Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Quenelle de Berlin et appel aux dons : pas de prison pour Alain Soral !

Mais 96 025 euros de condamnations en seulement quatre mois...

Ce 18 février 2016 a donné lieu à trois délibérés dans les procès intentés contre Alain Soral. Les peines de jours-amendes (c’est-à-dire de prison) ont été réduites à des amendes simples.

 

Affaire de la Quenelle de Berlin

 

Dans l’affaire dite de la « Quenelle de Berlin », le jugement rendu en première instance le 12 mai 2015 par le tribunal correctionnel de Paris avait condamné Alain Soral à 100 jours-amendes de 100 euros, soit 10 000 euros ou 100 jours de prison, ainsi que 20 021 euros de dommages et intérêts à verser à l’Union des étudiants juifs de France, aux associations J’accuse ! et Mémoire 2000 et à la Ligue des droits de l’homme. Au total, 30 021 euros à payer pour l’essayiste.

Aujourd’hui, la cour d’appel de Paris a transformé la peine de jours-amendes en une amende simple de 5 000 euros. Au total, Alain Soral a été condamné à payer la somme de 20 020 euros.

Alain Soral s’est pourvu en cassation.

 

Le commentaire de Maître Damien Viguier, avocat d’Alain Soral, au sujet de la quenelle de Berlin :

Dans la plus pure tradition de l’art contemporain, il s’agit d’une performance, sous la forme, au sein d’une première œuvre qui s’en trouve ainsi détournée, d’un geste subversif visant à provoquer la réflexion critique du grand public.

Dénoncer, au beau milieu de Berlin-la-Rouge, ville martyr de la guerre et de l’après-guerre, l’instrumentalisation des souffrances de la Seconde Guerre mondiale par une petite mafia de criminels de guerre internationaux, n’a strictement rien d’injurieux, et encore moins dans une connotation raciale, ethnique ou religieuse.

 

Affaire de l’appel aux dons

 

Le 8 septembre 2015, Alain Soral était condamné en première instance par le tribunal correctionnel de Paris à 60 jours-amendes de 50 euros, soit 3 000 euros d’amende ou 60 jours de prison. La plainte émanait du Procureur de la République, qui poursuivait Alain Soral pour avoir affirmé, dans une vidéo de novembre 2013, que des sommes récoltées par des appels aux dons correspondaient au montant d’une amende à payer par ailleurs.

Ce 18 février 2016, la cour d’appel a transformé la peine de jours-amendes en une amende simple de 1 500 euros.

Alain Soral s’est pourvu en cassation.

 

Affaire Kontre Kulture vs CRIF

 

Courant 2015, sur plainte du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), le parquet de Paris a lancé une procédure au tribunal pénal contre les éditions Kontre Kulture. En cause, les cinq ouvrages précédemment attaqués par la LICRA : Le Salut par les juifs, de Léon Bloy, Le Juif international, de Henry Ford, La Controverse de Sion, de Douglas Reed, La France juive d’Édouard Drumont et l’Anthologie des propos contre les juifs, le judaïsme et le sionisme de Paul-Éric Blanrue.

Pour mémoire, dans les deux procédures intentées par la LICRA, le juge des référés du tribunal de grande instance avait condamné le 13 novembre 2013 les éditions Kontre Kulture d’Alain Soral à payer 16 000 euros et à caviarder les quatre premiers ouvrages, mais le juge du fond avait par la suite débouté la LICRA de ses demandes concernant le livre de Blanrue.

En 2015, le procès intenté par le CRIF est donc venu prêter main forte à l’officine antiraciste, en portant l’affaire devant le tribunal pénal.

Ce 18 février 2016, le tribunal a constaté que l’action publique s’était éteinte par prescription. L’affaire a été renvoyée au 15 septembre 2016 pour mise en cause de l’agent judiciaire du Trésor. Le tribunal statuera à cette date sur la demande d’indemnisation des éditions Kontre Kulture pour procédure abusive. 

 

Une pluie de condamnations

 

Rappelons que les délibérés de ce jour interviennent dans un contexte judiciaire extrêmement chargé pour Alain Soral. Ces dernières semaines, pas moins de trois condamnations se sont déjà abattues sur l’essayiste dans un effort concerté du pouvoir politique, médiatique et judiciaire pour le réduire au silence par la ruine économique.

Le 7 octobre 2015, le journaliste sioniste Frédéric Haziza a fait condamner l’écrivain à 24 505 euros en appel pour des propos tenus dans l’entretien du mois de novembre 2012.

Le 10 février 2016, Alain Soral était condamné en première instance par le tribunal correctionnel de Paris, à payer 33 000 euros pour un article consacré à Frédéric Haziza, qu’Alain Soral n’a pas écrit, mais aussi pour des commentaires laissés par des internautes, dont Alain Soral n’est évidemment pas l’auteur non plus. Le tout sur un site dont il n’est pas le directeur de publication !

Mais ce n’est pas tout : le 11 février 2016, la cour d’appel de Paris a condamné Alain Soral à retirer de la vente le livre Dialogues désaccordés et à payer 17 000 euros à Pierre Bergé dans le procès intenté par le multi-millionnaire pour des propos tenus dans le livre co-écrit avec Éric Naulleau.

 

Au total, en quatre mois, Alain Soral a donc été condamné à 96 025 euros. Et tout ça pour du délit d’opinion !

 

Pour mesurer l’ampleur de l’acharnement judiciaire contre Alain Soral :

Les analyses que le pouvoir veut vous empêcher de lire,
chez Kontre Kulture :

Soutenir Alain Soral en le faisant connaître autour de vous :

Pour soutenir Égalité & Réconciliation :

 

Suivre Alain Soral sur Facebook et Twitter :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

31 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Commentaires suivants