Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Le couple, la sexualité et l’amour

Intervention de Thérèse Hargot aux États généraux du christianisme

La sexologue Thérèse Hargot intervenait lors des États généraux du christianisme (du 2 au 4 octobre 2015 à Strasbourg) sur la question de l’identité sexuelle et de toutes les angoisses qui y sont rattachées.

Les autres intervenants sont Marie de Hennezel et René Heyer.

 

Pour les jeunes, difficile de trouver dans notre monde des référents solides :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

65 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1412091
    le 05/03/2016 par kevin
    Le couple, la sexualité et l’amour

    Pas beaucoup de jeunes à cette réunion ...


  • #1412094
    le 05/03/2016 par Rémi Lobry
    Le couple, la sexualité et l’amour

    Au moins elle, elle sait "to think out of the box". Enfin une spécialiste qui sort de sa spécialité. Elle fait le travail en tenant compte de ce qui entoure son près carré. Elle fait des corélations. Il n’y a pàs toujours des causes qui donnent des effets, causes et effets sont le plus souvent corélés par quelque chose d’autre.

    Exemple : 85% des gens qui s’endorment avec leurs chaussures se réveillent avec un mal de tête. La cause et l’effet ? Ben non ! En corélant on s’aperçoit que 85% des gens qui se torchent en faisant des mélanges d’alcools forts, bières et pinard s’écffondrent sans se déchausser et se réveillent avec la gueule de bois. Avec ou sans les chaussures.

     

    • #1412186

      C’est à cause de la pression sur les artères au niveau de la cheville qui empeche le coeur de se mettre correctement au repos.


  • #1412097
    le 05/03/2016 par Hans B.
    Le couple, la sexualité et l’amour

    Au moment ou je poste mon commentaire je n’ai vu que le début de la vidéo, mais je me permets déjà d’intervenir sur un point qui me semble important et que beaucoup de gens ignorent : si autrefois il n’y avait pas le problème de l’orientation sexuelle c’est tout simplement parce que l’orientation sexuelle n’existait pas ! En effet le concept d’orientation sexuel est un concept récent tout comme l’est le concept d’homosexualité sachant que je n’ai ni le temps ni la place de développer cette idée ici je recommande juste la lecture de la revue historique(car sourcée) spécialisé dans le XIXe siècle "Romantisme" plus précisément le numéro 159, qui développe la thèse(en s’appuyant sur des documents et travaux d’historiens) selon laquelle le fait que l’amour socratique(tel que pratiqué par exemple chez les grecs anciens) soit comparable a homosexualité moderne est un mythe historique forgé de toute pièce au XIXe siècle.

     

    • #1412271
      le 05/03/2016 par Hans B.
      Le couple, la sexualité et l’amour

      D’ailleurs je pense que lorsque Marion Sigaut affirmait dans sa dernière conférence qu’il serait absurde d’écrire un livre sur l’histoire l"homophobie" elle faisait précisément allusion a cette réalité(bien sur je peux me tromper).


    • #1412652
      le 06/03/2016 par Bakbak
      Le couple, la sexualité et l’amour

      Mëme si je ne doute pas de l’intérêt de l’article que vous citez, et que je n’ai pas lu, je me permets de réagir à la phrase "le concept d’orientation sexuelle n’existait pas". Je peux me tromper mais je soupçonne dans votre propos une forme de nominalisme, c’est-à-dire en gros, la tendance à penser qu’une chose n’existe pas tant qu’elle n’a pas été nommée / "conceptualisée".

      Or s’il est vrai que le concept d’orientation sexuelle est très contemporain, il me semble qu’il y a toujours eu à travers les âges des personnes dont les désirs étaient orientés (plus ou moins exclusivement) vers le même sexe, même s’il y a toutes sortes de variantes et même si l’on n’employait pas le terme d’orientation. D’ailleurs si on veut parler du sujet le terme "désir" est sans doute préférable à celui d’orientation.


    • #1412739
      le 06/03/2016 par Hans B.
      Le couple, la sexualité et l’amour

      Le fait que cette notion ne fut pas conceptualisée avant reste malgré tout assez révélateur, car de tout temps les hommes cherchèrent a comprendre leurs semblables donc si rien de similaire n’avait été conceptualise il y a une raison évidente : une tel concept n’aurait tout simplement pas été pertinent.Pour en revenir a notre cas de tout temps il y a eu des termes faits pour designer les pratiques entre individus de même sexe.Pour ce qui est du désire comme vous le savez ce dernier peut varier en fonction des expériences personnelles(cela ne s’applique pas seulement au domaine de la sexualité).
      Le terme d’orientation sexuelle se réfère souvent a une prétendue nature propre a l’individu qui s’impose a ce dernier comme une sorte de fatalité c’est d’ailleurs pour cela que quasiment chaque années des laboratoires américains font a la demande(pour ne pas dire pression) du lobby LGBT des études(pseudo-scientifiques) pour tenter de démontrer un prétendu lien entre la génétique et homosexualité.
      Quand on prend conscience de ces réalités on comprend mieux pourquoi ces concepts sont si récents : autrefois le désire sexuel n’importait que peu pour la société, ce qui importait c’était la fondation d’une famille pour la transmission d’une histoire et d’un héritage(au sens large), établir un concept qui enfermerait des gens des cases et qui dans certains cas leurs aurait permis de refuser l’ordre naturel(de la procréation) aurait été un non-sens.
      A l’inverse pour une société qui place le désire avant le bien commun il est parfaitement logique d’avoir ce genre de concepts.


  • #1412106
    le 05/03/2016 par Caverne de Platon
    Le couple, la sexualité et l’amour

    Surprenante de pertinence et de sagesse !

    Une phrase que j’ ai entendu pour mieux vivre aussi et en Amour c’est pareil il me semble c’est "Arriver a s’oublier sois même", dans le sens ou l’on ne se centre plu sur sois (Ses performances, ses tracas, ses douleurs) pour mieux "être" avec l’ autre mais sans que l’ autre soit un pansement ! Non, seulement Être a son écoute. J’ aime beaucoup l’ image du couple a "3" L’ un fort, l’ autre fort plus l’ Amour.

    Très bonne intervention...

     

    • #1412434
      le 06/03/2016 par untype
      Le couple, la sexualité et l’amour

      1 + 1 = 3

      Mais il ne faut pas croire non plus que les couples qui durent sont forcément fidèles. A la fin elle insiste sur la fidélité, hors ce qui fait un couple n’est pas forcément la fidélité.


    • #1412562

      La plus "parlante" sagesse entendue à propos du couple :
      L’homme et la femme sont comme les faces d’une médaille, ils regardent dans des directions opposées, et c’est au centre qu’ils peuvent se rejoindre.

      Ce qui a été séparé a pour finalité d’être réuni, et pas nécessairement d’un couple.


  • #1412109
    le 05/03/2016 par ERDOM
    Le couple, la sexualité et l’amour

    Moralité : Eloignez-vous de la pornographie de toute sorte et à tous âges ( Veillez vos chérubins !) afin de faire renaître le désir amoureux de manière pure et saine.

     

    • #1412200
      le 05/03/2016 par farcy
      Le couple, la sexualité et l’amour

      Le problème est que la pornographie vient trouver les jeunes , impose sa présence obsédante et que la tentation est trop grande . . .D ’autre part cette pornographie met en scène non des jeunes femmes , trop vieilles ! mais des adolescentes ravissantes et manipulables conduites avec une sournoise sauvagerie à subir des viols d ’une violence repoussant toutes les limites d ’imagination perverse .Car il ne s ’agit que de cela : de viols pas de sexe mais de viol ultra violent propres à satisfaire et développer les instincts les plus bassement sadiques . C ’est dire beaucoup sur le mensonge hideux de cette société des "droits de l ’hommes" ou s ’épanouissent les " hommes d ’affaire" en fait les pires rapaces esclavagistes .


  • #1412116
    le 05/03/2016 par Hans B.
    Le couple, la sexualité et l’amour

    Bon après avoir vu cette fois la vidéo en entier je ne peux m’incliner face a la lucidité des propos tenus.Ce qui m’a la plus plu dans cette intervention c’est le fait que soit rappelé que le plus important dans la fondation d’un couple n’est pas l’amour(car ce dernier est très variable) mais le désire de fonder un projet commun qui s’inscrive dans le long terme.

     

    • #1412364
      le 05/03/2016 par Victor
      Le couple, la sexualité et l’amour

      Avec un ami, nous avons le désir de fonder un projet économique qui s’inscrive dans le long terme. Doit-on se mettre en couple pour autant ? Non, bien sûr ! La fondation d’un couple, c’est bien l’Amour. Sans Amour, il n’y a pas de couple authentique, donc pas de projet commun fondamental. Le problème majeur actuel c’est qu’on commence à oublier ce qu’est le véritable Amour, qui n’est pas naturel mais divin.


    • #1412488
      le 06/03/2016 par Hans B.
      Le couple, la sexualité et l’amour

      Non bien sur que non, mais sachant que je n’avais pas nécessairement envie d’énoncer toutes les modalités du couple je me suis contenté de cette phrase, j’aurais pu préciser le projet commun de fonder une famille et de transmettre une histoire et un héritage par sa descendance(la encore c’est incomplet mais bon)..


  • #1412125

    Intéressant.

    Si je voulais faire mon super macho, je dirais qu’en tant qu’homme, il ne faut pas écouter de conseils sur ce sujet auprès de femmes. Non pas qu’elle soit bête, mais nos différences sont tellement fondamentales qu’il est dangereux de trop être influencé par l’autre partie.

    De la même façon, j’ai trop été influencé par des séries/films féminisés dans leur essence (série Friends par exemple) et comme le reste de ma génération, cela a eu des conséquences dont je ne me rends compte que maintenant.

    Au risque de surprendre le lectorat d’ER, je trouve par exemple les cours de Rav Ron Chaya beaucoup plus intéressants à ce sujet (sur les relations hommes femmes). Au moins pas de chichi, ils savent très bien les forces en présence et il n’y a pas de place au politiquement correct. Si seulement il y avait des cours similaire pour les chrétiens...mais tous les cours disponibles sont tièdes à ce niveau là.

     

    • #1412455
      le 06/03/2016 par Caverne de Platon
      Le couple, la sexualité et l’amour

      « Si je voulais faire mon super macho, je dirais qu’en tant qu’homme, il ne faut pas écouter de conseils sur ce sujet auprès de femmes »

      C’est une Blague ?

      Pourquoi ? Les femmes que je côtoie m’ont apporté bien plus que n’ importe quel dogmatique , comme ma mère ou ma compagne... On est pas "différent" on est "Complémentaire"... Et de plus on apprend jamais autant qu’avec le sexe opposé sur nous même. Car on triche moins... Elles nous grillent direct. Surtout sur le thème de la sensibilité... Ce qui est son sujet.

      Ce n’est pas que c’est en désaccord avec ER ce que vous dites, mais avec toute une pensée de bon sens selon moi que de rejeter un discours parce que "femme"... J’ en rirais presque si il n’ y avait pas des dérives dogmatiques parfois graves...
      Méfiez vous des idées trop déconnectés de vous même... Sur un terrain qui sort du cadre de sa vie quotidienne. (Famille, entourage, sociabilité...)
      Cordialement


    • #1412459
      le 06/03/2016 par Caverne de Platon
      Le couple, la sexualité et l’amour

      En même temps je ne vois pas a quels cours vous faits allusion... Donc je n’ sais pas.


    • #1412706
      le 06/03/2016 par Thôz
      Le couple, la sexualité et l’amour

      Je pense que ça dépend tout simplement des hommes :)

      Certains sont très ouverts à ce que les femmes ont à dire et en tirent des bénéfices, et d’autres comme Rico n’en tirent pas de bénéfices mais plutôt des déboires.

      Pour ma part - sans du tout juger, catégoriser ou stéréotyper les femmes - je n’ai jamais eu de bons conseils de leur part en ce qui concerne le sexe ou l’amour. Rien de concret, que du fantasme.

      Il n’y a que les hommes - par le biais de conversations ou de lecture - qui m’ont mis sur le droit chemin ! Mais c’est mon chemin personnel.


    • #1412776

      Caverne de Platon>
      Pour savoir comment pêcher, il ne faut pas demander conseil au poisson mais au pêcheur qui a les filets remplis.

      C’est la même erreur que les mecs qui trainent (trop) souvent avec des bandes de filles, et croient du coup tout savoir sur la nature féminine : énorme erreur. Rien ne sert d’écouter ce que DIT une femme, il suffit d’observer ce qu’elle FAIT, et souvent il y a un gouffre entre les deux, dont elles mêmes n’ont pas conscience.

      Je maintiens que pour un homme, il faut aller chercher des conseils principalement chez les autres hommes, plus sages et expérimentés. Lire Otto Weininger pour plus de détails.


    • #1413094
      le 07/03/2016 par Caverne de Platon
      Le couple, la sexualité et l’amour

      @Rico

      Dans la pêche il y a un prédateur et une victime...

      Si l’on veut non pas pêcher mais "pécho", oui ! Les hommes sont de biens meilleurs conseillers... Voir aussi le film que j’ ai trouvé très bon d’Alain Soral "confesion d’un dragueur" Vraiment, pour moi c’est avant tout un cinéaste même. OUI j’ aurais aimé même l’ avoir vu ado.

      Mais l’ amour (Si l’on rêve d’une société un peu apaisé) c’est tout autre... Et le couple ne se construit jamais à mon sens sur des phantasmes de chair comme elle le dit justement ni des idées de "pansement" "Avec toi j’ oubli mes soucis"

      car c’est voué a se déchirer car la chair déçois toujours avec le temps et le pansement ne dure jamais...

      Après c’est ce avec quoi je suis d’accord et qu’il est bon aussi de faire entendre a des jeunes...

      Les idées les plus simples mais qui résonnent comme de bon sens , on en a besoin et nos enfants surtout !

      Après, si cette femme dit cela a ses jeunes (Bon ici ses vieux !) Très bien ! Je suis tout a fait d’accord et je sais très bien que les jeunes ne savent pas ça ils ne le comprennent pas avec internet et la téléréalité etc...

      Après si elle ne "Fait pas ce qu’elle DIT", a la limite je dirais tant pis pour elle... Mais je pense qu’elle sait ce qu’elle dit... Simplement parce que je crois aussi que cette vision du sexe mêlé a l’ amour est le meilleur chemin vers l’ équilibre.


  • #1412129
    le 05/03/2016 par katholikhos
    Le couple, la sexualité et l’amour

    Vieux con lambda (j’ai, moins 2 années, l’âge de Soral), les jeunes m’ont toujours agacé, je n’aimais pas leur promiscuité, et leur dilections musicales,leur rebellitude de bac à sable, leur sabir verlando-franglais me donnaient des envies d’exécution à la tronçonneuse. Bien sûr, je raisonne,je range sur son étagère la tronçonneuse vengeresse et me dis qu’à leur âge, pour un homme de mon actuel millésime, je devais être également imbuvable : je croyais à l’humanisme mystico-gangesque de Bob Marley, aux vertus des gens-de-gôches et au luciférisme essentiel de Jean-Marie Le pen...C’est dire si mes croyances d’alors étaient lumineuses ! Cependant, ni moi ni mes amis n’éprouvions d’angoisses spéciales, si ce n’est celle, éternelle, de l’émotif puceau face au mystère cosmique de la gonzesse, en ce qui concerne notre éventuelle "orientation". C’est que l’on avait pas encore instillé dans les malléables cervelles des gamins-mines que la frontière était floue qui séparait l’adolescent hétéro à moustache naissante de l’imberbe tata. Qu’après tout, comme disait l’infâme Choron ( je ne comprends pas l’admiration que d’aucuns vouent à ce porc) "un trou de femme ou un trou d’homme, c’n’est jamais qu’un trou, somme"...J’ai à présent infiniment de compassion pour nos mômes. C’est à un viol de leur être intime, que l’on se livre en haut lieu sous couvert de "tolérance" et de "libération des tabous" ; on s’apprête à les pervertir dès le berceau, et je pense que le résultat final de ces tripotages mentaux sera un pandémonium de corps et d’âmes torturés comme on n’en a plus vu depuis le Berlin faisandé des années 20, où des gamines de 12 ans faisaient le tapin sous la protection de leur grand frère qui eux-même offrait leur cul.

     

    • #1412544
      le 06/03/2016 par matador
      Le couple, la sexualité et l’amour

      J’aime bien votre phrasé (le fond aussi) ; vous devriez tenter l’écriture, au moins militante...aucune ironie dans mon propos.


  • #1412130
    le 05/03/2016 par simon
    Le couple, la sexualité et l’amour

    Ça stimule beaucoup mon imagination de voire une sexologue si sexy...


  • #1412135
    le 05/03/2016 par vauquer
    Le couple, la sexualité et l’amour

    La sexualité et le désir sont des choses assez différentes par nature et même antinomiques . Quand on s ’est lassé (rapidement ) de son partenaire ,il est commode de se dire sans désirs : hypocrisie ! surtout devant la si jolie et sémillante Thérèse Hargot . En fait le désir peut très bien se concevoir sans sexualité réellement partagée donc platonique mais bien sûr très incarné quand même .Tout le monde a plus ou moins peur de la réalité toujours décevante .Forcement .Mais l ’ important est le désir plus que le plaisir et on ne désire véritablement que l ’impossible . C ’est tragique mais comme la vie . Mais comme le dit si bien Madame Hargot sans désirs on est étent ,mort .Elle a l ’air très vivante elle et très amoureuse mais elle est sans doute bien plus compliquée que cela Thérèse.


