Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Les conseils juridiques de Damien Viguier – L’interrogatoire

Que faire – et que dire – lorsque l’on est interrogé par la police ?

De passage dans le Nord, Maître Damien Viguier a accordé à E&R Lille un entretien de conseils juridiques liés au militantisme. Ce premier épisode est consacré à l’interrogatoire de police.

 

Damien Viguier sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

35 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ces conseils juridiques de Maître viguier sont excellents et c’est un homme posé et qui donne les meilleurs conseils qu’un avocat puisse donner !! (et j’en ai connu des "baveux" qui eux ne donnaient que les mauvais conseils, parce que commis d’office, ou parce que simplement mauvais ! Maître Damien Viguier est comme ces avocats du type de Me Dangléhant, et tant d’autres qui aiment leur métier, ils ont jurés et prêté serment de servir les justiciables !
    On ne peut pas en dire autant de tous les avocats (je parle de ceux qui ont tout fait justement pour faire radier Me Dangléhant (en vain et c’est tant mieux !! Des gens comme Me(sic) Detton ou le perpignanais Molins (qui a été muté "procureur général de Paris" en remerciement de n’avoir strictement rien fait, pour que les vrais commanditaires de l’affaire des "disparues de Perpignan", mais surtout les vrais assassins de ces pauvres filles soient arrêtés !
    Merci Me Viguier de nous réconcilier avec les gens passionnés qui font votre métier nécessaire avec tant de conviction !

     

  • Magistral Viguier, une fois de plus. A quand le petit manuel (non, pas vallsette) pour les militants dissidents ?
    Tel que les choses se profilent avec une DILCRA aux aguets et beaucoup de moyens pour défendre la cause sioniste, il va falloir se mettre au courant de toutes ces subtilités que le droit permet encore, à moins que....


  • Ce système est fondé sur l’arnaque, la violence et le trucage. Il ’y’a q’une personne juridique qui peut être condamnée dans ce système, mais pas un être Humain. Si on renonce a sa personne juridique, on a rien a voir avec ce système. Nous avons besoin des droits naturels et dans certains pays de l’UE ça s’applique. Informez-vous.

    Cordialement.

     

    • Oui, c’est exactement cela. Je pense que c’est expliquer dans le livre Bankster téléchargeable en format pdf.
      Il faut différencier votre entité physique (vous) identifiable par votre prénom et votre entité légale identifiable par votre nom de famille. Ce qu’il faut bien comprendre c’est que vous êtes le seul représentant de votre entité légale, mais qu’il existe des trucs juridique pour vous rendre responsable de votre entité légale. Il faut aussi comprendre que vous n’êtes pas le propriétaire de votre entité légale. Pour faire simple, votre nom de famille ne vous appartient pas, il appartient à l’état. (qui est elle-même une entité légale.)
      exemple : Imaginons une arme à feu, vous êtes responsable de cette arme à feu, mais vous n’en êtes pas le propriétaire. Ce qui veut dire que le propriétaire peut faire ce qu’il veut avec l’arme et vous ne pouvez rien faire pour empêcher cela, mais si il commet un crime avec l’arme, c’est vous qui en porter la responsabilité. (Changer le mot arme à feu par nom de famille et crime par endettement)
      Les trucs pour vous lier à votre entité légale et ainsi vous rendre responsable de celle-ci sont simple. Ce qui permet à un juge, soit un représentant de l’état, donc du propriétaire , de vous condamner.
      - On vous demande de vous identifiez par votre nom et votre prénom. Ce qu’il ne faut jamais faire. Ne reconnaissez que votre prénom et jamais votre nom. Si le juge insiste demandez lui de le prouver et par la même occasion de prouver que vos ancêtres portaient bien ce nom de famille. Ne signez jamais de votre nom de famille, mais toujours de votre prénom, ce que je fais depuis l’âge de 12 ans. (et ça marche)
      - Le juge essaye par tout les moyens d’avoir autorité sur vous. Pour cela il a besoin de votre consentement. Il vous donne un ordre du genre, levez-vous !, répondez par oui ou par non ! ect... Si vous obéissez à un de ses ordres, il a autorité sur vous avec votre consentement et peut donc vous condamner en votre nom. Lorsqu’un juge entre dans une salle, on vous ordonne de vous levez, ce qu’il ne faut jamais faire. Si vous avez peur, levez vous bien avant que l’on vous donne l’ordre et lorsque l’on vous ordonne de vous asseoir, demander à votre avocat si vous devez le faire juste avant.
      - Si vous avez un avocat, déclarez qu’il est là en tant que conseiller, sinon il a automatiquement autorité sur vous. Le juge va essayer d’avoir une autorité sur votre avocat et ainsi, par ricochet sur vous.
      Et pour finir, bonne chance !


  • EXELLENT conseil !
    Garder le silence ! car bien souvent ils n’ont aucune preuve formelle ... ( surtout si on veux vous coller sur le dos des actes ou des paroles don vous êtes innocent ) .
    Tout ce que vous pourrez dire sera retenu CONTRE vous ...
    c’est à dire " à charge " , donc même si ça vous parait insignifiant : fermer sa gueule !


