Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

La tactique de George Soros pour contrer Trump

Naturalisations express des immigrés Latinos

Il paraît que George Soros s’y met, ou du moins des organismes qui lui sont liés : nombre d’ONG aux États-Unis déploient actuellement des efforts pour inciter des Latinos à se faire naturaliser avant les élections présidentielles. D’après la presse conservatrice américaine, l’objectif est clairement d’empêcher une victoire de Donald Trump à l’élection présidentielle américaine.

« Je veux voter pour que Donald Trump ne gagne pas », a ainsi confié une immigrée mexicaine, Hortensia Villegas, au New York Times. Elle sortait d’un atelier sur la naturalisation. « Il ne nous aime pas… » Cela fait dix ans qu’elle vit illégalement aux États-Unis.

C’est ce journal qui démonte le mécanisme des naturalisations express. Le National Partnership for New Americans, proche de George Soros, collabore avec l’administration Obama et avec les syndicats de travailleurs pour inciter les immigrés à demander leur naturalisation selon des règles souples qui permettent d’envisager le traitement favorable d’un million de dossiers d’ici à novembre.

L’implication du réseau Soros n’est pas en soi étonnante puisque le « philanthrope » de gauche ne fait pas mystère de ses préférences mondialistes et de son opposition aux frontières, alors que Trump a promis de faire construire un mur sur la frontière mexicaine.

La collusion du gouvernement d’Obama avec son point de vue s’est manifestée l’an dernier lorsque la Maison Blanche a promis dans les locaux du Migration Policy Institute, lui aussi proche de Soros, qu’elle débloquerait 10 millions de fonds fédéraux pour assister les migrants dans leur processus de naturalisation. Logique, quand on sait que la plupart des Latinos votent à gauche.

Ce ne serait pas la première fois que les Démocrates essaieraient de piper les dés de cette manière : en 1995, le vice-président Al Gore, assisté du directeur des projets spéciaux de la Maison Blanche Emmanuel Rahm, ne créaient-ils pas le Citizenship USA Program qui avait pour objectif, selon un ancien de la Maison Blanche, de « produire un million de nouveaux citoyens avant le jour du scrutin ». Le Daily Caller souligne que le programme d’alors avait privilégié les États incertains sur le plan électoral, se limitant à l’année précédant l’élection.

Lire la suite de l’article sur reinformation.tv

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1419375

    Bien entendu la même chose se pratique en Gaule, à savoir naturaliser à tour de bras avant les élections. Un hic toutefois, cela ne marche pas toujours bien, car les naturalisés ne votent pas tous comme les distributeurs de nationalité l’ont espéré.

     

    • #1419441

      Quoi que, avec le vote électronique...


    • #1419445

      Ce qu’on appelle "la fin des haricots" c’est quand un bout de papier —pardon, maintenant de plastique—... sera loin d’être probant.


    • #1419606

      C’est que les naturalisés, qu’ils soient Sud-Américains (aux USA) ou Africains (en France), n’ont jamais vécu dans une société de libre pensée, de libre expression et où l’individu peut se développer sans être soumis à la dictature des chefs de la communauté.
      Ils vont donc naturellement adhérer à une dictature socialo-marxiste plutôt qu’à une idéologie qui les responsabiliserait individuellement.


  • #1419425

    « Il [Trump] ne nous aime pas… »

    Reproche illégitime. Ce nous se retrouvait aussi en Afghanistan et en Irak, avec chiens, à terroriser des gens qui ne vous avaient rien fait, que vous ne connaissiez pas, et que - c’est fabuleux ! - vous n’aimiez pas ! Donc, cette plainte d’innocente, faut pas nous la faire !

    La carte de la pleurniche. Aucune dignité.


  • #1419455
    le 14/03/2016 par Francois Desvignes
    La tactique de George Soros pour contrer Trump

    Depuis Lincoln et Kennedy, aux USA, quand le peuple s’amourache de son président, l’establishment fait assassiner le président.

    Si Trump est élu, il est mort.

     

  • #1419486

    Soros ,ou le cancer du monde .


  • #1419520

    Si le système voulait vraiment se débarrasser de Trump, il le ferait de façon beaucoup plus discrète, non ? claironner sur tous les toits que Soros veut le faire battre, c’est la meilleure des pubs pour Trump...