Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Diversion : le film qui vous plonge en 2026, après 10 ans de TAFTA

Le gauchisme prendrait-il conscience de quelque chose ?

Encore en négociation sous huis-clos, le Traité transatlantique, ou TAFTA, pourrait bien modifier l’avenir de près de 800 millions de personnes réparties entre les États-Unis et l’Europe. Un court-métrage, intitulé Diversion, nous plonge dans un possible avenir, pas très éloigné de notre présent, qui fait froid dans le dos. Dans une Belgique plongée dans la peur et l’obscurantisme médiatique, un jeune homme n’ose plus sortir de chez lui quand il rencontre l’un de ces « extrémistes » décrits partout à la télévision. Créé dans le but de générer la mobilisation contre l’adoption imminente de ce traité, le court-métrage est diffusé sur internet et sera présenté au festival Esperanzah ! en août.

 

L’idée qu’il ne faut pas se laisser aller à la « diversion », voilà ce qui est défendu par ce court-métrage qui cherche à éveiller les consciences quant à l’utilisation de « boucs-émissaires » dans nos sociétés, mais également quant à l’avenir de tous dans un monde où le « libre-échange », selon les règles d’un traité calqué sur le modèle américain, serait couronné.

Dans une Belgique qui s’apprête à commémorer «  les dix ans de la signature du traité transatlantique », le film nous invite à entrer dans le quotidien d’Alan, un jeune homme d’une vingtaine d’années, et de sa mère, scotchée à longueur de journées devant ce qui ressemble de près à une chaîne d’information en continu. Couvre-feu, reportages alarmistes concernant les « extrémistes », forces de l’ordre et milices privées chargées de discipliner des militants qui ne font que coller des affiches… On a ici un aperçu d’un état d’urgence devenu permanent, où la liberté d’expression n’a plus lieu d’être et où toute l’économie d’un pays peut être résumée à la guerre de tous contre tous.

 

Vision noire d’un monde aux mains des grandes entreprises et de la peur

Le court-métrage, volontairement radical, offre également une vision inquiétante de ce que sont devenus la culture, les arts dans un monde où seule la productivité semble désormais avoir de l’importance.

 

 

Lire la suite de l’article sur l1d.fr

Le TAFTA, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

52 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Il semblerait que le titre "Diversion" évoque plutôt la méthode qui consiste à mélanger dénonciation gauchisante, nuit-deboutesque, du tafta (et donc de la finance, des grands groupes, plus rarement des Etats-Unis) qui ne coûte rien et dont tout le monde se fout, et défense de l’invasion migratoire, de plus en plus superficielle sur le fond mais nécessaire à l’oligarchie. La contradiction est majeure mais peut permettre chez certains jeunes blancs manipulables de mettre sur le même plan un bout de papier signé et le remplacement de leur propre peuple. Art téléguidé qui par le leurre cherche à canaliser la révolte du jeune et la neutraliser, voire la retourner contre les siens. C’est le syndrome antifa.

     

    • Oui, c’est exactement ça. Dans le film, les citoyens vivent repliés sur eux-mêmes, sans sortir de peur de se faire agresser par des migrants...

      Je suis sûr que ces gauchistes ont toujours voté en faveur de la construction européenne transnationale et qu’ils y sont encore favorables. Ils ont eu le mérite de faire un film sur le sujet, ce qui est appréciable, mais ils sont incapables de voir qu’ils se révoltent contre les conséquences des causes qu’ils défendent : la libre-circulation des personnes et des marchandises en fonction des besoins du marché étant remaquillée en "ouverture à l’autre" et "métissage".


  • Ce court métrage résume tout en 15 min, pour ceux qui n’aurais pas encore compris ce qui risque d’arriver.
    C’est intéressant de voir diverses consciences se réveiller et d’autres s’enfoncer encore plus dans le mensonge et l’ignominie...


  • énorme mensonge dans ce film, et énorme contradiction, car ce traité justement défait les fontières, il n’a donc rien contre les réfugiés et l’immigration en général. ce film prétend aussi que l’état cherche a entretenir la peur pour faire marcher le capitalisme, alors que c’est au contraire tout l’inverse, l’état n’a pas besoin de faire peur pour avoir le contrôle, et c’est au contraire l’absence de peur et de remise en question qui pousse la consommation. c’est un film d’extrême gauche typique qui mélange un peu tout, avec sa dose de romance, de cheveux sale et de poésie. c’est une manière très binaire de voir le monde en fait, d’un côté les gentils et de l’autre les méchants. a vrai dire c’est les populations qui refuseront les réfugiés, pas les états, c’est ce peuple dont se réclame l’extrême gauche qui dira non a l’immigration, et c’est la toute la contradiction du film. on y voit aussi une caricature du citoyen qui n’est pas d’extrême gauche, fils a maman apeuré de tout et irrationnel. bref c’est un film gentillet plein de belles intentions et de belles contradictions, surement le fait d’un étudiant dans un fac de cinéma qui vient de finir ses études.

