Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Prison : "Presque chaque détenu possède un portable, certains en ont plusieurs"

Un détenu de Béziers qui s’est filmé en direct de sa cellule, via l’application Periscope de son téléphone, a écopé de six mois de prison supplémentaire. Pourtant, il n’est pas rare de trouver des téléphones portables en prison. Arthur, journaliste et ancien surveillant pénitencier, assure même qu’il y en a autant que de prisonniers.

 

En 2009, Arthur passe le concours de surveillant pénitentiaire avec pour objectif d’écrire un livre sur la réalité des prisons en se mettant Dans la peau d’un maton (nom du livre issu de son expérience, NDLR). Au cours des mois qu’il passe dans les maisons d’arrêt de Fleury-Mérogis, d’Orléans et au centre de détention de Châteaudun, il constate que les détenus possèdent tous, ou presque, un téléphone portable.

 

Quelle place ont les téléphones portables au sein des prisons françaises ?

Officiellement, ils sont interdits, mais en réalité, ils sont omniprésents. Il y a quasiment un portable par détenu. Certains en possèdent même plusieurs tandis que d’autres font office de « mules » : ils gardent les portables des autres cachés dans leur cellule, en échange de protection.

Lire aussi : Un détenu filme une soirée prison

Les téléphones servent essentiellement à appeler la famille et les amis. Mais aujourd’hui, avec les smartphones, ils vont aussi beaucoup sur Facebook – ce qui n’était pas le cas à l’époque où j’étais surveillants, car ce type de téléphone n’était pas aussi répandu. Les réseaux sociaux permettent encore plus de maintenir les liens avec l’extérieur. Il n’est pas rare de voir des profils Facebook de détenus qui montrent les conditions de détention.

 

Comment les portables entrent-ils dans les prisons ?

La plupart des téléphones entrent par le parloir : ils sont amenés par la famille. Certains modèles sont privilégiés pour leur composition, car ils ne sonnent pas aux portiques de sécurité. Beaucoup entrent aussi grâce à la corruption des surveillants – ce à quoi je n’ai jamais été confronté directement, mais de nombreux témoignages vont dans ce sens. Enfin, comme l’argent ou la drogue, certains téléphones sont projetés au-dessus du mur du centre par des complices et atterrissent dans la cour de promenade.

Lire la suite de l’article sur lexpress.fr

La prison, instrument répressif d’une justice à l’envers, voir sur E&R :

Des prisons avec des droits communs et des politiques,
à lire chez Kontre Kulture :

Sur la justice et le droit, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • .... Plus les yaourts aux fruits de la passion et l’abonnement canal+ ! est-ce que c’est encore de la prison, dans le sens coercitif du terme ? .... On en doute.

    En Angleterre, les prisonniers sont évalués et les les plus durs n’ont pas le droit à la télé, (sauf si reprennent une bonne conduite sous un laps de temps) ; beaucoup de choses seraient à revoir .....


  • On voit bien ici que la France construit de plus en plus de prisons,
    et à défaut de construire une économie pour permettre à tout le monde de travailler, on construit des prisons pour enfermer les délinquants qui n’ont pas pu trouver de travail.
    Joli developement économique !!!! Vive les sionistes !!!

     

    • Vous plaisantez ? Ça fait 15 ans que des voix s’élèvent dans le désert pour réclamer la construction de nouvelles prisons : on a la même capacité que la Belgique, un pays de 12 millions d’habitant qui délèguent une partie de ses peines d’incarcération à des pays du Maghreb par manque de place ! La société Française est en passe de devenir aussi violente que la société étasunienne et là-bas ils ont un taux d’incarcération 6 fois supérieur au notre (qui nous mettrait à 450 000 détenus).
      Il n’y a pas d’innocent en prison, ou presque, certains y sont pour s’être opposé plus ou moins pacifiquement au pouvoir politique ploutocratique comme à l’époque de la Bastille, mais ils demeurent l’exception qui confirment la règle.