  • #1412138
    le 05/03/2016 par polka
    Le couple, la sexualité et l’amour

    Aimer, c’est donner.
    Les jeunes générations sont abreuvées de cette culture de réussite. La marchandise comme tout.
    Nous abandonnons la vie à la décadence, la recherche du mieux et du plus, pour le plus grand malheur du monde. je ne vois pas d’issu, dans ce monde individuel que la disparition de l’être commun.


  • #1412142
    le 05/03/2016 par Odyle
    Le couple, la sexualité et l’amour

    Très intéressante cette philosophe qui se fait appeler sexologue car la sexualité appréhende toutes les facettes de l’individu et est donc une magnifique porte pour chercher la vérité.
    Il est évident que la pornographie tue le désir en concevant la sexualité comme une performance et non la base naturelle de l’amour dans un couple. Je constate qu’effectivement beaucoup d’adultes verrouillent le désir pour ne pas décevoir ou être déçu !
    Quant au problème des jeunes qui se mettent trop tôt en couple je trouve aussi que l’adolescent doit s’affirmer et apprendre qui il est vraiment avant de dépendre de quelqu’un d’autre. C’est un sujet de conversation que j’ai eu avec l’aînée de mes petites-filles récemment dont une copine de 11 ans était en colère après son petit copain et nous étions bien d’accord qu’il fallait au maximum profiter de son enfance et adolescence le plus longtemps possible !

     

    • #1412241
      le 05/03/2016 par david
      Le couple, la sexualité et l’amour

      « Très intéressante cette philosophe qui se fait appeler sexologue car la sexualité appréhende toutes les facettes de l’individu et est donc une magnifique porte pour chercher la vérité. »

      Il est pas loin, de tordre les choses et de dire "le sexe est tout".


  • #1412308
    le 05/03/2016 par alfajules
    Le couple, la sexualité et l’amour

    A quand un débat avec Alain sur la difficulté croissante de la drague de rue, qui offre de moins en moins de résultats concrets, même pour les dragueurs les plus talentueux.

    Un monde de + en + ultra-connecté, ou les meufs marchent dans la rue toujours avec les écouteurs et le téléphone, coupées du monde réel.

    et "tout ce passe en douce sur internet..."

     

    • #1413508
      le 07/03/2016 par Chercheur
      Le couple, la sexualité et l’amour

      La drague de rue fait partie de la décadence généralisée du monde moderne, donc je ne vais pas pleurer qu’elle disparaisse, c’est aussi elle qui a mené à notre monde actuel obsédé de sexe. Voyez-le. Tout cela fait partie d’un pack d’interdépendances tirant vers le bas, la drague de rue a mené à un monde de débiles ne correspondant qu’à travers le net, c’est la même chose. Voyez-le.
      Il va y avoir bientôt des droits pour la femme de porter plainte pour drague de rue, ça relèvera du pénal. Je n’approuve pas ça, ni ne le désapprouve, tant tout cela baigne dans la même marmite de non-valeurs. Marmite pourrie dans laquelle je refuse de me positionner.

      Laissons la gratuité de la Vie nous apporter une compagne, la Vie sait mieux que nous ce qu’il faut pour trouver l’amour, il n’y a pas besoin de "drague".
      "cherchez le Royaume des Cieux et tout le reste vous sera donné par surcroit." Matthieu 6, 33
      C’est déjà valable maintenant. Comprenne qui pourra.


  • #1412344

    Thérèse Hargot est excellente, merci ER

     

    • #1412909
      le 06/03/2016 par ytreza
      Le couple, la sexualité et l’amour

      excellente, dans le sens... superbe femme !!

      Plus sérieusement, comme sexologue, heureusement qu’elle a l’honnêteté de reconnaître qu’elle a une formation de philosophie car elle est à des années lumières des études actuelles et je trouve étonnant qu’ER ait relayé un message aussi peu argumenté. Il est clair qu’elle n’a pas la formation requise pour parler du sujet...par contre, elle a le physique et elle s’en sert. D’ailleurs, tout le monde s’en sert visiblement et ça lui convient à ce qu’elle dit.

      Sur le sujet, lisez le psychiatre Jean-Yves Pérol dans son livre "Darwin plutôt que Freud". Analyse sérieuse. Evidemment...ça ne va pas dans le sens de la chrétienneté ou du mythe chrétien sur le couple...


  • #1412424

    Tiens, je lisais Aldous Huxley. Ah merde, non, c’est la réalité. Quand la réalité dépasse la fiction. A quoi la procréation hors utérus ?
    Franchement, j’ai peur. Cette société en devenir me fait incroyablement peur.


  • #1412450
    le 06/03/2016 par Ulfberht
    Le couple, la sexualité et l’amour

    Christianisme et sexualité... deux choses parfaitement inconciliables, puisque la première incite à la destruction de la seconde qu’elle envisage de manière pathologique. Dois-je rappeler que l’Évangile contient carrément un appel à la castration (Matthieu, XIX:12) ? D’où le nouvel ordre sexuel, où la femme et l’homosexuel dominent, tandis que l’immonde mâle concupiscent est ostracisé. Ordre sexuel néo-puritain à l’origine de cet énorme délire autour l’amour, plus spirituel, moins charnel (pour ça que l’orientation sexuelle importe peu, l’essentiel étant d’aimer).
    Plus généralement, je dirais que l’hypersexualisation (que ce soit à travers la burka ou la pornographie) et la castration (on ne peut mieux mise en application par le très chrétien naturisme) ne sont que les deux faces d’une même pièce : le rapport pathologique à la sexualité qu’entretiennent les religions monothéistes et les cultures qui en découlent.

     

    • #1412901

      Les conneries sur la religion chrétienne auront-elles un jour une limite ?

