Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Paris : plusieurs centaines d’antifas tentent de perturber un meeting de Marine Le Pen

Tensions autour du meeting de Marine Le Pen. De brefs heurts ont opposé ce lundi en début de soirée des militants anti-FN aux forces de l’ordre à proximité du Zénith de Paris, où la candidate organisait un grand rassemblement.

 

Une centaine de personnes s’étaient rassemblées, à l’appel de collectifs antifascistes ou d’extrême gauche, dans ce quartier du nord-est de Paris, quadrillé par d’importants contingents de forces de l’ordre. Peu après 19h30, plusieurs dizaines d’entre eux, visages masqués pour certains, ont voulu avancer dans le parc de la Villette qui entoure le Zénith mais en ont été empêchés par un déploiement policier.

Lors d’un face à face tendu, les manifestants ont scandé « Tout le monde déteste le FN », « Tous les flics sont des fachos », « Flics, violeurs, assassins », allumé des fumigènes et lancé quelques projectiles (bâtons de bois, canettes...) sur les forces de l’ordre, qui ont riposté avec des grenades lacrymogènes.

Les manifestants ont finalement été éloignés du Zénith, les affrontements prenant fin peu avant 21h. Vers 21h10, 200 personnes jouaient au chat et à la souris avec les policiers aux abords de la porte de Pantin.

 

Gilbert Collard visé par des projectiles

Plus tôt dans la soirée, vers 19h, l’arrivée du député du Gard apparenté FN Gilbert Collard, a déclenché quelques jets de projectiles. Un cocktail molotov a notamment été lancé, sans toutefois approcher le député, protégé par le cordon de policiers déployé aux abords du parc et sous escorte du service d’ordre du FN.

 

 

Lire la suite de l’article sur leparisien.fr

 


 

Une femme fait irruption sur scène

 

 

En plein discours de la candidate frontiste, une femme a fait irruption sur la scène du Zénith de Paris. Elle a rapidement été plaquée au sol par le service d’ordre. Immédiatement, Marine Le Pen a accusé les « extrémistes d’extrême gauche ».

 

 

Lire l’intégralité de l’article sur lexpress.fr

 


 

Plusieurs centaines de personnes ont défilé dimanche 16 avril entre Aubervilliers et Paris pour protester contre le meeting de Marine Le Pen prévue lundi 17 avril au Zénith.

La manifestation qui s’est rendue d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) à Paris dimanche 16 avril s’est déroulée aux cris de « Pas de quartier pour les fachos ! Pas de fachos dans nos quartiers ! ». « Paris-banlieue contre le FN », pouvait-on lire sur la banderole de tête du cortège, composé d’environ 400 personnes. La manifestation s’est déroulée à l’appel de plusieurs organisations syndicales et politiques de gauche radicale, dont Solidaires, le Nouveau parti anticapitaliste, « Action antifasciste Paris-banlieue » et des collectifs de sans-papiers, à la veille du meeting que doit tenir la candidate du Front national Marine Le Pen au Zénith, porte de la Villette.

« Solidarité avec les réfugiés », « Le fascisme c’est la gangrène, on l’élimine, ou on en crève », scandaient les manifestants. De brefs heurts ont éclaté vers 16h aux abords du parc de la Villette quand une cinquantaine de manifestants vêtus de noir et le visage masqué ont lancé des fumigènes et projectiles sur les forces de l’ordre, qui ont riposté avec des gaz lacrymogènes.

Lire la suite de l’article sur rtl.fr

En lien, sur E&R :

La violence antifasciste comme outil politique,
chez Kontre Kulture :

 






Alerter

40 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents