Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
            Contact | Forum | Boutique | Atelier
A A A
imprimer

Survivalisme, mode d’emploi

La Télévision Suisse Romande consacre un reportage à Piero San Giorgio

Les prophéties annonçant la fin du monde, le réchauffement climatique, la pénurie annoncée des matières premières et une économie mondiale en souffrance réveillent les peurs. Les survivalistes de tout poil, écologistes, religieux, pères ou mères de famille s’organisent pour devenir plus autonomes et se préparer à survivre au pire.

C’est le cas de Piero San Giorgio qui vient de publier un livre bourré de conseils pour survivre à l’effondrement économique et au chaos social. Ce Genevois travaillait, il y a encore peu, comme responsable des marchés émergeants dans une société informatique.

Après une prise de conscience, Piero décide de se préparer à survivre. Le monde va mal et l’avenir ne lui dit rien de bon. « On va devoir inventer un nouveau mode de vie et je pense qu’il va nous être imposé par l’effondrement de notre système économique. Ca risque d’être assez violent malheureusement. Mais si on se prépare à l’avance et qu’on est suffisamment nombreux, on va pouvoir mitiger cet effondrement et cette violence” explique Piero San Giorgio. Comme Piero San Giorgio, ils sont de plus en plus à se préparer. Les blogs fleurissent et même certains gouvernements prennent ça très au sérieux. C’est la cas des Etats-Unis qui ont mis en place il y a quelques années une campagne avec la FEMA (agence fédérale pour la gestion des urgences) intitulée "ready", ou "prêt" en français. Elle a pour but d’encourager les américains a réveiller le survivaliste qui sommeille en eux.

Piero San Giorgio quant à lui, est un survivaliste bien réveillé. Alors pour protéger sa famille et ses proches, il a investi ses économies dans une ferme qu’il a transformé en base autonome durable (BAD). Stocks de nourriture, potager, élevage de poulets, armes, panneaux solaires, source d’eau, livres et matériel médical vont lui apporter une certaine autonomie. Des préparatifs qui peuvent choquer ou faire sourire certains. « C’est vrai que le terme de survivaliste est souvent connoté aux États-Unis par des gens sur-armés ou focalisés sur une approche de défense. À la fin, on peut mettre l’étiquette que l’on veut. Un survivaliste c’est simplement un citoyen adulte, responsable, qui prévoit un avenir difficile et qui se prépare”, explique Piero San Giorgio.

Se préparer à survivre aux guerres ou aux catastrophes est presque une tradition en Suisse. L’aménagement systématique d’abris antiatomiques avait débuté dans les années soixante, dans un contexte marqué par la menace nucléaire et le spectre d’une invasion soviétique. Aujourd’hui, la menace est plus floue et la construction d’abris antiatomiques n’est plus systématique. Mais les vieux réflexes sont de retour et ont de beaux jours devant eux !

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont maintenant désactivés



212 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #99508
    le 11/02/2012 par Sae
    Survivalisme, mode d’emploi

    Question à choix multiple à laquelle seul le temps nous donnera une réponse :

    M. San Giorgio est :

    - Un fou paranoïaque qui a trouvé la solution pour relancer la consommation.
    - Un homme écoutant ses craintes et qui pourrait trouver le chemin vers une forme de liberté.
    - Un visionnaire qui pourrait faire partie de ceux qui survivraient le plus longtemps en cas de catastrophe (sauf si une avalanche survient sur son nid).
    - Un génie qui a su parfaitement appliquer son plan marketing vis-à-vis de l’état de son environnement.

     

    • #99897
      le 12/02/2012 par Oly
      Survivalisme, mode d’emploi

      - Un copieur traducteur, un immigré-marketingo-américano-europééen


    • #99945
      le 12/02/2012 par V
      Survivalisme, mode d’emploi

      La survie, ça consiste surtout à supprimer les prédateurs.
      .
      Quand il fera un bouquin en disant qu’il faut flinguer les usuriers, les menteurs, les traitres et les escrocs, il gagnera en crédibilité. Qu’il nous fasse une liste, on s’occupera du reste.


    • #99948
      le 12/02/2012 par Protis
      Survivalisme, mode d’emploi

      Un copieur-traducteur ? soit , et aprés ? on est bien content d’avoir son bouquin quand on ne métrise pas l’anglais . Un fou paranoiaque ? surement pas mais un type intelligeant qui sait faire son biznes en vendant un livres qui soit dans le courant de pensé actuel . Moi j’ai achetté ce livre , je me suis régalé à le lire . Comme on dit dans ce genre de cas : prennez-en de la graine ;))


    • #100181
      le 12/02/2012 par Guillaume
      Survivalisme, mode d’emploi

      @Sae

      J’ai acheté et parcouru son livre, je suis allé à une de ses conférences et je n’ai relevé aucun signe de psychopathologie chez lui,

      Il gagne de l’argent avec ce créneau certes, mais je ne pense pas qu’il soit dans une optique de consommation et de croissance (il a donné gratuitement la conférence à laquelle j’ai assistée),

      Il n’a rien d’un visionnaire car beaucoup s’y sont mis avant lui.

      Il est clairement ingénieux d’un point de vue marketing. Peut-on le lui reprocher ? Si oui, reprochons le à Dieudonné aussi. Et je ne pense pas que ce soit le cas.

      @V



      Qu’il nous fasse une liste, on s’occupera du reste.



      Sans vouloir te vexer, ton commentaire fait très warrior du net :

      1) La liste, on la connaît tous.

      2) J’ai envie de te dire à la Klarsfeld : Quels sont vos faits ? Sérieusement, tu as déjà mené quelles actions allant dans le sens de ton commentaire ?


    • #100500
      le 13/02/2012 par V
      Survivalisme, mode d’emploi

      Guillaume , je ne prétends pas faire parti de la caste des scribouillards et prophètes des caves qui tentent de vendre leurs idées au bon peuple. Par conséquent, je n’ai pas à me soumettre à ton interrogatoire façon gestapo de mon cul.
      .
      Et puis, si j’avais attendu après son bouquin pour survivre, je serais déjà crevé . Je suis autonome depuis l’age de 15 piges, je sors de la cité, j’ai pas attendu Orlov ou je ne sais qui pour apprendre à vivre dans la jungle. Alors bon, les bourgeois à lunettes qui ressemblent à personne et qui viennent jouer les prophètes, ça me fait doucement rigoler.
      .
      PS : Si tu pouvais écrire en français, et être plus explicite, ton message ne perdrait pas de son impact, bien au contraire. " warrior du net ", ça me fait penser à rien d’autre qu’à Conard le Barban en train de relever son courriel ou aux ricains qui pilotent des drones survolant le Yemen ou l’Afghanistan depuis leurs bureaux climatisés et qui après avoir tué une 20 aines de personnes, rentrent chez eux le midi pour bouffer comme n’importe qui. Or, j’imagine que tu faisais référence, ni à l’un, ni à l’autre ... A moins que ça soit une expression pour dé-crédibiliser ceux qui auraient des idées contraire aux tiennes, afin de maintenir un monopole... Dans ce cas là, t’es mal barré avec un réseau comme internet. ;-)


    • #100512
      le 13/02/2012 par Grindsel Tirédunevi
      Survivalisme, mode d’emploi

      Je suis autonome depuis l’age de 15 piges, je sors de la cité, j’ai pas attendu Orlov ou je ne sais qui pour apprendre à vivre dans la jungle. Alors bon, les bourgeois à lunettes qui ressemblent à personne et qui viennent jouer les prophètes, ça me fait doucement rigoler.




      Si il y un effondrement économique (les économistes comme Piero San Giorgio savent que c’est possible, pas besoin d’être prophète), mieux vaux être à la campagne qu’en ville, c’est un fait. Et surtout : les prétentieux qui savent tout mieux que tout le monde seront sans doutes les premiers à y passer. Finalement c’est pas si mal.


    • #100523
      le 13/02/2012 par V
      Survivalisme, mode d’emploi

      Grindsel Tirédunevi, non, le mieux sera d’être dans SON milieu, celui ou l’on se sent le plus à l’aise pour s’en sortir.


    • #100551
      le 13/02/2012 par Grindsel Tirédunevi
      Survivalisme, mode d’emploi

      C’est vrai, dans ce cas prévois bien de quoi manger !
      Les supermarchés sont en flux-tendu, au moindre pépin c’est la rupture de stock. Avec tous les problèmes climatiques qu’il y a eu dans le monde, certains disent que ça peut arriver dès le mois d’avril.


    • #100658
      le 13/02/2012 par MaxC
      Survivalisme, mode d’emploi

      les économistes comme Piero San Giorgio savent que c’est possible, pas besoin d’être prophète

      Le fameux 1 chance sur 2, le 50/50 quoi. C’est sur que dans le genre, je peux t’en claquer des prophéties ;)


    • #100659
      le 13/02/2012 par V
      Survivalisme, mode d’emploi

      C’est gentil, mais j’ai conservé un peu bon sens. " Quand il y a pas de grives, on mange des merles ! "
      Les plus grandes réserves de sources nutritives, elles ne sont pas à la campagne, elles sont dans les grandes villes. Connais-tu la valeur nutritive d’une guibole d’un type comme DSK ?
      .
      Et surtout, ne comptez pas sur moi pour laisser les villes aux cosmopolites, en allant me terrer comme un lapin dans le trou du cul du monde.


    • #100787
      le 13/02/2012 par MaxC
      Survivalisme, mode d’emploi

      Connais-tu la valeur nutritive d’une guibole d’un type comme DSK ?

      Tu m’as tué avec celle-là :) Sur le DSK c’est comme sur le cochon, tout est bon :)

      Par contre, bleu pour moi, bleu bleu ! stooooopppp !


  • #99510
    le 11/02/2012 par bibi
    Survivalisme, mode d’emploi

    la ,vous deconnez a plein pot ! ce survivalisme c’est l’apologie du chacun pour sa gueule .
    qui est concerné par cette survie de rat ? les proprios . 1ere condition prealable a cette survie de rat ? une
    maison souvent achetée a credit (merci goldman sachs) car pour stocker des quantitées suffisantes d’aliments et de produits de 1ere necessité il faut avoir la place 2eme condition : une maison eloignée des centres urbains pour echapper a la violence . c’est drole en ecrivant ca me reviennent les images du film 28 semaines plus tard . je preferer crever que de faire partie de ce genre de survivants . deçu de voir que ce genre de bouquins soient vendus par egalité et reconciliation

     

    • #99665
      le 11/02/2012 par Mansur
      Survivalisme, mode d’emploi

      On est déjà dans le "chacun pour sa gueule". Il faut faire avec.


    • #99690
      le 11/02/2012 par Edgar Detriach
      Survivalisme, mode d’emploi

      Dans d’autres interventions Piero San Giorgio insiste sur l’importance de tisser du lien social.


    • #99733
      le 11/02/2012 par barbarus
      Survivalisme, mode d’emploi

      @ bibi
      serieux là tu dit n importe quoi,renseigne toi avant de critiquer violement piero san giorgio.
      il est tres loint d etre un illuminè ,en tout cas jte conseil de lire son livre qui est tres instructif !!


    • #99748
      le 11/02/2012 par MG 42
      Survivalisme, mode d’emploi

      une maison eloignée des centres urbains pour echapper a la violence



      urbanisation des campagnes.

      si tout le monde veut une maison en dehors des villes, au final on construit d’autres villes a la campagne.


    • #100187
      le 12/02/2012 par Guillaume
      Survivalisme, mode d’emploi

      @bibi

      Je rejoins Edgar Detriach et barbarus, tu écris n’importe quoi sans réfléchir et/ou t’informer.

      Piero San Giorgio promeut justement un survivalisme collectiviste (BAD) contre un survivalisme plus individualiste (ZAU).

      Je t’invite à prendre le temps de t’informer.


    • #102751
      le 17/02/2012 par Grindsel Tirédunevi
      Survivalisme, mode d’emploi

      1ere condition prealable a cette survie de rat ? une maison souvent achetée a credit (merci goldman sachs) car pour stocker des quantitées suffisantes d’aliments et de produits de 1ere necessité il faut avoir la place 2eme condition : une maison eloignée des centres urbains pour echapper a la violence .



      Vivre à la campagne n’est pas une vie de rat,
      surtout que les loyers et la vie y sont souvent moins chers, donc ces arguments sont faux.
      Après c’est juste une question de volonté, ou sans doutes de conditionnement. Certains trouvent ça plus digne de s’entasser dans des cages à lapins et de vivre comme des animaux d’abattoir, et ringard de vivre au plein air, de ne pas faire les magasins tous les 2 jours etc...
      C’est plus une question d’ordre culturelle.


  • #99513
    le 11/02/2012 par Mansur
    Survivalisme, mode d’emploi

    En France seuls les criminels disposent d’armes. Ça va être dur de se défendre face aux hordes dégénérées.

     

    • #99645
      le 11/02/2012 par MG 42
      Survivalisme, mode d’emploi

      les criminels... et les forces de répression du régime.


    • #99650
      le 11/02/2012 par laurent
      Survivalisme, mode d’emploi

      faux !pour 80 euros j’ai passé mon permis de chasse et 800 j’ai acheté un fusil.


    • #99824
      le 12/02/2012 par Don diego de las vegas
      Survivalisme, mode d’emploi

      re-faux , j’ai acheté sur le Net un 44 Pietta poudre noire neuf et libre de détention . Arme de guerre utilisée durant la guerre de 1860 aux USA .


    • #99828
      le 12/02/2012 par S&W
      Survivalisme, mode d’emploi

      >800 j’ai acheté un fusil.

      800 euros pour un fusil !!!???!!!???

      Bordel ! Vive les États-Unis, où on peut en avoir 4 pour ce prix.


    • #100273
      le 12/02/2012 par Patry
      Survivalisme, mode d’emploi

      Don diego de las vegas, la poudre noire, c’est pas mal, mais il faut trouver un adversaire fair-play qui te laisse tout le temps nécéssaire pour recharger ton "old six" ...


  • #99522
    le 11/02/2012 par laurent
    Survivalisme, mode d’emploi

    faire confiance a la fema(la securite cicil made in u-s dont le patron est jeb bush)mon cul !réveiller le survivalisme qui sommeil en eux !mon cul ! traduire:demerdes toi et n’attends plus rien des institutions,apprends à vivre comme un animal et à crever comme tel !
    quant à Piero oui !l’autharcie est l’alternative,un abri isolé,un stock de graines(kokopeli),quelques poules,une chevre,des sympatisans et un fusil !


  • #99523
    le 11/02/2012 par Gotz von berlichingen
    Survivalisme, mode d’emploi

    Le survivalisme c’est aussi une grosse entreprise dont profitent des lobbys, surtout les lobbys en fait et beaucoup de gens très malhonnêtes, c’est une commercialisation du malheur, une commercialisation de l’individualisme, de l’égoisme, comme si on ne pouvait absolument pas du tout s’en remettre aux autres, survivre en groupe, avoir besoin d’autrui pour créer des ressources (nourriture, médicaments, vêtements etc etc) partager et reconstruire une "société" ou au moins un cercle d’autonomie, car en effet si une crise grave devait se produire, il y aurait sans doute du pillage, mais si tu fais ton truc seul dans ton coin, tu attiseras la convoitise et la jalousie, surtout lorsque quelqu’un trouvera des conserves dans tes poubelles, ou autour de ton "repaire" (car les détritus indiquent que tu as gardé un train de vie comfortable) C’est du grand n’importe quoi, c’est limite continuer de cultiver une culture du bien ête matérialiste en cas de catastrophe, dans son petit bunker, sans plus faire l’effort de tendre la main vers l’autre pour construire à nouveau.

    Et c’est exactement ce genre de comportement d’après crise que nos élites attendent de nous, du survivalégoisme afin qu’on se tires une balle dans la tronche pour un pain ou un paquet de pâtes au lieu de travailler ensemble pour cultiver du blé, le moudre et en faire de la farine, se battre pour des pommes de terre alors qu’on pourrait en faire pousser, s’entretuer pour de l’eau alors qu’il suffirait de construire un moulin à eau à l’ancienne pour moudre le blé, créer de l’énergie, filtrer l’eau, etc etc.

    Belle mentalité de merde, inginérie sociale, qui a conditionné l’humain à finalement ne plus faire confiance à personne qu’a soi même, ne plus avoir l’esprit d’entreprendre dans un monde ou synonyme d’entreprise est désormais faillite systèmatique.

     

    • #99609
      le 11/02/2012 par Bill
      Survivalisme, mode d’emploi

      J’espère que tu te souviendras de ce que tu viens d’écrire,si un jour tu as faim.


    • #99639
      le 11/02/2012 par Sinbad
      Survivalisme, mode d’emploi

      @ Gotz von berlichingen

      Ça me rassure de voir que de plus en plus de gens ne se laissent pas berner pas l’industrie qui prolifère sur la crise, sur la peur et le malheur des gens. Pour une fois, la journaliste a presque visé dans le mile en disant, à la toute fin, que l’auteur vie de la survie, que c’est maintenant son business !!!!!! C’est exactement ce que font les traders et les spéculateurs. "Chacun pour soi, que celui qui peut se le permettre s’achète une île isolée et que crèvent tous les autres !" Bref, le même message que le mutlimillionnaire qui peut lui aussi prétexter la protection de son cul et des siens pour justifier l’accumulation de richesses. Vraiment, c’est n’importe quoi ! "Passez à la caisse, bandes de cons, que je puisse emmagasiner pour 20000 euros de plus."


    • #99809
      le 12/02/2012 par semelier
      Survivalisme, mode d’emploi

      la journaliste a presque visé dans le mile en disant, à la toute fin, que l’auteur vie de la survie, que c’est maintenant son business !!!!!!

      — ->c’est normal qu’il soit payé pour les conseils qu’il te donne me semble t’il. D’autant plus qu’à toi ça va pas te couter grand chose..
      Et il n’y a rien de délirant dans ce qu’il dit.

      Maintenant
      @ Gotz von berlichingen

      C’est bien gentil ce que tu dis, mais le type dans la vidéo a belle et bien raison. On verra quand une personne s’introduira chez toi pour chercher de l’argent ou à manger. L’être humain dans une situation critique peut être capable de tout,surtout avec la faim. Dans une autre de ses conférences, il dit même qu’il ne faut pas hésiter à établir des liens avec d’autres personnes, car tout seul justement, c’est plus difficile. Donc évite ton délire hystérique. T’es passé à coté complétement.
      En plus dans la vidéo il a même prévus à manger pour ses voisins..Bref .
      En plus je ne pense pas qu’il soit assez idiot pour étaler ses détritus autour de la maison. Et vue comment il est perché dans sa montagne, il ne vas pas croiser grand monde. Un type qui a faim, je pense pas qu’il va penser à allez faire une expédition dans la montagne(qui demande déjà de faire des provisions à manger) pour allez chercher un hypothétique paquet de pâte, et encore faut il qu’il trouve l’endroit.lol

      C’est belle et bien de la survie. Faudra distinguer les gentils des méchants. Quand l’homme a faim, il peut faire n’importe quoi. Bien évidemment qu’il faudra établir des liens avec autrui etc. Mais tous ne jouerons pas le jeux....Et les prédateurs roderont...Que tu le veuilles ou pas. Si le vole existe déjà en période de non crise économique, et bien imagine toi en mode crise/effondrement.


