Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

100 journaux américains préparent une attaque commune contre Donald Trump

Le titre originel du Huffington Post était « Une centaine de journaux américains préparent une contre-attaque commune contre Trump », ce qui place Trump en agresseur. On rappelle que début 2016, lors du lancement de la campagne de Trump, les médias américains ont considéré sa candidature comme une grosse blague, lui accordant 0% d’intentions de vote...

 

 

Plus que jamais, le 45e président des États-Unis a contre lui la presse. Une presse dont le chef de chœur est le New York Times, et dont la ligne idéologique a toujours correspondu aux attentes du pouvoir profond, malgré une opposition de gauche de pacotille. Par exemple, le journal a soutenu la destruction de l’Irak à partir du mensonge des « armes de destruction massive ». Des armes qui se situaient en réalité du côté américain... Le mea culpa qui suivra ne changera rien à la fake news mondiale qui fera des centaines de milliers de morts.

N’oublions jamais que les néoconservateurs américains, qui sont à l’origine du déclenchement de toutes les guerres depuis le début des années 1980, sont issus de la gauche trotskiste sioniste, celle qui irrigue de sa pensée toute la presse de gauche. Comme quoi, le pouvoir profond a au moins deux cordes médiatiques à son arc !

 

 

Mais revenons à Trump : que va-t-il se passer ? Jeudi 16 août, une bonne centaine de quotidiens va publier un éditorial (différent) qui condamne les propos anti-médias du président. Pour le coup, ce n’est pas le NYT qui lance l’offensive, mais le Boston Globe (cité par le HuffPost) :

« Nous vous proposons de publier un éditorial le 16 août à propos des risques que représentent les attaques de cette administration sur la presse ».

À propos, le journal de Boston republie un éditorial daté du 9 avril 2016 dans lequel il fustigeait – déjà – Donald Trump en campagne :

« The toxic mix of violent intimidation, hostility to criticism, and explicit scapegoating of minorities shows a political movement is taking hold in America. If Trump were a politician running such a campaign in a foreign country right now, the US State Department would probably be condemning him. »

Traduction :

« Le mélange toxique d’intimidation violente, d’hostilité à toute critique et la désignation explicite de minorités bouc émissaire montrent qu’un mouvement politique prend racine en Amérique. Si Trump était un politicien appliquant actuellement une telle campagne dans un pays étranger, le département d’État des États-Unis le condamnerait probablement. »

 

 

Sept mois plus tard, malgré le tir de barrages des médias dominants, à part Fox News, et encore, Donald J. Trump devient le 45e président des USA. Pendant toute la campagne, zappant ces mêmes médias mainstream, il a tweeté directement au peuple américain, pile dans son électorat qui a lâché la lecture de la presse de propagande. D’ailleurs, les années 2010 sont celles du déchirement des grands journaux : on licencie à tour de bras, on revoit son modèle économique, on se pose des questions sur la numérisation des titres... bref, on perd le contact avec le peuple, qui se détourne de la propagande.

En face, un titre, mais quel titre : Breitbart News, ce HuffPost de droite (tendance alt-right) créé en 2007 par Andrew Breitbart, puis présidé par Steve Bannon depuis 2012. Il joue sur une ligne anti-élites et populiste. La presse de la côte est, le cinéma et la communication de la côte ouest sont particulièrement visés, et le politiquement correct pilonné dans les articles. Les 30 à 50 millions de visiteurs uniques ont fait le lit de l’élection de Trump. Qui a été accusé d’avoir acheté la complaisance du pure player.

 

 

Malgré la « contre-attaque » des journaux, Trump sait très bien qu’une majorité du peuple est avec lui, que l’emploi repart, et surtout que la presse a trop collaboré avec le pouvoir profond, un concept qui est d’ailleurs en train de diffuser dans l’Amérique d’en bas. En s’attaquant au président de l’Amérique d’en bas, l’Amérique d’en haut est en train de se tirer une balle dans le pied.

Conclusion de l’édito du Boston Globe d’avril 2016, à propos du parti républicain :

« It is better to lose with principle than to accept a dangerous deal from a demagogue. »

Traduction :

« Mieux vaut perdre avec ses principes que d’accepter un accord dangereux avec un démagogue. »

Pour le coup, c’est bien la presse du Système qui a perdu. Et se battre à coups d’éditos contre le favori du petit peuple qui ne lit plus les journaux, ça revient à pisser contre le vent.

Trump contre le pouvoir profond,
lire sur Kontre Kulture

 

Trump contre les forces du Système, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

29 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Les élections de mid-terms arrivent, donc "ils" vont tout faire pour contrer Trump. Dans ce tout, les medias sont un des éléments.

    A nous de le déconstruire et d’insuffler notre message.


  • Ils font ce qu’ils savent faire de mieux : Diaboliser ceux qui remettent en doute la ligne unique en s’attaquant a leurs mensonges . Leur problème est que ca se voit de plus en plus ,mais leur crétinerie les aveugle , ils en rajoutent et perdent tout crédit . Ils n’en garde guère qu’auprès des plus crétins , malheureusement ils sont nombreux .


  • De quoi le faire remonter en popularité ! Ils n’ont toujours pas compris que les gens les détestaient et les prenaient pour des menteurs !


  • Trump contre l’Etat profond ? La législation sur les armes est toujours aussi favorable à la NRA.
    Les contrats avec l’Arabie Saoudite ont atteint un niveau historique. Reconnaissance de Jérusalem-Est..
    Trump a sans doute de coriaces ennemis, mais pas l’Etat profond.

     

    • Ni la presse d’ailleurs. Toput ça ressemble dep lus en plus à une vaste mise en scène organisée par des gars qui sont dans le même camp. Bref, je crois bien qu’on s’est fait "eus".

      Si c’est vrai - je reste prudent - mieux vaut l’admettre rapidement, parce que la marmite bout et que le couvercle est bien fixé.


    • @ Pastounak

      Il y a une différence entre la nation Américaine et l’empire Américain. Le pouvoir profond US est pour la conservation de la suprématie mondiale Américaine. Or ce n’est pas le "souhait" des circoncis, eux, sont passés aux "nation-sionistes" et c’est là que Trump intervient. Trump est pour la nation Américano-sioniste (en ligne direct via son gendre Jared). Les anciens serviteurs (pouvoir profond) font de la résistance car ils ont compris qu’ils étaient entrain d’être liquidés. On a pareil en France avec Macron qui tente de liquider une partie des franc-maçons mais ils font de la résistance, confer l’affaire Benalla.


    • La détention massive d’armes par le peuple est une épine dans le pied de l’état profond.

      Sans armes, pas d’insurrection possible. C’est pour cela que les nobles ont vite racheté toutes les armes des paysans après la révolution française.

      Comme tout marché cela crée un lobby qui se promeut, mais il s’agit d’un des fondements de la démocratie américaine. Et comme tout ce qui existe, il y a un revers négatif. Les accidents et les attaques meurtrières en font partie, mais en France il y a des attentats aux camions et au couteaux, devrait-on les interdire pour autant ?


    • Un Président qui veut se faire élire et continuer à respirer ne peut en aucun cas s’en prendre au lobby des armes (et d’ailleurs la plupart des américains sont attachés au port d’arme).
      Et pour les autres sujets et bien c’est de l’équilibrisme au dessus d’une mer de requins....


    • "La législation sur les armes est toujours aussi favorable à la NRA."

      Et il faut s’en réjouir !

      Le petit peuple américain est très attaché au droit de posséder des flingues... Le pouvoir profond US quant à lui s’acharne avec rage à essayer de désarmer toute la population.

      ...La raison étant qu’on ne peut pas réduire en esclavage un peuple en armes, c’est aussi simple que ça.


    • "La détention massive d’armes par le peuple est une épine dans le pied de l’état profond.

