Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Des cours d’enseignement de la Shoah pour les professeurs

À Tours, on a compris ce que "totalitarisme" veut dire

Illustration : Sani (2013)

 

 

Deux professeurs du lycée Grandmont de Tours organisent une journée de formation du personnel éducatif à « l’enseignement de la Shoah ».

Il faut trouver les mots justes : telle est l’idée centrale du projet de formation initié par deux professeurs du lycée Grandmont, qui vise à apprendre aux documentalistes, professeurs d’histoire-géographie et professeurs de français comment enseigner la Shoah à leurs élèves.

Éric Landais, l’un des deux enseignants à l’origine de cette initiative, explique : « Au lycée Grandmont, nous organisons des voyages vers les lieux de la Shoah. Et les professeurs doivent être prêts à répondre aux interrogations des élèves. »

Pour aider le corps éducatif, Alban Perrin, coordinateur de la formation au Mémorial de la Shoah, a insisté sur le bannissement de deux termes, impropres selon lui à décrire l’indescriptible. D’abord, « holocauste », qui renvoie à un sacrifice religieux et ne peut donc décrire un projet que les historiens affirment méthodique, planifié, implacable. Second terme à proscrire : celui de « solution finale », justement parce qu’il était employé par les nazis –décidément diaboliques.

Selon lanouvellerepublique.fr, « le proviseur du lycée Grandmont, Gilles Zadem, s’est réjoui de cette journée de formation et, par intérêt personnel, a assisté à une partie des conférences et ateliers ».

Loin de l’école de la « République », forger sa culture
et son esprit critique avec Kontre Kulture :

La Shoah est aussi dans la boutique E&R :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

43 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1583254

    "les professeurs doivent être prêts à répondre aux interrogations des élèves"
    Je présume que si "l’interrogation" est trop poussée, le professeur aura un moyen expéditif de répondre à l’élève (conseil de discipline, convocation des parents etc.)
    Je me rappelle qu’enfant j’avais demandé à être exempté d’aller voir "le Dictateur" au cinéma avec ma classe car je l’avais déjà vu 3 fois. C’est à peine si la prof ne m’a pas étranglé sur place.
    Décidément, un sujet extrêmement sensible.


  • Est-ce qu’on a le droit de dire chaud ananas ?


  • #1583271

    Très bonne initiative . Pour être complet ajoutons une journée par an consacrée aux travaux de Robert Faurisson , une journée consacrée au génocide vendéen , une journée au commerce triangulaire et à la traite négrière par certains blancs et certains arabes , une journée consacrée aux crimes des bolcheviques , une journée consacrée aux bombardements de l’Empire contre le peuple libyen , une journée consacrée au réseaux gladio , une journée consacrée au baptême de Clovis , une journée consacrée à la loi Le Chapelier et aux décrets d’Allarde .


  • Ananas !!
    Ah ah Ananas !!!


  • #1583288

    Interrogation surprise. Au-delà de 5 fautes vous êtes emprisonné pour révisionnisme. Celui qui rendra une feuille blanche sera condamné pour négationnisme.

     

  • Ben moi aussi j’ai eu deux professeurs pour ce sujet : Faurisson et Reynouard.

    Comment ? C’est pas les bons ? Ah ?


  • Le proviseur, Gilles Zadem s’est réjouis....

    Tu m’étonnes !!

     

  • #1583316

    Sortez vos mouchoirs...


  • #1583320

    On parle bien du film ?


  • Rien contre tant qu’on ne se trompe pas sur les chiffres...


  • Moi, je serais encore étudiant, bin je militerais pour faire des journées de formations sur l’extermination des amérindiens, ou sur la déportation esclavagiste des africains sur les îles et différents continents.

    Car pour une "sortie" scolaire, c’est quand même plus cool les plages californiennes et les îles paradisiaques, que les plaines polonaises..... ;)


  • #1583358

    Curieux ce retour permanent à l’époque nazie : une majorité de juifs en auraient-ils la nostalgie ?
    Ils n’ont qu’à regarder la télé .

     

    • Des juifs anglais , dont les parents ont fui l’ALLEMAGNE avant 40 redemandent la nationalité allemande, au nom de leurs ancetres car ils ont peur des conséquences du BREXIT sur leur situation financière .


  • Et entre deux cours de propagande, à la cantine ça sera bouillon de poulet avec kneidler en entrée, quenelle sauce harissa en plat principal, puis ananas flambé au phosphore blanc en dessert.


  • Trouver les mots justes, c’est être capable de répondre à une question comme Where is the pudding, mais sans détour comme cet artifice utilisé ici afin d’éviter la condamnation à une peine de prison pour délit d’opinion ?


  • #1583387

    Shoah : anachronisme ou révisionnisme très intéressé ?

    Les éditions 1991 et 2010 du Petit Robert ne contiennent pas ce concept de shoah.

    Depuis quand définit-il historiquement et linguistiquement le fait historique qui lui est ainsi attribué a posterirori et pourquoi ?

    L’histoire n’est pas le cinéma.


  • Ca marche fort, la théologie.


  • Je relisais un viel article d’ER > pochette Surprises

    Bientôt les sujets d’histoire, de géographie, de français, de philo, de physique (citez les différents états de la matière et dissertez !) ou de math (si un train part de Drancy à 120 kmh...) ou de cuisine (qu’accompagne la sauce mafé !) tourneront tous autour de la même thématique et on connaît tous les réponses. On va frôler les 100% d’admis au bac, la vérité !

    Ça va alléger les programmes scolaires et les cartables des enfants. Ils devront juste connaître 2 ou 3 petites choses qu’on apprend dans "la Shoah pour les nuls" que n’hésiteront pas d’écrire ces deux missionnaires en pèlerinage au sein de l’éducation nationale.

    Par contre on va pouvoir les gaver du ce1 à la terminale de théorie du genre avec la journée de la robe voire pire...

    Dans 10 ans la jeunesse française sera une gigantesque gay-trans-lesb-autres pride@ inculte faisant pipi tombé la nuit debout.

    Ah c’est déjà le cas ?


  • Interrogations de quel genre, s’il vous plait ? Des questions de types scientifiques ? Logiques ? Arithmétiques ? Quand on me dit que Jésus soignait les pauvres gens, multipliait les petits pains ou tournait l’eau en vin, je ne pose pas de questions ni scientifiques, ni de logique, ni d’arithmétique, puisqu’il s’agit d’une religion.


  • #1583413

    La problématique, pour les professeurs d’histoire qui abordent le thème de la Shoah (qui est un film de Jacques Lanzman, au départ), est : comment contenir et limiter l’esprit critique des élèves tout en leur faisant croire qu’on les encourage à le développer ?

     

  • Amis professeurs...
    La vous touchez le fond !
    Etes vous dans la compromission ou bien dans l’aliénation ?
    Votre statut de fonctionnaire vous oblige à un devoir de neutralité et à celui de probité...
    On fait le point ?


  • « le proviseur du lycée Grandmont, [...], a assisté à une partie des conférences et ateliers ».
    Quel genre d’ateliers : construire des maquettes de chambre à gaz ?

     

  • Alors...
    premièrement,
    si les professeurs trouvent que ce qu’il décrivent aux élèves est si horrible qu’ils faut trouver "les mots justes" pour le leur dire, peut être pourrait-on simplement attendre une année ou deux de plus avant de leur en parler ? Histoires que les élèves soient moins choqués (mais c’est peut être le but... ?)
    Deuxièmement,
    je suis sur qu’en cherchant un peu ils pourraient simplement trouver un documentaire bien ficelé par les hautes autorités à montrer aux élèves. Je peux me tromper mais j’ai l’impression qu’il y en TOUTES LES SEMAINES à la télé.


  • Je pense que la bonne méthode aujourd’hui serait de dire : foutez nous la paix !
    Ferme là.
    À TOUT JAMAIS.
    J aimerais vraiment savoir si le lavage de cerveau continue à être efficace ou si ça commence à être contre productif.
    Parce que là, franchement, on nage en plein délire.
    C est même plus furtif, c est du lourd, du gros calibre, ça enfle, ça devient ÉNORME !
    J aurais envie de dire : quand est ce que ça pète, et qui va percer la baudruche ?
    À ce stade, je ne suis même pas sûre que la violence soit nécessaire.
    Juste des voix qui disent
    MAIS FERME LÀ.
    Tous.
    Tous ensemble.
    À TOUT JAMAIS


  • Perso, la shoa je m’en tamponne. Cela ne signifie rien pour moi et ne concerne qu’une religion étrange qui se considère comme supérieure à toutes les autres et dont les représentants s’auto-proclament élus par le divin du moment. Je n’ai pas à me soumettre à une quelconque religion sachant que la France est non communautaire et laïque. Ces deux professeurs devraient être sanctionnés pour communautarisme, prosélytisme et propagande religieuse. Il est plus que temps de condamner tous ces imposteurs de la pleurniche.