  • d’où les conseils de Dieudo : "mais ferme là !"


  • Depuis le temps qu’on vous le dit de "fermez vos gueules".
    Finalement, là, c’est pour notre bien.


  • J’ai 50 ans et à 12 ans, je le savais déjà.

    Il est claire que pour les jeunes cette mise au point est nécessaire.


  • #1502159

    Je me suis retrouvé en garde à vue à Pantin vers la fin des années 90.

    A chaque interrogatoire je leur chantais cette comptine anglaise :

    Ten green bottles hanging on a wall,
    Ten green bottles hanging on a wall,
    If one bottle should accidentally fall,
    There’ll be nine green bottles hanging on the wall,
    Nine green bottles hanging on the wall,
    Nine green bottles hanging on the wall,
    If one bottle should accidentally fall,
    There’ll be eight green bottles hanging on the wall,
    Eight green bottles hanging on the wall,
    Eight green bottles hanging on the wall,
    If one bottle should accidentally fall,
    There’ll be seven green bottles hanging on the wall..
    .

    Vous voyez la suite.
    Quand il n’y a plus de bouteilles on repart à dix.

    On ne leur avait jamais fait ce coup là. Quand ils me faisaient lire des trucs j’attirais leur attention sur les fautes d’orthographe.

    https://youtu.be/Ak7kedzR8bg


  • #1502163
    le 04/07/2016 par "La femme pauvre" mère de famille
    Les conseils juridiques de Damien Viguier – L’interrogatoire

    C’est combien de l’heures T.T.C la présence consultative d’un Conseil amical pour une militante, type personnage tout Droit sorti d’un ouvrage de Léon B. ?

    C’est si beau la littérature ; elle permet de s’évader dans la mise en scène à travers l’imaginaire là où aucun bruit ne saurait faire taire le silence.


  • Quel plaisir de constater la réelle probité d’un ROBIN que représente si bien Me Viguier ; cependant, aujourd’hui, comme le souligne Me Viguier il y autant dans les forces étatiques (justice, police, fonctionnaire des finances...) que chez les avocats, des sans scrupules prêts à soutirer une information pour mieux l’exploiter quitte à s’asseoir sur le serment qu’ils ont prêté le jour j. Certains avocats, policiers et magistrats collaborent très étroitement ; ce qui va l’encontre des séparations des rôles de chacun d’eux mais l’opportuniste, pour faire avancer sa carrière se renie, se ment et se parjure.

     

  • Convoqué chez le juge d’instrustion pour un faux en écriture publique (pas nous on était 4 mais eux, une collectivité territorriale) le juge me demande mais qu’a t’on pu dire a cette réunion ? après négociation car on ne peut pas poser de question je demande " en principe sur le procès d’audition de ces assemblées (il s’agissait d’un bureau d’étude) il y a le nom des participants , vu que notre noms n’y ait pas demandEZ aux participants qui sont notés en haut de la page ; présents MrS....
    Inutile de vous dire le regard hillaaare de l’huissier
    C’estbien ce que vous dit Me Viguier, les dés sont pipés


  • Très instructif. Merci Me Viguier !


  • #1502242
    le 04/07/2016 par Aiguiseur de guillotines
    Les conseils juridiques de Damien Viguier – L’interrogatoire

    Je suis à l’étranger et j’ai montré cette vidéo a des potes.
    Ils n’arrivent pas à croire qu’un avocat donne des conseils de garde à vue pour LES DISSIDENTS POLITIQUES ... EN FRANCE... !
    Allez, j’leur explique le gros drapeau israelien qui flotte sur l’élysé... ??

     

  • Merci Maitre Viguier pour ces bons conseils.


  • Merci beaucoup pour cette vidéo explicative Maître.
    J’ai personnellement un casier vierge et je n’ai jamais eu à faire à la police ou la gendarmerie. On ne sait jamais de quoi l’avenir sera fait, surtout en cette période où l’incertitude et la décadence des dirigeants, radicalisent les opinions politiques des citoyens ; donc potentiellement leur répression.

    J’aurais surement été bien naïf lors d’un interrogatoire.
    Merci pour cette éclairage.


  • Maître Damien Viguier possède sur son étagère ce qui a l’air d’être les 21 volumes de l’encyclopédie Tout l’Univers. Que de qualités !


  • Après l’autorisation de l’avocat lors de l’audition, que fera la police pour éviter l’avocat ? ils feront un remake de j’irai dormir chez vous en amont de l’enquête...

    Plus sérieusement, quelle bonne idée ces conseils juridiques ! Merci Maître.

    Si j’étais taquin et un peu moqueur, je suggérerais que Vincent fasse "le conseil de reporter d’ER" : que faire dans une manif ; que faire face à un gros con d’antifas ; que faire face à un mafieux dans un palais de justice ; que faire face à un avorton qui essaye de vous donner un coup de poing...

    Je plaisante Bravo Maître, bravo Vincent, bravo ER.


  • Merci beaucoup, Maître Viguier, une fois de plus pour tout votre travail de bénédictin pour l’intérêt général et le salut public.
    Que Dieu vous bénisse encore et vous protège, avec toutes les équipes et les adhérents d’E&R.


  • Nouvelle rubrique TRES TRES utile par les temps qui courent !!


  • Bonsoir,
    Et si on est convoqué et qu’on ne vient pas, que se passe-t-il maître Viguier ?


  • Bons conseils, on peut ajouter qu’il faut systématiquement refuser la comparution immédiate qui est un vrai piège à c*n.


  • Un grand maître ce maître , sans se mettre à démettre sa qualité de maître il arrive à remettre des valeurs là où d’autres ont feint de les omettre.


  • Bonjour.
    Je croyais qu’il y avait une obligation à répondre aux questions, au moins du nom et du domicile. Ensuite la réponse "je n’ai rien à répondre à cette question" évitait d’encourir le reproche d’avoir REFUSÉ de répondre.
    Il est de toutes façons certain qu’il faut en dire le moins possible, ou la boucler complètement et d’oublier son téléphone à la maison en certaines circonstances.
    Bouric


  • Je suivrai son conseil de la boucler si par extraordinaire j’avais à rendre des comptes à ces Messieurs . Merci de nous avoir prévenu (ah ce mot !...) .


  • C’est en qualité de juriste d’excellence (théoricien puriste de la tradition des jurisconsultes) que j’ai décidé d’intervenir à la fois pour conforter le conseil avisé de prudence formulé par mon estimé collègue, Damien VIGUIER, et aussi en vue de le parfaire en vous exposant le mécanisme de la machine logomachique faiseuse de vérité et broyeuse de vies.

    Observons d’abord que le droit de se taire est une notion juridique récente qui n’existait pas dans le système inquisitoire tel qu’il était pratiqué en France jusqu’à la fin du XXième siècle.

    Si l’aveu (quête traditionnelle emblématique) est toujours regardé comme la reine des preuves, la police à néanmoins besoin de l’étayer en la confrontant à des adminicules d’ordre matériel dont la juxtaposition débouche au fameux faisceau d’indices tendant à corroborer la culpabilité du prévenu ou de l’accusé.

    L’enquête de police entre dans le champ de l’instruction préparatoire, et ce, peu importe qu’elle ait ou non été initiée par un magistrat instructeur ou par un fonctionnaire du parquet.

    L’intervention que je m’apprête à développer le plus concisément possible fera l’impasse de l’investigation de police proprement dite pour ne s’intéresser qu’à la partie audition de police, c’est-à-dire de l’interrogatoire de police à l’occasion d’une garde-à-vue ou d’une convocation de police.

    Les officiers de police disposent à cet effet d’une palette de moyens psychologiques visant à conditionner le sujet en lui soutirant le plus d’information exploitable possible. Il s’agira de "cuisiner" le sujet en le plaçant en position de faiblesse maximum.

    Le système de la paire de flics dont l’un est méchant (il grince des dents) et l’autre est gentil (il caresse dans le sens du poil) est efficace à 80%, pour le reste il suffit de passer aux étapes définis dans le manuel du détective efficient.

    Répondre spontanément aux questions posées ou parler du sujet abordé révèle votre personnalité, vos faiblesses, votre caractère et vous engage dans un chemin périlleux.

    "Tu sais pourquoi tu es là" ; "si tu coopères, le juge en tiendra compte et tu n’iras pas en prison".
    Parler libère la parole, crée subrepticement des liens, vous rend affable, amical et ouvre des canaux (fissures) permettant aux enquêteurs de s’y engouffrer en vous déstabilisant.

    Il est préférable de se taire d’abord et d’en savoir davantage par la suite, ce qui vous offrira un bouclier efficace en terme de protection. Prendre son mal en patience et se garder de...


  • Maître VIGUIER, si vous me lisez, je vous avise que vous recevrez dans les jours à venir une missive par laquelle je vous propose ma modeste et fraternelle collaboration. L’union des intelligences au service du mieux est nécessaire en ces temps incertains où l’audace des petits serviteurs installés dans les hauts lieux du pouvoir régalien ou dans les hautes sphères du pouvoir médiatique est le signe annonciateur de la défaite assurée de tenanciers de l’ordre établi.

    Bien à vous


  • #1502814

    La parole est d’argent, le silence est d’OR.


  • #1503070

    Excellente idée ! Par le savoir nous triompherons !

    Merci beaucoup à E&R


  • Merci pour les conseils M. viguier.

    A valoir néanmoins dans un système corrompu et qui se pourrit de jours en jours.

    Cf cockerman (+système) vs dieudonné


  • #1503642

    Une fois ,en garde a vue sous le feu roulant des questions de 2 enqueteurs roublards je declare :"je n’ai rien avoir avec ça !"
    Le policier du tac au tac avec beaucoup de metier :"tu n’as rien a voir avec quoi ?"
    j’ai été destabilisé une demi-seconde avant de me reprendre :"je n’ai rien a voir avec rien.."
    Cette demi-seconde d’hesitation m’a fait paraitre suspect et a suffit a me mettre dans une position inconfortable meme en etant totalement innocent. Clairement et definitivement le silence est preferable meme a des denegations


Commentaires suivants