Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Les prix des fruits et légumes battent des records

Entre bio, météo et mondialisation

Le prix moyen du kilo de fruits et de légumes a flambé en France en 2016, et ce, quel que soit le circuit de distribution ou le mode de production. Explications.

 

C’est un record inégalé depuis au moins neuf ans. Cette année, les tarifs des fruits et légumes ont littéralement flambé, selon le baromètre annuel de l’association de consommateurs Familles Rurales, publié ce mardi 23 août dans La Croix. Avec une hausse de 18 % par rapport à 2015, le prix moyen d’un kilo de fruits a augmenté de 0,53 euro pour atteindre 4,10 euros (contre 3,48 euros en 2015). Celui des légumes a quant à lui progressé de vingt centimes, à 2,30 euros, soit une hausse d’environ 10 %.

[...]

Les fruits bio sont désormais 70 % plus cher que les fruits conventionnels et les légumes bio 78 % plus cher.

« Les mauvaises conditions météorologiques expliquent en partie ces prix records », avance l’association qui réalise son baromètre annuel depuis 2007.

[...]

L’étude révèle par ailleurs que le choix du made in France n’est pas nécessairement synonyme de facture plus salée.

Lire l’intégralité de l’article sur challenges.fr

 

Autour du sujet chez Kontre Kulture

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

30 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1540205

    Et dire que l’éducation nationale ne nous a même pas appris à cultiver notre bouffe, triste et révoltant.

     

    • #1540232

      Le bon sens nous amène la base, les livres peuvent être lus grâce à l’école.

      Achetez des bouquins qui traitent ce sujet, faîtes vos propres essais.

      C’est trop facile de rejeter toute la faute sur l’école ...


    • #1540243

      logique vu que le but de l’éducation nationale est de creer des consomateurs ignares dépendants du systeme .


    • #1540350

      cultiver notre bouffe ? ou ça ? sur le bitume ?


    • #1540564

      En meme temps c’est logique, ils vont pas d’un cote nous apprendre a cultiver, et de l’autre passer des lois pour nous empecher de cultiver


    • #1540599
      le 23/08/2016 par ZORRO un cavalier hors de la nuit
      Les prix des fruits et légumes battent des records

      Euh ’julien’ mon gars t’es gentil mais l’école c’est dix ans de taule...
      Où on te fait perdre ton temps coupé de ta famille et de ta terre avec des ’amis’ qui changent tous les ans et des sauvages plus ou moins hostiles...
      Où on t’observe et te fiche et t’oriente comme il faut...
      Où on casse les rythmes biologiques et le développement athlétique naturel...
      Où on te dégoute d’apprendre et de lire écrire compter pour autre chose que ton futur ’travail’...
      Où on fait en sorte que tous les bons instincts, dont celui d’apprendre naturellement efficacement, sont broyés...
      Où toutes sortes de saloperies psycho-historico-politiques sont enfoncées dans les crânes...
      Où les traditions et pratiques religieuses de nos ancêtres sont supprimées et en plus moquées voire remplacées par d’autres...

      Désolé mais nos vies n’appartiennent pas aux administrations et autres institutions technocratiques utilitaristes-exploiteuses et menaçantes associées au ’big business’.

      Bien sûr qu’en dix ans enfermé dans une salle de classe et douloureusement cloué à une chaise on devrait au moins apprendre théoriquement des techniques avancées sur les biotopes, les cultures, les greffes, les selections, les terroirs, les rythmes saisonniers, etc

      Droite des valeurs.

      Bordel.


    • #1540715

      @Noname1776

      Sous les pavés la terre.


    • #1540893

      Bravo Zorro vous avez résumé ma pensée.
      L’école a été une énorme perte de temps pour moi et j’ai commencé à me développer véritablement en dehors de l’école.


  • Je consomme pratiquement tous mes fruits et légumes bio, j’ai un magasin bio près de chez moi. J’essaie autant que possible d’acheter les produits français, je retrouve des saveurs oubliées depuis bien longtemps, des fruits sucrés etc. et je peux manger la peau des fruits où se trouve beaucoup de nutriments
    Je pense que l’agriculteur bio est dans une démarche de qualité ce qui fait la différence. Le prix à payer ne me rebute pas, même si c’est vrai que pour des familles modestes le prix peut être prohibitif, je pense qu’il vaut mieux moins consommer mais mieux. La nourriture c’est notre santé.
    De plus si on produisait bio en France, cela permettrait de repeupler les campagnes car le bio nécessite plus de main d’œuvre.