     

    • bien vu Misterwhite !


    • @ Misterwhite

      "...énorme mensonge dans ce film, et énorme contradiction, car ce traité justement défait les fontières, il n’a donc rien contre les réfugiés et l’immigration en général..."
      Oui, vous avez raison. L’immigration massive sert effectivement l’empire : dumping social et communautarisme qui transforme un conflit vertical (peuples contre élites) en une guerre horizontale (communautés entre elles). Lorsque les gauchistes auront compris cela...

      "...ce film prétend aussi que l’état cherche a entretenir la peur pour faire marcher le capitalisme, alors que c’est au contraire tout l’inverse, l’état n’a pas besoin de faire peur pour avoir le contrôle, et c’est au contraire l’absence de peur et de remise en question qui pousse la consommation..."
      Là, par contre, vous avez faux sur toute la ligne. Il est prouvé scientifiquement que la peur fait perdre environ 30% des capacité cognitives, et qu’un état de stress permanent pousse à la consommation par effet de compensation. C’est justement grâce à la peur que le système garde le contrôle et peut survivre. Sinon pourquoi l’empire s’acharnerait-il à fabriquer le terrorisme et organiser le choc des civilisations ? Lisez "La stratégie du choc" de Naomie Klein ou visionnez le documentaire du même nom et vous comprendrez pourquoi Roosevelt a dit : "ce dont nous devons avoir peur, c’est de la peur elle même".


    • Je suis pour ma part en total accord avec Misterwhite, les gauchistes semblent penser qu’on se dirige vers un future à la "1984" alors qu’il est évident que les (((globalistes))) ont choisit pour nous un avenir à la "Le meilleurs de mondes", pour être honnête nous sommes déjà dedans.

      Judas nanass, les médias essayent sans cesse de nous rassures à coup de gros "PADAMALGAM", ils cachent toujours les viols et autres violences des migrants etc... A moins qu’évidemment tu crois que toutes les attaques à l’arme blanche de daesh en Europe ainsi que toutes les violences des migrants ont été commandité par le Mossad et que ce n’est pas juste la démonstration parfaite qu’une société multiculturelle ne peut pas fonctionner.


  • #1529848

    Le cinéma est la vaseline de la politique.


  • Puissions tous nous unir pour nous regarder avec les yeux de la clairvoyance. Merci.


  • Important message de vérité , il faudrait arrêter cette machine infernale ,
    qui va nous amener à cette situation inéluctable .

    ça donne des frissons de savoir vers quoi ils nous engagent avec ce
    traiter transatlantique et tout ce qui va dans le même sens , le sens
    de l’esclavage , de la dictature , de l’insécurité , de la misère intégrale ,
    intellectuel et matériel . Ce futur qui nous prépare fait horreur.... !


  • M’ouais.
    .
    _Tu te souviens de quoi ?
    _De la diversité, blablabla

    _Maman, tu ne peux plus rester cloîtrer.
    _Si ! Tu es devenu un extrémiste ? Tu veux laisser entrer les immigrés (= migrants) ?

    Donc, la diversité serait parmi les choses principales qu’il faudrait défendre contre le tafta, et cela va logiquement de pair avec l’immigration forcée. Banco.
    Bref, je crois que la diversion n’est pas là où on la voit.

     

    • Le mot diversité a eu un drôle de son dans ma tête, un peu celui de l’alarme qui me fait signe que je regarde de la merde.


    • Quelle arnaque ce court-métrage pour antifas ! Entre deux airs de violons/clarinette verbaux, on nous ressert la diversité et les migrants Le système essaye toujours de récupérer, mais là c’est non seulement grossier mais risqué (les idiots utiles pourraient basculer en réalisant trop de choses et en épousant trop de luttes, à commencer par celles qui ne sont pas les leurs, et en fréquentant trop de gens, donc en communiquant). Le coup de la diversité et des migrants se voit comme le nez au milieu de la figure, c’est le discours dont le système nous rabat les oreilles en ce moment.
      En fait, le message de ce court-métrage est un peu une déformation de ce que dit attali sur la guerre ou le NWO, c’est : soi tu aimes ce système, soit on va te le durcir bien comme il faut que t’en regrettera que flamby n’ai pas été fait roi ! :(


    • #1529975

      Je pense qu’il faut prendre conscience que c’est dans 10 ans, et donc que le discours de JMLP est devenu tout à fait politiquement correct et que c’est même devenu la norme, et que donc les gauchistes d’aujourd’hui deviennent les dissidents.