      Quand on n’est pas qualifié pour parler de la Bible, on se tait.

      Dire que le christianisme incite à la destruction de la sexualité...

      Rappelez moi, c’est quelle religion qui incite à avoir des familles nombreuses ?
      Contrairement à la société d’aujourd’hui ou on ne fait plus d’enfant, ou on se " protège " et ou on avorte.

      " Qui n’amasse pas avec moi disperse " , Notre Seigneur avait bien raison.

      La prochaine vous, ayez l’humilité de ne rien dire plutot que de cracher une millième fois sur la face de la religion qui a fait la grandeur de la France pendant 2000 ans.


    • #1413072
      le 06/03/2016 par Kris44
      Le couple, la sexualité et l’amour

      Platon voulait se débarrasser du corps qui pour lui souillait l’âme. La majorité des pensées spirituelles occidentales d’avant il y a 2000 voyait le corps comme un véhicule séparé de l’esprit. Cette pensée est reprise par le courant newagiste actuel de Blavasky.
      Le descartisme a rajouté une abomination en mettant l’esprit au niveau de l’âme, c’est la pensée matérialiste actuel qui objéifie l’humain, l’amour, la sexualité ...

      La révélation que Je suis un Corps et non j’ai un corps a été un choc à l’époque quand le Christ rappelait cela ; les hébreux l’exprimaient ainsi également auparavant. C’est une des raisons pour laquelle le christianisme est attaqué ; le monde attaquant systématiquement la vérité ; il suffit de voir ce qu’il se passe avec A. Soral.
      Lisez le Cantique des Cantiques cet ode incroyable à l’amour contient tous les codes de l’amour et de la sexualité.

      Très tôt d’ailleurs le christianisme est infiltré par des pensées opposantes et a progressivement dévié de son axe, ainsi le christianisme est devenu romain, la nouvelle Babylone comme le dit St Pierre, le nouvelle prostituée comme le dise les juifs ; Jovanovich a d’ailleurs su mettre cet aspect en exergue en parlant de la 3e bête de l’Apocalypse ; puis aujourd’hui le christianisme romain est devenu droit l’hommiste et françmaçon. Il reste cependant un christianisme non romain, qui préserve le message du Christ ; dans le christianisme romain vatican II, il faut un sacré sens du discernement et savoir trier pour extraire le message authentique du Christ ; certain arrive à le faire, mais souvent au dépend d’une certaine rigidité.

      Le Christ a exalté le corps comme jamais : avec l’esprit il ne fait qu’un seul Corps ; notre temple pour accueillir l’autre puis accueillir l’Esprit de Dieu, accueillir le Tout Autre qui est Dieu ; l’amour étant contre nature dans la pensée chrétienne, car surnaturelle.
      En effet comme le rappel T. Hargot, "le temple", ce qui suppose de s’être construit avant de pouvoir accueillir l’autre et de vivre l’Amour, dans une communion. Sinon ce pseudo-amour est consommation de l’autre ; le sexe est consommation.

      Le fait que le sexe soit devenu un sujet traduit déjà la perversion de la sexualité. L’amour est un mystère, donc intimité, donc sacré.../...


    • #1413077
      le 07/03/2016 par Kris44
      Le couple, la sexualité et l’amour

      .../...
      Le christianisme (du Christ !) est restauration de l’être tout entier, corps-âme-esprit. En se faisant Homme, Dieu montre par son Fils le chemin à l’être humain, afin que son âme se tourne vers l’intérieur, s’ouvre de nouveau à l’esprit (noos grec) (duquel il s’était détournée depuis la Chute) afin de communier avec l’Esprit (pneuma grec) de Dieu. C’est la résurrection, c’est la vie éternel, c’est l’illumination. L’esprit cartésien est la partie mental de la psyché de l’âme, plus grand chose à voir.

      Loin de la destruction, force entropique du monde qui amène vers le chaos, Dieu est le principe même de la Vie qui nous arrache au chaos, il est en le souffle créateur, dont la victoire de la Vie sur la mort par la résurrection témoigne de notre vocation spirituelle : le chemin de déification.

      Petite précision pour M. Hargot, le "multipliez-vous" dans la bible est une multitude qualitative, il faut savoir traduire l’hébreu, sinon c’est une lecture infantilisante, comme vous avez su le rappeler. Multipliez, c’est déployer les potentiels dont chacun est porteur, c’est honorer les dons que l’on a reçu ; rien à voir avec la quantité qui est la pensée cartésienne. La pensée hébraïque et chrétienne est toujours qualitative, le nombre est toujours une qualité.


    • #1413097
      le 07/03/2016 par Le Yougoslave
      Le couple, la sexualité et l’amour

      La sexualité amoureuse légitime, celle dans le couple, est parfaitement conciliable avec le Christianisme. Votre opinion me rappelle de celui de "Chiennes de garde" et autres mouvements féministes..

      Je vous propose de regarder un video clip pour se persuader de cette conciliation de l’amour sexuelle et de la religion chrétienne, et la place de la femme dans nos vies.
      (Entre 5° et 8° minute si vous ne souhaiterez pas regarder entièrement le clip.)

      Predication du Père Michel-Marie Zanotti - Sorkine.

      Etant Chretien Orthodoxe, je remercie ce prêtre Catholique d’avoir rempli mon cœur de joie en écoutant de la vérité, et que de la vérité qui sort de sa bouche. Qu’il soit béni, Père Zanotti.

      https://www.youtube.com/watch?v=l0f...


    • #1413146
      le 07/03/2016 par Ulfberht
      Le couple, la sexualité et l’amour

      Justement, seul le désir de procréation (et par extension, de nos jours, l’amour) légitime la sexualité dans le christianisme. La sexualité érotique (dont je parlais), la concupiscence pour employer un vocabulaire chrétien, est strictement bannie. Ne vous êtes vous jamais demandé d’où venait les idées chrétiennes de célibat et de chasteté ? N’avez vous jamais lu l’Évangile selon Matthieu ?
      Et quelle vision réductrice de l’histoire. Non, ce n’est pas le christianisme qui a fait la grandeur de la France, mais sa fécondation (et son détournement) par la romanité et la germanité, qui au fond lui sont totalement opposés.