     

    • #1540312

      Je ne supporte pas la dénomination "bio" parce que (bio=plus chère) ce qui est un paradoxe .Le bio c’est du normal et le reste c’est de l’industriel ou de la merde (au choix) qui devrait être à un prix dérisoire. Mais on a embarqué les gens dans ce système pour mieux les baiser .Une épicerie à l’époque vendait des produits de saison de son jardin ,avec le marché des alentours de petits producteurs ou des paysans qui vendaient leurs petites productions.Et qui a tué tout ce beau monde ?? les grandes surfaces qui nous vendent très chère les produits industriels ,et encore plus chère les produits normaux ,appelés pompeusement "bio". La boucle est bouclée et les prix aussi .


    • #1540431

      Le bio : un truc pour les bobos parisiens...
      Parlez de ce que vous connaissez (lignes de métro, voies pour les bus, etc...) ! Laissez l’agriculture aux professionnels.

      Vos idées pour repeupler les campagnes, vous pouvez vous les garder !


    • #1540436

      @ dixi : ne penses tu pas que l’augmentation de la population de notre pays y est aussi pur quelque chose ?
      Si vous voulez manger bio, local, en circuit court y en a un paquet qui vont claquer de la gueule !

       

      • #1540586

        Ca a pas augmenté tant que ca non plus... les fluctuations de prix sur la nourriture sont artificielles, regardez la revolution, au debut famine, à la fin conquete de l’Europe, pourtant c’est le meme peuple sur les memes terres avec les memes methodes... La politique peut choisir le prix par son action, et d’ailleurs elle le fait, c’est bien le probleme car ca va pas dans le sens du peuple comme pour la plupart de ses actions. Sinon d’accord pour le court-circuit, c’est d’ailleurs la seule solution, et point bonus si vous faites ca sous la table (les impots sont une arnaque dans un monde ou on imprime l’argent).


    • #1540493

      le mieux perso : jardin indépendant
      après > marché, magasin MAP etc...
      le bio on le droit à 10 à 20 % utiliser produit chimique.
      DONC bio la plupart c’est bof ... donc attention car monsanto à des part de marché dans le bio.

      j’aime pas ce mot !
      il y a 15 ans ou 20 ans cela n’existait pas ce mot ... au nom parce que c’est naturel ^^ = plus chère l’arnaque.


    • #1540536

      Cultiver du bio c’est bien, mais faut il encore que la zone soit protègée des traitements des autres plantations aux alentour. Tout est contaminé dans ce pays, il faut aller dans des zones très reculées pour ne pas trouver des terres polluées au round up et autre saloperie de l’industrie phytosanitaire.

      Le pire étant les épandages par avion. Un coup de vent ? Hop tout le voisinage en profite.


    • J’ai du mal à comprendre certains commentaires.
      1) @ fabrice21 je ne suis pas un bobo, je n’habite pas Paris, le site est libre, chacun peut s’exprimer, si mes idées ne vous intéresse pas, elles peuvent être pertinentes malgré tout.
      2) @dixi le terme bio vient après l’agriculture industrielle et signifie un changement radical, plus de pesticide ni d’engrais chimique. Donc si le label est respecté c’est une bonne chose, car comment garantir un produit "sain" sans ce label aujourd’hui ?
      3)@merde je n’ai pas dis que le bio c’est le graal et qu’il n’y a rien d’autre, je me suis essayé à un peu de culture de tomate et de fraise, mais ça demande un peu de connaissance, d’espace. En attendant je ne vais pas mourir de faim avec ma femme et mes trois gosses ...
      Tout ce que je voulais dire c’est que le bio est effectivement meilleur, sans aucun doute selon moi. J’achetais avant en grande surface et ce n’était pas bon du tout ; fruits sans aucunes saveurs ni sucres. C’est un témoignage rien de plus et pour atteindre un objectif noble il faut des étapes, le bio en est une.


