Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Liste des procès en cours impliquant Alain Soral et Égalité & Réconciliation

Dernière mise à jour : 14 juin 2016

Voici un bref récapitulatif des procès en cours impliquant Alain Soral et l’association Égalité & Réconciliation au 14 juin 2016.

 

Les dernières mises à jour et échéances importantes sont indiquées en rouge, ainsi que les montants requis contre Alain Soral ou E&R.

Le total des sommes demandées par les parties adverses s’élève à ce jour à 215 581 euros.

 

Affaire Serge et Beate Klarsfeld

 

Objet : Alain Soral est poursuivi par Serge et Beate Klarsfeld pour « apologie de crime contre l’humanité » pour un message qu’il aurait posté sur les réseaux sociaux.

Commentaire de Damien Viguier, avocat d’Alain Soral :

« On n’a pas trace de ce message, mais on se contente, pour le poursuivre, de le deviner, au vu des commentaires dont il aurait fait l’objet (un friend demande “quel boulot ?”, et un autre lui répond “l’extermination des juifs”). Quelque chose qu’il aurait écrit à propos des époux Klarsfeld, au sujet de leur décoration de l’ordre du Mérite en Allemagne. »

Peine requise : le 6 avril 2016, le procureur a requis trois mois de prison avec sursis contre Alain Soral, et les parties civiles environ 70 000 euros.

Jugement de première instance : le 14 juin 2016, Alain Soral a été condamné à six mois de prison avec sursis et 15 000 euros d’amende.

Alain Soral a fait appel.

 

Affaire Zéon / concours iranien

 

Objet : Suite à la publication le 1er juin 2016 sur le site d’Égalité & Réconciliation des résultats du concours iranien de dessins sur la Shoah, où le dessinateur satirique Zéon a remporté le premier prix, Gilles Clavreul, « Délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme », annonce dans un tweet du 3 juin 2016 saisir la justice à l’encontre d’E&R et de Zéon.

Voir notre article : « Gilles Clavreul "saisit la justice de la publication des dessins sur les sites de Zéon et d’E&R" »

 

Affaire Aymeric Chauprade 1

 

Objet : suite à des propos qu’Alain Soral aurait tenus sur les réseaux sociaux le 31 août 2014, le député européen et membre du « Rassemblement bleu Marine » Aymeric Chauprade porte plainte pour injure publique.

Tribunal concerné : tribunal correctionnel de Paris.

Somme réclamée : 10 000 euros de dommages et intérêts et 2 500 euros de frais de justice, soit 12 500 euros.

Progression : l’audience de plaidoirie a eu lieu le 18 décembre 2015.

Jugement en première instance : le 22 février 2016, Aymeric Chauprade a été débouté de ses demandes.

 

Affaire Aymeric Chauprade 2

 

Objet : Aymeric Chauprade poursuit Alain Soral pour l’avoir qualifié de « fils de pute » dans l’émission Soral répond ! du 6 septembre 2014.

Tribunal concerné : tribunal correctionnel de Paris.

Somme réclamée : .

Jugement en première instance : le 22 février 2016, Alain Soral a été condamné à 10 000 euros de dommages et intérêts et 2 500 euros au titre de l’article 475-1 du code de procédure pénale, soit 12 500 euros au total.

Alain Soral a fait appel.

 

Affaire Aymeric Chauprade 3

Objet : Aymeric Chauprade poursuit Alain Soral pour atteinte à la vie privée pour des propos tenus au cours de l’émission Soral répond ! du 6 septembre 2014.

Tribunal concerné : tribunal de grande instance de Paris.

Somme réclamée : 15 000 euros de dommages et intérêts et 3 000 euros au titre de l’article 700 du code de procédure civile, soit 18 000 euros au total.

Prochaine échéance : l’affaire a été mise en délibéré au 11 mai 2016.

 

Affaire UEJF 1

Demandeur : Alain Soral

 

 

Objet : Alain Soral porte plainte en diffamation suite à une interview de Jonathan Hayoun, président de l’Union des étudiants juifs de France (UEJF), dans laquelle celui-ci affirmait qu’Alain Soral est une source d’inspiration pour les terroristes islamistes.

Tribunal concerné : tribunal correctionnel de Paris.

Progression :
- en cours d’instruction ;
- l’audience de fixation a eu lieu le 20 février 2014 devant la 17ème chambre.
- l’affaire a été renvoyée au 10 juin 2014 pour plaider sur des nullités soulevées par M. Hayoun

Jugement : le 3 juillet 2015, Jonathan Hayoun a été relaxé.

