entre les deux étant nécessaire pour plusieurs raisons) : beaucoup de personnes réellement cultivés peuvent ne savoir ni lire ni écrire mais pourtant posséder des connaissances et un savoir immense se transmettant oralement ainsi que des facultés de conception leur permettant de concevoir des données cosmologique et métaphysique qui sont supérieures aux facultés habituelles (comme l’imagination) que requière l’expérience sensible (celles-ci ne depassant pas le cadre de la représentation sensible) , cela grâce à l’intelligence pure dégagée de toute représentation formelle et individuelle , aristote aurait dit , par l’intellect pur .

      De plus , l’éducation moderne on pourrait même dire profane , n’a été qu’un prolongement du système capitaliste et de son développement , au 19eme siècle en particulier , permettant de le justifier et d’assurer sa reproduction par les individus devenus " agent économique " .


    • Alors toi t’es vraiment grave.
      "Oui, vaut mieux être inculte et analphabète, c’est une garantie de bonheur, plutôt que curieux et instruit.... Fallait oser celle là".... Et dire que tu écoutes Soral qui nous incite à lire, à lire....


    • Il faut en faire de futur Jihadistes a qui on peut retourner le cerveau et les envoyer se faire sauter la gueule en criant Allah Akbar c’est mieux je crois non ??Je pense que ça ferait les affaires des americano sionistes qui veulent le grand ISRAEL et la capitale mondiale à Jérusalem


    • Les gars vous confondez l’analphabétisme de population rurale enracinée avec le demi illettrisme des populations urbaine modernisées. La mal de la modernité n’est pas l’analphabétisme mais l’illettrisme ! L’analphabète enraciné n’est pas un inculte, il possède des connaissances et savoir-faire qui font de lui un être humain supérieur à vous. Il peut avec sa "bite et son couteau" vivre et fonder une famille pendant que vous vous seriez recroquevillés dans un fossé à demander la charité... Pour votre gouverne la plupart des crevards que vous voyez déferler en France ne sont pas des analphabètes. Ils sont aux pires illettrés et très certainement incultes mais sont capables de lire, d’utiliser un téléphone portable, un ordinateur...savent utiliser facebook...et sont parfois même polyglottes sachant baragouiner une ou deux autres langues en dehors de leur langue maternelle. Tous les crevards en provenance de Syrie, du Maghreb parle l’arabe, l’anglais et parfois le français, sont des virtuoses de l’iphone, de tweeter...ce ne sont pas des analphabètes mais des purs produits de la modernité...
      Ceci étant dit l’analphabétisme des néo-ruraux qui s’entassent dans des bidonvilles dans les pays du tiers-monde c’est un autre problème...ce sont des déracinés ne sachant ni lire ni écrire, vivotant dans de décharges publiques...mais ce ne sont pas eux qui déferlent en Europe, ce qui est dommage car ils causeraient moins de problèmes que les crevards et queutards "lettrés" qui viennent chez nous...Pour en revenir à l’analphabétisme de populations rurales isolées enracinées que les autorités par faute de moyens ou négligence n’a pas réussi à atteindre est selon moi pas une si mauvaise chose...


    • Dans les pays en question les gens pauvres et analphabètes ou non lettrés ont parfaitement conscience de la valeur et de l’importance de la maîtrise des lettres. Ils connaissent le versets du Coran qui y fait références en particulier. Ils respectent les lettrés également, il n y a donc pas de dévalorisation de la chose. Le fait d’échapper au monde moderne n’a rien à voir avec le fait de ne pas être alphabétiser voyons (où aller chercher ça ?), ces populations y échapperaient bien plus, à la modernité, en cessant de capter les chaînes satellitaires et en ouvrant des livres qu’ils sauraient lire ! Là bas comme ici, une population qui s’instruirait par elle même représente un danger pour le pouvoir politique, religieux, idéologique, tout simplement...


  • L’Algérie a enregistré depuis 2007 une diminution du taux d’analphabétisme à 12,33 %, et ce grâce à la stratégie nationale d’alphabétisation, d’après un communiqué de l’Office national d’alphabétisation et d’enseignement pour adultes (ONAEA).


  • le taux de réussite au bac en Algérie suit aussi une logique nord-sud, allant de 75% dans les wilayas littorales à 25% dans les régions frontalières du Mali et du Niger.