    • #1540582

      Voilà un débat urticant ! @Ben, voilà quelques années, j’aurais posté le même message que toi ! Et puis, je me suis lancé dans l’apprentissage du maraîchage en AB. J’ai appris plusieurs choses : Qu’il est aujourd’hui possible de faire du Bio-industriel. Le cahier des charges évolue, et il est de plus en plus laxiste depuis sa création. Agriculture bio, ne veut pas dire non-polluante, ni produits sains. Exemple : En agriculture dite conventionnelle, les engrais solubles (chimiques) sont couramment utilisés à outrance. En agriculture bio, je peux très bien faire la même bêtise avec des engrais organiques. Utilisés à outrances, je pollue tout pareil, mais je suis bio. De plus, incohérence, les engrais organiques sont souvent élaborés notamment à partir des fientes de volailles élevées en batteries au brésil. Je ne veux pas dire qu’il faut arrêter de manger bio, mais j’aimerais simplement faire redescendre du pied d’estale sur lequel il est souvent placé, ce label qui n’a qu’une seule signification claire : pas de produit chimique de synthèse. Ce qui n’ai déjà pas rien, je suis d’accord. En fait, c’est un véritable amalgame - Au secours, encore un !!! - qui est fait entre l’agriculture bio et l’agriculture saine et durable. On peut sans problème tuer des sols, tuer les abeilles, maltraiter les animaux, par de multiples moyens mêmes en agricultures bio.
      De plus, une des incohérences du label et qu’il ne concerne absolument pas la provenance du produit. C’est à dire qu’acheter des tomates bio en hiver cultivées au Maroc est chose courante ... mais aberrante. Et cela ne participe pas à repeupler nos campagnes. En fait, c’est davantage le circuit court, plus que le label bio, qui le permettrait.
      Enfin, j’ai l’impression que ce label participe à scinder les paysans entre eux, comme si les sujets de divisions n’étaient pas suffisamment nombreux, à un moment où l’unité serrait un atout majeur. Et ce n’est pas les réflexions faites un peu plus bas qui me feront changer d’avis.


    • #1541273

      @ Ben : Tu n’es pas un bobo ? mais le discours s’en approche.
      As-tu déjà visiter une exploitation agricole ? (pas celle où tu as loué un gite pour tes vacances d’été, une vrai) As-tu déjà parler avec un agriculteur de son métier de ses valeurs ?
      Penser que l’agriculture conventionnelle est synonyme d’industrielle est une énorme connerie, quand j’entend parler d’épandages par avion c’est n’importe quoi !
      Tu ne crois pas les médias sur les attentats, sur la Syrie, sur Poutine ! Mais quand ils te servent un reportage sur l’agriculture c’est forcément vrai ?

      Je t’encourage à aller voir les producteurs et a créer tes propres circuits courts au lieu d’acheter des produits étrangers dans ta biocoop.


    • @ Bruno, j’ai posté mon message pour affirmer que les fruits bio que j’achète sont meilleurs que les non bio. Sinon je ne paierai pas 30% plus chère !
      Je n’ai pas dit non plus que tout les agriculteurs bio sont des saints, mais je pense que tout comme toi, certains sont dans une démarche de qualité et que in fine cela se ressent dans le produit. Il m’est arrivé une fois d’acheter des pommes bio cultivées en France chez Leclerc, je n’avais jamais ressenti une telle saveur, incroyable. (c’était de petites pommes que je n’ai jamais pu retrouver une seconde fois malheureusement)
      Ensuite il faut bien lire mon post, j’essaie toujours d’acheter français (en bio mais également d’autres produits de consommation courante). Le bio nécessite de plus petites surfaces et plus de main d’œuvre en général. Après je ne fais pas une fixette sur le bio, pourquoi pas un label permaculture et plus tard plus de label du tout quand tous les produits toxiques seront supprimés de l’agriculture.
      @ Fabrice 21 tu me juges sur quelques phrases, c’est incroyable.
      Oui j’ai déjà visité une exploitation agricole, celle d’une éleveuse de vache à lait amie de ma mère. Ma mère est née dans une ferme à Haims dans la Vienne. J’ai passé tous mes été depuis mon enfance dans le village où a grandi ma mère, c’est "mon pays", tout le monde me connaît, je connais tout le monde, ma mère y a pris sa retraite, mes deux frères y vivent.
      J’achète mon mouton chez l’éleveur du village, du fromage de chèvre du gars du coin, et maintenant le miel depuis qu’un jeune apiculteur vient de s’y installer.
      Je respecte les agriculteurs, ce sont de braves gens qui travaillent dure. L’amie de ma mère éleveuse a fait une grave dépression car son métier l’enfermait dans une routine, que son mari n’était pas très jovial et qu’elle ne voyait que peu de monde, alors que c’est une femme remarquable. elle a pris un boulot "en ville" pour changer d’air et elle va mieux.
      Je n’ai jamais été dans un gite.
      Quand je parlais d’agriculture industrielle (je n’ai pas parlé d’épandage par avion) je pensais aux grosses exploitation. J’habite près de Saclay dans l’Essonne où subsistent des céréaliers. Un jour où je faisais du vélo dans les champs, j’ai senti une odeur particulière désagréable, j’ai aperçu un agriculteur dans son tracteur épandant un engrais ou autre, il portait un masque !!!
      Les produits qu’ils épandent sont extrêmement nocifs, donc le problème existe.
      Pour finir je n’achète quasiment pas de fruits et légumes étrangers