 

Affaire UEJF 2, dite de la « quenelle de Berlin »

 

Objet : plainte de l’Union des étudiants juifs de France et de l’association « J’accuse – Action internationale pour la justice » contre Alain Soral pour avoir fait une quenelle au mémorial de la Shoah à Berlin.

Parties civiles : 10 associations, parmi lesquelles la Ligue française pour la défense des droits de l’homme, l’UEJF, J’accuse !, la LICRA, le BNVCA, Mémoire 2000, SOS Racisme et l’Association des étudiants juifs de Jérusalem Ouest.

Progression :
- l’audience de plaidoirie a eu lieu le 12 mars 2015 (voir la vidéo d’ERTV) ;
- Au total, en incluant les dommages et intérêts, les demandes de publications judiciaires et l’article 475-1 du code de procédure pénale sur les frais de justice, 250 500 euros ont été demandés contre Alain Soral.

Jugement en première instance : le 12 mai 2015, Alain Soral a été condamné à payer 100 jours-amende de 100 euros, soit 10 000 euros, ainsi que 20 021 euros de dommages et intérêts, soit au total 30 021 euros. Alain Soral a fait appel.

Jugement en appel : le 18 février 2016, la cour d’appel de Paris a confirmé le jugement de première instance, avec quelques modifications. Notamment, la peine de jours-amendes a été modifiée en une amende simple de 5.000 euros. Au total, Alain Soral est condamné à payer 20.020 euros.

Alain Soral s’est pourvu en cassation (voir les explications de Maître Viguier).

 

Affaire Pierre Bergé

 

Objet : Pierre Bergé a saisi le tribunal pour faire interdire la fabrication, la diffusion et la commercialisation de l’ouvrage Dialogues désaccordés, d’Alain Soral et Éric Naulleau, où, selon lui, Alain Soral l’aurait diffamé en raison de son orientation sexuelle.

Tribunal concerné : tribunal correctionnel de Paris.

Somme demandée : 55 000 euros de dommages et intérêts et frais de justice à l’encontre d’Alain Soral, d’Éric Naulleau et de leur éditeur.

Progression : l’audience de plaidoirie a eu lieu le 24 mars 2015.

Jugement en première instance : le 12 mai 2015, le tribunal condamne Alain Soral à payer 6 000 euros, dont 4 000 euros d’amende. De surcroît, l’écrivain et son éditeur Hugues de Saint-Vincent (Blanche/Hugo & Cie) ont été condamnés à une amende solidaire de 10 000 euros.

Soit au total, concernant Alain Soral, une condamnation de 16 000 euros (l’éditeur ayant été par ailleurs condamné à verser 3 000 euros, dont 2 000 euros d’amende).

Enfin, le tribunal condamne l’éditeur à caviarder certains passages relatifs à Pierre Bergé du livre Dialogues désaccordés.

Alain Soral a fait appel de ce jugement.

Jugement en appel : dans son jugement rendu le 11 février 2016, la cour d’appel a confirmé la condamnation en première instance, y ajoutant 1 000 euros au titre de l’article 475-1 du code de procédure pénale. Soit, au total, 17 000 euros à payer pour Alain Soral et l’interdiction à la vente du livre Dialogues désaccordés à partir du 11 mars 2016.

 

Affaire Frédéric Haziza 1

 

Objet : suite à l’entretien du mois de novembre 2012 (partie 6) où Alain Soral a qualifié Frédéric Haziza de « con du mois » et détourné la chanson L’Aziza de Daniel Balavoine pour en faire un karaoké dédié au journaliste, celui-ci porte plainte contre Égalité & Réconciliation et Alain Soral (directeur de la publication), le mettant en demeure de supprimer des messages mis en ligne sur le site Internet www.egaliteetreconciliation.fr.

Motifs de la plainte :
- invective constitutive d’une injure et portant gravement atteinte à l’honneur et à la considération de Monsieur Haziza ;
- délit d’injure publique commise envers une personne en raison de son appartenance à une religion déterminée ;
- délit de contestation publique de crime contre l’humanité ;
- délit de provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’un groupe de personnes en raison de leur appartenance à une religion déterminée.

Tribunal concerné : tribunal correctionnel de Paris.

Progression :
- Alain Soral a été convoqué le 10 décembre 2013.
- L’audience du 16 septembre 2014 a été renvoyée au 17 octobre 2014
- Durant l’audience l’audience du 17 octobre 2014, 3 mois de prison avec sursis et 10 000 € d’amende ont été requis contre Alain Soral par le procureur Annabelle Philippe.