      Je peux me tromper mais je le vois comme ça, sinon ça fausserait complètement le but du film qui est d’empêcher la mondialisation.


  • criant de vérité ! malheureusement, ceci est inéluctable et surtout il est dans le sens de l’histoire...
    il ne sert de rien de signer des pétitions ou de défiler par millions : si le Capital a besoin du TAFTA, alors ce dernier s’appliquera, envers et contre tout ! ce dont le Capital a besoin se réalise toujours. C’est triste, tragique même, mais c’est notre destin..


  • #1529875

    ça sent la propagande à trois bandes. Que vient faire l’acceptation de l’immigration forcenée contre le TAFTA ?

     

  • Je ne regarde pas car je peux dire simplement en lisant le résumé que ça sent le plus sombre des gauchisme... En effet une personne normalement constituée ne pourait pas vraiment imaginer que les arts et la culture puissent devenir pire qu’aujourd’hui !


  • Que viennent faire les migrants dans tout ça ?


  • Ce film est vraiment nul.
    C’est un truc de gauchiste typique. La classique interdiction de l’art, franchement trop effrayant et trop crédible...

    Et à la fin le gars épais comme une crevette qui sort sans armes. Dans la vraie vie avec un état vraiment totalitaire, il finirait matraqué à mort ou écrasé sous un tank...

     

  • C’est bien de faire des fictions...mais dans la réalité pour qui votent tous ces grands créatifs réalisateurs , caméramans , comédiens ... ?


  • À 13’30 la mère dit : "Ces extrémistes qui pensent tout remettre en cause, qui veulent accueillir tous les réfugiés du monde."

    Ce court-métrage est l’exemple parfait d’une manipulation impériale. On nous présente grosso-modo le clivage stupide "extrémistes de gauche / anticapitalistes / antifas" symbolisés par la fille contre "extrémistes de droite" symbolisés par la mère. Si la mère est contre les réfugiés, on en déduit que la fille est pour. L’Empire sème le chaos par ses guerres, provoque des crises migratoires et se sert de gens comme la fille, en tirant sur leurs cordes sensibles, pour pousser à l’acceptation des réfugiés et atteindre, sous couvert de droit-de-l’hommisme, des buts moins nobles … main d’oeuvre pas chère, délinquance généralisée pour horizontaliser les luttes, etc. … bref, tout ce qu’Alain Soral nous a si bien expliqué. Une fois que le chaos s’est bien installé, l’Empire se sert de gens comme la mère pour pousser à l’acceptation de solutions sécuritaires (caméras de télésurveillance, état d’urgence, interdiction de manifester, couvre-feu, etc. …) ! Le TAFTA dans ce court-métrage n’est finalement qu’un prétexte. Comme l’Empire en est à la phase "chaos", le parti pris est celui de la fille. Quand l’Empire sera à la phase "contrôle total", le parti pris sera celui de la mère.
    D’ailleurs, si ce film n’était pas une manipulation impériale, il n’aurait pas obtenu de subventions de la part de la Fédération Wallonie Bruxelles et de la Coopération Belge au Développement (voir générique de fin) !

     

    • Bien vu Camarade


    • Merci pour votre analyse extrêmement lucide et qui permet de bien comprendre les manipulations que tentent d’imposer un système corrompu malgré les tentatives pour montrer patte blanche.


    • Rien à ajouter. Ce film de propagande est une publicité impériale.


    • Les femmes qu’elles que soient leurs statuts (mère, fille, soeur, au foyer, célibataire, mariée, au boulot, ...) vont avoir un rôle décisif dans la suite des événements.

      En effet, lorsqu’elle réagiront affectivement, émotivement, intuitivement avec un temps de retard car intellectuelleemnt elles n’ont pas encore effectué le chemin. Elles en sont bien incapables, non pas tant qu’elles sont idiotes mais ce n’est pas dans leur nature profonde, ni priorité. Elles se retourneront contre le système dont elles ne perçoivent encore pas l’idéologie perfide ! Car il eur faut les preuves .. sous le nez !

