Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Les États-Unis sont-ils une "kleptocratie" ?

Réflexions sur le vol institutionnalisé et la servitude volontaire des masses

Les États-Unis ne sont pas une démocratie. Il est plus rigoureux de dire que nous vivons dans une ploutocratie – un gouvernement des riches, par et pour les riches – ou plus exactement encore, dans une kleptocratie – un gouvernement qui a pour principe premier d’organisation le vol ; qui vole les pauvres, qui vole la Terre, et qui vole le futur. Nous nous exprimons et agissons pourtant souvent publiquement comme si nous vivions en démocratie.

 

Mais il y a un problème bien plus profond que le fait que nous ne vivions pas en démocratie, un problème plus profond encore que notre incapacité à reconnaître le fait que nous ne vivions pas en démocratie : le fait qu’il y ait véritablement un aspect selon lequel nous vivons vraiment en démocratie. Ses implications sont de très mauvais augure pour la planète. Ce n’est pas tant lié à la façon dont nous sommes gouvernés qu’à ce que nous voulons, et faisons. S’il est vrai que, comme quelqu’un l’a dit il y a longtemps, c’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez, il devient clair que, pour reprendre l’expression de ma mère, la majorité des gens de ce pays se moquent de la santé de la planète comme de l’an quarante. Quelques exemples devraient suffire à illustrer cela.

Tout d’abord, les tigres. Pas les vrais tigres, pas ceux de chair et d’os, pas ceux qui sont exterminés dans la nature ; mais ceux de l’équipe de football des Tigres de l’Université d’État de Louisiane (LSU). En janvier dernier, lorsque LSU a joué contre l’Alabama lors du championnat de football des universités, plus de 78 000 personnes ont assisté au match. Le prix moyen d’un ticket était de 1565$, et certains sièges ont coûté jusqu’à 10 000$. La région était si excitée par ce match de football qu’un certain nombre d’écoles ont fermé pour l’occasion. Et, bien sûr, l’audience télévisuelle a dépassé les 24 millions de téléspectateurs. Ce fut la deuxième émission la plus regardée de l’histoire de la télévision câblée.

Tout ceci m’amène à conclure que dans ce pays, plus de gens se soucient de l’équipe de football des Tigres que des tigres vivants, de chair et d’os. Manifestement, la même chose est vraie des Tigres de Detroit, des Marlins de Miami, des Panthères de Caroline, des Jaguars de Jacksonville, et ainsi de suite.

Ne vous méprenez pas : j’aime le sport. Mais, finalement, nous parlons ici d’un jeu. Pensez-vous qu’il soit possible que des écoles ferment, ou que 70 000 personnes se rassemblent pour aider à nettoyer les plages de Louisiane suite au déversement d’hydrocarbures dans le golfe du Mexique (et ce semaine après semaine, comme c’est le cas lors des matchs de football de la LSU, lors des matchs de football des Saints de la Nouvelle-Orléans – comme c’est le cas presque chaque jour à travers le pays pour le football, le baseball, le basketball, et ainsi de suite) ? Ou mieux, pensez-vous qu’il soit possible que des écoles ferment, ou que 70 000 personnes se rassemblent semaine après semaine pour faire quelque chose pour « l’allée du Cancer » de cette région ?

Un autre exemple : pendant une courte nuit, il y a deux ans, le comté du Nord de la Californie, où je vis – celui de Del Norte – est devenu un exemple éclatant et vigoureux de la démocratie participative en action. Mais ce n’était pas la sauvegarde des séquoias, le dépérissement des amphibiens, ou le démantèlement des barrages qui firent se déplacer les masses. Elles se déplacèrent pour une plante domestiquée particulièrement controversée. Vous savez probablement qu’en raison d’un vote populaire, l’état de la Californie a légalisé le cannabis à usage médical, et que le nombre de plantes autorisées diffère et est déterminé dans chaque comté. C’est pourquoi, lorsque les superviseurs du comté de Del Norte ont envisagé revoir ce nombre à la baisse, le faisant passer de 99 à 6, une marée humaine a inondé et empêché la réunion de consultation du public. Voilà comment la démocratie participative est censée fonctionner : les « représentants » publics sont censés rapporter la volonté du Peuple, et ceux qui tentent de faire autrement doivent être démis de leurs fonctions.