    • #100194
      le 12/02/2012 par Guillaume
      Survivalisme, mode d’emploi

      @Gotz von berlichingen et Sinbad

      Encore deux qui racontent n’importe quoi sans s’être informés de quoi que ce soit...

      Piero San Giorgio, comme le souligne à tort semelier, ne préconise pas la création du lien social mais en fait un des 7 points fondamentaux de la survie.

      Lors d’une conférence à laquelle j’ai assisté, lorsqu’un participant lui a demandé quelle stratégie de défense il privilégiait autour de sa maison, Piero lui a répondu quelque chose comme

      "Avoir tissé des liens sincères et authentiques avec le village dans lequel on vit afin que la défense soit organisée par le village et autour du village et pas seulement par vous même et autour de votre maison."

      Mais pour le savoir, il fallait un tant soit peu réfléchir, s’informer et ne pas céder à une hystérie paranoïaque sur son clavier.

      Bon sang, j’essaie toujours d’être le plus constructif possible mais quand je vois ce que les gens peuvent penser...


  • #99529
    le 11/02/2012 par Pachamama
    Survivalisme, mode d’emploi

    En admettant ; ... Encore faut il en avoir les moyens !


  • #99531
    le 11/02/2012 par france
    Survivalisme, mode d’emploi

    Bien sur que les matières premières indispensables à la vie vont en se raréfiant et qu’il y aura une lutte féroce pour les détenir.
    Je pense qu’une nation forte ,soudée et cohérente peut peut être arriver à s’en sortir difficilement.
    Mais un individu isolé dans un monde hostile, j’ai beaucoup de doutes....


  • #99534
    le 11/02/2012 par Daniel Dunkel
    Survivalisme, mode d’emploi

    Quand il présente son livre au milieu d’autres bouquins, j’y vois 777 de Pierre Jovanovic, un livre de Pierre Hillard, mais où est donc "Comprendre l’Empire" ? Ah, mais oui dans la BAD bien sûr !!!
    Excellent reportage, et le livre de Piero San Giorgio que je termine est très intéressant.

     

    • #99796
      le 12/02/2012 par sined59
      Survivalisme, mode d’emploi

      ben oui ! c’est vrai !! j’ai cru voir mon bureau avec les mêmes livres !! mais j’ai pas encore lu "survivre"...


  • #99535
    le 11/02/2012 par Mahmoud
    Survivalisme, mode d’emploi

    Le survivalisme est un truc de bourgeois, il faut d’abord en avoir les moyens -le type stock presque 20000 euro de nourriture- les petites gens c’est tous les jours qu’ils survivent !

     

    • #99644
      le 11/02/2012 par KaEL
      Survivalisme, mode d’emploi

      Tout à fait Mahmoud !

      Pour généraliser on peut dire que toute activité intellectuelle est reservée à des personnes qui ont le temps de
      penser, de prévoir ou d’anticiper. Quelqu’un qui se lève à 5h pour nourrir sa famille au jour le jour, n’a ni le temps de penser, de prévoir ou d’anticiper. Ensuite la dimension financière du survivalisme fait que par définition c’est réservé à des personnes qui ont les moyens de fuir le système or quand t’a des dettes à rembourser difficile de tout plaquer sans se faire rattraper.


    • #99658
      le 11/02/2012 par edhanté
      Survivalisme, mode d’emploi

      Pas faux !


    • #99832
      le 12/02/2012 par Don diego de las vegas
      Survivalisme, mode d’emploi

      Faux , je viens de stocker pour 6mois de paquets de spaguettis de 1kg à 0.55cts le sachet , 5 paquets utilisés par mois (repas midi et soir) soit 30 paquets pour 16,50euros . J’ai aussi acheté 4 litres d’huile d’olive extra vierge pour la sauce pour 1an d’usage ainsi que 4 paquet de sel de 700gr chacun pour saler mes pâtes et 4 paquets d’herbes de Provence pour assaisonner la sauce à l’huile d’olive . J’ai aussi une plaque électrique pour dans le cas que le gaz etait coupé ainsi qu’une bombonne de gaz Cv470 pour mon réchaud de camping-gaz pour le cas ou l’électricité était coupé . Je ne me suis pas ruiné pour autant et je suis prêt à palier à l’urgence .


    • #99916
      le 12/02/2012 par MaxC
      Survivalisme, mode d’emploi

      Non pas Faux. Au contraire totalement lucide. Continue à faire tes petites économies de spaghetti si ça peut te donner de l’espoir. Une chose qui est évidente, c’est que les supermarché ont flairé les consommateurs dans ton genre, et de fait, tu seras flatté de voir que les emballages familial c’est old-school, maintenant, on te vend des conserves de 3 à 5 Kilo.

      J’ai même vu une vidéo d’une bonne femme qui a tourné folle et son appartement c’est devenu un rayonnage géant où t’as de la bouffe jusqu’au plafond. Je parles pas pour les mecs d’E&R mais je dis qu’on fait tourner fou les moins lucides sur ces questions.

      Vous saviez qu’aux Etats-Unis, le premier producteur d’alimentation déshydratée et le plus gros vendeur ces dernières années est mormon ! Un vrai petit saint des derniers jours :)


    • #99972
      le 12/02/2012 par Protis
      Survivalisme, mode d’emploi

      C’est pas une question d’espoir ou pas c’est une question de prévision en cas de pénurie alimentaire . Les élections présidentielles approchent et nous vivons un tournant historique de notre histoire de France , tout peux arriver que ça soit des grèves de transporteurs routiers ou des blocages bancaires d’intimidation des populations , vaut mieux être prêt et passer pour un con que pas prêt et subir le moment venu .


    • #100011
      le 12/02/2012 par Amin
      Survivalisme, mode d’emploi

      j’ai fais 60€ de courses alimentaires j’ai de quoi tenir 2mois.

      le + important : apprendre à cultiver son potager et à se défendre

      pour le potager, faut un jardin. donc "les petites gens" qui s’entassent dans des studios dans les mégalopoles feraient mieux de louer des maisons en province (d’ailleurs une maison 100m² en vendée est - cher qu’un studio 20m² plein paris)

      et "les petites gens" feraient mieux de pas manger du macdo, de lire au lieu de regarder la télé, ect...
      e&r permet d’élever le niveau
      mais au-delà de la richesse financière, si les gens persistent dans un mode de vie qui les esclavagise, tant pis pour eux


    • #100435
      le 13/02/2012 par laurent Jamer
      Survivalisme, mode d’emploi

      C’est un truc de bourgeois parce que l’oligarchie lui a volé ses moyens de productions ! Ou est le peuple des artisans, petits commerçants, charpentiers, tailleurs de pierre, Blatier, Meunier, Filandier, Savetier ? L’oligarchie et le mythe du progrès ont transformé le peuple en une masse de consommateur esclaves qui effectuent des taches sans en connaitre la finalité ! Il faut reprendre les moyens de productions, les "petits métiers dont parle P.S Giorgio, il faut reprendre les terres agricoles, les fermes laissées à l’abandon ou transformées en "résidence secondaire" et pour ça il faut mutualiser ses biens. Il n’y à même pas besoin de passer par les banques ; il existes des bien ruraux à partir de 10 000 Euro et moins si c’est simplement une terre sans bâtis !!! Et rappelez vous qu’au début du siècle 80% de la population Francaise était rurale, cherchez l’erreur !!!! Personne ne parle de recréer des villes à la campagne, mais de lui redonner vie. Enfin, c’est sur qu’il est plus confortable d’être esclave en ville que d’être libre à la campagne, de devoir , faire son bois pour se chauffer, de ne pas prendre des vacance à cause des récoltes ou du bétail !!


    • #102759
      le 17/02/2012 par Grindsel Tirédunevi
      Survivalisme, mode d’emploi

      Pendant la 2ème guerre mondiale, presque 1 français sur 2 était paysan je crois... Aujourd’hui la France n’est même plus auto-suffisante, notre nourriture vient de loin. Ajoutez à cela que les supermarchés n’ont plus aucun stock d’avance, et vous avez un cocktail explosif. Une 3ème guerre mondiale entraînerait fatalement de grandes famines, c’est de la logique pure. Sachant ça, comme toujours, l’argent facilite les choses... mais quand on en a pas il faut être astucieux.


  • #99554
    le 11/02/2012 par Griever
    Survivalisme, mode d’emploi

    Tain l’arsenal de malade, on est loin de pouvoir trouver l’équivalent sur le sol français aussi aisément ! Que des armes de guerre moderne, pas de simples armes de tir sportif ou de chasse...

     

    • #100275
      le 12/02/2012 par Patry
      Survivalisme, mode d’emploi

      Oui, sauf qu’un bon vieux juxta de 12 est encore ce qui se fait de mieux pour le pigeon sauvage, parce que le P.M. à part le sanglier ...


  • #99555
    le 11/02/2012 par Kobert
    Survivalisme, mode d’emploi

    >Alors pour protéger sa famille et ses proches, il a investi ses économies dans une ferme qu’il a transformé en base autonome durable (BAD). Stocks de nourriture, potager, élevage de poulets, armes, panneaux solaires, source d’eau, livres et matériel médical vont lui apporter une certaine autonomie.

    C’est bien joli tout ça, mais ça ne durera pas longtemps s’il est entourré de voisins affamés, surtout si certain d’entre eux sont des voyoux.

    Pour une illustration fictive, mais plausible, de ce genre de difficulté, revoyez la scène de "War of the world" montrant le personnage joué par Tom Cruise essayant de conserver sa camionnette face à une foule.

     

    • #99610
      le 11/02/2012 par Mysard
      Survivalisme, mode d’emploi

      Comme dit si bien le libre penseur, celui qui ne sait pas n’est pas au même niveau que celui qui sait.

      Si vous vous étiez donné la peine de lire le livre de Piero, vous vous seriez abstenu de cette remarque puisqu’il se trouve qu’il y a dédié un chapitre entier aux liens sociaux dans une BAD, mais également autour d’une BAD afin de choisir le lieu approprié avant de s’implanter en tenant compte des facteurs humains pour diminuer les risques.
      De ce fait, nul doute que les voisins de Piero ont un faible pourcentage de risque de lui donner de gros soucis, sinon il ne se serait pas mit ici. Après lecture de son ouvrage je soupçonne même qu’il a prévu de vivre en communauté avec eux pour les divers avantages de connaissances et de logistiques que cela peut apporter.

      Etant moi même un citoyen suisse, je puis vous dire que dans ce genre de bled paumé où il y a à tout cassé 50 maisons, les gens sont extrêmement généreux et bons. Rien à voir avec les gens égoïstes de la ville qui vous regarderont agoniser sur le trottoir en vous filmant avec leur iphone pour ensuite mettre la vidéo sur you tube.

      Le seuil de tolérance avant de basculer dans la bestialité d’un pecno de ce genre de bled est bien plus élevé que celui d’un citadin.

      Bien sûr nous parlons ici des meilleurs moyens à mettre en oeuvre pour survivre, de mettre le plus de chance de son côté, pas de garantir 100% de chance de survie qu’il serait tout simplement impossible à mettre en oeuvre, même dans notre société actuelle.


    • #99684
      le 11/02/2012 par Lg
      Survivalisme, mode d’emploi

      J’ajoute que le mec est *exactement* dans la même approche post-apocalyptique que les 1% qui accumulent à plus pouvoir. Faut rester ouvert, c’est le meilleur moyen de pouvoir bâtir une société, plutôt que s’enfermer comme ça. Enfin c’est mon point de vue de pauvre, ceci explique peut-être cela, la misère ne me fait pas peur.


    • #99702
      le 11/02/2012 par Sinbad
      Survivalisme, mode d’emploi

      @ Mysard

      Selon moi, le lien social ne se limite absolument pas à moi, mes voisins, mon village. C’est aussi tous les visages qu’on ne voit pas. L’écologie permet d’illustrer ce qu’est le lien social, en ce sens que vous pourriez vivre, votre village et vous, dans un petit paradis bien propre, que les pluies qui tomberont sur vos têtes n’en seront pas plus saines pour autant. Vous et votre village... n’est-ce pas là une forme de communautarisme de plus ? La crainte de l’effondrement n’est positive que si elle nous redonne le goût de réinvestir la sphère sociale dans sa totalité ; si elle nous pousse à l’isolement, si elle encourage des réflexions du type : moi et les miens, nous nous trouvons là à participer aux causes de l’effondrement et non à ce qui pourrait l’empêcher. En ce sens, promouvoir le survivalisme, c’est un peu comme promouvoir la catastrophe...


    • #100558
      le 13/02/2012 par Granduc
      Survivalisme, mode d’emploi

      "Le seuil de tolérance avant de basculer dans la bestialité d’un pecno de ce genre de bled est bien plus élevé que celui d’un citadin."

      CQFD.

      Vos gentils voisins de la campagne ne vous causeront pas de soucis, mais les hordes de citadins qui déferleront sur votre campagne reculée mettra celle-ci à sac.


  • #99560
    le 11/02/2012 par ns
    Survivalisme, mode d’emploi

    Attention tout de même à vivre effectivement dans le serieux et pas dans le fantasme.
    Un des repproches que je pourrais faire au survivalisme, c’est que souvent (jen connais pas mal, et je le suis a moitié), ce sont des gens qui "mettent de cotes" et profite en attendant d’une vie de jouisseur.
    Rien n’empeche des aujourd’hui de changer son alimentation , de s’equiper, d’avoir un sac de "survie" . On peut en avoir besoin tout les jours, et il y a d’ailleurs plus de chance que ce soit le cas a cause d’une "aventure personnel" que du fait d’une guerre atomique, ou d’un apocalypse.
    Il faut manger bien pour sa santé, faire du sport pour etre performant au quotidien, etre equipé pour sa securité. Pas en perspective d’un effondrement finale , ce sont des mesures qui permettent d’ameliorer le quotidien ici et maintenant, et qui si un jour ça se gatte permettront de moins sentir les effets .Exemple, le jeune est un anticancer, il faudrait jeuner une fois par semaine. Un type qui jeune regulierement est habitué a ne pas manger et le fait parceque cest bon pour lui. Il faut mieux y aller dans cette opique que pour s’entrainer a subir une privation hyppothetique.

     

    • #99668
      le 11/02/2012 par edhanté
      Survivalisme, mode d’emploi

      Tout à fait vrai le coup du jeune. Je ne mange qu’une fois par jour et suis en bonne santé question d’habitude. Après je dis pas que parfois, quand je fais beaucoup d’efforts dans la journée j’ai pas quelques défaillances... mais souvent comblées par une infime quantité de nourriture. Je me suis toujours plus ou moins entrainé à être un affamé parce que j’aime pas le travail "alimentaire" sauf quand il s’agit de bêcher mon potager au milieu des oiseaux... je préfère collecter des sourires et bâtir des amitiés, en dehors de toute rentabilité capitaliste...
      Paix


  • #99561
    le 11/02/2012 par Nico
    Survivalisme, mode d’emploi

    N’empêche qu’en cas d’attaque chimique, adieu le Nutella et les épinards en boîte ! L’humain devra toujours boire et respirer, donc si l’attaque vient de là, tout cet attirail ne servira pas à grand chose !


  • #99565
    le 11/02/2012 par otto
    Survivalisme, mode d’emploi

    Donc les malades et les handicapés sont foutus !

     

  • #99577
    le 11/02/2012 par Terence
    Survivalisme, mode d’emploi

    Je suis interessé par le survivalisme. Evidemment il s’agit d’un lourd investissement que de se preparer comme lui. Mes revenus sont modestes et je me demande si c’est dans mon budget sachant que je gagne moins de 1500 euros.

     

    • #99622
      le 11/02/2012 par Bill
      Survivalisme, mode d’emploi

      Tu as amplement assez !
      Mais c’est à toi de voir où sont tes priorités et où est l’essentiel.
      Je me prépare alors que je n’ai que 460 par mois.(enfin,même si je sais que logiquement je ne pourrai pas y arriver,je ne suis pas le genre de gars à me laisser abattre par un simple problème de logique).


    • #99673
      le 11/02/2012 par bibi
      Survivalisme, mode d’emploi

      mais ou ils sont passés les resistants ,les admirateurs de jeanne d’arc de du guesclin ,de de gaulle ? ou ils sont les revolutionnaires qui applaudissent le hezbollah et le hamas ? dans des caves avec leurs reserves de petits pois et de boites de thon les survivalistes sont des rats mon age fait que j’ai connu la fin de la guerre froide et une fraction de la periode de menace de conflit nucleaire . a cette epoque on parlait aussi d’abris anti nucleaire de kit de survie
      repugnant comment vouloir continuer a vivre apres un conflit nucleaire generalisé ?


    • #99678
      le 11/02/2012 par laurent
      Survivalisme, mode d’emploi

      mais si !pour toi le survivalisme prolétarien:une tente quechua,une rabane acrylique,une buche de bois(oreiller),de vieux chandails récupérés dans les contenaire à destination des lepreux,du nescafé,du thé elephant,de l’eau deshydratée que tu réhydrateras si t’en trouves,topinenboures,rutabagas,ticket de pain,couple ongles,ciseaux(faut rester propre),couteaux suisse,sac a dos et baskets au cas ou tu dois te barrer fis ça une boussole mais pas de carte vu que le relief ne ressemblera vraiment plus à ce que tu as connu,ta compagne pour le réconfort et surtout beaucoup de gens dans la meme situation sinon,tout ce thé elephant ne te servirai à rien.courage !


  • #99624
    le 11/02/2012 par vincentdamiens
    Survivalisme, mode d’emploi

    Le survivalisme c’est bien.

    Point positif :
    1 - Ca apprend à être indépendant, une approche plus débrouillarde dans la vie.
    2 - On est plus proche de la nature, ça fait vraiment du bien à l’esprit.
    3 - On regarde moins la téloche, cela apporte un autre regard face à la réalité.
    4 - On est moins dépendant des énergies fossiles, une raison de plus pour apaiser les feux de la guerre.
    5 - On utilise mieux notre argent, tout est destinée à une optique de long terme.
    6 - Du concret à léguer à ses enfants, la vie de tous les jours c’est pas un truc qui fait pouet-pouet !
    7 - Un meilleur rapport social avec les voisins, son village, sa mairie, la communauté en général.

    Point négatif :
    1 - Ca ne se monte pas du jour au lendemain, le changement de contexte est assez radical.
    2 - Parfois un vide se fait sentir.
    3 - On sent bien passer les intempéries.
    4 - On prend pas de douche tous les jours.
    5 - L’électricité tombe pas du ciel.

     

    • #99737
      le 11/02/2012 par Protis
      Survivalisme, mode d’emploi

      Tu as oublié un truc : par temps de guerre genre Kosovo ou Lybie , face à des milices terroristes organisées , équipées d’armes de guerre le survivaliste dans sa BAD ou même en fuite ne tient pas 24heures .


