Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Propagande sexuelle à l’école : "Pour la première fois, des élèves expriment leur dégoût"

Le scandale du sexe et de la pornographie dans les livres scolaires obligatoires s’étend dans le silence des parents d’élèves, des associations de parents et des autorités religieuses. Il touche tant les écoles publiques que l’enseignement catholique.

 

« Je sais qu’il y a deux scènes de viols, dont une sur une mineure. Je crois aussi qu’il y a une tournante dans une cave. Dès le début, ils présentent le personnage comme une bête de sexe. Il est marié mais sa femme ne lui suffit pas, alors, il a une garçonnière où il se rend pour voir d’autres femmes la nuit. Je n’ai pas tout lu. » Le personnage était « une bête de sexe ».

 

Le scandale des ouvrages scolaires

La jeune fille qui parle est aujourd’hui âgée de 18 ans. Mais de quoi parle-t-elle ? D’un livre dont la lecture a été imposée par l’un de ses professeurs à toute sa classe de seconde, il y a trois ans, pour « l’étudier ». Ce livre, c’est L’Invention de nos vies de Karine Tuil. On y trouve de nombreuses scènes de pornographie.

C’est un scandale sans nom. Mais il y a plus grave : cela s’est passé dans un établissement de l’enseignement catholique de Rennes : l’Assomption. « Le sexe » abordé sous des traits nauséabonds dans une école catholique bretonne…

Lorsque les faits se produisent, Tiphaine n’a que 15 ans. Cette lecture imposée la choque terriblement, au point qu’elle sera victime de crises de larmes à répétition, d’insomnies fréquentes, de troubles divers.

À l’époque, la lettre d’excuse qu’elle reçoit de Pascal Balmand, le secrétaire général de l’enseignement catholique à Paris ne change pas grand-chose. Le mal est fait. Trois ans après, Tiphaine, que nous avons interviewée en exclusivité, reste toujours profondément choquée. « Je ne pourrai jamais oublier cela », nous a-t-elle déclaré.

 

À « Saint Vincent » aussi…

Toujours à Rennes, il y a peu, c’est un établissement considéré comme un fleuron de l’enseignement catholique – Saint-Vincent-la-Providence – qui a fait étudier à des élèves de 3e un livre du même acabit. Un ouvrage de Gilles Paris, Autobiographie d’une courgette… Interviewée à visage caché, la mère d’un enfant de 13 ans nous a dit être révoltée par ce que l’on a fait étudier aux élèves.

 

Livres, sexe et … réactions ?

« Une amie m’a raconté que dans une école de la région, on avait emmené des élèves voir une pièce de théâtre à la fin de laquelle les acteurs se sont promenés, nus, dans la salle, enjambant les fauteuils dans lesquels avaient pris place les élèves… »

Armel Joubert des Ouches et Jeanne Smits, qui ont travaillé plusieurs semaines sur cette enquête, ont également pu obtenir le témoignage de ce professeur d’anglais d’un établissement catholique du Val-de-Marne, scandalisé par l’absence de réaction tant de la direction du lycée dans lequel elle travaille que des autorités ecclésiastiques. Notre équipe a tenté d’obtenir des explications auprès de l’évêché de Rennes et auprès des services de Mgr Pierre d’Ornellas, en vain…

 

Généralisation de la pornographie et loi du silence dans les écoles catholiques et publiques

Dans les établissements publics et privés sous contrat, les cas de ce genre se sont multipliés ces dernières années sans que la presse n’en fasse état.

Pour Pierre de Laubier, professeur et auteur du l’ouvrage L’école privée… de liberté, il est presque « normal » que des livres comme ceux-là circulent. « L’administration de l’enseignement catholique est un mille-feuilles, tout est fait pour que l’on ne comprenne rien. Par ailleurs, l’école est pieds et poings liés avec l’Education nationale et dès qu’il y a une affaire, tout le monde est mis en cause. Il y a une loi du silence. »

Dans cette enquête qui a emmené Reinformation.TV de la Bretagne à la région parisienne, vous entendrez également le témoignage d’un directeur d’école qui explique comment on en est arrivé là.

Une enquête exclusive d’Armel Joubert des Ouches et de Jeanne Smits.

 

 

À ne pas manquer :

À ne pas manquer non plus :

 

À lire de toute urgence, chez Kontre Kulture :

Sur la pornographie, chez Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

58 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • C’est seulement maintenant qu’"on" se plaint ? C’est dire la dégradation de notre pays en l’espace de quelques décennies :/

    De plus, je note qu’on parle ici d’écoles dites catholiques.... catholiques de quoi au juste ? S’il s’agissait encore de l’école publique (donc totalement dépendante du ministère).... Mais là on parle d’établissement semi-indépendant (je fais court), et personne ne s’offusque ?.....