    Après, même parmi les Algériens ayant un diplôme universitaire, les gens réellement cultivés sont rares, beaucoup moins nombreux qu’en France.

    Si en France on peut peut-être estimer à 20% le taux de personnes vraiment cultivées, en Algérie ce taux tombe à 5% ou moins.

     

    • merci pour ces infos, vos sources ?


    • 20 % de personnes cultivées en France....
      Ouf.
      Tout va bien .


    • #1553612

      Un jugement à la "vas-y comme j’te pousse" et des pourcentages pifométriquse.
      Si on se réfère au nombre de journaux achetés en Algerie, on se rend compte que l’Algerien lit beaucoup. Et quand on voit la qualité éditoriale de la presse algerienne, on ne peut pas dire que l’algerien est moins cultivé que le français.

      Enfin, estimer qu’il y a 20% de cultivés en France. Cela me parait hyper exagéré, quand on voit les taux d’audience des émissions culturelles en France. Taddei avec "ce soir ou jamais" faisait autour de 3%.
      Arte, chaîne réputée culturelle, dépasse rarement 2% de part de marché. L’autre chaîne culturelle, la 5, ne fait pas beaucoup mieux avec un maxi de 3% de part de marche.


    • Cultivés peut être, mais ni "intelligents" ni "politiquement avertis" ... au vu de leur élite ! Résumons-nous : qui a intérêt à cultiver et instruire son peuple ? A part les démocraties populaires (URSS, Chine, Cuba et Corée du Nord), personne. Pour consommer, il faut être "con".


  • Aucune des anciennes colonies françaises n’a vraiment "réussi" .

     

    • Évidemment il fallait accuser la france...ça ne pouvait que survenir...
      L un des arguments des pleurnichards post coloniaux est de dire que du temps de l empire les indigènes n etaient pas tellement alphabétisés, et il est prétendu que cela était plus faible que du temps d’avant la colonisation alors qu aucune étude sérieuse systématique de ce paramètre n a jamais été fait avant la colonisation.

      Et la 50 ans apres la fin de lempire, on voit que l’alphabétisation du maghreb est bien inferieure que du temps de la colonisation...Mais c’est pas grave, les faits n’ont pas d’importance. ..

      Pour te donner un exemple de colonie francaise qui a réussi, tu as par exemple l angleterre...qui est devenu ensuite le plus grand empire ayant jamais existé (1/4 de la surface terrestre), et qui a ensuite essemé aux usa...


  • Le problème c’est que derriere cette alphabétisation de façade, se cache l’ideuse arabisation. Il faut bien comprendre que la langue n’est pas un simple moyen de communication, derriere chaque langue se cache un corpus idéologique et ce qui se cache derrière la langue arabe fait froid dans le dos. Les baathistes qui ont arabisé à tout va le Levant, la Mésopotamie et l’Afrique du nord, justice immimanente, ils sont entrain de se prendre en pleine figure les mutants arabo-islamistes daechistes qu’ils grandement participé à créer avec leur arabisation générale ridicule. Ça ne va pas plaire mais je vais le dire quand même et en temps que franco-kabyle, il faut éjecter la langue arabe classique d’Afrique du nord. C’est une langue étrangère moins performante que les autres et plus dangereuse. La majorité des maghrébins ne la comprennent même pas malgré un demi siècle de bourrage de crâne. Il faudrait la remplacer par les langues régionales, berbères ou arabe dialectale avec le francais au dessus comme langue de science et pourquoi pas l’anglais quand on aura suffisament d’anglophones. Les apparatchiks qui poussent à arabiser le Maghréb le savent bien car eux même envoient leurs enfants dans des écoles française ou anglaise. Donc, oui à l’alphabétisation mais pas avec la vieille langue morte arabe inutile et hostile. Il faut mettre sa fierté de côté, la guerre est finie, et revenir au principe de réalité en revenant dans la francophonie porteuse d’espoir, de rationalisme, de modernité et de prospérité.


  • Par contre nous avons en France au moins 10% d’illettrés ce qui prouve la faiblesse de notre système scolaire.

     

  • #1553501

    Analphabète, cela peut ne rien vouloir dire. Le Maroc (plus secondairement l’Algérie) est encore pour partie une société de tradition orale. Aller en montagne et rencontrer des familles vivant traditionnellement, dont les enfants ne vont pas à l’école, dont parfois aucun membre ne parle arabe, ce n’est pas être face à l’analphabétisme comme on l’entend chez nous ou dans une grande ville de la plaine là-bas. On ne devrait parler d’analphabétisme que dans une société où l’écrit est présent et incontournable. Sinon, cela n’a pas de sens. Ces chiffres ne nous disent pas seulement qu’il y a de l’analphabétisme au Maroc (et en Algérie), ce qui est vrai, mais aussi que c’est une société plurielle, dont il subsiste encore des éléments anciens.

     

    • Ça n’empêche pas qu’il devrait être possible d’alphabétiser les populations et d’apporter des soins même dans des zones reculées (parce que c’est physiquement possible), avec de la bonne volonté. A Cuba ils y sont parvenus, malgré la pauvreté et l’embargo... Ce sont des politiques dont il faudrait s’inspirer au Maghreb, bon, on attend toujours...

       

      • #1553997

        Cuba, c’est autre chose. Tout le monde y parle la même langue.
        Les soins, c’est aussi autre chose.
        Quant à l’alphabétisation, il faut voir de quoi il retourne en réalité. Alphabétiser les régions reculées au Maroc, cela signifie faire apprendre l’arabe à de jeunes berbérophones. Concrètement, cela se traduit souvent par la présence d’un enseignant arabophone venant de la ville dans ce qui est pour lui un trou paumé. Il aspire alors à quitter au plus vite cet endroit peuplé d’arriérés. J’en ai croisés en montagne, là-bas. On peut faire la comparaison avec les instituteurs en France, que l’on envoyait loin de chez eux ; la langue française ne pouvait être que le seul moyen de communiquer entre l’enseignant et les élèves (ex. un Alsacien dans le Poitou !).


    • Eh oui ! Avec les français, c’était le bon temps ! (Phrase si souvent entendue au Maghreb dans la bouche des anciens)

       

      • Si souvent ? Je suis algérien et je n’ai jamais entendu cette phrase.. Il faut aller dans quel coin pour avoir "le plaisir" d’entendre ceci, Olivier ?


      • Bonjour j’ai également entendu cela dans la région de Tizi Ouzou, Azazga et les montagnes aux alentours.

        La petite Kabylie c’est bien ça ?

        Et j’ai franchement ressentis du respect de la part des anciens ce qui m’avais très fortement surpris à l’époque.


      • Les algériens détestent les français. Ne dit pas de conneries.


      • Amazigh c’est pourtant la vérité.

        Pour les sceptiques faites un tour sur le matindz.

        Pourquoi s’obstiner a vouloir donner une image tronquée de votre pays ?
        Qui de plus apporterait certainement un peu d’apaisement par les temps qui courent

        Bernard Lugan explique bien pourquoi une partie des Algériens détestent les Français,mais ils sont loin de faire l’unanimité surtout chez les Kabyles.


    • Le problème c’est qu’il n’existe pas de mesures coercitive pour inciter des parents à envoyer leurs enfants à l’école. Au Maroc, une voisine de mes beaux parents a un fils qui n’a jamais été à l’école. Cette femme a une vie de trainée et elle entraine son fils dans son échec sans que l’Etat ne s’en mêle. Il y a pourtant un gros risque que le petit devienne un cas social.

       

      • Certes , mais quel lien logique y’a t-il entre le fait de mener une vie de traîné et le fait de ne pas être allé à l’école ? L’un et l’autre peuvent être entièrement indépendants , ne pas confondre causalité et corrélation .
        C’est une fausse opposition qui ignore les enjeux essentiels que sont l’emprise et la tyrannie de la marchandise et du matérialisme dans tous les aspects de nos vies : La cuture et la scolarisation sont indépendants l’un de l’autre et ce n’est qu’à une époque récente sous l’influence de la mentalité industrielle et des nécessités du capital qu’a émergé la croyance que les deux étaient consubstantiels , d’où la destruction des identités locale , des modes de transmission des savoirs oraux , de l’autonomie des savoir-faire ancestraux et qualitatif , au profit d’une pseudo-culture très superficielle et servant surtout a préparer le bon consommateur . Ceux qui sont rejetés du système scolaire sont malgré tout broyés dans la plupart des cas et il faut une certaine force et un certain discernement pour se placer en dehors de toutes les identifications alienatoires et factices du système .