      Cette mère agonisante entraîne son fils dans son propre cercueil : le logement qu’elle occupe avec son fils, cloîtré dans sa peur durant une année durant !

      Shana, représente le Féminin de l’ETRE en chacun, celui qui aspire l’ouverture en laquelle chaque femme peut se retrouver en puisant dans ses forces de VIE. La mère représente le système moribond et mortifère dans lequel nous vivons et dont le TAFTA serait (il n’est pas encore signé ! ....), le point d’orgue !

      Si les femmes écoutent leur pulsion de mort, elles entraîneront les hommes avec eux et les conduiront à se battre entre eux y compris entre frères de sang ; à savoir en profiter pour régler ses comptes personnels dans un chaos indescriptible. Alors, je vous dis pas pour les communautés ou les minorités quelles qu’elles soient !

      Si les femmes découvrent la supercherie de ce monde-système agonisant et le pouvoir délétère qu’il contient notamment sur leurs enfants car, ne nous y trompons pas, ce sont leurs enfants, nos enfants qui sont visés au propre et au figuré car de jeunes âmes sont manipulables à l’infini : inutile de faire un dessin : enfants africains utilisés comme bombe vivante, la pédophilie avec enlèvements d’enfants qui seront multipliés ...

      Le système actuel a endurci les coeurs. Il y est parvenu. Sans credo religieux puissant permettant une lucidité à toute épreuve, tel le légionnaire portant la Croix du Christ en lui, peut témoigner du profil, de la statue intérieure, auxquels les âmes fortes seront contraintes.

      La période des châtiments est arrivée. Il est dit qu’elle sera abrégée à cause des Justes. Mais elle a d’ores et déjà lieu, discrète, à dose homéopathique mais peut s’amplifier de manière massive à tous moments (voir les attentats actuels et l’éclatement de la Yougoslavie en 1991).

      Les femmes pousseront les hommes à agir ou se laisser mourir !


  • Intéressant, mais ces gauchos bobos n’ont rien compris. Le TAFTA, la diversité à deux balles et la peur va avec les migrants. C’est le même paquet cadeaux du mondialisme. C’est pas avec ça qu’on va changer quelque chose.


  • Vivre décemment est le fruit de mille combats.


  • Juste un rappel général, ce film est financé par la Fédération Bruxelles-Wallonie, qui reçoit son budget de l’Etat Fédéral Belge qui lui-même reçoit des sous de la BCE ...

    Donc vous attendre à un film contre le TAFTA et contre le système ultra-libéral, faut pas rêver :)


  • En matant ce court-métrage plutôt à "gauche" je me demande si des films ou court-métrages dit de de "droite" ou d’ "extreme droite" existe ?
    A part le film brésilien "Tropa de elite" qui est un chef d’oeuvre dans le genre, les films moralisateurs sont toujours issus de la pensée "droit de l’hommiste", "humaniste" etc... Même un "Gran Torino" du grand Clint n’échappe pas à la règle, même si c’est fait avec beaucoup plus de finesse.
    Bref, je suis saturé des films où on présente toujours l’immigration comme un truc génial, où les BIP sont d’eternelles victimes, où le blanc est un nazi colonisateur...

     

  • #1530040

    Que de gôchiasseries ...." avant il y avait la liberté, l’art, la culture, la diversité ...." et ta soeur !! stop l’enfumage d’extrême gôche ! De plus en plus E&R nous amènent dans le "sos-racisme" version 21ième siècle,où se trouve votre critique et analyse de cette chose,cette vaste fumisterie ?! Conversano n’a pas tord parfois...


  • Si les gauchos sont aussi contre le TAFTA, tant mieux...
    Ce serait quand même pas mal qu’ils comprennent aussi que les réfugiés et le TAFTA, se sont les mêmes qui nous l’organisent et imposent.

    Mais bon, il faut pas trop leur demander d’un coup, leur cerveau risque de surchauffer...

     

  • Le problème de gôchiasses c’est qu’ils comprennent les choses jamais plus qu’à moitié. Cela paraît mieux que rien mais en réalité c’est pire encore qu’un ignorant complet.

     

    • C’est parce qu’ils ne voient pas plus loin que le bout de leur nez. Ils ne voient pas ce qui se cache sous les apparences. La boboitude, tout comme la bravitude, repose sur le principe que tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil sauf les méchants.