La question ici n’est pas de savoir si la marijuana devrait être légale, pas plus qu’il ne s’agit de savoir si l’équipe d’Alabama a battu l’équipe de la LSU. Le problème, c’est que j’aimerais que les gens se soucient autant des saumons que de la marijuana, ou du football. Mais ce n’est pas le cas. Si les gens devaient choisir collectivement entre les rivières vivantes et l’électricité des barrages (et l’amusement sur les réservoirs, et la valeur des maisons de vacances de certains), nous pouvons imaginer ce qu’ils choisiraient. D’ailleurs, nous savons déjà ce qu’ils ont choisi.

La réponse est manifeste, exprimée à travers les 2 millions de barrages que l’on trouve dans ce pays ; à travers les 60 000 barrages de plus de 4 mètres de haut ; à travers les 70 000 barrages de plus de 2 mètres de haut ; à travers l’effondrement des populations de mollusques, de poissons, à travers l’agonie des rivières et des plaines inondables. Si les gens avaient à choisir collectivement entre les iPods et les gorilles des montagnes, nous savons ce qu’ils choisiraient (ce qu’ils choisissent). S’ils avaient à choisir collectivement entre les ordinateurs portables sur leurs genoux et les droits humains en République Démocratique du Congo, nous savons bien ce qu’ils choisiraient (ce qu’ils choisissent).

Lire la suite de l’article sur les-crises.fr

La réalité américaine, sur E&R :

Sur la démocratie bancaire américaine,
lire chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1494317

    Je me souviens avoir lu quelque part, il y a longtemps que les EU étaient encore "sous contrat" avec sa sœur la GB et la City.... pas si indépendant que cela !


  • #1494338

    "Ce qui nous ramène à ce point de vue selon lequel nous vivons vraiment dans une démocratie."

    Je ne partage pas entièrement l’analyse de M. Jensen. En fait, la plupart des gens n’ont pas conscience qu’en votant pour les oligarques des partis politiques ils contribuent à la destruction de la planète.


  • #1494391

    Rien d’étonnant à ce que l’homme moderne recherche l’abrutissement et un semblant de bonheur (marijuana, football) dans un milieu où ni le travail aliénant issu de la division du travail voire le chômage et la société individualiste ne peuvent lui apporter une once de satisfaction.


  • #1494392
    le 23/06/2016 par paix et paix
    Les États-Unis sont-ils une "kleptocratie" ?

    bel article !


  • #1494546

    Les états-Unies sont des corporations appartenant a des familles des banksters. Ils sont fondes sur les bases suivantes.
    Massacre des populations indigenes, vol de terres, mise en esclavage et piraterie.. Savez-vous que la base de la bourse c’est la piraterie ? Il s’avère qu’avant ces pirates enlevaient des gens pour demander la rançon et c’est de cette manière que cette pratique a déboucher sur la bourse ou les gens spéculent maintenant.

    Cordialement


  • #1494620

    Pour une analyse exacte de ce qui est le monde actuel, il faudrait isoler le "yankee" des américains en général qui ne le sont pas, à vrai dire. C’est ce "yankee" qui est le virus de la "kleptocratie" ou plus exactement de la "piraterie" mondiale que nous subissons, l’anti-civilisation par excellence, pour parler plus simplement.

    Contemplez la gueule d’un "yankee" et vous vous apercevrez qu’il n’a rien à faire dans le paysage. Il le souille. C’est totalement nouveau en matière de colonisation. Un colon qui est rejeté par la terre qu’il a prétendu conquérir. Ni l’espagnol, ni le français, ne sont parvenus à ce point d’abjection colonialiste. Et cela dure et s’amplifie. Un seul exemple encore plus caricatural du colon rustique et inassimilable à la terre est donné en Palestine, par ces bandes d’abrutis sortis des ghettos de Brooklyn et qui étalent leurs graisses sur les terres sacrées de la Palestine. On voit bien qu’il n’ont rien à faire là et qu’ils doivent en repartir au plus vite comme une vol de vautours !

    Les américains constituent le seul peuple de l"histoire à ne pas être en phase avec la terre qu’ils ont colonisée. Ils s’y sont comportés de manière tellement abjecte que les plaines , les montagnes, les fleuves et les forêts immenses, hurlent d’indignation, et tout ce qui y respire, y vit, y prie, y pense, les vomit.


  • #1494649

    Selon beaucoup de lumières ayant l’habitude de commenter sur E&R, les américains sont libres puisque le port d’armes leur est autorisé. Ils ont donc la totale liberté de se défendre des gouvernements illégitimes et des banksters pour garantir leur souveraineté, à l’inverse des Français qu’on a désarmés pour mieux asservir. On le voit bien à la lecture de cet article. Non ?