    • #99899
      le 12/02/2012 par Oly
      Survivalisme, mode d’emploi

      à Protis
      FAUX, s’informer et avoir un plan d’évacuation est la base !


    • #100117
      le 12/02/2012 par vincentdamiens
      Survivalisme, mode d’emploi

      A vrai dire je n’ai pas une optique guerrière ou post-apocalyptique du survivalisme.
      C’est plutôt un mode de vie en fait. Une sorte d’écosystème, un truc de hippie ; )
      Le gouvernement peut changer du jour au lendemain, que ce soit riri fifi ou loulou au pouvoir, en fait on en a complètement rien à carrer. Et les BAD sont bien pour ça, car ce sont des microcosmes multipliables à volonté, et la multiplication des personnes autonomes rend la société plus résiliente, plus stable, plus sage aussi je pense.
      Tous les survivalistes te diront qu’ils ne sont jamais prêt à 100% quelque soit le cas de figure qui s’oppose à toi.
      Pour ceux qui pensent que tout ceci n’est qu’une vaste escroquerie capitalistique destiné à vendre plus de matériel, je ne suis pas tout à fait d’accord car le concept de BAD tue le capitalisme et l’accumulation de richesse et redonne à l’humain et son mode de fonctionnement en société intelligente le véritable contexte de sa vie, être un élément de la nature et perdurer.


    • #100176
      le 12/02/2012 par Protis
      Survivalisme, mode d’emploi

      @Oly ; Sadam-Hussein , Milosevic , Kadhafi , Dbagbo avaient un plan d’évacuation et un réseau de miliciens armés jusqu’aux dents pour les apuyer pourtant tu vois oû ils ont fini . Je reste perssuadé que par temps de guerre réelle et pas juste un conflit social de banlieux oû là à la rigueur c’est jouable , le survivaliste a trés peut de chance de s’en sortir sans compter que les frontières seront bloquées , personne qui rentre personne qui sort .


    • #100694
      le 13/02/2012 par MaxC
      Survivalisme, mode d’emploi

      Avant le survivalisme, il y a l’émigration. Celui qui se traine son boulet à 400/500€, dans les DOM-TOM, il y a moyen de s’en tirer encore que tout dépend de la vision qu’on les uns et les autres de ce que sera l’avenir (potentiellement, en fonction du nombre de saloperie hollywoodiennes digérées et du nombre de vidéo conspi avalées durant ces 10 dernières années). Car si c’est le chaos, aucune place sur terre ne serait épargnée.

      Je suis prêt à parier que 90 à 95% des survivalistes n’ont pas de religion. Car en principe, la religion t’apporte une certaine foi en l’avenir. Dieu étant censé sauver les sauvables. Et même sans religion, la spiritualité peut amener à ce genre d’état d’esprit. Le monde actuel crée un égrégore malsain par la crainte suscitée chez certains.

      J’avais vu une vidéo un jour d’un mec de reopen911 qui disait qu’il prenait régulièrement des vacances avec le conspirationnisme. C’est à dire de lacher un peu la pression sur la pédale de temps à autres, c’est toujours bon de se ressourcer. Et n’oublions jamais que la peur n’évite pas le danger. Et que si on doit morfler, il serait temps de profiter un peu et de prendre du bon temps, car vu l’état d’esprit de cette mouvement, c’est pas demain la veille que vous allez danser la lambada :)


  • #99656
    le 11/02/2012 par bat
    Survivalisme, mode d’emploi

    Je trouve les commentaires un peu rugueux.

    Piero a une vision de l’avenir qui lui appartient mais il ne nuit à personne en construisant sa base autonome durable.

    Son livre se lit très bien et est très intéressant même pour ceux qui ne seraient pas tentés par ce type de projet.

    Lui, il y va à fond mais personne n’est obligé d’en faire autant. Je pense toutefois que mettre de côté quelques boîtes de conserves supplémentaires n’est pas forcément une connerie.

    Je me souviens que lors de la première guerre du Golfe, certains produits avaient été dévalisés dans les magasins de plusieurs régions françaises. Pour une guerre qui se passait à des milliers de kilomètres de là !

    Imaginez demain un effondrement économique sur le territoire national...


  • #99666
    le 11/02/2012 par bibi
    Survivalisme, mode d’emploi

    je reposte pour etre sur d’avoir ete censuré avant de l’ouvrir et je maintiens que ce genre de litterature est puante et que ceux qui font de l’argent en vendant de tels manuels ne meritent que le mepris . ces gens qui remplissent leurs caves ,leurs greniers ,leurs placards de marchandises sont ceux qu’une guerre devrait emporter pour rendre cette planete plus respirable .ce sont les memes qui lors des soldes se pietinnent et se battent pour une cafetiere ,un sting ou une paire de nykeu qu’ils ne se pensent pas tout a fait a l’abris car en tant de guerre et de chaos ,les milices ,les bandes et les armées se servent chez l’habitant

     

    • #99776
      le 11/02/2012 par seber
      Survivalisme, mode d’emploi

      Ton argument est totalement foireuse. Les gens que tu associes dans des démarches totalement inverses n’existent tout simplement pas.
      Maintenant, tu peux parfaitement affirmer que cette littérature est puante, mais trouve des arguments solides s’il te plait.


    • #99790
      le 11/02/2012 par Jérôme
      Survivalisme, mode d’emploi

      Faire des réserves de nourriture me semble relevé du simple bon sens. Une mesure qui semblait toute naturelle avant 1960 et le développement de la société de consommation, l’arrivée des strings et des nykeu.


    • #99800
      le 12/02/2012 par Frosty
      Survivalisme, mode d’emploi

      Tu fais le malin, mais selon les circonstances, Piero a beaucoup plus de chances que nous de rester en vie d’ici quelque temps. C’est peut-être ça qui t’énerve ?

      D’autre part, Piero est clairement tout le contraire des "types qui se piétinent lors des soldes et se battent pour une cafetière" : lui cherche à survivre si le chaos arrive (et en conséquence, acquiert ce qu’il juge nécessaire), les autres sont des névrosés de la société de consommation, guidés par la pub et les effets de mode, plutôt que par de saines réflexions.


    • #99838
      le 12/02/2012 par Don diego de las vegas
      Survivalisme, mode d’emploi

      Moi je suis content et fièrt d’avoir passé mon brevet de secouriste auprés des marins pompiers de Marseille ça me servira pour mes proches ou pour un cas d’urgence si je suis témoin d’un accident (c’est aussi positif pour mon CV lorsque je cherche un emploi) , j’ai aussi stocké pour 6 mois de nourriture bon marché (spaguettis , huile d’olive extra vierge , sel , herbes de Provence ...) , je me suis aussi fait une trousse de 1ers secours pour ma pharmacie perso. je vois pas en quoi je pue et pourquoi je mériterais le mépris , comme tous "survivaliste" qui se respecte je ne fréquente JAMAIS les magasins en temps de soldes ni en temps de forte affluence (trop propice aux bagares) . Là ou je rejoint le "bibi" c’est que en temps de guerre , face à une milice armée d’arme de guerre le survivaliste ne fait pas le poids mais dire que d’être prévoyant c’est "puer" c’est débile en plein .


    • #99860
      le 12/02/2012 par Mansur
      Survivalisme, mode d’emploi

      Associer les deux catégories de personnes les plus opposées, fallait le le faire !


    • #99864
      le 12/02/2012 par Daniel Dunkel
      Survivalisme, mode d’emploi

      Si le sujet ne vous intéresse pas, il est inutile de vous polluez l’esprit pour nous faire part de vos commentaires dénués d’arguments. Je suis certain que vous jugez un livre que vous n’avez même pas lu, c’est cela qui est grotesque dans votre message. Le livre est pleins d’informations qui peuvent être utiles en temps de paix et de prospérité, de plus il y a aussi des données très intéressantes concernant le monde dans lequel nous vivons. Monsieur Piero San Giorgio s’est énormément investi pour écrire ce livre, cela se remarque, et son engagement à faire partager cette expérience avec les personnes qui sont intéressées par ce projet est très louable.


    • #99883
      le 12/02/2012 par Goy Pride
      Survivalisme, mode d’emploi

      C’est vrai que cela pue de donner les informations permettant d’optimiser ses chances de survie à n’importe qui ! Il faudrait faire une genre de loi Gayssot interdisant la divulgation de technique agricole et de survie en général au grand public !
      Quitte à crever il faut que l’on crève tous ensemble et surtout ne pas essayer de survivre !
      Je déconne !
      Cette mentalité se retrouvait fréquemment dans les camps d’internement où les éléments insoumis qui "complotaient" pour s’enfuir étaient haïs par la majorité des prisonniers. J’avais un jour entendu un ancien déporté avouer que si les prisonniers avait été moins soumis certains camps auraient pu se libérer tout seul tant la disproportion numérique entre les gardes et les prisonniers étaient grandes...
      Bon les larves si vous avez fait le choix de subir libre à vous ! Mais ne venez pas nous emmerder ! Et pour votre gouverne n’importe qui peut télécharger gratuitement plusieurs centaines d’ouvrages et traités relatifs à l’agriculture, l’artisanat, la survie...gratuitement sur le net. L’ouvrage de Piedro n’est pas indispensable, c’est une bonne introduction voilà tout et je doute que le mec fasse fortune avec ce bouquin... on devrait aussi interdire Comprendre l’Empire de Soral ! Donner les clés de compréhension de notre monde à n’importe qui ça pue ! Quelle angoisse ! Faut interdire ça ! Hein ?!


    • #100135
      le 12/02/2012 par MaxC
      Survivalisme, mode d’emploi

      @Goy Pride

      T’énerve pas coco tu vas craquer ton slip ;) La question n’est pas d’interdire quoi que ce soit, mais de reconnaitre qu’il existe un business de la peur plus ou moins accentué par la crise, par 2012, par la peur de la mort, par le conditionnement type "théorie des chocs" ... Des gars comme Alex Jones ont très bien compris le truc et font ça de façon très pro, à l’américaine comme ont dit ;)

      La question n’est pas de dire que ce que ces gens annoncent est faux, mais d’entretenir l’angoisse, la peur chez les plus fragiles et partant de la créer de l’immobilisme indirectement. Ici, en principe, nous sommes entre gens civilisés et globalement conscient de ce qui se passe. Mais tu ne m’empêcheras pas de penser qu’on ne peux pas tout mettre au niveau de l’analyse de Soral (la raison de notre présence ici) et que ce n’est pas parce qu’Alain copine à droite et à gauche et qu’il fait plaisir à certains de diffuser leur livre qu’il faut tout accepter sans broncher.

      Et on ne peut définitivement pas affirmer que ceux qui sont contre ce principe de précaution, sont des lobotomisés par la société de consommation. Les antagonismes à ce niveau là n’existent pas.


  • #99691
    le 11/02/2012 par Zésy
    Survivalisme, mode d’emploi

    Le chat fait partie des réserves, ou des bouches à nourrir ? (...)
    j’plaisante, mangez végé..

     

    • #99786
      le 11/02/2012 par mop
      Survivalisme, mode d’emploi

      Durant la seconde guerre mondiale, des gens mangeaient les chats. Ca a goût de poulet à ce qu’il parait...


    • #99814
      le 12/02/2012 par illusions
      Survivalisme, mode d’emploi

      C ’est vrai, avoir l ’habitude de manger végétarien ça aide en tant de pénurie.
      Pas besoin de se projeter dans le futur pour faire du survivalisme : des milliers de personnes le fond déjà en France car ils n ’ont pas un rond, c’est la survivance au quotidien.


    • #100278
      le 12/02/2012 par Patry
      Survivalisme, mode d’emploi

      Ca a goût de poulet

      Non, goût de lapin. Oui j’ai essayé, comme le serpent. Goût plutôt de thon ...


  • #99694
    le 11/02/2012 par Sinbad
    Survivalisme, mode d’emploi

    Il faudrait vérifier, mais je crois que toutes les époques ont redouté la catastrophe, l’effondrement, la fin du monde. Cette tendance, même latente, est fort pratique, car elle concorde parfaitement avec cette autre tendance selon laquelle "après mois c’est le déluge". On peut du coup justifier notre individualisme et avoir la conscience bien tranquille pour dire et faire à peu près n’importe quoi. Au bord de la catastrophe, on oublie rapidement le lien social. Bien malins sont ceux qui réussissent à entretenir cette ambiance, et étrangement, ce sont souvent (pas toujours) eux qui s’en sortent le mieux.


  • #99707
    le 11/02/2012 par Emmanuel
    Survivalisme, mode d’emploi

    Protégeons nos stocks de cassoulet à la mitrailleuse et crevons seuls comme des enfoirés quinze jours plus tard.


  • #99735
    le 11/02/2012 par Protis
    Survivalisme, mode d’emploi

    Beaucoup de fantasme sur le "survivalisme" qui peut être pratiqué UNIQUEMENT par temps de paix , vous pouvez avoir un exemple au Kosovo actuellement les enclaves Serbes protégées par les soldats de l’ONU vivent le survivalisme mais ce n’était pas le cas AVANT car les milices terroristes de l’UCK lourdement armées attaquaient méthodiquement ferme par ferme tuant tout ce qui vivait , dans ce cas de figure dans une BAD il est IMPOSSIBLE de tenir un siège face à une milice lourdement équipée d’armes de guerre . Voilà pourquoi je dis que le survivalisme c’est faisable uniquement par temps de paix .


  • #99746
    le 11/02/2012 par OV
    Survivalisme, mode d’emploi

    Disons que ça peut être marrant à lire, si c’est bien écrit avec un peu d’humour. Quant au fond ça s’adresse à une petite minorité de citadins à mon avis.
    Les autres étant déjà à la campagne dans des fermes...


  • #99764
    le 11/02/2012 par kasiar
    Survivalisme, mode d’emploi

    Mouais, je ne vois pas ce qui me motiverais à vivre dans une époque comme la mienne, la mort est de toute façon notre destinée.

    Quand on voit que les humains ne sont plus capables d’aimer leurs prochains surtout quand ce prochain estun membre de la famille, je me dis que attaque de zombies, pluies de météorites, invasions alien ou attaque nucléaire ... au fond l’humanité a ce qu’elle mérite.

    Moi le survivalisme, je ne crois pas que ça va me faire revivre mes plus belles années qui sont bien loin derrière moi :’(

     

    • #99785
      le 11/02/2012 par Ag591588
      Survivalisme, mode d’emploi

      @ kasiar

      Vouloir changer les choses en participant à la société est une excellente motivation pour continuer à vivre ; bien meilleure que de préparer son abri nucléaire en faisant l’écureuil ou qu’en vendant des livres en surfant sur la vague de la peur. Nous avons besoin de coeur et de mains pour y arriver, et les tiennes, Kasiar, ont aussi leur rôle à jouer. N’abandonne pas le combat !!!


  • #99777
    le 11/02/2012 par lillian06
    Survivalisme, mode d’emploi

    Le hic dans son plan, c’est, où te trouves-tu quand c’est l’moment ?
    Quand il aura l’info du déclenchement des festivités et quand il sera temps d’aller s’planquer, sont deux temps différents !
    S’il est pas dans sa souricière en permanence notre survivor, il y va comment quand c’est l’moment ?
    Ça voyage vite un missile nucléaire, et en général, l’ennemi fait tout pour qu’il demeure invisible le plus longtemps possible, et quand ça pète, faut pouvoir résister aux effets thermique et de souffle, après, soigner ton irradiation à la montagne, pourquoi pas ?
    On peut survivre... mais dans une ville comme Paris, sur laquelle il doit y avoir... allez, disons 300 têtes pointées (pour être près du vrai, multiplions ça par 10), quand t’entends la sirène des pompiers un autre jour que le premier mercredi du mois à midi... ben, t’as quoi, dix minutes montre en main pour mettre tes fesses loin loin d’la mort, faut pas traîner !
    En 82, il y avait un couple anglais qui s’était réfugié aux Malouines en pensant que c’était le dernier endroit où une guerre éclaterait, pas d’bol, sitôt arrivés, ça leur est tombé sur la tronche !
    Quand on sait ce que le sous-sol suisse renferme en “secrets”... sur quoi t’es assis mon gars ?


  • #99780
    le 11/02/2012 par seber
    Survivalisme, mode d’emploi

    On a tendance à ridiculiser les Américains pour la "mode" des abris anti-atomiques mais la Guerre Froide a réellement existé, même si certains affirment que tout ça n’était qu’un jeu de pouvoir. On a terrorisé la population pour pouvoir la manipuler. Elle a fait ce qu’elle pensait être bon pour sa survie, ce qui reste tout de même plus intelligent que l’attitude béate de celui qui se prend l’Histoire en plein dans le visage.
    Comme le répète Piero San Giorgio, au pire, en effet, on aura juste l’air con si rien n’arrive. Pauvre égo... Faut-il que quelque chose arrive pour prouver son bon sens ? Il faut croire que oui.
    L’ancêtre de monsieur San Giorgio ? Jean de la Fontaine...

     

    • #99822
      le 12/02/2012 par lillian06
      Survivalisme, mode d’emploi

      Un abri anti-atomique s’il n’est pas profondément enfouit ne te sera d’aucune utilité à part être ton urne, face aux puissances des bombes auxquelles on fera face !
      Par ailleurs, à quoi cela servira-t-il d’être enterré, si l’on ne dispose plus du moindre contact avec l’extérieur, car dans les premiers temps on fera face à la technologie EMP, fini l’électronique, si ton cerveau n’est pas préalablement préparé à ce blackout, aïe !
      Bon, t’as passé ce cap, bravo, te voilà dans l’grand bain, mais les méchants sont encore là !
      Tiens, prends-toi cette thermonucléaire de je ne sais de combien de MT (mégatonnes), et comme ils t’ont à la bonne, t’as droit à une poignée de leurs machins... ouf, t’avais pas si faim !
      Allez, les nouilles et toi, c’est une affaire intime qui roule... t’es toujours vivant, tu sors de ton trou... la vision de ton monde faudra que ton cerveau y résiste aussi, re-aïe !
      Super, t’es au niveau 3, t’es pire que tout, t’es toujours là !
      Bon, maintenant, tu vas comprendre à quoi servait les forces de l’ordre et la justice !
      T’es du steak sur pattes, faudra vite en prendre conscience, aïe aïe !
      L’eau, boudiou, l’eau... il t’en faut, et aux autres aussi... aïe aïe aïe !
      Finalement, si tu veux survivre, il vaudrait mieux que tu ais déjà une petite communauté sur laquelle reposera l’entraide, non ?
      Stocker un peu d’eau plein d’guns et de munitions (les deux derniers c’est avec l’autorisation des pouvoirs compétents, t’oublies pas, hein...), après, comme vous êtes malins, z’avez trouvé un p’tit coin où creuser un grand trou profond où vous installer quand les méchants commenceront la friture... après, si ces cons-là ont pas déclenché l’hiver nucléaire, tu verras, vous s’rez de “putains” d’bêtes, bouffer, ça s’f’ra !
      En résumé, t’auras compris que de tous ces scénarios, le meilleur, c’est encore de pas en arriver à cette connerie de guerre nucléaire !
      Pour ça, l’humanité s’est dotée d’un truc assez fiable, le bouc-émissaire, tu sais le truc qu’on charge de tous nos péchés et qu’on vire au loin...
      J’crois qu’on en a un... ça prend du temps pour lui coller son attelage... mais t’inquiète... on va y arriver !
      Paix sur les Hommes de bonne volonté, et à la grâce de Dieu !