      Un fois sur le quai du RER j’ai interpellé une c.... qui allait donner une pièce à un cul de jatte roumain sur une planche à roulette. "Oh le pauvre il n’a plus de jambes !". Alors je lui ai dit : "Je me demande comment il est descendu ici, par l’escalier, par l’escalator, par le RER ou par l’ascenseur ?". Et elle m’a répondu "Ah oui c’est vrai ce que vous dites !".

      Les gens sont des cons, tout simplement. Ils se laissent lobobotomisés par les médias où on les culpabilises à longueur de journée. Ensuite dès qu’une occasion se présente, ils s’achètent une bonne conscience et il ne faut surtout pas se poser de question sur leur BA de la journée, ça viendra fiche en l’ai leur mea culpa !

      Les vendeurs de bonne conscience sont là pour les aider. Organisations humanitaires à but "non" lucratif qui racolent des dons dans la rue (msf, aids...), mendiant aux feux rouges, cul de jatte sur le quai du RER, Maison de Ronald Mc Donald (carrément ENORME), fondation Rotschild, manque plus que la fondation de la shoa avec une déduction non plafonnée de 100% des dons sur nos impôts.

      Faire des affirmations ne sert à rien avec ces c... Ce qu’ils faut c’est les amener à se poser la bonne question. Ce jour là j’ai eu de la chance car ça crevait vraiment les yeux. Quand on cherche à contredire quelqu’un dans ses convictions, lobobotomiques ou pas, il va obligatoirement se braquer car quelque part on le remet en question. Lui poser une question sur un ton un peu naïf abaisse les défenses de la personne et surtout "l’idée vient de lui".

      Maintenant à nous de convertir les lobobotomisés !


  • Jeu du pilpoul avec l’irruption de la problématique des migrants comme antagoniste au TAFTA alors que les deux logiques nourrissent la capital.

    Au-delà de ça, le film me rappelle cruellement les conclusions de Todd : on va se faire avoir par le vieillissement général, et le manque d’esprit de révolte qui en découle.


  • #1530132
    le 08/08/2016 par anti-policiers-de-la-pensée
    Diversion : le film qui vous plonge en 2026, après 10 ans de (...)

    Et elle est où, la dénonciation de l’art moderne coté à New York ? où ? où ?
    C’est pas dans dix ans que l’art est mort, c’est depuis 40 ans qu’il y a un monopole total de la grande banque. Grâce notamment à Jack Lang et ses petits commissaires de l’art antifascistes !


  • Quand j’ai entendu "migrants" puis "diversité" je me suis arreté...


  • Une fille qui fait irruption dans un univers clos et sombre, relié à l’extérieur par les écrans (télévision, ordinateur et tablette du livreur du supermarché), sur lequel règne une mère pathologique, abandonnée par son mari, blafarde, malade et abusive à l’égard de son fils complètement castré, en état de quasi esclavage. Une allégorie du protectionnisme présenté comme un repliement sur soi mortifère fondé sur la peur de l’autre, du monde extérieur qui serait induite par le pouvoir néolibéral. Et cette fille prénommée Shana (forme galloise du prénom Jeanne qu’on honore le même jour que Jeanne d’Arc ! ) par la magie d’une chanson, une sorte de berceuse traditionnelle (on dirait qu’elle chante en hébreu !) accompagnée avec une kalimba (instrument rudimentaire originaire d’Afrique centrale) cette fille redonne vie à ce zombie (il se remet à peindre en couleurs) et finalement sort de sa tombe pour se trouver face à face avec un représentant d’un ordre fondé sur la violence et défendu par des vigiles armés de matraques, dont un noir qui poursuivent des jeunes colleurs d’affiches appelant à la résistance au Tafta.
    Les cartes paraissent brouillées mais on peut résumer ce court métrage de la façon suivante : on n’aurait pas d’autre choix qu’entre la mondialisation néolibérale version Tafta et la mondialisation tiers-mondiste antiraciste version partis de gauche, no borders, bobo de droite et de gauche, etc. La peste ou le choléra en somme.
    A la question posée dans le sous-titre par E&R " le gauchisme prendrait-il conscience de quelque chose ?" il me semble que la réponse est clairement "Non". Son positionnement idéologique reste le même et n’est pas susceptible de changer, c’est son ADN. Il est d’autant moins capable d’évoluer qu’il est un allié objectif du néolibéralisme qui le finance pour qu’il participe activement à la lutte contre la résistance au mondialisme. Il joue en fait le même rôle que les terroristes islamistes : celui de destructeurs des Etats protecteurs contre le néolibéralisme. Donc ne rêvons pas à une quelconque rédemption de ce côté là. Nous devons considérer qu’ils font bloc et qu’il faut se battre contre eux avec détermination. Ce film n’est qu’un instrument de propagande contre la résistance au mondialisme et au néolibéralisme tous deux fils monstrueux de l’accouplement de deux ennemis du genre humain, le matérialisme et l’idéalisme.