      Ce que révèle cet article c’est juste la progression inéluctable des "valeurs" postmoderne de Michel Foucault : abolir toutes les frontières, y compris celles entre la liberté et la captivité, les coupables et les innocents, et au final entre le bien et le mal. Ce qui est justement et incontestablement une des causes structurantes de la décomposition de la société, de la perte des repères moraux et de l’explosion de l’ultra-violence.

      Après tout pourquoi donc empêcher un mafieux dangereux de continuer à mener son bizness en surveillant ses communications après qu’il ait été arrêté et condamné ? A quoi sert la prison si ce n’est à retirer de la société les sociopathes pour les empêcher de nuire ?

      Au bout de la logique postmoderne, il n’y a plus ni barrières, ni barreaux, ni frontière, le monde est devenu la prison et l’enfer dont tout un chacun sera prisonnier peu importe ce qu’il aura fait.
      C’est vrai que le déterminisme joue un rôle relativement faible dans la construction de la psychologie humaine et la formation de l’opinion : en 30 ans de propagande de la culture de l’excuse, nombreux sont ceux qui sont prêt à accepter l’enfer postmoderne au nom de la "justice sociale".


  • Il n’a pas été condamné parce qu’il a un portable, mais parce qu’il s’en est vanté. C’est ça, l’état de droit, de nos jours...


  • Les Droits de l’homme quoi...


  • Franchement, c’est si compliqué de déployer des brouilleurs de réseau au niveau des prisons ?
    gouvernements de demeurés !

     

  • Quasiment mieux que le Club Méditerrané, et en sus au frais du contribuable.

     

  • Les prisons ressemble de moins en moins à des prisons.
    Faut voir aussi les "prisons" au USA pour personnalité select , sauna, cellule-quasi-villa, internet et compagnie...

     

    • En effet, cela vient de la législation.

      Par exemple, la fouille n’est permise aujourd’hui que si l’on a des soupçons fondés avec plusieurs critères cumulatifs (que le détenu soit coutumier de détention de portable , qu’une information selon laquelle le détenu est en possession de portable).

      Je vous épargnerai le laxisme à l’égard des détenus mineurs, vous hallucineriez...


  • Au début des années 2000, il y a eu un énorme scandale à propos de la condition des détenus. Livre d’un médecin, visite d’une commission de députés : rien n’a changé. A terme l’objectif est la privatisation des prisons. Pas la punition, pas la réinsertion, pas l’amélioration des individus... L’unique but c’est la détention, sans trop de problèmes, sans coûts supplémentaires (une mutinerie c’est du bénéfice en moins). Donc le taulard doit vivre dans les mêmes conditions que dans son ghetto d’origine. Il faut qu’il bouffe, baise, soit violent et communique de la même façon. La seule nuance ce sont les murs d’enceinte.

    De son côté le peuple paye et subit.


  • C’est ce qui explique les chiffres de la délinquance (assez honteux pour le pays) : il n’y a plus de police, il n’y a plus de justice, et à la fin, il n’y a plus de prison.
    Police faible, méprisée, sous-équipée déviée de ses taches premières, justice débordée et laxiste, peines raccourcies dans des prisons "tout confort" (et puis les passages en prison deviennent des galons chez les petits voyous).
    Franchement, en France, quels sont les risques de devenir dealer ou braqueur ? Quasiment aucun, d’autant que la population civile est désarmée, et vitupérée à la moindre réaction de self-défense.
    Le "jeu" du gendarme et du voleur d’antan n’existe presque plus.
    Les raisons de ce délabrement sont profondes, complexes et nombreuses. Mais il est en quelque sorte "voulu" depuis les années 80 : maintenir la population en état de stress et de peur, division de la population... C’est aussi de "l’ingénierie sociale".


  • Les prisons sont ras la gueule donc on les laisse avec leur téléphone et leur chichon histoire d’éviter les émeutes et l’embrasement des prisons.
    A mon avis c’est le côté sordide de l’histoire.


  • Un opérateur de marché libre est-il un opérateur de marché en prison ?


Commentaires suivants