  • #1412487
    le 06/03/2016 par Zorro
    Le couple, la sexualité et l’amour

    Excellent, très bonne conférence.

    J’ajouterai : Contre les frénésies de la chairs : La pureté

    Zorro


  • #1412524
    le 06/03/2016 par Clara Imbert
    Le couple, la sexualité et l’amour

    Excellente conférence ! Le sujet est vraiment très intéressant !


  • #1412638

    Qui dirige les images en Europe ?
    Le complexe militaro-industriel, et qui est à la tête du complexe militaro-industriel ?
    toujours les mêmes saloperie qui se cachent derrière le masque de la tolérance de gauche, d’ailleurs quand on critique la pornographie on est un méchant réactionnaire fasciste homophobe sexiste, blabla phobe/iste.
    idéologie de la zombiecratie / idiocratie / aliéné cratie,... bref on est nivelé vers le bas par des personnes lobotomisées par ce système.


  • #1412749

    Beaucoup de femmes se croient "libérées" parce qu’elles s’envoient en l’air quand elles veulent "en attendant le bon". Beaucoup d’hommes pensent être des "séducteurs" parce qu’ils parviennent à tringler des névrosées assez régulièrement, et tous pensent que c’est formidable d’être encore des ados sans responsabilités à 35 ans (surtout quand on a quitté ses parents à 30 et qu’on vit dans un 25m2 à 800 euros par mois).

    A l’approche de la quarantaine, certaines se résignent à admettre que "le bon", c’est celui qui va bien vouloir les engrosser à temps, voire, mieux, gérer l’éducation du rescapé de capote qu’elle se traîne depuis des années, né de sa relation passionnelle à l’arrière d’une bagnole sur le parking avec le barman d’une discothèque. Et certains se disent que cette pré-ménopausée mère célibataire pourra leur apporter un peu de stabilité, de confort et de réconfort, maintenant que courir la radasse le samedi soir ne leur paraît plus aussi amusant.

    Ils arriveront à se convaincre qu’ils ont "trouvé l’amour".

     

  • #1412755
    le 06/03/2016 par anonyme
    Le couple, la sexualité et l’amour

    belle émission de variété. ça peut passer sans problème sur TF1 ou M6. Plutôt réservée aux lectrices de femmes actuelles.


  • #1412772
    le 06/03/2016 par gelindo
    Le couple, la sexualité et l’amour

    Pas mal ça, une jeune bonne femme qui vient parler de la sexualité des jeunes devant un public dont l’âge moyenne est de 90 ans. J’en sûr que la majorité ne sait m^me plus c’est le quoi le cul ou n’en a plus qu’une vague idée. A se demander si ils ne sont pas venus pas là pour qu’on leur en rappelle le mode d’emploi. Tout ça, naturellement, sous couvert de se faire du mouron de la sexualité des jeunes.

     

    • #1412846
      le 06/03/2016 par adrien
      Le couple, la sexualité et l’amour

      C ’est quand même louable pour des vieux comme tu dis de se rendre à des conférences et de conserver de la curiosité .Ces vieux d ’ailleurs ( pas si manches que tu crois) ont souvent fait des familles très nombreuses et ont nombre de petits enfants et arrières avec lesquels se passent de vrais et riches échanges .


  • #1412895
    le 06/03/2016 par gelindo
    Le couple, la sexualité et l’amour

    "...conserver de la curiosité"

    Tu m’excusera mais à cet âge là cette curiosité me paraît alors plutôt suspect ; genre on a vraiment tout essayé (la fistinière, zoopholie, bondage,...) peut-être que les jeunes pourront encore nous brancher sur qqchose dont on a pas entendu parler.

     

    • #1413050
      le 06/03/2016 par adrien
      Le couple, la sexualité et l’amour

      Je disais que s ’il y a des jeunes aujourdhui c ’est qu ’il y a eu un jour des vieux pour les faire ou pour faire leurs parents et qu ’élever une famille nombreuse cela requiert
      sens des responsabilité et personnalité équilibrée ce que les enfants peuvent apprécier chez leurs grands parents . Mais certes nul n ’est parfait.


  • #1412966

    "L’amour" et la mise en couple dans notre société c’est comme deux mendiants qui se mettent ensemble espérant devenir riche.
    C’est sur que cela va pas aller très loin.

    L’Amour n’a rien à voir avec le sexe. Sinon pourquoi parle t’on de l’amour d’une mère pour ses enfants.

     

    • #1413370
      le 07/03/2016 par anonyme
      Le couple, la sexualité et l’amour

      Parce qu’il y a différentes sortes d’amour, un même mot pour différentes formes, l’adoration est même une forme d’amour, réservée celle-là, en principe, qu’au Tout-Puissant, qu’au Créateur...


    • #1413586

      Il n’y a pas différente sorte d’Amour, mais différents degrés d’intensité.
      L’Amour est Un et on dit "une âme dans deux corps."
      L’amour de la mère pour son enfant est souvent reconnu comme inégalable, car il est le plus dénué d’intérêt personnel.
      L’Amour du commun dans un couple est plus proche de "je te gratte le dos et tu me grattes le dos", un amour business. Dès que l’un des partis ne remplit plus le contrat ( ou même s’il trouve mieux ailleurs), c’est la séparation. Bref du pur business.

      C’est comme le mot démocratie, on en parle tout le temps et on ne sait pas ce que réellement cela veut dire. D’où toutes les arnaques possibles en son nom.


  • #1412983

    "La pornographie tue le désir."
    J’y crois pas, et je pense que tous les producteurs pornos pensent la même chose.
    Si c’était vrai, on serait tous moine depuis longtemps.
    Avant d’étudier la sexologie ou même la philosophie, ils devraient d’abord étudier la psychologie.

    Quand au Japon et plus de relation sexuelle, c’est une apparence, c’est loin d’être des moines, le sexe peut aussi se manifester virtuellement en solitaire quand on a pas le temps de chercher et qu’on bosse comme un fou.

     

    • #1413046
      le 06/03/2016 par ahcen
      Le couple, la sexualité et l’amour

      La pornographie ravale le sexe à une relation de consommation voire de domination ou l ’autre est tout au plus un objet flatté de l ’être au début (je parle des filles qui en font l ’expérience ) mais rapidement envahi par une sentiment de dégradation .Mais tu as raison le porno reste un instrument masturbatoire de masse et un palliatif à une sexualité réelle insatisfaisante : le lot d ’ une grande majorité de gens .


    • #1413090

      La pornographie ne tue pas le désir, par contre elle tue l’âme.

      c’est pour ça qu’il y a de moins en moins de moines, et de plus en plus de branleurs egocentriques sans foi ni loi.

      Cette arme de pervertion massive a bien fait son boulot, passer inaperçu en rendant tout le monde accro dès le plus jeune age.

      Chaque image visionnée et son entendue vient perversifier un peu plus le coeur de la victime inconsciente.

      ça donne l’humanité d’aujourd hui, ne cherchant ni pudeur ni extase mystique, cherchant juste à assouvir ses désirs pervers légalisés par la societé des nations corrompues.


    • #1413148
      le 07/03/2016 par Ulfberht
      Le couple, la sexualité et l’amour

      La pornographie détruit le désir en ce qu’elle détruit l’érotisme par banalisation de la nudité. Les études sont claires : la pornographie est à l’origine de biens des troubles d’érection. En Italie ils parlaient carrément d’une génération "castrée" par le porno.


    • #1413602

      @Ulfberht

      Le porno ne détruit pas le désir sexuel. C’est tellement simple à comprendre.
      C’est comme dire que la drogue détruirait l’envie d’en consommer.
      Maintenant il est possible que cela engendre des troubles de l’érection, ce qui est très discutable, plein d’autres facteurs pourraient aussi en être responsable (comme par exemple une fréquence trop élevée). Mais il faut comprendre que le désir n’est en rien atteint, c’est d’ailleurs pourquoi ces gens souffrent, ils veulent ( désir) mais ne peuvent plus ( trouble). En effet si je n’ai plus de désir, pourquoi m’en préoccuperais je ? Au contraire, cela me donnera une immense liberté, les désirs rendent esclaves.
      Donc on peut voir que ces interventions ne sont pas basées sur la connaissance de la psychologie mais sur des sentiments par rapport aux dérives de la jeunesses.


  • #1413122
    le 07/03/2016 par emmyv
    Le couple, la sexualité et l’amour

    Ce qui est agaçant avec trop de religieux c’est qu’ils sont incapable de penser sans faire référence à un bouquin x ou y.


  • #1413140
    le 07/03/2016 par Malibu
    Le couple, la sexualité et l’amour

    Je retiendrai l’intervention de Thérèse à 1h04 où elle dit que certains catholiquent se comportent comme des enfants par rapport à leur religion. C’est à mon avis leur plus grand problème. Je ne sais pas comment ça s’est fait mais il y a quelque chose (ça semble être ça) qui ne va pas du tout chez les catholiques (je ne sais pas faire la différence avec les chrétiens etc), quand on les voit ils on l’air débile au sens premier, ils semblent (je le vois sur leurs visages) n’avoir aucune force intérieur et être encore moins bien ancrés que monsieur et madame tout le monde.
    Pourtant cette religion est liée à des forces bénéfiques immenses, je connais vraiment mal le sujet mais je pense aux valeurs chrétiennes, à la royauté, aux chevaliers etc et que reste t il de tout ça ? apparemment rien, nous/ils n’ont plus cette force.
    Et c’est dramatique car aujourd’hui comme on le voit avec E&R tous les français qui se battent contre le nouvel ordre mondial (pour faire simple) sont ou sont proches des catholiques et chrétiens, mais ils ne font rien de plus qu’informer et manifester.
    QUAND ALLEZ VOUS AGIR ?! Il y a des peuples qui ont déjà fait un certain effort pour ramener leur pays dans le droit chemin, pourquoi attendre ?!
    L’ennemi lui n’attend pas et progresse chaque jour.


  • #1413273
    le 07/03/2016 par mescalito22
    Le couple, la sexualité et l’amour

    Le Porno "tue" le désir ?
    Quelle plaisanterie ! Si c’était vrai, les producteurs de films, de bouquins ou d’accessoires spécialisés seraient en faillite, or c’est tout le contraire...
    Après, bien sûr que le porno est récupéré, instrumentalisé, rentabilisé par la société du fétichisme de la marchandise en mouvement !
    Comme dirait le brillant Francis Cousin et il a raison !
    Mais dans ces réunions de "petits cathos", on ne se pose pas les bonnes questions ou on donne les mauvaises réponses.
    L’image de ce que vous bouffez, buvez, baisez, les beaux voyages culturels, politiques, sexuels ou de simple détente...LE SONT TOUT AUTANT.
    C’est bien pourquoi la crise de surproduction finale du système (capitaliste aujourd’hui globalisé) est inéluctable et c’est tant mieux finalement !
    Quand au sexe, il fait partie de ces nouveaux espaces virtuels permettant au codage (et même au surcodage) de prospérer pour prolonger la destruction de l’économie réelle par sa financiarisation délirante et paraphrénique...
    (Cette fois, je parle comme Michel Drac, vous l’aurez compris, enfin j’espère ?)
    Donc cibler une activité essentielle à l’être humain (la sexualité) vampirisée par la marchandisation ne sert et ne rime à rien.
    Le sexe est "anxiogène" ? Mais tout le monde le sait depuis la nuit des temps.
    C’est pour ça qu’en ce moment, je baise pas...J’écris sur un forum...JE SUBLIME !
    L’angoisse est essentielle à l’être humain parlant dans la mesure oû c’est le seul réel sur lequel il bute dans un monde imaginaire (fait d’images) et de symbole (le langage).
    Sinon, nous serions déjà tous dans le "meilleur des mondes" sans angoisse...Le monde d’ou le sexe et son corollaire (LA MORT) seraient absents et remplacés par des petites pilules...
    Finalement, ce que Lacan venait dire aux "révolutionnaires" de Vincennes dans les 70s :



    Vous voulez un Maître ? Vous l’aurez...



    n’était pas si con.
    Même si aujourd’hui, quand le sujet supposé savoir n’ en sait rien, il a tendance à se ravaler à l’objet petit a de ma pulsion sexuelle, toujours singulière et qui ne connaît (Dieu merci !) AUCUNE NORME...
    CA, les "dissidents" cathos-tradis ne l’ont toujours pas compris xD

     

    • #1413901
      le 07/03/2016 par alcalino terreux
      Le couple, la sexualité et l’amour

      Je suppose que pas mal de gens regardent des pornos pour tuer le temps, juste entre deux rendez-vous d’affaire ou s’ils ont 20 mn avant d’aller chercher le gosse à la crèche....
      Que cela puisse dérégler la libido d’une catégorie d’individus n’ est pas surprenant, plus qu’une supposée barrière religieuse (va savoir ce que pratique un couple de cathos tradi au lit).
      D’autant que, pour ceux que j’ai pu voir, les jeunes "actrices" font ça comme elles joueraient à saute-mouton, ce qui a de quoi perturber.


    • #1413999
      le 07/03/2016 par allcalino terreux
      Le couple, la sexualité et l’amour

      Le désir et la pudeur sont les deux faces d’une même pièce entre les mains d’un individu qui contrôle la manière dont il ouvre la barrière qui le sépare de l’autre.
      Sauf à bâtir un mur ou a détruire toute forme de limite, la conscience de soi va de paire avec la pudeur du langage - verbal ou corporel, et du comportement en général.
      Pudeur dont tout adulte doit pouvoir se défaire comme il l’entend et quand il l’entend, ce qui dépend de là où il en est dans sa vie amoureuse...ou simplement maritale pour rester en phase avec la réalité.


  • #1413305
    le 07/03/2016 par jacquedechante
    Le couple, la sexualité et l’amour

    La pilule a servi de clef à la cité de Sodome et Gomorrhe, cité où l’oeil peut y être jeté à chaque instant. L’ouverture tous azimut au plaisir sans retenu par/pour le ça entre normalement en conflit avec un surmoi navigant entre pondérance et prépondérance. La multiplicité des injonctions consuméristes pénêtre l’ équilibre individuel pour engendrer un moi peu sûr de lui-même ou à l’inverse tout puissant. L’appel narcissique et/ou névrotique est alors une résultante logique de ce paradoxe.
    Le plaisir est le garde manger pseudo-spirituel de l’individu. Le vide spirituel de notre époque est une possibilité qu’il convient de combler en un besoin impérieux. Le dogme religieuse a longtemps permis de combler ce manque au travers des âges. Aujourd’hui, les clivages sont tels et si nombreux au coeur d’un système proteiforme où chaque forme possède ses codes et ses spécificités - bien souvent traités en cas singulier dans une certaine autarcie- que la conscience individuelle est bien souvent prise à parti devant un flux informatif trop important. Le transgénérationel culturel et psychologique est bien souvent trop faible pour pallier la richesse insécurisante de l’Autre, de l’extérieur...du monde. Ajouter à cela la faiblesse des concepts reflexifs psychologiques des parents, des grands-parents,arrière grand-parents etc...Et l’individu tentera l’adaptation bon gré mal gré en se bricolant des armes et des défenses qui deviendront bien souvent des névroses ou des penchants narcissiques de toute puissance.
    En conséquence, c’est bel et bien le travail sur soi- même qui est capital pour un individu.A lui de "pénétrer" son historique ( lorsque cela est possible), ses valeurs relatives que son évolution personnelle a engendrées au fil de ses déconvenues plus ou moins conscientisées... L’apport non négligeable des visions culturelles (sciences,religions...) prises pour ce qu’elles sont- des données (sciences) des prêtées ( religions) doit aider l’Homme a restructurer une seconde fois sa personnalité (seconde naissance, passage à l’age adulte...).Je crains que ce désir de reconnaissance (de nos mouvements au coeur de la machine humaine et sociétale : se conformer à l’idéologie d’un groupe par exemple)) ne devienne bien souvent qu’un pseudo-palliatif, un placebo aliénant et dangereux puisqu’il créera des personnalités-objets et non à proprement parlé sujettes. L’autonomie de l’individu doit être le seul gage de sa parfaite maitrise, théorie réfuté par lesautorités religieuses


  • #1413701

    Y a-t-il trop de sexe aujourd’hui ? Il y a surtout un manque flagrant de Sexualité... ’’On a toujours eu un problème avec la Sexualité depuis 5000 ans’’, et ’’le Corps sert de support à l’âme’’, ces deux phrases entendues dans ce débat soulèvent la problématique dans laquelle l’humain est enfermé. Pourquoi ce dernier est-il coupé de lui-même depuis si longtemps ? La preuve en est son incapacité à formuler de manière claire et scientifique le rapport avec l’âme... La Sexualité est d’abord une affaire personnelle : la Voie (sexus), en rapport avec sa propre Pulsion de Vie (Santé). Et non pas le bloubiboulga immonde qui trahit le niveau de misère humaine d’une Société malade... Etre son Corps sans Conscience cela paraît difficile !


  • #1414995

    Si on ne se met pas en couple en étant amoureux je me demande bien quand on va le faire...


Commentaires suivants