Jugement en première instance : le 21 novembre 2014, Alain Soral a été condamné à 6 000 euros d’amende, ainsi qu’à 3 000 euros de dommages et intérêts à verser à Frédéric Haziza, 2 000 euros à verser au même Frédéric Haziza à titre de partie civile (article 475-1 du code pénal), mais aussi à verser à chacune des associations Ligue française pour la défense des droits de l’homme et du citoyen (LDH) et J’accuse ! Action internationale pour la justice (AIPJ) 1 euro de dommages et intérêts et 1 000 euros à titre de parties civiles.
Soit, au total, 13 002 euros.
- Alain Soral a fait appel. L’audience a eu lieu le 17 juin 2015 (voir la vidéo d’ERTV).

Jugement en appel : Par arrêt du 7 octobre 2015, la cour d’appel de Paris a confirmé le jugement de la 17ème Chambre correctionnelle de Paris déclarant Alain Soral coupable de provocation à la haine raciale à l’égard de Frédéric Haziza :

LA COUR (...) confirme le jugement du 21 novembre 2014 en ce qu’il a déclaré Alain SORAL coupable dans les termes de la prévention ainsi que sur la peine pronconcée, (...)
Confirme le jugement (...) le retrait des propos litigieux (...) sous astreinte de 1000 € par jour de retard (...)
Reçoit les constitutions de partie civile de la LICRA, de l’UEJF et de SOS Racisme,
Condamne Alain SORAL à payer à chacune de ces associations une somme de 1 euro à titre de dommages et intérêts,
Condamne Alain SORAL à payer à Frédéric HAZIZA une somme de 3000 euros au titre de l’article 475-1 du code de procédure pénale en cause d’appel,
Condamne Alain SORAL à payer à la LDH et J’ACCUSE AIPJ, une somme de 500 euros chacune au titre de l’article 475-1 du code de procédure pénale en cause d’appel,
Condamne Alain SORAL à payer à la LICRA, l’UEJF et SOS Racisme, chacune, une somme de 1500 euros au titre de l’article 475-1 du code de procédure pénale, au titre des frais exposés devant le tribunal de la cour.

La présente décision est assujettie à un droit fixe de procédure d’un montant de 169 euros dont est redevable le condamné.

En ajoutant quelques amendes accessoires et tous les faux-frais dont la justice a le secret, la somme totale se porte à 24.505 euros.

Suite : le 5 avril 2016, à la demande de Frédéric Haziza, un huissier a signifié à Alain Soral l’organisation d’une saisie-vente de ses biens sous huit jours afin d’obtenir le paiement relatif au jugement en appel du 7 octobre 2015.

 

Affaire Frédéric Haziza 2

 

Objet : suite à la publication le 29 mars 2014 sur le site d’Égalité & Réconciliation de l’article intitulé « Haziza, le juif errant... de rédaction en rédaction », Frédéric Haziza intente un procès à Alain Soral pour injure « à raison de l’appartenance ou de la non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, en l’espèce la religion juive ». (Pour plus de détails, voir notre article consacré à la convocation.)

Tribunal concerné : tribunal correctionnel de Paris

Progression : Alain Soral a été convoqué à la 17ème chambre du tribunal correctionnel de Paris le 9 septembre 2015.

Jugement en première instance : le 10 février 2016, Alain Soral est condamné à payer un total de 33 000 euros.

Alain Soral a fait appel.

 

Affaire Frédéric Haziza 3

Demandeurs : Vincent Lapierre (ERTV) et son caméraman

 

 

Objet : Le 7 mars 2016, alors qu’ils tournent un reportage aux abords de l’hôtel Pullman Montparnasse à Paris où se tient le dîner annuel du CRIF, le reporter d’ERTV Vincent Lapierre et son caméraman sont agressés physiquement par Frédéric Haziza, journaliste sur La Chaîne parlementaire (service public).

Deux vidéos mises en ligne par ERTV attestent de l’agression :
- https://www.youtube.com/watch?v=TZ4i5MGIzI8
- https://www.youtube.com/watch?v=nX3jKryya1k

Progression : le 8 mars 2016, Vincent Lapierre et son caméraman ont déposé plainte au commissariat du 14ème arrondissement de Paris (lire les plaintes).

 

Affaire de « l’appel aux dons »

 

Objet : Alain Soral est poursuivi par le Procureur de la République pour avoir, dans une vidéo de novembre 2013, fait un appel aux dons en réponse au harcèlement judiciaire dont il est la cible.

Tribunal : 17ème Chambre correctionnelle du Tribunal de grande instance de Paris.