    Enfin le plus grave dans tout ca, la réaction ou plutot l’absence totale de réaction de la part des parents..... Perso je n’ai pas d’enfants, mais le premier qui propose CA à mes enfants....

     

    Répondre à ce message

  • Pour confirmer les propos de E&R et de Marion Sigaut voici une video qui traite au début d’une simple affaire et qui se retrouve avec des affaires de criminelles dont la pédophilie , il est vraiment question de complot a grande echelle ( qui peut être comparer a un immense navire d’abattage industriel de troupeau ).
    https://youtu.be/KyHIZ5-40fQ

     

    Répondre à ce message

  • Félicitations pour l’affiche en tout cas, les corps des enfants remplacés par les colonnes de stats des """experts""" de kinsey...donnent bien le ton. Pas évident sur un sujet pareil de viser juste, il y a vraiment du talent chez ER.

     

    Répondre à ce message

  • Il y a un livre qui a traumatisé des jeunes filles dans les années 60-70-80, c’est "les Jeunes Filles" de Montherlant, qu’elles lisaient librement et à cause du titre (la jeune fille est très centrée sur elle-même) sans savoir que l’écrivain était homosexuel et n’aimait pas les femmes.
    La vision qu’il a des jeunes femmes dans ce roman épistolaire (bien écrit) est méprisante ou condescendante, et même vaguement dégoûtée.
    C’était rabaissant pour certaines filles que ce livre a marquées. Et il n’y avait aucune scène de sexe.
    Alors on imagine la détresse d’une adolescente d’aujourd’hui.

     

    Répondre à ce message

  • Dans certains pays Arabes gouvernés par les frères musulmans, ils importent des livres wahabites qui interdisent tout et qui font l’apologie de la mort et de la destruction. En occident c’est l’inverse ; des livres qui autorisent tout et font l’apologie du sexe et de la perversion...deux faces d’une même merde, les ultras des deux bords se rejoignent.

     

    Répondre à ce message

  • Merci de relayer. Je suis père délève et au collège Notre Dame des Oiseaux à Verneuil sur seine un professeur de SVTde 4e explique aux élèves ce qu’est une éjaculation nocturne et relève qu’il est normal pour les garçons de se masturber le soir... INADMISSIBLE

     

    Répondre à ce message

  • #1705485

    Evidemment que cette libéralisation des mœurs, cet étalage écœurant de chairs jouisseuses est pénible, regrettable et préjudiciable. Mais il ne faudrait pas non plus tomber dans des excès de pudibonderie. Doit-on arrêter d’enseigner Les Liaisons Dangereuses parce que Cécile se fait violer par Valmont ? Doit-on arrêter de faire lire L’Âne d’or parce qu’Apulée y relate une scène zoophile ? Nos classiques, tant français qu’antiques, sont traversés d’allusions sexuelles, certes souvent moins brutales et plus fines que ce qu’il nous est donné de voir étalé aujourd’hui sur tous les supports possibles, mais pas nécessairement moins marquantes.
    Bien sûr qu’il faut protéger les enfants, ainsi que les adolescents qui sont en construction. Mais on ne peut les maintenir toute la vie dans une bulle. Et on ne doit pas se censurer en s’interdisant de leur faire découvrir notre patrimoine littéraire au prétexte que certaines scènes contreviennent à notre morale puritaine héritée du XIXème siècle. Au passage, le Moyen âge, qui n’avait de moyen que le nom, était bien plus sain dans ses rapports avec la chair...

     

    Répondre à ce message

  • La sexualité relève de la sphère privée, comme la spiritualité. Les deux font partie de la nature humaine, alors il n’y a pas de raison de les traiter différemment. A quand une laïcité pour les questions de sexualité ? Jamais. C’est leur arme pour formater les esprits et nous maintenir dans la servitude volontaire, de nous soumettre aux pulsions animales et d’écarter toute espèce de transcendance. Car transcender, c’est s’élever au-dessus de sa condition. Inacceptable !

     

    Répondre à ce message

  • Des textes écrits par des pédophiles pour des pédophiles, et une classe politique qui veut faire de la pornographie et de la pédophilie des "actes" normalisés ; voilà ce qui nous est montré ici et qui est en train de pourrir la psychologie de nos enfants et notre société dans son ensemble. Nous avons le devoir de lutter contre ces horreurs imposées dans l’éducation nationale en priorité et les ordures qui les cautionnent, et vite.

     

    Répondre à ce message

  • Mais c’est de l’art ! Vous ne comprenez pas ou quoi ! C’est de l’art, capote bite chatte chien animaux.... De l’art ! ! Quand aux "professeurs", que de la merde et rien d’autre ! ! Bientôt la fin de tout cela et pour ceux qui veulent se masturber devt des chats ou entre eux, ce sera HORS DE FRANCE ! ! Monde de merde !

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents