Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Curée féministe 2.0. : quand Les Inrocks accusent Vivelle Dop de faire la promotion du harcèlement de rue

Mercredi, la marque Vivelle Dop a publié sur sa page Facebook un contenu s’adressant aux adolescents, pouvant être perçu comme une invitation au harcèlement de rue.

 

En terme de stratégie de communication sexiste, Vivelle Dop n’a pas de leçon à recevoir. Hier matin, la page Facebook de la marque de produits coiffants s’est fendue d’un post auquel il aurait été utile de réfléchir à deux fois.

« Pour draguer une fille, il faut l’aborder dans un lieu propice ! Et toi quel est ton lieu favori ? », demande sans pression la marque. Le tout accompagné d’une illustration composée de quatre réactions Facebook, chacune associée à une réponse.

 

 

[...]

Derrière le concept de drague, c’est la réalité du harcèlement qui transparait. « Draguer » une femme dans la rue, à l’école, dans une pharmacie ou tout autre lieu où l’on ne va généralement pas pour séduire implique le plus souvent l’absence de consentement de ladite « fille ». Renforçant la domination masculine dans l’espace public et l’idée que les femmes n’y sont pas libres. Car c’est cette « drague » qui fait subir aux femmes commentaires déplacés, remarques non sollicitées sur leur physique, insultes, attouchements, intimidation etc.

 

 

En plus de faire la promotion du harcèlement se dégage aussi l’idée malheureuse que les « filles » se font draguer et que les hommes draguent. Pas l’inverse. Les femmes sont représentées en position de passivité la plus totale. Une communication genrée et totalement hétérocentrée qui laisse peu de place à d’autres orientations sexuelles. Pourtant, il n’y a pas que les hommes hétérosexuels qui mettent de la cire dans leurs cheveux.

[...]

Au contraire, des commentaires publiés par de jeunes hommes faisaient référence à une vidéo publiée par le youtubeur anti-féministe Le Raptor Dissident. Intitulée Marion Seclin, féministe en déclin la vidéo démonte les arguments d’une vidéo de la youtubeuse, #TasEtéHarceléeMais…t’as vu comment t’étais habillée ? qui explique le principe du harcèlement du rue.

 

 

[...]

Une stratégie de communication sexiste

Ce post n’est que la partie visible de l’iceberg, car en se penchant sur la stratégie de communication déployée pour les produits de la ligne Playgum de Vivelle Dop, il apparaît que la campagne digitale se base sur la séduction, et plus précisément sur comment séduire une femme quand on est un jeune homme.

 

 

 

[...]

Finalement, après de nombreux commentaires mécontents, la marque a fini par poster un message d’excuses qui n’a pas vraiment satisfait les internautes :

 

 

Lire l’intégralité de l’article sur lesinrocks.com

Sur la différence entre drague et harcèlement, chez Kontre Kulture :

Un autre ouvrage à conseiller aux féministes des réseaux sociaux,
chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

33 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ce qu’il y a de bien avec les féministes, c’est qu’avec le temps, leur comportement paranoïaque les mènera à la disparition : sans drague, pas de rencontre, sans rencontres, pas de couples et donc pas de reproduction sexuée.

    En fait, faut juste être patient...

     

  • C’est devant une boutique d’antiquaire, à Genève, que Céline a "dragué" celle qui allait le révéler à lui-même : la danseuse américaine Elizabeth Craig . " Je n’aurais jamais rien été sans cette femme " . Dédicataire du Voyage .


  • La meilleure c’est quand même la nana qui sort sur Facebook que si vivelle dop avait voulu parler de drague et pas de harcèlement, ils auraient choisi des lieux plus commun pour draguer comme les bars et les boîtes de nuit... les gosses qui achètent du vivelle dop ils ont 12 ans cruchette, ils ont pas le droit d’y aller !

     

  • Le problème avec ce genre d’article, c’est que ça va avoir tendance à faire fuir les femmes qui viennent ici et qui vont avoir peur des commentaires.

    Moi aussi, comme la plupart des hommes de ma génération et de mon rang social, je serai bon pour le chômage, la précarité économique et affective, la solitude et le cancer ou le suicide à la clef avant d’aborder le 3ème âge.

    Je suis né dans les années 80 et je vois toute la difficulté qui est faite aux personnes qui ont 25-35 ans aujourd’hui : les filles obligées de jongler avec plusieurs jobs pour pouvoir survivre, sacrifiant au passage toute vie sociale et toute possibilité à terme de fonder une famille, des hommes qui pour beaucoup ne seront jamais capables de sortir de la spirale du chômage et de la survie au crochet de l’état (qu’importent les études que tu aies faites : tu n’auras jamais tout le cursus nécessaire pour...conduire une camionnette) et ne seront pour ainsi dire jamais capables de garder une femme très longtemps. Une génération d’hommes et de femmes condamnés à vieillir seules, les uns à côté des autres, avec un chat pour les unes, ou d’un décès prématuré pour les autres.

    Moi aussi, comme d’autres, je me fends souvent de commentaires aigres à l’égard de la gent féminine ici, mais il faut comprendre une chose. C’est moins de la méchanceté que de la souffrance. Comme disait le Dr. Gaborit : le cerveau, c’est pas fait pour penser, c’est fait pour agir. Tout le monde a besoin de laisser échapper un peu de sa souffrance, un peu de ce stress s’il ne veut pas être étouffé sous lui et être bon pour plus de maladies psychosomatiques. Et c’est à la fois la magie et le piège d’internet, pouvoir hurler sa peur et sa rage dans le vide...mais avec des gens qui peuvent vous entendre.
    Vous direz que tout ça n’est que frustration, je vous répondrai alors : "Oui, bien-sûr ! Qui n’est pas frustré à notre époque mis à part le 1% et les quelques valets qui picorent les miettes qu’ils laissent tomber ?"

     

    • Il faut dénoncer ces hystériques, peu importe que ça choque certaines femmes qui ne voudraient pas comprendre où est le problème. Votre génération est pourrie, imaginez celles qui arrivent, c’est déjà 10 fois pire, je suis de la génération 1990, les 2000 arrivent au lycée où les filles grandissent dans la génération selfie, provocation, et féminisme 2.0, les garçons se réfugient dans les jeux vidéos et la weed. Notre civilisation est dans une telle merde, un marasme total, et ces idéologies ont grandement contribué au malaise généralisé, entendez moi bien, si vous qui en avez la légitimité ne dénoncez pas ces extrémismes soutenus par les puissances d’argent, vous participez à la destruction des jeunes hommes qui suivront. Réalisez bien que bien peu de gens ont le niveau conceptuel pour lutter contre cette broyeuse qui se pare d’une pseudo morale supérieure alors même qu’elle détruit des générations de jeunes adolescents qui ont le choix entre suivre des mode débiles et féminisées pour trouver une copine qu’ils ne garderont pas, ou s’enfermer dans un monde virtuel où ils trouvent un minimum de réconfort et de contrôle.

      Analysez le schéma, pour draguer il faut sortir en boîte ou dans des bars (sinon vous êtes un prédateur harceleur), or les musiques sont de plus en plus propagandistes et médiocres, les jeunes adolescents sont romantiques, ils y trouvent des filles bourrées et faciles qui préféreront toujours le mec qui a les moyens de s’habiller à la mode et qui saura danser sur ces musiques minables. Il suffira de quelques soirées d’échecs pour que le jeune adolescent devienne soit geek, soit fiotte, soit idiot conformiste fan de chaussures.

      Je le vois autour de moi, tous les mecs avec un minimum de valeurs à l’ancienne, veulent trouver des femmes ailleurs et ne supportent pas les boîtes de nuit.


    • Non, cela ne va pas faire fuir toutes les femmes qui viennent ici. Je suis une femme et, mis à part "travail égal-salaire égal", les revendications des féministes me saoulent méchamment. Elles agissent comme si elles parlaient au nom de toutes les femmes alors qu’elles font du tort à toutes celles qui ne font pas un combat de la relation homme-femme.

      Bien sûr, il faut apprendre à gérer les quelques co-nards qui abordent avec un "tu baises" et plutôt garder en mémoire ceux qui abordent avec charme, mais si elles ne sont pas capables de faire la différence entre ces 2 attitudes, elles feraient mieux de consulter pour soigner leurs frustrations personnelles.


    • Bonsignore merci pour votre témoignage. Vous avez raison on ne se bat pas que pour nous, on se bat aussi pour les générations suivantes.
      Je suis issu des années 80 et je me reconnais déja dans ce que vous décrivez, la plupart des gens que je connais ont fini après de nombreuses expériences insignifiantes par essayer de se caser et les couples finissent par se séparer avec un gosse. Alors je pense que votre génération vous allez morfler. Est-ce que vous trouvez que les conneries à la Marion Séclin ont vraiment de l’influence chez les filles de votre age, ou bien il y a un début de prise de conscience ou un besoin de retrouver une virilité par exemple avec la mode de la drague ou la muscu qui apparait ? Mais bon si ça peut vous rassurer dans chaque génération la plupart suivent le troupeau et quand on est un peu plus sensible ou éveillé on se sent vite rejeté. Et puis chez les hommes ça s’améliore en vieillissant, en général la vingtaine c’est la galère et si on n’a pas trop merdé vers 30 ans on a plus de possibilités. Moi il m’a fallu de nombreuses années pour arriver à conceptualiser l’arnaque du féminisme, quand on est jeune et idéaliste c’est assez dur à décortiquer, donc ne laissez pas tomber. Bon courage.


    • Le problème avec votre commentaire, c’est que celà déculpabilise les femmes qui profitent de ce mode de vie qui est le leur et qui se base sur le féminisme : au mieux une distanciation envers l’homme, au pire un appel au meurtre de tout ce qui est phallique (si si je vous assure il existe des sectes de ce genre, demandez aux Nord-Américains)
      Je suis également né dans les années 80 vers les débuts précisément. Et n’avez-vous pas remarqué une différence de mentalité entre les femmes de cette époque (qui sont toutes devenues trentenaire ou quarantenaire) et la notre ? Une différence au niveau de la tenue vestimentaire, du comportement ? dans le mode de vie ? Si non, c’est que vous êtes soit un menteur, soit plutôt naïf, désolé d’être cru.
      Qui est le plus pathétique des frustrés ou le plus à plaindre ? Une femme qui a essuyé quelques regards envieux car sa tenue était très remarquable ou un homme divorcé qui n’a pas vu son enfant depuis X années et qui est saigné comme un goret par sa pourriture d’ex-épouse ? Pour la société bien-pensante c’est évidemment le premier cas. La priorité de nos salauds d’élites c’est de s’occuper des femmes et des immigrés, tant pis pour le reste des citoyens quand bien même leur souffrance et l’injustice subie serait plus importante.
      Comment voulez-vous qu’il n’ y ait pas autant de "frustration envers les femmes" quand la société fait tout pour favoriser ces mêmes femmes dans les hautes sphères, quand ces mêmes femmes sont devenues odieuses, aigries, grossières, impudiques, masculinisées, complètement abruties par la propagande qui les brosse dans le sens du poil ; qui pondent des mioches en prenant celà à la légère et ne les assument plus comme l’ont fait les mères depuis l’aube de l’humanité, « pensant » trouver le plein épanouissement dans le monde du travail tandis que les quelques cadres hommes ou femmes sélectionnés sont en réalité bien plus frustrés et stressés qu’elles ne le pensent - quelle libération !, culpabilisant l’homme pour tous leurs échecs, en ayant grignoté d’ailleurs de plus en plus de ses droits, afin de développer leurs insatiables et cupides égos de femelles, apprenant à dénigrer la femme qui a choisi de rester dans son foyer et de s’occuper de ses enfants,la traitant d’incapable, d’arriérée, de parasite ou surtout d’aliénée par le « patriarcat » : terme poubelle des féministes.
      Donc oui contre ces femmes je n’emploierai pas de termes positifs, vous m’en voyez navré !


    • @ Kyes

      Je parlais surtout des commentaires, y compris des miens parfois, sur le sujet, qui ont tendance à taccler les femmes en général. Et c’est souvent le cas sur internet en général et (désolé de le dire) dans la dissidence en particulier. Juste pour vous faire comprendre que c’est moins de la haine que de la tristesse et de l’angoisse qui fait écrire ça.

