Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Le "contrat de génération" de Hollande : un échec total

Un mensonge de plus sur la liste des promesses de campagne

Trop complexe, flou, impact négligeable sur le chômage... dans son rapport, la Cour des comptes souligne l’échec total du contrat de génération du président, pourtant censé apporter une solution aux problèmes de l’emploi des jeunes et des seniors.

C’était la mesure phare de sa campagne pour résoudre le chômage des jeunes et des seniors, c’est devenu le flop de son mandat : François Hollande promettait 500 000 contrats de génération signés d’ici à 2017, or, en juillet 2015, seuls 40 300 d’entre eux étaient validés et 9 000 autres étaient en attente de validation.

Dans son rapport annuel, rendu public le 10 février, la Cour des comptes décortique les raisons d’un échec, selon elle prévisible : « les deux tiers des jeunes en ayant bénéficié étaient déjà présent dans les entreprises concernées, si bien que son effet sur le chômage apparaît quasiment négligeable », souligne-t-elle.

Peu efficaces auprès de la population qu’ils étaient censés aider, ces contrats n’ont pas non plus séduit les employeurs, la Cour des Comptes décrivant un dispositif « peu lisible et complexe à mettre en œuvre » pour le patronat.

Selon Les Échos, le rapport souligne également la dimension mal calibrée du système : l’exclusion du dispositif des entreprises appartenant à un groupe de plus de 300 salariés en a privé, par exemple, les petits commerces (type supérettes), « où le contrat de génération aurait pourtant été adapté ».

Les nombreux assouplissements apportés début 2014 pour tenter de relancer le dispositif n’y ont rien changé : la Cour des Comptes n’a noté aucune accélération des signatures. « L’élaboration d’un seul instrument pour répondre à trois problèmes distincts (le chômage des jeunes, des seniors et la transmission des compétences) a abouti à construire un dispositif hybride, qui tient à la fois de l’obligation de négocier, d’un régime de pénalités et d’un système d’aide : il n’est pas surprenant [...] qu’il ait été considéré comme complexe et peu lisible par les entreprises », conclut-elle.

Elle préconise ainsi son abandon, ou, s’il est maintenu, sa profonde révision.

 


 

Vous êtes entrepreneur ou particulier et souhaitez faire partie d’un réseau d’entraide pour faire face à la crise ? Rejoignez Solid’E&R, le premier espace d’annonces du Réseau d’économie solidaire créé par E&R. Pour cela, il vous suffit d’être adhérent de l’association (merci de rentrer votre identifiant et votre mot de passe d’adhérent pour accéder à Solid’E&R) :

Pour en savoir plus sur le Réseau d’économie solidaire :

Voir aussi, sur E&R :

Leçons de plein-emploi, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Mars 2013, pour aider à faire baisser les chiffres du chômage, l’on créait le contrat de génération....3 années plus tard, et surtout, 300.000 chômeurs de plus...pour aider à faire baisser les chiffres du chômage , l’on envisage la diminution progressive des allocations chômages....


  • Pourquoi ? Il y a encore des naïfs qui ont cru qu’il allait améliorer les choses en matière d’emploi ?

    Mais voyons, il n’a pas été élu pour cela, mais pour obéir aveuglément à l’oligarchie qui l’a installé au pouvoir, et défendre ses intérêts, et seulement ses intérêts, se fichant du peuple comme d’une guigne, excepté renforcer surveillance et répression, car la colère gronde de plus en plus, de l’employé à l’avocat et d’autres encore.


  • Une réussite totale pour ses employeurs mondialistes.