  • #99784
    le 11/02/2012 par LCD
    Survivalisme, mode d’emploi

    Effectivement, comme certains fins stratèges l’ont fait remarquer : si une "milice lourdement armée" ou une bombe atomique vient frapper à la porte dès le début de la guerre, la BAD n’aura servi à rien.
    Maintenant je vois pas en quoi c’est si ridicule d’avoir des réserves et des notions de médecine "au cas où".
    Sinon c’est quoi le plan B ? Camper devant Lidl en priant pour un réapprovisionnement rapide et massif ? Mendier ? Fuir en Patagonie ? Piller et tuer ses voisins pour survivre ?


  • #99794
    le 11/02/2012 par mc
    Survivalisme, mode d’emploi

    La solution c’est vraiment pas chacun dans son bunker... ca c’est la victoire de l’individualisme et rien d’autre.

     

    • #99978
      le 12/02/2012 par Daniel Dunkel
      Survivalisme, mode d’emploi

      C’est un point du vue, je connais un autre point du vue, historique celui-ci.
      - Rassemblement, nous partons à la guerre, c’est juste une histoire de quinze jours, allons-y la fleur au fusil, l’affaire va être rondement réglée (1914-1918) !!??


    • #100023
      le 12/02/2012 par Amin
      Survivalisme, mode d’emploi

      un bunker c’est la mort assurée
      ici il est question d’une ferme, d’un autre mode de vie beaucoup + sain


  • #99798
    le 12/02/2012 par mehdi
    Survivalisme, mode d’emploi

    et quand d’autres personnes qui n’auront pas pensées qu’à leur gueule auront recrée un lien social et une société fonctionnelle, il sera le premier a redescendre de son nid pour profiter à nouveau des avantages de la vie en société alors que les autre en auront bien baver dans l’entraide

     

    • #99863
      le 12/02/2012 par Mansur
      Survivalisme, mode d’emploi

      Il sera plutôt à l’abri dans son nid lorsque dans les villes les hordes de consommateurs individualistes désemparés crèveront de faim et se massacreront pour des miettes.


  • #99816
    le 12/02/2012 par Tal
    Survivalisme, mode d’emploi

    J’hallucine totalement sur les commentaires haineux de certains...
    Franchement je pensais pas pouvoir retrouver ce genre de mentalité ici, surtout face à des gens qui proposent des solutions concrètes pour se sortir de la merde dans laquelle on est...

     

    • #101670
      le 15/02/2012 par Réveillez-vous
      Survivalisme, mode d’emploi

      Preuve que même ici...le moment venu faudra trier pour distribuer les dernières conserves ;-)
      Pour moi c’est déjà décidé ... Ils peuvent crever


  • #99826
    le 12/02/2012 par Goy Pride
    Survivalisme, mode d’emploi

    Beaucoup de commentaires "rugueux". Le plus ironique c’est qu’en cas de chaos économique et sociale nous retrouverons une bonne part de ces gens qui faute de s’être préparés errerons dans les campagnes à chercher leur pitance quotidienne. Certains d’entre eux se mettront à genoux pour qu’on leur balance quelques restes, quant à d’autres ils s’organiseront en horde à la Mad Max afin de piller les honnêtes gens qui ont eu l’outrecuidance de se préparer au pire...
    Toutefois ces empêcheurs de tourner en rond évoquent parfois quelques arguments dignes d’attention. Oui l’urbanisation de la campagne et des milieux naturels est un fléau, mais pour votre gouverne une terre agricole est normalement non constuctible. Quant aux magouilles consistant à déclasser une zone naturelle/agricole pour la rendre constructible elles ne profitent pas aux gens voulant vivre de la terre mais à des zozos trouvant cool de vivre dans une maison play-mobile d’un lotissement avec 25 m² de pelouse pour le barbecue du dimanche. En revanche les gens achetant une ancienne bâtisse sur un terrain agricole pour authentiquement jouir de ce derniers ils ne nuisent en rien. De même que celui qui achète un terrain vierge qu’ils valorisent de manière écologique et sur lequel il installe une yourte où je ne sais quel bâtisse temporaire ne fait de mal à personne. Ne pas confondre le type qui produit de la richesse sur une terre et le parasite qui s’approprie un terrain potentiellement producteur de richesses aussi bien naturelles qu’agricoles pour le bétonner, l’enclôturer et en détruire les équilibres naturels.
    A titre personnel j’ai fait l’acquisition d’une terre en friche sur laquel je vais produire plusieurs tonne de fruits qui ne seront pas protégés des animaux sauvages (pas de clôture ni pesticides), je vais créer des mares. J’ai installé une structures habitables temporaires ne présentant aucune fondation, n’ayant nécessité aucun bouleversement du terrain ni la création d’une route pour y accéder. Toilette sèche. Le terrain regorge de perdrix, cailles, lièvres...car je fais en sorte à réduire au maximum l’impact de mes activités sur eux. Ce que je produrai sur ce terrain dépassera largement mes besoins et de ce fait d’autres personnes en profiteront y compris les bêtes sauvages. En situation normale je vendrai une partie de mes excédents (tout travail mérite rétribution), en cas de crise majeure je donnerai tout ce que je peux pour alléger la faim des nécessiteux. Suis-je un criminel ?

     

    • #99950
      le 12/02/2012 par karimbaud
      Survivalisme, mode d’emploi

      @goy pride...........c’est un beau et noble projet que le tien, à visage humain et à échelle humaine !....créer des mares (un terme plus guère usité qui rapelle la belle rusticité de nos campagnes), génial !...tu vas ainsi recréer tout un écosystème foisonnant et complexe !...produire sans "saloperies" des fruits et légumes à finalité vivrière, dont tu pourrais vendre ou donner les excédents le cas échéant !....et s’il t’arrivait de prélever de temps à autre quelque caille grassouillette gavée de fruits au naturel, alors tu renouerais avec l’antique tradition qui liait jadis l’homme à son environnement sauvage !.....et je n’évoque même pas les bienfaits d’une telle "aventure humaine" sur le coeur et l’esprit.


  • #99829
    le 12/02/2012 par Frosty
    Survivalisme, mode d’emploi

    Certains s’étonnent que la vidéo et le discours d’un survivaliste soient relayés sur E&R. Pour ma part, c’est le contraire...
    C’est même l’un des aboutissements logiques d’une réflexion saine.
    Les informations diffusées (y compris dans les JT officiels) forcent à se poser la question, à moins d’être aveugle.
    Faites des recherches sur le sujet du "Peak Oil" par exemple.
    Prenez conscience de l’importance que représente le pétrole, pour nos sociétés et dans notre vie de tous les jours.
    Le travail de Richard Heinberg à ce sujet est très intéressant, ses bouquins très bien écrits, même si je le trouve moins bon sur d’autres sujets, en particulier le "réchauffement climatique" (tel que décrit par le GIEC), et l’aspect "défense" en cas de chaos social.
    Il a participé à une excellente vidéo liant les deux sujets "11 septembre" et "Peak Oil" : http://www.dailymotion.com/video/x2...

    Pour ceux que le survivalisme (au sens large) intéresse, certains éléments pouvant être très utiles en d’autres circonstances qu’un effondrement économique, voici une excellente ressource (gérée par David Manise) : http://wiki.davidmanise.com/
    + blog : http://www.davidmanise.com/
    + forum : http://www.davidmanise.com/forum/in...

    Pour ceux qui ont peu de moyens financiers : internet regorge de ressources permettant d’acquérir des connaissances (et une préparation psychologique) pouvant s’avérer bien plus précieuses qu’une accumulation frénétique de biens matériels de survie.
    Le matériel médical et les armes ne valent rien si on ne sait pas s’en servir, ou qu’on est pris de panique...


  • #99842
    le 12/02/2012 par Goy Pride
    Survivalisme, mode d’emploi

    Dernier point l’enjeux n’est pas que chaque individu s’approprie une terre pour s’installer dessus. mais que chaque famille puisse bénéficier d’une terre sur laquelle compter pour se nourrir. Par exemple un simple hectare exploité intelligemment peut rendre alimentairement auto-suffisant un couple avec deux enfants ainsi que quelques cousins, oncles, grands-parents et amis...Il ne s’agit pas de préconiser que chaque entité individuelle d’une communauté, famille soit propriétaire d’un terrain ! En réalité pour chaque groupe d’homme de 25 personnes il suffirait d’un propriétaire gestionnaire et 2 ou 3 assistants pour s’occuper d’1, 2...5 hectares. La plupart des membres du groupe peuvent vivre en ville et si le terrain n’est pas éloigné d’un village, d’une ville...le gestionnaire principale n’a pas non plus la nécessité de vivre directement sur le terrain.
    Ce que les gens ne comprennent pas c’est qu’il y a une nécessité vitale d’un retour à la terre si nous voulons éviter une famine massive. En effet en cas de tarissement des énergies fossiles et absence d’énergie de substitution sérieuse il sera impératif qu’au minimum 25% de la population travaille dans l’agriculture car l’énergie que l’on ne pourra plus trouver sous forme de pétrole devra être remplacée par la force animale. 100% de l’agriculture productiviste dépend du pétrole. Pas d’essence pour le tracteur, la moissonneuse batteuse, les camions de distribution de la production ? Solution : relocalisation de la production à proximité des centres consommateurs, utilisation de la traction animale (boeufs, chevaux...)... Plus de pétrole pour produire les engrais ? Solution : le fumier des ruminants, fientes de la volaille, recyclage de l’urine humaine...
    Une fois que l’on a réalisé qu’en cas de rupture des approvisionnements en pétrole la production agricole tombera à même pas 10% de ce quelle est actuellement on comprend l’’extrême gravité de la situation ! Personne ne peut produire du blé sur 500 hectares, ni même sur 100, 50 ou 10 sans engrais, tracteur, moissonneuse batteuse. Boeufs, chevaux pour leur force motrice et leur fumier (engrais) et main d’oeuvre supplémentaire sont nécessaires, or où va-t-on les trouver du jour au lendemain si on ne s’est pas préparer à l’avance ? Réveillez-vous bonne gens ! Les étals pleine des supermarchés ne sont pas le fruit d’un phénomène de génération spontanée ! Carrefour n’est pas une caverne d’Ali Baba magique ! Pas de pétrole et en 3 jours les rayons sont vides !

     

    • #99914
      le 12/02/2012 par OV
      Survivalisme, mode d’emploi

      Non c’est 3 mois de réserves pour la France. Et du pétrole il y en a encore pour des siècles en vérité, ils en découvrent tous les jours partout sur la Terre à croire qu’elle n’est faite que de cela !

      Le prix du baril n’augmente pas parce qu’il se raréfie mais pour que les forages en haute mer deviennent exploitables et rentables. C’est voulu.

      Quant à vos scénarios à la Mad Max, « lorsque dans les villes les hordes de consommateurs individualistes désemparés crèveront de faim et se massacreront pour des miettes » comme le raconte certains comiques ici...j’imagine qu’ils auraient bien fait rire un ancien combattant des tranchées ou du siège de Stalingrad.


    • #99971
      le 12/02/2012 par Frosty
      Survivalisme, mode d’emploi

      @OV

      Est-ce que tu sais de quoi tu parles ?
      Trois mois de réserves, c’est mieux que rien... Mais après trois mois, on fait quoi ?

      Du pétrole il y en a encore pour des siècles, oui. On découvre encore des gisements, oui.
      Mais la vraie question est : est-t’on encore capable d’augmenter nos capacités d’extraction de pétrole pour satisfaire la croissance économique et démographique mondiale ?
      Réponse : Non.
      Les capacités d’extraction plafonnent malgré les découvertes. On consomme actuellement 3 fois plus de pétrole qu’on en découvre. Et quand on en découvre, c’est du pétrole qu’il devient difficile d’extraire et/ou d’exploiter (fonds marins, sables bitumineux...) ; et de plus en plus souvent on se retrouve même dans des cas où il faut dépenser plus que l’énergie offerte par un baril... pour extraire un nouveau baril.

      Evidemment la "production" de pétrole ne va pas s’arrêter du jour au lendemain. Mais lentement, inexorablement, la ressource va s’épuiser, sur plusieurs dizaines d’années. Il convient donc de prendre conscience de la part qu’occupe le pétrole dans nos sociétés industrialisées, et de réfléchir aux conséquences de l’évolution prévisible des capacités d’extraction (et je n’ai pas parlé des guerres etc.).

      Donc à mon avis, la plupart des survivalistes sont loin d’être des illuminés paranos. Le risque existe. Et même dans des conditions moins sévères comme une vague de froid passagère où on peut subir des coupures d’eau et d’électricité, si on se perd en forêt etc., des connaissances en survie sont au moins utiles, sinon indispensables.


    • #100042
      le 12/02/2012 par Daniel Dunkel
      Survivalisme, mode d’emploi

      @OV

      "du pétrole il y en a encore pour des siècles".

      Quand il faudra plus d’un baril de pétrole pour extraire un même baril de pétrole indépendamment du coût de celui-ci, (le baril pourra être à 1 million d’euros, cela ne change évidement rien), la production s’arrêtera immédiatement. Cet argument difficilement contestable, je pense, je l’ai lu dans l’ouvrage de Piero San Giorgio.


    • #102772
      le 17/02/2012 par Grindsel Tirédunevi
      Survivalisme, mode d’emploi

      Ce qui va nous perdre n’est pas une pénurie de pétrole ou une surpopulation, mais ce sera la politique.


  • #99854
    le 12/02/2012 par Julio César Chavez
    Survivalisme, mode d’emploi

    Pendant la guerre froide, des sociétés de faisaient des couilles en or en vendant des abris anti-atomiques à des millions de gens tellement "c’était imminent et inéluctable".

    Les survivalistes sont intéressants parce qu’ils nous apprennent à mieux gérer notre consommation et à faire face au système avec du bon sens et du système D souvent complètement oublié.

    Cela dit, il faut tout de même reconnaître qu’il y a aussi un certain opportunisme dans la démarche, qui resurgit cycliquement en période de grands troubles.


  • #99880
    le 12/02/2012 par Goy Pride
    Survivalisme, mode d’emploi

    Il est quand même marrant qu’une chose qui était encore relativement commune dans nos campagnes il y a une cinquantaine d’années de cela soit de nos jour affublée d’un "isme". Ainsi vouloir manger des fruits, légumes, oeufs, viande produit par soi même est du "survivalisme". Notons également avec quelle hargne certains tentent de justifier leur passivité et paresse en discréditant cette attitude consistant à vouloir tendre vers l’autonomie comme si produire sa propre nourriture et encourager les autres à en faire autant était un crime honteux. Ils osent même dire que nous sommes des pourritures d’individualistes alors que nous sommes les premiers à offrir autour de nous nos excédents (même s’il nous arrive, honte à nous (!), de vendre quelques produits) et en cas de crise majeure c’est nous qui allons nourrir gratos vos sales gueules de dégénérés !
    Certains viennent aussi nous rétorquer que c’est du fantasme avec l’argument des villageois et paysans serbes livrés à eux mêmes face à des milices bénéficiant d’un soutien logistique, armé et financier provenant d’entités étatiques. Bien entendu les pires scénarios sont toujours possibles...bien entendu si les cinglés qui nous dominent décident de balancer bombes atomiques et incendiaires sur chaque kilomètre carré de cette planète on sera bien barré avec nos lopins de terre ! Toutefois quelque soit les scénarios envisagés j’ai fait le choix de faire parti de ceux actifs face à l’adversité. Si vous voulez crever à genoux comme des merdes libre à vous, je mourrais si possible debout et dignement et non pas sans m’être battu pour ma survie...

     

    • #99932
      le 12/02/2012 par OV
      Survivalisme, mode d’emploi

      Pourquoi cette hargne ? Pourquoi pensez-vous que ceux qui ne font pas comme vous vont "crever à genoux comme des merdes..., je mourrais si possible debout et dignement et non pas sans m’être battu pour ma survie..." ?

      Nous pouvons aussi mourir debout les armes à la main et pas seulement pour notre gueule en fuyant je ne sais où, comme vous...mais pour notre pays la France et notre peuple, les Français. Non ?


  • #99887
    le 12/02/2012 par The Game Is Over
    Survivalisme, mode d’emploi

    Ces gens ne sont que des trouillards qui ont peur de la mort, croyqnt qu’elle ne les atteindras jamais.

     

    • #99951
      le 12/02/2012 par chocapic
      Survivalisme, mode d’emploi

      ouais bof ...essais autre chose. change d’angle de vue ou quelque chose dans le style ,p.s.g. est simplement (à mon avis) en train d’attirer l’attention sur le coté "matériel/pratique" qui peut tout de méme amortir pas mal de difficultées...
      je ne vois pas trés bien ce que viens faire la "peur de la mort" dés qu’il s’agit de passer à l’action...


    • #99984
      le 12/02/2012 par Elevation
      Survivalisme, mode d’emploi

      C’est l’alliance des deux je pense...prevoir ses arrieres sans craindre la mort.
      savoir vivre avec un regime strict, savoir en chier et connaitre notre faune/flore est quelque chose d’essentiel.
      Pour la connaissance de l’etape cruciale qu’est la mort, il y a sur terre certaines plantes pour cela...mais attention a vous quand meme.


    • #100241
      le 12/02/2012 par Fred
      Survivalisme, mode d’emploi

      typique du gars qui viendra chouiner devant la maison de Piero San Gorgio pour avoir trois patates.


    • #100968
      le 14/02/2012 par MaxC
      Survivalisme, mode d’emploi

      typique du gars qui viendra chouiner devant la maison de Piero San Gorgio pour avoir trois patates.

      Certains commentaires sont très fin. Vous vous prenez pour des Mac Guyver avec vos acronymes et votre impression de supériorité. Tu crois sérieusement que t’auras un attroupement devant ta case où les gens vont miauler pour être nourris.

      J’aimerais connaitre le point de vue d’Alain sur cette branche du conspirationnisme. Est-ce que lui fait des stocks, est-ce qu’il a un "plan d’évacuation" (à priori sa double nationalité est son plan d’évacuation), considère-t-il qu’il y a matière à tourner fou comme ça.

      Car ce qu’on remarque chez beaucoup c’est une extrême agressivité, une incapacité à prendre du recul, une intolérante et la non-volonté de discuter ou d’admettre certains bémols dans votre mélodie sirupeuse.

      Voilà. Après, cent patates ou sans patates, c’est juste une question de nombre.


  • #99892
    le 12/02/2012 par R
    Survivalisme, mode d’emploi

    Il a toute la bibliothèque Kontre Kulture !