    • #1541471

      @Fabrice 21 : Premièrement les produits bio ne sont pas destinés et achetés uniquement par les bobos. Ils ont bon dos les bobos ! Et si on disait simplement que ceux qui en achètent veulent simplement être assurés de ne pas avaler de pesticides ..., non ?

      Je suis entièrement d’accord sur le fait qu’il y ait des paysans honnêtes, droits, qui polluent le moins possibles, et qui vendent des produits de qualité SANS ETRE BIO.
      Mais si l’état dépense aujourd’hui plusieurs milliards d’euros pour dé-nitrifier l’eau qui coule dans nos robinets, c’est pas parce que les mouches ont pissées dedans !!! C’est bien que l’agriculture française, si martyrisée soit elle, commet des erreurs. A un moment donné, il va falloir l’assumer. Je dis bien l’agriculture française en générale, bio et non bio !
      Il y a des cons d’agriculteurs bios, mais aussi des cons d’agriculteurs conventionnels.
      J’ai vu des champs entiers désherbés au round-up, j’ai vu des élevages hors sol. Pas besoin d’avion pour ça. C’est comme dans tout, il y a de super bon agriculteurs non bio, mais il y a aussi des agriculteurs qui font de la merde. De la vrai !

      Acheter bio, ça signifie quand même, acheter à un producteur qui n’utilise pas ces produits chimiques ! Et si ses voisins en mettent, et bien il a tout de même le droit d’être valorisé de ne pas en avoir mis LUI.

      Signé, un ouvrier agricole qui a l’ambition de devenir agriculteur ! Et non, je ne suis pas un bobos ! Et je travaille dans une ferme dont la production n’est pas labellisée en AB.


    • #1542103

      @Ben : Les produits que tu achètes aux agriculteurs vers Haims ils sont bio ?
      Le bio est un instrument de plus qui sert à la division, que ce soit entre agriculteurs ou consommateurs. La preuve, j’imagine que l’on partage beaucoup de point de vu, si on échange sur ce site ? et pourtant nos avis sont totalement opposés sur ce sujet ...

      Une simple étiquette ne vous protégera pas !

      Bonne continuation, j’espère que le réseau SolidER réussira à mettre sur pied de vrais circuits courts pour les patriotes et par les patriotes...


    • #1542296

      @Fabrice21
      Le bio, agriculture naturelle, n’est pas mauvais en soi, il est simplement récupéré par le saint Marché, comme tout. L’exploitation du système qui en est faite ne signifie donc pas forcément que la démarche à la base est mauvaise. Pour une raison ou une autre, sans doute parce que tu travailles dans le milieu sans être agréé bio et que tu en chies, tu sembles rester aveugle aux problèmes de santé et environnementaux liés aux pesticides.
      Dans ces conditions, insulter les autres de bobos (sur ce site en plus !) pour combler ta frustration ne résoudra rien ; tout n’est pas blanc ou noir. On n’est pas obligé, juste pour emmerder les gauchistes, de faire tout le contraire et de se gaver de légumes dégueulasses (car oui les légumes dégueulasses existent, ne fais pas semblant de ne pas le voir), de polluer comme des cons, de jouer les gros durs désagréables, etc.

