Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

"États-Unis, enfants jetables" : le marché de la réadoption

Chaque année aux États-Unis, des milliers d’enfants sont vendus ou échangés comme des objets sur le marché de la réadoption. Entretien avec Sophie Przychodny, auteur d’une enquête effarante sur la pratique du rehoming et ses dérives.

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

28 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • " l’ignoble Amérique " (Céline)


  • Acheter , vendre, acheter, vendre... des enfants : l’horreur absolue.

     

  • "Oui, ils sont très durs les américains, ils sont voraces... "

    François Mitterrand

     

  • Le système français est pire.
    Son but est de ramener le maximum d’enfants au sein du système étatique d’ "orphelinats" et d’entraver au maximum l’adoption par couples privés, sous quelque forme que ce soit.
    La doxa tacite est que tout ce qui n’est pas sous la surveillance étroite de l’Etat, est suspect et donc mauvais.
    Mais la vraie raison est la facilité dérisoire qu’il y a à racketter le contribuable, en conservant et augmentant les postes d’ "éducateurs" et autres personnels « bienfaisants » de l’Assistance Publique...
    Idem pour les foyers de personnes âgées : tout est fait règlementairement pour conserver les vieux dans le giron de l’Etat et ne pas les laisser filer dans les institutions privées.
    La motivation est aussi politique : les enfants qui sortent de ce système seront formatés à vie par les idéologies perverses du politiquement correct (Histoire de France arrangée, laïcisme athée, théorie du genre, féminisme, socialisme, etc., etc.). Il faut profiter au maximum de la vulnérabilité spirituelle et intellectuelle de cette audience captive. Les enfants formatés à la dépendance, resteront docilement pour des décennies, voire toujours, à la merci du gouvernement (RSA, chômage, embrigadement dans les associations et mouvements politisés ayant le soutien actif ou passif de l’Etat, foyers, prisons, fonctionnariat).
    Evidemment en France les mauvais traitements (le laxisme exagéré), l’absence d’acquisition précoce de repères spirituels non-laïcistes, et une scolarité de médiocre qualité, sont plutôt la règle que l’exception.
    Sur le point de l’adoption il n’y a donc pas lieu, de donner des leçons aux Américains.
    D’autant plus que le délit de "pédophilie" est puni aux USA avec une sévérité inhumaine et presque ridicule (par exemple des décennies de prison pour des attouchements timides entre un adulte et un "mineur" de 17 ans ¾ en Californie, en Floride, en Virginie etc…)

     

    • Bien vu/
      Merci PMJLL pour cette fine analyse de la société.


    • Pire ? Difficile de décider ce qui est pire entre la peste et le choléra !
      Quand à la sévérité des peines pour acte de "pédophilie" sur des adolescents il s’agit en fait d’une tentative de manipulation psychologique très fine visant d’une part à créer la confusion entre la pédophilie authentique (acte sexuel sur un individu sexuellement immature d’un point de vue biologique) et les actes sexuels entre un adulte et un mineur sexuellement mature. D’autre part l’extrême sévérité des peines dans le second cas de figure va progressivement créer dans l’esprit des gens un sentiment d’injustice...quand suffisamment de monde aura eu un fils, un cousin, un oncle, un ami...de 25 ans ayant pris 30 ans de prison ferme pour avoir flirté avec une lycéenne de 16 ans la seconde phase du plan sera mis en place : un grand débat national pour expliquer qu’en fait la "pédophilie" ce n’est pas si grave que cela, les "enfants" ont aussi droit à une sexualité et tant qu’ils sont consentants pas de problème...on verra donc un adoucissement des lois concernant les rapports sexuels entre adultes et mineurs dont profitera progressivement la pédophilie authentique.
      Pour quelqu’un de sensé il semble improbable que l’on puisse confondre et ne pas voir la différence entre la pédophilie réelle impliquant des enfants et la sexualité entre un adulte et un adolescent et pourtant cette confusion existe bien dans l’esprit des gens ! Aux USA un crevard qui fait la sortie des lycéens dans l’espoir de se tirer une minette de 15, 16 ou 17 ans se fait systématiquement traiter de pédophile par les gens ! Mais comme je le disais plus haut quand suffisamment de gens auront eu un proche condamné à plusieurs décennies de prison pour attouchements sur une gamine de 16 ans sexuellement mature présentant tous les attributs d’une femme, dans l’opinion publique va se produire un glissement progressif en faveur de la fausse pédophilie qui profitera in fine à la vraie pédophilie. On a eu exactement la même stratégie avec l’euthanasie ! Au départ on nous présente des cas de souffrances abominables pour faire accepter l’idée de mettre volontairement fin à la vie d’un être humain...ensuite on passe à un cran supérieur en expliquant qu’un dépressif a aussi le droit d’exiger l’euthanasie et de mourir dignement...et puis dernière étape euthanasie des mongoliens...des vieux pauvres de plus de 65 ans...idem avec l’avortement où on est passé de l’avortement pour sauver la vie de la mère à l’avortement de confort...