      Sans armes, pas d’insurrection possible."
      Il ya plein d’armes en usanie, y a t il insurrection pour autant ? Ils ont pourtant autant sinon plus de raisons de le faire qu’en europe finalement...
      Pour une vraie insurrection ce ne sont pas des armes qu’il faut, mais des idées, des alliances et des rassembleurs, comme AS par ex.
      Réunissez ca, et même à coups de pierres contre des flingues, rien ni personne ne résistera


    • @Talion

      A y regarder de plus près, le sort des habitants U.S n’est, de mon point de vue, pas très enviable.

      __

      Lorsque les médias font la pluie et le beau temps dans les esprits, appuyé par les services, les armes ne sont pas d’une grande utilité.
      C’est sans doute pour cette raison que les initiatives personnelles de désespérés ou déséquilibrés font les uns des journaux trop souvent.


    • @Jalon Macron ? liquider les francs-maçons ? vous rêvez éveillé, quel intérêt il aurait à se retourner contre ses maîtres ? de plus l’affaire Benalla est déjà passé aux oubliettes depuis longtemps.


  • Enfin !
    Mais pourquoi pas avant au vu des évidences multiples révélées ensuite et suite aux ?
    Travaux insuffisants des journalistes américains.
    Trump ?
    Crédible avant ?
    Son élection ?
    Et en France ?
    Avant son élection ? Un espace discursif et journalistique supérieur à celui inexistant aux Etats Unis depuis fort longtemps ?
    Les belles prestances françaises qui font "carrières" journalistiques aux Etats Unis sont elles des has been en France ??
    Dans l’avenir ?
    Après la fin de Trump. Quel média américain encore crédible ?


  • Trop longtemps habitués à être le « 4ème pouvoir », les médias usent et abusent de leur facteur d’influence... surtout lorsqu’ils se sentent en danger, ils n’ont pas encore intégré que leur pouvoir de nuisance s’est érodé avec internet et l’apparition de personnes critiques qui pointent leurs manigances et leurs énormités. Le temps où l’on pouvait faire croire n’importe quoi à la masse est fini !! C’est dur pour eux, alors ils continuent dans leur voie, quitte à être de plus en plus ridicules, aveugles à ce qui se passe , ils perpétuent la fuite en avant ...


  • Qu ils se démerdent entre eux ces ricains, état profond ou pas. Leur impérialisme est d une arrogance sans limite, faire et défaire des nations par des biais complètement différents, des pression avec la planche à billets, des menaces plus au moins directs, des guerres complètement illégitime au service d Israel, le boycott de certaines nations etc...Avec tout ça, ils peuvent rajouter des articles venant de la planète Mars, c est juste une blague.


  • Toujours cette CHASSE EN MEUTE réunissant tour à tour :
    - ) des médias,
    - ) des pays soumis,
    - ) des "artistes", "sportifs" , gens connus ... ,
    - ) des ONG,
    - ) des églises "oecuméniques" (juive, catholique, protestante, musulmane).

    De fait, maintenant, c’est le modus operandi qui dénonce automatiquement les manoeuvres de l’oligarchie !

    Thémistoclès


  • Les journaux ne se vendent plus,les gens ne regardent plus les info,et n’ecoutent plus la radio c’est pas grave....


  • Selon un sondage, 72% des Yankees pensent que les merdias leur servent des fake news. Qu’espèrent ces mêmes merdias aux mains des oligarches... augmenter encore la popularité de Trump au moment où vont démarrer les procès des 80.000 mis en examen pour pédophilie et/ou Haute-Trahison comme pour les Clintons, Bushs, Obama, Petraeus, Mc Caïn, Cheney, Rumsfeld... ? C’est sûr, l’oligarchie se rebiffe car elle ne tient pas à ce que d’autres noms (royaux) arrivent sur le tapis...

     

  • Très bon article.

    Leur campagne de dénigrement fera pschiiiittt : ils se sont tirés une balle dans le pied à l’époque des fioles de pisse de l’ONU et depuis, ca va de mal en pis.

    Chez nous c’est pareil sauf que le discrédit a d’abord atteint la classe politique avec le traité de Lisbonne (un suicide collectif de la classe politique qui ne s’en est et ne s’en remettra jamais) : on a bien essayé de changer les équipes mais le désaveu reste, il amplifie même (cf mandat Macron depuis un an).

    La situation américaine est plus saine que la n^tre : l’administration Trump est l’alternative à une classe et des medias corrompus.

    Mais en France , hors la dissidence, non : tous sont corrompus et totalement discrédités, medias, poltiques, intellectuels.

    En France, le pays reel n’a plus que la dissidence pour se faire représenter et entendre.

    Et cela, ce n’est pas bon signe pour le pays légal....


  • Les ’bien-pensants’ américains le rejettent pour de mauvaises raisons. Mais en politique étrangère ils sont tous en phase à peu près. Que Trump se fasse trainer dans la boue par d’autres pourritures, c’est bien fait pour sa gueule.


  • Le guignol a fini sa mission : reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israel, mise en branle sérieuse du conflit avec l’Iran, amorce de conflit avec la Chine, législation anti-sociale au bénéfice des possédants...etc.

    L’Empire peut capitaliser sur les acquis trumpiens en ayant les mains-propres. On vous expliquera que la présidence Trump (cabinet et administration composés d’ultra-sionsites en passant) fut une catastrophe mais on se gardera bien de détricoter ses décisions. Le petit roquet a rendu de grands services à l’Empire. Des décisions énormes que n’importe quel politique raisonnable et professionel n’aurait pu prendre au regard de sa gestion de carrière.


  • 5.
    DÉMOCRATIE DE MARCHÉ ET D’OPINION

    Le travail du journaliste consiste à détruire La vérité, à
    mentir sans réserve, à pervertir Les faits, à avilir, à ramper
    aux pieds de Mammon et à vendre son pays et sa race pour
    gagner son pain quotidien ou ce qui revient au même, son
    salaire. Tous Le savez comme je Le sais, alors qui peut parler
    de presse indépendante ? Nous sommes Les pantins et les
    vassaux des hommes riches qui se cachent derrière la scène.
    Ils tirent les ficelles et nous dansons. Notre temps, nos
    talents, nos possibilités et nos vies sont La propriété de ces
    hommes. Nous sommes des prostituées intellectuelles.

    John Swinton, journaliste, à propos de la
    liberté de la presse, lors de son discours
    d’adieu au New York Times

    Nous sommes reconnaissants au Washington Post,
    au New York Times, au magazine Time, et aux
    autres grandes publications dont les directeurs ont
    assisté à nos réunions et respecté leurs promesses de
    discrétion depuis presque quarante ans. Il aurait été pour nous impossible de développer notre projet pour
    le monde si nous avions été exposés aux lumières de la
    publicité durant ces années. Mais le monde est
    aujourd’hui plus sophistiqué et préparé à l’entrée dans
    un gouvernement mondial. La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est assurément préférable à l’autodétermination
    nationale des siècles passés.

    David Rockefeller,
    Commission Trilatérale, 1991

    Comprendre l’Empire Alain Soral Éd. Blanche Février 2011 Pages 145 et 146.

     

  • Je serais intéressé par un point de vue ER sur la séquence : élection de Trump -> Obama lève le veto US à la condamnation des colonies israélienne auprès de l’ONU -> Bibi furieux, menace de rendre public ses dossiers sur les enlèvements et personnes disparues.

    Pour moi, on a clairement l’impression qu Obama se venge d’un supposé soutien de Bibi à Trump.
    Trump, prémice du mouvement national-sioniste ?

    L’élection US représente t elle le début du schisme entre globalo-sionisme (soros clinton) et nationalo-sionisme (bibi trump) ?

    Merci


  • ah bon ? c est pas exactement ce qu ils font déjà depuis 2 ans ?


  • Les Rois du Tweet, lorsqu’ils ne sont pas attaqués au gré des faux comptes comme pour le Français, ce sont les faucons qui se chargent de l’Américain : volant à gauche, si possible...
    Quelle drôle d’époque qui ne nous laisse pas une seconde de répit avant qu’il ne se passe querlque chose et que lo’n vienne nous l’apprendre. N’y avait-il pas un gus qui disait « Trop d’info tue l’info » ?


Commentaires suivants