      Je me demande d’ailleurs ce que tu fais ici, car pour rappel "Au bon sens" qui propose des produits bios est une des clés de voute de l’économie d’E&R.

      Pour terminer, je propose que tu nous présentes ta vision de l’agriculture en prenant en compte le problème des pesticides, plutôt que de râler.


    • #1543382

      Pour ce qui est des légumes dégueulasses c’est vrai ça existe, autant dans le bio qu’en conventionnelle. J’ai déjà mangé et bu des trucs bio bien dégueulasses...
      Ce que je fais ici ? Je suis adhérent et toi ?
      J’espère qu’ER traitera un jour le sujet de l’agriculture, comme ils savent le faire sur d’autres sujets, et on en reparlera.

      Eteignez votre télé, allez rencontrer des agriculteurs.

      Bisous


    • #1544200

      @Fabrice21
      Moi ? Je suis adhérent également et j’ai un bon paquet de livres de Kontre Kulture pour soutenir en plus la cause ;)
      J’ai déjà rencontre des agriculteurs oui. Et ?
      J’ai même un bon bouquin intéressant datant de début 80’ répertoriant de nombreux producteurs bio à travers toute la France (on y voit d’ailleurs les tarifs, assez dérisoires par rapport à aujourd’hui), ce qui nous rappelle que l’agriculture naturelle s’épanouissait déjà il y a plus 30 ans, et n’a pas attendu les bobos que tu dénonces pour exister. Simple logique de toute façon, il est évident que le bio est la base de l’agriculture depuis la sédentarisation des hommes et que le "conventionnel" n’est qu’un phénomène récent, tandis que notre époque d’inversion des valeurs nous présente le naturel comme phénomène de mode et le "conventionnel" comme base agricole fiable.

      Bien sûr qu’il y a des goûts dégueulasses en bio ; mais j’utilisais le terme dégueulasse en parlant des aliments blindés de pesticides et autres saloperies. Ma réflexion se situe au niveau de la santé.

      Et je remarque que tu n’as pas réagi à ma proposition de donner ta vision des choses, sur la problématique agriculture au niveau national, avec prise en compte dans cette réflexion des différents intrants nocifs pour la santé. Tu attends juste que E&R fasse le boulot à ta place, c’est dommage. La critique c’est bien, mais si tu ne proposes rien... Si tu es adhérent tu peux donc aussi proposer des articles. Pourquoi ne pas en faire un sur ta vision de l’agriculture ?


  • #1540622

    Le raisin blanc "italia", le raisin des pauvres, couramment vendu 5 euros le kilo ! Bientôt ils vont vendre les grains à l’unité !


  • #1540627

    Les fruits et les légumes "bio" vendus 75% plus chers que les conventionnels ! Arnaque magnifique dont sont victimes d’abord les gonzesses, "si intelligentes" ! On comprend pourquoi les voyous des "grandes surfaces" se sont précipités sur le "bio" .


  • #1540680

    Les mauvaises conditions météo ont bon dos ! C’est comme l’explosion du prix des denrées alimentaires, notamment du blé, qui avait suscité des émeutes de la faim un peu partout dans le monde il y a une dizaine d’années de cela...dans les médias on nous rabâchait constamment les oreilles avec des histoires de mauvaise météo, de stock mondiaux de céréales en chute...pour ensuite apprendre que des gusses (toujours les mêmes) achetaient des millions de tonnes de denrées pour les retirer du marché (les stockaient) créant ainsi une fausse pénurie et pouvant ainsi spéculer...
    Pour les fruits je parie que les agriculteurs n’ont pas touché un kopeck en plus malgré l’explosion des prix...encore une magouille de plus dissimulée derrière la "météo"...


  • #1540743

    Tout ce qui vit est "bio"... !


  • #1540768

    Bonjour
    si vous etes allé en espagne cet été vous avez comme moi le prix tout à fait correct des fruits et legumes ;
    c’est bien un problème franco français


  • #1540967

    « Les mauvaises conditions météorologiques expliquent en partie ces prix records »
    Les épandages par chemtrails des avions de l’otan expliquent l’autre partie.