    Ceci dit je ne pense pas que vivre reclus dans son coin soit la solution. Comme il dit il tiendra 3 mois et après... Il ira chercher sa nourriture avec son fusil d’assault ?

     

  • #99895
    le 12/02/2012 par chocapic
    Survivalisme, mode d’emploi

    le survivalisme parait en fait assez proche de la "sobriété heureuse" de pierre rabhi ,ou du moins en prend la direction (à part peut étre le "riot gun" dans le placard).
    le survivalisme m’interpel surtout sur ce point =survivalisme/sobriétée heureuse ?
    pierre rabhi s’y est mis il y 30 ans (au moins) par choix de vie , et désormais il à initié pas mal de "b.a.d." ...
    piero san giorgio ,s’y met depuis quelques années .
    pero san giorgio menerait il à pierre rabhi ? c’est la question que je me pose (à propos de la démarche de sortie du systéme actuel...) , en tout cas c’est toujours intérréssant comme démarche .
    interressant car précurseur.


  • #99927
    le 12/02/2012 par Jérôme
    Survivalisme, mode d’emploi

    La rugosité de certains commentaires est sans doute liée au fait que le reportage est mal fait et ne couvre pas la totalité du projet, en se concentrant sur le sensationnel (1 an de conserves et des fusils youhou).

     

    • #99967
      le 12/02/2012 par Emmanuel
      Survivalisme, mode d’emploi

      Tout à fait, le bouquin est bien plus crédible, la vidéo a quelque chose de repoussant limite sioniste individualiste genre colonie/bunker en chalet.


    • #99975
      le 12/02/2012 par Patry
      Survivalisme, mode d’emploi

      Tu as bien raison, je l’espère en tout cas pour ceux qu’il inspire, car le sujet est sérieux ...


  • #99929
    le 12/02/2012 par Gotfried
    Survivalisme, mode d’emploi

    Si chercher plus d’autonomie et faire des provisions est un signe de clairvoyance et une sécurité qui ne mange pas trop de pain, ce n’est qu’une facette de la véritable préparation. Une somme d’individus, ou de petites cellules (famille nucléaire ou élargie étroite, plus un ou deux amis), autonomes permet de faire face au problème de la pénurie. Mais s’en tenir à cette forme d’individualisme, c’est complètement ignorer les conséquences de la pénurie pour les autres. En effet, ceux qui n’auront pas d’attaches et pas de provisions se mettront assez vite en quête de nourriture. Certains resteront calmes et non nuisibles, mais d’autres ne craindront pas d’employer la force. Un mec tout seul, c’est gérable par une de ces petites cellules. Trois, surtout s’ils sont armés, ça commence à devenir une vraie menace. Mais s’ils sont quelques dizaines, c’est simplement impossible. Résister c’est mourrir, puis tout se faire prendre, et ne pas résister c’est tout se faire prendre.

    Quoi qu’il arrive, les barbares sont gagnants. Ce mode de survie individualiste rend donc efficace les raids barbares. La seule solution pour faire face, pour les gens honnêtes, c’est de s’unir, de se regrouper, et de se protéger derrière une muraille. Mettre en commun les moyens de défense, dans un premier temps, puis continuer en favorisant l’entre-aide, et la résolution non-violente de tous les conflits internes. Bref, entretenir la flamme de la civilisation et de l’humanité. L’individu aura peut-être à en souffrir, devant faire avec des voisins qu’il n’aime pas forcément, ou devant partager une partie de ses stocks ou de sa récolte alors qu’il s’estime plus méritant que celui à qui ça va revenir, mais sur le long terme, c’est le seul germe possible pour le rétablissement d’une société saine, sans repasser par des stades de violence et de chaos. L’habitude au lien social direct favorise la capacité à parlementer, et donc facilite les liaisons entre villages/communautés, afin qu’émerge au plus vite une puissance plus importante, capable de police sur un grand territoire (pour éradiquer les bandes de barbares), de redistribution à plus grande échelle en cas de famine, etc...

     

    • #99965
      le 12/02/2012 par chocapic
      Survivalisme, mode d’emploi

      assez de ton avis pour ce qui est du danger qu’encourent des psg et autres habitant de bad ...car viens tjrs le momment ou un "horde" de chacals va étre attiré par un endroit pareil (nourris logé ... à l’année). mais bon avant d’en arriver là...c’est tjrs interressant pour ce qui est des fondamentaux =eau-nourriture-toit .
      par contre cela (dans le reportage ) s’adresse à des gens qui ont les moyens tout de méme =terrain+maison+ arrivée d’eau+ bois de chauffage ou éléctricitée "alternative+ 10 000euros (minimum d’avance )pour la nourriture et sans parler du reste...
      donc à moins de faire un crédit à sa banque (je doute qu’il faille necessairement présenter son "projet") tout en sachant que l’on ne le remboursera pas , je ne vois pas bien comment réaliser un truc pareil pour une majoritée de gens "avertis" ,car méme si l’on "capte" le message , encore faut il capter l’argent...d’ou le dilemme =je travail à mort pour me payer un chalet ? lol
      ou je tente l’option crédit ( rapide ..mais risquée) :)
      en bref ,c’est tjrs les "pauvres" qui l’on dans le baba ... à moins que "les pauvres" s’unissent et passent outres les conflits fabriqués (contre eux) par "le systéme" ect...


    • #100033
      le 12/02/2012 par Tatiebaba
      Survivalisme, mode d’emploi

      c’est vrai et assez angoissant, on dirait une description de la vie au moyen-âge...boudiou le progrès !!


    • #100089
      le 12/02/2012 par Gotfried
      Survivalisme, mode d’emploi

      @Chocapic,

      En plus de l’argent, il faut aussi du temps ! La survie, c’est comme Pâques. Ils se comptent sur les doigts de la mains ceux qui font un jeûne de 40 jours. Il y en un certain nombre qui vont strictement observer le régime maigre pendant les 40 jours. Ils seront encore plus nombreux à manger maigre de temps en temps, et à vivre une plus grande spiritualité que de coutume. Et plus encore, se rappellant vaguement leur éducation catholique, ne feront qu’aller à la messe de Pâques. Mais tous s’accorderont sur la valeur du symbôle. On ne peut pas tous "se préparer", même pas 30%, même pas 10% de la population. Et là je ne parle pas que des moyens. Je parle de l’idéologie et de la motivation.

      Oui, nombre d’entre nous vivent dans une sorte d’insouciance. Parce qu’on peut se le permettre, grâce aux supermarchés, aux voitures, etc... Nos ancêtres auraient eu tout cela, il n’aurait pas fallu 20 ans avant qu’ils deviennent à peu près comme nous. Le progrès, c’est aussi s’épargner des efforts et des précautions inutiles, et accepter le risque, contrepartie du temps, de l’argent, ou du travail économisé. Ca nous a conditionné, d’une certaine façon, à une sorte de paresse efficace, le juste point où en faisant moins, on perd trop, et en faisant plus, on gagne pas assez. On peut même faire plus et perdre, le retour à la terre étant précisément dans cette catégorie pas sexy du tout.

      @Tatiebaba

      De l’étude du Moyen Age, on peut tirer tous les enseignements nécessaires. C’est une école sociologique fabuleuse, anthropologique même. Et non, toute la longue période du Moyen Age ne se résume pas à une suite de famines et de guerres, uniformément marron boue, noir cendre, rouge sang et gris obscurantisme. Mais elle commence justement avec le pire (non, ni Hourria, ni la Shoah) : les invasions barbares. Tous les peuples n’étaient pas d’égale malfaisance, certains étaient même relativement raisonnables, mais certains sont un condensé des moeurs et des mentalités les plus révoltantes et insoutenables, qu’on pourrait presque qualifier de satanique. Des sacrificateurs d’enfants, des consanguins, des meurtriers avides et fratricides, des pilleurs génocidaires, des violeurs sans aucun regard de l’âge, du sexe, voire de l’espèce, bref, le pire comportement qu’il soit possible d’imaginer. Et on est pas à l’abri de ça. Une grosse crise, qui provoquerait la disparition de la police et la raréfaction extrême des ressources, serait tout à fait propice au "retour" de ces barbares


  • #99953
    le 12/02/2012 par abeilles
    Survivalisme, mode d’emploi

    Je pense que cela va nous tomber dessus ,comme une éclaire ,je ne suis pas contre de faire des réserves chez-soi ,nos ancêtres nous ont appris ,Mais la fulgurance de l’évènement ,comme un tremblement de terre,auront-ils la possibilité de rejoindre leur bunker,je suis très curieuse pourquoi poser des barres de fer ,sur les toits ?on m’a dit pour les ouvriers qui travaillent dessus ,mais voila 30 ans qu’ils sont construit aucun ouvrier est tombé ,curieusement ces Immeubles sécuritaire ,tout électrique ? comment sortir sans électricité ,avec les Armes Tactiques Laser Haute Energie THEL ne serait ce t’il pas pour attirer les faisceaux ??? nous sommes en faillite et ils font ces travaux inutile ( je pose la question))
    Quant a élever ,cultiver ses propres besoins est très louable ,seulement si pendant les guerres passées ,les gens des villes respectaient ,ceux des Champs ,et bien cela ne sera plus possible ,déjà très souvent ,les bêtes sont abattues dans les Champs ,les légumes fruits très souvent volés ,cela donne l’aperçu pour demain restriction
    sans électricité ,aujourd’hui l’arrêt brutal du Pays ,pratiquement


  • #99989
    le 12/02/2012 par Mister Cocktail
    Survivalisme, mode d’emploi

    Vu la stature impressionnante de San Giorgio, même s’il n’est pas armé, je pense que peu de gens doivent lui chercher des ennuis !

     

  • #99991
    le 12/02/2012 par bazjoka
    Survivalisme, mode d’emploi

    Moi qui suit bipolaire c’est à dire maniaco-dépressif, enfin diagnostiqué hypomaniaque(léger) si c’est le chaos ds le pays, j’aurais du mal à trouver mon traitement, je ne pense pas que je vais stocker des boites et des boites de médoc.
    Enfin on verra bien, le survivalisme, bien réalisé commne San Giorgio nécessite un sacré capital d’argent.
    Salut à tous,portez vous bien.

     

    • #100036
      le 12/02/2012 par Tatiebaba
      Survivalisme, mode d’emploi

      peut-être que le traitement choc (devoir survivre) sera salutaire....et ne nécessitera plus de produits chimiques ?


    • #100132
      le 12/02/2012 par Patry
      Survivalisme, mode d’emploi

      Et puis tu peux sans doute trouver de la vitamine D dans la nature et tant d’autres choses en herboristerie ...

      Les molécules chimiques recréé les molécules déjà existentes et à portée de main, bien-sûr, elles ont l’insigne avantage de faire gagner beaucoup plus d’argent à certains ... Mais ne t’en fait pas trop, tout est là, disponible et gratuit .


  • #100006
    le 12/02/2012 par le gros con
    Survivalisme, mode d’emploi

    moi j’ai que 50 kg de spaguetti et 25 kg de riz et 10 kg de sel , du fil d’argent pour pouvoir faire de l’argent colloïdale et quelles bougies

    Mais je suis content de moi

     

  • #100045
    le 12/02/2012 par Edit
    Survivalisme, mode d’emploi

    Certaines commentateurs me semblent avoir choisi de ne plus être capable que de voir le mal en tout, du moins de le chercher et de finir pas conclure systématiquement que l’intention qui réside derrière tel acte est mauvaise parce qu’elle rapporte financièrement ou autres, et ne font que cracher leur venin même face aux plus louables intentions,seraient ils atteint par un manque de discernement et/ou une sorte de paranoia persécutrice dut à un surplus d’informations déstabilisantes ? . Surement du au désarroi que cette époque inspire... Un peu comme une bête affaibli, vaincu moralement et qui ne peut plus que grogner en attendant le coup de grâce, une bête qui attend le combat en se sentant perdu d’avance, attirer dans le piège de cet affrontement inégal qu"elle n’avait pas désirée mais par laquelle elle est aspirée et affaibli de plus en plus, jusqu’au moment fatal ! Je ne pense pas que l’on puisse gagner ce genre de combat (idéologique) voir juste survivre si l’esprit torturer ne cherche pas le bien dans toutes choses, si l’esprit ne réagit que par rage et rejet il finira pour se soulager par accepter les mirages du nwo .
    Quand le combat est inégal et non souhaité, il vaut mieux l’évité, contourner le piège, il serait imbécile d’aller se faire décapiter une bonne fois pour toutes en se groupant comme un troupeau prêt à la transhumance vers les camps, ce qui signifierait qu’avant même l’affrontement, l’ennemi aurait gagner la guerre psychologique en ayant déja face à lui des dissidents passif programmé, résigné à subir, ayant perdu l’instinct de survie (mieux vaut qu’il reste une poignée d’homme en qui vit encore la liberté, plutôt qu’aucun, non ?Un animal sauvage fuit quand il sent qu’on le traque, avant une catastrophe naturel aussi, un animal domestique va à l’abatoir. Voila pourquoi le survivalisme me semble bien moins égoîste que d’attendre la sentence. Le fait d’avoir une base de replie, des planques, etc, me parait necessaire dans n’importe quel type de guerre ou catastrophe pour bien des raisons EVIDENTES ! J’ai l impression que beaucoup de gens pestent contre le nom, mais finalement l’accepterons car trop formater, préparer à accepter depuis la naissance le nom par ce même nom, ils y’a peu de personnes en qui vie une forme de "résistance incorruptible". Alors l’histoire du bizness du survivalisme, ça me passe au dessus de la tête, à chacun de savoir ce qui lui parait bon de prendre en compte et de laisser, rien n’est tout bon, tout mal...

     

    • #100104
      le 12/02/2012 par le gros con
      Survivalisme, mode d’emploi

      T’as tout compris
      C’est un message très pragmatique que tu nous a écrit , d’une belle maitise psychologique ,
      On n’en est pas encore à la guerre mondiale ou civile , ou à la dictature , mais il est vital de prévoir le pire des scénarios , afin de pouvoir être optimiste , pour une crise majeure qui va arriver du jour au lendemain
      La base c’est de croire encore en quelque chose , voir en la victoire du bien sur le mal , et de s’organiser individuellement pour parer au plus presser en cas de crise , (monétaire ou guerrière ) ,

      Monter un faux mur , pour créer une petite pièce secrète ( un metre de profondeur sur la largeur de la pièce , ça suffit ) , avec accès derriere un meuble . ( un faux fond de placard , avec arrivé et évacuation d’eau , c’est facile à réaliser derrier une sallle de bain )
      Avoir quelques provisions de pates , de riz , du sel , et quelques conserves , une bouteille de gaz et un réchaud de camping , et quelques bougies
      De quoi fabriquer de l’argent colloidale , pour les maladies , mais aussi pour purifier l’eau afin de la boire , les masques à gaz , ça vaut 30 euro , etc ...
      Quelques Armes pour lutter plustôt que de se rendre ,( arc et arbalette sont en vente libre)

      Moi , je ne suis qu’un petit bonhomme , je ne réusirais qu’a sauver ma peau et celle de mes enfants , si ça tournait au drâme , et ça me rend optimiste et fier de faire ce que j’aurais pu pour protèger les miens .

      C’est ma façon perso de ne pas me soumèttre , je fais ça à mon petit niveau , mais j’en parle autour de moi , et j’ai la prétention d’avoir éveillé quelques esprits ...

      J’ai cru comprendre qu’il n’y avait que 5 à 7 % de la population qui étaient des résistans , ça va être dur quand même !


  • #100048
    le 12/02/2012 par haclimacli
    Survivalisme, mode d’emploi

    La seul utilité du survitalisme est le fait d’arriver à être autonome. Autonome donc libre.

    Respectueux de la nature.

    Mais le probleme est la surpopulation. Il y a t’il assez de place en france pour des espaces de potager et d’élevage pour tous le monde ?


  • #100056
    le 12/02/2012 par Réveillez-vous
    Survivalisme, mode d’emploi

    On vous aura prévenu ..



    La Cigale, ayant chanté
    Tout l’été,
    Se trouva fort dépourvue
    Quand la bise fut venue :
    Pas un seul petit morceau
    De mouche ou de vermisseau.
    Elle alla crier famine
    Chez la Fourmi sa voisine,
    La priant de lui prêter
    Quelque grain pour subsister
    Jusqu’à la saison nouvelle.
    "Je vous paierai, lui dit-elle,
    Avant l’Oût, foi d’animal,
    Intérêt et principal. "
    La Fourmi n’est pas prêteuse :
    C’est là son moindre défaut.
    Que faisiez-vous au temps chaud ?
    Dit-elle à cette emprunteuse.
    - Nuit et jour à tout venant
    Je chantais, ne vous déplaise.
    - Vous chantiez ? j’en suis fort aise.
    Eh bien ! dansez maintenant.



    Aide toi et le ciel t’aidera.. pour les autres ...et bien tant pis pour eux

     

    • #100301
      le 13/02/2012 par Gotfried
      Survivalisme, mode d’emploi

      "Eux", le confortable il a tout intérêt à ce qu’ils soient les moins nombreux possibles. Parce que la misère unit, surtout contre l’ayant. Et je ne parle pas de New York ou de Tel-Aviv, mais du "voisin" assis sur son stock, qui se méfie de tout le monde, qui ne partage jamais, et qui se pense protégé. Si les choses sont encore supportables, il sera seulement le sale con que personne ne supportera, et les gosses jeteront des pierres dans ses fenêtres (il a pensé à faire un stock de vitres de rechange ?). Mais si ça empire, que les gosses ne cassent plus les fenêtres car leur parents n’arrivent plus à leur trouver à manger, naturellement ça donne Germinal, et cette fois sans la troupe pour protéger les avoirs et la sécurité de ces messieurs qui se croient tellement supérieurs et à l’abri. L’abri, c’est les autres. Leur tourner le dos, ne pas réaliser qu’en situation de crise la communauté prime largement sur l’individu (et on se torche carrément avec la propriété privée dans son sens ultra-capitaliste actuel), c’est tout simplement se faire d’alliés et d’amis potentiels des ennemis, surtout lorsque l’on garde à soit ce qui manque à tous.


  • #100059
    le 12/02/2012 par blanc
    Survivalisme, mode d’emploi

    L’apocalypse est possible mais pas pour tout de suite Je pense qu’on arrivera à passer entre les mailles du fillet . Par contre les génération futures vont morfler ca c’est sûr !

     

  • #100140
    le 12/02/2012 par Sam
    Survivalisme, mode d’emploi

    En effet, on ne peut pas dire qui fait semblant !
    Jusqu’au fusil à pompe.


  • #100153
    le 12/02/2012 par Nabil
    Survivalisme, mode d’emploi

    Et pour éviter le survivalisme et résoudre l’état d’esprit eschatologique de ses adeptes, lire :"Mein Kampf", mode d’emploi.

     

    • #100585
      le 13/02/2012 par Patry
      Survivalisme, mode d’emploi

      Salut camarades modérateur et bravo pour votre disponibilité ...

      Juste une chose, laisser @ Nabil écrire ce qu’il écrit ne me pose pas de problème, sauf si je ne peux lui répondre avec un peu d’ironie mais de manière "soft" contrairement à mon habitude parfois ... Il y a des réponses qu’on ne peut pas ne pas faire !
      Je regrette donc que mes deux tentatives aient échoué mais espère sincèrement que d’autres auront plus de chance .

      Sincères salutations en tout cas !


  • #100160
    le 12/02/2012 par Intifada
    Survivalisme, mode d’emploi

    Et si on est à court de femmes, comment on fait pour survivre ? Je dois constituer mon stock avant qu’il y ait pénurie !


  • #100165
    le 12/02/2012 par Bibi
    Survivalisme, mode d’emploi

    il y a quelqu’un qui a dit :

    C’est pourquoi je vous dis : Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus. La vie n’est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement ? 26 Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n’amassent rien dans des greniers ; et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ? 27 Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie ? 28 Et pourquoi vous inquiéter au sujet du vêtement ? Considérez comment croissent les lis des champs : ils ne travaillent ni ne filent ; 29 cependant je vous dis que Salomon même, dans toute sa gloire, n’a pas été vêtu comme l’un d’eux. 30 Si Dieu revêt ainsi l’herbe des champs, qui existe aujourd’hui et qui demain sera jetée au four, ne vous vêtira-t-il pas à plus forte raison, gens de peu de foi ? 31 Ne vous inquiétez donc point, et ne dites pas : Que mangerons-nous ? que boirons-nous ? de quoi serons-nous vêtus ? 32 Car toutes ces choses, ce sont les païens qui les recherchent. Votre Père céleste sait que vous en avez besoin. 33 Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. 34 Ne vous inquiétez donc pas du lendemain ; car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine.

    C’était il y a environ deux milles ans , mais les temps ont changés .

     

    • #100182
      le 12/02/2012 par Amin
      Survivalisme, mode d’emploi

      les ours se goinfrent avant d’hiberner
      les araignées stockent leurs proies...
      et comme on dit : aide toi le ciel t’aidera
      l’histoire de la vie sur terre est survie & adaptation
      que conseille ton bouquin face à un danger ?
      prier ne résout rien, c’est même un luxe


    • #100230
      le 12/02/2012 par Bibi
      Survivalisme, mode d’emploi

      il n’y as pas de danger dans la vie, que des situations prévues et sous contrôle.
      Il n’y as pas de coincidences Delila, juste l’apparence de la coincidence .
      Quand on fait ce métier depuis aussi longtemps que moi , on ne croit plus au coïncidence .

      Quote : "les ours se goinfrent pour hiberner" et alors les musulmans aussi après une journée de jeune , quel rapport avec l’Alsace ? euh avec la choucroute ? Hors sujet total.

      requote : "aide toi le ciel t’aidera " tu est un adorateur de la pluie ou des chemtrails ?


    • #100243
      le 12/02/2012 par lillian06
      Survivalisme, mode d’emploi

      Amin,
      Tu ne survivras pas seul, et quand bien même, quelle utilité ?
      Imagines-tu ce que serait un jambe cassée pour un survivor, une grosse coupure, de devoir se déplacer seul sur une très longue distance dans un monde chaotique, ou ne serait-ce que face à des conditions climatiques inhabituelles ?
      C’est bien beau de jouer les wariors quand tout fonctionne, mais si tu n’as été confronté à une situation de stress prolongé, ta centrale va exploser !
      On lit beaucoup de conneries à longueur de temps et c’est d’ailleurs si pratique, que le terme de forces spéciales s’applique à tous les gus qui sont enfouraillés comme un dépôt d’munitions et qui sèment la terreur dans des pays où les combattant étaient peu de temps avant, monsieur tout l’monde !
      Malgré cela, ils gagnent pas !
      Pour obtenir l’appellation forces spéciales, il faut être capable de bien plus que ce qu’un commando d’base peut faire... et pas qu’en terme physique !
      Quand tu imagines qu’un mec qui est aguerrit aux techniques du combat, finit par dégeler face à la permanence d’une situation dans laquelle il fonctionne en groupe, le combat... tu vas où avec ta bite et ton couteau ?
      La survie n’est concevable qu’en groupe, et encore, il devra être parfaitement structuré et hiérarchisé, si tu n’as pas un autre cortex pour te ramener à la raison, le tien s’autodétruira, même en s’endormant paisiblement, enfin, si on peut dire...


    • #100274
      le 12/02/2012 par Amin
      Survivalisme, mode d’emploi

      @Bibi
      c’était par rapport à cette partie du message auquel je répondais : "Que mangerons-nous ? que boirons-nous ? de quoi serons-nous vêtus ? 32 Car toutes ces choses, ce sont les païens qui les recherchent. Votre Père céleste sait que vous en avez besoin. 33 Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu..."
      => c’est logique de stocker de la nourriture, tout comme d’autres animaux le font (ours, araignée...). il y à des cycles, le potager n’est pas très productif en hiver, donc faut prévoir. j’vois pas l’rapport avec le ramadan, t’es en plein délire
      => "aide toi le ciel t’aidera", c’est un adage bien connu, ça veut dire bouge toi l’cul au lieu de te plaindre, ou d’attendre que ça tombe tout cuit dans ton bec
      d’ailleurs le "A chaque jour suffit sa peine." suppose de bosser chaque jour
      => ta citation je la perçoit comme une utopie de hippie genre "pas d’inquiétude mes biens chers frères, ne cherchez ni eau ni nourriture ni vêtement, cherchez la justice divine blablabla..."
      tu réponds pas à ma question, que conseille ton bouquin face à un danger ?

      @lillian06
      tt à fait d’accord, l’homme est un animal social, je n’ai aucune intention de survivre seul
      le "reportage" met en avant le côté préparation individuelle mais Piero San Giorgio dédie un chapitre de son livre à l’importance de tisser des liens sociaux. lis son livre ou regardes ses conférences elles sont intéressantes.
      donc oui la survie n’est concevable qu’en groupe, le 1er : la famille, puis on élargit, les voisins sympas, les villageois sympas, etc...
      en tout cas si c’est la famine ne t’attends pas à des réactions de bisounours, face à des inconnus il faut rester vigilant


    • #100413
      le 13/02/2012 par Mike Toreno
      Survivalisme, mode d’emploi

      "26 Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n’amassent rien dans des greniers ; et votre Père céleste les nourrit."

      La bonne blague... chaque hiver, des millions d’oiseaux meurent de faim et de froid en Europe. Sélection naturelle, et votre dieu unique n’y change rien.
      Les religions du désert et leurs textes absurdes ne sont d’aucune utilité chez nous.


    • #100438
      le 13/02/2012 par MaxC
      Survivalisme, mode d’emploi

      la survie n’est concevable qu’en groupe, le 1er : la famille, puis on élargit, les voisins sympas, les villageois sympas, etc...

      1) Présupposé que tu n’as actuellement pas de liens sociaux.
      2) Présupposé que tu trouveras "sympa" ceux qui comme toi auront prévu.
      3) Présupposé que tu ne soit pas rayé de la carte par une attaque nucléaire avant même de pouvoir becter ton premier pepito :)

      Je vais vous énerver, mais je vais aussi faire appel à un adage bien connu : "ne pas mettre la charrue avant les beauf". Vous êtes en train de vous préparer à une situation qui nécessite avant cela le passage d’une succession d’étapes qui restent encore à l’heure d’aujourd’hui à l’état de prévision. Bien que tout les compteurs soient dans le rouge, il y a un temps avant d’en arriver à la situation de reconstruction.

      N’avez vous qu’une envie c’est de déguerpir aux premiers signes de chaos ? N’avez vous pas envie d’essayer de voir ce comment réagir pour essayer de sauver quelque chose ? Désolé si je vexe des gens, ce n’est juste que mon avis, mais ça fait un peux rat qui quitte le navire. De toute façon, le positionnement survivalisme est une forme de défaitisme en soit.

      Il doit bien avoir un adage qui dit que rien n’est jamais vraiment perdu, on est pas à l’abri d’un réveil massif même si j’avoue que je suis très septique là-dessus.


    • #100760
      le 13/02/2012 par Amin
      Survivalisme, mode d’emploi

      défaitisme ou pragmatisme , l’avenir tranchera


    • #100891
      le 14/02/2012 par le gros con
      Survivalisme, mode d’emploi

      2 avis , opposés , celui de l’expérience et celui du rêveur qui va gagner la guerre

      Perso , je vais faire la guerre , mais pas le ventre vide , et si je crève , ce ne seraz pas de faim ou de froid


  • #100235
    le 12/02/2012 par seber
    Survivalisme, mode d’emploi

    Hum, j’ai bien aimé l’argument suivant : "Oui mais qu’est-ce qu’il va faire quand il aura épuisé toutes ses ressources dans un an ?".
    Moi, j’aimerai bien savoir ce qui va arriver à l’auteur de ce génial argument après...Trois jours de pénurie. Non, non, cela ne me fait pas rire du tout...

    Je pensais effectivement que les lecteurs du site étaient quand même un peu plus intelligents, à la vue des articles qui se succèdent mois après mois.
    Il y a des critiques à faire sur les démarches de Piero San Giorgio, notamment son coût exorbitant. Mais chacun peut se préparer à son niveau, c’est toujours autant de chances qu’on met de son côté ! Toute démarche comporte ses failles, surtout que personne ne peut savoir exactement comment les choses vont se passer. Car ce qu’il faut bien s’enfoncer dans le crâne, c’est que, hormis un miracle, le problème n’est pas de savoir SI tout cela va arriver, mais QUAND ? (cf. le livre....).
    Notre monde moderne est infiniment fragile. Il ne tient qu’à un fil : celui de l’illusion. Personne aujourd’hui n’est en mesure de faire face à une guerre ou un effondrement quelconque. Que feront les informaticiens, secrétaires ou même des médecins ou des ingénieurs qui ne se sont jamais posés aucune question ??? Celui qui a une chance de survivre, c’est déjà celui qui est prêt dans sa tête, quelles que soient par ailleurs ses qualités ou ses défauts.
    Bon, bref, lisez ce p... de bouquin pour au moins avoir une idée claire. Après, chacun fait ce qu’il veut, on ne veut pas rééduquer de force la population comme mélanchon.

    P.S. : les personnes sérieuses intéressées pour installer une B.A.D., contactez-moi

     

    • #100249
      le 12/02/2012 par lillian06
      Survivalisme, mode d’emploi

      Quel est le protocole NBC de ta B.A.D ?


    • #100282
      le 13/02/2012 par Patry
      Survivalisme, mode d’emploi

      Fermeture des volets, coton mouillé dans les narines, carré d’ail dans le C.. et persil dans les oreilles, puis chaine de décontamination devant le chaudron et nettoyage au gros sel et au papier de verre ...

      Je taquine... Le type a certainement du penser à quelque chose, à brève échéance en tout cas !


  • #100238
    le 12/02/2012 par seber
    Survivalisme, mode d’emploi

    J’en rajoute une couche : c’est parce qu’on s’est préparé soi-même à l’avance qu’on peut aider d’autres personnes "irresponsables". J’aimerais bien savoir ce que tous ceux qui parlent de "solidarité" comme les siono-gauchistes télé feront quand il faudra aider leur famille ou amis dans le besoin. Je pense qu’à cet instant, ce sera VRAIMENT du chacun pour soi.


  • #100245
    le 12/02/2012 par Fred
    Survivalisme, mode d’emploi

    Il est équipé, par contre le Nutella et les Kellogs ça craint, survivre c’est aussi se débarrasser du superflu, mais ces cochonneries c’est carrément nocif. Avoir son potager, quelques poules et des provisions me semble suffisant, pas la peine d’avoir de quoi faire des repas de Noel.

     

    • #100414
      le 13/02/2012 par Monsignor
      Survivalisme, mode d’emploi

      Il est équipé, par contre le Nutella et les Kellogs ça craint, survivre c’est aussi se débarrasser du superflu, mais ces cochonneries c’est carrément nocif.




      héhé, en éffet, il crèvera d’un cancer des intestins avant que la guerre éclate, s’il bouffe des cargaisons de bouffe dégeulasse et sans vitamines !


  • #100307
    le 13/02/2012 par Jean Poulpe
    Survivalisme, mode d’emploi

    Je vais me mettre tout le monde a dos ici puisque tout ce qui devie ici de ce que déclare Alain dans ses vidéos frise le crime d’hérésie mais :

    Les survivalistes se trompent sur tout, en premier lieu sur leur projet :

    - Déjà les solution comme avoir une BAD sont des chose inaccessible pour 90% de la population, personne et surtout pas la majorité des gens ici n’ont les moyens de s’acheter une maison reculé dans une zone isolée.

    - La plupart des auteurs survivaliste parlent nullement d’agriculture. Stocker 4 ans de nourriture c’est bien, et quand on a plus rien on fait quoi ? On va voler les autres survivant par ce qu’on est armé jusqu’au dents ? J’ai lu beaucoup d’auteurs différents, aucun n’a parlé d’acheter des GRAINES fertiles.

    - Les survivalistes basent tout sur une connaissance livresque de la survie, de la vie dans la nature,etc. Hors devenir agriculteur ou éleveur, ça ne se fait pas en claquant des doigts ou en lisant un livre. Apprendre à chasser ne sait pas fait sans pratiquer, etc.

    Et donc cela me mène au second problème bien plus grave, le problème de l’idéologie même survivaliste :

    - Les survivalistes sont des isolationnistes sociaux, ils ne comprennent pas qu’en cas effondrement de la civilisation, la seul voie de salut n’est pas de se replier au fin fond d’une montagne armé jusqu’au dents pour défendre sa montagne de boite de conserve, mais se trouve vers un retours à des sociétés de taille humaine, ou la confiance et l’entraide sont des valeurs essentielles.

    J’ai vécu toute mon enfance et mon adolescence à la campagne, ce qui n’est pas le cas de la quasi totalité des auteurs survivalistes et de leurs lecteurs, qui ont tous deux une vision fantasmé de la "campagne", des région reculé, qui n’ont pas une connaissance pratique de ces modes de vie. Dans ces régions, seul, du haut de sa pile de livres et de boites de conserve, on ne survit pas. Car il arrive toujours quelque chose.

    Je demeure même persuadé qu’en cas effective de fin du monde, les survivalistes armés jusqu’au dent, avec leur vision paranoïaque et malsaine de l’être humain, seront les premiers à recourir à la violence (car surarmés) lorsque leurs stocks de nourritures seront à sec. Pas étonnant quand on connaît les origines de ce mouvement...

    Ha et, en cas de guerre nucléaire, mieux vaut crever sur le coup que de s’amuser à jouer à mac guyver en crevant des radiations qu’on aura chopé pour atteindre sa BAD.

     

    • #100384
      le 13/02/2012 par Mysard
      Survivalisme, mode d’emploi

      Franchement mais lisez son livre au lieu de vous enfoncez comme ça. Tout ce que tu prétends n’être pas abordé l’est en réalité dans son livre.

      J’arrive pas à croire que sur ce site il y ait autant de commentaires de gens qui ne savent même pas de quoi ils parlent et qui déversent leur flots de paroles comme si c’était un sujet connu. Aucune critique du principe de BAD façon Piero n’est acceptable sans avoir lu le livre.

      Où sont les petites gens ? Pour citer Soral. La culture du "moi je" fait des ravages.


    • #100428
      le 13/02/2012 par MaxC
      Survivalisme, mode d’emploi

      Aucune critique du principe de BAD façon Piero n’est acceptable sans avoir lu le livre.

      Il ne parle pas du livre, il donne son avis sur le mouvement. Pourquoi tu t’énerves comme ça ? Si toi tu as tout compris sur tout et que tu est sur de ton coup, tu devrais au contraire avoir la sérénité qui va avec. Ça ne semble pas être le cas, tu passes plutôt pour un flippé qui voudrait se convaincre qu’il a raison.

      Cool les gars, même si c’est la fin du monde c’est pas la peine de se bouffer le nez comme ça :)

      Autrement, je suis plutôt d’accord avec le com’ initial. J’ai bien peur que ceux qui aiment s’appuyer sur l’image de la crainte de hordes de barbares type Mad Max puissent rapidement se transformer en leur propre démon si la situation dégénère et perdure.

      En tout cas, je penses pas qu’E&R soit le lieu pour les invectives de se taire. T’as affaire à des gens qui n’aiment pas trop ça en général, là je parles pour moi ;)


    • #100450
      le 13/02/2012 par Mysard
      Survivalisme, mode d’emploi

      Merci de donner raison à ma dernière ligne.

      Et je te dis ça sans hurler, il n’y a pas de point d’exclamation tu remarqueras peut être...


    • #100509
      le 13/02/2012 par CATONE
      Survivalisme, mode d’emploi

      Tu as raison ce gros nounours bien trop nourri ne tiendra pas longtemps face à ce que la légion appelle les"chats maigre" qui sont des mecs secs et affutés, dur au mal et sachant resister à beaucoup de choses. Ce gros nounours semble être une version de salon du guitariste"Ted Nugent" qui lui s’entraine depuis des années à la chasse à l’arc, à l’arbalette, et à tout types d’armes, même de guerre. A vivre dans la nature sauvage également. Notre gros nounours écrivain est le type même du gars qu’on voit dans les films façon fin du monde qui croit avoir tout prevus mais se retrouve asser vite à poil et ne sachant pas se battre une fois son petit plan à l’eau.


    • #100528
      le 13/02/2012 par Daniel Dunkel
      Survivalisme, mode d’emploi

      "ou la confiance et l’entraide sont des valeurs essentielles"

      Toutes les grandes Traditions déclarent que nous sommes à la fin de l’âge de fer ou kali yuga, donc je pense que les valeurs ou vertus chez les hommes ne se retrouvent que dans une minorité de gens. Quand je constate que des personnes ayant le même intérêt pour un sport, en l’occurrence le football, sont disposées à se massacrer, à mort, pour assouvir je ne sais quels instincts ou perversions, je me dit que Alice au pays des merveilles, c’est pas la réalité.


    • #100573
      le 13/02/2012 par MaxC
      Survivalisme, mode d’emploi

      Merci de donner raison à ma dernière ligne.

      D’où mon clin d’œil ! avec une point d’exclamation cette fois ;)


    • #102765
      le 17/02/2012 par Grindsel Tirédunevi
      Survivalisme, mode d’emploi

      avoir une BAD sont des chose inaccessible pour 90% de la population, personne et surtout pas la majorité des gens ici n’ont les moyens de s’acheter une maison reculé dans une zone isolée




      Comme je l’ai dis dans un précédent commentaire, c’est plus un problème de mentalité. La campagne est souvent plus abordable que la ville, et la vie peut y être extrêmement moins cher. Il y a des tas de fermes abandonnées par exemple, parce que ça n’intéresse plus personne de vivre dans un endroit paumé, les gens n’en sont plus capable, ou ils ont admis le fait que c’était ringard.


  • #100313
    le 13/02/2012 par Sinbad
    Survivalisme, mode d’emploi

    Je crois qu’il y a bel et bien un danger à faire de la survie son principal moteur. Bien sûr, aspirer à survivre est tout à fait légitime, là n’est pas la question, mais cette aspiration à elle seule, lorsqu’elle l’emporte sur toutes les autres, PEUT déboucher sur des horreurs non négligeables. L’histoire est pleine de traitres qui ont collaboré pour se mettre à l’abri, eux et leur famille. Les médias regorgent de vendus qui tapinent et collaborent pour se mettre à l’abri, eux et leur famille. À ceux-là je préfère les résistants qui investissent la grande partie de leur énergie à faire en sorte que ce genre de situation ne se produise pas. L’une des choses qui sépare l’homme de l’animal c’est peut-être son empathie, par laquelle il peut se préoccuper sincèrement de ses semblables qu’il ne connaît pas et qu’il ne fait qu’imaginer. Les animaux sociaux sont capables de s’occuper de leur petite famille et de leurs petits clans, c’est instinctif ; mais il y a quelque chose de proprement humain, dépassant l’instinct je crois, qui peut motiver l’homme à lutter pour le bien être de ceux qu’il ne voit pas et ne connaît pas. Je crains ainsi que ce genre d’ouvrages puisse être porteur d’effets pervers en suggérant tacitement que la lutte est déjà perdue, de telle sorte que nous pourrions dès lors quitter nos postes et courir aux abris, les rangs de la résistance ayant été rompus. Tant mieux si je me trompe ! Mais ce que je perçois dans tous les commentaires qui tendent à critiquer le survivalisme comme mouvement général, c’est un appel à continuer la lutte ensemble pour ne pas que de tels abris deviennent nécessaires. S’il est légitime, pour ceux qui appuient le survivalisme, de redouter la catastrophe et de s’y préparer, il devrait être tout autant légitime que ceux qui misent sur l’évitement de la catastrophe, élèvent leurs voix pour inviter à ne pas quitter les rangs. Au final, de toute façon, tout le monde fait ce que bon lui semble, comme toujours...


  • #100345
    le 13/02/2012 par Goy Pride
    Survivalisme, mode d’emploi

    Je vois que tout ceci suscite un débat houleux !
    Soit dit en passant il est bien évident qu’il n’est pas à la porté de tous le monde de cultiver un lopin de terre, toutefois valoriser quelques m² d’un balcon ou d’une terrasse en ville est quelque chose d’accessible à n’importe qui. Du moment que le balcon, la terrasse n’est pas plein nord et reçoit plusieurs heures d’ensoleillement par jour il est impressionnant de voir ce qu’il est possible de produite en légumes sur quelques mètres carrés. Une simple façade peut servir de support d’une légumineuse grimpante, de quelques plants de tomates...certes ce n’est pas sur 10 m² que vous sauverez votre famille de la famine en cas de pépin mais c’est un bon début vers l’autonomie ! Chaque pas en avant compte ! Du moment que l’on avance il n’y a pas de petit pas !


  • #100378
    le 13/02/2012 par laurent Jamer
    Survivalisme, mode d’emploi

    J avoue être un peu déçu par ce reportage ; j’avais cru comprendre que P.S Giorgio, tentait l’expérience de la vie en autonomie et de tout ce que cela représente comme modèle alternatif ou transitionnel ; or il semble plutôt que l’idée de BAD soit perçue comme un base de replis en cas de "coup dur". Difficile de pas devenir schyzo entre la vie "normal" et la préparation d’une bad.
    Il parait plus pertinent, de faire le choix radical du retrait. Réoccuper l’espace rurale, retisser du lien social, de l’entraide, se "libérer" du système, tant matériellement que idéologiquement. Survivre pour survivre, n’a pas de sens, il faut être porteur des germes du monde de demain. A mon avis, tout ceci n’a de sens que dans une logique de préservation et de transmission de notre culture propre et de nos traditions. Mais pour cela il faut se ré-enraciner. On peux voir la mise en place de village autonome ou fermes autonomes, comme autant de petites arches de Noé, qui mitent l’espaces contrôlé du système. Dans cet esprit, on rejoint les analyse du Cheikh Imran et de ce qu’il appel le "village musulman". Comme lui on peut développer des "villages chrétiens" ou les non chrétiens sont les bienvenus à conditions qu’ils respecte la religion du Christ. Il est bien évident qu’une telle démarche est plus facile aux caraïbes mais certaines choses pourrait être en "dormances" pour ne pas prêter le flanc aux inévitables attaques qu un tel projet susciterait de toute part. Nous pouvons être optimiste, car malgré l’arsenal répressif et totalitaire que possède le système, il est probable qu’en cas de crise, celui ci ne puisse contrôler totalement le territoire. Il mettra probablement l’accent sur les villes dans des stratégies de "zoning" ; une zone verte ultra sécurisée (puces vidéosurveillance , polices etc) des zones rouges ou le chaos est sciemment entretenue. Et cela n’est pas de la science fiction, ces stratégies sont à l’œuvre ou à l’essai en Irak, à Gaza, chaque fois qu’une crise majeure à lieu (Ouragan Katrina, Tsunami etc etc, voir la "stratégie du choc de Naomie Klein).
    La mise en place de lieu autonomes n’est pas réservée aux fortunés, il existe de nombreux projets (peut être pas tous très pertinents) mais qui ont le mérite d’expérimenter l’autonomie. On peux se mettre à plusieurs et racheter des terres agricoles, des fermes, des ruines, on peu s’associer avec des maraichers des agriculteur ou éleveur et réapprendre les métiers "intemporel" artisanaux.


  • #100391
    le 13/02/2012 par Réveillez-vous
    Survivalisme, mode d’emploi

    Résumons les commentaires

    Un bon paquet de branleurs qui finalement s’en foutent , ils "improviseront" le moment venu pour eux et leur famille..Et puis ils pourront toujours aller chez ceux qui eux ont été prévoyants
    De doux "rêveurs" qui n’ont jamais manquer de rien et qui verront enfin ce qu’est la REALITE HUMAINE

    La vie c’est pas un film de Woody Allen..

    Pour les autres , prévoyez pour vous et vos très proches..Le but n’est pas de convaincre la majorité des cons.. qu’ils crèvent..

     

    • #100582
      le 13/02/2012 par MaxC
      Survivalisme, mode d’emploi

      Tout est relatif camarades, pour certains ton message d’espoir ressemble plus à un message de haine caractéristiques des plus paranos d’entre nous. Et beaucoup y verrons le message d’un con. Comme quoi.

      T’inquiète pas pour nous et nos familles, et surtout n’oublie pas de redescendre de ta montagne de temps à autres. Le manque d’oxygène c’est pas bon pour les neurones ;)


  • #100408
    le 13/02/2012 par Monsignor
    Survivalisme, mode d’emploi

    Ils sont pas nombreux, ceux qu’ils faudraient éliminer (comme disaient Soral), à savoir Attali, Bhl, Minck et quelques autres sionistes psychopates (enfin c’est un pléonasme)...Pourquoi ne pas s’attaquer à eux plutôt que de développer des techniques de survie qui sera vendu à des connards de milliardaires responsables de cette crise et dont la survie est loin d’être la priorité pour l’humanité...
    je comprends pas trop la démarche marketing de cet individu....sinon le meilleur manuel de survie que je vous conseille se retrouve dans un livre appelé : La Bible.

     

    • #100422
      le 13/02/2012 par Mike Toreno
      Survivalisme, mode d’emploi

      "... sinon le meilleur manuel de survie que je vous conseille se retrouve dans un livre appelé : La Bible."

      Je vois pas en quoi des textes écrits il y a 2000 ans par des mystiques du désert avec leur doctrine mortifère du renoncement de soi ici bas pour une vie meilleur dans l’arrière-monde peuvent venir en aide aujourd’hui à un peuple des forets et des montagnes.


    • #100437
      le 13/02/2012 par laurent Jamer
      Survivalisme, mode d’emploi

      L’arche de Noé ça ne te dis rien ?


    • #100443
      le 13/02/2012 par Monsignor
      Survivalisme, mode d’emploi

      en éffet, tu as raison aussi camarade mike, cependant l’amour fait partie aussi de la survie et qui dit amour dit paix, dit entraide, dit lien social, dit répartition des taches à éxécuter sans discrimination d’autrui, dit développement d’une communauté autour d’un méssage principale qui est l’amour...je sais, j’ai moi même du mal à comprendre cela dans une société comme la notre, mais on peut y croire aussi !


  • #100433
    le 13/02/2012 par abeilles
    Survivalisme, mode d’emploi

    Ce brave Monsieur San Giorgio ,connait-il vraiment son Pays ,allez dans les montagnes Suisse ,un vrai Gruyère ,des Tunnels partout ,les bombes sont peut-être sous ses victuailles ,la petite Cabane que l’on voit ,c’est peut-être un Canon caché dedans ,les avions de combats ,tout est sous terre ,des kms de sous terrain ,ils sont très bien équipés d’abris pour recevoir les habitants
    Pour moi qui souffre de Claustrophobie j’aime mieux y passé dès la première vague ,de voir le spectacle,un aperçu en 2003 en Irak ,et constater leur survie
    Pauvres petits français sans leur Cellule de Crise ,plus de psys ,plus de marche blanche ,la fin de tout ,
    il faut-être réaliste ,j’ai fait quelques provisions en cas où ils supprimeraient ,l’informatique les Banques ,les Commerces ,plus d’argent pour acheter ,Ils nous mijotent un plat succulent ,
    Je ne comprends pas pourquoi ils attendent que l’Iran place ses anti missiles ,s’arment jusqu’aux frontières ,une connivence ,quelque-part ,où un tremblement de terre ,qui ravagera ,les montagnes de Giorgio ,jusque chez-nous ???????????? Dieu seul sait ,je lui fait confiance à lui seul


  • #100446
    le 13/02/2012 par Réveillez-vous
    Survivalisme, mode d’emploi

    A méditer..pour les adeptes des fleurs bleues



    ...Des gosses de riches, à l’insouciante jeunesse. « J’étais étudiant en business dans une université américaine, se rappelle Nando Parrado. EN 24 HEURES , JE SUIS DEVENU UN ANIMAL dans une glacière. » Le froid les mine. La soif les taraude. La faim les achève. Commence le lent ballet de la mort qui rôde. Au huitième jour, Suzy, la petite soeur chérie de Nando, s’éteint dans ses bras.

    « LES LOIS DES HOMMES N’EXISTAIENT PLUS . IL N’Y AVAIT PLUS QUE LA LOI DES MONTAGNES ,LA LOI DE LA SURVIE. » Et il y avait tous ces cadavres, étendus à l’extérieur de l’avion, sous une mince couche de gel. « Nous sommes en train de mourir de faim, lâche un jour Roberto Canessa, étudiant en médecine. La seule source de protéines ici, c’est les corps de nos amis. » Il fallait les voir comme de la viande, disait-il. Les récalcitrants finissent par se laisser convaincre d’ingurgiter cette chair blanche, insipide et glacée, découpée en petits bouts. « Quand on n’est pas dans la proximité de la mort, il est facile de dire : c’est bien ou mal. Moi je sais juste que tous ceux qui disent : « Je ne ferai jamais ça », feraient exactement pareil. » Le groupe s’engage à ne pas toucher à la mère et à la soeur de Nando.



    http://www.youtube.com/watch?v=FRQt...

     

  • #100459
    le 13/02/2012 par daniel
    Survivalisme, mode d’emploi

    A mon avie ce gas a avant tout besoin d’un bon mois de jeune !
    Mais surtout de manger moins, car le corps ne necessite pas grand chose quand la paix règne dans la demeure.
    Il faut bien faire une différence entre faim biologique et psychologique.
    Personnellement, je pense que ce mec alimente le business de la peur


  • #100522
    le 13/02/2012 par Ag591588
    Survivalisme, mode d’emploi

    Vous m’avez convaincu. Je vais travailler à la Citi de Londres, histoire de faire un gros paquet avec la crise qui s’en vient (je peux aussi agir à titre de consultant survivaliste pour mes collègues traders). Je me tire juste à temps pour m’acheter une île déserte et faire des provisions. Et voilà, la transmission de mon gène égoïste est assuré. C’était pourtant si simple, comment n’y avais-je pas pensé par moi-même...

     

    • #100535
      le 13/02/2012 par Ag591588
      Survivalisme, mode d’emploi

      j’avoue que ça sera pas facile étant donné que j’étais habitué à réfléchir dans l’optique de l’égalité et de la réconciliation nationale... mais bon ! il faut ce qu’il faut, nous ne sommes pas au pays des bisounours ni d’Alice...


    • #100691
      le 13/02/2012 par Patry
      Survivalisme, mode d’emploi

      Tu ne transmettras ton "gène égoïste" que si tu penses à prendre une nana au rayon "sport & loisirs" en faisant tes provisions ... ;)


  • #100575
    le 13/02/2012 par Patry
    Survivalisme, mode d’emploi

    En fait, je réalise que ces livres s’adressent surtout aux jeunes citadins ...

    Parce que si comme tant d’autres et moi-même, vous êtes un rural, habitant une vieille ferme, un peu chasseur, un peu pêcheur et cueilleur, pas traumatisé à l’idée d’égorger un mouton ou de vider une poule, connaissant les remèdes de " grand-Mères ", et, éduqué par des parents ayant connu enfants la guerre, l’Occupation et ses privations, vous êtes déjà pas mal au point ...

    Et si en plus, vous avez aussi eu au moins un grand-Père résistant ( même humblement ) dont vous "entendez" encore parfois la voix, et enfin, connu vous-même l’Armée en tant qu’engagé, voire même qu’appelé, dans une unité "respectable", alors là, vous partez vraiment avec quelques longueurs d’avance !

    Par contre, cela nous donne également de lourdes responsabilités en terme d’aide et de soutien à ceux qui n’ont pas eu la chance d’avoir de tels repères . Vis-à-vis de nos enfants en premier lieu, mais aussi, au nom de la nécessaire solidarité entre Frères de bonne volonté, avec ceux dont nous partageons déjà ici les valeurs ...

    Qui aurait pensé un jour que la vie de "plouc" constituerait un espoir de citadins ?
    On doit pas mal sourire sous les tombes du village :)


  • #100612
    le 13/02/2012 par chocapic
    Survivalisme, mode d’emploi

    ou alors il y a l’option braconnier...mais cela demande une sacrée connaissance du terrain !
    donc pas pour les citadins ,qui de toute maniére vont devoir étre trés solidaires.


  • #100710
    le 13/02/2012 par lillian06
    Survivalisme, mode d’emploi

    Ce qui me fait rire, ce sont ces “animaux” docilisés, qui pensent être des bêtes féroces...
    C’est vrai qu’après avoir lu un bouquin sur les mathématiques quantiques, tout l’monde est apte à en saisir la complexité, non... ben, des p’tits rigolos semblent dire que oui !
    Je n’ai pas lu ce livre et ne le lirais certainement pas, les gens sont libres de faire, dire et penser ce qu’ils veulent !
    Toutefois, on ne m’ôtera pas de l’idée que dans toutes crises, il y a les gogos et les renards, les premiers savent à quoi ils servent aux seconds, quand ils disposent gratuitement, d’un axe de réflexion !
    Faut-il faire remarquer à nos chers adeptes de cet écrivain, que sa BAD est accessible par une voie carrossée, que le gus roule en Vito... !
    Le profil psychologique de ce bonhomme est très facile à établir rien qu’à l’observation des images qui nous sont montrées, monsieur peut tenir, un mois... peut-être trois, mais il ne survivra pas au vrai sens du terme !
    Je ne veux insulter personne dans ses croyances, mais ce qui est proposé là, c’est la mort dans la solitude quand le temps mauvais dure !
    Il n’y a même pas de volets aux fenêtres, face à un tireur embusqué... contre les virus ou le chimique c’est quoi sa solution ? L’air est filtré comment dans cette ferme ?
    Il est beau son SIG 552, enfin... calibre 22lr, portée maxi 100m... pour le riot gun la même... quand aux caisses de munitions OTAN, il aurait pu mettre celles civiles...
    On est face à un mec qui veut augmenter ses ventes de livres !
    Nos efforts portent leurs fruits, les dirigeants des puissances occidentales ne sont pas favorables au projet des fous perdus au Proche-Orient... Continuons à mettre la pression sur les gens qui portent une responsabilité dans ces provocations répétées sur la paix mondiale, poursuivons la destruction de leur image dans l’opinion, rendons-les illégitimes, ce qu’ils sont, aux yeux du plus grand nombre, exigeons d’eux des comptes, surtout, n’ayons pas peur de l’ouvrir c’est ce qu’il veulent !
    Faisons de l’intégralité de la Palestine, un patrimoine mondial, ce qui implique que l’État d’Israël est un concept obsolète, casques bleus partout, tout le monde y vit en paix, les récalcitrants, on les envoi tutoyer les anges !
    L’ensemble du bordel mondial actuel provient des délires de l’asile ouvert là-bas par nos vieux, camisolons les fous... et retrouvons un peu de sérénité !
    La trouille qu’on est train de se faire va dégager d’elle-même bien d’autres comportements, on peut changer !

     

    • #101390
      le 15/02/2012 par george
      Survivalisme, mode d’emploi

      Entièrement d’accord avec vous ; la meilleure arme face aux puissants relève de leur décrédibilisation par l’information, et non pas d’un catastrophisme survivaliste proposé par cet énergumène paranoïaque qui ne cherche qu’à vendre sa bouse. Pour avoir lu par le passé ce genre de bouquin, j’ai plus confiance en mon instinct d’animal humain plutôt qu’à ce genre d’embrouillamini fait pour vendre du papier.


  • #100720
    le 13/02/2012 par MaxC
    Survivalisme, mode d’emploi

    Il me vient quand même à l’esprit ce fait là par rapport à la survie :

    1) La France a supprimé le service militaire qui apportait quand même une expérience humaine riche et indispensable pour passer du stade d’adolescent au stade d’adulte (pour ceux qui avaient la puberté tardive). Et apportait quand même de solide base. Ne serais qu’utiliser une arme, celui qui sait se servir d’un fusil a déjà un atout à son jeu. Car c’est pas tout d’en acheter un.

    2) Les gamins aujourd’hui ne jouent plus dans la nature. Je parle principalement en milieu urbain. Basta grimper aux arbres, fabriquer un arc avec un bout de ficelle, fabriquer une cabane, poser des collets etc ... Maintenant, c’est Call of Duty, cinéma et télévision.

    Je suis toujours dans l’exagération du trait pour mieux faire ressortir l’idée. En sommes, même si on n’acquière pas la totale autonomie, de mon temps, on allaient à la marotte, ont connaissaient les fruits, les herbes et les arbres.

    Allez, petit sondage à l’arrache. Combien d’entre nous ont fait un herbier eux même ? Où même construit une cabane étant gamin ? Je suis sur que ça se perd. Je le constate à chaque fois que je sorte de chez moi. Pourtant je suis loin d’être un vieillard :)

     

    • #101574
      le 15/02/2012 par Frosty
      Survivalisme, mode d’emploi

      Très juste, maintenant ce sont les cabanes en plastique qui pullulent dans les jardinets de 50m² (à côté de l’indétrônable toboggan lui aussi en plastique, et de la sacro-sainte pataugeoire bleue autoportée alors que la rivière, l’étang ou la piscine municipale sont à deux pas...)


  • #100726
    le 13/02/2012 par cathy
    Survivalisme, mode d’emploi

    Comment tisser du vrai lien social dans un endroit que l’on n’habite pas.
    Il me semblerait judicieux ;
    De vivre sur place
    De commencer d’ores et déjà un régime et s’habituer au jeûne.
    Apprendre à etre vraiment et au maximum indépendant (adieu nutella et autre junk food)
    cultiver la terre , posséder quelques bêtes, en bref vivre en paysan, c’est ça le vrai survivalisme.
    (je n’ai pas lu le livre mais çet extrait ne me donne pas vraiment envie)

     

    • #100779
      le 13/02/2012 par lillian06
      Survivalisme, mode d’emploi

      Bonsoir Cathy,
      Comment tisser du vrai lien social dans un endroit que l’on n’habite pas.

      - Et l’écriture, ce plaisir de choisir une jolie carte à envoyer à autrui ?
      Un truc tout simple, que nous ne faisons presque plus et qui rompt tant de solitude.
      C’est vrai que rien ne vaut une présence, mais tellement de choses sont plus belles quand elles sont vraies, la sincérité que procure ces simples gestes, remplace beaucoup de bonjour habituels !
      On s’en convainc quand on retrouve ces êtres qui vivent éloignés de nous, dans leurs yeux ils y comme quelque chose que l’humain gagnerait à retrouver, ça n’a pas de nom pour moi, c’est devenu bien trop rare pour le corrompre avec des mots qui ne disent plus ce qu’ils sont, en tout cas c’est bon à vivre et partager !
      Cordialement


    • #100792
      le 13/02/2012 par MaxC
      Survivalisme, mode d’emploi

      @Cathy

      De commencer d’ores et déjà un régime et s’habituer au jeûne.

      Excellente technique marketing pour attirer la gente féminine. Une bonne crise et tout le monde taille du Kate Moss, toute dépendance à la cocaïne exclue :) (Je précise que c’est de l’humour, prévention ante-mal-compréhension)


    • #100898
      le 14/02/2012 par Fred
      Survivalisme, mode d’emploi

      Comme le dit un autre commentateur, "le gros nounours" a besoin d’un régime. Ça fait peut crédible quand on se dit survivaliste. Apparemment, au niveau du régime alimentaire, il n’a pas abandonné celui de l’homme moderno-mondialisé. Matériellement, il est bien équipé, mais je pense qu’il ferait mieux de faire ses conserves, et utiliser la technique de fermentation, à l’ancienne quoi. Les anciens aussi mangeaient bcp moins de viande que nous.

      Celui qui s’en sortira le mieux, je pense, sera celui qui adoptera le comportement de nos grand-parents ou arrière grand parents, sobriété, humilité, simplicité. Après on peut inclure des choses de la vie modernes bien sûr, surtout au niveau production énergétique, et médical.


  • #100732
    le 13/02/2012 par mog
    Survivalisme, mode d’emploi

    J’ai acheté ce bouquin sur kk, et j’ai la douloureuse sensation de m’être fait couillonner.
    A moins d’être déjà riche pour pouvoir stocker des années de bouffes dans un bunker, passez votre chemin, attrape-couillon garanti. Rien n’est viable dans ce bouquin.

     

    • #140993
      le 23/04/2012 par yoyo
      Survivalisme, mode d’emploi

      C’est un bouquin QUE de 400 pages , bien sur qu’il faut développer en fonction de ton environnement , entourage etc....
      Tu ne va pas pouvoir mettre ta BAD en place à la fin du bouquins mais tu aura les base pour commencer à y penser .... Sinon fait comme l’occidental moyen , sort la carte bleu ( tant que ça fonctionne encore ) !!

      Il faut quand même prendre conscience que le sujet , le survivalisme , l’autonomie , est terriblement vaste et complexe . Et là internet est ton ami , ça te coûtera moins cher qu’en bouquin même si c’est pas forcement aussi fiable.

      Sinon je trouve le 7ème point particulièrement important : " Le lien social " . Ca facilite TOUT !!


  • #100917
    le 14/02/2012 par Xmen
    Survivalisme, mode d’emploi

    Ca me rappelle Jésus : « Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment ni ne moissonnent ni ne recueillent en des greniers, et votre Père céleste les nourrit ! Ne valez-vous pas plus qu’eux ? Qui d’entre vous d’ailleurs peut, en s’en inquiétant, ajouter une seule coudée à la longueur de sa vie ? Et du vêtement, pourquoi vous inquiéter ? Observez les lis des champs, comme ils poussent : ils ne peinent ni ne filent. Or je vous dis que Salomon lui-même, dans toute sa gloire, n’a pas été vêtu comme l’un d’eux. Que si Dieu habille de la sorte l’herbe des champs, qui est aujourd’hui et demain sera jetée au four, ne fera-t-il pas bien plus pour vous, gens de peu de foi »


  • #100986
    le 14/02/2012 par haclimacli
    Survivalisme, mode d’emploi

    "Se barrer en cas de probleme"

    Le survivalisme est un truc de bourgeois. Il faut de l’argent. Acheter un terrain, les matériaux pour fabriquer la BAD.

    C’est pas comme sa qu’on s’en sortiras. Il faut redevenir paysan.

    Il faut enseigner comment ne pas polluer l’eau. Apprendre a cultiver et recolter ses graines.

    Bref le progrés est mort. Il faut revenir a l’ancienne de façon progressive.

    La solution c’est la décroissance. Lisez Paul Aries, Serge Latouche.

    J’ai lu le livre de Piero. Et la BAD ne sauveras pas le monde. Il est vrai que personne ne voudras voir la vérité en face. Ceux qui misent sur la chute de l’économie on certes raison. Mais l’homme fairas avec les moyen du bord pour manger. Des économies paralelles se multiplierons puisque on auras pas le choix.


  • #101027
    le 14/02/2012 par julien
    Survivalisme, mode d’emploi

    Ce mec à étudier une situation plausible qui pourrais bien arrivé si la crise économique persiste et s’en suis une période d’hyperinflation.
    Et que seriez vous capable de faire si vous avez faim, vous et votre famille ?!
    Etudiez l’histoire

     

    • #101037
      le 14/02/2012 par haclimacli
      Survivalisme, mode d’emploi

      Et alors ?

      On est 7 milliards. Combien peuvent ils avoir une BAD ? 0,1 % ?

      la solution n’est pas dans une BAD. Mais dans la décroissance et en redevenant paysans.


    • #101151
      le 14/02/2012 par lillian06
      Survivalisme, mode d’emploi

      Connais-toi toi-même !
      Ce mec n’a rien étudié du tout, il a sauté sur une opportunité, la crédulité de beaucoup amalgamée à la peur suscité partout !
      Premièrement, il n’y a pas la moindre histoire qui soit en mesure de raconter ce qui va se passer, car c’est la grande inconnue...
      Secondement, pour survivre en cas de gros conflit, il te faudra préalablement ne pas disparaître dès les premières déflagrations !
      Si d’autres personnes dans ton entourage sont dans une crainte similaire à la tienne, rapproche-toi d’elles, et tentez de mettre en œuvre des applications simples à réaliser à plusieurs !
      - En France vois-tu, tout ce qui touche au domaine NBC est chasse-gardée :
      http://rha.revues.org/index7158.html
      Mais, si t’as un peu de sous, demande à ceux-là ce qu’ils peuvent faire pour toi ?
      http://www.tarideal.com/uploads/mor...
      - Bon, maintenant que tu as un peu lu et que tu sais dans quelles merde tes autorités vont te laisser après avoir entrepris toutes leurs conneries pour foutre leur bordel sur la planète... c’est là qu’intervient la solidarité entre individus !
      Personne ne survivra si chacun pense à sa petite gueule dans son coin, et ceux qui en réchapperaient n’ont à ce jour même pas idée de qui ils sont réellement, c’est pourquoi certains commentaires me rendent plus triste qu’ils ne me font rire !
      - Alors, que faire ?
      Et bien, initie-toi à la compréhension ici, parce-qu’expliquer ça c’est trop long :
      http://www.survivalring.org/about/ le traducteur de Google fonctionne bien...
      - Après ça, tu peux avec tes amis ou le réseau que tu auras constitué entreprendre sur un terrain ce genre d’action :
      http://www.americanbombshelter.com/...
      http://www.americanbombshelter.com/...
      à traduire aussi et c’est bien de fouiller !
      Chez-nous, il faut une autorisation pour planter un rosier... je n’invite à rien... mais discrétion et implication de tous s’impose quand on s’émancipe !
      Pour la nourriture, si vous mettez vos idées en commun, si vous êtes prévoyants mais aussi raisonnés, ça va aller !
      Quasiment tous les citadins sont originaires de ploucs, pour reprendre l’expression d’un commentateur... faudrait pas l’oublier, il doit bien rester quelques racines de ça quelque part sur le territoire !


  • #101358
    le 15/02/2012 par george
    Survivalisme, mode d’emploi

    C’est un peu caricatural, mais après tout, une catastrophe sociale s’avère toujours possible. Le côté globalisant balisant m’a fait rire car on ne peut subsumer les cas individuels au cas général. Tout ceci ressemble à des scénarii catastrophes un peu simplets. Enfin, si se préparer peut aider certains à vivre, ça reste toujours un peu marrant de voir des paranoïaques vouloir se terrer avec vivres et, moins drôle pour le coup, avec des flingues.


  • #101392
    le 15/02/2012 par daniel
    Survivalisme, mode d’emploi

    Je pense que ceux qui s’imaginent que la société n’a plus de rapport avec le temps de Jésus et ces belles paroles nous exhortant à ne pas nous inquiéter et faire confiance à la vie, oublient que contrairement à ce que l’on pourrait croire la vie au temps de Jésus était peut-être plus difficile.
    Je ne suis pas Chrétien mais j’ai fait un travail sur moi. Je crois que la chose la plus difficile sur terre à supporter est le vide. C’est certainement, pour cela que tout temps les hommes ont toujours fait la guerre pour éviter le suicide.
    Les gens de cette époque n’avaient pas toutes ces distractions culturelles contemporaines.
    La majorité de gens de notre époque fuient, justement, ce vide, les questions existentielles, cette vacuité dans les distractions du cinéma, télé etc …….
    Socrate disait qu’une vie non examinée ne valait pas la peine d’être vécue.
    Combien de personnes questionnent leurs croyances. La plupart fuient ce questionnement, fuient cette solitude de la responsabilité personnelle. La solitude subie est une souffrance contrairement à celle voulue.
    Ne disait pas du pain et des jeux !!
    Celui qui ce connait, sait que le plus grand bonheur est de se contenter de ce que l’on a. Puisque nous somme le résultat de nos pensées et perceptions, pourquoi alimenter le business de la peur par nos le jeu de nos perceptions.


  • #101414
    le 15/02/2012 par sanchez
    Survivalisme, mode d’emploi

    je suis d’origine d’argentine j’ai 42 ans et j’y etait quand ces evenements se sont produient et ce que dit piero est vrai, il est sur que lorsque l’on vit en france dans un certains confort meme moyen on ne se rend pas compte que tous peut basculer du jour au lendemain et je vous assure qu’en france on n’est pas loin de tout cela ceux qui croient que l’on est a l’abris se trompent lourdement voyez la grece. "ON n’est jamais assez trop paranoiac" citation d’un rescapé du ghetto de varsovie méditez

     

    • #101523
      le 15/02/2012 par Piero San Giorgio
      Survivalisme, mode d’emploi

      et bien !
      c’est toujours stupéfiant comment certaines personnes peuvent, partir d’un sujet télé de 4 minutes, fait à partir de 6 heures d’interview et de rushes, et donc forcement orienté, savoir ce que contient un livre de 422 pages, savoir quelles sont les motivations intimes d’un homme de 40 ans et plus généralement insulter gratuitement les autres. Je m’attendais à cela sur Facebook ou sur d’autre sites, mais sur E&R, chers camarades....

      bon, pour ces personnes, inutile de répondre, puisque ma science et ma connaissance sont bien peu de chose et donc je les renverrai à cet article de notre ami Michel Drac : http://www.scriptoblog.com/index.ph...

      pour tous les autres, ceux qui se posent des questions ou qui ont soulevé des points intéressants (révolution ou survie, coût de mise en place d’une BAD, autres possibilités de survie, etc.) et bien je vous renvoie aux plus longues interventions média que j’ai sur mon site www.piero.com, soit je vous invite à venir me poser directement - face à face - vos questions et remarques, à la conférence du 24 mars à Nantes que je co-présenterai avec Alain Soral.

      Nounours, je prends ça comme un compliment. ça me changera du "Grizzli"... ;)


    • #101549
      le 15/02/2012 par Patry
      Survivalisme, mode d’emploi

      Piero, nounours ou grizzly, tournez plutôt au chocolat noir !

      Parce que la pâte à cardiaque qu’on a déjà trop citée, au pays des Maîtres chocolatiers, c’est vous faire un paquet d’ennemis avant même que le chaos ne s’installe ! ;)

      (Petite question annexe, que peut-on cultiver dans les alpages ? )


    • #101569
      le 15/02/2012 par lillian06
      Survivalisme, mode d’emploi

      Hé oui, 422 pages dans un monde dans lequel les gens ne lisent quasiment plus cher camarade, combien de survivants visez-vous, sans vouloir vous offenser ?
      C’est très courageux à vous de prendre la parole pour orienter le débat sur la toujours même déviation du con, utile ou pas selon qu’il vous serve ou vous révèle dans votre médiocrité, on connait... un peu d’humour sur des sujets aussi graves ne saurait faire défaut, d’autant plus que l’objet des critiques rapplique en personne pour éteindre un incendie allumé par un con qui le rend si visible qu’il en devient transparent d’inconsistance !
      Survivre n’est pas un jeu cher monsieur, auriez-vous proposé aux gens des stages d’initiation, qu’à mes yeux vous apparaîtriez sincère dans votre démarche, mais là toutes vos références d’imageries hollywoodiennes qui concentrent de véritables angoisses chez certains en une manne inespérée... il vous faudra en montrer plus à certains cons... pour qu’ils vous considèrent un tant soit peu honnête !
      Il n’y a rien à ajouter sur ce que l’on peut voir dans les images qui nous sont montrées, sinon de vous conseiller de vous rapprocher de gens qui savent ce dont ils parlent, et d’apprendre !
      Quand les proies, se mettent à jouer les prédateurs la savane n’ignore plus que c’est l’heure où lion dorment !


    • #101578
      le 15/02/2012 par MaxC
      Survivalisme, mode d’emploi

      4 minutes, fait à partir de 6 heures d’interview et de rushes, et donc forcement orienté, savoir ce que contient un livre de 422 pages, savoir quelles sont les motivations intimes d’un homme de 40 ans et plus généralement insulter gratuitement les autres. Je m’attendais à cela sur Facebook ou sur d’autre sites, mais sur E&R, chers camarades....

      Insultes ? Je ne penses pas, mais je n’ai pas tout lu. Une chose qui est certaine camarade, c’est qu’on ne va pas s’amuser à se palucher tout les bouquins des uns et des autres pour lâcher un com’ sur une site internet. D’autant que 23€ c’est quand même pas donné. J’ai eu ma dose avec 777 (que tu met subtilement en avant dans ton reportage) et ses 19€90.

      Maintenant, personnellement je n’ai rien contre toi et ton parcours. Je dirais même que c’est audacieux. Mais il ne faut pas confondre un avis sur la mouvance en une attaque personnelle. De plus, j’ai fait remarquer qu’il y a une tendance à l’agressivité chez les survivalistes. "Fermez là ou lisez le livre" tu vois, ce genre de truc.

      Et puis qu’est-ce que tu en as à foutre de vendre des livres alors que l’effondrement est imminent ? Fait des conférences gratos si tu veux alerter l’opinion publique. Avec un bon réseau t’auras le gite et le repas, voir même le déplacement.

      En tout cas bon courage, and if i’ll see you no more this world, i’ll meet you in the new one so don’t be late !


  • #101436
    le 15/02/2012 par fifty miles
    Survivalisme, mode d’emploi

    L’écoute de ses vidéos reste instructive, effectivement reste le coût, l’opportunité, la conservation.
    Sa solution est un collectivisme à petite échelle qui n’a aucune chance de se maintenir face à une déflagration intensive et à la prédation massive. Mais c’est une possibilité.
    L’histoire est aussi faite de ces petites entités qui ont réussi à maintenir leur existence et la pérennité de leur culture. Lors de la chute de l’empire romain et des invasions barbares, tout ne s’est pas effondré uniformément et certaines régions, bourgs, collectivités ont maintenu leurs structures, leurs biens et leur mode de vie.
    S’en prendre directement aux protagonistes du chaos ne sera pas chose facile, hors d’atteinte dans leurs îles ou leurs résidences protégées dans des villégiatures lointaines, il faut s’en prendre à leurs représentations incontournables : banques, sièges sociaux, sites professionnels où la confrontation avec les corps de l’état(police, armée, milices, ligues..) sera "de haute intensité".
    La gréve totale des impôts, taxes, prélèvements du fisc (organe supplétif de la prédation bancaire) serait une solution pacifiste et efficace.


  • #101842
    le 16/02/2012 par Xmen
    Survivalisme, mode d’emploi

    A mes yeux le survivalisme, loin de s’en départir, n’est qu’une émanation de cet occident déliquescent et matérialiste, poussant l’individualisme et le cynisme jusqu’à l’extrême. Nous renvoyant tout droit à des notions que l’on aurait pu penser appartenir à l’âge des cavernes. L’argument de michel Drac "s’il a tort tant mieux, s’il a raison : on est mort" est imparable, en ceci qu’il est impossible de se tromper à postériori, notre esprit agité de la peur de la mort plus qu’aucune autre partie de notre être se retrouve face à un mur d’horizon impénétrable par nature, alors oui c’est agaçant, on aimerait pouvoir affirmer que San Giorgio n’est qu’un pauvre parano, paranoïaque intelligent mais parano quand même, que le vrai survivaliste est celui qui a réussi à survivre à une conférence de michel Drac sans mourir d’ennui (plus de deux heures de décorticage démoralisant au possible, pour nous expliquer dans le dernier quart d’heure que les solutions c’est du hors sujet...)
    Mais bon moi je pense que ce monsieur suit ses convictions, qu’il cherche à simplement aider.


  • #125567
    le 27/03/2012 par Protis
    Survivalisme, mode d’emploi

    Moi c’est décidé cet été je passe la vitesse supérieure je prend ma bécane et je monte dans l’Indre acheter un lopin de terre pour faire ma BAD , j’ai vu sur divers sites immobiliers qu’on trouvais là-bas des terrains constructibles à moins de 7.000euros , avec un peu de chance j’en décrocherais un pour la moitié de ce prix restera ensuite à me faire mon cabanon de campagne ou une big caravane ...