Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Les colonies israéliennes, obstacle à la paix

"L’État hébreu doit rendre les territoires conquis par la force"

L’État hébreu doit admettre le droit international et reconnaître que les territoires conquis par la force doivent être rendus. Cela reste un préalable aux discussions pour trouver une solution au conflit.

[...]

La question, centrale, de la colonisation éclaire cette problématique. Comment ne pas tirer les leçons de l’« oubli » des négociateurs de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), qui n’exigèrent pas l’inclusion dans la « déclaration de principes sur les arrangements intérimaires d’"autogouvernement" », de septembre 1993, d’une clause interdisant tout développement des implantations israéliennes dans les Territoires occupés ? Depuis, en vingt-trois ans, le nombre de colons juifs est passé de 120 000 à 450 000 en Cisjordanie et de 160 000 à 200 000 à Jérusalem-Est.

[...]

Or, le droit international considère la colonisation comme illégale. Avec sa résolution 242, le Conseil de sécurité de l’ONU a défini, le 22 novembre 1967, plusieurs principes pour un règlement pacifique du conflit, à commencer par le retrait israélien des territoires arabes occupés pendant la guerre des Six Jours. Et, dans ce texte fondamental, l’affirmation du caractère inadmissible de l’acquisition de territoires par la force l’emporte sur l’ambiguïté, bien connue, entre les versions française et anglaise sur le retrait « des » ou « de » territoires occupés…

[...]

Nombreuses sont les résolutions du Conseil de sécurité statuant dans le même sens, notamment la résolution 446 du 22 mars 1979 concernant la Cisjordanie et la résolution 1860 du 8 janvier 2009 concernant la bande de Gaza, toujours considérée comme territoire occupé malgré le retrait israélien de 2005. Concernant Jérusalem, il faut rappeler que le plan de partage de l’ONU du 29 novembre 1947 faisait de la ville et de ses environs un « corpus separatum sous régime international spécial ». C’est donc logiquement que le Conseil de sécurité a condamné les décisions unilatérales successives de la Knesset : en 1953 celle faisant de Jérusalem la capitale du jeune État ; en juillet 1967, le vote déclarant la ville « réunifiée capitale éternelle d’Israël » ; en 1980, la loi fondamentale proclamant « Jérusalem entière et réunifiée […] capitale de l’État d’Israël » [1]. La meilleure preuve de l’unanimité de la communauté internationale sur cette question : Jérusalem n’accueille plus aucune ambassade, elles se trouvent toutes à Tel-Aviv…

[...]

Dès lors que la Cisjordanie, Jérusalem-Est et la bande de Gaza constituent des territoires occupés, la IVe Convention de Genève et notamment son article 49 s’appliquent : ils interdisent notamment toute implantation par la puissance occupante de ses ressortissants. Quant au statut de Rome de la Cour pénale internationale (CPI), il qualifie même cette démarche de « crime de guerre » dans son article 8-2-a - applicable puisque l’État de Palestine est membre de la CPI depuis le 1er avril 2015 et peut déposer plainte pour des faits remontant jusqu’au 13 juin 2014. Dans ces conditions, toute installation de colons est un crime de guerre relevant non seulement de la compétence de la CPI, mais encore de celle de tribunaux nationaux, la compétence de la CPI n’étant que subsidiaire.

Un dernier point souligne le caractère central de la question de la colonisation : c’est l’évolution de la composition du gouvernement israélien. On a noté, à juste titre, que celui-ci avait connu une nette radicalisation. Les coalitions entre la droite et le centre ont cédé la place à des équipes unissant la droite et l’extrême droite. Mais ce déplacement du centre de gravité de l’exécutif, particulièrement sensible depuis les élections législatives du 17 mars 2015 et plus encore récemment avec la nomination d’Avigdor Lieberman comme ministre de la Défense, signifie aussi que les colons sont plus que jamais au pouvoir en Israël. L’actuel gouvernement est leur gouvernement. Si elle veut agir efficacement, la communauté internationale doit en tenir le plus grand compte.

Notes

[1] Voir notamment les résolutions 252 du 21 mai 1967 ; 476 du 30 juin 1980 ; 478 du 20 août 1980.

Une justice internationale bafouée, ou aux ordres ? Voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1490897

    Faute de pouvoir vider, pour l’instant, les territoires palestiniens de leurs habitants, Israël fait vider la Syrie des siens, en liaison avec Merkel qui appelle les Syriens à venir s’installer en Allemagne, pour soulager la pression démographique arabe au nord d’Israël . Détruire les pays arabes voisins d’Israël et les vider de leurs habitants, voilà un programme consistant .


  • #1490903

    La " Communauté Internationale " expression vague et vide sous laquelle se trouve cachée la hideuse Internationale Sioniste .


  • #1490904

    " La difficulté fut d’attacher le grelot ".


  • #1490914

    En faisant détruire la Syrie, Israël a fait fuir UN QUART de la population syrienne ! C’est autant d’ "ennemis potentiels" en moins sur sa frontière nord... Et Israël a demandé à Merkel d’inviter les Syriens en Allemagne pour accélérer leur départ ! Faute de pouvoir - pour l’instant - virer des Palestiniens, c’est toujours autant d’arabes de moins .


  • #1490943

    Pour dire, voyez, on a pondu un article sur l’occupation israélienne de la Palestine.
    A part ça rien ne bouge


  • #1490949

    PFFF qu’est ce que Israel en a à faire des arguties juridiques de l’ONU, ces criminels sionistes s’en tapent ils ne se sont jamais pliés aux multiples résolutions infligés par l’ONU bien au contraire ils ont continué leur projet de voler la terre de Palestine et de tuer le peuple !Il n’y a que la force qui peut venir à bout de ces génocidaires sionistes !


  • #1490967

    Ah la fameuse convention de Genève qui ne concerne....que Genève c’est ça ?^^
    Comment l’OLP aurait pu exiger quoique ce soit , lui en aurait-on laissé la possibilité ?
    Les palestiniens étaient encore trop gentils et conciliants.
    De toutes façons personne ne leur demande leur opinion ni leur volonté et malgré tout le droit international ça ne changera rien.
    La Palestine doit être libre et indépendante et...c’est tout.


  • #1491045

    Mais pourquoi ne pas partager le territoire en deux états bien distincts, souverains, le problème serait résolu, chacun son état, un état juif, un état palestinien et puis voilà tout le monde est content.


  • #1491234

    C’est vrai que c’est pas très cool tout ça mais il ne faudrait quand même pas que ce journaliste oublie d’acheter des produits israeliens cette semaine, sinon je déclare que c’est du boycott et qu’il est crypto-nazi.


  • #1491235

    Ces pauvres Palestiniens , ils ne se débarrasseront jamais de
    ces vautours colonisateurs.... ?

    Que de souffrance pour ces gens-là


  • #1491268

    Je me souviens, dans les années 80, d’avoir lu une enquête assez fouillée sur Israël. Dans l’Express, pour être précis. Il y avait encore, à cette époque une tradition de grands journalistes à qui l’on cédait... Cette article fut un des seuls en son genre à passer. Peut après - sans doute vers 1986 - il était déjà impossible que ce genre d’information passa (antisémite !) ! Là, j’y ai découvert le projet de "Grand Israël" et l’expansionnisme hébreux. Au passage, je constatai les opinions de nombre de publicistes en France qu’il était possible de relier à la politique israélienne. Pour le dire autrement, ces publicistes, artistes, cinéastes parlaient de tout et de rien sans autre raison apparente qu’un goût progressiste qu’ils souhaitaient pour la France et le monde occidental. Mais, dès le milieu des années 80, je sentais qu’ils adhéraient - sans jamais le dire ! - de façon inconditionnelle au projet de Grand Israël. Sous couvert d’antisémitisme et d’antiracisme, à grands coups de "talk show" et de tribunes libres (pour eux) je pris conscience de la guerre idéologique dans toute sa brutalité, celle qui écrase des millions de cervelles. Alors même qu’on nous chantait que la guerre froide était finie, que l’histoire était finie, que la politique n’existait plus : chansons, cacahuètes et films pornos sur Canal !
    Dès le milieu des années 80, l’ensemble de la société française a été mise sous contrôle ! Même les provocations punk (Sid Vicious et sa croix gammée) pourtant si fructueuses pour l’esprit ont été traitées : à partir des années 80, toute forme d’expression a été annihilée, des ersatz de gens libres ont été mis au pinacle (des Béruriers Noirs à Bruel !). Et cette domination idéologique incroyablement vicieuse existe dans tout pays qui pourrait peser sur cette politique lointaine... La moindre opinion est écrasée... Et soyez sûr que des plans bien tordus sont ourdis contre ce site !

    Aussi, Libération peut bien publier de ces articles, lucides, précis, informés... parler de résolutions, de rendre les colonies... Hélas ! Qui peut un seul instant y croire ? Qui ne sait pas le sort réservé à toute résistance au grand Israël, puissance nucléaire devant qui tout doit courber ! Puissance-excroissance de l’hyper-puissance américaine
    Avant de mourir Johnny Cash a fait un rêve dont il a tiré la chanson When the Man come around. Un des vers marquant de cette prophétie est (de mémoire) "untill Armageddon... no shalom !"

    C’est aussi simple que ça...


  • #1491348
    le 19/06/2016 par Full Contact Jean Marie
    Les colonies israéliennes, obstacle à la paix

    Que les turcs rendent l’Arménie occidental aux arméniens que les arabes et les kurdes rendent la Plaine de Ninive aux assyriens après on pourra discuté.

     

    • #1491651

      Ce ne sont pas les turcs et encore moins les kurdes qui ont volés et bombardés le peuple de Palestine !Is n’ont jamais parqués les palestiniens dans un camp de concentration à ciel ouvert chez eux !


Commentaires suivants