        De même , concernant les mesures coercitives pour forcer à la scolarisation on en voit de plus en plus les prémisses dans des pays tel que les états-unis et l’Allemagne par exemple avec ses conséquences totalitaires qui touchent les familles (celles qui ont au moins une certaine lucidité sur ce qui se passe ) .

        Bien à vous.


    • il est grand temps de retourner mettre un peu d’ordre dans ces territoires perdus de la république

       

    • C’est de l’islamophobie si je dis, qu’on peut constater, là, les effets positifs des sociétés islamiques ?
      On voit bien l’effort vers une éducation holistique, et efficace (ouverture vers le bon occident), c’est bien que ces sociétés se concentre sur la sauvegarde de la nature (oasis, etc...), le respect intégral de l’individu, c’est bien de constater qu’on tente d’offrir aux enfants de bons exemples pour croître et s’élever dans la sérénité. Il faut arrêter de se concentrer sur des détails futiles tel que le social, la méta -politique (comme dirait Mr. Soral) mais continuer le combat sociétal, religieux, la guerre même entre idéaux religieux...
      Nan mais c’est vrai quoi au lieu d s’occuper de ce que font les autres choses chez eux, comment ils s’habillent, ce qu’ils doivent faire ou pas, manger ou pas, le respect total du ramadan, c’est beaucoup mieux que de rentrer dans l’occidentalisation à outrance et d’en prendre que ses mauvais côtés, ses travers, et ses perversités entre autres moralisatrices...
      Nan mais absolument tout était ironique, dans mon dernier paragraphes, mais sérieusement si le peuple ne fait pas son aggionamiento, notamment certains salafs, takfir, wahab, et cie... ils pourront peut-être un jour comprndre que c n’est pas envers Allah qu’ils se soumettent mais envers les Seouds, les élites aussi médiocres et jouisseuses que les nôtres. Religion, média, même combat ou comment anesthésier les gens, l’opium du peuple. Ne pas s’élever, mais s’écrouler, quel beau projet ...
      P-S : les sionistes doivent bien se marrer, vu le niveau de connerie ambiante, maintenant ça peut s’expliquer, pauvres gens et dire que c’est qu’on nous prépare, ici, et qu’on applique d’ailleurs... La Horde qu’on va devoir se farcir, des zombies comme ces "pauvres mecs" de Daesh. D’ailleurs un site antifa s’appelle la horde... Bonjour les dégâts, vu leurs articles, les rédacteurs du site doivent avoir un nivau culturel digne de pouvoir s’élever au dessus de la Horde qu’il sont censé "diriger", ça promet !


    • Petit rappel : ne pas confondre l’analphabétisme avec l’illettrisme. L’illettrisme est selon moi à bien des égards plus dangereux que l’analphabétisme. En effet l’illettré a un niveau de maîtrise de la lecture et de l’écriture juste suffisant pour être endoctriné mais cette maîtrise est en revanche insuffisante pour l’émanciper. Les dingos daechistes, gauchistes extrêmistes...ne sont pas des analphabètes mais des illettrés...le système cherche à combattre l’analphabétisme tout en produisant un illettrisme généralisé, c’est à dire des gens ayant des difficultés à s’exprimer correctement, éprouvant de la fatigue à lire, incapables de produire de la pensée autonome, avec un lexique limité...mais quand même capable d’utiliser internet, un iphone...de lire de la propagande...d’écrire en langage simplifié...


    • Juste pour préciser que le lien entre analphabètes et illettrés est évident, c’est le lien entre les générations, quand on a des parents analphabètes on a plus de chances d’être un futur illettré et un inadapté surtout si le système scolaire est défaillant.


    • si on parle d’illettrisme, on arrive bien à 80% d’analphabètes et d’illettrés au Maghreb, sachant lire mais ne lisant presque jamais, malheureusement.

      les gens qui utilisent régulièrement la lecture ou l’écriture sont peut-être 20%, et les gens cultivés sont 1%.