  • Qu’est-ce que je suis content de ne pas avoir à subir le lavage de cerveau de "l’éducation" nationale de maintenant !!


  • Il faut lire les manuels de Hasbara, libre de propagande sioniste. C’est exactement ce genre d’opération qu’on y préconise. Il y a la des sayanims dessous. Bonjour tristesse, ce courant politico-religieux à l’image d l’islamisme, je parle du sionisme, est une véritable psychopathologie.


  • #1583603

    la Shoah c’est quoi cette merde ?

    Vivement que les femmes au foyer soient rénumérées et qu’elles puissent garantir avec l’aide du père revenant de la chasse l’éducation de leurs nombreux gosses !

    Car on apprend rien à l’école ! ou pas grand-chose. Je sais j’y suis passé et ce que je me disais à l’époque n’a pas varié d’un pouce.


  • La shoooooaaaah !! ,dés fois qu’on l’oublierait ,autant nous en remettre une couche. Et après ,2ème cours ,la culture de l’ananas .


  • La Sainte Shoah enseignée à l’école ? Ce serait pas un atteinte à la laïcité, ça ?


  • #1583806

    J’espère que les professeurs en question - dûment formaté - aborderont le livre de Finkelstein : "L’industrie de l’Holocauste" .

    Bon, OK je sors...


  • Desfois qu’ils n’en auraient jamais entendu causer ....


  • Par moments je me demande s’il ne faut pas jouer le jeu, continuer à ne parler plus que de ça !!! Jusqu’à en dégueuler, à faire dégueuler les enfants. A bien grossir les choses comme ils l’ont fait, avec les savons et les lampadaires en peau humaine (qu’on avait dans nos livres d’histoire), à répéter ces chiffres de simillions totalement incontestables et sacrés.

    Qu’ils continuent ce jeu, ca va leur péter à la gueule... N’ayez aucun doute.


  • Le terme hébreux de "Shoah" est un outrage à la mémoire de toutes les victimes non juives de l’Holocauste qui représente la grande majorité des victimes.

    En anglais le lobby n’a pas encore réussi à substituer Shoah à Holocaust.

    La proportion des victimes de l’Holocauste sur Wikipédia anglais :

    - Juifs 40%
    - Prisonniers de guerre soviétiques 20%
    - Prisonniers politiques 10%
    - Polonais, Ukrainiens, Biélorusses 22%
    - Autres 8%

    https://en.wikipedia.org/wiki/Holoc...


  • en fait si on suit la logique de "vénération des victimes" de cette pseudo-religion shoatique (chiatique ?) , on devrait vénérer les russes pour le sacrifice de plus de 20 millions d’entre eux dans leur lutte contre le nazisme. Bien au contraire, ils sont traînés dans la boue, et leurs cérémonies du 9 mai 45 sont boycottées par les occidentaux. On est donc obligés une fois de plus de constater qu’on se fout totalement de notre gueule. C’est pénible. je plains les pauvres profs pour qui ça n’était déjà pas facile ...


  • Shoah ce n’est pas un mot francais. Est-ce aux français de s’assimiler à une nouvelle culture, ou à eux de s’assimiler à la France et à son lexique, sa langue et ses contraintes quoi ?

    L’école m’a appris à être cartésien, du nom Descartes. Douter de tout, tout remettre en question pour que la vérité jaillisse. Apprend-on à ces profs à être cartésiens, ou les prend-on pour de vulgaires courroies de transmission ?

    En perdant cet esprit cartésien ET la religiosité ancestrale, la France est prise en otage et perd tout. Je vous laisserai la conclusion.


  • #1584213
    le 22/10/2016 par juste_une_question_de_cohérence
    Des cours d’enseignement de la Shoah pour les professeurs

    Super, on va enfin savoir comment fonctionne une chambre à gaz !


Commentaires suivants