      Bien sûr, il faut apprendre à gérer les quelques co-nards qui abordent avec un "tu baises"

      Il est sûr que ces gens créent une forte situation d’inconfort aux jeunes femmes qui ont le droit à ce genre de réflexion. Pour ma part, je commence à comprendre pourquoi ils se permettent ce genre de chose.
      Très souvent ils viennent de sociétés où il n’y a pas de "drague", où les mariages sont arrangés.
      Attention, mariage arrangé ne veut pas dire mariage forcé ; dans la Constantinople Ottomane, il y avait souvent, chez les familles riches, des jardins privés prévus principalement à ce que le fils d’une bonne famille vienne y rencontrer la fille d’une autre bonne famille. Les deux familles prévoyaient un endroit prévu à la rencontre entre deux jeunes gens qui avaient ainsi l’occasion de discuter entre eux, sans interférence, d’apprendre à se connaître, etc. ... on créait certes artificiellement, un lieu de "drague" toléré, mais il existait.

      En occident, c’était valable surtout dans les familles riches, ce procédé. Le gens du peuple, majoritairement les paysans, avaient pour eux les fêtes (la sainte-chose ou la saint-truc) où l’occasion était donnée de se déguiser, de chanter, de danser, de faire des beuveries, de faire un bras d’honneur à l’autorité ... et oui, c’étaient pleinement des lieux de rencontre et de drague, bien avant les bars, les boîtes de nuit et les concerts qui sont, je pense, une conséquence de l’urbanisation et de la déchristiannisation.

      Ré-écoutez toutes ces chansons médiévales, genre : "ils se sont rencontrés à la sainte-Agathe (entendre, "à la fête" pour sainte-Agathe) et ils se sont mariés presque aussitôt".

      Les fêtes que l’on donne, comme le dit Bonsignore, sont des fêtes tristes, consuméristes et propagandistes où la rencontre y est bien plus hasardeuse.

      Les hommes qui viennent des sociétés où la drague est planifiée par la famille comprennent mal le principe de séduction "libre", raison pour laquelle ils "draguent" en étant vulgaire. Là aussi, je ne pense pas que ce soit de la méchanceté, juste qu’il y a un décalage culturel qui aboutit à ce genre de situation inconfortable.


    • @choc à pic, je m’en sors, simplement ras le cul des faux amis suiveurs qui préfèrent suivre la masse plutôt que les valeurs qu’ils prétendent avoir, heureusement j’ai de véritables amis de longues dates qui eux comprennent tous les problèmes auxquels on aura à faire. Concernant la mode musculation, je pense qu’il y’a toujours un souci à ce niveau, c’est que ça crée des hommes narcissiques/selfie, plus que des mecs psychologiquement virils, courageux (pour ceux qui font ça par suivisme en tout cas). Concernant la drague, il y’a cet immense problème qu’il faille, pour draguer, ne surtout jamais dire ce qu’on pense, feindre constamment. La société moderne est une société d’hypocrisie et de manipulation constante, le monde du faux-semblant où même les hommes tendent vers la culture du commérage et de la compétition vestimentaire, des comportements que je trouve très efféminés. La moindre parole véhémente ou passionnée vous fait automatiquement passer pour le fou dangereux de service, c’est insupportable, qu’il s’agisse de femmes ou d’hommes efféminés, le constat est le même : n’allez surtout pas à contre courant ou alors on vous conseillera le psychiatre . Mais finalement les marginalisés se sentent beaucoup mieux dans leur peau et leur esprit que ceux qui choisissent de participer à ce cirque d’inculture et de bassesse. Non je vous assure, tout va se passer pour le mieux, car les générations qui viennent voient toute la misère de leurs aînés leur sauter en pleine gueule et ils ne se laisseront pas baiser, ni isoler. Il suffit de s’organiser, de rester droit dans ses bottes et d’être patient, ce cinéma est trop minable pour qu’on ne sache pas en venir à bout. S’instruire toujours, garder la santé et préserver ses couilles et leurs fonctions, c’est tout ce qui compte. Apprenez à "profiler" les gens de votre entourage ou les rencontres que vous faîtes, gardez près de vous ceux qui partagent vos valeurs et unissez vous dans un projet commun, créez des économies et des réseaux qui vous seront fidèles en toute situation, même violente... la seule réalité c’est que les femmes suivent ceux qu’elles croient les plus forts et capables de décider de l’avenir de la société dans laquelle elles feront naître leurs enfants, soyons les plus forts, nous déciderons de la mode. Si nous ne remettons pas de l’ordre pour nous même, faisons le pour ceux qui viendront après nous.


    • @Pontiac, je vous rejoins sur votre dernier commentaire, les fêtes de village en extérieur seraient bien plus agréables à vivre que les boites de nuit qui déçoivent totalement de la gente féminine. On s’y sent comme des animaux en cage sombre, éblouis de lumières vives, intermittentes et agaçantes, abreuvés d’alcool mélangés et hors de prix, assourdis par les bruits qu’on appelle "musique" ou "sons" sous lesquels il faut se frotter à la première inconnue venue en espérant faire ça bien. C’est minable et abrutissant. Le choix moderne : tinder ou boîte à baise, jamais d’honneur, jamais de romance. Il est grand temps de réorganiser la société avant qu’on trouve plus médiocre à nous faire bouffer.


  • Rien de bien méchant dans cette opération de pub : on voit bien l’évolution de ce féminisme 2.0 : en gros, tout est harcèlement.

    Cette tendance est inquiétante, car le féminisme devient clairement un repli communautaire comme un autre : je suis désolé pour les cruches du site "mademoizelle", mais draguer ne doit pas engendrer une peur comme si on s’attaquait à la face nord du mont-blanc ! (ajoutez à cela le ton paternaliste insupportable de M.Séclin...bref, autant rester chez soi).

    (Gros boulot du raptor dissident : même Soral n’aurait pas mieux résumé).

     

  • En lisant les commentaires de la vidéo de Raptor, j’ai constaté que l’originale à été supprimée, que son compte est suspendu et qu’il s’agit d’un réupload. Je l’ai téléchargé juste pour la postérité.
    Si ça devait confirmer un truc qu’il dénonce (en image), c’est que le féminisme réclame toujours plus de droits en occultant ceux des autres, femmes normales y compris. (J’entends par normales, celles avec pas ou peu de névroses hystériques, j’en connais pas des masses, surtout au boulot).

    Pour moi, il est clair que le féminisme est le symptôme d’un mal ravageur de la société, s’il n’en est pas le visage : la dislocation de l’individu des groupes sociaux dont l’essentiel est la famille traditionnelle (terrain plus que favorable à la création d’individus équilibrés et sains).
    « Je veux être séduite, mais pas question qu’on m’aborde », je veux un mec qui soit féminin (!), si c’est pas de la dislocation schizophrénique ça ! et qu’on veut faire passer pour quelque chose de typique chez les femmes, de ne pas savoir ce qu’elles veulent...pourquoi pas mes cou*lles sur un plateau en argent.
    Ce que ces pauvres paumées sont maintenues loin de savoir, c’est que le féminisme est une invention d’hommes pour asservir les femmes et les utiliser pour dominer toute la société, avec tous les ravages telles des harpies. Même dans l’antiquité, les femmes n’ont pas été aussi matérialisées et traitées en objets comme dans l’époque qu’on vit.

     

    • Vous oubliez que les feninistes sont pour la plupart des lesbiennes agressives histeriques et frusrtrees de ne pas etre des hommes....

      Au lieu de s en prendre aux hommes qu elles rendent responsables de leur nauvais sort elles feraient mieux de faire un travail sur elles memes.

      Les feministes ne cherchent pas l egalite mais des privileges de domination non pas pour le bien des femmes qu elles aprennent a dester leurs statut de femme mais uniquement pour detruire les hommes et les rendre dociles faces a une certaine elite qui cherche a les soumettre


  • Mince alors, en lisant ce tableau je me suis non seulement rendu compte que j’étais un harceleurs mais aussi un agresseur !
    JAMAIS, ô grand JAMAIS je n’ai demandé à ma copine la permission de l’embrasser ou de la caresser ! Et je ne prévois pas de le faire un jour !
    Et quand la nana dors à côté de toi, il faut peut être la réveiller pour lui demander si on à le droit de l’embrasser ou de poser la main sur sont ventre ?

    L’intérêt du rapport homme femme c’est justement de rencontrer une personne du sexe opposé qui n’est pas de sont milieux, quelqu’un qu’on ne connais pas. Donc toute occasion est bonne à prendre. Et je n’ai jamais vu une fille offusquée de ma demande. Et les filles ça refuses toujours au début, faut les travailler un peux. Si elles sont facile elle n’ont pas de valeurs, alors la femme à toujours intérêt à dire non et le garçon à insister. Les femmes disent toujours non avec une ambiguïté, mais quand c’est un vrais refus on capte et on passe à autre chose.

     

    • C’est clair c’est une évidence, je ne comprends pas comment on peut être aussi con. Les filles de ma connaissance qui sont féministes sont celles qui se plaignent le plus de ne jamais rencontrer de mec... Il serait temps qu’elles reviennent à la réalité et arrêtent avec ces conneries d’idéologie victimaire. C’est pas dans la nature que les femmes aillent draguer les mecs, ce n’est pas qu’une question de culture, elles auront toujours plus de choix et leur boulot c’est de trier les mecs, tandis que pour les hommes le boulot c’est d’oser aborder les femmes. Il faut comprendre la psychologie de l’autre sexe au lieu d’arriver avec ses gros sabots égalitaires.
      En tant que mec si tu comptes qu’une fille vienne t’aborder c’est quasi garanti que tu baiseras une fois tous les 15 ans. Et encore ce sera un boudin.
      Au final on arrive à ce que dit le Raptor : la fin du brassage social, on ne rencontrera que des gens de notre petit milieu, et en passant de plus en plus par des services internet payants. Et ça va virer comme aux USA : les hommes et femmes frustrés qui ne se rencontrent que bourrés, les mecs en mode chien, les nanas en mode putes et un taux d’agression sexuelle qui augmentent en même temps que le féminisme...


    • Aux USA, le jeune homme se doit d’avoir obtenu le consentement verbal. Genre "Oui, je veux bien que tu m’embrasses", "oui, tu peux enlever mes vêtements", "oui, tu peux me caresser"... etc...

      Bientôt, il faudra sans doute faire signer une attestation avant chaque position.


  • C’est la propagande , qu’elles ont subie les premières , qui par sa contradiction avec la nature et la volonté divine , les a rendu a moitié folles , ou hystériques , mais encore que chez les gens aisées , pour les autres la réalité du quotidien , solitude et travail , enfants sans père , dépression , alcool , médoc , Cyril Hanouna , chocolat , tabac , café , anxiolytiques , la sirène de 18 ans devenue une grosse baleine a la dérive , prête a s’échouer , elle personne ne la harcèle , c’est fini , peut être appâtée par quelque sombre beuverie recevra-t-elle un hommage a sa beauté perdue offert par un vieux clochard qui passait par là , qui a vue que tout le monde dormait .


  • mouais. C est encore un exemple de n importe quoi. Et encore, c est rien ce que y est dit ! Faut voir outre manche les proportions délirantes que ça prend. Marion Seclin, c est trés gentil á coté.
    Quand a la vidéo du raptordissident (resistant non ? une dissidence reste dans un cadre déjà établie, la résistance s’oppose frontalement). C est marrant avec des bons arguments mais c est toujours un truc ou le mec parle a 200km/h pour rentrer dans un format audiovisuel .
    Avec trop d edit sonores, on a l impression de regarder une pub . Generation 2000 warcraft ? C est pas mal pour les ados, au moins ça a le mérite de soulever des sujets.Bon courage a lui
    Pour les anglophones qui veulent rigoler ; un transexuel de droite contre le féminisme de maman, assez islamophobe binaire (un statos quoi ) et qui en plus se fout de la gueule des lgbt . mais bon.
    https://www.youtube.com/channel/UCD...


  • Une petite pensée furtive suite à la lecture de cette article..

    Peut être que les filles "libérée" n’en ont pas conscience hein, mais en s’habillant sexy elles oublient que ce qu’elle montre c’est ce qu’on regarde. Une nana qui se balade avec un décolleté c’est pour que tout les mecs regardent, c’est la bute. A quoi cela sers de montrer quelque choses que personne ne regarde ?

    Si ma copine sors habillé trop court dans la rue je l’engueule, j’ai pas envie que les autres mecs regarde les parties intimes de ma copine. C’est la mienne, je ne veux pas la partager avec d’autres. Pour moi une nana qui s’habille en aguicheuse c’est qu’elle cherche le rapport que cela soit conscient ou non. Ca se vérifie simplement.