    • Belle analyse . je ferais une objection sur la pédophilie et le coté inhumain des peines ... Je reconnais qu’ une torture et une exécution des pédophiles seraient plus la voie !!!


    • @ goy pride
      Ce qui est éffrayant avec ton analyse ,c’est qu’il est impossible de démontrer que tu as tort .En revanche pour le "crevard" qu’elle est la tranche d’age que tu lui octroies pour ne pa le considerer comme "limite" ? Car quand j’étais au lycée ( début des années ’80 ) j’avais des copines qui se la racontaient car elles sortaient avec des mecs de 30 balais ,et certains les attendaient à la sortie du lycée .


  • #1441879
    le 12/04/2016 par Махсуд Махкамов
    "États-Unis, enfants jetables" : le marché de la réadoption

    C’est pourquoi la Russie a bien eu raison d’interdire l’adoption par les Américains...

    Le plus ignoble, dans cette affaire, c’est cette façon de se débarrasser d’un ado : ils ont donc pris une peluche et refusent qu’elle grandisse, développe sa personnalité, se rebelle éventuellement.

    Un enfant, biologique ou adopté, on le prend tel qu’il est et c’est pour la vie. On ne projette pas ses ambitions sur son enfant (rêve de le voir devenir vétérinaire ou avocat). On l’élève pour lui et non pour soi. En ce sens, la définition de l’autorité parentale en France reste encore à revoir ; elle est meilleure en Suisse ou en Allemagne et commence à être restreinte graduellement bien avant 18 ans pour laisser place aux décisions du jeune lui-même en pleine autonomie.

     

    • Un enfant adopté peut-on le "prendre" sans ses racines ? Comme on arrache une herbe du potager. Ou "prend" t-on aussi ses racines et l’histoire de ses racines ?

      Déjà qu’un ado bio avec racines... Patience "Que jeunesse se passe !".

      Déjà que souvent en épousant on épouse aussi les racines de la famille de son époux/épouse...

      Avant la grande aventure, mieux vaut être au clair avec ses propres racines.

      Rien n’empêche en cours de route de désherber.

      Seulement la Toundra c’est pas une forêt tropicale, ni un climat équatorial un climat tempéré.


  • Que s’est-il passé entre le moment ou les parents adoptant ,qui ont du la veille du grand jour de l’adoption et de la rencontre avec leur futur enfant , passé une nuit blanche tant ils devaient etre emplis de joie , et ce jour ou ils ont décidés de se séparer de leur enfant ?
    N’y at-il pas des questions que l’on doit pas se poser , pour ne pas heurter les biens pensant bobos ?
    J’aurais aimé savoir comment cet enfant a vécu ,son parcours scolaire ,ses fréquentations etc ...car on pourrait avoir un début d’explication .

     

    • #1442004
      le 13/04/2016 par Махсуд Махкамов
      "États-Unis, enfants jetables" : le marché de la réadoption

      Donc, vous, sous prétexte de ne pas être "bobo-bien-pensant", vous jetteriez votre fils à la rue parce qu’il a un mauvais parcours scolaire et des copains qui ne vous plaisent pas ?

      Justement, c’est le rêve de Pierre Bergé.


    • "Que s’est-il passé entre le moment ou les parents adoptant ,qui ont du la veille du grand jour de l’adoption et de la rencontre avec leur futur enfant , passé une nuit blanche tant ils devaient etre emplis de joie , et ce jour ou ils ont décidés de se séparer de leur enfant ?"

      Peut-être ce sont-ils rendus comptes que "leur" enfant n’est pas leur enfant !
      Peut-on être le père ou la mère d’un enfant qui n’est pas le sien ?
      Sur le papier : oui

      Peut-on cesser d’être le père ou la mère d’un enfant qui est le sien ?
      Dans les faits : non.

      Même la mort survenue, on reste l’enfant de nos parents.

      Peut-on élever un enfant qui n’est pas le sien et lui donner le meilleur de soi-même, sans se faire appeler "papa ou maman" : oui.

      A l’adolescence, entre deux états, on n’est plus tout à fait un enfant, ni tout à fait un adulte.

      "Comment cet enfant a vécu ,son parcours scolaire ,ses fréquentations etc ...car on pourrait avoir un début d’explication".

      Un adage populaire dit : "Mieux vaut un petit chez soi, qu’un grand chez les autres".

      En France, on en est arrivé à la création d’association de parents adoptifs, qui se réunissent pour un temps de parole ! On se soutient comme on peut, tant "ces" enfants nous en font voir... Dans ce que l’on ignorait que la vie, à travers l’expérience, nous apprend.

      Quel enfant kid-n’a-paix veut rester avec ses kid-n’a-peur ?

      Là où l’on rencontre la parentalité, sur le papier, la plus harmonieuse, c’est lorsque l’enfant est adopté par un membre de sa famille biologique, voire de son village.


    • #1442111

      D’accord avec Soralien. Il faut affronter les vraies questions lorsqu’un sujet est si grave. Nombreux sont ceux qui veulent adopter mais peu réalisent les problèmes réels auxquels ils sont confrontés . Ça part toujours d’un bon sentiment certes, mais ça se casse les dents lorsqu’il s’agit du réel. Ici l’histoire ne nous dit pas tout.

      Perso j’ai connu un enfant adopté dans ma classe (nous étions ados), ce serait trop long à raconter ici, mais ça se passait très mal à l’école ainsi qu’avec ses parents adoptifs , des gens particulièrement gentils (je tiens à le dire). Faut dire qu’il en faisait des conneries : vol, violence, décrochage scolaire et j’en passe ....il en ratait pas une. C’était super dur à gérer. Pour ses camarades de classe c’était pas facile de voir ça. Ses parents adoptifs ne l’ont jamais renié , mais ils vivaient dans la peur. Peu de gens sont préparés à ça.

      Il y a bien des enfants légitimes qui , à la suite de problèmes de violence ou de délinquance grave, sont reniés par leurs vrais parents, voire foutus à la porte de chez eux et personne ne s’en émeuve.


    • #1442270

      @ Requiem for a Dream

      "Il y a bien des enfants légitimes qui , à la suite de problèmes de violence ou de délinquance grave, sont reniés par leurs vrais parents, voire foutus à la porte de chez eux et personne ne s’en émeuve"

      Ouais ! Sans parler des gamins du facteur qui claquent la porte ou se font virer à la majorité, dans la haine de ce "salaud de père" qu’est même pas son père dans la méconnaissance de la réalité !

      Notre histoire à tous est unique dans des fonctionnements divers analogues. C’est du K par k et dans des intersections de cultures, de nations... ça devient du kon par kon !

      La solution vient des femmes, y a qu’elles qui connassent la vérité. Y a que de la mère dont on est sûr ! Comme de la fidélité une valeur sûre.


  • #1441896
    le 12/04/2016 par L’armée de Mgr Lefebvre
    "États-Unis, enfants jetables" : le marché de la réadoption

    « Le capitalisme pue. »
    « L’usure est le cancer du monde que seul le scalpel du
    fascisme peut extraire de la vie des nations. »
    Ezra Pound
    Moi je rajouterai notre foi en NS Jésus Christ-Roi est nécéssaire rien n’est possible sans Dieu....


  • Le monde idéal selon Pierre Bergé.


  • Je lisais des stats de sécurité, hé bien la Chine est largement plus sur que les USA et même que l’Europe ...


  • Il n’y a pas de mots assez fort pour décrire cette abomination ! L’adoption est un sacerdoce ! Une fois que l’on a fait le choix d’adopter un gosse on doit s’en occuper comme si c’était sa propre chair jusqu’à au moins sa majorité.
    Les gosses qui endurent cela auront des blessures qui ne guériront jamais complètement, au mieux elles laisseront des cicatrices douloureuses. Dans les décennies à venir quand tout ces gosses malmenés seront devenus des adultes dysfonctionnels je ne vous décris dans quelle sociétés de dingos intégrales on se retrouvera


  • #1442030

    Quand il y a plus règle ni de politique pour contrôler le capital part a la dérive !!!


  • Tout le problème de l’adoption s’expose en un point :
    Monsieur et madame X veulent un enfant.
    Ils en adoptent un, et lui disent qu’ils sont "papa et maman".
    Une adoption réussie, à mon sens, c’est d’élever un enfant, qui n’a plus de parents, sans leur prendre leur place, puisque comme un commentateur l’a très bien dit, on n’a qu’un père et qu’une mère.
    Et ce sera lui, plus tard, et de manière réfléchie, qui choisira d’appeler monsieur et madame X, papa et maman, ou pas.
    Il est, je pense, nécessaire de rester à sa place, et de cesser toute usurpation.


  • La vidéo ne se lançait pas, donc j’ai regardé le reportage sur France TV. C’est terrible que les enfants soient abandonnés de la sorte. La dame du centre d’aide à Washington explique bien le phénomène : les parents adoptifs pensent que tout va bien aller. Ils ne se rendent pas compte du fait que leur enfants adoptif aura deux crises : celle de se sentir abandonné par ses parents biologiques et la crise normale de l’adolescence. Et plus l’enfant est ré-adopté, plus les crises doivent être graves.


  • Est-ce que l’argent de la vente sert à lutter contre la malnutrition dans le monde ?
    C’est juste une question.


  • On ne le cache pas un enfant que l’on confie à des gens étrangers à son milieu et origine a toutes les chances d’être victime d’ignominie et etre suicidaire c’est presque pire qu’un orphelinat car l’enfant ne peut parler à personne et il a peu de chance de trouver des gens à qui se confier,bref les valeurs la famille la morale et la religion c’est important dans la vie autrement c’est une déchéance sans fin !


  • Allez voir le documentaire sur le lien suivant :
    https://www.youtube.com/watch?v=awv...
    Bouleversant dès les premières minutes.


  • Ma première femme a adopté en Bolivie, mon meilleur pote a adopté au Vietnam depuis la Chine, mon neveu a adopté en Korée du Sud... Ils vont où les orphelins français ?


Commentaires suivants