Jugement en première instance : le 8 septembre 2015, Alain Soral est condamné à 60 jours-amendes d’un montant unitaire de 50 euros (soit 3 000 euros). Si Alain Soral ne s’acquitte pas du montant de l’amende, il devra purger une peine d’emprisonnement de 60 jours.

Alain Soral a fait appel.

Appel : le 18 février 2016, la cour d’appel de Paris a modifié la peine de jours-amendes en une amende simple de 1.500 euros.

 

Affaire Bertrand Delanoë

 

Objet : suite à l’entretien d’Alain Soral de mars-avril 2013 (partie 6), plainte de Bertrand Delanoë pour diffamation et injure publique.

Tribunal concerné : tribunal correctionnel de Paris.

Somme réclamée : 30 000 euros.

Jugement en première instance : Alain Soral a été condamné à payer 15 000 euros au total.

Jugement en appel : la condamnation a été confirmée en appel le 16 octobre 2014.

 

Affaire LICRA 1

 

Objet : la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA) a demandé l’interdiction de la publication de l’ouvrage Anthologie des propos contre les juifs, le judaïsme et le sionisme de Paul-Éric Blanrue et le caviardage des ouvrages suivants : Le Juif international d’Henry Ford, La France juive d’Édouard Drumont, Le Salut par les juifs de Léon Bloy et La Controverse de Sion de Douglas Reed pour trouble manifeste à l’ordre public.

Tribunal concerné : tribunal correctionnel de Bobigny, juge des référés.

Magistrat : Janick Touzery-Champion

Somme réclamée : 125 000 euros.

Jugement en première instance : le 13 novembre 2013, la LICRA a gagné sur l’interdiction de l’Anthologie des propos contre les juifs, le judaïsme et le sionisme de Paul-Éric Blanrue et le caviardage des autres livres.

La LICRA a également obtenu 2 000 euros de dommages et intérêts et 2 000 euros de frais de justice par ouvrage à caviarder, soit 16 000 euros au total.

Alain Soral a fait appel.

 

Voir notre article sur le jugement du 13 novembre 2013 : « Justice d’exception pour les éditions Kontre Kulture ! »

 

Affaire LICRA 2

 

Objet : la LICRA a demandé la réparation du préjudice subi pour incitation à la haine raciale et à l’antisémitisme par l’édition du livre Anthologie des propos contre les juifs, le judaïsme et le sionisme de Paul-Éric Blanrue.

Tribunal concerné : tribunal correctionnel de Bobigny .

Somme réclamée : 12 500 euros.

Progression :
- l’audience de mise en l’état (audience administrative) a eu lieu le 10 février 2014.
- l’audience de plaidoirie a eu lieu le 7 octobre 2014.

Jugement : le 2 décembre 2014, le tribunal a jugé que, sur le fond, la LICRA devait être déboutée dans ses demandes. L’association a fait appel.

Issue : : le 17 février 2015, le livre est remis en vente sur le site des éditions Kontre Kulture.

 

Affaire Kontre Kulture vs CRIF

 

Objet : courant 2015, sur plainte du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), le parquet de Paris a lancé une procédure au tribunal pénal contre les éditions Kontre Kulture. En cause, les cinq ouvrages précédemment attaqués par la LICRA : Le Salut par les juifs, de Léon Bloy, Le Juif international, de Henry Ford, La Controverse de Sion, de Douglas Reed, La France juive d’Édouard Drumont et l’Anthologie des propos contre les juifs, le judaïsme et le sionisme de Paul-Éric Blanrue.

Décision : le 18 février 2016, le tribunal a constaté que l’action publique s’était éteinte par prescription.

Prochaine échéance : l’affaire a été renvoyée au 15 septembre 2016 pour mise en cause de l’agent judiciaire du Trésor. Le tribunal statuera à cette date sur la demande d’indemnisation des éditions Kontre Kulture pour procédure abusive.

 

Commentaires d’internautes

 

Jugement : Le 8 décembre 2015, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Alain Soral à 5 000 euros d’amende, 3 000 euros de dommages et intérêts et 2 000 euros de frais de justice pour des commentaires laissés par des internautes à la vidéo de l’entretien de novembre 2012. À ces sommes s’ajoutent 1 euro de dommages et intérêts à verser à la LICRA et 1 000 euros de frais de justice.

Soit, au total, 11 001 euros à payer.

 

Affaire Pornographie mémorielle

 

Objet : sur plainte de la LICRA, Alain Soral est convoqué chez le juge d’instruction pour avoir publié le 11 août 2014 l’affiche Pornographie mémorielle, du dessinateur Hugo, considérée par la justice comme, tout à la fois, de la provocation à la haine, de la contestation de crime contre l’humanité et de la diffamation.