     

    • J’ai l’impression que vous vous méprenez en partie. Les gauchistes que je connais mangent bio, font du sport, sont écolos et ne vont jamais au macdo et ils ne portent pas les USA dans leur coeur (capitalisme sauvage, pollution, militarisme, malbouffe), mais effectivement ils sont mondialistes, pro-gays, pro-réfugiés.

      Les gauchistes et les apolitiques qui aiment les USA ont du surpoids, des insomnies et des problèmes de santé même à 30 ans, certains sont même stériles (des couples qui n’arrive pas à avoir d’enfants), prennent des médocs, dorment avec leur iphone allumé sous l’oreilller, n’éteignent jamais leur Wifi. A moyen terme, les Pro-USA vont disparaître car ils décéderont de maladie bien avant les autres, c’est mathématique...

      Alors je ne vois pas comment l’empire américano-sioniste pourra gouverner des cadavres ambulants ou gens plus en forme qui n’adhèreront jamais au mode de vie qu’il propose ?

      Qui gouvernera les "no border" ? Francis Lalanne ? Aymeric Caron ? Le Grand Mélenchon Oriental ? (d’ailleurs je me rend compte qu’il connaît très bien les graves problématiques d’appauvrissement des sol par l’agriculture intensive - il en a parlé sur son dernier DPDA sur FR2 - la pomme de 2016 possédant beaucoup moins de nutriment que la pomme de 1950, il a osé le dire , on ne peut pas lui enlever ça...).

      Ce sont des interrogations, pas des reproches à votre encontre.


    • Bien résumé, Erdoval.


  • C’est bien de critiquer le TAFTA, mais là c’est trop bobo pour moi. Ils se sont sentis obligés de mettre une Shana. Bref faux combat, comme les attentats sous faux drapeaux.


  • Heu... C’est moi ou la mère du névrosé sous entend que ceux qui sont contre le TAFTA seraient pro immigration massive...

    ...

    Shana, prénom juif...

    ...

    Vous avez besoin de plus d’explications ?

    ...

    Eh bien la faction que nous appellerons faction A, fait simplement mine de de scinder en deux...

    A1 met en place le TAFTA et agit officiellement.

    A2 met en place une pauvre résistance de façade vouée à fédérer les résistances spontanées et authentiques autour de concepts bidons et de pratiques inappropriées (nuit debout, etc...).

    Au moment opportun, A2 s’effondre (mon dieu c’était imprévisible...) Et la faction A remporte la manche...

    Les membres de A2 gagnent des avantages en nature voir des places politiques pour simuler le compromis...

    Fin de l’Histoire.

    Enfin avec les mous d’extrême gauche c’est la seule fin alternative. Qui par conséquent ne l’est donc plus puisqu’elle est seule...


  • C’est vide. C’est creux. Et beaucoup trop politiquement correcte.
    Il est titré : "Le gauchisme prendrait-il conscience de quelque chose ?". Eh bien le gauchiste peut prendre conscience de beaucoup de choses, mais le gauchisme comme toutes autres entités politiques est voué à la sclérose, au "carcan".
    Pas besoin d’être sous une bannière quelconque pour constater la décadence de l’homme.


  • Propagande pro-migrants - qui est l’instrument ULTIME de l’asservissement des peuples - sous couvert de bons sentiments anti TAFTA. Ou le mal sous couvert de biens et la fabrique du consentement si bien identifié (phishing) par ce cher Lucien CERISE.
    A vomir !


  • Disons que la moitié du travail a été faite. C’est un début.

    La vraie diversion c’est celle qui amalgame les mouvances dissidentes anti-immigration à la logique des états mondialistes qui sont, eux, complètement pro-immigration. Le gauchisme et l’antifascisme ont été complètement retournés pour servir leurs intérêts. C’est le prochain stade de l’évolution des consciences.

    Sinon, le fait qu’ils soient tous peintres et musiciens révèle bien l’angle gauchiste hors du réel.

    C’est mieux que rien, surtout avec le peu de moyen qu’ils ont l’air d’avoir eu.


Commentaires suivants