Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Gabriele Adinolfi sur l’actualité internationale et les perspectives politiques

Interview de Gabriele Adinolfi, le 27 septembre 2016, suite à sa conférence de Genève portant sur l’Europe et le « projet Lansquenet ».

Une vidéo réalisée conjointement par E&R Haute-Savoie et Les Non-alignés.

 

 

Décrypter l’actualité politique avec Kontre Kulture :

Gabriele Adinolfi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1576891

    Déjà, Gabriele Adinolfi, c’est la classe.

    Des points de vue originaux : par exemple cette idée de Trump et de "nouveau Yalta". Pour la France (qui n’était déjà pas directement concernée par le "vrai" Yalta) ce serait plutôt très intéressant ; pour l’Europe centrale, ça pourrait l’être beaucoup moins… Mais il est normal aussi de comprendre et d’accepter que les intérêts divergent.

    Et aussi, merci Gabriele de remarquer "la force mitteleuropéenne dans la conscience de soi". Moi je mets mes billes sur cette force et cette énergie pour un avenir de survie de ma civilisation. L’"extrême-Occident" (comme il dit) a tellement été désarticulé, avec tellement d’application et un tel déploiement de moyens, qu’il n’est pas exclu qu’il lui faille aussi s’appuyer en partie sur cette force extérieure pour reprendre petit à petit du poil de la bête et former de nouveau un ensemble qui tienne la route. Une Europe des patries et non un euro-kolkhoze dirigé par des frères qui portent le tablier en peau de porc.

    Après, tout le monde n’est pas völkich (je viens d’un pays, la Pologne, qui a le point commun avec la France d’être aux antipodes du völkich) mais cela ne signifie pas qu’on doit s’affronter sans fin jusqu’à ce que le petit coq rafle la mise.

     

  • S’il n’y a plus de "tête" élue (structure présidentielle qui supporte le système de la loi garante de l’intérêt commun , mais surtout la minorité caché aux pouvoirs — cynisme entretenu), qui entretient de continuer le théâtre de marionnette, la loi n’a plus de représentation, ils devront faire passer la loi martiale !?
    Ce qui serait très mauvais pour pouvoir encore contrôler la rue, et ferait sauter toutes les "figures" d’une soi-disant image d’un monde égalitaire et basé sur les droits de l’homme.Ce serait une perte énorme de pouvoir, il leur faudrait les armées privé (eutocop, blackwater, ....) !?