Progression : le 24 septembre 2015, le magistrat instructeur a mis en examen Alain Soral, aux motifs suivants :
- provocation a la haine raciale ;
- contestation de crime contre l’humanité ;
- diffamation envers un particulier.

 

Affaire Alainsoral.fr

Demandeur : Alain Soral

 

 

Objet : suite à la création d’un site Alainsoral.fr, plainte d’Alain Soral contre X.

Tribunal concerné : tribunal correctionnel de Paris.

Progression :
- constat réalisé par huissier en septembre 2012 ;
- le propriétaire du site a été formellement identifié.

 

Affaire Caroline Fourest

 

Objet : plainte de Caroline Fourest contre l’association Égalité & Réconciliation et Alain Soral pour l’article « 11 Septembre : Caroline Fourest prise en flagrant délit de bidonnage », initialement diffusé sur Oumma.com, au motif que certains des propos tenus dans cet article porteraient atteinte à l’honneur de Mme Fourest.

Tribunal concerné : tribunal correctionnel de Paris.

Progression :
- l’instruction est close ;
- Alain Soral a été convoqué devant le tribunal correctionnel début mars 2014.
- L’audience de fixation (audience administrative pour fixer la date des plaidoiries) a eu lieu le 10 mars 2015.

 

Affaire Jean-Marc Moskowicz

 

Objet : le président de l’association Europe-Israël Jean-Marc Moskowicz attaque conjointement Alain Soral (directeur de publication du site Égalité & Réconciliation), Dieudonné M’Bala M’Bala, Google et Dailymotion pour avoir diffusé sa photo lors de la vidéo conjointe d’Alain Soral et Dieudonné sur l’agression d’Alain Soral du 5 avril 2013. Ils auraient ainsi porté atteinte à sa vie privée et à son droit à l’image.

Tribunal concerné : tribunal de grande instance de Paris.

Somme réclamée : 126 040 euros.

Progression :
- audience de mise en l’état (audience administrative) le 15 janvier 2014.
- l’audience de plaidoirie a eu lieu le 4 mars 2015.

Jugement : le 15 avril 2015, le tribunal déboute Jean-Marc Moskowicz de toutes ses demandes et le condamne à payer 4 500 euros à Alain Soral.

 

Affaire Sébastien Thoen/Sandrine Sebbane

Demandeur : Alain Soral

 

 

Objet : Alain Soral porte plainte contre X pour injures publiques suite aux propos de Sébastien Thoen et Sandrine Sebbane le 1er octobre 2013 sur la Radio de la communauté juive (RCJ), où ils ont respectivement qualifié Alain Soral de « malade mental » et d’« ordure ». Sébastien Thoen a en outre qualifié Alain Soral de « salopard » le 3 octobre 2013 dans les locaux de l’association Europe-Israël.

Tribunal concerné : tribunal correctionnel de Paris.

Progression : en attente de désignation d’un juge d’instruction.

 

Affaire Manuel Valls

Demandeur : Alain Soral

 

 

Objet : Alain Soral porte plainte pour injure publique et diffamation suite au discours prononcé par Manuel Valls le 27 novembre 2013 à la Mutualité de Paris durant le « Grand meeting de défense de la République contre les extrémismes » organisé par le Parti socialiste.

Progression :
- un juge d’instruction a été saisi mais s’est déclaré incompétent au motif que Manuel Valls se serait exprimé en tant que membre du gouvernement (ministre de l’Intérieur) et non en tant que militant socialiste, et que l’affaire relèverait donc de la Cour de justice de la République ;
- l’avocat d’Alain Soral a contesté cette décision et saisi la chambre de l’instruction ;
- durant l’audience du 10 mars 2015, le procureur de la République s’est rangé à l’avis du juge d’instruction.
- le délibéré a eu lieu le 23 mars 2015.

Issue : la plainte a été rejetée.

 

Affaire Cyril Astruc

 

Objet : Cyril Astruc, par la voix de son avocat Richard Malka, poursuit Égalité & Réconciliation pour diffamation suite à l’article « Le braquage du siècle est sépharade », où nous reprenions une information du Monde indiquant qu’avant d’être arrêté pour escroquerie à la taxe carbone (coût pour le contribuable français : 1,6 milliard d’euros...), il avait été mis en examen au préalable pour une affaire liée à l’affaire Neyret et au trafic de drogue.

Voir notre article consacré à cette affaire : « Cyril Astruc poursuit Égalité & Réconciliation pour diffamation »

Tribunal concerné : tribunal correctionnel de Paris.