    Une nana qui se ballade en string/culotte/mini-jupe/mini-short/shorty (c’est du pareil au même du point de vue de la décence) en appelle biologiquement à la bestialité de l’homme. Quand on vois ça on veux en voir plus et on veux la sauter (mais à aucun moment on à envie de se marier et de faire des enfants avec une aguicheuse)
    C’est à ça que cela sert.

    Donc après toutes les aguicheuses qui s’habillent sexy viennent se plaindre d’être sifflée, qu’on leurs pince les fesses, elles se plaignent des hommes qui ne pensent qu’au cul, qu’elles ne trouvent jamais rien de sérieux, etc... C’est normal.

    Une fille qui s’habille sans forcément chercher à mettre ces formes en valeur c’est une fille que je peux mécaniquement envisager pour autre choses que du plaisir. Les seins et les fesses c’est joli, mais si on le montre on ne regarde que ça et on n’en oublie le visage, les cheveux, la grâce, les mains, et tout les autres bouts.

    La pseudo libération des femmes crée le harcèlement.

     

    • 100% d’accord avec vos conclusions. Quand une femme s’habille de manière dénudée, on est automatiquement attiré par ses formes, figé sur ses parties charnues, à moins de se contraindre à ne pas regarder. Or la plupart des hommes sont constamment stimulés sans jamais rien pouvoir faire. Que ce soit par les femmes elles mêmes, les pubs, le vocabulaire cru à la télévision, les images sur internet et j’en passe, l’homme doit constamment se tenir à carreau, se contraindre quand la femme peut tout se permettre et quand il prend son courage à deux mains pour aller parler à une de ces dames dans la rue, ça devient un monstre.


  • Ce n’est pas du féminisme 2.0, c’est de la rééducation. Je suis d’accord avec leur tableau. Tout le monde ici peut l’être, s’il prend la peine de le lire. En clair les femmes en ont marre de se faire traiter de pute par des halogènes sans foi ni loi. Il faut voir dans cette réaction idiote de féministe larguée un SOS.
    La drague nécessite de l’intelligence, de l’esprit, de la finesse ou, selon la cible et le contexte, un sens aigu de l’adaptation. Il est possible de lever en singeant le type lourdingue, ou en ne disant rien ! C’est un truc d’aristocrate, de gens supérieurs, qui ont du goût et du génie. Qui peut faire comme Soral et draguer comme un Marquis au Luxembourg ? Casanova, ni beau, ni noble, était génial parce qu’il aimait les femmes, avec passion ... Et il était sans doute bien le seul.

     

    • A ce sujet j’aimerais bien avoir le témoignage de femmes. D’après les témoignages que j’ai reçus et la simple observation, il me semble que 99,9% des vrais harcèlements sont dus à des jeunes chances pour la France. Et j’ai lu aussi les témoignages de certaines femmes qui n’osent pas intervenir ou dénoncer des situations comme ça de peur de passer pour racistes.
      Donc si c’est bien le cas elles mettent tous les mâles dans le même panier (là le "pas d’amalgame" on peut se le foutre au cul) pour épancher leur frustration, et les hommes français de base se tapent les reproches pour quelques abrutis bien spécifiques (qui nous font chier nous aussi par ailleurs). Ce qui permet de déviriliser un peu plus les hommes et diviser les sexes. C’est bien ça ?


  • La logique de cette Marion Céclin est maintenant poussée jusqu’au bout.
    Quand les féministes auront rendu la drague impensable ..... c’est le mariage direct.
    "Mariés au premier regard". C’est la nouvelle émission de la 6. De toutes façons si ça va pas on divorce.
    http://www.programme-tv.net/news/tv...


  • Au passage allez faire un tour sur la bronca que se prend le vidéaste Raptor dissident (premiere video) par les autres youtuber.


  • De toutes façons, si vous plaisez à la fille, elle ne vous prendra pas pour un harceleur, au contraire.


  • Dans l’occident décadent et victime d’un abrutissement perpétuel, la loi du plus fort a cédé la place à la loin du plus con.

    Cet épisode en est un "brillant" exemple : des cons ont vu le mal partout dans la campagne de pub de Vivelle Dop, ont foutu le boxon, d’autres cons ont embrayé, et Vivelle Dop a été assez con pour baisser son froc.


Commentaires suivants