       

    • Notons que l’Algérie fait tout de même mieux : (10%) ; après, est-ce du aux restes du modèle colonial à la française ? .....possible, il faut s’y pencher.
      (Loin de moi de défendre le système colonial dans son ensemble, ça va de soi)

       

      • #1554000

        @ delphin

        Philanthropie bien ordonnée commence par soi-même.
        Si le peuple français était cultivé et clairvoyant, il n’aurait jamais élu successivement des traîtres, des menteurs et des incapables comme Sarko et Flamby…

        Le Pire DK


      • Vous parlez de la France, ce qui n’est pas mon propos ; je disais que le Maroc est moins performant que l’Algérie, et je voulais que quelqu’un m’éclaire sur le pourquoi du comment, c’est tout ; votre petite aigreur mal placée ne m’intéresse pas : soit vous me répondez sur le fond, soit vous ne le faites pas, au pire, je me tournerais vers Lugan.


    • L’Algerie a beaucoup progressé, 85% d’analphabètes en 1962, plus que 22% aujourd’hui. Les clichés du colonialisme civilisateur en prennent un coup....

       

      • Non, parce qu’alphabétiser un peuple entier prend énormément de temps, et encore plus dans un pays où tout était à construire, y compris les écoles.


      • "Jesuislepen", 132 ans de colonialisme destructeur, ça donne 85% d’analphabètes en 1962. Les écoles existantes étaient fréquentées essentiellement par les européens. L’idée était de maintenir les indigènes dans l’ignorance et la pauvreté. C’est un fait historique, prétendre le contraire c’est déformer la réalité.


    • Un contre exemple : dans les campagnes marocaines au terres très fertiles ( de larache à Fes) les habitants pour beaucoup analphabètes, se sont vus remettre des terres il y a de cela une 40 aines d’années.
      Aujourd’hui, on retrouve leurs produits partout dans le monde. Je connais De ces vielles personnes qui ne savent ni lire ni écrire mais qui pourtant croulent sous les billets... Et Aujourd’hui, leurs petits sont Très riches et viennent en vacances en France.
      Conclusions ? L’analphabétisme est certainement signe d’ignorance mais surtout pas d’une mauvaise vie.

       

      • #1554151

        Entièrement d’accord... de la part d’un bachelier français d’origine marocaine sans un sou.


      • Ce sont là des exceptions, la règle générale c’est que pour s’en sortir et être capable de développer du lien social il vaut mieux savoir lire et écrire de nos jours. C’est tout. Ces gens devenus riches ont peut être connu la richesse matérielle, mais il y a un tas de choses (et de milieux) auxquels ils n’auront pas eu accès à cause de cet illettrisme (une autre forme de richesse, sociale et culturelle), un complexe qui restera malgré la richesse matérielle, et ils le savent très bien.

        Je pense que personne n’a dit qu’être analphabète était synonyme de « mauvaise qualité de vie », l’on sait tous que pendant longtemps nos aïeux ne savaient ni lire, ni écrire, que des philosophes et grandes figures de l’antiquité n’étaient pas lettrés etc...


    • #1554513
      le 11/09/2016 par Aristote ou prevert comme vous voulez
      Analphabétisme au Maroc et en Algérie : un constat d’échec

      Ne pas confondre alphabétisation et réussite sociale. Au Maroc beaucoup d’analphabètes réussissent mieux que des lettrés et sans complexe. Certains embauchent même des cadres. Au parlement marocain il y’a beaucoup d’analphabètes, mais riches en général car pour réussir une campagne électorale il vaut mieux être riche qu’instruit, tout comme Trump !


    • J’ai deux cousins qui, bien qu’ils soient lettrés (Si je peux dire ça) dont un avec un très bon niveau bien qu’il ne soit pas resté très longtemps à l’école mais c’était une autre époque, sont très "manuels".

      Un des deux est un pur paysan, l’autre un touche à tout. Ils sont débrouillards et produisent des choses de leurs mains.

      Je leur ai dit un jour que s’il y avait une guerre ou si une crise économique énorme nous frappait, eux subsisteront et pas les autres.

      Maintenant, je ne suis pas là pour faire l’apologie de l’illettrisme, bien au contraire puisque je suis assez prosélyte concernant l’éducation, mais est-ce vraiment un fléau pour certains pays ?

      Après quand je vois le niveau de certains qui pourtant bien aisés, on peut se poser la question même en France.


Commentaires suivants