Somme réclamée : 25 000 euros.

Jugement : le 7 juillet 2015, la 17ème chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Paris a jugé l’action de M. Astruc irrecevable.

 

Affaire de la mairie de Toulouse

 

Objet : suite à la vidéo de l’entretien d’Alain Soral de novembre 2011 (partie 2), plainte d’un employé de la mairie de Toulouse pour diffamation, injure publique, atteinte à la vie privée.

Tribunal concerné : tribunal correctionnel de Toulouse.

Progression :
- l’instruction est terminée ;
- la vidéo a été modifiée afin de biper le nom de l’employé et un constat d’huissier a été réalisé ;
- Alain Soral a été mis en examen pour diffamation envers un particulier ;
- l’audience de plaidoirie a eu lieu le 3 février 2014 ;
- le procureur a requis une condamnation, l’infraction étant selon lui constituée.

Somme réclamée : la partie-civile a sollicité 12 000 euros de dommages et intérêts (!) et 3 000 euros sur le fondement de l’article 475-1 du Code de procédure pénale (frais de justice).

 

Réaction de maître Lahcène Drici, avocat d’Alain Soral, à la sortie de l’audience de plaidoirie du 3 février 2014 :

 

Jugement en première instance : le 13 mars 2014, Alain Soral a été condamné à 1 500 euros d’amende pour diffamation, peine assortie de 3 000 euros de dommages et intérêts ainsi que 1 000 euros de frais de justice, soit 5 500 euros au total.

Alain Soral a fait appel.

 

Affaire Louis Aliot

 

Objet : suite à la vidéo de l’entretien d’Alain Soral du mois de décembre 2011, plainte de Louis Alliot pour diffamation et injure publique (Louis Aliot y est qualifié de « con du mois »).

Tribunal concerné : tribunal correctionnel de Paris.

Jugement en première instance : Alain Soral a été condamné à 2 000 euros d’amende, et à verser 2 000 euros à Louis Aliot en dommages et intérêts. Le directeur de la publication d’E&R a été condamné à 1 500 euros d’amende. Les frais de justice s’élèvent à 3 000 euros. Au total, Alain Soral et E&R ont donc été condamnés à 7 000 euros en première instance.

Jugement en appel : la condamnation est confirmée en appel le 3 juin 2015, assortie de 3 000 euros supplémentaires pour frais de justice. Au total, Alain Soral et le directeur de la publication d’E&R sont condamnés à payer chacun 7177,33 euros au plaintif, soit 14 355 euros au total.

 

Éditions First

 

Alain Soral a reçu une mise en demeure de la maison d’édition First le sommant de retirer un dessin détourné intitulé « Les chambres à gaz pour les nuls » alors que le site E&R ne faisait que relayer le dessin, initialement présent sur un autre site. De plus, ce dessin entre clairement dans le droit de parodie prévu au Code de la propriété intellectuelle.

 

Convocations inexpliquées

 

 

Au cours du mois de janvier 2014, deux proches collaborateurs d’Alain Soral ont été convoqués par la police – par la brigade de répression spécialisée dans les délits liés à la presse – et ce alors qu’eux-mêmes ne sont ni auteurs, ni rédacteurs du site Égalité & Réconciliation.

Le cours des interrogatoires laisse à penser qu’il s’agirait peut-être d’une plainte initiée par M. Pierre Bergé.

 

Arno Klarsfeld

 

Égalité & Réconciliation a reçu début mars 2014 une mise en demeure rédigée par l’avocat de Monsieur Arno Klarsfeld nous sommant de retirer l’article intitulé « Jackpot ». Mis en ligne le 5 février 2014, il reprenait des informations publiées initialement dans le magazine Capital.

Selon l’avocat de M. Klarsfeld, cet article contiendrait des imputations qui mettraient gravement en cause l’intégrité et la probité de son client.

 

Réquisition judiciaire

 

Le 7 janvier 2016, Alain Soral a reçu une réquisition judiciaire de la part de la Direction de la Police judiciaire concernant une information contre X des chefs de diffamation publique à caractère racial, suite à un article sur la cigarette électronique publié le 3 décembre 2014.

L’Officier de police judiciaire enjoint Alain Soral de fournir toute information permettant l’identification d’un certain nombre de commentateurs de l’article en question.

Voir notre article sur le sujet : « Persécutions, suite : réquisition judiciaire contre E&R et Alain Soral »

 

Convocation au commissariat

 

Le 15 janvier 2016, nous recevions un procès verbal de convocation au commissariat du VIIIème arrondissement de Paris, adressé au « représentant légal de la société Égalité & Réconciliation » (rappel : E&R n’est pas une société mais une association loi 1901), et ce pour soupçon de « diffamation envers un particulier ».

Voir le procès-verbal de la convocation (en fin d’article) : « Persécutions, suite : réquisition judiciaire contre E&R et Alain Soral »

 

Garde à vue

 

Le 16 mars 2016 au soir, Julien Mimault, secrétaire national d’Égalité & Réconciliation a constaté que son domicile avait été « visité » dans la journée par la police judiciaire. Une note de la PJ l’enjoignant de se rendre au commissariat, il s’est exécuté le lendemain et a été immédiatement placé en garde à vue.

Quelques heures plus tard, Julien Mimault a été libéré après avoir été entendu en présence de son avocat.

 

Somme totale demandée contre Alain Soral et E&R à ce jour :
215 581 euros

Pour apporter votre aide à Égalité & Réconciliation :

Aider Alain Soral en signant les pétitions :

Suivre Alain Soral sur Facebook et Twitter :

Retrouvez Alain Soral sur Kontre Kulture :

 






Alerter

302 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Pauvre FRANCE, avec ses traîtres à la nation, qui ont leur coeur qui bat pour Israhell, en France, et qui servent les intérêts d’Israhell, en France.

     

    Répondre à ce message

  • La Déclaration universelle des droits de l’homme :
    Article 19 : Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit.
    Pourquoi Monsieur Soral Alain est-il donc " inquiété " par la police & la justice Française encore à ce jour ? .

     

    Répondre à ce message

  • #1441016

    Sans vouloir blesser Soral, cela est un bon signe. Toutes ces tortures psychologiques et financières ayant pour but de le détruire, montre que Soral est déjà ancré dans l’esprit National. Qu’il est un héros ! NOTRE héros !

    Plus leurs positions sont secoués, plus ils persécutent Soral ( et Jean Marie Le Pen, Reynouard, Faurisson, Benedetti ..)
    Donc, ils sont affaiblis ! Nan !!!

    Alain, Garde quand même ton gilet anti-balles, fais attention avec qui tu manges et boire !
    Envoyons à Alain une contribution pour le remercier de son courage, sa persévérance et son énergie !

     

    Répondre à ce message

    • #1489139

      Il y aurait un moyen qui nous permettrais à la fois de participer et aussi de vous aider de répondre à toutes ces attaques. Celui d’utiliser les pétitions comme support !

      C’est dans l’air du temps et cela semble fonctionner pour d’autres actions !

       
  • J’ai une question et une proposition dépendant de la réponse

    Combien l’association E&R a payé à la justice puisque une fois le jugement acté l’état paye les dommages et intérêt et ensuite il se retourne vers ceux qui sont condamnés pour récupérer les sommes dus ?

    Si Mr Alain Soral dit clairement qu’il ne paiera plus les sommes réclamés ,l’état se verra dans l’obligation par l’intermédiaire du procureur de la république d’inciter à de faible condamnation pécuniaire CQFD
    Et peut être que l’état sera plus enclin à classer les plaintes.

     

    Répondre à ce message

    • N’importe quoi, s’il ne paye pas un fois le dernier recours passé, c’est des huissiers de justice qui courent après le pognon (sur lequel se greffent naturellement des intérêts) et ça peut aller jusqu’à la saisie de ses biens pour être vendu aux enchères afin de contribuer à rembourser la somme.... d’ailleurs il me semble qu’un des "plaignant" (Aziza si je ne me trompe pas) à déjà demandé à ce que ces biens soient saisis..... après, si il refuse de payer, le seul vice qu’il puisse jouer c’est de mettre tous ses biens sous le nom d’une tierce personne de confiance.... mais tout ce qui est sous son nom sera saisi, je pense que c’est en fin de compte le but de la manœuvre, le déposséder de tout ce qui lui sert à s’autofinancer pour faire tourner E&R

       
  • #1443752

    De tout cœur & toutes tripes avec toi Alain ! Rappelons-nous que dans l’histoire que c’est une minorité d’homme qui ont changé le cours de l’histoire !
    Je terminerais par ceci : les justiciers seront toujours poursuivi par la "justice" !

     

    Répondre à ce message

  • Bonjour.
    Comment un tribunal peut-il condamner Alain Soral pour " incitation à la haine raciale ", alors qu’être juif ne veut pas dire faire partie d’une race (je crois même que les scientifiques considèrent maintenant qu’il n’y a qu’une seule humaine race sur terre), mais uniquement être membre d’une communauté religieuse ?
    Nos tribunaux sont-ils constitués d’illettrés, pour ignorer la signification des mots qu’ils emploient dans les attendus de leur verdict ?
    Apparemment, la question se pose de plus en plus !

     

    Répondre à ce message

  • #1447649

    J’ai offert !

     

    Répondre à ce message

  • #1447732

    J’ai fait mon don (quand il y a appel, je fais l’effort, et là il faut dire...).
    En même temps, 294 commentaires au moment de mon écrit, çà décoiffe. Il doit voir son budget "procès" se gonfler le Président (Non je déconne).
    Désolé, à l’heure de l’informatique, il suffit de quelques lignes de programme pour que les seuls donateurs soient "aptes" à intervenir sur le fil. Y aurait-t-il autant de commentaires ?
    Enfin, je dis çà...
    Autre chose, si Soral arrive à "équilibrer" avec les dons, il le fera savoir je pense. Tant qu’il ne le dit pas, c’est qu’il n’y est pas. Ce combat n’et pas celui de Soral, c’est celui de ceux qui le "suivent" (simple spectateur, adhérent, sympathisant). L’argent demandé par ces fumiers qui le harcèlent devrait être "notre argent". Autrement, dans ce cas, les "soutiens moraux", ben çà sert à rien. Quand j’ai donné 100 € l’autre fois (parce qu’un cadeau a plus de valeur quand on se "serre" un peu pour le faire), un type s’est foutu de ma gueule (genre que je me la pétait). Il avait donné combien ce con ? A chaque appel (mais autrement molo), je donnerai pareil jusqu’à ce que ces procès soient enfin "rigolade". Est-ce pour Soral (que j’apprécie) ? Ou Est-ce (plutôt) pour emmerder ceux qui lui nuisent ? Difficile de répondre, mais au final, vu l’enjeu, y a-t-il besoin d’une réponse ?

     

    Répondre à ce message

  • Le système dénonce le complotisme (mot de " diabolisation " ou censé avoir cette utilité mais mot absolument creux ,sans signification aucune ) mais se garde bien de lutter avec des arguments , des raisons ,des faits ( pas fou , il sait qu ’on ne lutte pas avec quelque chance de succès contre la vérité !! ) ; il ne lui reste donc que la solution de faiblesse : l ’élimination de tout esprit libre et indépendant du blabla médiatique et l élimination de l ’opposition réelle par les tribunaux spéciaux .

     

    Répondre à ce message

  • #1456850

    Tous les grands contestataires, jamais conformistes, de pouvoirs illégitimes, ont été persécutés judiciairement, souvent obligés de s’exiler, parfois emprisonnés et parfois tués . La liste est interminable, elle compte les plus grands écrivains français .

     

    Répondre à ce message

    • #1480151

      Pas seulement "illégitime".

      Prenez le cas de Gilles de Ray, de Bretagne. Pas très loin, d’ailleurs, du Puy du fou.

      Dans cette affaire il était légimite et n’était même pas tenu à comparaître. Le droit lui permettait. Seulement, il a comme qui dirait été pris dans un complot, si le mot n’est pas trop fort.

      Rappelons qu’il était compagnon d’armes de Jeanne d’Arc, Maréchal de France plus puissant que le Roi. Souvenons-nous que sa fortune a enrichi le pouvoir de l’instant et qu’au yeux de la justice dite française, plus de 500 ans après l’injustice, il n’a toujours pas été réhabilité.

      Alors que, diantre, pourtant une commission de parlementaires et d’historiens, en 1993, a révisionné l’histoire de Gilles dans la grande Histoire et lavé son honneur, dans le cadre d’un procès politique et au passage lucratif par la spoliation de ses biens.

      L.F. Céline disait qu’il fallait compter - à la louche - 500 ans pour que s’opèrent de grands changements collectifs.

      Quand l’âme de Gilles se réveillera... j’aimerai pas être du club de la justice dite française.

      Oui Gilles était un grand guerrier. On dit même un peu sanguin. Le genre à être au premier rang dans la bataille. Le type de Commandant en Chef très respecté de ses hommes.

      Imaginez les combattants de tous siècles, depuis au moins cinq siècles, qui roulent pour Gilles. Les fantassins et dragons napoléoniens, les poilus, ceux de la seconde, des colonies... Putin d’armée de l’ombre ! Même pas besoin de combattre, pour qu’en face cela soit la débâcle !

      C’est vrai on peut toujours rêver.

      Bon ben bon courage M. Soral dans l’épreuve. On s’accroche au fait que plus y vous appauvrissent en vous piquant vos sous et plus vous nous enrichissez.
      Allez on vous envoie un petit don.

       
Afficher les commentaires précédents